Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Convoquer le ban et l'arrière-ban

Convoquer / réunir toutes ses connaissances, ses amis, sa famille.

Origine

Les organisations pyramidales existent depuis longtemps.
Ainsi, à l'époque féodale, si le roi trônait au sommet, les ducs et les comtes étaient ses vassaux qui, eux-mêmes, avaient d'autres vassaux, et ainsi de suite.
Lorsque, au XIIe siècle, un seigneur faisait crier le 'ban' (pris dans son ancien sens de 'proclamation') pour enjoindre à tous les nobles qui lui devaient obéissance de prendre les armes et de se regrouper avec lui, il convoquait alors le 'ban' (ainsi nommé par métonymie entre la convocation / proclamation et les personnes convoquées), c'est-à-dire les vassaux directs, et l 'arrière-ban' (les vassaux des vassaux, ou les arrière-vassaux).
Le mot 'arrière-ban' viendrait d'une déformation du francique 'hariban' (convocation à l'armée des hommes libres en état de porter les armes) qui aurait ensuite été altéré.
À l'origine, cette expression était un appel au rassemblement de toutes les forces disponibles. Au milieu du XIXe siècle, elle a pris le sens figuré "s'adresser à tous ceux dont on peut attendre aide ou secours".
De nos jours, les convocations guerrières ou les appels au secours généralisés n'étant plus tellement d'actualité, l'expression ne s'applique plus qu'à la réunion d'un cercle le plus large possible de ses connaissances.

Exemple

« Jamais on n'avait vu une armée française ni si grande ni si belle. Le ban et l'arrière-ban avaient été convoqués. »
Prosper Brugière, baron de Barante - Histoire des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Convoquer le ban et l'arrière-ban » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Angleterre Anglais Everybody and their brother were there Tous est leur frère y étaient
Espagne Espagnol El ciento y la madre La centaine plus la mère
Israël Hébreu Kol ha'olam ve'ishto כל העולם ואשתו Tout le monde et sa femme
Belgique Néerlandais De achterban (gallicisme?) L'arrière-ban
Belgique Néerlandais God en klein Pierke Dieu et petit Pierre
Pays-Bas Néerlandais De gehele meute uitnodigen Inviter tous les parents, amis, collègues, voisins, etc
Pays-Bas Néerlandais De hele kliek bijeenroepen Convoquer toute la clique
Pays-Bas Néerlandais De hele mesjpoge/misjpoge uitnodigen orig. Hébreu Mishpakhà Toute la famille
Pays-Bas Néerlandais De leenmannen en achterleenmannen bijeenroepen Convoquer les vassals et les arrière-vassals
Roumanie Roumain Toata trupa Toute la troupe
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Convoquer le ban et l'arrière-ban » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 07/08/2007 à 00:11
    Les organisations pyramidales existent depuis longtemps.

