Le diable est dans les détails - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Le diable est dans les détails

Il ne faut jamais négliger les détails car ils peuvent être source de désagréments importants.

Origine

Cette expression nous viendrait, dans la seconde moitié du XIXe siècle, de Friedrich Nietzsche qui, probablement parce qu'il ne parlait pas couramment le swahili, l'a exprimée en allemand « Der Teufel steckt im Detail »[1].

Même si le diable y est cité, point n'est besoin de discuter de l'éventuelle dimension religieuse ou philosophique de cette expression, car une chose est sûre et constamment vérifiée : il suffit parfois du moindre détail mal géré dans un vaste projet pour risquer de le faire complètement échouer.
Et, compris simplement, c'est bien ce que Nietzsche voulait dire, notre cher ami le diable étant ici considéré comme celui qui prendrait un malin plaisir à provoquer les nombreuses difficultés à même de faire capoter le projet ; il est toujours là, en embuscade, prêt à profiter de la moindre faiblesse pour en empêcher la bonne réalisation.

Une autre forme de détail pernicieux est, par exemple, la petite note de bas de page d'un contrat, écrite en tout petits caractères, note que personne ne lit avant de signer, alors que, pourtant, elle restreint fortement les cas d'applications décrits dans le document. Et ce n'est qu'une fois qu'on a besoin de faire appliquer les termes du contrat, qu'on nous met le nez sur ce petit détail en apparence insignifiant auquel on aurait pourtant dû porter beaucoup plus d'intérêt.
Les non-dits, les imprécisions, les termes interprétables d'un document peuvent aussi être de ces fameux détails qui auront plus tard un effet « diabolique ».

On peut noter que la version opposée existe, formulée par d'autres (l'architecte Ludwig Mies van der Rohe Lien externe, au moins) : « Gott steckt im Detail » ou « Dieu est dans les détails ». Cette fois l'expression signifie qu'une œuvre n'est accomplie et belle que grâce à la qualité de ses détails.

[1] Mais pour cette expression-là, il n'a jamais prétendu qu'ainsi parlait Zarathoustra (Lien externe)

Exemple

« Cependant, en l'état actuel de sa rédaction, il laisse dans l'ombre un grand nombre de choix politiques cruciaux quant aux modalités de mise en œuvre. Le diable est dans les détails. Le seuil et le taux d'intérêt retenus (taux zéro ou taux du marché), le degré d'implication de l'État et des banques (si elles sont acteurs du dispositif) peuvent conduire à des résultats très différents en terme d'équité. »
Le Monde - Article du 20 novembre 2009

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Le diable est dans les détails » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Marocar الشيطان يكمن في التفاصيلLe diable se cache dans les détails
Algériear المطرق اللي تتحقر بيه يعميك el matrag li tethagar bih ya'micLe bâton dont tu te moques te rendra aveugle
Allemagnede Der Teufel steckt im DetailLe diable se trouve dans le détail
Australieen The devil is in the detailLe diable est dans le détail
États-Unisen The devil is in the detailsLe diable est dans les détails
Espagnees Por un clavo se perdió un reinoPar un clou on a perdu un royaume
Espagnees El demonio (diablo) está en los detalles.Le démon (diable) est dans les détails.
Hongriehu Az ördög a részletekben rejlik.Le diable réside/se cache dans les détails.
Italieit Il diavolo sta nei dettagliLe diable est dans les détails
Pays-Basnl Het zijn de kleine dingen die het doen.Ce sont les petites choses qui le font.
Pays-Basnl Het venijn zit 'm in de staartLe venin (poison) se trouve dans la queue
Belgique (Flandre)nl Ook de kleine lettertjes moeten gelezen wordenIl faut lire les petites minuscules
Brésilpt O diabo está nos detalhes. Le diable est dans les détails.
Roumaniero Diavolul e în detaliiLe diable est dans les détails
Turquietr Şeytan ayrıntıda gizlidirLe Diable se cache dans le détail

Vos commentaires
Hier, c’était le temps du curé.
Aujourd’hui, c’est le jour du Diable. Ecoutez comme il danse bien : cette page.
10 minutes diaboliques !
– God ! Cher ami ! Quel bonheur de te lire ! Et ton "best–seller" ! Quel succès !
– N’en fais pas trop veux–tu !
– Moi ? Jamais ! Tu le dis toi–même : la discrétion me convient... Suis pourtant allé faire un tour sur terre, un p’tit tour : fait trop froid ! Suis content : ça va.
:-> Ton voisin du dessous !
réponse à . DiwanC le 02/02/2012 à 03h14 : – God ! Cher ami ! Quel bonheur de te lire ! Et ton "b...
Belzebuth ! Ton lien m’indique : "l’URL contient un ID vidéo incorrect". Un coup du Malin ?
réponse à . DiwanC le 02/02/2012 à 03h14 : – God ! Cher ami ! Quel bonheur de te lire ! Et ton "b...
Belle Zébuth, comme dirait le voisin du dessus, j’ai la même info. Tu parles sans doute de la chanson du Grand Jacques, spa?
Au Moyen Age, les serfs étaient taillables et corvéables à merci. De plus, la religion chrétienne était plus que très présente, surtout dans les campagnes, où l’on craignait beaucoup plus le Malin et ses œuvres qu’aujourd’hui. Les saigneurs seigneurs profitaient de cet état de fait et pressuraient ainsi les pauvres paysans. Ainsi, les jeux de hasard étaient formellement interdits. Les jeux de dés, par exemple. Si un serf étaient pris à jouer aux dés, il était punissable d’une taille double. Et le prévôt hurlait alors: Le Diable est dans les dés, taille!"
Et voilà ainsi la vérité historique et vraie de l’origine de cette expressio.fr enfin rétablie. Heureusement que je l’ai vu dès potiron potron-minet, ma correction arrive encore assez bien à temps...
réponse à . file_au_logis le 02/02/2012 à 03h42 : Au Moyen Age, les serfs étaient taillables et corvéables à ...
Le Diable est dans les dés, taille!
Tu chauffes la salle pour Jo-Bou-Min ?
réponse à . deLassus le 02/02/2012 à 03h25 : Belzebuth ! Ton lien m’indique : "l’URL contient un ID vid...
Cette fois, "ça va" ça marche ! Sans doute quelque diablerie de Lucifier de lui ! 
Diable ! Je ne connaissais pas du tout cette expression. J’irais la vérifier moi même car je suis voué aux enfers. Il faut dire que j’ai été volontaire car j’ai entendu dire que Satan l’habite.
Le malin avait pour mascotte un zébu femelle, pour pouvoir l’appeler ma belle zébu!
Je sortais avec Lucie, une vraie diablesse...D’ailleurs mon ami me prévint:
- Attention, si tu laisses ’Lucie faire’, on ’s’attend’ à n’importe quoi...
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 05h50 : Le malin avait pour mascotte un zébu femelle, pour pouvoir l’appele...
Et comme en enfer il fait très chaud, elle buvait tant et tant qu’elle finit par dire:"Quand z’ai bu, z’ai pu soif !"
Pourquoi l’équipe nationale belge de foot s’appelle-t-elle les "les Diables rouges" ? Parce que Belgezébuth. (Enfin, anciennement).
« Le diable est dans les détails » : La vente au détail est donc satanique, en gros ?
car j’ai entendu dire que Satan l’habite.
Ne pas confondre soutanique et satanique.
Satan n’a pas envie d’accueillir les syndicalistes belges, ils seraient capables de foutre les fours en grève.
Le diable est efficace dans le traitement des affections veineuses : ne dit-on pas "au diable les varices" ?
Un jour Satan se décida à venir habiter dans le Nord de l’enfer car il y faisait moins chaud et on vantait la douceur de cette région. N’ayant pas beaucoup de moyens il fit le voyage à pied mais quand il arriva, fourbu, il fut déçu et s’écria:
"je suis vanné ! Cà, paradis ?"
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 06h45 : Le diable est efficace dans le traitement des affections veineuses : ne dit...
Et le parti satanique est l’égal du parti écologiste car le diable vaut vert
Moyen de transport des ames damnées...cette page
Le diable est dans le bétail, oui, mais dans le bétail à cornes !
C’est encore mieux que de les ramasser à la pelle !
Lors du déluge, le diable fuit la plus profonde vallée car c’est là que la plus grande crue s’y fit.......
Ha ha ! Je t’ai damné le pion !
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 06h52 : C’est encore mieux que de les ramasser à la pelle !...
Surtout le 18 juin..........
L’affiche "Le Thermogène" m’intriguait dans ma jeunesse : cette page
Le paysan, qui voulait ferrer ses chevaux, vit une ofrre qui disait: achetez 8 fers, payez-en 6. Il les commanda, et une fois reçus, en effet, en déployant la facture, il a lu six fers.
J’ai un copain qui s’appelle Tanas. Il a monté une société, la S.A Tanas et il vend des pièces automobiles. Un jour je vais le voir et lui demande:"Tu vends des rétros, S.A Tanas ?"
Quand j’étais mouflet, j’étais fan.....cette page
réponse à . BOUBA le 02/02/2012 à 07h08 : J’ai un copain qui s’appelle Tanas. Il a monté une soci&eacut...
:"Tu vends des rétros, S.A Tanas ?"
À quoi il répondit: des rétros? ah, ben ça t’en as...
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 07h07 : Le paysan, qui voulait ferrer ses chevaux, vit une ofrre qui disait: achetez 8 f...
Lucifer, Luc fier.
Signé : Ana.
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 05h50 : Le malin avait pour mascotte un zébu femelle, pour pouvoir l’appele...
Nan, nan, il en avait plusieurs! Beaucoup, même! Dans chaque pores. Belles-z-et-putes, qu’il disait.
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 06h25 : Pourquoi l’équipe nationale belge de foot s’appelle-t-elle le...
Tu as raison quant à la prononciation phonétique, mais quant à l’orthographe, vaut mieux peut-être pas en parler.
Belges et buts! Voilà le slogan!
Pour rester dans la veine cléricale, connaissez-vous l’origine de l’expression "fille ainée de l’église" parlant de la France ?
Comme tu écris souvent, pourquoi ne signerais-tu pas: Ana Chronique?
réponse à . DUDUFR le 02/02/2012 à 07h44 : Pour rester dans la veine cléricale, connaissez-vous l’origine de l...
Ben on parle toujours des nombreux pères de France Pour ceux et celles qui lisent l’allemand, je recommande cette page.
Et comme l’Eglise a beaucoup d’amants, on peut donc en toute logique supposer qu’elle fut sa mère...
Un anglais me disait: le diable est partout, il est ’des monts’, et il est ’de ville’.
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 07h50 : Un anglais me disait: le diable est partout, il est ’des monts’, et ...
Le chanteur Henri Dès est quand même un peu imbibé d’émmoniaque. Ne dit-on pas de lui qu’il est Dès-démon?
Ton diable, on ne le tire pas par la queue, on le pousse avec les poignets. Rien de sexuel là-dedans. cette page
Si on additionne les valeurs des différents billets et pièces en euros, on obtient 888,88.
En effet, 500 + 200 + 100 + 50 + 20 + 10 + 5 + 2 + 1 + 0,5 + 0,2 + 0,1 + 0,05 + 0,02 + 0,01 = 888,88.
Ne faut-il pas y voir l’œuvre d’un petit malin ?
réponse à . DUDUFR le 02/02/2012 à 07h44 : Pour rester dans la veine cléricale, connaissez-vous l’origine de l...
Plusieurs hypothèses ou versions, entre autres la conversion de Clovis ou la donation de Pépin, non ?
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 07h50 : Un anglais me disait: le diable est partout, il est ’des monts’, et ...
Il est aussi dans les rivières; il y a un petit poisson dit able...
Selon la formule d’Ingres le détail est "ce peu d’importance qui résiste à la raison". Ce qui serait conforme à notre bonne vieille morale biblique qui rattache tout ce qui est de bon sens à une certaine transcendance divine. Le détail serait le grain de sel, demandez à la femme de Loth, qui ferait déraper notre vertu naturelle à l’insu de notre plein gré. Ici, je connais God (pas bibliquement !) ; qui est le diable ?
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 08h22 : Si on additionne les valeurs des différents billets et pièces en e...
666 est le nombre de la Bête ou chiffre de la Bête dans l’Apocalypse de Jean. Moi, je préfère le 69. Ou le 51, c’est bien aussi.
Détail : Hexakosioihexekontahexaphobie, c’est la peur du nombre 666.
réponse à . DiwanC le 02/02/2012 à 04h10 : Cette fois, "ça va" ça marche ! Sans doute quelque diablerie ...
Lux Ciferus n’est pas le diable, c’est l’ange déchu pour avoir apporter aux hommes des connaissances interdites. C’est le porteur de lumière.
Et un proverbe espagnol:
Quand le diable n’a rien à faire, avec son cul il tue les mouches.
Autrement dit il ne fait que des bêtises.
Le diable disait de ses rejetons:
- Mes fils, top félés.
Flash info : « Un ferry sombre dans le Pacifique ». Pourtant sur les photos, il était blanc !
La boisson préférée du diable est le diabolo menthe.

