Avaler des poires d'angoisse - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Avaler des poires d'angoisse

Subir des traitements cruels
Vivre des situations très désagréables

Origine

Souvenez-vous du Moyen Âge, cette époque atroce où la télévision et Internet n'existaient pas. Et pourtant, il fallait bien trouver d'autres moyens d'occuper ses loisirs, non ?
Alors une des occupations préférées de quelques-uns était de torturer ceux de leurs congénères qui avaient une tronche qui ne leur revenait pas ou qui leur avaient cherché quelques noises. Quel plaisir, en effet, d'arracher des ongles, briser quelques membres à coups de barre de fer, énucléer l'oeil droit, introduire un fer rouge dans l'anus ou bien couler du plomb fondu dans un abdomen ouvert, par exemple.

Malheureusement un gros défaut de ces amusements était le bruit, car ceux qui, dans ces activités ludiques, avaient le rôle passif, un peu à leur corps défendant, avaient la fâcheuse habitude de hurler de douleur, ce qu'on ne pouvait évidemment pas leur reprocher, en plus ; il aurait fallu en effet être un tantinet sauvage pour les menacer de quoi que ce soit s'ils continuaient à crier, hein ?
Alors pour ne plus les entendre, un bon moyen consistait à leur enfoncer dans la bouche un instrument qui, selon Larousse, "s'ouvrait au moyen d'un ressort, se développait en forme de poire, et étouffait complètement les cris" (Lien externe). Autant dire que celui qui avait cette chose dans la bouche et qui devait subir les petites gâteries de ses camarades de jeu, devait ressentir une certaine angoisse, incapable qu'il était d'extérioriser ce qu'il ressentait.
Cela dit, ces instruments, dont le nom est cité au XVe siècle, servaient aussi plus simplement à bâillonner un prisonnier pour l'empêcher de parler.

Si, de nos jours, le genre d'amusement lié aux poires d'angoisse originelles est tombé en désuétude dans les pays dits civilisés, on peut toujours dire de celui qui vit des situations extrêmement désagréables qu'il avale des poires d'angoisse.

Par plaisanterie, certains faisaient aussi le rapprochement avec les poires du village d'Angoisse, en Dordogne, qui étaient, paraît-il, très âpres et dures à mâcher. Mais elle n'avaient probablement pas le potentiel de déplaisir des véritables poires d'angoisse.

Exemple

« Je vous présente des poires de bon-chrétien pour des poires d'angoisse que vos cruautés me font avaler tous les jours. »
Molière - La comtesse d'Escarbagnas - 1671

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Avaler des poires d'angoisse » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Algériear شاف لمرار /chef lamrrar/Il a vu l'amertume
Angleterreen To go through the mill.Passer au laminoir.
Espagnees Tragar quina.Avaler de la quinquina.
Espagnees Pasarlas canutasSouffrir extrêmement (intraduisible)
Brésilpt Passar por poucas e boasPasser pour des peu et des bonnes
Brésilpt Comer o pão que o diabo amassouManger le pain que le diable a amassé / mélangé
Portugalpt Passar as passas do AlgarveSubir le même sort que les raisains secs de l'Algarve (exposés au intempéries)

Vos commentaires
après lecture, j’angoisse à l’idée d’aller m’endormir sur cette vision de cauchemar ... 
Franchement, je préfère sucer la poire aux copains et aux copines !
je préfère sucer la poire aux copains

