Tenir les cordons du poêle - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Tenir les cordons du poêle

Dans un enterrement, marcher à côté du cercueil ou immédiatement derrière.

Origine

En général, une poêle est tenue par un cordon bleu. Mais cet objet n'a rien à voir avec un poêle et il est rare qu'on tienne le cordon bleu pendant qu'il cuisine. On admettra donc à regret qu'il ne s'agit pas ici de cet ustensile de cuisson.
Comme l'usage de notre expression est lié à un enterrement, peut-être peut-on chercher quelque chose du côté de l'incinération : un poêle à charbon ? un poêle à bois[1] ? un poil dans la main ?
Eh bien non, vous n'y êtes pas du tout !

Autrefois, tenir les cordons du poêle, c'était tenir les cordons reliés au drap funéraire qui recouvrait le cercueil.
Car le 'poêle', entre autres significations, désigne aussi le drap mortuaire ou la grande pièce de tissu noir ou blanc dont on couvrait le cercueil pendant les cérémonies funèbres. Il disposait auparavant de cordons généralement cousus aux coins et sur les bords, cordons qui, alors que le cercueil était amené à l'autel pour la cérémonie funèbre, étaient tenus par des proches ou membres de la famille, ou des personnes de haut rang, selon le défunt.

Aujourd'hui, même si on ne tient plus les cordons, on dit toujours de ceux qui marchent près du cercueil qu'ils tiennent les cordons du poêle.

[1] Cela me rappelle une ancienne photo vue récemment, prise en Bretagne dans les années 30, où un autocar bondé transportait un poêle parmi les nombreux bagages placés sur sa galerie de toit. La légende de la photo, d'une banalité affligeante, était tout simplement : "Vannes : un autocar de l'entre-deux guerres". Si le journaliste avait eu un peu plus d'imagination, elle aurait pu être : "Le poêle à bois et le car à Vannes passent". [2]

[2] Oui, je sais... mais comme le sujet est grave il faut bien tenter de dérider un peu l'assistance avec quelque vanne (plus ou moins) bien sentie, non ?

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tenir les cordons du poêle » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
États-Unisen To be a pallbearerÊtre un porteur du poêle
Pays-Basnl slippendrager zijnêtre porteur des basques

Vos commentaires
« Tenir les cordons du poêle… ». Particulièrement vrai lorsqu’une crémation suie, euh suit.
Si la maîtresse d’un défunt a eu à tenir un tel cordon, elle a certainement pensé tenir là, l’appendice, le cordon des bourses de son amant, l’imaginant dans son cercueil, à « poêle », encore raide dingue de son corps sulfureux.
Sa légitime, elle, de penser après la mise en bière :
« Lui qui sortait tout le temps le soir, le voilà encore boîte ! Et en plus, on va devoir chanter pour lui… « Ô peine barbare, toi qui nous enlève notre pistard… ».
(Open Bar pour les pisses-tard !)
Et l’homélie de commencer ainsi :
« Recueillons-nous aujourd’hui devant XXX, lui qui était toujours au four et au moulin.
Lui qui savait réchauffer l’ambiance comme personne…. Et bien, souhaitons-lui dorénavant (doré à point) de trouver la paix dans les bras du Seigneur… »
E tout le monde de penser :
« Fallait toujours qu’il soit dans les bras de quelqu’un, celui-là… c’était un affectif ! Pensez donc, il voulait faire don de son corps à la science, mais la science a répondu par la négative craignant qu’il ne chauffe encore après sa mort quelques jeunes femmes étudiantes trop sensibles aux cordons de ses bourses… difficiles à obtenir par les temps qui courent. »
« Question de casting et de motivation, assurément ! » lui répond sa coquine de voisine.
Humour noir. Pardonnez-moi Seigneur. (In Nomine Patris…)
Yannn
le poêle était bien le "dais" (mariage, funérailles etc...) et Littré cite notamment :
"Mettre un enfant sous le poêle, se dit en parlant d’un enfant né avant le mariage qu’on a reconnu et légitimé, et sur lequel on étend le poêle à la cérémonie du mariage".
Rien à voir avec le plaisir de cuire un enfant à la poêle , à notre époque où parents et enseignants déplorent l’absence d’ogres ? Voire !