Celle de Germaine, le lagon bleu et celle de Mickeylange, le jus, d’où ’Lange des jus’.
Mais, bon sang, mais c’ est bien sûr ! Relisez donc en entier votre police d’ assurance. Surtout les paragraphes qu’ on ne peut décrypter qu’ avec une loupe....
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 08h00 : Ton diable, on ne le tire pas par la queue, on le pousse avec les poignets. Rien...
Ah, parcequ’on est obligés de n’avoir que des sujets de discussion sur le sexe ?...........
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 09h49 : La boisson préférée du diable est le diabolo menthe. Celle...
Paraît qu’en Belgique c’est le Diabolo-limonade qu’a du succès ......
Amis Belges, si vous m’entendez.........
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 08h22 : Si on additionne les valeurs des différents billets et pièces en e...
En symbolique des chiffres le 8 désigne le "très matériel". Et si tu arrives à coucher le 8, cette richesse symbolise l’ infini. Comme quoi le diable (s’il existe) est vraiment dans les détails.
réponse à . BOUBA le 02/02/2012 à 06h21 : Et comme en enfer il fait très chaud, elle buvait tant et tant qu’e...
Je suppose qu’elle a bu de l’eau, parce que l’eau phéniquée...
On peut noter que la version opposée existe

Elle est même considérée comme la version originale, généralement attribuée à Flaubert : Dieu est dans le détail (au singulier) ce qui ne veut pas dire que le diable est dans le gros/demi-gros.

On dit aussi que le diable porte du Prada cette page
réponse à . BOUBA le 02/02/2012 à 09h58 : Ah, parcequ’on est obligés de n’avoir que des sujets de discu...
T’es vraiment gonflé pour écrire ça !  
réponse à . BOUBA le 02/02/2012 à 09h58 : Ah, parcequ’on est obligés de n’avoir que des sujets de discu...
Ah, parcequ’on est obligés de n’avoir que des sujets de discussion sur le sexe ?...
Oui.
Martin Luther: le diable à queue, le seul ennemi que Luther eusse. 
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 10h25 : Ah, parcequ’on est obligés de n’avoir que des sujets de discu...
......Et les luthiers soviétiques sont les meilleurs car l’UT est russe.........
Qu’ont à voir ensemble les mots « diable » et détail » ? Bon, ils commencent par d tous les deux. Mais ils ne sont pas les seuls ! Dieu aussi. Se cacherait-il dans les détails, pour nous faire croire à son existence ?

Les mots « diable«  et « détails » me semblent associés bizarrement, mais ils ne sont pas les seuls.
Que font le « vélo » dans la « tête », « l’estomac » dans les « talons », les « pieds » dans le « plat », le « soupçon » dans le « lait » ?
Que fait la « vessie » avec la « lanterne », la « grimace » dans la « soupe », le « chat » dans la « gorge » et le « rubis » sur « l’ongle » ?

Vous aurais-je mis la « puce » à « l’oreille » ?
Qu’ont à voir ensemble les mots « diable » et détails » ? Bon, ils commencent par [Qu’ont à voir ensemble les mots « diable » et détails » ? Bon, ils commencent par

Qu’ont à voir ensemble les mots « Zadig » et « Voltaire » ? Bon, ils ont tous les deux leurs spécialistes.
réponse à . BOUBA le 02/02/2012 à 10h00 : Paraît qu’en Belgique c’est le Diabolo-limonade qu’a du ...
J’ai dû me renseigner pour comprendre la feinte*. cette page

* : Quel mot utilise-t-on en France pour désigner un trait d’esprit, un jeu de mots, une plaisanterie courte ? En Belgique, dans cette acception, "feinte" n’a aucune consonnance de tromperie ou d’esquive.
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 10h42 : J’ai dû me renseigner pour comprendre la feinte*. cette page *&nbs...
Quel mot utilise-t-on en France pour désigner un trait d’esprit, un jeu de mots, une plaisanterie courte ?
Je crois qu’on dit une saillie.
Mais rien de sexuel !
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 08h40 : 666 est le nombre de la Bête ou chiffre de la Bête dans l’Apoc...
Si le sujet t’intéresse vois cette page

La page d’accueil de site est "diabolique".
réponse à . SyntaxTerror le 02/02/2012 à 10h19 : On peut noter que la version opposée existe Elle est même consid&ea...
On dit aussi que le diable porte du Prada

Je crains fort ne pas avoir compris. cette page
Avec cette foutue crise, je suis endetté mais je m’en fous...
qu’au diable les dettes aillent!
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 08h22 : Si on additionne les valeurs des différents billets et pièces en e...
Intéressant car le chiifre 8 est le symbole de l’infini (le symbole de l’infini est un 8 couché), des énergies célestes et terrestres qui circulent, mais aussi du développement infini ou de la destruction.
Remarque que "diable" et "detail" sont presque des... comment déjà ?
réponse à . charmagnac le 02/02/2012 à 10h53 : Intéressant car le chiifre 8 est le symbole de l’infini (le symbole...
développement infini ou de la destruction.

Le développement infini, c’est l’intégration, la destruction, c’est la désintégration.
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 11h01 : Remarque que "diable" et "detail" sont presque des... comment déjà...
Commentaire 62

Je crains d’avoir fait une erreur en indiquant le lien. En principe ça devrait fonctionner maintenant
Eh bien non, le lien ne relie rien ! C’est diabolique !
Qu’ont à voir ensemble les mots « Zadig » et « Voltaire » ?

Zinedane Zadig était un excellent joueur de foot.
réponse à . charmagnac le 02/02/2012 à 11h06 : Commentaire 62 Je crains d’avoir fait une erreur en indiquant le lien. En...
Chez moi, ça donne toujours "Erreur 404".
Caramba !
réponse à . deLassus le 02/02/2012 à 11h09 : Chez moi, ça donne toujours "Erreur 404". Caramba !...
Excellente saillie !
réponse à . deLassus le 02/02/2012 à 11h09 : Chez moi, ça donne toujours "Erreur 404". Caramba !...
La connexion directe au site fonctionne depuis mon ordinateur, mais impossible de créer le lien à partir d’expressio. Je crois que c’est un coup du diable, mais je n’ai pas trouvé le détail, le grain de sel ou le grain de sable. Je vais ouvrir une enquête ou appeler un exorciste !
réponse à . charmagnac le 02/02/2012 à 10h49 : Si le sujet t’intéresse vois cette page La page d’accueil de...
cette page

C’est parfaitement illisible !
C’est écrit tout petit et les facéties genre "je m’éclate avec Word" sont particulièrement pénibles.
De plus, l’âge aidant, j’ai cru que ça parlait de la gériatrie !
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 08h56 : Lux Ciferus n’est pas le diable, c’est l’ange déchu pou...
Diantre *!
« Autrement dit il ne fait que des bêtises. »... en ce qui me concerne, petite « bêtise » volontaire : j’ai écrit non pas Lucifer mais Lucifier !