Sucer la poire, peuh. Sucer le poireau, Wahouu :&rsquo)
La torture physique a aujourd"hui disparu ( pas de partout, hélas ) mais nous avons inventé la torture morale qui est plus incidieuse car elle pousse les gens à se détruire eux mêmes........Et nul besoin de poire d’angoisse, on a su créer le désespoir silencieux.......Quels sauvages nous sommes devenus !
Souvenez-vous du Moyen Âge, ..... Quel plaisir, en effet, d’arracher des ongles, briser quelques membres à coups de barre de fer, énucléer l’oeil droit, introduire un fer rouge dans l’anus ou bien couler du plomb fondu dans un abdomen ouvert, par exemple.
On sent le vécu, là, spa, mon petit Godemichou adoré? Alors, dis-moi, c’était toi, le chef des Inquisiteurs?
Je ne connaissais ni l’expression ni l’instrument qui en est la source. Le mot "angoisse" devait avoir un sens plus fort qu’aujourd’hui. Boubacar a raison qui parle de désespoir. Je ne m’étonne pas mais quelle horreur quand même qui ajoute en cruauté à la gratuité de la torture.
Foin d’angoisse, point de poire aujourd’hui, mais une bonne fête à Germaine qui est une bonne poire, après tout !
...des poires de bon-chrétien pour des poires d’angoisse
C’est vrai que lors de l’inquisition, ces "bons chrétiens" étaient experts en délicatesse de ce genre de procédé aussi horribles que répugnants. Je ne sais pas dans quelle mesure ces gars là prenaient plaisir à torturer, mais le fait est que le fanatisme aidant, ils se sentaient dans leur bon droit de faire souffrir les pauvres gens. Et tout ça au nom de Dieu ! Ça me donne des frissons dans le dos rien que d’y penser, comme si j’avais subit ça à une époque !
réponse à . momolala le 15/06/2010 à 07h15 : Je ne connaissais ni l’expression ni l’instrument qui en est la sour...
moi je connaissais l’objet mais pas l’expression.
Par plaisanterie, certains faisaient aussi le rapprochement avec les poires du village d’Angoisse,
Je note que , là où God semble indiquer un simple rapprochement entre l’objet et le fruit, de nombreuses sources font état d’une véritable origine. Voir par exemple cette page
Rey, dans le Robert, dictionnaire des expressions indique : "on explique la locution par un calembour sur le village d’Angoisse dont les poires étaient particulièrement âpres"...
Quant au TLFI, in donne le sens premier de "Poire d’angoisse : 1. 1184 « variété de poires de qualité » , puis "2. 1461 par calembour « bâillon de fer en forme de poire dont on bloquait les mâchoires des prisonniers »
Il semblerait donc bien que ce soit le fruit d’Angoisse qui ait donné le nom du bâillon. Lequel aurait donné ensuite l’expression "avaler des poires d’angoisse".
Voilà ! Je n’en dirai pas plus, même sous la torture...
mon dictionnaire d’ancien français indique un verbe "poire" (du latin "pedere") qui avait en 1250 le sens de péter.
On pouvait donc dire : Il ne faut pas poire plus haut que son nez.
Connaissez-vous la vierge de Nuremberg ? Imaginez une sorte de sarcophage, dont la moitié supérieure est garnie de pointes d’acier bien pointues, bien affûtées (un peu comme dans nos moderne attendrisseur à viande...), montée sur des crémaillères et une partie fixe dans laquelle on allonge le "patient"... et l’on tourne la (ou les) manivelle... généralement c’est le rôle de l’un des aides-bourreau...
En tout cas, voici la version présentée par Wikipédia: cette page
ou encore: cette page
Mais je ne suis pas fichu de retrouver le modèle (sic) correspondant à mes souvenirs de lecture...
réponse à . chirstian le 15/06/2010 à 09h05 : mon dictionnaire d’ancien français indique un verbe "poire" (du lat...
donc il serait possible de dire/écrire: «les poires de Mme Auclaisse» ???
et donc "poirer" ne voudrait pas dire boire du poiré (équivalent du cidre, donc), ou une poire (la gnôle) mais... dégazer ?
réponse à . BOUBA le 15/06/2010 à 07h04 : La torture physique a aujourd"hui disparu ( pas de partout, hélas ) mais ...
Pour illustrer les propos de Boubacar, je citerai la célèbre histoire du suicide du patron de la sagem (Pierre Faure) le 6 Février 2001. Les employés de la sagem de cergy ayant cherché quelques noises à un stagiaire qui avait une tronche qui ne leur revenait pas, ce dernier a littéralement fini par leur introduire un fer rouge collectif dans l’anus. Ceci simplement en partant travailler à Motorola. Pris de honte, le cerveau retourné comme on retourne un gant de toilette, le roi se résigna au suicide pour calmer les ardeurs de la foule. Une décennie après, les serviteurs du roi de cergy continuent à hurler de douleur. Malheureusement, il n’y a pas assez de poires d’angoisse pour toute cette foule.
Moi, quand je lis toutes vos explications, ce qui m’angoisse c’est qu’on me prenne pour une poire.
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 10h08 : Moi, quand je lis toutes vos explications, ce qui m’angoisse c’est q...
Oui, mais pour une bonne poire !
Si je lis attentivement les explications de God, et si je regarde attentivement la photo de ce délicat instrument qu’Il nous a geniment fournie, je me demande comment l’expression est "avaler DES poireS d’angoisse.
Il paraît en effet difficile d’avaler déjà un de ces objets... alors, plusieurs !
En cons&quence, je penche pour un mélange entre cet instrument de torture et une variété de poire particulièrement acide et difficile à avaler.
Cf chirstian en # 8
Cf aussi cette page
réponse à . deLassus le 15/06/2010 à 10h33 : Si je lis attentivement les explications de God, et si je regarde attentivement ...
La "poire d’angoisse" ne se mettait pas que dans la bouche.
Oui j’ai souvent cette impression étrange et pénétrante, que deux Aristos de pacotille de ce site me prenne pour une poire.
Bon, à midi "apéro géant" c’est la mode mainan pour la fête de(à) Germaine au phare.
Saucisson, rillettes et pinard. Le phare n’étant dans le quartier de la goutte d’or OSS-racisme ne devrait pas porter plainte.
...le genre d’amusement lié aux poires d’angoisse originelles est tombé en désuétude...
C’est vrai qu’ils savaient rire en ce temps- là ! Aujourd’hui, à peine une petite pichenette de penthotal et l’affaire est dite… c’est d’un triste...
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 15/06/2010 à 08h43 : Foin d’angoisse, point de poire aujourd’hui, mais une bonne fê...
Merci pour elle !
Tiens ! Je t’envoie sa photo : elle pleure de joie !... ce qui n’est pas sans rappeler quelque similitude avec toi... lorsque tu as besoin d’un mouchoir !
cette page
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 10h54 : Oui j’ai souvent cette impression étrange et pénétran...
...deux Aristos de pacotille ...
Vois pas du tout, mais pas du tout, qui tu évoques… Ce ne peut être ni BeeBee ni moi qui passons notre temps à prendre soin de toi, à rechercher les meilleurs manuels pour parfaire ton éducation, à brosser tes ailes dans le sens du poil pour t’éviter toute déconvenue, à te procurer le siège le plus confortable pour asseoir tes 535 ans… A nos repas, point de poires d’angoisse ni de pommes de discorde, mais toujours un faisan de Sainte-Alliance pour satisfaire tes papilles.
Vraiment, vois pas...
Les syndicats défilent dans les rues pour manifester contre les réformes des régimes de retraite. Je suis surpris que personne n’ose leur rappeler que les régimes de retraite depuis 1947 sont à gestion paritaire et que depuis l’origine les syndicats et le Medef sont les dirigeants et gestionnaires de ces régimes privés. Aujourd’hui où ils sont en quasi-faillite par la faute de leurs dirigeants irresponsables (depuis 30 ans les actuaires signalent qu’on va dans le mur, le baby-boom, et l’allongement de la durée de vie moyenne, étant connu depuis longtemps) qui ne pensaient qu’à se faire réélirent à la tête des caisses de retraite, car la place est lucrative.
Maintenant que le mal est fait on appelle l’Etat au secours et on a le culot de faire des manifestations pour que rien ne change. Je pense que le première mesure a prendre c’est de virer les syndicats de la direction des régimes de retraite. Qu’ils aillent chercher de l’argent ailleurs !!
C’était juste le coup de gueule du jour.
réponse à . DiwanC le 15/06/2010 à 11h12 : ...deux Aristos de pacotille ...Vois pas du tout, mais pas du tout, qui tu &eacu...
à brosser tes ailes dans le sens du poil

