Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Frapper / se cogner le petit juif

Frapper / se cogner le nerf ulnaire.

Origine

Je vois tout de suite des yeux grands ouverts et une interrogation immédiate : "De quoi qu'y nous cause, lui ? Quoi que c'est-y donc que ce nerf ulnaire ?"
Eh bien, pour ceux qui n'ont pas fait d'études de médecine, c'est un nerf (si !) qui suit tout le membre supérieur, passe au niveau du coude derrière l'épicondyle médial de l'humérus (re-si !), donc près de la pointe du coude où il provoque une désagréable sensation de fourmillement ou 'électrique' intense lorsqu'on le compresse fortement ou on le cogne ().
Maintenant, pourquoi l'appelle-t-on le petit juif ?
En ces temps de "politiquement correct" avancé où il n'est plus possible d'appeler un chat un chat sans qu'il sorte ses griffes pour vous faire regretter de ne pas l'avoir appelé 'félin de compagnie', voilà une expression qui est peut-être mal venue car, à l'origine, elle véhicule une certaine dérision (euphémisme, peut-être) à l'encontre des commerçants juifs.
En route, donc, pour l'explication.
Peut-être vous souvenez-vous d'avoir vu, dans la vraie vie ou dans un film, des gens mesurer des longueurs de quelque chose (corde, tissu...) en l'enroulant autour de l'avant-bras, de la main à l'arrière du coude. C'était ce qui s'appelait "mesurer à l'aune", l'aune étant devenue la longueur du tour de l'avant-bras (soit environ 1,20 mètre) après avoir désigné l'avant-bras lui-même.
Ce mode de mesure demandait des mouvements particuliers des deux membres supérieurs, le coude de celui portant la chose à mesurer devant faire des allers-retours de bas en haut et pouvant être amené à cogner l'éventuelle surface au-dessus de laquelle la mesure se faisait.
La dénomination petit juif viendrait d'une époque où, dans le commerce des vêtements et tissus, les commerçants juifs étaient majoritaires.
Et lorsqu'ils étaient amenés à mesurer des produits à l'aune, ils pouvaient facilement et régulièrement se cogner le nerf ulnaire sur leur comptoir (ce qui, 'grâce' à la douleur procurée, permettait au client d'assister alors à une courte danse du scalp).

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Frapper / se cogner le petit juif » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Sich den Kribbelknochen anstossen Se cogner l'os qui fourmille
Allemagne Allemand Sich den Musikantenknochen stoßen Se cogner l'os des musiciens
Allemagne Allemand Sich den Musikknochen stoßen Se cogner l'os musical
Autriche Allemand Sich das närrische Bein anhauen Se cogner l'os fou
Angleterre Anglais To hit your funnybone Se cogner l'os bizarre
États-Unis Anglais To hit one's crazy bone Frapper son os fou
États-Unis Anglais To hit one's funny bone Se frapper l'os drôle
Argentine Espagnol Golpearse el codo Se cogner le coude
Espagne Espagnol Colpejar-se l'os de la música Se cogner l'os de la musique
Espagne Espagnol Darse en el hueso de la risa Se cogner l'os du rire
Espagne Espagnol Tener un calambre en el codo Avoir une décharge électrique au coude
Pays-Bas Néerlandais Het telefoonbotje stoten Se cogner l'os de téléphone
Pays-Bas Néerlandais Zich aan zijn elektriciteitsbotje stoten Se cogner le petit os électrique
Pays-Bas Néerlandais Zijn jodenbotje stoten Se cogner (l'os) du petit juif
Pays-Bas Néerlandais Zijn weduwnaarsbotje stoten Se cogner l'os du veuf
Roumanie Roumain A se curenta la cot S’électrocuter au coude
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Frapper / se cogner le petit juif » Commentaires