*altération de « diable ». Puisque tu as fait résonner le gong de la petite minute de culture, continuons en ouvrant le DHLF : en 1474, on rencontre à l’écrit « diablotin » (petit diable) qui désignera également une confiserie appelée plus tard « papillote ».
Etonnant, non ? 
réponse à . file_au_logis le 02/02/2012 à 07h48 : Ben on parle toujours des nombreux pères de France Pour ceux et celles qu...
Que de paires de pairs ! J’en perds mes repères. Et pour me repérer, je suis allé à
cette page
où j’ai trouvé de quoi satisfaire ceux que la disparition des pairs exapère
réponse à . SyntaxTerror le 02/02/2012 à 11h13 : cette page C’est parfaitement illisible ! C’est écrit t...
C’est effectivement une erreur horreur. J’en rends responsable le diable.

Pour tourner la difficulté, je donne l’adresse que je voulais communiquer :

www.cabale-online.fr

Et on sera surpris du nombre de termes ou de patronymes qui aboutissent au nombre 666 !
réponse à . deLassus le 02/02/2012 à 10h49 : Quel mot utilise-t-on en France pour désigner un trait d’esprit, un...
Oui, de quoi il saillie? Rien de sexuel?
Détrompe-toi, cher deLassus cette page (sens 1)
Un jour le diable fit une java,
Qu’avait tout l’air d’une mazurka
Valse à trois temps, il n’savait pas
Ce qu’il venait d’composer là.

Paroles de Charles Trenet, tirées d’une chanson "que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître" (paroles de Chales Aznavour, un autre Charles)
En elle vessie Helvétie, les Petits Suisses sont de Bons Petits Diables. Et donc, ils ont la Taille Fine, puisque le diable est dans la taille.
NB: un tour de taille (attrayant, la vache!) vaut parfois tous les détours, pour voir tous les détails...
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 08h56 : Lux Ciferus n’est pas le diable, c’est l’ange déchu pou...
Quand le diable n’a rien à faire, avec son cul il tue les mouche.
Autrement dit il ne fait que des bêtises.
Chirstian, il me semble que l’on parle de toi, là. Pourrais-tu confirmer ... ou commenter, steplé?
Il aime faire ses breuvages en double, et pour ce, le diable deux tasses manie.
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 11h21 : Oui, de quoi il saillie? Rien de sexuel? Détrompe-toi, cher deLassus cett...
Oui, j’ai été voir, saillie = trait d’esprit. Mais alors, on est tous en rut ?
Voulez–voir le démon ? Une petite merveille !
Il y a une chanson de carabins que beaucoup connaissent : Sur la route de Nantes. L’un des couplets commence par

"La belle se réveille, la digue du cul (bis) et dit : j’ai l’diable dans l’cul", ce qui à mon avis n’est pas qu’un détail.
réponse à . joseta le 02/02/2012 à 11h50 : Il aime faire ses breuvages en double, et pour ce, le diable deux tasses manie....
Et le diable de Cahors, alors ? 
Quelqu’un pourrait-il répondre à mon #60 ? Et ce de façon digneu de la "fille aînée de l’Église" ?
Notez que si "feinte" ↔ "fiente", on a aussi "digneu" ↔ "dingue".

Et un paquet, moitié pickels, moitié mayonnaise. Avec du sel au milieu, si vous voulez bien.
Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?

Cette réplique de Géronte tirée des Fourberies de Scapin de Molière mérite-t-elle la trirème du jour ?
réponse à . charmagnac le 02/02/2012 à 10h13 : Je suppose qu’elle a bu de l’eau, parce que l’eau phéni...
Ou que l’eau bue éclater...
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 11h51 : Oui, j’ai été voir, saillie = trait d’esprit. Mais alo...
Oui, ça court les ruts...
la petite note de bas de page

Parlons nous du grain de sable qui vient bloquer le mécanisme (la faute à pas de bol) ou bien du détail volontairement inclus ?

Dans ce dernier cas, ce serait comme le piège de l’article 22.
Un film a été tiré du roman violemment anti-militariste "Catch 22", malheureusement ce film est sorti à la même époque que "MASH" qui lui, trouve que la guerre est rigolote.
Le capitaine Yossarian veut s’y faire dispenser de missions aériennes. Pour ce faire, il faut se faire déclarer inapte par le médecin. Mais l’article 22 stipule que tout officier qui demande l’examen est forcément sain d’esprit. C’est le "catch 22".
La fin, c’est tout de même curieux: ils s’aimaient en ayant un coeur de pierre!
Et l’estomac dans l’étalon...
Un petit détail sur La beauté du diable !
et si on mange du cheval on a l’étalon dans l’estomac.........
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 12h09 : Quelqu’un pourrait-il répondre à mon #60 ? Et ce de fa&...
Une blague....çà te va çà ?
réponse à . BOUBA le 02/02/2012 à 13h15 : et si on mange du cheval on a l’étalon dans l’estomac...........
A la boucherie chevaline de mon quartier, quand j’étais gosse, le boucher avait affiché ´"Vous avez perdu au tiercé ? Alors vengez-vous : mangez du cheval.
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 12h09 : Quelqu’un pourrait-il répondre à mon #60 ? Et ce de fa&...
Je peux te proposer "astuce" qui concerne une "pirouette" de l’esprit, car les autres synonymes décrivent plutôt un comportement (ruse, rouerie, tromperie). D’ailleurs "feinte" est donné comme synonyme possible de "ruse". Je comprends le mot"feinte" plutôt comme quand on prend quelqu’un à contre-pied et qu’on sourit d’avoir trompé l’interlocuteur.

Autre mot peu usité sauf dans le donaine de l’écriture : "épigramme" qui se définit comme un mot satirique, une raillerie mordante, mais la "feinte" n’est en général pas agressive.
réponse à . charmagnac le 02/02/2012 à 13h17 : A la boucherie chevaline de mon quartier, quand j’étais gosse, le b...
Pas mal......La viande de cheval est très bonne pour ceux qui suivent un régime sans selle........a condition de bien choisir les bestiaux et de bien l’étrier.....
réponse à . DUDUFR le 02/02/2012 à 07h44 : Pour rester dans la veine cléricale, connaissez-vous l’origine de l...
Voici un explication (mais il y en a sûrement d’autres). Enfin celle-là n’est pas à rejeter.

cette page
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 12h09 : Quelqu’un pourrait-il répondre à mon #60 ? Et ce de fa&...
Le mot feinte est apparenté au mot figure.
En effet le nom figura voulait dire « forme ». Ce n’est qu’au XVIIème siècle que « figure » signifia aussi « visage ».

Le verbefingere (où l’on voit un n s’insérer en « infixe » au milieu de la racine) signifia d’abord « modeler l’argile », « façonner un objet ». Il prit le sens de « forger, inventer », puis de « faire semblant ». Le verbe « feindre » est issu du latin fingere.

Le mot feinte n’est autre, à l’origine, que le participe passé féminin de feindre, dont sont issus également les mots fiction et fictif.

Alors pourquoi ne pas considérer qu’une feinte, dans ton sens de saillie, de répartie cinglante, est une forme de figure de style forgée, inventée dans l’action et lancée à la figure d’un tiers. 
réponse à . SagesseFolie le 02/02/2012 à 13h35 : Le mot feinte est apparenté au mot figure. En effet le nom figura voulai...
Merci à toi, ainsi qu’à Charmagnac.
La cause est entendue ; dorénavant j’utiliserai le terme "feinte", sans peur des saillies, épigrammes et autres sortes de gros robinets.
Le diable alla à la rencontre d’Éric Cantona, et lui dit:
- Donne-moi l’âme Éric!
Cantona lui remit le disque de Joe Dassin.
Il semble que "le diable est reconnaissable par l’odeur forte qu’il dégage lorsqu’il est stressé, son hurlement fort et inquiétant et son tempérament agressif envers ses congénères quand il mange." La suite à cette page.
On peut noter que la version opposée existe, formulée par d’autres (l’architecte Ludwig Mies van der Rohe Lien externe, au moins) : « Gott steckt im Detail » ou « Dieu est dans les détails »
j’utilise souvent l’expression du jour, mais jamais avec Dieu à la place du Diable.
Mais je conteste le fait qu’il s’agisse de deux versions "opposées" : en fait elles signifient toutes les deux la même chose : l’importance du détail.
Combien de grandes inventions, géniales dans leur principe, se sont ainsi heurtées à des détails ? Je me souviens par exemple de la première voiture électrique : elle marchait superbement, et l’inventeur avait résolu la question délicate de la batterie en la faisant rouler branchée sur le 220v. Bon, il fallait une grande rallonge, mais l’économie la justifiait. Le seul détail c’est que cela obligeait à revenir en reprenant exactement le même chemin qu’à l’aller, ce qui était, somme toute le cas d’un grand nombre de déplacements dodo-boulot. Eh bien, ce petit détail a pourtant suffi à bloquer cette superbe invention durant des décennies !
Mais le plus curieux c’est qu’alors que ce petit détail ne posait aucun problème pour les avions, l’invention n’a pas eu plus de succès.
Peut-être que le détail est capital, mais qu’il ne suffit pas, à lui tout seul à assurer un succès ? 
Si les Romains disaient Gallia (Gaule), les Grecs eux disaient Keltia (Celtes).
Donc Gaulois ou Celtes c’est bonnet blanc et blanc bonnet...
comment "le diable" peut-il être dans "les détails" ? C’est une question de métalangage, qu’il convient de vérifier sérieusement, afin de relever le niveau de ce site.
Que "le" soit dans "les" : cela saute aux yeux !
mais que "diable" soit dans "détails" est plus subtil ! Là aussi, c’est évident pour les "d", "i" , "a" , "l" et "e". Bon, mais comment expliquer que le "b" soit dans le "ts". Voici la question clef, celle sur laquelle God a omis de se pencher.
Bon, oui, je sais, vous allez me dire qu’une lettre sur 8, c’est un détail.
C’est vrai. Mais voyez-vous, il se trouve justement que le diable est dans les détails !  
Merci aussi. Finalement, c’est encore "blague" le plus simple pour vous. (hé, hé !)
réponse à . BOUBA le 02/02/2012 à 13h29 : Pas mal......La viande de cheval est très bonne pour ceux qui suivent un ...
Faire du cheval sans selle est plus confortable que faire du vélo sans selle !
réponse à . chirstian le 02/02/2012 à 14h40 : comment "le diable" peut-il être dans "les détails" ? C&rsquo...
Se pourrait-il, cher Chirstian, que les « détails » soient dans le diable ?