    même pyramide au tennis !!!entre le meilleur classé et le classement 30/5 ... mais la pyramide change chaque année selon les diverses compétitions et résultats ... pas facile de s’y reconnaître !
  • #2
    • <inconnu>
    • 07/08/2007 à 00:23*
    • En réponse à cotentine #1 le 07/08/2007 à 00:11 :
    • « Les organisations pyramidales existent depuis longtemps.
      même pyramide au tennis !!!entre le meilleur classé et le classement 30/5 ... mais... »
    11 Minutes après minuit ! On peut dire Cotentine que tu es montée au filet avec l’arrière ban d’un ban de sardines. Je te mets en boîte... oui oui.
    La Trirème est for me car j’ai prouvé que la pêche de nuit est un sport dans lequel, je suis le meilleur.
  • #3
    • Elpepe
    • 07/08/2007 à 00:53
    - La banquière enverra le bon troc.
    - Aberrant : René Le Bar qui convole !
    - René, con, rabota le ver qui branle !
    - L’âne Bérurier : coq volant en aber.
    Anna Gramme
  • #4
    • Elpepe
    • 07/08/2007 à 00:56*
    • En réponse à <inconnu> #2 le 07/08/2007 à 00:23* :
    • « 11 Minutes après minuit ! On peut dire Cotentine que tu es montée au filet avec l’arrière ban d’un ban de sardines. Je te mets en boîte... o... »
    Tu gagnes déjà une clé de 12, pour ouvrir tes boîtes de sardines ! 😄
    Bon, allez, je te mets sur la voie : dans ma trirème, il y a des bancs de nage, pour les galériens comme toi, et un banc à l’arrière, pour le barreur...
  • #5
    • Elpepe
    • 07/08/2007 à 06:20
    Bon, encore une fois, God a tout bien développé, y’a rien à jeter et presque rien à ajouter.
    Si ce n’est que les organisations pyramidales remontent, très exactement, au 10 août de l’an 2708 avant J-C Decaux, là qu’un gugus, qui s’appelait Imhotep Hasser-Yeuchirstian, au lieu de planter un palmier à Saqqarah et d’inventer tout bêtement le Meyboom, mit sur pied la première organisation pyramidale à degrés au monde.
    C’était la manœuvre culturelle de l’Amirauté, tout dessus.
  • #6
    • <inconnu>
    • 07/08/2007 à 07:15
    Il reste d’autres traces de ce ban :
    Le lieu hors de la cité fortifiée était la banlieue.
    Bannir était expulser hors de la zone du ban. Cela donnait un forban.
    Le four banal était le four communal disponible pour ceux ceux qui n’avaient pas de four chez eux. Le sens du mot banal s’est considérablement élargi !
    Et j’en oublie sans doute...
  • #7
    • tytoalba
    • 07/08/2007 à 07:30*
    ben ça y est, j’ai perdu la tête ou rêvé de cette expression. J’ai la vague impression d’avoir déjà cherché ces mots et pourtant vérification faite auprès des expressions données depuis que le site n’existe pas, aucune trace de celle du jour. Etrange, à moins qu’une autre expression m’ait conduite sur le chemin de celle-ci. Ou que j’aie été dictionnaire dans une vie antérieure. Il y a pire. Délire du jour, bonjour.
    Ouf ça y est, je ne suis pas complètement folle. J’ai trouvé le 21/05/2007, l’expression : "ouvrir/fermer le ban". Donc une cousine de l’expression du jour. Me voilà rassurée. 😏
  • #8
    • OSCARELLI
    • 07/08/2007 à 07:38
    De nos jours, les convocations guerrières ou les appels au secours généralisés n’étant plus tellement d’actualité

    Bon, encore une fois, God a tout bien développé, y’a rien à jeter et presque rien à ajouter.