On est bien passé du poêle à la poêle. Des cordons noirs aux cordons bleus !
Cela s’est fait par le voile nuptial, naturellement : c’est sous ce voile que les époux s’unissaient d’abord en esprit, puis charnellement. Et, quand ils se retrouvaient à poils, sous ce poêle, que découvrait la jeune mariée ?
On a donc baptisé "poêle" une « casserole avec une longue queue ».
Littré rappelle d’ailleurs que « Tenir la queue de la poêle se dit de la Personne chargée du soin principal d’une affaire, qui en a la direction. » . Or ne sont-ce pas les femmes qui, de tout temps, ont pris les choses en mains, pour notre plus grand plaisir ?

Ch.Teffal



J’ignorais qu’un poêle aboyait et ne mourrai donc pas idiot...

Pehembe
Les poêles étant donc en tissu, est-ce là l’origine de l’expression "A poêle laineux" ? (à moins que cela ne soit "A poêle les noeuds" ?)
N’oublions pas que pour se venger d’un homme particulièrement méchant et misanthrope, la coutume voulait que ses proches l’enterrassent nu. D’où l’expression " A poil l’Haineux"
Pour en revenir à la légende de la photo, elle peut s’appliquer à tout moment, puisque l’histoire nous prouve que l’Humanité est malheureusement toujours entre deux guerres !
J’ajoute un peu de cuistrerie: ce fameux "poêle" qui vient de "pallium", le drap, est aussi celui que l’on retrouve dans "pallier" quelque chose, remédier à quelque chose en le couvrant pudiquement d’un voile... d’où la construction directe: "pallier quelque chose" et non "pallier à quelque chose", erreur fatale pour les puristes de tout poil , mais la langue, c’est ça, elle oublie ses origines, et c’est normal!
réponse à . <inconnu> le 06/06/2006 à 11h50 : J’ajoute un peu de cuistrerie: ce fameux "poêle" qui vient de "palli...
est-ce bien une preuve ?
Ne dit-on pas "poêle à mazout" et non pas "poêle mazout" ?

réponse à . <inconnu> le 06/06/2006 à 11h50 : J’ajoute un peu de cuistrerie: ce fameux "poêle" qui vient de "palli...
C’est exact puisque l’on dit "Pallier un manque..." *** Avec Christian, vous ne vivez pas sur le même palier ; question d’aile sans doute... 
réponse à . chirstian le 06/06/2006 à 09h32 : le poêle était bien le "dais" (mariage, funérailles etc...) ...
Et le leur aussi (plaisirs) car l’Amour ne se mijote t’il pas : à ou dans une poêle...?
Dans ce domaine, hélas ou tant mieux, il y a les chefs 5* et les recalés... de la chose. Restons pudiques, gardons le voile là-dessus.
Humour noir, bien entendu !
Ne parle-t-on pas de "noir de poêle" pour astiquer un bon vieux poêle ? Cela se faisait en utilisant un bout de journal à une époque où le journal servait aussi de PQ, une cinquantaine d’années d’ici en Belgique profonde. Et après cela, on va encore se faire traiter de constipés, mais, amis français, ne perdons pas de vue vos célèbres toilettes à la turque, toujours en exploitation et souvent même sans l’ombre d’une possibilité de torchage...
Le poêle astiqué et bien chaud, on pouvait y déposer une poêle pour s’y poêler une poêlée de trompettes de la mort. Bon app
réponse à . DanielP le 07/06/2006 à 09h11 : Humour noir, bien entendu ! Ne parle-t-on pas de "noir de poêle" pour...
Les toilettes à la Turque présentent un avanatage, au moins un. Faites donc un
Scud-O-Ku dans ces toilettes, après, vous aurez les cuisses en béton.
Un vieux poêle bien astiqué, gage d’un bon tirage... à sensations fortes...
réponse à . chirstian le 06/06/2006 à 12h07 : est-ce bien une preuve ? Ne dit-on pas "poêle à mazout" et non...
j’ai un poële à mazout
tu as un poële à tazout
il a un poële à sazout
etc ...
pathétique, non ?
réponse à . DanielP le 07/06/2006 à 09h11 : Humour noir, bien entendu ! Ne parle-t-on pas de "noir de poêle" pour...
Ouiii, et après le papier journal, il y a eu des tubes de pâte "noir de poêle" et "argent de poêle" , ce dernier servait à astiquer les chromes. C’était zébracier qui commercialisait ces tubes.
Le laboureur est devenu vitrier : "ma femme voulait plus que j’laboure, alors j’mastique" (Coluche).
réponse à . <inconnu> le 06/06/2006 à 10h22 : J’ignorais qu’un poêle aboyait et ne mourrai donc pas idiot......
N’oublions pas également que si l’on est à la gare de Nantes et que l’on veut aller à Vannes, il faut demander au chef de gare si cette ville bretonne se trouve loin d’ici. Il répondra invariablement : "Il y a six gares de là à Vannes..."