.’
.-’ | .’
.-’’ /._.-’ |
.’ `..’ . /
/ `..’\
| /’. .’\ \
/`..._ | O\|/ O| |
| . `. . ’. ’ |
\ ’. : \\ -’ . /
`._ _. \`----’ .’
_.` . `-’ .-`._
.-’ `---’ `-.
/ `._. ._. \
| `-. .-` /
`-...._`.Détails.’_...-’
’.) (.’ |
|--.._ /
/.-._.::.| ’._.’\
\.-._.:.` \ \ `.
_.` | `/`.
.-’ /. ’ - |
/ __.’ `. .’
`.._ -`. | /
`--.__.’ `---’
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 14h03 : Merci à toi, ainsi qu’à Charmagnac. La cause est entendue&...
On donne aussi le substantif "attrape" comme synonyme avec le sens de ruse, manoeuvre destinée à tromper l’adversaire. Qui veut attraper le diable (même par la queue) se fait feinter.
réponse à . chirstian le 02/02/2012 à 14h40 : comment "le diable" peut-il être dans "les détails" ? C&rsquo...
Bon, mais comment expliquer que le "b" soit dans le "ts".

Je vais essayer modestement de te venir en aide.
Oublions le "s" de détails ; il ne reste plus qu’à expliquer que le "b" est dans le "t". Il suffit dès lors de faire appel à la formule "=baie dentée" puis Enter, et le tour est joué !
Et le diablotin sort de sa boite..........cette page
Je ne suis pas fanatique de Punxsutawney Phil mais enfin, c’est une tradition...enfin, je ne suis pas traditionnaliste (j’invente?) non plus...mais puisque tout ou à peu près tout a déjà été dit...et il faut bien dire quelque chose (enfin, c’est momolala il y a bien des mois qui a dit ça, j’invente pas là)...c’est que Punxsutawney Phil en Pennsylvanie a vu son ombre ce matin, ski veut dire qu’il y a encore six semaines d’hiver à faire du ski...les bonhommes qui parlent pour Phil portent le même style de chapeau que porte Amélie Nothomb, ce n’est pas du Prada...mais vous vous intéressez dans tous ces détails, non ??
réponse à . SyntaxTerror le 02/02/2012 à 11h13 : cette page C’est parfaitement illisible ! C’est écrit t...
C’est parfaitement illisible !
Ignorerais-tu le diabolique effet de "Ctrl +" ?
Au cas z’où : maintiens la touche Ctrl enfoncée et tape sur le signe +
La vision du texte (100 %) passe à 125 % ; deux pressions sur le signe +, et la voilà à 150 %; etc. Et le signe - (moins) pour la manoeuvre inverse.
Je t’envoie la facture de maintenance par le canal 12 ! 
réponse à . lalibellule1946 le 02/02/2012 à 16h05 : Je ne suis pas fanatique de Punxsutawney Phil mais enfin, c’est une tradit...
Histoire abracadabrantesque, Rambo !
réponse à . DiwanC le 02/02/2012 à 16h12 : C’est parfaitement illisible !Ignorerais-tu le diabolique effet de "C...
Et pour revenir à 100 %, "Ctrl 0".
Ô flots abracadabrantesques
Prenez mon cœur, qu’il soit sauvé.
Ithyphalliques et pioupiesques
Leurs insultes l’ont dépravé !


Rimbaud, Le Coeur volé/Le Coeur supplicié/Le Coeur du pitre

Depuis que j’ai appris un nouveau sens à "saillie", j’apprécie particulièrement le vocable Ithyphalliques.
réponse à . SagesseFolie le 02/02/2012 à 13h35 : Le mot feinte est apparenté au mot figure. En effet le nom figura voulai...
A la feinte, qui peut–être souriante, à la ruse, qui n’est pas forcément cruelle, à leurre, subterfuge, duperie, ... – que l’on dit synonymes – ajoutons la niche, cette malicieuse farce sans méchanceté !
Un zero pointé ? !  avec tout ce qu’on a bossé sur les diableries ! ok on s’en souviendra !et puis d’abord on ira bosser quand on en aura envie.Voilà.
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 14h53 : Merci aussi. Finalement, c’est encore "blague" le plus simple pour vous. (...
Pourquoi se compliquer la vie ?
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 16h40 : Ô flots abracadabrantesques Prenez mon cœur, qu’il soit sauv&e...
Wikipédia n’est pas mal non plus: cette page
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 16h40 : Ô flots abracadabrantesques Prenez mon cœur, qu’il soit sauv&e...
Quand je pense à Fernande...
Quand j’pense à Félicie...
Quand j’pense à Léonore...
Représentation de" l’esclave nain, chauve et ithyphallique" : il avait au moins le dernier adjectif pour lui, parce que pour le reste...
On connaît plusieurs statues ithyphalliques de Priape cette page, qui était toujours prêt et qui annonçait la couleur sans tourner autour du pot.

Un client atteint d’une crise de priapisme, qui demandait à la jolie pharmacienne ce qu’elle pouvait faire pour lui, s’était entendu répondre : "1.000 euros par mois, logé et nourri" !
Ithyphallique signifie en érection. Mais E.T. avait-il un phallus ?
réponse à . DiwanC le 02/02/2012 à 16h48 : A la feinte, qui peut–être souriante, à la ruse, qui n’est ...
Merci. J’ignorais tout du cas "niche".
Je pense ne pas être le seul à y avoir pensé, mais je vais l’exprimer:

Le diable c’est le sulfureux Jean-Marie, père de Marine, qui en 1987 et 1988 à vomi (le scandale fait toujours recette au FN) la déclaration suivante : " les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale."

Il a ainsi malheureusement prouvé que l’homme peut dire n’importe quelle horreur sans que cela lui fasse le moindre mal (1 franc de dommages et intérêts confirmés par la cour d’appel de Versailles le 18 mars 1991 !), au contraire il fait plaisir à une partie des gens et certains lui font des dons testamentaires.

Désolé si je vous ai fait de la pen mais je n’arrive pas toujours à faire de l’humour.
réponse à . charmagnac le 02/02/2012 à 17h48 : On connaît plusieurs statues ithyphalliques de Priape cette page, qui &eac...
Ben, c’est pas tous les jours qu’on voit des « priapes » comme ça ! :&rsquo)
Le pendant (!) latin de Priape, c’est Mutinus Mutunus. Je ne sais pas pourquoi, mais le nom me fait penser à Mutien-Marie. cette page
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 16h40 : Ô flots abracadabrantesques Prenez mon cœur, qu’il soit sauv&e...
Ithyphallisme Papa ça ne se commende pas...

Georges l’autre
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 18h20 : Le pendant (!) latin de Priape, c’est Mutinus Mutunus. Je ne sais pas pour...
Il pouvait bien connaître des émois qui lui donnaient une attitude ithyphallique. Brassens (Georges) met bien en scène un séminariste "à genoux sur son reposoir" dans la célèbre chanson Quand je pense à Fernande
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 18h20 : Le pendant (!) latin de Priape, c’est Mutinus Mutunus. Je ne sais pas pour...
Du marwiauxdage en quelque sorte !
réponse à . SagesseFolie le 02/02/2012 à 18h02 : Je pense ne pas être le seul à y avoir pensé, mais je vais l...
Le Diable est en enfer, lieu où il doit faire un peu chaud ! Je cite : Alors le Diable, leur séducteur, fut jeté dans l’étang de soufre embrasé... phrase qui est tirée de l’Apocalypse de St Jean ch 20 v 10.

On peut donc penser que le Diable que tu cites y tombera lui aussi, et qu’il y aura très chaud, comme dans un four (crématoire bien sûr).
réponse à . SagesseFolie le 02/02/2012 à 18h02 : Je pense ne pas être le seul à y avoir pensé, mais je vais l...
" les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale."
loin de moi l’idée de défendre les "idées" de ce monsieur. Mais restons au niveau sémantique.
Si je "détaille" la guerre mondiale, j’évoque chacun de ses éléments : celui-ci comme les autres, et" le détail" que j’en fais n’est en rien répréhensible !
Le "détail" c’est "Chacune des parties qui concourent à la composition et à la formation d’un ensemble" (Académie). Ou encore, le "Partage d’une chose en plusieurs parties, en morceaux" (Littré) etc... Bref ,au sens strict, M Le Pen dit seulement que les chambres à gaz sont un élément, une partie de la guerre mondiale. Comme l’a été la bombe atomique, ou tant d’autres "détails". Il ne nie pas leur existence, et ne se prononce pas sur l’importance, la gravité de ce "détail". Il n’a donc pas tort, et la position du tribunal est logique.
Là où, naturellement, on change de registre , c’est parce qu’on pense plus souvent à un petit détail qu’à un détail capital. Et qu’il semble clair à quiconque entendant cette phrase (et sachant qui la prononce) qu’il s’agit là d’en diminuer l’importance.
Et je te rejoins : c’est là où apparait effectivement Satan !
Ah ! bah quand même ! te voilà ! On avait bien besoin d’une angélique auréole car, depuis ce matin on ne cesse de croiser Belzébuth, Lucifer, le Malin, Satan en compagnie de deux syndicalistes belges qui négocient avec Clovis et Pépin pendant que la femme de Loth, habillée en Prada, prend des photos pour ne pas rater les détails (si j’ai bien tout compris).