  • #1
    • momolala
    • 14/04/2006 à 07:40
    Je ne vois rien de dérisoire, même par euphémisme, dans votre explication. Il faut seulement rappeler que les juifs ne se sont pas accaparés le commerce du tissu ni des vêtements, pas plus qu’ils ne se sont emparés du commerce de l’or. L’organisation de la société médiévale, jusqu’à la Révolution et parfois même au-delà car les traditions ont la vie dure dans notre pays, les excluait de l’agriculture, comme du compagnonnage et des métiers d’arme. L’Eglise interdisait aux chrétiens de pratiquer le commerce de l’or, mais on avait cependant besoin de banquiers, de prêteurs... Les protestants ont ensuite largement pris le relais dans ce dernier domaine (Luther était Suisse tout de même !). Il fallait bien gagner sa (petite) vie !
  • #2
    • lorangoutan
    • 15/04/2006 à 13:58
    • En réponse à momolala #1 le 14/04/2006 à 07:40 :
    • « Je ne vois rien de dérisoire, même par euphémisme, dans votre explication. Il faut seulement rappeler que les juifs ne se sont pas accaparés... »
    Juste une rectification : Martin Luther était Allemand.
    Calvin, quant à lui, s’est réfugié en Suisse vers le milieu de sa vie, mais il était bel et bien Français.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Luther
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Calvin
  • #3
    • <inconnu>
    • 15/04/2006 à 15:59
    • En réponse à lorangoutan #2 le 15/04/2006 à 13:58 :
    • « Juste une rectification : Martin Luther était Allemand.
      Calvin, quant à lui, s’est réfugié en Suisse vers le milieu de sa vie, mais il étai... »
    Bravo Ô l’orang-outang ! Ca c’est de l’ érudition ! J’en suis baba ! (Tiens, Cher Maître, encore une, en passant...)
  • #4
    • God
    • 15/04/2006 à 16:31
    • En réponse à <inconnu> #3 le 15/04/2006 à 15:59 :
    • « Bravo Ô l’orang-outang ! Ca c’est de l’ érudition ! J’en suis baba ! (Tiens, Cher Maître, encore une, en passant...) »
    Eh bien à la demande générale, je rajoute ’En être baba’ à ma liste...
  • #5
    • DiwanC
    • 03/04/2011 à 00:52*
    Bon... si j’ai bien tout compris, le petit juif, c’est le nerf ulnaire qui passe à la pointe du coude... Avec un rien de mauvais foi - dont je suis absolument in-ca-pa-ble - on pourrait dire que « coude », « ulnaire » et « petit juif » sont ... synonymes.
    De ce fait, quelques expressions, telles Ne mets pas tes ulnaires sur la table ! ou Ben, dis donc, celui-là, y s’mouche pas du petit juif ! risquent de créer de bien surprenantes réactions dans les chaumières !
    :’-))
  • #6
    • DiwanC
    • 03/04/2011 à 00:57*
    # 4...je rajoute ’En être baba’ à ma liste...

    Quand God le dit, God le fait ! La preuve.
  • #7
    • joseta
    • 03/04/2011 à 08:01*
    Aux prises avec son cheval, le cow-boy maladroit s’est cogné le petit juif ferrant.
    (penser me fait suer et ce que je sue, me gêne)
  • #8
    • joseta
    • 03/04/2011 à 08:11
    Ben moi, tout ce que je savais d’un petit juif, c’est que Manet lui empruntait de l’argent pour acheter ses peintures et celui-ci faisait un prêt sioniste.
  • #9
    • OSCARELLI
    • 03/04/2011 à 08:55
    A force d’avoir fêté son ’tuitversaire, hier, not’ Eureka a dû se taper cogner le petit juif plus souvent qu’à son tour sur le comptoir du bar du Phare, hier.
    Le youyou s’est fait entendre jusqu’au plus profond du désert de Kabylie alors que le yoddle résonnait dans les Alpes.
    J’ai malheureusement dû quitter la fête avant qu’Eureka n’apparaisse et ce matin, quand je les ai interrogés, Marcel et Bernard furent très discrets... Aurais-je manqué quelque chose?
    Youhou, youyou, yoddleyou, Eureka, où es-tu?
    Youhou, youyou, yoddleyou, Eureka, que fais-tu?
  • #10
    • mickeylange
    • 03/04/2011 à 10:02
    • En réponse à DiwanC #5 le 03/04/2011 à 00:52* :
    • « Bon... si j’ai bien tout compris, le petit juif, c’est le nerf ulnaire qui passe à la pointe du coude... Avec un rien de mauvais foi - dont... »
    Ne mets pas tes ulnaires sur la table ! ou Ben, dis donc, celui-là, y s’mouche pas du petit juif ! risquent de créer de bien surprenantes réactions dans les chaumières !