Bon dimanche !
réponse à . <inconnu> le 23/07/2006 à 08h59 : N’oublions pas également que si l’on est à la gare de ...
Et si à suivre et en sus, vous lui demandez si Quimper est loin, invariablement, il vous répondra : "Quimper ? Qu’importe !".
réponse à . <inconnu> le 24/07/2006 à 11h04 : Et si à suivre et en sus, vous lui demandez si Quimper est loin, invariab...
Et s’il parle argot, il pourrait vous dire: "laissez quimper !"
réponse à . Rikske le 25/07/2006 à 07h23 : Et s’il parle argot, il pourrait vous dire: "laissez quimper !"...
Conseil aux voyageurs pour Quimper !!! Ne prenez qu’imperméable, ça suffira...".
réponse à . <inconnu> le 23/07/2006 à 08h59 : N’oublions pas également que si l’on est à la gare de ...
Ne confondons pas :
"Davidoff"
et
"six arrêts de train pour le chef-lieu du Morbihan".
réponse à . HoubaHOBBES le 26/07/2006 à 14h10 : Ne confondons pas : "Davidoff" et "six arrêts de train pour le chef-l...
Pourtant le train fume aussi...
La preuve ? Les tarifs font tousser les voyageurs...
En bon paysan du terroir, j’ai cru longtemps que l’expression "tenir les cordons du poêle venait du fait que le "feu" se rouvait à l’intérieur
Ah mes larrons ah mes barons
Ah mes darons
Puisqu’un après l’autre nous barrons
Au cul de la barque à Charon
Les jours où ça tourne pas rond
A tour de drôles, marris et marrons
Les cordons du poêle, amarrons ..!
Aujourd’hui, même si on ne tient plus les cordons, on dit toujours de ceux qui marchent près du cercueil qu’ils tiennent les cordons du poêle.
tout dépend de la religion, des "volontés" exprimées par le défunt ou la famille et s’il s’agit d’une inhumation ou d’une crémation ! ... avec cérémonie religieuse ... ou pas !
à l’époque actuelle, les gens raisonnables et prévoyants, ont déjà planifié leur "départ"
Prévoir et en informer ses proches quand on est encore bien vivant et en assez bonne santé ne fait pas mourir ! et préparer ses zobs secs obsèques simplifie grandement la vie des "parents" (enfants ou autre famille) et de l’entourage ... et y’a même pas le choix dans la date !

pour une crémation, point n’est besoin de poêle / drap funéraire, ni cortège, ni se disputer pour savoir qui mérite le plus de tenir les cordons ... le "poêle" du crématorium est assez efficace pour donner ensuite une urne remplie de cendres stériles
Les rites diffèrent selon les individus. Ce drap funéraire est-il vraiment toujours d’actualité ?

* Les indiens préparent un bûcher et la crémation se fait en plein air : pas de poêle ...
* Les amérindiens (Les Hurons par exemple) enveloppaient leurs morts dans des tuniques de peaux de castor et les déposaient sur des plates formes à trois ou quatre mètres de haut.