N’y a plus grand monde dans le sérail, là en–dessous, chez le Diable... alors qui entretient les chaudières pour qu’on y jette toutes les déclarations inqualifiables du Jean–Marie et les idées de ses amis ?
réponse à . chirstian le 02/02/2012 à 18h51 : " les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la sec...
Il y a une chose que tu n’as pas correctement comprise dans mon texte, Chirstian. La condamnation ne pouvait pas être pire au vu de notre juridiction, mais c’est le fait d’être condamné qui l’a poussé à faire appel plusieurs fois. A son grand dam, il a toujours perdu.

Par contre, en Allemagne il a été condamné a 200 000 euros d’amende pour la même déclaration.

Tu assimiles le mot détail à partie. Tu seras d’accord avec moi pour dire qu’un détail c’est une toute petite partie. Dans la bouche de cet homme il s’agit d’une infime partie : 6 millions de morts ! Combien de musiciens, de prix Nobel , de personnes de qualité, l’humanité (c’est-à-dire, entre autres, toi et moi) a-t-elle perdu ?
réponse à . chirstian le 02/02/2012 à 18h51 : " les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la sec...
Lorsque Le Pen dit "un détail", il sait très bien quel sens ce mot va avoir chez ceux qui le reçoivent.

Je suis tombé récemment sur les rails du métro. J’ai eu les deux jambes coupées au raz du tronc. Voyant un peu de sang sur ma main, l’infirmier du Samu, qui me couchait sur un brancard, m’a dit : "Vous vous êtes aussi fait mal à la main ?" Je lui ai répondu : "Une égratignure que je me suis faite en tombant sur le ballast. C’est un détail !"
réponse à . SagesseFolie le 02/02/2012 à 19h08 : Il y a une chose que tu n’as pas correctement comprise dans mon texte, Chi...
Dans la bouche de cet homme il s’agit d’une infime partie : 6 millions de morts ! Combien de musiciens, de prix Nobel , de personnes de qualité, l’humanité (c’est-à-dire, entre autres, toi et moi) a-t-elle perdu ?

Pourquoi six millions alors qu’il y en a eu Onze ?
Pourquoi j’ai été bannie ?! 
réponse à . SagesseFolie le 02/02/2012 à 19h08 : Il y a une chose que tu n’as pas correctement comprise dans mon texte, Chi...
Tu seras d’accord avec moi pour dire qu’un détail c’est une toute petite partie.
non ! C’est un sens que nous lui donnons couramment , et c’est effectivement le sens de l’expression que cite cqueuemoa en 137 : "c’est un détail !".
Et naturellement nous savons tous que c’est la dessus que joue Le Pen et qu’il sait exactement quel effet il va produire  !
Mais j’insiste : le mot "détail" au sens strict n’a pas le sens de "toute petite partie" : cherche dans tous les dictionnaires ! Si je dis que dans ton raisonnement il y a un détail qui cloche, je signifie qu’il y a une partie qui est fausse (et rien ne dit qu’elle est petite)." Tu oublies un détail " introduit l’idée que tu as oublié quelque chose qui suffit à tout changer , pas quelque chose d’insignifiant !
C’est pourquoi je faisais la distinction entre les idées de ce monsieur (sur lesquelles je suis à 100% d’accord avec toi) et la sémantique : on ne change pas la valeur d’un mot au nom d’une idée !
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 19h48 : Lorsque Le Pen dit "un détail", il sait très bien quel sens ce mot...
lis ci-dessus.
Mais pour reprendre ton exemple : tu pourras dire (si tu peux encore parler après cet accident) : je vais vous détailler ce qui m’est arrivé .... ou : les détails de mon accident sont les suivants ... ou encore : mon accident a été horrible. Pardonnez-moi de ne vous épargner aucun détail, mais voici ce qui m’est arrivé ...
Mais je suis bien d’accord avec toi sur le fait que lui utilise le mot détail pour évoquer une simple péripétie*... simplement toute l’astuce est de ne pas le dire !

"péripétie" désigne du reste "un événement imprévu et important". Si je dis "simple péripétie" j’évoque donc ce qui n’est "rien de plus qu’un événement imprévu et important" ... mais on comprend l’expression comme "un événement anecdotique" ! La confusion est de même nature que pour le détail !
réponse à . chirstian le 03/02/2012 à 00h07 : Tu seras d’accord avec moi pour dire qu’un détail c’es...
Ok  
En plus j’ai fait l’erreur de minimiser le nombre de morts et c’était un gros détail !
réponse à . mickeylange le 02/02/2012 à 21h33 : Dans la bouche de cet homme il s’agit d’une infime partie : 6 milli...
Pourquoi six millions alors qu’il y en a eu Onze ?
Sans doute parce que son « détail » ne concerne que les victimes juives.
Sa phrase est : « Je n’ai pas étudié spécialement la question mais je crois que c’est un point de détail de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. »
L’homme est habile... 1939–1945 : 70 millions de victimes (militaires, civils). : 6 millions de victimes juives dans les camps. Cyniquement, il ne prend en compte que des chiffres...
Transie d’horreur, j’ai pleuré lorsque j’ai vu « Nuit et brouillard » ; je n’étais certainement pas la seule.
Nous voilà bien loin de la légèreté habituelle de ce site...
réponse à . chirstian le 03/02/2012 à 00h23 : lis ci-dessus. Mais pour reprendre ton exemple : tu pourras dire (si tu peu...
Christian, j’apprécie beaucoup tes interventions sur "expressio". Je les trouve savantes, documentées, justes et souvent très drôles … Mais je trouve que c’est quelque peu monstrueux de faire de la sémantique sur la mort dans les camps nazis de 6, 11 ou 15 millions de juifs, tziganes, homo et autres … Même si ton argumentation est exacte. Je préfère me joindre à DiwanC sur 143 et pleurer encore une fois au souvenir des images insoutenables de "Nuit et brouillard".
Cest pour cela que, revenant d’un match gagnant, il déclara à sa belle "z’ai but ! "
réponse à . SagesseFolie le 02/02/2012 à 18h02 : Je pense ne pas être le seul à y avoir pensé, mais je vais l...
En fait, il a dit très exactement; " les chambres à gaz sont un point de détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale."
Ce qui minimise encore plus, je pense, le sens du terme exprimé . 
réponse à . DiwanC le 03/02/2012 à 11h42 : Pourquoi six millions alors qu’il y en a eu Onze ?Sans doute parce qu...
Merci à toi, à Cqueuemoa et à Richard68, vous m’avez réchauffé le coeur.
Maintenant, DiwwanC, tu as écrit :
Nous voilà bien loin de la légèreté habituelle de ce site...
Tu as raison et je te prie de m’en excuser, j’ai parfois du mal à avoir la sagesse de faire semblant de rien.
J’’ai gardé (et je souhaite garder) cette pulsion, juvénile peut-être, mais folle et irrésitible de lutter contre le diable, même s’il n’est rencontré que dans le détail d’une expression.
Je pense (à tort ou à raison) que sans cette folie là, il n’y a guère de sagesse.
réponse à . SagesseFolie le 05/02/2012 à 20h32 : Merci à toi, à Cqueuemoa et à Richard68, vous m’avez ...
Ce n’est pas un reproche, loin de là.
Les sourires, les délires, les propos un peu fous font l’atmosphère quotidienne d’Expressio. Et c’est bien.
Très souvent, s’ouvrent une ou deux pages de « vraie culture » ! Plus rarement, une remarque entraîne un mini-débat, un ton plus sérieux, voire grave. Et c’est bien aussi.
Me semble–t–il... 
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 07h04 : L’affiche "Le Thermogène" m’intriguait dans ma jeunesse ...
Tous les matins on Satan s’attend à trouver une allusion à Georges au travers de l’Expression du jour.
Aujourd’hui nous aurons le bon petit diable de la chasse aux papillons, celui de Becassine ainsi qu’un autre dans La balade des gens qui sont nés quelque part.....
Mais en fouillant bien il doit rester quelque diablotin tapis entre deux vers, au détour d’une strophe ou sous un refrain......Pour les dénicher c’’est infernal.

Diwan, je te laisse chercher parce que maintenant j’ai aussi le thé de la Fée à préparer.........
Le diable d’aujourd’hui est effectivement dans les détails. Pas d’inquiétude, Dietrich Wegner, le photographe, n’a utilisé que Photoshop !
Le détail qui change tout,  !c’est bien diabolique !

Le soleil promis a dû traîner encore un peu au lit de la Lune, ouiquinde oblige. Je vous souhaite avec ou sans lui une journée comme vous les aimez.
Echange verbal violent à la chambre des Députés entre Clemenceau et Jaurès. Le premier ne supporte pas le monopole que le second s’arroge sur la gauche en participant à l’organisation de l’Internationale Socialiste. (les communistes n’existent pas encore, le PCF ne verra le jour qu’au congrès de Tours en 1920)
Clemenceau :
- mais vous n’êtes pas le socialisme à vous tout seul ! Vous n’êtes pas le Bon Dieu !
Jaurès :
- Et vous, vous n’êtes même pas le Diable !
Clemenceau :
- Et qu’en savez-vous ?

Avouez que cela avait du panache. Une passe d’armes entre ces deux géants qu’étaient Jaurès et Clemenceau c’était autre chose que les piaillements des députaillons fades et insipides d’aujourd’hui dont on aura surement oublié le nom dans un siècle......


"En 100 ans, le monde sera passé du ballon dirigeable au supersonique ; et le PS de Jean Jaurès à Harlem Désir"
Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre
666 est le numéro de la Bête.......s’il vous fait peur vous êtes hexakosioihexekontahexaphobe........

