Faire du gringue - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Faire du gringue

Faire une cour pressante, draguer

Origine

Au milieu du XVIe siècle, le 'grignon', dérivé de 'grigner' qui a donné 'grignoter', désignait régionalement un morceau de pain (tout comme 'quignon' qui est étymologiquement lié).
Et du 'gringue', mot dérivé de 'grignon', c'était du pain, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle.

C'est au tout début du XXe, chez Aristide Bruant, qu'on trouve le mot 'gringue' dans faire du gringue avec le sens de "chercher à plaire" qui a évolué vers "faire la cour, généralement de manière pressante" dix ans plus tard.

Tout esprit un tant soit peu peu éveillé se demandera in petto comment on a pu ainsi passer du pain à la cour.
D'autres esprits, éveillés également, se sont déjà posé la question, et la seule réponse, apportée par Gaston Esnault, mais hélas sans aucune certitude, viendrait d'un rapprochement avec l'ancienne locution "faire des petits pains pour quelqu'un" qui a d'abord voulu dire "faire l'aimable pour appâter" puis par extension, "faire la cour".

Exemple

« Ce qui s'est vu aussi, c'est qu'une fille de vingt ans soit obligée de faire du gringue à un vieux bonhomme pour attirer l'attention d'un jeune demeuré qui ne la regarde même pas. »
René Bragard - La montagne du condor: sangs de fiel - 1992

Compléments

Alphonse Allais disait : « C'est quand on serre une femme de trop près qu'elle trouve qu'on va trop loin. »
C'est qu'il aimait faire du gringue, Allais !

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faire du gringue » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Allemagnede Süßholz raspelnRâper de la réglisse
États-Unisen To hit on (someone)Frapper sur (quelqu'un)
États-Unisen To make outFaire hors
Espagnees "Hacer la corte""Faire la cour"
Espagnees LigarDraguer
Espagnees tirar los tejos a alguienjeter les palets
Espagnees LigarDraguer
Canada (Québec)fr Chanter la pomme
Italieit Fare il filo/fare la corteFaire le fil/faire la cour
Belgique (Flandre)nl Zoete broodjes bakkenFaire cuire des petits pains sucrés
Portugalpt Arrastar a asaTrainer l'aile
Roumaniero A se da la cinevaSe donner/frapper à quelqu'un/une

Vos commentaires
C’est qu’il aimait faire du gringue, Allais !

Fallait oser. Je devine ton sourire hilare quand tu l’as écrite celle là !
réponse à . mickeylange le 04/01/2010 à 23h55 : C’est qu’il aimait faire du gringue, Allais ! Fallait oser. Je devi...
Y’en a des qui trichent !!!

C’est en faisant éhontément du gringue à God qu’on obtient le privilège d’intervenir à 23:55:49 ?

Je suis un peu fatigué de cette société, micro-société pourtant, à deux vitesses : les Princes en haut et la plèbe en bas...
Ah !, Ca ira, ça ira, ça ira !

Tyrans, descendez-zzz-aux tombeaux !
réponse à . deLassus le 05/01/2010 à 00h00 : Y’en a des qui trichent !!! C’est en faisant éhont&eacu...
Jaloux. C’est pas beau !
Je suis sur Mac et depuis que l’heure d’expressio ne retarde plus j’ai 5 minutes d’avance sur l’heure officielle. God n’y est pour rien.
Je me suis énervé , moi ? Ca n’arrive jamais pourtant.

J’ai entendu cet après-midi un écrivain interviewé sur Radio Classique, qui racontait à peu près ceci, en matière de gringue :

"Moi, j’étais tellement doué étant jeune que lorsqu’une jolie femme me faisait un sourire dans un lieu public, je mettais tellement de temps à réagir que au moment où je me pointais, plusieurs de mes copains avaient déjà discuté, dîné et passé quelques nuits avec la dame..."
J’ai eu de la visite et je n’ai pas entendu qui était cet écrivain, mais je l’ai trouvé très sympathique (vous savez : sympathie vient de souffrir ensemble).

AUTHENTIQUE, mais il n’a peut-être pas dit "je me pointais". Forcément, un écrivain...
Si j’ai bien tout suivi le laïus de God : "faire des petits pains pour quelqu’un", ça reviendrait à balancer du broumitche pour attraper les allatches, en quelque sorte. Non ?
réponse à . deLassus le 05/01/2010 à 00h00 : Y’en a des qui trichent !!! C’est en faisant éhont&eacu...
Ce n’est pas le record, j’avais trouvé le moyen de rentrer à 23h03, ce qui à l’époque avait créé une grosse polémique. God a maintenant fermé cette porte d’accès et c’est tant mieux. C’est comme la rubrique "les prochaines". Il fut un temps ou on pouvait connaitre les dix prochaines expressions à venir (hors les samedis et dimanches ou les expressions sont aléatoires) et certains en profitaient pour faire bisquer ceux qui n’avaient pas vu cette rubrique en annonçant d’avance l’expression du lendemain. Cette possibilité a maintenant été supprimée aussi et cette rubrique se contente maintenant d’annoncer laconiquement : « Il y a actuellement 1 expressions ou locutions en attente de publication. »[ je remarque en passant que s’il n’y a qu’une expression ou locution en attente, le « s »est superflu]
Bon, je vais aller me coucher maintenant. (Quand je te disais que je suis un oiseau de nuit, et c’est tout les jours comme-ça. 
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 04h52 : Ce n’est pas le record, j’avais trouvé le moyen de rentrer &a...
Il fut un temps ou on pouvait connaitre les dix prochaines expressions à venir...
Eh oui ! C’était un temps que les moins de vingt ans...  

Bon, la possibilité n’est pas supprimée. Il faudrait simplement que j’agisse moins au jour le jour et que je reprenne le temps de saisir d’avance celles en attente. Mais en ce moment, j’ai un peu du mal, tout comme pour la validation des ’Ailleurs’.
[ EXEMPLE ]
« Ce qui s’est vu aussi, c’est qu’une fille de vingt ans soit obligée de faire du gringue à un vieux bonhomme pour attirer l’attention d’un jeune demeuré qui ne la regarde même pas. »
René Bragard - La montagne du condor: sangs de fiel - 1992

Le titre de ce bouquin fut d’abord: Le Mont de Vénus.
Ce n’est qu’après que ls compagne présumée de l’auteur, Mme Braguette, lui a dit que le Mont de Vénus est la montagne du con d’or.
réponse à . God le 05/01/2010 à 06h20 : Il fut un temps ou on pouvait connaitre les dix prochaines expressions à ...
Ouiiii, et aussi pour mettre en ligne les compte-rendus des Conventions passées....
Mais nous sommes patients, n’est-ce-pas, docteur?
Peu inspirante l’expression du jour : je ne comprends pas bien
- l’origine,
- si c’est l’homme qui fait du gringue, c’est à dire qui apporterait des petits pains , ou des petits poissons, à la femme, un peu comme le manchot (ou le pingouin, je ne sais jamais) apporte un caillou à sa belle
- ou si c’est l’inverse, comme dans l’exemple de God, où une jeune femme fait du gringue à un vieux bonhomme

>>> Perplexe je suis. D’ailleurs je n’ai rien écrit depuis 00:21 !