Non des plumes, quand je suis à poils !
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 11h17 : Les syndicats défilent dans les rues pour manifester contre les ré...
Ben dis donc… t’es fâché… C’est vrai qu’en 1991, Michel Rocard signait son Livre blanc. Quelques années plus tard, Lionel Jospin, alors Premier ministre, parlait de « prendre à bras le corps, dès le début de la législature, ce dossier des retraites ». Puis J.-P. Raffarin, Premier ministre à son tour, rappelait qu’il fallait « assurer la pérennité du système par répartition et garantir les retraites »… Et dès qu’on avance un pion, c’est tempête sur l’échiquier.

T’angoisse pas ! (même si le sujet est grave…) et viens boire une p’tite liqueur de poire chez Marceeel. Ça va te détendre !
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 11h17 : Les syndicats défilent dans les rues pour manifester contre les ré...
Méfie-toi, parce que par les temps qui courent, tu pourrais bien te retrouver avec une poire dans la bouche, si tu continues sur cette voie...
Mais, ceci étant dit, je suis bien d’accord avec toi !
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 11h50 : à brosser tes ailes dans le sens du poil Non des plumes, quand je suis &a...
D’après certains téléspectateurs et autres commentateurs sportifs, ce "nouvel" instrument* de torture auditive n’est pas mal non plus… C’est tout de même moins cruel qu’une poire d’angoisse !
*cette page
A tout bientôt, mon Lapin ! Faut que j’y aille sinon vais encore être en retard chez les Desgrands-Lacour !
Un petite sourire de la Germaine pour te calmer ! Tu vas pas te mettre à grimper aux rideaux, toi aussi ! Cela pourrait déranger la belle ordonnance de tes poils plumes !
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 10h54 : Oui j’ai souvent cette impression étrange et pénétran...
Saucisson, rillettes et pinard.
Les rillettes, j’dis pas, mais saucisson et pinard, c’est pour les prolos !
Moi, ce que je viens boire au phare, sur l’invite de Germaine, c’est au moins ça , et ça c’est pas pour les enfants de chœur ou les chérubins !
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 11h50 : à brosser tes ailes dans le sens du poil Non des plumes, quand je suis &a...
Tu es donc l’être Ange le plus étrange qui soit
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 15/06/2010 à 12h15 : Méfie-toi, parce que par les temps qui courent, tu pourrais bien te retro...
Non, non, t’inquiètes pas pour moi. Professionnellement j’ai négocié avec les syndicalistes pendant vingt ans, et je sais à quel point ils sont lâches et décevants faibles, tant pour défendre leurs mandants que pour eux-même.
C’est le syndicat qui décide pour eux, et ceux qui sont des mecs biens (il y en a) se font très vite virer par le syndicat. Ceci dit, une fois que tu as compris leur mode de fonctionnement ça devient facile de les amener là où tu veux. ce qui explique que le gouvernement les subventionne. Car entre nous si tu supprimes les subventions de l’état aux syndicats ils disparaissent tous faute d’adhérents.(comme les partis politique)
Ça doit valoir la peine d’être vu ! :&rsquo)
c’est la connaissance du Bien et du Mal qui a donné l’angoisse à l’homme. C’est pourquoi Dieu avait interdit à Adam et Eve de goûter au" fruit " (pomum) qui fut ensuite traduit par "pomme" (sans doute parce que c’était un fruit connu, et que le nom du pommier :"malus" pouvait évoquer un arbre "mauvais" donc défendu.)
La pomme est donc la première poire d’angoisse. CQFD