Teufel ! pas évident à placer dans une conversation, je vous l’accorde.....
DEVINETTE
Pourquoi cette page est-elle diabolique avec son couteau ?
- parce qu’avec son couteau de Boucher, Lédia blesse.
Il vendait des coffres à Bourg-en-Bresse, et, afin d’augmenter les ventes, il demanda à l’astucieux joseta:
- Tu pourrais me pondre une pub diabolique ?
- malles Ain.
DEVINETTE
Pourquoi les tout jeunes diables sont-ils fiers ?
réponse à . joseta le 05/04/2014 à 09h59 : DEVINETTE Pourquoi les tout jeunes diables sont-ils fiers ?...
Parce que ce sont des diables hautains ?..........j’ai bon, Maître ?.......
réponse à . momolala le 05/04/2014 à 07h12 : Le détail qui change tout,  !c’est bien diabolique ! Le...
Nul ne peut prétendre que le Diable est dans les détails, en tout cas, pas toujours.
En effet, les détails ne sont en général que sans "devil inside", par définition, sinon, ce ne sont plus des détails.

Par ailleurs, si cela est avéré que le Diable est d’ordinaire dans la femme, cette créature en second  fait-elle pour autant partie des détails ? Bien sûr que non, mêm si on peut dire que Satan l’habite en certaines occasions.

Ach !

Vite un bon expresso - Clooney NOT inside, sans "i" ni sucre svp - 80 % d’Arabica de la Vuelta Abajo et 20 % de Robusta A Meï Li.

Ach !

Le divin mélange.
On voit du bureau la Seine et les déménageurs ...
Bercy patrons !
Ils sont deux dorénavant, avec une bonne nouvelle, en scoop, les impôts muettement indexés sur le redressement du pays. Càd. "Plus vite le car désembourbé, plus vite tout le monde y remonte pour reprendre la route" selon Saint François.

Ach !

Dulce France ...

Tu n’es jamais aussi belle au monde que lorsque tu es fraternelle, pour tout le monde ! Sans aucun diable, ni dans l’essentiel ni dans les détails !

VLF, VLR !

@+
réponse à . BOUBA le 05/04/2014 à 06h34 : Tous les matins on Satan s’attend à trouver une allusion à G...
Mais en fouillant bien il doit rester quelque diablotin tapis entre deux vers, au détour d’une strophe ou sous un refrain... Pour les dénicher c’est infernal. [...] Diwan, je te laisse chercher.
Pfffff... c’est moi qui faut qui fais tout...

Oui, il en reste et non des moindres ! Ainsi, dans l’attendrissante non demande en mariage :
Au diable les maîtresses queux
Qui attachent les cœurs aux queues
Des casseroles !


Il rôde autour de La Religieuse :
Il paraît que, dessous son gros habit de bure,
Elle porte coquettement des bas de soie,
Festons, frivolités, fanfreluches, guipures,
Enfin tout ce qu’il faut pour que le diable y soit.
Et les enfants de chœur ont des pensées impures...


Il accompagne les joyeuses funérailles d’antan !
Maintenant, les corbillards à tombeau grand ouvert
Emportent les trépassés jusqu’au diable vauvert
.

Il est présent dès l’automne :
Un vingt-deux de septembre au diable vous partîtes,

Il rencontre Le Fidèle absolu :
Je le sais bien, pardi,
Mais le diable m’emporte
Si je m’en vais chercher
Au diable ce que j’ai
Juste devant ma porte.


Le voici en bonne compagnie avec Le Sceptique  !
Dieu, diable, paradis, enfer et purgatoire,

À L’Épave, il trinque avec les assoiffés :
Quand j’eus bu tous mes sous, il me mit à la porte
En disant : " Les poivrots, le diable les emporte ! "


Et là, il n’est qu’une ombre au tableau...
De ces beautés du diable, ces adolescentes,
Qui, la robe collée sur leur peau de satin,

Détestable interprétation d’A. Armel... Que toi et les dieux me pardonnent... j’essaierai de m’arranger avec le diable ! Heureusement, il y a les photos de Georges (l’autre !).

Il hante le verger du roi Louis...
Ces pendus, du diable entendus,
Appellent des pendus encore.
Tandis qu’aux cieux, d’azur tendus,
Où semble luire un météore,
La rosée en l’air s’évapore,
Un essaim d’oiseaux réjouis
Par-dessus leur tête picore.


Avec tout ça, j’ai raté le temps du café  ; et le thé est froid. Pfffff...
réponse à . BOUBA le 05/04/2014 à 10h02 : Parce que ce sont des diables hautains ?..........j’ai bon, Maî...
T’as tout bon, disciple, mais faut dire que c’est niveau cours élémentaire, hein ?
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-..-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.--.--.-.-.-.-.-.-.-.-.-.
Voilà que je rentre de faire mes commissions, et, à la boucherie, y’avait pas mal de monde, mais j’ai réussi à me frayer chemin...
- vous désirez...?
- tiens, puisque j’ai réussi à me faufiler, mettez-moi ce faux-filet !
- vous le voulez dans un sachet en plastique ?
- non, non, je vais mettre le faux-filet dans un vrai filet...
Là-dessus, j’ai filé !
Une blague que racontait le diable in person:
- Vous savez quel est le verbe jamais employé par Dieu ? Hâter! 
réponse à . DiwanC le 05/04/2014 à 11h24 : Mais en fouillant bien il doit rester quelque diablotin tapis entre deux vers, a...
Je sais que tu te régales alors je te laisse du taf !.........T’as qu’à passer vers 17h00, on se fera un five o’clock......
réponse à . joseta le 05/04/2014 à 11h28 : T’as tout bon, disciple, mais faut dire que c’est niveau cours &eacu...
Voilà, je trouve et on minimise ........
Vous n’êtes pas encourageant, Maître......
réponse à . BOUBA le 05/04/2014 à 11h53 : Je sais que tu te régales alors je te laisse du taf !.........T&rsqu...
Oh ! l’effronté ! Je sais que tu te régales... qu’y dit comme ça ! Certes ! mais ce n’est pas une raison pour me laisser toute seule devant les bacs !
réponse à . BOUBA le 05/04/2014 à 11h54 : Voilà, je trouve et on minimise ........ Vous n’êtes pas enco...
Envoie-le au diable ! 
Il devait construire des chaudières pour le diable, et il demanda conseil:
- puis-je oser les faire en fonte ?
- vu où ça va, à ta place je dirais plutôt: osant fer !
- Des jeux de mots sur le diable ? Ose en faire !
Ah, c’est ’malin’ ! 
réponse à . DiwanC le 05/04/2014 à 11h59 : Oh ! l’effronté ! Je sais que tu te régales... qu&...
Ben quoi, c’est pas vrai ?
réponse à . <inconnu> le 02/02/2012 à 08h40 : 666 est le nombre de la Bête ou chiffre de la Bête dans l’Apoc...
666 est le titre du dernier album du Fils d’Aphrodite.
Le titre de l’avant-dernier morceau de la première face du disque 2 est le symbole de l’infini.
cette page
Le Diable s’habille en Prada: le diable est dans des tailles. 
À propos du malin, que raconte ce diable d’Alain Rey ?

Il écrit* que le mot est un emprunt très ancien (v. 881) – sans doute aussi vieux que le monde est monde, s’ pas ! – au latin chrétien diabolus → démon, lui-même pris au grec ecclésiastique diabolus.

À la fin du Xe s., le mot passe en français sous la forme de diaule avant de devenir diable et de prendre le sens de démon.

Pauvre diable ! (1611), il va être présent dans bien des expressions... On n’hésitera pas à le tirer par la queue (1694) ; à lui mettre des roues pour en faire un chariot (1764) ; à se coiffer comme lui, à la diable (1735). Il désignera des animaux à l’aspect noir et hideux → diable de mer (1552) [de ce fait, on peut se demander si l’expression du jour ne vient pas de la marine !]
Bien sûr, on n’aura de cesse de l’envoyer au diable → lieu inaccessible.

La comtesse de Ségur raconte l’histoire d’ Un bon petit diable rappelle A. Rey. Ajoutons que Raymond Radiguet, lui, conte Le Diable au corps.

On marie le diable à la diablesse (1245), d’abord écrit diablaise. Ils donneront naissance à des diableteaux ou diabloteaux (1474), lesquels, vers 1540, deviendront diablotins et joueront avec un diabolo, dérivé apparu en 1906.

Bon... j’abrège... d’abord pour ne pas te fatiguer et pis parce que j’ai autre chose à faire, que diantre !

* DHLF
Et l’on voit le pauvre diable menacé comme un coupable...
Sous cette arme redoutable
Tomber, tomber terrassé.
réponse à . DiwanC le 05/04/2014 à 13h16 : À propos du malin, que raconte ce diable d’Alain Rey ? Il &e...
Comment voulez vous lutter devant une telle culture ?........
réponse à . BOUBA le 05/04/2014 à 13h42 : Comment voulez vous lutter devant une telle culture ?...........
Ah Bouba ! voudrais bien que ce soit "ma" culture... hélas, ce n’est que de la lecture et un peu d’écriture..
Ce dentiste, cette page, qui fait la collection des différents sachets de thé qu’il trouve sur le marché, est surnommé le prince des thés, Nebre.
Si, si...
DEVINETTE
Cet homme politique avait une soeur très méchante. Quel était son prénom ?
réponse à . joseta le 05/04/2014 à 17h04 : DEVINETTE Cet homme politique avait une soeur très méchante. Quel ...
Réponse
- Eugénie, c’était l’Eugénie Dumalle
réponse à . DiwanC le 05/04/2014 à 13h49 : Ah Bouba ! voudrais bien que ce soit "ma" culture... hélas, ce n&rsq...
Chuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut !!.........faut pas le dire !
Personne ne s’en doute !
réponse à . ThanhBach le 05/04/2014 à 10h59 : Nul ne peut prétendre que le Diable est dans les détails, en tout ...
Sans aucun diable, ni dans l’essentiel ni dans les détails !
Nous restera la palette, la salade verte et la confiture d’airelles.
Pour info, voici l’adresse d’un blog (le mien) dont les motivations de l’ouverture illustrent parfaitement l’expression "Le diable est dans les détails" : www.imaginedanslebonsens.com cette page
Diable ! encore une expression que je ne connaissais pas... et que j'avais oublié après l'avoir pourtant décortiquée en 2012 et 2014.
J' m'a trompi de bouton...
réponse à . BOUBA le 05/04/2014 à 06h34 : Tous les matins on Satan s’attend à trouver une allusion à G...
Pauvres de nous ! Je crois bien qu'en citant une dizaine de chansons du cher Georges, on a "brûlé" toutes nos cartouches…
Toutes ? P'têt pas... Il y en a une - superbe ! - que toi et moi avions labonneissé de côté :

Sans oublier les jarnicoton,
Les scrogneugneu et les bigre et les bougre,
Les saperlotte, les cré nom de nom,
Les peste, et pouah, diantre, fichtre et foutre,


Et qu'est "diantre" sinon "diable" !