C’est peut-être la grippe ? Au secours ! Il me fait au moins 50 millions de doses pour moi tout seul ! Ca doit pouvoir se négocier.
réponse à . file_au_logis le 05/01/2010 à 07h20 : Ouiiii, et aussi pour mettre en ligne les compte-rendus des Conventions pass&eac...
Je trouve aussi !

T’as-raison-God-Hobbes
"faire des petits pains pour quelqu’un"
un vieux crouton qui ferait des petits pains pour sa mie ?
En tous cas, la façon la plus poétique que je connaisse de faire des petits pains pour séduire sa belle, je vous l’offre sur cette page
mot dérivé de ’grignon’, c’était du pain, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle.
eh bien God, ce n’est pas du tout la piste qui m’inspire !
"Grignon" au XII siècle c’était la moustache , (du latin crinionem, de crinis : crin) (source : dictionnaire de l’ancien français de Larousse). Et pour moi, faire du gringue viendrait donc du fait de tourner autour de la belle, en redressant la pointe de sa moustache, comme on le voit faire par tous les moustachus. (j’en ai eu une, à 18-20 ans, mais trop courte pour cela ! )
Bon, si vous insistez, je n’exclue pas qu’il ait pu rester dans la moustache quelques miettes de pain que l’on inviterait la belle à venir picorer, mais là ce n’est plus tiré par les cheveux, c’est tiré par les poils !
J’ai une bonne nouvelle pour vous !
"Faire du gringue" est une expression figée, c’est à dire "atteinte" de "figement"
.
Ci-joint la preuve irréfutable : si vous comprenez quelque chose à cet extrait comme à l’introduction de cet ouvrage , je vous envie.
Moi je vais me faire un troisième café !

cette page
j’ai mis mes plus belle fringues
pour faire du gringue
à une grande bringue
de St Domingue.
Elle m’a traité de ringu...
...ard : ça me rend dingue !  
réponse à . deLassus le 05/01/2010 à 09h45 : J’ai une bonne nouvelle pour vous ! "Faire du gringue" est une expre...
Ta référence est non seulement figée, elle est aussi tronquée, puisque la page 82 ne fait pas partie de la partie consultable de ce livre. Donc, je ne comprends rien à l’introduction de cet article.
Un vieux grigou
marchant de guingois
voulut lui faire du gringue
Et y mettre son groin
En plus du sel le grain.
Elle se mit à danser la gigue
Et sema de la discorde le grain.
Le vieux grigou grognon
Parti, dérapa, et se brisa le trognon.
Depuis lors, c’est un vieux quignon!*

Heureusement que quignon est du masculin, spa.
Autrement, en parlant de lui, elle eût pu dire: "ma quignon!"
réponse à . chirstian le 05/01/2010 à 09h24 : "faire des petits pains pour quelqu’un" un vieux crouton qui ferait des ...
On n’a pas fait plus joli dans le genre depuis.

Je ne sais si la Lune s’amuse
A être ta muse
Mais l’année d’aujourd’hui
Te porte à la poésie
Avec tout le talent
Que tu as mis avant
A jouer avec les mots
Comme j’aime, foi de Momo.
Sur cette page, elle vendait de la pâtisserie à un vieux qui lui faisait du gringue
avec des gâteaux secs, signe de progrès social sans doute.
réponse à . momolala le 05/01/2010 à 10h10 : Sur cette page, elle vendait de la pâtisserie à un vieux qui lui fa...
Une très jeune femme peut sincèrement éprouver de l’amour et même de l’attirance physique pour un très vieil homme. Principalement s’il est riche et célèbre.
Guy BEDOS
Il est de part le monde beaucoup trop de pays où l’on devrait faire davantage de gringue, ceux auxquels pensait sans doute Pablo Neruda dans cette ode magnifique au pain dont je vous livre un extrait sur cette page. Mon père qui savait de quoi il parlait disait : "Le pain, c’est la vie". Et s’il y en a qui ne sont pas d’accord, je peux leur distribuer quelques pains aussi !
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 10h15 : Une très jeune femme peut sincèrement éprouver de l’a...
Il n’a même pas besoin d’être célèbre ! Tu me rappelles une histoire récente dont je n’ai pas encombré ma mémoire, une histoire évidemment étatsunienne, où le vieillard avait conçu sans assistance aucune aux dires de la jeune épousée un héritier providentiel avant de décéder dans la foulée...
Ô God ! quel joli chapeau de page ! "Pour la première fois les femmes parlent aux hommes et leur expliquent les moyens de les séduire" : une belle périphrase pour "faire du gringue".
"C’est qu’il aimait faire du gringue, Allais !"
C’est trop, trop, trop bon     
gringue ? et gringo ? est-ce la même racine latine ? Un linguiste, de préférence distingué, peut-il répondre ?
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 10h36 : gringue ? et gringo ? est-ce la même racine latine ? Un lin...
Quand le gringue ne marche plus c’est la dégringolade ?