Bon, je m’égare, nous sommes sur un site d’Expressio-ns françaises ... désolée de cette digression ... suis encore hors sujet ! 
Tenir les cordons du poêle.
Avec tout ce qui a déjà été dit,
Les idées nouvelles risquent fort de mettre les voiles,
Et cela devient vachement compliqué, pardi!

Et pourtant, si l’on pense à quelque marque de pneumatique,
On pourrait dire "tenir les corps, don du Pou Al (Gore?)"
Et même si cela n’est pas toujours automatique,
Personne ne pourra me dire que j’ai tout-à-fait tort.
La langue française est bien jolie. Larousse me donne trois origines latines différentes pour le mot "poêle"
- pensilis qui signifie suspendu
- pallium qui signifie manteau
- patella qui signifie plat

notre poêle à frire ou à crêpe cumulerait donc deux définitions puisqu’il s’agit d’un plat que l’on peut suspendre.

Chirstian vous a déjà parlé du poêle de mariage. A partir du XV ème siècle, le poêle est également le dais portable qui accompagne le saint sacrement lors des processions.

Ne pourrait-on donc pas dire qu’on peut tenir les cordons du poêle à d’autres occasions que pour un service funéraire.
C’est tellement vrai... plus le choix dans la date quand on est parti !
Aux obsèques du prieur, de pieux voiles cachaient le bout de la tresse !
Pourtant tenir les poils, don du corps...

Amis contrepoètes, bon samedi 
réponse à . cotentine le 13/09/2008 à 01h48 : Aujourd’hui, même si on ne tient plus les cordons, on dit toujours d...
"ce drap funéraire est-il toujours d’actualité ?" même lorsqu’il y a crémation, du moins dans ma campagne, il y a presque toujours une cérémonie religieuse avant, permettant de réunir les proches; le drap funéraire est alors utilisé au cours de cette cérémonie.
Notre poêle du jour vient du bas-latin palliu (
Cette définition fut bien sûr trouvée sur le Mont Bas-latin 
réponse à . tytoalba le 13/09/2008 à 09h11 : La langue française est bien jolie. Larousse me donne trois origines lati...
Impossible, depuis tout à l’heure, de modifier ou même inscrire une contribution. Alors j’essaie en passant par la voie "répondre à", d’autant que mon petit développement ne fait que compléter le tien, Tyto... merci de m’héberger !

... Encore raté ! Vous ne perdez rien, bien sûr, mais moi je m’agace un peu à ne plus savoir comment me servir de mon expressio...
CETTE EXPRESSION VIENT DE LA MARINE

Le cercueil était porté par des marins, et entouré par les autorités de Saint-Malo, qui tenaient les cordons du poêle funèbre (J.-J. AMPÈRE, Corresp., 1848, p.166).

TLFI
réponse à . file_au_logis le 13/09/2008 à 10h13 : Cette définition fut bien sûr trouvée sur le Mont Bas-latin&...
Je n’arrive plus à remonter la pente de mon(t) Bas-latin... J’essaie chez toi, Filo !

Notre poêle du jour vient du bas-latin palliu (latin classique pallium = manteau, couverture, tenture). Il s’écrivait paile en ancien français puis le groupe ai, comme dans d’autres mots savants d’emprunt ancien, est passé à oi, prononcé wa.

La poêle (à frire, à crêpes...), quant à elle, qui vient de patella (= patelle, petit plat, assiette), s’écrivait au moyen âge, et encore chez Montaigne, paele, ce qui nous rappelle la paella espagnole (une idée menu pour demain ?).

En ce qui concerne le poêle (à bois, par exemple), dont l’étymon est pensilis, voici ce que dit Bourciez :

"Par confusion avec deux autres mots de forme similaire, mais d’origine et de sens très distincts (poêle "dais" et poêle à frire [...], on écrit aussi ordinairement poêle (ancien français poisle = pensile) pour le terme qui désigne un fourneau de chauffage."