On l'écoute en buvant le café que tu ne vas pas manquer de nous préparer ! 


réponse à . DiwanC le 02/09/2016 à 02h09 : Pauvres de nous ! Je crois bien qu'en citant une dizaine de chansons du che...
Ben voui, faut dire aussi qu'à l'époque on pensait pas qu'on subirait toutes ces redifs, on croyait béatement qu'une expression neuve par jour ça allait durer encore et encore......
Pour moi on a été possédés par le Malin qui nous a fait sacrifier nos billes car LUI savait......

Mais j'ai été plus démoniaque que lui car j'ai trouvé ce texte quasi inconnu tout au fond d'un carton.

Même M.L.F pas plus que J.B ne s'y sont collés...

Une nuit, dans la conjugale couche,
Tourmenté par le démon de Vénus


un p'tit café ?
Pourquoi ne faut-il jamais jouer au 421 avec un Thaïlandais ?

Car le diable se cache dans les dés Thaïs…
- C'est vrai que Rubik est un véritable diable ?
- pourquoi ?
- j'ai entendu dire " cet incube de Rubik"...
réponse à . crainios le 02/09/2016 à 08h44 : Pourquoi ne faut-il jamais jouer au 421 avec un Thaïlandais ? Car le ...
Tout bon pour une première intervention. Bienvenue sur le site !
réponse à . joseta le 02/09/2016 à 09h03 : - C'est vrai que Rubik est un véritable diable ? - pourquoi ? -...
Les incubes et les succubes sont des démons légendaires qui s'en prennent sexuellement aux dormeurs : il incombe aux succubes de ne pas succomber aux incubes.
réponse à . joseta le 02/09/2016 à 09h03 : - C'est vrai que Rubik est un véritable diable ? - pourquoi ? -...
Alors, joseta, on oublie de saluer l'arrivée d'un fichu concurrent ?
J'ai nommé craignos bien sûr, à qui je souhaite une bonne et longue vie active sur notre forum !
réponse à . deLassus le 02/09/2016 à 09h38 : Alors, joseta, on oublie de saluer l'arrivée d'un fichu concurr...
Mais ce n'est pas parce que je 'craigne os',,,tout simplement , j'ai mis ma contribution sans lire la précédente.
Naturellement, je souhaite la bienvenue à crainios  !
(Plus on est de fous, plus on rit !)
réponse à . crainios le 02/09/2016 à 08h44 : Pourquoi ne faut-il jamais jouer au 421 avec un Thaïlandais ? Car le ...
Joli !!.......joseta, un nouveau disciple....
Ou un maître pour moi...  :
réponse à . crainios le 02/09/2016 à 08h44 : Pourquoi ne faut-il jamais jouer au 421 avec un Thaïlandais ? Car le ...
Bienvenue parmi nous !
Tes dés pourraient être des dés taillés !
Aïe que diable ces détails!

La prise de conscience de la sonorité motivée des mots, de laquelle le médecin est un auditeur privilégié, peut se réaliser par le test simple de l'analyse de l'expression de la douleur ou de son risque. La femme condamnée à enfanter dans la douleur selon le texte biblique, n'est pas épargnée comme en témoigne le vocabulaire de l'accouchement avec la mise au monde du fruit de ses entrailles. Il faut peu d'imagination pour entendre «aïe»-«entre» et cela après un long travail de contractions utérines, un travail qui désignait aussi une affreuse torture du Moyen-âge et conserve ce sens torturant dans l'expression «ça me travaille». En allemand, la salle d’accouchement se nomme encore Kreischsall, la salle du cri et le nom même de la femme allemande «Frau» résonne de ce cri /au/ des vagues de douleurs du travail. Le travail allemand affiché dans l'horrible mensonge «Arbeit macht frei» à l'entrée des camps d'extermination nazis résonne encore des cris affolés des femmes et enfants juifs qu'on dirigeait sans ménagement vers les chambres à gaz. Encore un détail de l'histoire pour un diable national. Quant à nos ouailles féminines françaises, longtemps victimes des saillies incontrôlées de bouillants gaillards un peu canailles, fripouilles voire paillards, elles mettaient au monde toute une marmaille qui piaille, braille, criaille et se chamaille. Aïe, aïe, aïe !

Sous une forme un peu humoristique on peut résumer l'écoute des plaintes douloureuses à la rengaine d'une vieille chanson .
«Aïe, mon Dieu que c’est embêtant d’être toujours patraque !».

« Docteur, qu'est-ce que je dérouille, j’ai les genoux rouillés, la tête qui s’embrouille, je m’sens vasouillard, j’ai la voix éraillée et la vue qui se brouille, je me sens barbouillé, dans mon ventre ça gargouille, ça «grevouille ou rebouille» (franc-comtois), j’ai la gorge qui grattouille, je crache-ouille des graillons, je tousse-aïe, je rancoye (franc-comtois), j’crois que mon cœur défaille, ça me tiraille dans le poitrail, j’ai des cailloux dans le rein, un caillot dans la veine, je suis mouillé de chaud, bouillant de fièvre, je me suis fait une entaille, m’suis ébouillanté, je suis grassouillette, rondouillarde, j’ai plus de cheveux sur le caillou, j’ai vraiment une sale bouille, quand j’urine «ouille ouille ouille», j’ai dû choper la chtouille! Sans oublier la grand-mère qui déraille et le grand-père qui se souille... » On comprend pourquoi certaines de nos ouailles, taillables et corvéables à merci, se taillent les veines ou se jettent à la baille, voire avalent un bouillon de onze heure ou snifent un rail de cocaïne !
Pardon pour tous ces détails ... mais il en existent bien d'autres...


réponse à . DiwanC le 02/02/2012 à 03h14 : – God ! Cher ami ! Quel bonheur de te lire ! Et ton "b...
En ce moment c'est l'enfer avec ce damné soleil 
Et je ne connaissais pas cette chanson de Jacques...
Faut faire gaffe sur les marchés avec les ventes au détails ? Ou alors il y a une coquille et c'est la vente du bétail... Je sais pas...
Astérisque et périls !
Vous savez, le petit signe qui renvoie à la petite ligne en bas de la dernière feuille. (Comme le dit God en haut de page)
Et répondre en détails à une question comme une poule constipée, elle fait des œufs durs ? Que diable, que diable !
réponse à . Chrisor le 02/09/2016 à 10h28 : Aïe que diable ces détails! La prise de conscience de la sonorit&...
Je ne sais qui du Diable ou du Bon God nourrit ta plume, mais que voilà d'agréables-souriantes-sérieuses-coquines lignes à lire !
Encore ! 
réponse à . BOUBA le 02/09/2016 à 05h41 : Ben voui, faut dire aussi qu'à l'époque on pensait pas qu'on subir...
Livres avec une image cachée sur la tranche c'est ici. De nombreux exemples avec plein de détails mais le diable doit bien se cacher !
réponse à . crainios le 02/09/2016 à 08h44 : Pourquoi ne faut-il jamais jouer au 421 avec un Thaïlandais ? Car le ...
Bienvenue donc sur ce site où quand tout n'est qu'ordre, calme et volupté, il y a toujours un* p'tit "malin" qui trouve un détail, une baliverne, un rien, une bagatelle pour fout... le b...del euh... pardon.. pour semer la pagaille.

* ou des !.

Réponse à l'encore de DiwanC

''Aïe'' est répertorié en français en 1473 comme interjection onomatopéique de la douleur et par extension d’une surprise désagréable ; de même ''ouïe'' ou ''ouille'' exprime l’émoi douloureux. Le grand dictionnaire françois et flamand, le Richelet de 1706, définit «ahi, ach, och» comme interjections marquant un sentiment de l’âme plein de douleur.

L’onomatopée “aïe” ou “ouille” isolée traduit plutôt une douleur aiguë ou un désagrément subit, tandis que la répétition du type «aïe aïe aïe» ou «ouille ouille ouille” exprime plutôt la crainte d’une douleur ou d’une difficulté. Ce langage sommaire, qui
permet une distance temporelle avec la réalité non présente mais redoutée dans un avenir proche, se contente de la répétition ici triple de l'onomatopée de la douleur pour l'annoncer ou la prévenir.