Je tombe sur cette explication lumineuse du «fruit défendu» :" L’entité androgyne qui était sur les Grands Plans non manifestés a voulu connaître la Manifestation (image du fruit de l’arbre de la Connaissance) et, pour ce faire Dieu a dû la différencier en Homme et Femme et lui permettre de «descendre» dans l’incarnation pour lui permettre d’en prendre Conscience."
Je ne cite pas mes sources : elles pourraient être contagieuses !
Poires (d’angoisse pour le supplicié...)
Espoir (d’aveu pour le "suppliciant"...)
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 10h39 : La "poire d’angoisse" ne se mettait pas que dans la bouche....
La "poire d’angoisse" ne se mettait pas que dans la bouche.
quid de la banane d’angoisse, alors ?
réponse à . chirstian le 15/06/2010 à 13h27 : La "poire d’angoisse" ne se mettait pas que dans la bouche. quid de la b...
J’en sais pas plus qu’à cette page
réponse à . deLassus le 15/06/2010 à 10h33 : Si je lis attentivement les explications de God, et si je regarde attentivement ...
à l’appui de cette explication le Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin
C’est ainsi que l’un d’eux, recherchant l’expression « poire d’angoisse », a cru devoir la trouver dans le fait qu’un certain capitaine espagnol, du nom de Gaucher, aurait inventé un petit appareil, en forme de poire, qui servait à bâillonner les gens; mais, fait observer le correspondant delaFew7/e,c’est en quelque sorte prendre l’effet pour la cause, et il estime, avec Ménage et autres philologues, que la poire d’angoisse tire son nom d’une sorte de poire trouvée par un paysan en l’an 1094."
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 11h17 : Les syndicats défilent dans les rues pour manifester contre les ré...
Je pense que le première mesure a prendre c’est de virer les syndicats de la direction des régimes de retraite
Tu aurais 5-10 cas à traiter par jour. Comment t’en sortiras-tu, si tu n’appelles pas les "tas"* à l’aide?
les tas: les grévistes sur le tas... ou sur le tard, chaipu...
j’aime dans ta page la précision : "elle étouffait les cris des suppliciés qui pouvaient troubler les juges, lors de l’Inquisition."
Il me semble effectivement qu’on ne se souciait pas assez du bien-être des juges de l’Inquisition, et notamment, que les suppliciés avaient des comportements tout à fait blâmables en ne maîtrisant pas assez leurs réactions. Les grandes douleurs devraient être muettes, non ?
Et j’en profite pour m’associer à leurs revendications : l’âge de départ à la retraite doit tenir compte de la pénibilité du travail (cf l’origine du mot ! ). Or s’il est vrai que le supplicié connaît quelques heures pénibles, cela ne dure généralement pas. Tandis que le juge supporte leurs cris durant des années ! Cela demande une juste réparation.
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 11h17 : Les syndicats défilent dans les rues pour manifester contre les ré...
Ta hargne anti-syndicale t’égare !
Aujourd’hui, un seul syndicat appelle à manifester,
il ne s’agit pas de savoir qui va gérer les régimes de retraite, mais qui va les financer (dans mon ménage, la gestion aussi est paritaire, mais aucun de nous deux ne décide du montant des revenus),
en effet, l’allongement de l’espérance de vie existe, en gros, depuis Cro-Magnon, ce n’est donc pas un critère pertinent, la tendance historique est bien à la diminution du temps d’un travail de plus en plus productif.
Je pense aussi qu’il faut virer le cinquième Beatle et Shrek des directions syndicales, mais sans doute pas pour les mêmes motifs.
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 15/06/2010 à 08h54 : ...des poires de bon-chrétien pour des poires d’angoisseC’est...
Il ne s’agit pas d’une allusion aux inquisiteurs, mais bien d’une variété de poires cette page, le trait d’union ne laissant aucun doute.
Sans qu’il soit fait usage de la question ordinaire, j’avoue ma méconnaissance de cette expression.
Du coup, mes recherches m’ont amené à ça :
La poire d’angoisse était à l’origine une poire d’un goût âcre (XIIIe s.) qui est surtout destinée à être cuite ou à faire du cidre.