Aucun rapport étymologique, donc, entre ces trois homonymes.

Quant à l’homophone poil... ce sera pour un autre samedi.
réponse à . syanne le 13/09/2008 à 10h14 : Impossible, depuis tout à l’heure, de modifier ou même inscri...
merci de m’héberger
Mais de rien, il y a assez de place pour tous. Et en attendant, je te propose un expresso (sans i, comme dirait ThanBach), à la cafetière italienne bien sûr, pas un de ses cafés à la Georges Whatelse.
réponse à . syanne le 13/09/2008 à 10h17 : Je n’arrive plus à remonter la pente de mon(t) Bas-latin... J&rsquo...
ciel ! Syanne qui se propose de revenir avec un homophone à poils , et tyto la blanche qui accepte de les héberger.
Ce site n’est plus ce qu’il tentait d’être...
l’expression était à l’origine : tenir les corps chauds grâce au poêle. Et son sens était clair. Cette chaleur a été célébrée comme un don du poêle , transformant l’expression en : "tenir les corps chauds - don du poêle".
Mes sources ne disent pas à quel moment le poêle s’est éteint, mais, de fait, l’expression a été raccourcie en l’actuel : "tenir les corps -don du poêle" , livrée aux méfaits de l’homophonie selon des mécanismes que Syanne connaît bien.

PS: et quand je compare mon message n° 2 du 6 juin 2006 à celui-ci , je confirme : ce site n’est plus ce qu’il tentait d’être. Faudrait pas vieillir !
réponse à . chirstian le 13/09/2008 à 11h18 : ciel ! Syanne qui se propose de revenir avec un homophone à poils ,...
revenir avec un homophone à poils

C’est, tu l’auras deviné, que je ne suis pas homophonophobe, que l’homo soit -phone, -nyme - ou - graphe, à poil ou à vapeur.
Tonton Georges, ’scuse-nous ! t’es pas oublié ... tu as chanté "les quat’z’arts cette page
" .....
Le mort ne chantait pas : "Ah ! c’qu’on s’emmerde ici !"
Il prenait son trépas à cœur, cette fois-ci
Et les bonshomm’s chargés de la levée du corps
Ne chantaient pas non plus "Saint-Eloi bande encor !"

Les quat’z’arts avaient fait les choses comme il faut
Le macchabée semblait tout à fait mort. Bravo !

Ce n’étaient pas du tout des filles en tutu
Avec des fess’s à claque et des chapeaux pointus
Les commères choisies pour les cordons du poêle
Et nul ne leur criait: "A poil ! A poil ! A poil !"
... "
réponse à . chirstian le 13/09/2008 à 11h32 : l’expression était à l’origine : tenir les corps ...
Dis donc toi le sélénite, après tes explications, c’est toi qui dit que le site a changé ? Non mais. Et puis il n’a pas changé, il a tout simplement évolué. Et qui n’évolue pas, fini par mourir. Tu ne voudrais quand même pas tenir les cordons du poêle d’Expressio, mmhhhhh.
réponse à . cotentine le 13/09/2008 à 12h16 : Tonton Georges, ’scuse-nous ! t’es pas oublié ... tu as ...
Ce qui est bien avec Tonton (le Grand...), c’est qu’il a à peu près tout chanté... Je crois que l’on pourrait illustrer chaque expressio(n) de chaque jour, toute l’année rien qu’avec son répertoire... et il en resterait ! 
réponse à . AnimalDan le 13/09/2008 à 13h21 : Ce qui est bien avec Tonton (le Grand...), c’est qu’il a à pe...
Dans les rues du Havre
Poêle au cadavre
Passait un enterrement
Poêle au sacrement
En tête venait le curé
Poêle aux regrets
Derrière, ma femme
Poêle à Notre-Dame
Assistée de mes maîtresses
Poêle à confesse
Distribuait des oignons
Poêle à la communion
Et tous les copains hilares
Poêle à Lazare
Tirant les cordons
Poêle au bourdon
Attendaient que j’entonne
Poêle à la couronne
Quelque refrain sacrilège
Poêle au cierge
Mais je suis resté couché
Poêle à l’archevêché
Et n’ai pas cligné un oeil
Poêle au cercueil
Et eux sont restés couillons
Poêle au goupillon
Buvez donc à ma santé
Poêle à l’éternité
Que je leur ai dit
Poêle au paradis
Dans la mort faut pas s’en faire
Poêle évidemment à l’enfer
Mon père tenait, lui, le licol du cheval qui tirait le corbillard.
Il le retenait comme il pouvait, car celui-ci dans la pente qui descendait au cimetière, se mettait à trotter.
Les chandelles noires, aux quatre coins, dansaient, les pompons valsaient, papa se suspendait comme il pouvait à son canasson...
Les enterrements se terminaient en une ( non, pas joyeuse quand même...) amusante débandade.
Comme ça c’était expéditif!
réponse à . AnimalDan le 13/09/2008 à 13h33 : Dans les rues du Havre Poêle au cadavre Passait un enterrement Poêle...
Voui!!!
J’aime!
Bravo pour la rime!
Voilà bien une expression qui date des funérailles d'antan...........N'est il pas ?