Tout comme l'inconscient individuel, l'inconscient collectif n'oublie pas la douleur qui crie encore chaque jour dans nos mots sous le baîllon serré de notre conscience.
Car la vie des gens, des ouailles que nous sommes, en général et en détail, ressemble encore trop à une succession de cris étouffés sous forme de radicaux onomatopéiques, de suffixes qui devraient nous avertir du risque de douleur mais que nous ne savons plus du tout discerner ! Les onomatopées de la douleur aïe et ouille sont présentes dans une grande partie du lexique français, notamment dans la langue dite vulgaire. La perception sémantique consciente a éteint la perception phonétique, reléguée dans le non sens et réservée aux jeux de mots, un conditionnement qui s'est généralisé en opacifiant la perception visuelle lors de la lecture des mots. Comme le formulait Henry de Montherlant, le mot a étouffé l'expression directe de notre ressenti, l'a enveloppé dans le paquet sémantique hermétique de sa globalité au point que « nos émotions sont dans nos mots comme des oiseaux empaillés », et ne peuvent que recourir aux cris ou aux mimiques pour s’exprimer, se communiquer et cela de façon instinctive.
Les groupes de phonèmes ouille/aille éveillent dans notre cerveau affectif les cris quasi-fossilisés des onomatopées de nos ancêtres, que l’inconscient du peuple a réintroduit dans la phonétique des mots. Mais l’école de Charlemagne a si bien orienté le sens des sons vers une sémantique globale du mot, que, conditionnés, nous sommes devenus insensibles voire réfractaires à cette écoute primitive ! Le son «aïe» de païen ne résonne-t-il pas avec la douleur des hérétiques morts au bûcher, torturés par l’Inquisition, massacrés par les Croisés ! Le parpaillot calviniste l’a saisi à la Saint Barthélemy et l’hébraïque ou judaïque accusé d’avoir crucifié Jésus. Quand le diable s'en mêle mieux vaut ne pas s'attarder sur les détails de l'histoire des religions !

Le risque de douleur, physique ou morale, est aussi inscrit dans le mot «aïeul», issu du latin populaire aviolus désignant les grands-parents ou les ancêtres. «Aïeul» est marqué par les phonèmes onomatopéiques de la douleur, celle de la perte de personnes chères, dont la dépouille est partie pour un Ailleurs, couronnée de glaïeuls aux funérailles, et décorée de médailles, après s’être fait assaillir, mitrailler, zigouiller, réduire en bouillie lors d'une patrouille ou sur un champ de bataille à coups de baïonnette ou de mitraillette ! Que d'ouille et d'aïe pour cette piétaille, dont la terre à Verdun ou ailleurs a enseveli les dépouilles, ne gardant plus en son sein que les douilles perdues de tous ces tirailleurs ! Le poilu aura durement «douillé», un verbe familier du XIXe siècle, motivé sans doute par une reformulation de l'ancien verbe français «douloir» (souffrir), maintenu sous une forme dialectale, dont la forme mouillée est attestée : deuillant (souffrant). La transition du sens «d'avoir mal» à celui de «payer» est de nos jours explicite pour le mot «douloureuse» à la place «d'addition», une addition qui fut salée pour les combattants des tranchées qui ont trinqué avec les canons généreux de la grosse Bertha au label Krup d'Outre-Rhin ! Heu, pardon pour cette dernière ''saillie'' !
réponse à . Chrisor le 02/09/2016 à 10h28 : Aïe que diable ces détails! La prise de conscience de la sonorit&...
la salle du cri...
... mais ça, c'était du temps où les femmes racontaient leur accouchement avec force détails et où les hommes contaient leur service militaire avec un brin de nostalgie dans l’œil !
Les enfants se sentaient un peu coupables d'avoir causé tant de "tourments" - dignes du plus cruel inquisiteur médiéval - à leur chère maman ; ça faisait la fortune des psy. Les filles étaient terrorisées à l'idée de ce qui les attendait…

Oui, c'était hier car aujourd'hui, les parturientes, paisibles, entrent et demandent :
Une p'tite péridurale bien fraîche, s'il vous plaît !
… aussi simplement qu'on commande un Lagon bleu chez Marcel. Et c'est bien ainsi.

Est-ce la misère, l'indigence, le dénuement pour nos chers/chères neurologues ? Non*, car le diable veille… Cette canaille bataille pour que le plus petit détail, la moindre mouscaille assaille nos moi et surmoi… Et on raconte tout… on démaille le tricot de nos tracas, on détaille… À notre tour, on piaille, on braille, on larmouaille, on déraille, et vaille que vaille, on souhaite que le diable se taille.

Ne cherchez pas : ce n'est pas du vécu ! Enfin pas que ! 

* heureusement pour BeeBee, la célèbre neuneurologue de ce mêêêrveilleux site !

réponse à . Chrisor le 02/09/2016 à 13h03 : Réponse à l'encore de DiwanC ''Aïe'' est répertori&ea...
Eh bien voilà ! Y a qu'à demander ! 
réponse à . DiwanC le 02/09/2016 à 14h03 : la salle du cri...... mais ça, c'était du temps où les femm...
À quand Mintakaille canaille caille ? 
Ici, pas de diable mais que de détails ! dans les cathédrales. Pour qui aime l'architecture et les façons de bâtir.
réponse à . Chrisor le 02/09/2016 à 13h03 : Réponse à l'encore de DiwanC ''Aïe'' est répertori&ea...
Merci pour ce joli cours. Très intéressant. N'ayant pas fait de latin, j'apprends des choses quant à l'origine de certaines expressions et onomatopées.
Eh bien voilà ! Y a qu'à demander ! 
Oui, sauf qu'il(elle) n'évoque pas l'aïoli. L'aïoli c'est important, pas autant que la ouille (dans le nord ils mettent un H) mais dans le sud "certaines de nos ouailles, se taillent les veines ou se jettent à la baille, voire avalent un bouillon de onze heure ou snifent un rail de cocaïne" si tu supprimes l'aïoli.
Monsieur Seguin, pas celui de Blanquette, l'autre son frère, le pêcheur de Saint Raphaël, rêvait de se faire sa sirène avec un aïoli, car elle lui avait refilé la chtouille avant d'aller au festival de Cannes.
Tu veux vraiment qu'on avitaille ta renommée, qu'on la fouaille, qu'on débroussaille ta vie d'ici ? Ne serait-il pas plus prudent d'élever quelque muraille qu'on décorerait de sonnailles dénichées chez un antiquaille ?

Et puis on donnerait rendez-vous à Fanchon la blanchecaille, celle qui graille de menues cochonnailles badigeonnées de Maille, la seule qui lui aille… on chasserait la valetaille qui après les semailles moissonne et coupaille jusqu'à ton champ d'étoiles !

Allez ! J'arrête le délire ! 
N'oublie pas la rouille... non pas celle du temps, mais celle qu'on ajoute à la bisque ou à la cotriade qui est aux Bretons ce que la bouillabaisse est à Monsieur Seguin, pêcheur de Saint-Raphaël.

Hoooo sacrilège !!!
La rouille c'est pour la bouillabaisse fichhhtre de Bretonne. Tu vas voir la réaction de Bouba quand il va lire ça.
Merci DiwanC et mickeylange pour vos assonances douloureuses pertinentes pleines d'humour.

En voici d'autres. Il est vrai que l'amélioration des conditions de vie (qui parle encore d'une personne en haillons ?) et les progrès de la médecine tendent à une diminution de ces cris ''fossilisés''. Mais le lexique français en est toujours riche.
Les ouailles que nous sommes ou fûmes sont parfois débraillées, dépenaillées, en haillons, rien qui nous aille ! Drôles de bouilles, les cheveux mal taillés, en bataille, ou sans un poil sur le caillou, quels épouvantails! Une paillasse pour dormir, un vase pour se débarbouiller, une vie de pouilleux, et ... au travail, vaille que vaille, maillon d'une chaîne qui tire l'autorail des puissants sur les rails !
Vasouillardes, les ouailles déraillent, s'embrouillent, cafouillent, bredouillent, bafouillent telles des couillons, des andouilles, de pauvres nouilles qu'on raille! Elles en bâillent de belles avec une gouaille affreuse, une voix rocailleuse, taillent une bavette au voisin et souvent rouscaillent. Qu'on les bâillonne!
Les ouailles graillent, aspirent un maigre bouillon, quelque bistouile. Que de la mangeaille, de la boustifaille, de la cochonnaille! Un peu de lait caillé, un œuf brouillé pour tremper ses mouillettes. Pauvre tambouille! Bien du mal à faire bouillir la marmite et dur de se ravitailler car rare est la victuaille pour faire ripaille !
Les ouailles sont peu recommandables, souvent canailles ou arsouilles, bref de la racaille haïssable dont on a la trouille car elle est prête à assaillir pour un picaillon ou quelque ferraille, mitraille ou bigaille. Faillibles, douées pour la débrouille, les embrouilles et les magouilles, elles ont maille à partie avec la flicaille et finissent parfois derrière les murailles verrouillées de la prison. Soupir...aïe!
réponse à . mickeylange le 02/09/2016 à 16h27 : Hoooo sacrilège !!! La rouille c'est pour la bouillabaisse fich...
Houuu ! mais tu sais que pour un peu j'aurais peur ! 

Quoi qu'on dise, le meilleur ne se trouve que là-bas dis, car ils s'approprient tout !

- La Méditerranée est-elle un peu fâchée avec une mer formée, des creux de deux mètres ? c'est la tempête du siècle ! Et fi des furies de l'Iroise et de ses déferlantes !

- Le mistral souffle-t-il à 100 km/h ? et les voilà tout décornés, tout déchapeautés alors qu'un noroit de 140 n'a aucun effet sur les bonnets rouges !

- Les palmiers ? c'est chez eux ! Seulement, on ne les compte plus à Dinard et ailleurs en Armorique !

- Les mimosas ? ils ne fleurissent que chez eux ! Mes voisins les arrachent tant ils colonisent leur jardin ! Que n'en plus, ce sont des 4 saisons, non une herbe qui ne s'épanouit que quinze jours par an !

Tout je te dis, ils s'approprient tout ! Même l'Alphonse D. alors que chacun sait qu'il préféra la douceur de l'Île-de France. (Ça, je ne le laisse pas : ça pourrait énerver le Varois, ce que bien évidemment je ne recherche pas... tu me connais !).

Si Bouba rouspète, je lui ferai une grosse bisque dans laquelle il trempera les mouillettes préparées avec amour par Chrisor et pis c'est tout !

Que diable ! 


Le 'yab, on sait où le trouver.
Il est dans le demi-mensonge, dans la psychologie de la propagande,
dans la publicité du savon, des assurances, des pharmaceutiques, des pétrolières et autres pseudo-gourous.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Le diable est dans les détails » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?