Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Une guerre picrocholine

Un conflit entre personnes ou institutions, déclenché pour des raisons obscures ou ridicules

Origine

Si vous prenez un dictionnaire très ordinaire et y recherchez le qualificatif de notre expression, vous avez peu de chances de l'y trouver.
Mais des ouvrages plus élaborés vous indiqueront que picrocholine est construit à partir des deux mots grecs pikros pour « amer » et khôlé pour « bile » (le deuxième étant aussi à l'origine de choléstérol, cet ennemi de votre vésicule biliaire et de vos artères).
Cette expression nous vient de Gargantua, roman de Rabelais.
En effet, dans son ouvrage, Picrochole, roi de Lerne, s'oppose à Grandgousier, le père de Gargantua, pour une stupide histoire de fouaces (ou fougasses) ayant entraîné une bagarre. Il attaque le territoire de Grandgousier avec ses treize mille six cent vingt-deux soldats, mais il voit ses troupes éliminées aussi bien par un vaillant moine de l'abbaye de Seuillé que par l'urine du cheval de Gargantua (qui, je le rappelle, est un géant et a un cheval de taille correspondante) qui fait déborder une rivière et noie les restes de la troupe et quelques milliers d'autres innocents.
C'est du tempérament de va-t-en-guerre de Picrochole et des raisons stupides qui l'ont poussé à attaquer Grandgousier, que naîtra l'expression.
On peut noter que ce qualificatif ne s'emploie guère que dans cette expression et qu'on n'en utilise pas de version au masculin.

Exemple

« Privés, le 2 mars, du match de foot Arsenal-Auxerre (que devait diffuser TF1), puis de la finale du Tournoi des cinq nations, Angleterre-Écosse (dont la diffusion a été annulée, samedi par France 2), les téléspectateurs français n'y comprennent rien. En cause : la profusion des panneaux de publicité pour des marques d'alcool français sur les stades étrangers, et interdits de diffusion par la loi Évin.
Dans cette guerre picrocholine qui oppose désormais, d'une part, les pouvoirs publics, le Conseil supérieur de l'audiovisuel, chargés de faire respecter la loi, les diffuseurs tenus de s'y conformer, et, d'autre part, les annonceurs d'alcool, chaque retransmission pose problème. »
Libération - Article du 23 mars 1995

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Une guerre picrocholine » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
République Tchèque Tchèque Zabomysí válka Une guerre entre les grenouilles et les souris
Allemagne Allemand Streit um des Kaisers Bart Se disputer à cause de la barbe de l'empereur
Angleterre Anglais A storm in a teacup Une tempête dans une tasse de thé
Angleterre Anglais Fighting for peanuts ! Se battre pour des broutilles !
États-Unis Anglais A feud / A petty feud Une querelle ou rivalité / Une querelle ou rivalité pour des raisons insignifiantes ou mesquines
Argentine Espagnol Peleas de perros y gatos Des disputes de chiens et chats
Espagne Espagnol _Por_ un quítame allá esas pajas _Pour_ un enlève-moi de là ces pailles
Belgique Néerlandais Een strijd om des keizers baard Une querelle pour la barbe de l'empereur
Pays-Bas Néerlandais Een paleisrevolutie Une révolution de palais
Pays-Bas Néerlandais Een storm in een glas water Une tempête dans un verre d'eau
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Une guerre picrocholine » Commentaires