Hélas, il semble que le moyen de faire du cidre avec des poires, même âcres, se soit perdu au fil des siècles ...
réponse à . momolala le 15/06/2010 à 07h15 : Je ne connaissais ni l’expression ni l’instrument qui en est la sour...
Comme beaucoup de nos contemporains, tu dois comprendre "angoisse" au sens d’"anxiété".
L’angoisse, c’est la sensation de mort imminente et imparable, pas juste une vague inquiétude.
réponse à . SyntaxTerror le 15/06/2010 à 15h30 : Sans qu’il soit fait usage de la question ordinaire, j’avoue ma m&ea...
Pour Wiki, le poiré existe toujours, fabriqué près de Domfront en France, et dans d’autres pays.
Voir cette page
Je n’en ai jamais bu.
réponse à . deLassus le 15/06/2010 à 16h08 : Pour Wiki, le poiré existe toujours, fabriqué près de Domfr...
Bien sur que ça existe, mais ça ne s’appelle pas du "cidre" !
Quant au goût, c’est comme tout ... ça dépend des variétés de poires mises en oeuvre. J’avais une tante qui ne gardait jamais de pommes à couteau pour faire son cidre, il aurait pu aussi servir à décaper les peintures.
réponse à . SyntaxTerror le 15/06/2010 à 15h13 : Ta hargne anti-syndicale t’égare ! Aujourd’hui, un seul ...
la tendance historique est bien à la diminution du temps d’un travail de plus en plus productif.
 ??? je ne suis pas certain de comprendre l’idée. S’il s’agit de travail productif, il ne cesse de baisser par rapport au travail improductif.
S’il s’agit de productivité du travail : elle ne cesse d’augmenter parce qu’elle se définit comme le rapport entre quantité produite et temps de travail utilisé. Mais comme la valeur unitaire des biens produits ne cesse de baisser, la valeur ajoutée ramenée au temps de travail ne monte pas.
J’ai créé un jour une petite entreprise qui vendait ... 1 ordinateur par mois et cela payait 3 salaires. 5 ans après, la vente de 20 ordinateurs plus puissants/mois n’équilibrait plus les comptes.
Je crois que l’erreur fondamentale des experts occidentaux (syndicalistes ou hommes politiques inclus) n’a pas porté sur la pyramide des âges. Elle a été de penser que nous pourrions conserver dans nos pays les jobs à forte valeur ajoutée en ne délocalisant que les emplois de production basique.
Nos enfants risquent de devoir avaler quelques poires d’angoisse !
réponse à . chirstian le 15/06/2010 à 16h55 : la tendance historique est bien à la diminution du temps d’un trav...
Je crois que l’erreur fondamentale des experts occidentaux ... a été de penser que nous pourrions conserver dans nos pays les jobs à forte valeur ajoutée en ne délocalisant que les emplois de production basique.

Au départ, en effet, ça pouvait marcher, sauf que les pays producteurs se sont, en effet, mis à avoir des emplois à forte valeur ajoutée et à délocaliser à leur tour.
Pour le moment, la Chine délocalise au Vietnam, combien de temps ça va durer ?
On va être obligés d’inventer la décroissance avant d’y être forcés.
Comme le firent en leur temps ceux qui espéraient "se faire" Hélène de Troie ?
Une bonne petite poire obtenue auprès d’un bon sommelier, humm... mais raisonnablement.
réponse à . SyntaxTerror le 15/06/2010 à 15h21 : Il ne s’agit pas d’une allusion aux inquisiteurs, mais bien d’...
C’est vrai, mais l’angoisse a étouffé mon jugement, et rien qu’à l’évocation du mot "chrétien", j’ai tout de suite vu les inquisiteurs. Comme quoi il faut toujours vérifier le bien-fondé de ses informations.
Mais il n’en reste pas moins que je ne renie pas ce que j’ai dit dans mon commentaire !
en réalité, la poire d’angoisse n’est pas efficace, puisque n’importe qui peut être ventriloque : cela demande seulement un entrainement des cordes vocales et du diaphragme.
Bon ! notez que si vous n’avez pas commencé l’entrainement avant, il faut beaucoup de sang-froid pour s’y mettre avec une poire dans la bouche ! Mais quelqu’un de zen doit y arriver !
D’où la nécessité d’aller plus loin, et de faire avaler une poire. Et puis une seconde pour faire bonne mesure.
L’ennui c’est qu’après il devient très difficile de faire parler le suspect. Je conseille donc de vérifier qu’il n’est pas illettré, parce que là aussi : il est parfaitement possible de vaincre l’analphabétisme, mais cela prend du temps ! C’est également pour cela qu’il est préférable de ne pas casser tous les doigts. Voilà : si vous suivez ces quelques conseils de simple bon sens, vous pouvez obtenir facilement des aveux... ou des commentaires sur l’expression du jour.
Rencontre du 15 juin 2010
Germaine,
Après les formules habituelles (présents, absents, ODJ, etc.) et le résumé des échanges verbaux, arrange-toi pour faire apparaître dans le P.V. de la réunion les éléments suivants (de manière aussi édulcorée que possible) :
- Le représentant de la direction a été invité à prendre une retraite anticipée.
- Les délégués du personnel - appartenant aux deux syndicats les plus représentés dans l’entreprise - sont priés (par la base) de laisser leur siège à des membres du personnel plus aguerris aux méthodes actuelles.
On risque de finir aux prud’hommes mais ça tu le dis pas !
- Un sous-traitant n’interviendra plus pour cause de dépôt de bilan.
- Les projets de délocalisation sont abandonnés pour l’instant.

