Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Un vieux loup de mer

Un vieux marin aguerri (et parfois sauvage et bourru)

Origine

Les poissonniers pas niais du Bar-sur-Loup () où on trouve, sur leur étal, des bars parallèles, savent que le bar est aussi un loup, pas loubard pour autant, alors que le loup n'est pas forcément un bar. Car si le loup, qui chasse, se chasse ou se pêche, le bar, qui chasse aussi, se pêche uniquement[1].
Dès lors, la question qu'on peut se poser est la suivante : peut-on chasser d'un bar un vieux loup de mer ? Je vous laisse réfléchir à cette question hautement existentielle.
Le loup (celui qui chasse et se chasse) est un animal qui vit normalement au sein d'une meute, un groupe social où il existe une certaine hiérarchie. Mais pour diverses raisons, certains loups quittent parfois la meute et vivent, au moins un moment en solitaire.
D'un point de vue anthropomorphique, avant que les moeurs de ces canidés soient mieux connues, on les considérait alors comme des animaux asociaux, incapables de s'intégrer.
C'est ainsi, par comparaison avec ce qui était imaginé des loups solitaires, que le marin rendu sauvage et peu sociable par son métier, vivant volontiers à l'écart des autres, a été désigné par le syntagme de vieux loup de mer au milieu du XVIIIe siècle (le dictionnaire de l'Académie française de 1832 donne d'ailleurs comme définition : « Marin à qui un séjour constant sur mer a fait perdre tout usage du monde »).
Et puis, le marin qui, ayant réussi à devenir vieux, était obligatoirement devenu expérimenté, son côté sauvage et bourru a été en partie mis aux oubliettes, et la locution a fini par simplement désigner un marin aguerri (notez d'ailleurs qu'on évoque cent fois moins souvent le "jeune loup de mer").
[1] Dans la grande famille des poissons, le bar est appelé loup en Méditerranée. Mais si un bar est un loup, tous les loups, dont il existe différentes variétés, ne sont pas des bars (). Le bar est un carnassier qui chasse les poissons plus petits et s'attaque aussi aux crustacés.

Exemple

« Quoi qu'il en soit, le vieux loup de mer, lui, est aisément reconnaissable ; outre la casquette ornée d'une ancre et l'inévitable ciré marin, on peut citer plusieurs signes qui permettent de l'identifier instantanément : la figure colorée sculptée par les embruns, la démarche chaloupée rompue au roulis et trahissant l'habitude de tirer des bordées au moindre changement de vent, l'assurance enfin avec laquelle, contemplant le ciel d'un air morne en tirant sur sa pipe d'écume, il vous prédit le temps du lendemain, plus infaillible qu'un pape produisant sa bulle. »
Jean-Paul Plantive, Michel Guérard - Petit almanach des mestiers improbables & disparus - 2001
« La pluie tombait, le vent mugissait d'une façon effroyable ; l'équipage se montra heureusement excellent, et toutes les manœuvres furent exécutées avec un zèle qui sauva probablement l'Eloysa. Telle était la force de la tempête que le capitaine, vieux loup de mer, avouait n'avoir jamais vu rien de semblable et que M. Pietro Plomer, qui avait fait quatre fois le voyage d'Amérique en Europe, abondait complétement dans son sens. »
Édouard Charton - Le tour du monde - Nouveau journal des voyages - 1861