  • #1
    • mickeylange
    • 30/09/2010 à 23:54*
    Sa divinité il est oo h 16 et l’expression du jour est toujours dans les tuyaux.
    faut changer la pendule !!!
    J’ai validé à OOh 16 et mon post est daté de la veille à 23:54:02 ce qui porte le retard de ton horloge à 20 minutes !!!
    Je vais donc déclencher une guerre picrocholine pour des raisons obscures ou ridicules contre ton horloger.
  • #2
    • DiwanC
    • 01/10/2010 à 01:36*
    Picrocholine… on s’attend à tout avec un mot pareil !
    - On dirait le nom d’un médicament : une boîte de Picrocholine, s’il vous plaît !
    - Ou d’une maladie : la picrocholine, affection de la peau très répandue chez les garçons de bains
    - Ou d’un parasite : la picrocholine du chêne-liège
    - Ou d’une fanfreluche : les jupons en picrocholine, si appréciés par les élégantes de la Renaissance
    - Ou le nom de… tout ce qu’on veut ; mais une « guerre picrocholine », y’a que sa Divinité pour aller dénicher des trucs pareils !
    God, Lange a raison : partout en France, 2 heures viennent de sonner... sauf ici.
  • #3
    • Emeu29
    • 01/10/2010 à 07:49*
    Elle m’a dit d’aller siffler sur la picrocholine ...zaï*, zaï, zaï, zaï, oh, oh, oh, oh, oooh!
    Jo, si tu nous entends...
    *Expression depuis mise au ban, zaï, :’-))
  • #4
    • horizondelle
    • 01/10/2010 à 08:12*
    • En réponse à DiwanC #2 le 01/10/2010 à 01:36* :
    • « Picrocholine… on s’attend à tout avec un mot pareil !
      - On dirait le nom d’un médicament : une boîte de Picrocholine, s’il vous plaît !
      - Ou... »
    En effet, une expression à nous faire dégringoliner de la picrocoline d’un Emeu29 très musical ce matin 😄
  • #5
    • OSCARELLI
    • 01/10/2010 à 08:23
    L’ex-président argentin Picrochet a déclenché une guerre picrocholine pour les Malouines.
  • #6
    • Gabiwan
    • 01/10/2010 à 08:24
    Je me souvenais bien d’avoir entendu "Picrochol" dans mon enfance (une récitation à l’école) :)
    La Laitière et le Pot au lait (de Jean de LA FONTAINE - 1621-1695)
    Perrette sur sa tête ayant un Pot au lait
    Bien posé sur un coussinet,
    Prétendait arriver sans encombre à la ville.
    Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;
    Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
    Cotillon simple, et souliers plats.
    Notre laitière ainsi troussée
    Comptait déjà dans sa pensée
    Tout le prix de son lait, en employait l’argent,
    Achetait un cent d’oeufs, faisait triple couvée ;
    La chose allait à bien par son soin diligent.
    Il m’est, disait-elle, facile,
    D’élever des poulets autour de ma maison :
    Le Renard sera bien habile,
    S’il ne m’en laisse assez pour avoir un cochon.
    Le porc à s’engraisser coûtera peu de son ;
    Il était quand je l’eus de grosseur raisonnable :
    J’aurai le revendant de l’argent bel et bon.
    Et qui m’empêchera de mettre en notre étable,
    Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
    Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?
    Perrette là-dessus saute aussi, transportée.
    Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;
    La dame de ces biens, quittant d’un oeil marri
    Sa fortune ainsi répandue,
    Va s’excuser à son mari
    En grand danger d’être battue.
    Le récit en farce en fut fait ;
    On l’appela le Pot au lait.
    Quel esprit ne bat la campagne ?
    Qui ne fait châteaux en Espagne ?
    Picrochole, Pyrrhus, la Laitière, enfin tous,
    Autant les sages que les fous ?
    Chacun songe en veillant, il n’est rien de plus doux :
    Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes :
    Tout le bien du monde est à nous,
    Tous les honneurs, toutes les femmes.
    Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;
    Je m’écarte, je vais détrôner le Sophi ;
    On m’élit roi, mon peuple m’aime ;
    Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant :
    Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;
    Je suis gros Jean comme devant.
  • #7
    • OSCARELLI
    • 01/10/2010 à 08:25*
    On peut noter que ce qualificatif ne s’emploie guère que dans cette expression et qu’on n’en utilise pas de version au masculin

    Et ca t’étonne, avec une définition pareille?
    Un conflit entre personnes ou institutions, déclenché pour des raisons obscures ou ridicules
  • #8
    • deLassus
    • 01/10/2010 à 08:40
    Cette expression nous vient de Gargantua, roman de Rabelais.