    Là, Elpépé, permets-moi de ne pas être d’accord avec toi.
    De nos jours, les appels au secours généralisés sont vraiment d’actualité, et - me semble-t-il - même de plus en plus souvent! Que ce soit pour la cata du tsunami, pour les innondations en Inde (actuellement), que ce soit pour la guerre civile "oubliée" du Soudan, à vos porte-monnaies, messieurs-dames! Il faut le faire, c’est sûr, et l’appel au secours n’est plus adressé de la même facon: on ne demande plus à des milliers / millions de gens de se mettre en branle et aller aider sur place, quoi que il y a les organisations humanitaires plus les bénévoles, qui font ensemble également plusieurs milliers de gens...
    Et les convocations guerrières, avec la "force d’interposition de 26.000 hommes prévue pour le Soudan. Cette armée-là ne sera pas (beaucoup) plus grande ou plus petite que les ost des seigneurs d’antan...
  • #9
    • OSCARELLI
    • 07/08/2007 à 07:40*
    • En réponse à tytoalba #7 le 07/08/2007 à 07:30* :
    • « ben ça y est, j’ai perdu la tête ou rêvé de cette expression. J’ai la vague impression d’avoir déjà cherché ces mots et pourtant vérificatio... »
    "ouvrir/fermer le ban: expressio du 21/5/2007".
    Non, Tyto, tu n’as pas rêvé.
    Et pourtant, Dieu, que j’aurais aimé te tourner les pages dans ta vie antérieure... 😉
    Et bien voilà: tu corriges pendant que je t’informe!!!
  • #10
    • chirstian
    • 07/08/2007 à 08:57
    l’expression ne s’applique plus qu’à la réunion d’un cercle le plus large possible de ses connaissances.
    afin d’agrandir le cercle de ses amis ,et de pénétrer dans leur intimité, il faut convoquer l’arrière ban.
    C’est ce qu’on appelle plus prosaïquement : bander.
    #7Tyto : merci ! j’avais la même sensation de déjà vu en relisant ban, banlieue, bannir ...
  • #11
    • chirstian
    • 07/08/2007 à 09:13
    une déformation du francique ’hariban’ (convocation à l’armée des hommes libres en état de porter les armes)
    les hommes venaient revêtus de leur "cotte" de maille : une déformation du francisque "haricot".(les guerriers, heureux de cette occasion de se mettre en tenue de combat, s’écriaient en francique et en choeur :" il n’y a que mes mailles qu’y m’aillent")
  • #12
    • <inconnu>
    • 07/08/2007 à 09:28
    Un petit ban pour le chef ! (Tassin)
  • #13
    • <inconnu>
    • 07/08/2007 à 09:35
    Il nous reste tout de même la publication des bans, et comme disait Béru
    "je boude quand on me prend mon petit ban" !
  • #14
    • tytoalba
    • 07/08/2007 à 11:24*
    Ben finalement, je ne suis pas folle, juste un peu allumée. Merci à File au logis et Chirstian.
    Bonjour à Leon 2 et bienvenue. S’agit-il d’un pape ? cette page ou d’une marque de voiture. Ou tout simplement d’une nouvelle dynastie. 😄
  • #15
    • OSCARELLI
    • 07/08/2007 à 11:40*
    • En réponse à tytoalba #14 le 07/08/2007 à 11:24* :
    • « Ben finalement, je ne suis pas folle, juste un peu allumée. Merci à File au logis et Chirstian.
      Bonjour à Leon 2 et bienvenue. S’agit-il d’u... »
    Allumée? Ou bien branchée? Quelle fournaise! Quel brasier!
    Dis-moi, tu nous envoies sur "cette page" qui parle de Léon le Grand, PREMIER A PORTER LE NOM DE LEON (dans le texte). Comment peut-il alors s’agir de Léon 2?
    Ou bien aurais-tu déjà un tantinet abusé de la dive bouteille? Oui, sans doute, pour éteindre ce feu brûlant qui te consumme... 😉
  • #16
    • Elpepe
    • 07/08/2007 à 12:10
    • En réponse à OSCARELLI #8 le 07/08/2007 à 07:38 :
    • « De nos jours, les convocations guerrières ou les appels au secours généralisés n’étant plus tellement d’actualité
      Bon, encore une fois, God... »
    Là, Elpépé, permets-moi de ne pas être d’accord avec toi

    NON !
  • #17
    • Elpepe
    • 07/08/2007 à 12:16
    • En réponse à <inconnu> #13 le 07/08/2007 à 09:35 :
    • « Il nous reste tout de même la publication des bans, et comme disait Béru
      "je boude quand on me prend mon petit ban" ! »
    je boude quand on me prend mon petit ban

    C’est du trans-textuel, Quasimado ? 😄
  • #18
    • momolala
    • 07/08/2007 à 12:29
    Message entendu sur une mer d’huile :
    Thons voquer* le banc et l’arrière-banc pour une Niçoise fraîche aux petits oeufs fermes.
    Bon appétit !
    *du latin : vocare = appeler
  • #19
    • Elpepe
    • 07/08/2007 à 12:38
    • En réponse à momolala #18 le 07/08/2007 à 12:29 :
    • « Message entendu sur une mer d’huile :
      Thons voquer* le banc et l’arrière-banc pour une Niçoise fraîche aux petits oeufs fermes.
      Bon appétit... »
    Une Niçoise fraîche, aux petits œufs fermes ? Arrête, Momo, tu nous mets l’eau à la bouche, là...
  • #20
    • chirstian
    • 07/08/2007 à 12:42*
    je ne conteste pas l’origine de "arrière ban" , signalée par God, (francique: Hariban) mais je trouve qu’elle est parfaitement claire en imaginant qu’il s’agit du deuxième niveau du ban : ceux qui sont un peu plus éloignés du souverain, donc, en arrière du ban.
    Expressions de même ordre : il était tellement sale qu’il fallu faire couler le bain et l’arrière bain , ou : vu l’état de mes finances, il me faut vider la banque et l’arrière banque , ou encore : le peintre utilise le blanc et l’arrière blanc...