Scuze je m’a gouru de buuuton.
Suggestion: cela se fait, certes, mais apparemment de manière embryonnaire... Pourquoi pas un concours de déconnade ? Avec des points mais aussi des pénalités lorsque les jeux de mots-laids sont vraiment trop mauvaix ?
Quant au classement ? mois, trimestre, année ?
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 10h15 : Une très jeune femme peut sincèrement éprouver de l’a...
Sacha Guitry, Johnny, Eddy Barclay ??? Personne pour continuer la liste ???? Le grand turc, les émirs du Golfe. Eux ben, c’est eux... Faut avoir les moyens, toute une smallah de nénettes...
réponse à . God le 05/01/2010 à 06h20 : Il fut un temps ou on pouvait connaitre les dix prochaines expressions à ...
T’es de plus en plus feignant, alors, God ? Bon, les filles : faut lui faire du gringue, lui remonter le... moral, que si ça continue on n’aura plus que "les dernières" à se mettre sous la dent. Lui faut des vacances, à notre Godemichou, qu’il puisse nous mitonner ses laïus aux petits oignons ! Lui qu’est un maître-queux, occupez-vous de ses quartiers de noblesse, lui redorer son écu, lui fourbir son épée au Mirror®, lui développer ses talents de fine lame de la langue... Vous pouvez pas le laisser dans cet état, hein ! Le pauvre biquet...
réponse à . chirstian le 05/01/2010 à 09h47 : j’ai mis mes plus belle fringues pour faire du gringue à une gran...
Alors faire du gringue à une dame, afin de pouvoir jouer aux boules avec elle ? Peut-être des formes-alitées mal engagées ???
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 10h40 : Sacha Guitry, Johnny, Eddy Barclay ??? Personne pour continuer la liste&nbs...
Johnny, j’ai rectifié la faute à bouton.
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 10h40 : T’es de plus en plus feignant, alors, God ? Bon, les filles : fa...
lui développer ses talents... le pauvre biquet
C’est talents biquet..
lui fourbir son épée au Mirror®,
ou au cirage... de pompes.
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 10h49 : lui développer ses talents... le pauvre biquetC’est talents biquet....
Super hyper excellent !!!! Je le resservirai à l’occasion ! 
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 10h39 : Suggestion: cela se fait, certes, mais apparemment de manière embryonnair...
non, NON, pas de classement ! Je vote contre cette suggestion ...
nous ne sommes pas tous égaux, ni dans le maniement de la belle langue française, ni dans la culture (en général), ni dans le sens de l’à-propos, de la répartie, et l’humour est parfois difficile à exprimer  quand on écrit de façon personnelle !
réponse à . momolala le 05/01/2010 à 10h10 : Sur cette page, elle vendait de la pâtisserie à un vieux qui lui fa...
Même Barbara chantait des chansons grivoises... C’est du joli ! Ah, c’est du propre ! Dire que ce site fut de bonne tenue, aousque le gringue n’avait pas cours...
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 10h49 : lui développer ses talents... le pauvre biquetC’est talents biquet....
Ah ben vi... God, c’est comme qui dirait notre étoile cirée. De celles qui illuminent le ciel nocturne de deLassus, au hasard. Et puis, si on veut jouir de l’éditeur de partoche en 2010, faut pas pleurer l’huile de coude, tu mords ? Faut lui faire du gringue à tous les étages du phare, du cul-de-basse-fosse jusqu’à la lanterne. Tiens, tu ferais pas un dessin, que les jeunes repèrent mieux les fondements de la communauté expressionautique ?
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 11h02 : Même Barbara chantait des chansons grivoises... C’est du joli !...
Tu as raison, jusqu’à présent ce site était plutôt fréquenté par nos copines, folles de la messe.Ⓒ Mais maintenant que God lui même donne l’exemple, ça va être l’orgie dans les sacristies.
Tout fout le camp mon bon monsieur !
réponse à . deLassus le 05/01/2010 à 09h45 : J’ai une bonne nouvelle pour vous ! "Faire du gringue" est une expre...
Attention à ne pas faire comme Gaston, dans je ne sais plus trop quel album où le café était devenu une sorte super hyper dopant.
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 11h21 : Tu as raison, jusqu’à présent ce site était plut&ocir...
Et qui est visé parmi les folles de la messe: les grenouilles de bénitier et/ou les punaises de sacristie ??? 
"Si l’argent n’achète pas l’amour, ça facilite nettement les négociations. "

Oscar Wilde

Gringalette ?
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 11h39 : "Si l’argent n’achète pas l’amour, ça facilite n...
Je lui avais dit : "avec mon banjo, je vais te jouer mon répertoire de bastringue". Elle m’a filé une paire de baffes, car dans le brouhaha du bal-musette, elle avait compris "basse-tringle". Dommage, car j’y pensais, justement, après le concert.
Alors, j’ai pris mon violon, et lui proposai quelques coups d’archet. Et je reçus une autre paire de baffes. Quel dur métier, musicien !
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 12h01 : Je lui avais dit : "avec mon banjo, je vais te jouer mon répertoire ...
Quel dur métier, musicien !

Oui mais quel beau métier professeur !Ⓒ
réponse à . cotentine le 05/01/2010 à 11h01 : non, NON, pas de classement ! Je vote contre cette suggestion ... nous ne ...
Je vote pour contre avec toi !
je me marre !!!  :&rsquo)
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 12h10 : Quel dur métier, musicien ! Oui mais quel beau métier profess...
Il est éculé, çui-là !
Va donc hé buveur d’eau !
La mort de tes os ! Allez, va balancer du broumitche pour attraper les allatches, sur les rochers. Moi, je vais faire un tour au bar de la Marine.
Il vaut parfois mieux être buveur d’eau que gringue à lait!

Nooooooooonnn, pas sur la têêêêêêêête!
réponse à . file_au_logis le 05/01/2010 à 12h47 : Il vaut parfois mieux être buveur d’eau que gringue à lait! ...
Et un coup de genou... bien placé ? 
Un coup de genou frivole, et les roubignolles s’envolent.
Lao Tseu
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 12h10 : Quel dur métier, musicien ! Oui mais quel beau métier profess...
tu ne te rappelles pas qu’il faut signaler par un petit © les phrases à l’air correctes qui cachent une contrepèterie ? ou bien tu ne te souviens plus comment on le dessine ?
tu sais bien que certain(e)s ne les repèrent pas ! 

* V’là Momo qui me fait du gringue en #43 : elle me veut "tout contre" ... :&rsquo)
réponse à . deLassus le 05/01/2010 à 00h00 : Y’en a des qui trichent !!! C’est en faisant éhont&eacu...
.. les Princes en haut et la plèbe en bas...

Lire ça, ça me déguenille les seins !* JE LE SAVAIS qu’il y avait une hiérarchie sur ce site ! Et que n’ai-je pas lu quand j’ai osé prétendre qu’il y avait des strapontins et des fauteuils "club" !

Maaiis nooon ! Pôv fille ! C’est dans ta tête ! Ici sommes tous z’égaux !. Et v’là que les Z’anciens-d’ici s’entre-déchirent à belles dents ! Sûr qu’ils vont me dire Maaiis nooon ! Pôv sotte ! Tu te m’éprends z’encore : c’est de l’humour !. Vais prendre une gélule parce que, là, le coup de calcaire me guette !

* Expression d’un mien tonton lorsqu’il était stupéfait, ébahi ou écoeuré. Il prononçait : déguénille... et ça faisait ma joie. Tiens, ce petit coup d’enfance m’apaise... Vais p’têt remettre la gélule à plus tard.
réponse à . DiwanC le 05/01/2010 à 13h22 : .. les Princes en haut et la plèbe en bas... Lire ça, ça me...
Tu devrais proposer cette expression à God avec les coordonnées du tonton pour les sources avérées ! Ce ne serait pas triste d’avoir à délirer là-dessus à défaut de se cultiver.
réponse à . cotentine le 05/01/2010 à 13h13 : tu ne te rappelles pas qu’il faut signaler par un petit © les phrases...
Voilà maîtresse j’a corriju 
réponse à . deLassus le 05/01/2010 à 09h45 : J’ai une bonne nouvelle pour vous ! "Faire du gringue" est une expre...
Le sens d’expression figée est tout simple : c’est une expression, ou une locution, dont on ne peut séparer les termes : c’est l’association des mots, et non l’addition de leurs différentes significations, qui en constituent donc le sens global.