Ben voui mais cotentine a déjà utilisé les cordons au #35.... *

Au fait vous avez vu ce que dit AnimalDan au # 37 ?........Incroyable de prémonition......... *

Je mets le café au chaud et je vous dis à trèèèèèèèèèèèèèèèèèès plus tard........Allez Coyote, au pied mon pépère !

* & *-----------> Y en avait que 40 alors..............
À force de tenir les cordons du poêle, il a eu la frite!
réponse à . BOUBA le 13/01/2015 à 04h58 : Voilà bien une expression qui date des funérailles d'antan...........
Au fait vous avez vu ce que dit AnimalDan au # 37 ?
À ma connaissance, Brassens n'a jamais chanté les menhirs... ni même un petit dolmen.
"notre pistard… »" ou pisse tard (divement) puisque sortant le soir ? 
Comme le hasard est capricieux....pas plus tard que samedi dernier, je tenais les cordons du poêle !
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.
Origine des mots: cercueil
L'origine remonte au Moye-Âge, où il était coutume d'offrir de la bière à la famille, affligée, qui tenait les cordons du poêle...Comme ces présents liquides étaient recueillis par un paysan, on disait: la bière, le serf cueille, qui, avec le temps, s'est transformé en: bière, le cercueil, aujourd'hui synonymes !
CQFD
réponse à . joseta le 13/01/2015 à 08h13 : Comme le hasard est capricieux....pas plus tard que samedi dernier, je tenais le...
La bière s'élabore avec de l'orge (et du houblon), pas avec du cerfeuil !
.
réponse à . Mintaka le 13/01/2015 à 08h22 : La bière s'élabore avec de l'orge (et du houblon), pas a...
Elle peut ne pas être d'accord avec toi mais je pense quand même par exemple... à moins bien sûr qu'ils ne les aient pas payés. Là, bien évidemment, l'affaire prend une tout autre tournure, ce qui ne préjuge en rien de leur pragmatisme.
réponse à . Alnitak le 13/01/2015 à 08h24 : Elle peut ne pas être d'accord avec toi mais je pense quand mêm...
Ça tombe sous le sens.
réponse à . BOUBA le 13/01/2015 à 04h58 : Voilà bien une expression qui date des funérailles d'antan...........
Tu lis les écrits des voisins du d'ssus maintenant ?
réponse à . syanne le 13/09/2008 à 10h17 : Je n’arrive plus à remonter la pente de mon(t) Bas-latin... J&rsquo...
La poêle (à frire, à crêpes...), quant à elle, qui vient de patella (= patelle, petit plat, assiette), s’écrivait au moyen âge, et encore chez Montaigne, paele, ce qui nous rappelle la paella espagnole
.
On dit toujours "payelle" en Picard, comme ça, on ne confond pas avec "ech pouèle".
"Patella" est le nom savant de la rotule, mais si on espère un trouver un mollusque à l'intérieur, bernique !
réponse à . <inconnu> le 06/06/2006 à 11h50 : J’ajoute un peu de cuistrerie: ce fameux "poêle" qui vient de "palli...
"pallier le palier", c'est y poser un paillasson.
Ou à palliatif...
DEVINETTE
C'est dans le chef-lieu du canton du Valais, en Suisse, qu'il y a les meilleurs experts à réduire à cendres les défunts. Pourquoi ?
réponse à . joseta le 13/01/2015 à 10h16 : DEVINETTE C'est dans le chef-lieu du canton du Valais, en Suisse, qu'i...
Je la laisse à Diwan !
- Cérémonies, t'aime bien ?
- je préfère serrer Mony !
réponse à . joseta le 13/01/2015 à 10h16 : DEVINETTE C'est dans le chef-lieu du canton du Valais, en Suisse, qu'i...
C'est la crème à Sion. (Ça veut rien dire mais c'est plus rigolo qu'un camion vert.)
Rediffusion