En revanche, insiste bien sur l’info. concernant le pot de fin d’année qui aura lieu le vendredi 25 avec présentation d’objets anciens : pal, poire d’angoisse, etc.
Ton P.D.G. préféré ! Avant tout ça, tu m’apportes un café.

Comment y dit God ? Ah ! Oui : Pour rejoindre ou simplement lire la bande de joyeux drilles…
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 15/06/2010 à 17h44 : C’est vrai, mais l’angoisse a étouffé mon jugement, et...
Bah, avec un peu de Lexomil®
J’ai des doutes sur l’efficacité d’isolation phonique de la poire.
La poire ayant pour but de vous ouvrir la bouche en grand, elle amplifie la caisse de résonance que forme la bouche, mais sans toucher aux cordes vocales.
Il suffit de regarder n’importe quelle chanteuse (sauf Carla) en pousser une pour voir qu’elle ouvre grand son bec et laisse tomber sa note.
La poire dont que c’est qu’il est question ici, ne peut qu’augmenter le volume sonore du poiré, d’autant plus que la douleur con comme ma tante ne peut que l’inciter à gueuler comme une chanteuse d’opéra. Nous sommes donc bien en présence d’une publicité mensongère de God pour son article censé étouffer les cris.
J’enlève mes palmes, je pose mon tuba et j’avertis le BVP de cet abus.
Deux commentaires à faire en ce jour béni-oui-oui des dieux:
1) je suis tout heureux que not’ deLapsus adoré soit sorti de son sommeil de 100 ans pour venir nous dire un petit bonjour. Et cela sans drillon! Peut-être qu’il avait besoin d’une poire pour la soif...
2) J’adore le compte-rendu de not’Germaine nationale: on peut même dire de manière sein-dicale: la Germaine de cinq jours (voir #48)

En prime, un commentaire sur les emplois à faible/forte valeur ajoutée: c’est vrai qu’il y a la délocalisation et la sous-traitance. Ne pas oublier quand même que les emplois (postes de travail) ne sont pas nécéssairement perdus en Europe: ils sont remplacés par d’autres emplois (postes de travail). Prenons un exemple: il y a de moins en moins de caissiers/caissières, dû au fait qu’il y a de plus en plus de caisses automatiques. C’est vrai: caissier/caisssière: race en voie de disparition. Remplacée cependant par les postes de techniciens/techniciennes de maintenance (pasque, bien sûr, il faut quand même que ces trucs fonctionnent convenablement, spa) ousque sinon c’est mézigue qui serait pas content. Et tézigue aussi... je suppute. Et quand je vois au magasin Croisement près de chez ma maman, il y a 1 caissière-chef pour 5 caisses automatiques (donc, à 120% de traitement), plus deux techniciens de maintenance, Plus un technicien pour l’installation, ca fait déjà 4 personnes, qui coûtent plus cher en tout que les 5 précédentes. Mais avec un avantage quand même: si les caisses automatiques peuvent tomber en panne et faire des erreurs (et elles ne s’en privent pas), elles ne tombent pas malade, et donc ne contaminent pas les client(e)s... Alors, de quoi vous plaignez-vous? HEIN?
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 19h24 : J’ai des doutes sur l’efficacité d’isolation phonique d...
Au point où on en est, après toutes les incertitudes des uns et des autres sur les effets de résonance ou non selon qu’on met une ou deux poires - voire trois - par-ci par-là, y’a plus qu’une chose à faire : essayer ! Tiens, j’ai ce* qu’il te faut !
*cette page
réponse à . file_au_logis le 15/06/2010 à 19h28 : Deux commentaires à faire en ce jour béni-oui-oui des dieux: 1) je...
J’aime bien comment tu me causes, mon Joli !
Signé : Germaine :&rsquo)
Si j’ai bien compris dans ton lien,
Introduite dans la bouche, le vagin ou l’anus (suivant l’endroit où l’on avait péché) et pouvant augmenter de volume, elle étouffait les cris des suppliciés
On sait tous que les trous du c.. ont souvent leur mot à dire mais de là à crier, point ne faut exagérer. :&rsquo)
Commentaires particulièrement déjantés aujourd’hui... Décidément, en plus du Lexomil® certains devront également subir une petite piqure de Valium® 
Quelques gouttes de Largactyl® avant d’aller se coucher ne sont pas à négliger...
réponse à . <inconnu> le 15/06/2010 à 21h14 : Commentaires particulièrement déjantés aujourd’hui......
Commentaires particulièrement déjantés aujourd’hui…
Avec ces « particulièrement » et « aujourd’hui », tu exagères grandement ! C’est tous les jours qu’une bande de frappadingues des tournures, de mordus des verbes, de cinglés de la sémantique, d’enragés des mots, échangent leurs propos sur ce merveiiillllleux site ! Assemblée de déments dont tu ne saurais t’exclure ! On se « drogue » déjà chez Marceeel, on ne va pas recommencer dans nos chaumières !
réponse à . <inconnu> le 15/06/2010 à 21h14 : Commentaires particulièrement déjantés aujourd’hui......
Une dose quotidienne d’Expressio suffit à mon bonheur. Je ne connais heureusement aucune des drogues que tu prescris. 
réponse à . SyntaxTerror le 15/06/2010 à 15h51 : Comme beaucoup de nos contemporains, tu dois comprendre "angoisse" au sens d&rsq...
Je te remercie de cette précision. Je pense qu’il va me falloir retrouver quelques lectures plus "substantielles" que celles dont j’use pour occuper le temps.
réponse à . chirstian le 15/06/2010 à 12h36 : c’est la connaissance du Bien et du Mal qui a donné l’angoiss...
La preuve c’est qu’une pour pour la soif se dit en flamand een appel voor de dorst (une pomme pour la soif)
réponse à . chirstian le 15/06/2010 à 09h00 : moi je connaissais l’objet mais pas l’expression. Par plaisanterie,...
La poire d’angoisse était à l’origine une poire d’un goût âcre (XIIIe s.) qui est surtout destinée à être cuite ou à faire du cidre. Ce terme a ensuite servi à désigner un bâillon en fer et en forme de poire destiné à étouffer les cris. Le nom ne vient pas de l’angoisse issue d’angustia ou « resserrement, passage étroit », mais d’une localité située en Dordogne. L’occitan connaissait la pera d’Engoyssa (1245). L’homonymie avec l’angoisse comme nom commun a donné naissance à l’expression avaler ou manger des poires d’angoisse (1433). De même, les poires d’estranguillon, étaient des « sortes de tres meschantes poires » d’où faire manger des poires d’estranguillon, et par allusion « étrangler ».
Boubacar a été flashé à 52 km/h au lieu de 50 !