Bonne journée, gringos !
réponse à . momolala le 05/01/2010 à 13h31 : Tu devrais proposer cette expression à God avec les coordonnées du...
Le tonton de Divan c’est Henry Chapier ?
réponse à . cotentine le 05/01/2010 à 11h01 : non, NON, pas de classement ! Je vote contre cette suggestion ... nous ne ...
Objection valable ! Et pour les plus mauvais jeux... de mots-laids, je suggère le goudron et les plumes ! 
réponse à . cotentine le 05/01/2010 à 11h01 : non, NON, pas de classement ! Je vote contre cette suggestion ... nous ne ...
Entiérement d’accord avec toi. J’ajouterai que classer des jeux de mots risque d’être un vrai casse-tête car nous sommes loin d’avoir tous le même sens de l’humour* : ce qui fait rire les uns fera à peine sourire les autres et hérissera certains (ça s’est vu pas plus tard qu’il n’y a guère). Evitons les classements et ainsi les jugements, les chapelles, les tollés, les susceptibilités, les désabonnements...!

* Certain ange au sourire (et sans doute gracieusement sexué) dénie parfois, ici même, cette aptitude à la gent féminine...
réponse à . cotentine le 05/01/2010 à 13h13 : tu ne te rappelles pas qu’il faut signaler par un petit © les phrases...
Ah, non ! C’est d’autant plus drôle quand c’est glissé en douce, mine de rien : jouissif, moi je dis. T’imagines l’annonce ? "Attention, je vais t’en glisser un entre deux, en passant". Et avec un porte-voix de Marine, peut-être ?
Et l’heureuse surprise de celle qui ne s’y attendait pas du tout, mais pas du tout, alors ? Et la place du plaisir solitaire, dans le cas contraire ? Hmmm ?
Non, le truc, c’est la complicité. Un peu comme quand tu forniquais dans la 2CV, étant jeune, sur la place du village ou au bois, au milieu des promeneurs qui ne remarquaient rien d’autre que la bonne suspension de ta tire (?)... Aaaahhh, que de bons souvenirs !
réponse à . momolala le 05/01/2010 à 13h31 : Tu devrais proposer cette expression à God avec les coordonnées du...
Il y a quelques années déjà que mon joyeux tonton a quitté la planète pour un monde qu’on dit meilleur... Sûr que s’il fait un tour par ici, il sera ravi de lire - par dessus nos épaules - tout ce que nous/vous inspire cette expression ! GOD l’a prend quand il veut : c’est cadeau de la famille !
réponse à . syanne le 05/01/2010 à 13h32 : Le sens d’expression figée est tout simple : c’est une e...
Ah ben oualà : ça manquait de rhétorique, depuis un moment. Merci ! Je vais faire le coup de l’expression figée à BB, voir si elle en aime le sens global. 
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 13h49 : Ah ben oualà : ça manquait de rhétorique, depuis un mo...
Ah ! merci à toi, cap’tain, pour ce gentil petit coup de gringue ! La rhétorique salue bien bas la marine... même si nul marotisme, antanaclase, polysyndète, épanorthose, homéotéleute ou métalepse* ne m’a encore permis de faire le lien entre l’expressio du jour - aussi figée soit-elle- et la mer, pour ainsi pouvoir prétendre à la trirème du jour, autrefois appelée, si mes souvenirs expressionautiques sont bons, la MMM (is that correct ?).

L’ai-je bien gringuisé ?

*Là t’en prends pour une bonne quinzaine !

Bises.
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 10h39 : Suggestion: cela se fait, certes, mais apparemment de manière embryonnair...
Depuis hier me trotte une rime en "o".
Apres avoir lu ....libidineux...(allez encore cette sacré libido...),
je chantonnais: mambo...manbo...."la libido..oh! "
Aucun lien avec la pensée du jour!!! mais je te sens tellement conciliant avec les bécassons, les rimailleurs et les imbécilots, que j’ose!
Tant pis si je repars avec une plume au...troufinus!
Juste envie de dèc.!
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 10h40 : T’es de plus en plus feignant, alors, God ? Bon, les filles : fa...
Et faut-il aussi lui faire du gringue pour recevoir l’expressio du jour ? Voilà 3 jours que je reprend la même pour vous rejoindre, et rien dans mon courrier du matin (ni dans les spams, j’ai vérifié) Snif 
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 10h36 : gringue ? et gringo ? est-ce la même racine latine ? Un lin...
Suis pas du tout linguiste… quant à la distinction, faut voir ! Mais curieuse et friande des mots, ça oui ! Aussi, ai-je cherché et j’ai trouvé ceci : Gringo : terme intraduisible. Le gringo était autrefois, pour les Mexicains, un peu ce qu’était le yankee (l’Américain du Nord) pour les Américains du Sud après la guerre de Sécession. De nos jours, c’est une façon commode de désigner les gens vivant au nord du Rio Grande.

A l’intérieur d’une même couche sociale, gringo et gringa sonnent avec la même nuance de cordiale amitié que chez nous le « mon vieux » dont on use entre familiers. A l’origine, le terme n’avait rien que de rationnel et que d’honorable, puisqu’il dérive du griego espagnol qui signifie « grec ».

On trouve également d’autres définitions du « gringo » : à l’époque de la guerre entre le Mexique et les Etats Unis de 1846-1848, en référence à l’uniforme vert des soldats américains, on utilisait le terme « green go home ! » ; à la même époque, cette appellation fait référence à une chanson de l’armée américaine : « Green grow the rushes, O »
.

Rien trouvé de plus que le déjà dit ici pour gringue.
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 10h36 : gringue ? et gringo ? est-ce la même racine latine ? Un lin...
juste pour compléter l’info de DiwanC : l’origine de Gringo serait la "Déformation possible de l’espagnol griego (« grec ») dans le sens de « langage incompréhensible ». Utilisé au XVIIe siècle à Malagá (Andalousie) pour désigner des étrangers parlant avec un accent et à Madrid pour les Irlandais." (Wikipedia, confirmé par d’autres sources)
Donc pas de croisement possible avec la racine latine de gringue. Ceci dit, rien n’empêche un gringo de faire du gringue : cela devient une histoire d’O ...
réponse à . syanne le 05/01/2010 à 14h21 : Ah ! merci à toi, cap’tain, pour ce gentil petit coup de gring...
Je fais voile de ce pas, par le marotisme de Panama, faire de l’antanaclase de neige et des polysyndètes de jeu. Car j’ai beau zoner tes termes barbares et foncer sur Wiki mater leur sens, je suis infoutu de retenir ce dernier plus de douze secondes. A croire que je m’en fous un peu, hein ? J’ai appris ma langue maternelle avec le Larousse encyclopédique paternel, mais aussi l’almanach Vermot d’un grand-père et Le Hérisson de l’autre. Ça laisse des traces, forcément !
Bon, tu la gringuignes, la trirème du jour ? Dois-je te rappeler que tu l’as obtenue à vie, il y a lulure ? Mais, pour t’être agréable, je passe commande à mon sous-traitant à Saint-Raphaël (un pays émergent), pour un exemplaire spécial en peau de raie torique.
Le passage du pain à l’amitié (ou à l’amour) n’est pas si étonnant.
Ne dit-on pas un compagnon (c’est-à-dire celui avec qui on partage le pain), mot dont le sens actuel est parfois quasiment un mari ?
Avec tous mes voeux pour la nouvelle année.
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 14h25 : Depuis hier me trotte une rime en "o". Apres avoir lu ....libidineux...(allez en...
Mambo bouleau, roi des coteaux, que j’aime ton beau poteau*...
Tiens, c’est marrant : moi, ce sont des musiques qui me trottent le plus souvent par la tête, en lisant les couenneries des autres.