- Bonjour! Vous savez quoi? Dudule vient de mourir!
- Ben ça alors! Pauvre feu Dudule...
- Feu, certes, mais il s'est éteint.
- Ah! Vous êtes des fins ...
- Défunt cèst lui!
- Des fins d'esprit, vous ne me laissez pas finir...
- Ne parlez pas d'esprits...
- Et il bossait toujours dans les CD...
- Oui, des CD hier, décédé aujourd'hui...Il venait de fermer la boutique et rentrait chez lui...
- C'est en revenant qu'il est parti!
- Oui, mais j'espère qu'il n'est pas partant pour être un revenant!
- Quand je pense qu'il y a 24 heures, je suis passé devant la boutique, et de l'intérieur, il m'avait fait un signe avec le pouce vers le haut...
c'est curieux, le pouce hier et aujourd'hui poussière...
- Le pouce vers le haut comme s'il voulait monter...
- Et aujourd'hui, le voilà réduit à des cendres.
- Tiens! vous voulez une cigarrette?
- Vous avez du feu?.
réponse à . joseta le 13/01/2015 à 10h16 : DEVINETTE C'est dans le chef-lieu du canton du Valais, en Suisse, qu'i...
Ainsi nerf à Sion ?
réponse à . Mintaka le 13/01/2015 à 10h49 : C'est la crème à Sion. (Ça veut rien dire mais c'...
- parce que c'est la crème, à Sion
C'est bon !
Tout le monde n'est pas aussi galant que toi... 
Donc si je comprends bien, tu n'aimes pas les camions verts ? (cf. #57)
réponse à . Mintaka le 13/01/2015 à 11h12 : Donc si je comprends bien, tu n'aimes pas les camions verts ? (cf. #57...
Si, si, mais un vert sans éclat: j'aime bien voir un camion si terne...
réponse à . joseta le 13/01/2015 à 11h19 : Si, si, mais un vert sans éclat: j'aime bien voir un camion si terne......
À la bonne heure, c'est plus aérodynamique.
Robert Redford: - Quand je mourrai, sur ma tombe, je ne ferai mettre que mes initiales...
son épouse: - pourquoi ?
Robert: - c'est fun R.R. !
#59 et #59 Trop fort: Cela fait deux calembours bons...
À garder en mémoire, cela peut servir 
réponse à . Jacques1949b le 13/01/2015 à 12h03 : #59 et #59 Trop fort: Cela fait deux calembours bons... À garder en m&eac...
Bourbon ? Whisk'il est bon mon calembour.
À ne pas confondre
À l'enterrement de Louis Gasté, son mari, Line Renaud respirait profondément: l'inhumé et Line humait...
Le Dieu marin Nérée et son épouse Doris
Doris: - Je voudrais mourir dans l'eau...
Nérée: - pourquoi ?
Doris: - je veux mourir ainsi Nérée !
Nérée: - ???
Beaucoup de ses conquêtes sont allées au zob sec de ce Don Juan.
C'est trop gentil de penser à moi !
Je lis que "crème à Sion" est la réponse... Pourquoi pas ?