J’ai reçu aujourd’hui un PV où le chauffard que je suis a été pris à 91 km/h au lieu de 90 dans une ligne droite sur l’autoroute.
Qui dit mieux ?
Le radar est la poire d’angoisse des fous de vitesse comme nous.
A moins que ce soit nous les poires...
GODOGRAMME
God orne vase de ses lapidaires
Bienvenu au club des poires payantes !........

Et c’est pas fini ! Tout comme les tortionnaires médiévaux rivalisaient d’astuces pour trouver de nouveaux moyens de tourmenter leurs semblables, les pouvoirs publics actuels ont une imagination débordante en matière de nouveaux moyens répressifs sur la route.....
Vous verrez qu’un jour on payera des PV d’intention......On payera d’avance pour au cas où on commettrait une infraction........

S’il n’était pas si tôt, me paierais bien une ch’tite poire après le café, moi.........
J’aimais bien "pissaladières"; tu aurais dû laisser ta première version en option.
Ça ne voulait pas dire grand chose non plus, mais le mot était joli.
Il est question de poire dans "le vin" mais rien de plus......

Quand on est un sa-
ge, et qu’on a du sa-
voir-boire
On se garde à vue
En cas de soif, u-
ne poire
Une poire ou deux
Mais en forme de
Bonbonne
Au ventre replet
Rempli du bon lait
D’l’automne...