* sur l’air du beau sapin
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 10h39 : Suggestion: cela se fait, certes, mais apparemment de manière embryonnair...
Quant au classement ? mois, trimestre, année ?
eh bien je ne serais pas aussi sévère que celles qui ont réagi négativement à ta proposition. Je trouve même que c’est une excellente idée, et je propose qu’il s’agisse d’un classement journalier (parce que à l’heure ce serait trop lourd). Les critères peuvent être aussi nombreux que nous le souhaitons, l’essentiel étant le résultat.
Le seul acceptable à mon avis, c’est que tous les participants soient systématiquement premiers ex-aequo.
Nous avons bien noté que tu offrais de payer les prix , et bien que cela nous gêne un peu, nous acceptons avec gratitude. J’espère qu’ils seront suffisamment motivants ! On commence quand ?
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 15h08 : Je fais voile de ce pas, par le marotisme de Panama, faire de l’antanaclas...
Je te rassure tout de suite, moi aussi si parfois je vogue, souvent je nage et galère dans la mer* étrange de ces noms savants ! J’en maîtrise certes quelques-uns, mais connais (méconnais ?) souvent les figures sans pouvoir les nommer. Cela dit, il en va de la rhétorique comme de toutes les spécialités** : elle a son lexique... et parfois son jargon.

*du gringue au marin, au passage

** je précise que je ne me donne pas pour spécialiste, je ne saurais affronter la levée de boucliers que ce mot déclenche !
réponse à . <inconnu> le 05/01/2010 à 14h25 : Depuis hier me trotte une rime en "o". Apres avoir lu ....libidineux...(allez en...
Si je ne me trompe, c’est cette chanson qui te trotte dans la tête ?

cette page

J’ai beau lire et relire, je ne vois pas "libido" dans les rimes. Ni ailleurs dans le texte...
La libido, elle n’est que dans ta tête !
réponse à . horizondelle le 05/01/2010 à 14h39 : Et faut-il aussi lui faire du gringue pour recevoir l’expressio du jour&nb...
Bon, c’est simple : troisième petite ligne à partir du bas, dans n’importe quel mot doux ancien de God, tu as ton adresse perso, du type :

http://www.expressio.fr/newsletter.php?id=ABCD123E


Tu zones cette adresse, tu la colles dans la barre d’adresses de ton navigateur internet préféré, tu valides et tu la ranges dans tes favoris. Tu n’auras qu’à cliquer dessus n’importe quand pour appeler la page en cours d’Expressio, en t’affranchissant des aléas qui jactent à l’Est.
Jules
"Si le gringue ne meurt, je vous ferai entendre le gringue de la voix", dit Barthes à Gide.
réponse à . chirstian le 05/01/2010 à 15h20 : Quant au classement ? mois, trimestre, année ? eh bien je ne ...
Attention, Jacques_27, c’est un piège ! Chirstian va vouloir un scooter rose comme prix, avec Louisann comme copilote. Moi, je me contenterai d’un modeste voilier de 40 pieds, sans demander la Lune.
Ne dit-on pas un compagnon (c’est-à-dire celui avec qui on partage le pain), mot dont le sens actuel est parfois quasiment un mari ?
cum pano, effectivement, et son évolution moderne en "copain". Tu as raison de remarquer que le terme désigne maintenant le "compagnon de vie" , mais c’est une évolution très récente, due à l’apparition des couples "illégitimes", pour remplacer le peu poétique "concubin".
réponse à . syanne le 05/01/2010 à 15h21 : Je te rassure tout de suite, moi aussi si parfois je vogue, souvent je nage et g...
Allons, allons... trop de modestie tue la modestie. Tu es bien notre rhétoricienne de garde, l’experte du métalangage de bois, la fine fleur de l’analyse oratoire (de chèvre, mêêêê oui !), quand nous utilisons le zeugme, la syllepse ou la diaphore sans le savoir. Mickey, lui, a une préférence pour l’amphore. De rosé.
réponse à . chirstian le 05/01/2010 à 15h49 : Ne dit-on pas un compagnon (c’est-à-dire celui avec qui on partage...
Et celle dont on partage le pagne, c’est la compagne. C’est quand même bien foutu, la langue, hein ?
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 16h05 : Allons, allons... trop de modestie tue la modestie. Tu es bien notre rhét...
Oulàààà ! que de mots barbares. Merci vous deux. Je vais devoir me taper une soirée dico.  
Tu crois vraiment que ça peut servir, dans une conversation de salon, quelle qu’en soit la couleur ? Bon, eh bien... bon courage ! Mais si tu comptes faire du gringue avec ça, tu vas tirer de drôles de numéros, je prédis !
Bon, les gosses : Pépé part faire du gringue à BB, en allant la chercher en ville dans une bagnole bien chaude. Et comme il y fait frisquet, sûr qu’elle va me témoigner toute la reconnaissance dûe à mon rang, hein ? J’en fais mon affaire. Quant à vous, au lit, les mains sur les couvertures, garnements ! Que l’expression du jour vous aura encore donné des idées malsaines... Ne niez pas, je vous connais !
réponse à . cotentine le 05/01/2010 à 11h01 : non, NON, pas de classement ! Je vote contre cette suggestion ... nous ne ...
Un concours ! Et pis quoi encore ? Vont pas bien les garçons cette année…

S’affronter, se juger, se jauger, non ! Pitié ! Partout, on est soumis à l’évaluation, à la notation, au classement ; on ne va pas recommencer ici où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté, enfin… presque !
Cherche pas, Mident ! La majorité de ces mots sont absents des dictionnaires, impossibles à mémoriser et inutiles, comme le dit PP, au salon ou dans la chambre, mais aussi au bureau, dans la cuisine, la salle de bain, le boudoir et l’oratoire*, et même sans doute sur Expressio où nous les jetons parfois par pure fantaisie ou grande vanité, God nous le pardonne !