    A nous, Syanne, deux mots !
  • #9
    • perugin
    • 01/10/2010 à 09:12
    Petite précision étymologique : le village de Seuillé dont l’abbaye fut vaillamment défendue par frère "Jean des Entommeurs", s’appelle désormais "Seuilly". Ceci étant, après quelques verres de Chinon qui tant inspira Rabelais (né lui même au village), on peut parfaitement prononcer "Seuillé" sans risque d’être repris par son interlocuteur, qui profitera de votre pédante éloquence intarissable sur le sujet, pour s’en servir un autre en douce...
    Si vous passez dans le coin...
  • #10
    • Muscat
    • 01/10/2010 à 09:14
    Voilà bien un mot que je ne connaissais pas!Au fond toutes les guerres sont picromachins et toutes les disputes aussi pour ceux qui les subissent...Mais voilà un beau petit jeu pour la journée!Demander à toutes les personnes ce que ce mot veut dire!et si on nous donne la bonne définition que devrons-nous en conclure?Ben qu’ils lisent expressio!Non mais!
  • #11
    • <inconnu>
    • 01/10/2010 à 09:19*
    • En réponse à DiwanC #2 le 01/10/2010 à 01:36* :
    • « Picrocholine… on s’attend à tout avec un mot pareil !
      - On dirait le nom d’un médicament : une boîte de Picrocholine, s’il vous plaît !
      - Ou... »
    Ou d’une maladie : la picrocholine, affection de la peau très répandue chez les garçons de bains
    Pas de MST, tout de même ? 🙁
    Heu, il semble (vaguement...), me souvenir que dans Pantagruel il y a une "bagarre" (sic...) avec des fouasses(*) ? Un peu dans le genre (?) des batailles de tartes à la crème des débuts du cinéma...
    (*) ou fouaces: je ne suis pas fichu de déterminer la bonne orthographe ? Les deux sont-elles synonymes ???
  • #12
    • chirstian
    • 01/10/2010 à 09:25*
    • En réponse à deLassus #8 le 01/10/2010 à 08:40 :
    • « Cette expression nous vient de Gargantua, roman de Rabelais.
      A nous, Syanne, deux mots ! »
    j’avais moi aussi noté que God profitait de l’absence de Syanne ! La peur de la voir rectifier tel ou tel point de sa présentation, et de déclencher ainsi une guerre pas_trop_choline mais presque.
    Tiens ? Mon correcteur ne réagit pas à "choline" ? Vérifions (TLFI):
    choline : Base azotée, apparentée à la vitamine B, qui dans la nature existe à l’état libre dans de nombreux tissus animaux et végétaux. Ce liquide, d’aspect incolore et sirupeux, joue le rôle de stimulant du péristaltisme intestinal et d’excitant du parasympathique.