Cependant, il ne faut pas oublier qu'en Suisse sont établies nombre de scieries. Et notamment à Sion, capitale du Valais. On en a même fait une comptine, glorifiant cette spécialité :
♫♪♪♫ Sion, Sion, Sion du bois... ♫♫♪.

De là à penser que les meilleurs scieurs - ceux qui scient du bois à longueur de journée, débitant des planches comme d'autres des sornettes, planches qui serviront à confectionner des cercueils dans lesquels on réduit les défunts en cendres – sont installés à Sion, il n'y a qu'un pas...
Ouf... suis bien contente d'être sortie de cette phrase...

Mais apparemment, ce n'est pas ce qu'attendait joseta... Et pourtant* !

*poêle aux dents !
réponse à . joseta le 13/01/2015 à 08h13 : Comme le hasard est capricieux....pas plus tard que samedi dernier, je tenais le...
Origine des mots: cercueil
...tandis que corbillard vient de la ville de Corbeil, ville tout près de Draveil (là où Daudet aimait à laisser vagabonder son imagination...).
À l'origine (v. 1690), un coche d'eau fait le service sur la Seine entre Corbeil et Paris et transporte... ce qu'il a à transporter ! Il semblerait que lors d'une épidémie de peste, il eut à évacuer beaucoup de cadavres de Paris. On voit l'évolution : corbillard → voiture qui transporte un cercueil.

Sauf que M'sieur Rey n'est absolument pas persuadé de cette dérivation ! Pas plus qu'il n'est convaincu par ce que prétend J. Cellard, lequel voit dans corbillard une variante de corbillat → petit corbeau, symbole du funèbre.

Vois pas autre chose à dire... poil à frire...
Quelle sobriété dans l'expression... 
Comme qui dirait le résumé de "Un point, c'est tout" ! À moins que ce ne soit un "." tombé d'un "i"...
Ne rajoute rien... ce serait dommage !
réponse à . DiwanC le 13/01/2015 à 13h55 : Quelle sobriété dans l'expression...  Comme qui dirait le r&...
C'est écrit avec une encre Germaine, c'est-à-dire, une encre sympathique...
réponse à . DiwanC le 13/01/2015 à 13h55 : Quelle sobriété dans l'expression...  Comme qui dirait le r&...
Ben oui, mais comme on n'a plus la possibilité de supprimer une contribution... Je pense me rappeler que tu n'étais pas en faveur de cette possibilité.
réponse à . joseta le 13/01/2015 à 14h10 : C'est écrit avec une encre Germaine, c'est-à-dire, une e...
Trop mignon toi aussi ! Mais tu le savais déjà ! 
réponse à . Alnitak le 13/01/2015 à 14h46 : Ben oui, mais comme on n'a plus la possibilité de supprimer une cont...
C'est presque ça... à une poêle près...
Je ne suis pas en faveur de la suppression des écrits des voisins du d'ssus, ceux de la - ou des - diffusions précédentes.

Demanderais-je à IznoG0d de rétablir la fonction "supprimer" les contribs pour autant qu'on n'y ait pas déjà répondu ?
réponse à . Alnitak le 13/01/2015 à 15h43 : Demanderais-je à IznoG0d de rétablir la fonction "supprimer&q...
Si ce n'est déjà fait, associe-toi à Mintaka.
Deux étoiles, telles que vous, sont forcément plus près du Bon God... ou du Tout-Puissant-Remplaçant.
alors que le cercueil était amené à l'autel pour la cérémonie funèbre
Ceci est valable pour les religions qui organisent la cérémonie avant l'enterrement ou la crémation ...
réponse à . Alnitak le 13/01/2015 à 15h43 : Demanderais-je à IznoG0d de rétablir la fonction "supprimer&q...
Tu pourrais envisager d'écrire "commentaire supprimé par l'auteur" à la place de ce point qui nous plonge dans des abimes de perplexité.
Ou pas.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tenir les cordons du poêle » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?