* A ce propos, qui peut m’expliquer "oratoire de chèvre", c’est trop subtil pour moi, à moins que cela ne soit si gros que j’en sois aveuglée... On ne se moque pas, SVP !
réponse à . syanne le 05/01/2010 à 19h02 : Cherche pas, Mident ! La majorité de ces mots sont absents des dicti...
Thouars dans les deux chèvres (sèvres) c’est pas du grand Pépé mais comme il a réveillonné à l’eau on lui pardonne non ?
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 19h10 : Thouars dans les deux chèvres (sèvres) c’est pas du grand P&...
Chertes ! On l’exchcuse...et je m’en vais de che pas boire un petit verre de Pinot gris à cha chanté.

Merci pour le décryptage, cher Ange !
réponse à . DiwanC le 05/01/2010 à 18h35 : Un concours ! Et pis quoi encore ? Vont pas bien les garçons ce...
Pas possible de toute façon ! L’a-normalité règne ici en maîtresse de notre liberté d’expression et de la fantaisie de nos différences, seules compétences transversales exigées.
réponse à . momolala le 05/01/2010 à 19h42 : Pas possible de toute façon ! L’a-normalité règn...
Je me marre !!!  :&rsquo)
réponse à . syanne le 05/01/2010 à 19h02 : Cherche pas, Mident ! La majorité de ces mots sont absents des dicti...
Aaaah ! merci Syanne et PP.
Je n’ai de toute façon pas encore eu le temps de m’y mettre pour cause de "visites bonnannée". Et maintenant, mon fauteuil, mon bouquin, une bonne tasse de chic., le roi n’est pas mon cousin.
mêêééé non, tu n"as rien corrigé, fiston !
pour faire un © il te faut jouer du clavier correctement ! 
Alt + o169 ...
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 15h28 : Bon, c’est simple : troisième petite ligne à partir du ...
Je viens d’essayer, mais ça revient au même que de prendre un ancien mot doux de God, j’arrive sur la page du jour, mais comme je n’ai PAS LE MOT DOUX du jour, je ne sais pas non plus "les commentaires ajoutés hier", etc...
On verra si je reçois mon doux expressio demain, siouplé God 
il ne faut pas confondre la mine du dragueur avec le dragueur à mines.
proverbe de gringue maritime.
réponse à . momolala le 05/01/2010 à 10h25 : Ô God ! quel joli chapeau de page ! "Pour la première foi...
quel joli chapeau de page
Qu’en termes bien choisis ces choses-là sont dites ... Et c’est pas pour te faire du gringue, ô ma Momo 
réponse à . Elpepe le 05/01/2010 à 16h10 : Et celle dont on partage le pagne, c’est la compagne. C’est quand m&...
Et comme on disait dans mon jeune temps, la copine, c’est celle avec qui tu partages ta tartine 
On retrouve dans "gringue" le même préfixe "gri" que dans" grimper", ce qui exprime bien l’idée qu’il y a derrière la tête de celui (ou celle) qui fait du gringue.
Fer dingue a rugi
Gigue dure, fin Râ
Farine du Grieg Û
Duguérin fera GI
Gare fringue due
Edgar figurine u
Faire du gué Ring*

* : pour faire le tour, ou avec des gants 

B’Anannée
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 19h10 : Thouars dans les deux chèvres (sèvres) c’est pas du grand P&...
c’est pas du grand Pépé
Comment ça ? C’est très con ? Et alors ? Tu l’as bien capté, toi, le calembour... et sans éditeur de partoche.
Remarque, je suis rassuré que Syanne ne l’ait pas retapissé : elle n’est pas du niveau Vermot, elle ! Toi, si... :&rsquo)
réponse à . horizondelle le 05/01/2010 à 20h54 : Je viens d’essayer, mais ça revient au même que de prendre un...
Et "Les dernières", ça sert à quoi que God y se décarcasse, hmmm ? Allez, clique !
réponse à . chirstian le 05/01/2010 à 22h38 : il ne faut pas confondre la mine du dragueur avec le dragueur à mines. ...
Ah ben oualà : faut attendre 22:38:14 pour fourguer la trirème du jour, mainant, que je craignais de devoir dormir avec, moi...
réponse à . mickeylange le 05/01/2010 à 23h26 : On retrouve dans "gringue" le même préfixe "gri" que dans" grimper"...
Arrête, Mickey, tu la leur grignotes broutes !
réponse à . deLassus le 05/01/2010 à 00h21 : Je me suis énervé , moi ? Ca n’arrive jamais pourtant. ...
mais je l’ai trouvé très sympathique (vous savez : sympathie vient de souffrir ensemble).

ça sent le vécu, ça...?
Le passage du pain à l’amitié (ou à l’amour)
Et il ne reste plus qu’à mettre le petit pain au four ...
Pas trouvé de trace de gringue chez Georges (l’autre) et pourtant il en a inventé des occasions de faire du gringue.
Les amoureux qui se bécottent sous le plus bel amandier du quartier tandis que les trois capitaines séduisent Hélène et que les filles de joie font l’amour vingt fois par jour......
Ah quel dommage qu’il ait tant fait de gringue à la Camarde qui est venue le chercher trop tôt, fachée qu’elle était d’avoir toutes ces fleurs plantées dans les trous de son nez........
Ce n’est plus de mon âge. 
Quand tu dis cela, c’est que tu fais le point? Que tu veux mettre les poings points sur les i? Je crois que tu te trompes: il n’y a pas d’âge pour les braves!
Et puis dis-toi bien: faire et défaire, c’est toujours travailler...
Furetière – je ne le remercierai jamais assez – me signale deux anagrammes intéressantes : drague figurine et ardeur ignifuge qui me semble de mise lorsqu’on déclare sa flamme.
Vous trouverez tous les développements de l’intrigue dans la prochaine édition expurgée de Martine fait du gringue.
réponse à . file_au_logis le 26/01/2013 à 08h35 : Quand tu dis cela, c’est que tu fais le point? Que tu veux mettre les poin...
il n’y a pas d’âge pour les braves!
À 6 h, bébé bave, à midi, bébé bave, à 18 h, bébé bave.
Moralité : Il n’y a pas d’heure pour les baves.
réponse à . <inconnu> le 26/01/2013 à 08h58 : il n’y a pas d’âge pour les braves!À 6 h, béb&ea...
Bébé chie dans ses fringues, fait du bastringue, c’est sa façon de faire la bringue. Je vous laisse le plaisir de caser ’meringue’, ’seringue’, et ’embringue’.
DEVINETTE
Pourquoi, pour les espagnols, l’expression ne tient pas debout?
- parce que des gringues, olé!
En Ethiopie, pour récolter le café, on utilise des perches: ça fait ’des grains gaulés’.
Fontenelle...cette page.... qui mourut centenaire à une époque où arriver à la cinquantaine était un exploit a été un incorrigible coureur de jupons jusqu’aux derniers jours de sa vie.
Alors qu’il avait déjà dépassé les nonantes, il serra un jour une jeune fille de trop près.
Celle ci lui dit:
"Monsieur, si vous n’arrêtez pas je crie !"
Ce à quoi il répondit:
"Oh oui, oh oui criez, celà nous fera honneur à tous les deux !"