    Donc, dans la guerre picrocholine, c’est la choline qui jouerait le rôle d’excitant du parasympathique (frère Jean) et des paras antipathiques (Picrochole).
    Bigeard, vous avez dit Bigeard, comme c’est bigeard !
  • #13
    • SyntaxTerror
    • 01/10/2010 à 09:28
    Pour celles et ceux qui veulent relire le françois de Rabelais, allez à cette page, ça commence au chapitre XXV et, en effet, les raisons du refus de vente ne sont pas expliquées. Par ailleurs, la liste d’injures, c’est autre chose que les qualificatifs sur "ta mère".
  • #14
    • 5pivoine6
    • 01/10/2010 à 09:28*
    c’est une expression que je n’ai jamais entendue et difficile à placer à notre époque quoique en ce moment en Belgique, un journaliste pourrait faire les gros titres de sa feuille de chou: "la Belgique connait une guerre picrocholine sans précédent!", ce serait digne du fameux "Bye, Bye Belgique". 🙂🙂🙂
  • #15
    • mitzi50
    • 01/10/2010 à 09:41
    • En réponse à chirstian #12 le 01/10/2010 à 09:25* :
    • « j’avais moi aussi noté que God profitait de l’absence de Syanne ! La peur de la voir rectifier tel ou tel point de sa présentation, et de dé... »
    Comme acide + base = sel + eau, ne peut-on pas légitimement se demander si la guerre picrocholine n’ a pas été déclenchée par l’ action de l’ acide picrique sur la choline... La prose de Rabelais ne manque effectivement pas de "sel" . Quant à l’ eau, je la vois tomber du ciel, ce matin, et je ne trouve pas ça drôle du tout. Je trouve qu’ il devrait pleuvoir de 23h30 à 05h30, et faire beau le reste du temps. Encore que.... si le soleil n’ avait pas brillé sur Austerlitz... qui sait ?
  • #16
    • SyntaxTerror
    • 01/10/2010 à 09:42
    • En réponse à DiwanC #2 le 01/10/2010 à 01:36* :
    • « Picrocholine… on s’attend à tout avec un mot pareil !
      - On dirait le nom d’un médicament : une boîte de Picrocholine, s’il vous plaît !
      - Ou... »
    De fait, "picrochole" désignait quelqu’un en proie à la bile noire, on dirait de nos jours "de mauvais poil", comme la peau de lapin d’hier.
    Il semble que ce soit Charles Quint qui soit visé, un roi un peu con et cherchant à envahir ses voisins sous le moindre prétexte. Je n’oserais prétendre que c’est un trait germanique, sous la révolution et l’Empire, la France a failli s’étendre jusqu’à Moscou.
  • #17
    • <inconnu>
    • 01/10/2010 à 09:47
    • En réponse à <inconnu> #11 le 01/10/2010 à 09:19* :
    • « Ou d’une maladie : la picrocholine, affection de la peau très répandue chez les garçons de bains
      Pas de MST, tout de même ? 🙁
      Heu, il sembl... »
    Fouaces , ou fougasses ( miam 🙂 du latin " focacius panis" ( pain cuit sous la cendre ) dixit le Petit Larousse
    Bonne journée à tous
  • #18
    • mitzi50
    • 01/10/2010 à 09:57
    • En réponse à SyntaxTerror #13 le 01/10/2010 à 09:28 :
    • « Pour celles et ceux qui veulent relire le françois de Rabelais, allez à cette page, ça commence au chapitre XXV et, en effet, les raisons du... »
    Merci pour cette "pièce jointe", elle m’ évite de me lever.... Et point ne faut oublier que l’ abbaye de Thélème fut fondée, justement, pour Frère Jean des Entommeures. L’ essentiel de sa règle tenait en ces quelques mots : "Fais ce que voudras". Et cette abbaye avait pour particularité principale d’ être... mixte.
  • #19
    • mitzi50
    • 01/10/2010 à 10:12*
    • En réponse à SyntaxTerror #16 le 01/10/2010 à 09:42 :
    • « De fait, "picrochole" désignait quelqu’un en proie à la bile noire, on dirait de nos jours "de mauvais poil", comme la peau de lapin d’hier.... »
    Pas si con que ça, en fait, mais pas raisonnable. L’ hérédité y était peut-être pour quelque chose : quand on est le fils de Jeanne la Folle, n’ est-ce pas... Toujours est-il qu’ aucun de ses projets n’ aboutit et que la fin des guéguerres successives n’ intervint qu’ après sa mort...L’ une des guéguerres concernait, si je me souviens bien, les trois évêchés (Toul, Metz et Verdun).
    Quoi qu’ il en soit il fut le contemporain de Rabelais. Mais il était, avant tout, prince de Bourgogne, et fruit d’ une alliance entre l’ Autriche et la Castille....
    Quant à la campagne de Russie, Napoléon put entrer dans la ville... Mais y reçut un accueil "chaleureux", brûlant même, le gouverneur y ayant mis le feu (il s’ agissait du comte Rostopchine, père de la comtesse de Ségur). Napoléon est du reste le seul envahisseur à être entré dans Moscou.
    Hitler, lui, fut stoppé à 36 km. Un monument très simple, sur la route de l’ aéroport de Sheremetievo, indique l’ endroit....
  • #20
    • mitzi50
    • 01/10/2010 à 10:31
    • En réponse à 5pivoine6 #14 le 01/10/2010 à 09:28* :
    • « c’est une expression que je n’ai jamais entendue et difficile à placer à notre époque quoique en ce moment en Belgique, un journaliste pourr... »
    J’ ai étudié des passages de l’ oeuvre de Rabelais, et notamment l’ épisode de la guerre picrocholine au lycée (de nos jours ce serait au collège, puisque j’ ai dû étudier ça en 4è, je pense). Mais ta remarque est très pertinente: voir quelques politiciens se taper sur la g... pour une question de langue - alors qu’ il y a des exemples européens de pays ayant deux langues officielles, comme la Finlande, par exemple, ou, sur le même continent, mais hors U.E., la Suisse avec 4 langues, montre bien que ce débat "ne tient pas la route". Et il est dommage que les journalistes n’ aient pas utilisé cette expression, pour montrer le ridicule et la vanité de la situation. Déjà la Yougoslavie a éclaté, la Tchécoslovaquie n’ est plus... veut-on en revenir aux états "de poche" qui n’ auront, vu leur faible population et l’ absence de budget global, pas les moyens de se faire entendre ?