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un vieux loup de mer » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Ein alter Seebär Un viel ours de mer
Angleterre Anglais An old sea-dog Un vieux chien de mer
États-Unis Anglais A salty dog Un chien salé (un vétéran)
États-Unis Anglais An old salt Un vieux sel
Argentine Espagnol Un viejo lobo de mar Un vieux loup de mer
Espagne Espagnol Un lobo de mar Un loup de mer
Estonie Estonien Vana merekaru Un vieux ours de mer
Italie Italien Un vecchio lupo di mare Un vieux loup de mer
Belgique Néerlandais Zeebonk Gnon de mer
Pays-Bas Néerlandais Een ouwe rot Un vieux rat
Pays-Bas Néerlandais Een zeebonk Un vieux loup de mer
Pologne Polonais Wilk morski Loup de mer
Brésil Portugais Um velho lobo do mar Un vieux loup de mer
Roumanie Roumain Un bătrân lup de mare Un vieux loup de mer
Russie Russe Старый морской волк Un vieux loup de mer
Serbie Serbe Stari morski vuk Un vieux loup de mer
Suède Suédois En gammal sjöbjörn Un vieux ours de mer
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Un vieux loup de mer » Commentaires

  • #1
    • Elpepe
    • 02/02/2010 à 00:02
    L’expression vient de la Marine. Et quand God dit
    le bar, qui chasse aussi, se pêche uniquement

    il convient de préciser le courage de Mickey, qui, même en chasse sous-marine, ne fuit jamais le bar. Et il gagne toujours, à la fin. Comme Starsky et Hutch (cette page).
  • #2
    • Elpepe
    • 02/02/2010 à 01:45
    Chassez le bar, il revient au galop.
    Mickey
  • #3
    • <inconnu>
    • 02/02/2010 à 04:56*
    Ça, c’est vraiment pour l’Amiral... sans oublier un capitaine très célèbre ! Injure suprême pour un marin:
    «Capitaine de bateau-lavoir». Pour le Cdt du bateau.
    Pour le marin de base: «marin d’eau douce»
    Maintenant attendons tranquillement la suite... 😉
  • #4
    • melilou
    • 02/02/2010 à 06:03
    Le vieux loup de mer chasse, parfois, installé au bar... Ses proies ? Des thons, des morues, à défaut de sirènes... Mais ne jamais le confondre avec un maquereau, ni un merlan qui s’appliquerait à vous faire une raie au milieu et quelques frisettes...
  • #5
    • OSCARELLI
    • 02/02/2010 à 07:07*
    - Dis, Pépé, c’était comment, avec BeeBee?
    - Houh, ouh, houh...
    C’est ça, un vieux loup de mer...
  • #6
    • OSCARELLI
    • 02/02/2010 à 07:08
    Et puis, le marin qui, ayant réussi à devenir vieux, était obligatoirement devenu expérimenté, son côté sauvage et bourru a été en partie mis aux oubliettes,

    Dans les oubliettes du phare d’Expressio, bien entendu...
  • #7
    • Elpepe
    • 02/02/2010 à 07:28*
    • En réponse à OSCARELLI #5 le 02/02/2010 à 07:07* :
    • « - Dis, Pépé, c’était comment, avec BeeBee?
      - Houh, ouh, houh...
      C’est ça, un vieux loup de mer... »
    T’en redemandes, de la séance d’hier, hein, Filou ! Une couche de finition, peut-être ? Attends ce soir, et tu l’auras, brillante. Et mat !
    Car BB, si tu penses la satisfaire juste avec des mots, t’as le bonjour d’Alfred : tu vas te faire débarquer... C’est pour ça qu’elle aime la Marine et les marins capables de la prendre, la mer, espar au vent.
  • #8
    • momolala
    • 02/02/2010 à 08:54
    • En réponse à Elpepe #7 le 02/02/2010 à 07:28* :
    • « T’en redemandes, de la séance d’hier, hein, Filou ! Une couche de finition, peut-être ? Attends ce soir, et tu l’auras, brillante. Et mat !... »
    Alors le marin, c’est Byzance aujourd’hui ! Tu as le ciré et la pipe mais il te manque encore la bar-be blanche et le regard délavé par la mer de cette page. Plus besoin de main en visière pour découvrir l’horizon avec tes deux GPS et ton compas.
  • #9
    • momolala
    • 02/02/2010 à 08:59
    Equation du plaisir de Beebee : (jeune+bar) dans l’assiette = (vieux+loup) dans le lit ... La suite du raisonnement mathématique à qui l’osera...
  • #10
    • LeboDan_Ubbleu
    • 02/02/2010 à 09:21*
    (notez d’ailleurs qu’on évoque cent fois moins souvent le "jeune loup de mer").