Moralité:
Il n’y a pas d’age pour faire du gringue..
réponse à . <inconnu> le 26/01/2013 à 09h11 : Bébé chie dans ses fringues, fait du bastringue, c’est sa fa...
Non, c’est pépé qui chie dans son froc
le ’grignon’...désignait régionalement un morceau de pain
Dans mon pays, le grignon (griñon) n’évoque pas précisément le pain...cette page.
réponse à . BOUBA le 26/01/2013 à 09h15 : Fontenelle...cette page.... qui mourut centenaire à une époque o&u...
mourrut
Du verbe mourrir?
(c’est à mourir de rire)
réponse à . joseta le 26/01/2013 à 09h30 : mourrut Du verbe mourrir? (c’est à mourir de rire)...
Merci, erreur corrigée, comme çà j’ai l’R moins con.......
Malentendu
La cour de l’école du petit bled devant être réformée, la maîtresse prévint le vieux maçon. Lorsqu’il s’y dirigeait, celui-ci croisa une voisine:
- Où allez-vous donc, monsieur Dupont?
- Je vais faire la cour à la maîtresse!
- Du gringue à votre âge? Z’avez pas honte?
réponse à . BOUBA le 26/01/2013 à 09h44 : Merci, erreur corrigée, comme çà j’ai l’R moins...
Ne te laisse pas impressionner par ce trublion qui ne met pas d’espace avant les ":", les "?" et les "!" ! 
faire du gringue dans le sens de ’chercher à plaire’
D’où ’faire du gringue’, expression chère chez Hapler.
réponse à . <inconnu> le 26/01/2013 à 10h19 : Ne te laisse pas impressionner par ce trublion qui ne met pas d’espace ava...
Je trouve ces espaces inesthétiques!
réponse à . joseta le 26/01/2013 à 09h25 : le ’grignon’...désignait régionalement un morceau de ...
Mhmmm ! intéressant, je prendrais bien un petit griñon avec un petit quignon de grinion
Bien au contraire, ça clarifie la lecture !
Bien au contraire, ça embrouille la lecture!

Ceci dit, ’mourrir’ est quand même fort aéRé !
réponse à . BOUBA le 26/01/2013 à 09h44 : Merci, erreur corrigée, comme çà j’ai l’R moins...
Je l’aimais bien ton « mourrir » tout aéRRé ! Il avait l’air plus gai, tout gonflé d’RR joyeux, tout bedonné comme une meringue, une meringue elle-même enflée par une seringue emplie d’un sérum de longévité !
Oups ! dans qu’elle histoire me suis-je embringuée !

Qui est-ce qui écrivait : Je vous laisse le plaisir de caser ’meringue’, ’seringue’, et ’embringue’.
 
Si vous avez une gomme, effacez l’insolente apostrophe de "qu’elle" remarquée par saharaa @124...
réponse à . DiwanC le 26/01/2013 à 10h37 : Je l’aimais bien ton « mourrir » tout aéRR&ea...
Mais non, mais non, ton commentaiRRe est plus tRRanchant que le mien !
réponse à . <inconnu> le 26/01/2013 à 10h19 : Ne te laisse pas impressionner par ce trublion qui ne met pas d’espace ava...
Des CLIP ! CRAP ! des BANG ! des VLOP ! et des ZIP !
SHEBAM ! POW ! BLOP ! WIZZ !
Ça fait VLAM ! ça fait SPLATCH ! et ça fait CHTUCK !
Ou bien BOMP ! ou HUMPF ! parfois même PFFF !
Ça fait WHIN ! quand on s’envole et puis KLING !
Après quoi je fais TILT ! et ça fait BOING !

rien rien, c’était juste pour illustrer les "!"
je cherche pour les ":" et les "?" ! 
réponse à . DiwanC le 26/01/2013 à 10h37 : Je l’aimais bien ton « mourrir » tout aéRR&ea...
dans qu’elle histoire

oui, l’aquelle ? 
Pour faire du gringue, ne pas être un gringalet et en avoir une bien grosse... Comme ça, on peut jouer aux boules ! Je dirai même plus: c’est de la Science-Friction
 
dans qu’elle histoire... oui, l’aquelle ?
L’histoire d’une petite apostrophe effrontée…

Un courant d’air et hop* ! elle se faufile sous la porte. Puis elle attend, cachée derrière le plumier, ou dissimulée au fond de l’encrier, ou camouflée entre deux touches du clavier… Et dès qu’elle perçoit un instant d’inattention, frrtttt * ! elle glisse sur la ligne, s’immisce, se cale entre deux lettres et se croit invisible !

*Pour ta col’lection !
réponse à . saharaa le 26/01/2013 à 10h42 : Des CLIP ! CRAP ! des BANG ! des VLOP ! et des ZIP ! SH...
Nous étions d’accord Yoko et moi, alors la main Ono m’a topé.
réponse à . DiwanC le 26/01/2013 à 11h28 : dans qu’elle histoire... oui, l’aquelle ?L’histoire d&rsq...
se croyait invisible !
Ah ! l’innocence de la jeunesse ! ce serait gommage dommage de l’effacer, elle est amusante !

*Pour ta col’lection !
m’erci ! je les ai cherchés p’artout !
Pour faire du gringue il y a toujours eu des endroits spécialisés. Le bal du samedi soir, le bal des pompiers, celui du 14 juillet.
Mais le samedi soir après l’turbin l’ouvrier parisien dit à sa femme : comme dessert j’te paie l’café-concert on va filer bras-d’ssus bras-d’ssous aux Galeries à vingt sous mets vite une robe, faut te dépêcher pour être bien placé.
Un autre petit tableau bien épatant
Quand arrive le printemps
C’est d’observer le charivari
Des environs de Paris
Au son d’un vieux piano
On voit danser les petits joyeux
Criant à qui mieux mieux
Hé le piano !
Tu joues faux !
Ces lieux charmants sur les bords de la Marne sont les fameuses gringuettes à l’origine de l’expression du jour.
réponse à . saharaa le 26/01/2013 à 11h55 : se croyait invisible ! Ah ! l’innocence de la jeunesse ! ce...
Autrefois, les diligences faisaient des courses entre poste et poste, et une coupe était remise au vainqueur; on avait baptisé ça: la poste trophées!
réponse à . joseta le 26/01/2013 à 13h00 : Autrefois, les diligences faisaient des courses entre poste et poste, et une cou...
Je constate avec un plaisir déçu – et qui sera sans cesse renouvelé, je ne me fais pas d’illusions – que tu persistes et cygnes.
rrrou, rrrrrrouuuu !
Il n’arrêtait pas de lui faire la cour, au point que cette cour la hantait; et, si la cour hante, ça fait chier !
réponse à . mickeylange le 26/01/2013 à 12h57 : Pour faire du gringue il y a toujours eu des endroits spécialisés....
Pour faire du gringue il y a toujours eu des endroits spécialisés. Le bal du samedi soir, le bal des pompiers, celui du 14 juillet.
En des temps fort fort lointains, c’était autour de l’âtre : elle mettait sa plus belle peau de chèvre et de mouton mêlés et s’asseyait avec les autres auprès du feu… Si elle ne résistait pas lorsqu’il l’attrapait par les cheveux et la traînait jusqu’à la grotte voisine, c’est que le gringue avait réussi !