Tu vois aut’ chose Diwan ?
réponse à . deLassus le 06/04/2013 à 08h18 : J’aimais bien "pissaladières"; tu aurais dû laisser ta premi&...
GODOGRAMME
God orne vase pissaladières
♫ C’est à poire, à poire, à poire,
C’est à poire qu’il nous faut... ♫
D’où l’expression Garder une poire pour la soif. Sans angoisse.
D’où l’expression Garder une poire pour la soif.
Expression que God a décortiquée en 2008.
Mais comme la fonction "Recherche" est en carafe ce matin, je ne peux pour le moment fournir le lien. Sorry !
Dans certains cas, une poire de lavement peut devenir une poire d’angoisse, non?
Surtout quand on vous dit, avant usage, "tu peux te la mettre dans le c*l!"
réponse à . file_au_logis le 06/04/2013 à 10h24 : Dans certains cas, une poire de lavement peut devenir une poire d’angoisse...
Le clystère dont usaient et abusaient les Dr Diafoirus des siècles passés est connu sous le nom latin d’enema par les cruciverbistes.........
Et bien oui, il y a une autre explication qui n’est pas loin de celle de file au logis : on appelait au XXème siècle "poire d’angoisse", avant la contraception et l’IVG, une poire en caoutchouc munie d’un tube effilé servant à assurer un lavage vaginal efficace après un rapport dont le risque à l’époque n’était pas la transmission du sida, mais une grossesse non désirée. L’angoisse succédait alors au plaisir de la chair…
De nos jours les médecins se servent encore de poires - de plus petite capacité - pour irriguer les conduits auditifs externes en vue d’en extraire un bouchon de cérumen. À ne pas pratiquer par un néophyte car l’extrémité effilée de la poire, enfoncé trop profondément pourrait abîmer le tympan… Donc plus d’angoisses du côté de ce tube là ; cependant possibilité de nausées ou de vertiges passagers !
Brrrrrrrrrr !!!!!!!!!!.........cette page
La poire servit aussi pour l’ une des pubs les plus contreproductives de tous les temps.......cette page
Réponse à Boubacar : la poire ci dessus mentionnée n’est qu’un moyen de dépannage (en voyage par exemple). En effet le médecin dispose d’un système plus sophistiqué, l’énéma, qui est constitué d’une poire en caoutchouc aspirant d’un côté de l’eau tiédie additionnée de savon ad hoc, au moyen d’un tuyau en caoutchouc plongé dans un récipient, et qui de l’autre envoie cette eau tiède dans le conduit auditif externe à partir d’un autre tuyau muni à son extrémité d’une canule à l’extrémité arrondie qui n’entraîne pas de risque de lésion dudit conduit auditif ou du tympan. Voilà voilou.
réponse à . microgruel le 06/04/2013 à 10h48 : Réponse à Boubacar : la poire ci dessus mentionnée n&r...
Voilà une explication de professionnel.........merci des précisions.....
Vivre des situations très désagréables
comme avaler des couleuvres ?
réponse à . microgruel le 06/04/2013 à 10h48 : Réponse à Boubacar : la poire ci dessus mentionnée n&r...
le médecin dispose d’un système plus sophistiqué, l’énéma
Pas de tracas, pas de blabla, énéma !
réponse à . microgruel le 06/04/2013 à 10h39 : Et bien oui, il y a une autre explication qui n’est pas loin de celle de f...
bouchon de cérumen
Un bouchon de cire humaine ?
réponse à . BOUBA le 06/04/2013 à 10h55 : Voilà une explication de professionnel.........merci des précision...
Le clystère dont usaient...
J’avais cru comprendre que tu ne parlais pas du même usage du-dit énéma décrit par microgruel
Mystère ... le clystère de l’oreille 
réponse à . saharaa le 06/04/2013 à 11h04 : Le clystère dont usaient...J’avais cru comprendre que tu ne parlais...
Le Clystère de la Chambre jaune. (Rouletabille)
réponse à . mickeylange le 15/06/2010 à 19h24 : J’ai des doutes sur l’efficacité d’isolation phonique d...
Et pourtant certains compositeurs ont écrit des airs... devant, en principe, être chantés la bouche fermée. C’ est le cas de certains negro spirituals, en accompagnement ou en reprise finale (je pense au très connu "Kumbaya" entre autres), mais aussi, entre autres, de la "Bachiana brasileira" n° 2 de Heitor Villa-Lobos (partiellement), et d’ un air de la "Flute enchantée" de Mozart, où Papageno a le bec cloué par un cadenas, punition infligée pour un mensonge. Ce n’ est pas du tout évident de chanter la bouche fermée et de produire un beau son....portant loin, de plus !
réponse à . deLassus le 15/06/2010 à 16h08 : Pour Wiki, le poiré existe toujours, fabriqué près de Domfr...
le poiré existe toujours
Cependant, c’est une boisson peu demandée car elle fait éructer, c’est bien connu:
Poiré et ses rots.
réponse à . saharaa le 06/04/2013 à 11h04 : Le clystère dont usaient...J’avais cru comprendre que tu ne parlais...
En effet Mr Poquelin laisse penser à un autre usage pour son malade imaginaire.......
réponse à . joseta le 06/04/2013 à 11h22 : le poiré existe toujours Cependant, c’est une boisson peu demand&e...
Bien vu.........
les poires du village d’Angoisse...très âpres...
C’est à l’issue d’un greffage entre un poirier et un qu’a prié câprier, que l’on obtient des poires qu’âpres...
Erreur.
réponse à . BOUBA le 06/04/2013 à 08h30 : Il est question de poire dans "le vin" mais rien de plus...... Quand on est un ...
Y a bien une « bonne poire » qu’on peut cueillir À l’ombre des maris :

Il convient que le bougre ait une bonne poire
Sinon, me ravisant, je détale à grands pas,
Car je suis difficile et me refuse à boire
Dans le verre d’un monsieur qui ne me revient pas.
Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

N’ai rien trouvé d’autre… On va pas s’angoisser pour ça ! 

À cette page, le son est meilleur mais l’image de Georges (l’autre !) est quasiment fixe.
Sur les bords de la Loire, on peut même avaler des goîtres d’Amboise...

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Avaler des poires d'angoisse » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?