    On parle plus souvent de jeune loup "aux dents longues".
    Mais il est vrai que les loups de mer ("bars" en l’occurrence) ont une bonne dentition !
    Donc les vieux loups de mer, sont des barreaux d’Enlongues !!!
    CQFD

    😕 😕
  • #11
    • Elpepe
    • 02/02/2010 à 09:23
    • En réponse à momolala #8 le 02/02/2010 à 08:54 :
    • « Alors le marin, c’est Byzance aujourd’hui ! Tu as le ciré et la pipe mais il te manque encore la bar-be blanche et le regard délavé par la m... »
    Ah ben non, Momo, détrompe-toi : les GPS ne remplacent pas le regard du marin, mais lui confirment juste qu’il voit bien. Tiens, je t’explique ça à suivre...
  • #12
    • horizondelle
    • 02/02/2010 à 09:25
    J’imagine que je ne suis pas la seule à avoir eu l’impression que God nous dressait le portrait de notre amiral préféré, que ce soit dans l’expression, l’origine, l’explication ou l’exemple.
    Mais
    le marin rendu sauvage et peu sociable par son métier,....son côté sauvage et bourru...
    voudrait-il dire qu’en plus, c’est un ours mal léché ? Noooon ? 😛
  • #13
    • JanusBozyeux
    • 02/02/2010 à 09:25
    • En réponse à LeboDan_Ubbleu #10 le 02/02/2010 à 09:21* :
    • « (notez d’ailleurs qu’on évoque cent fois moins souvent le "jeune loup de mer").
      On parle plus souvent de jeune loup "aux dents longues".
      Ma... »
    On sait ce qu’est un vieux loup de mer quand, de la cale du bateau, un vieillard en sort !
  • #14
    • horizondelle
    • 02/02/2010 à 09:29*
    • En réponse à JanusBozyeux #13 le 02/02/2010 à 09:25 :
    • « On sait ce qu’est un vieux loup de mer quand, de la cale du bateau, un vieillard en sort ! »
    Cela peut n’être qu’un vieux loup bar loubard.
  • #15
    • Purdey
    • 02/02/2010 à 09:32
    • En réponse à OSCARELLI #6 le 02/02/2010 à 07:08 :
    • « Et puis, le marin qui, ayant réussi à devenir vieux, était obligatoirement devenu expérimenté, son côté sauvage et bourru a été en partie mi... »
    What else?
  • #16
    • Elpepe
    • 02/02/2010 à 09:32
    Si tu veux faire un vieux marin,
    arrondis les caps et salue les grains (proverbe breton).