Plus tard, beaucoup plus tard, bien après la romance de Lancelot du lac et de la reine Guenièvre qui effeuillaient le gui dans la forêt de Brocéliande, après les parties de cache-cache entre Tristan, Yseult et Tonton Marc, voici les Croisades…

- Hildegarde, ma mie, il me faut aller guerroyer… Il me déplairait que vous succombassiez aux avances de quelque gentilhommet, disait le chevalier en enserrant la « taille » de sa belle d’une ceinture qui n’empêchait pas le gringue… mais sa conclusion.
- Pourvu que ce cornard ne perde pas la clef, songeait Hildegarde tout en agitant son mouchoir brodé du haut de la tour …car cela faisait des mois qu’elle jetait son hennin par-dessus la chaumière du garde-chasse.

Voici déjà la Révolution… Après quelques œillades et moult coups d’éventails… après qu’il eut osé un baiser sur le bout de ses doigts z’effilés, ils s’étaient retrouvés embastillés.
- Ah ! Roseline ! enfin nous allons pouvoir perdre la tête ensemble !
- Certes pas, Citoyen !
avait-elle répliqué soudain charmée par la République, le gringue et surtout les clés du ci-devant geôlier.

Aujourd’hui… ben aujourd’hui, j’ vous raconte pas ! On dit que le
- On s’est déjà rencontrés, non ?
fonctionne encore.
Paraît aussi que sur les portables, il y a un programme qui permet d’envoyer des pétales de la marguerite
Aujourd’hui, avant d’entamer le gringue, de timides et romantiques jeunes gens s’enquièrent auprès de leurs amis : Tu crois qu’elle nique dès le premier soir, la meuf ?
Comme quoi dans nos villes, dans nos campagnes ou nos banlieues, on sait toujours compter fleurette !
Dès qu’il voit une belle fille, René l’accoste !
réponse à . joseta le 26/01/2013 à 17h30 : Dès qu’il voit une belle fille, René l’accoste !...
Et si elle s’appelle Odile, il la croque !
réponse à . DiwanC le 26/01/2013 à 17h08 : Pour faire du gringue il y a toujours eu des endroits spécialisés...
Tu crois qu’elle nique dès le premier soir, la meuf ?

Elle sont futée, elles attendent comme cendrillon minuit pour pas qu’on dise qu’elle couchent le premier soir !

Exemple de gringue moderne: T’es trop bonne la meuf ! On va chez toi ou chez moi ?
réponse à . mickeylange le 26/01/2013 à 17h42 : Tu crois qu’elle nique dès le premier soir, la meuf ? Elle son...
Comme quoi, ya toujours la tendresse, bor...el ! 
réponse à . BOUBA le 26/01/2013 à 05h30 : Pas trouvé de trace de gringue chez Georges (l’autre) et pourtant i...
Mais avait-il besoin de faire du gringue le beau Georges (l’autre !] ? Il lui suffisait d’unJe te plais, tu me plais pour que ce soit dans la manche…

C’étaient, me direz-vous, des grâces roturières,
Des nymphes de ruisseau, des Vénus de barrière,
Mais c’étaient mes amours, excusez-moi du peu,
Des Manon, des Mimi, des Suzon, des Musette,
Margot la blanche caille, et Fanchon, la cousette,
Mon prince, on a les dam’s du temps jadis - qu’on peut...

cette page
Et voici la minute nostalgie :
le top pour emballer faire du gringue, un regard de velours et
le tango
réponse à . DiwanC le 26/01/2013 à 18h16 : Mais avait-il besoin de faire du gringue le beau Georges (l’autre !]&...
Il lui suffisait d’un Je te plais, tu me plais pour que ce soit dans la manche…

Dans la manche ??
Comme Cotentine et Syanne.
réponse à . mickeylange le 26/01/2013 à 18h25 : Il lui suffisait d’un Je te plais, tu me plais pour que ce soit dans la m...
Parce que Cotentine et Syanne… t’es sûr ? :&rsquo)
réponse à . DiwanC le 26/01/2013 à 18h38 : Parce que Cotentine et Syanne… t’es sûr ? :&rsquo)...
Ben oui elles font sont dans la Manche.

Mais c’est une autre paire de manches 
réponse à . mickeylange le 26/01/2013 à 19h04 : Ben oui elles font sont dans la Manche. Mais c’est une autre paire de ma...
Puisque ce que tu dis est une chose sûre…
Qu’elles nous manquent beaucoup est une autre chose sûre…
Comme ça, elles ont la paire de manches et la paire de choses sûres !
Et God, ne reculant devant aucun sacrifice, leur offre à chacune une paire de lunettes !
réponse à . BOUBA le 26/01/2013 à 05h30 : Pas trouvé de trace de gringue chez Georges (l’autre) et pourtant i...
Rappelle-tpi aussi "Oncle Archibald": une de mes préférées ! 
réponse à . joseta le 26/01/2013 à 09h11 : DEVINETTE Pourquoi, pour les espagnols, l’expression ne tient pas debout? ...
Tiens, je croyais plutôt que c’étaient des "Hides ! Algo !"voire des "Caballe ! Héros !" 
mmm... bien que tiré par les cheveux (ouch!), je me permets d’imaginer un autre lien:
gringue = grignon = morceau de pain = miche = seins = draguer...
Serait-ce une possibilité?
réponse à . Linoumaz le 26/01/2013 à 20h10 : mmm... bien que tiré par les cheveux (ouch!), je me permets d’imagi...
grignon = morceau de pain

Comme disait madame de Sévigné !
réponse à . mickeylange le 26/01/2013 à 20h41 : grignon = morceau de pain Comme disait madame de Sévigné !...
Comme disait madame de Sévigné !
... quand elle faisait du gringue à monsieur de Coulanges en lui mandant « la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante... »

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faire du gringue » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?