    Un vieux loup de mer, c’est un homme (mais, de nos jours, il y a des femmes, aussi) qui a vu des choses que le terrien ne verra jamais. Qui a connu des émerveillements et des frousses proprement indescriptibles, et qui sait, en partant, qu’il en connaîtra d’autres, indissociables les uns des autres. Mais il est tout sauf suicidaire, le vieux loup de mer. C’est même à ça qu’on le reconnaît, et... qu’il est vieux. Il a beaucoup appris des éléments, vagues et nuages, vents et marées, signes montrés par les animaux, pièges de la mer cachés partout, et il sait qu’il n’est pas le plus fort et ne le sera jamais.
    Alors, il s’est mis à apprendre, furieusement, sur tout ce sur quoi il pouvait avoir barre : les matériaux, les techniques, les structures et superstructures, les équipements, et bien entendu la navigation. Mais combien, avant lui, ont perdu leur vie à cette colossale œuvre humaine, pour lui avoir permis, justement, de devenir un vieux loup de mer ? Combien de maçons se sont battus jusqu’à la mort, pour ériger en mer les phares qui le sauvent ? Combien de cartographes ont disparu dans les expéditions lointaines ? Et pourquoi ?
    Si les grosses légumes de notre ère ont toujours financé l’exploration maritime, à des fins évidentes d’exploitation commerciale aux perspectives juteuses depuis leur confortable fauteuil matelassé, jamais ils n’auraient accepté d’en prendre un autre risque que financier. Les marins, eux, ne sont pas guidés par l’argent, mais par les étoiles. Tu mords la nuance arachnéenne, là ?
    Mickey ! Enlève les doigts de ton nez quand je parle !
    Et c’est là que je mesure tout ce que je dois, à tant d’humains et depuis tant de siècles, pour pouvoir pratiquer aujourd’hui en sécurité une navigation de loisirs et de plaisir. Qu’ils en soient tous remerciés, des têtes d’affiche de l’Histoire de la Marine aux bâtisseurs inconnus, des architectes navals aux ouvriers de bassins de radoub, de Fresnel aux maçons de l’impossible, des équipages de clippers cap-horniers du XIXe siècle aux skippers du Vendée Globe du XXIe, de Slocum à Bombard, de Moitessier à Tabarly, de Florence Artaud à Ellen MacArthur, de l’Amiral ODK au Roi Jean (Le Cam) qu’on écoute tous deux avec tant de délectation, d’Isabelle Autissier à Samantha Davies, ou encore Yann Eliès pour sa rage de vivre…
    Je n’ai pour ma part construit qu’un seul phare, celui d’Expressio que tu as, amie lectrice, adopté avec enthousiasme et conviction. Parce que, sans même en avoir conscience, tu sais que tu as besoin de cette lumière, dont God, qui en est le gardien, t’envoie un éclat chaque jour. Témoigne-lui ta reconnaissance, il est notre vieux mou de l’air loup de mer, gabier de la langue envoyant toujours plus de toile dans la tourmente françoise en vigueur ici. Ne serait-ce qu’avec son exercice de haute voltige aux bars parallèles ci-dessus, il est d’équerre impec, et nickel-chrome, God.
  • #17
    • mickeylange
    • 02/02/2010 à 09:35
    Bar est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains poissons de la famille des Moronidae. Le terme de bar désigne principalement deux espèces  : le bar commun (Dicentrarchus labrax) et le bar tacheté (Dicentrarchus punctatus).(wiki)
    Donc la logique veut que si le loup est acheté c’est que c’est un vendu.
  • #18
    • mickeylange
    • 02/02/2010 à 09:40
    • En réponse à Elpepe #16 le 02/02/2010 à 09:32 :
    • « Si tu veux faire un vieux marin,
      arrondis les caps et salue les grains (proverbe breton).
      Un vieux loup de mer, c’est un homme (mais, de nos... »
    snif, snif putain cong t’aurais écrit ça plus tôt Totor il aurait pas fait un rond !
  • #19
    • Elpepe
    • 02/02/2010 à 09:43
    • En réponse à Elpepe #16 le 02/02/2010 à 09:32 :
    • « Si tu veux faire un vieux marin,
      arrondis les caps et salue les grains (proverbe breton).
      Un vieux loup de mer, c’est un homme (mais, de nos... »
    cette lumière, dont God, qui en est le gardien, t’envoie un éclat chaque jour

    De toute beauté, une métaphore de ce tonneau, hein ? Comme d’hab, God, par virement sur mon compte. Merci beaucoup.
  • #20
    • Purdey
    • 02/02/2010 à 09:45
    • En réponse à horizondelle #12 le 02/02/2010 à 09:25 :
    • « J’imagine que je ne suis pas la seule à avoir eu l’impression que God nous dressait le portrait de notre amiral préféré, que ce soit dans l’... »
    Tout ceci me fait penser à "Pêcheurs d’Islande", de ce bon mieux Pierre (mal) Loti