    Sans évoquer l’expression, récente "de l’huile de coude"
  • #11
    • mitzi50
    • 03/04/2011 à 10:41*
    Jusqu’ à l’ entrée en vigueur du système métrique, les mesures de longueur étaient parfois... assez variables (tout comme les poids). Relisez "Regain", de Giono : "Il y a des marchands à l’ aune avec leur règle de bois un peu plus courte que mesure". Mais rien ne dit qu’ ils étaient juifs ni su’ ils se cognaient le nerf ulnaire...ils se contentaient de crier "Et je vous ferai bonne longueur, venez donc !" (ce qui prouve que l’ honnêteté et son contraire sont uniformément répandus....)
  • #12
    • deLassus
    • 03/04/2011 à 10:52
    Pour la plupart, les interventions de chirstian sont ulnaires.
  • #13
    • OSCARELLI
    • 03/04/2011 à 11:31
    La recette du pa.n az.me est une recette c-ul.naire. Et tout le monde sait que le juifs aiment bien les recettes..., les recettes à l’an.s...
    NON, ceci n’est ni anti-juif, ni pro-arabe, ni contra quoi que ce soit!
    D’ailleurs, moi, à part les autres, j’aime tout le monde!
  • #14
    • OSCARELLI
    • 03/04/2011 à 11:33
    • En réponse à mitzi50 #11 le 03/04/2011 à 10:41* :
    • « Jusqu’ à l’ entrée en vigueur du système métrique, les mesures de longueur étaient parfois... assez variables (tout comme les poids). Relise... »
    Jusqu’ à l’ entrée en vigueur du système métrique, les mesures de longueur étaient parfois... assez variables (tout comme les poids)

    Et même maintenant, regarde: depuis la dernière hausse des prix, le litre d’essence (ou de gasoil), ne vaut plus que 0,85 litre, alors?
  • #15
    • mitzi50
    • 03/04/2011 à 12:44
    • En réponse à OSCARELLI #14 le 03/04/2011 à 11:33 :
    • « Jusqu’ à l’ entrée en vigueur du système métrique, les mesures de longueur étaient parfois... assez variables (tout comme les poids)
      Et mêm... »
    Et si l’ on se reporte au prix en, disons, 1970, le litre vaut combien de cm3 ?
  • #16
    • mitzi50
    • 03/04/2011 à 12:49
    • En réponse à OSCARELLI #13 le 03/04/2011 à 11:31 :
    • « La recette du pa.n az.me est une recette c-ul.naire. Et tout le monde sait que le juifs aiment bien les recettes..., les recettes à l’an.s..... »
    Donc tu aimes toi.. et toi. C’ est un bon début. Qui ne s’ aime (ou ne s’ estime pas) suffisamment ne sait pas aimer les autres. Nous nous sommes un peu écartés du sujet. Mais je me souviens d’ un chanteur de variétés qui chantait "Pigalle..." Il avait pour nom Ulmer (ou était-ce une déformation ?). Ma soeur, gamine à l’ époque, apprenant qu’ il était danois, avait demandé si son accent était...chien !
  • #17
    • DiwanC
    • 03/04/2011 à 12:51
    • En réponse à joseta #8 le 03/04/2011 à 08:11 :
    • « Ben moi, tout ce que je savais d’un petit juif, c’est que Manet lui empruntait de l’argent pour acheter ses peintures et celui-ci faisait un... »
    .Joliiiiii !
  • #18
    • DiwanC
    • 03/04/2011 à 12:58*
    Ce mode de mesure demandait des mouvements particuliers des deux membres supérieurs, le coude de celui portant la chose à mesurer devant faire des allers-retours...

    M. Louis se tenait debout au fond du magasin, derrière un long comptoir qu’éclairait, le soir, une rampe à gaz. Il écartait les bras et mesurait la finette des chemises à un mètre de bois suspendu horizontalement. Sa figure impassible, à la peau jaune et tendue, ne s’animait que pour ce geste de supplication. Brusquement, les bras en croix, il avait l’air d’un Christ à la finette, qui se dévoue pour fournir au monde, à des prix défiant toute concurrence, des stocks perpétuels de ce tissu.
    S’excusez-moi, je n’ai pas pu résister* : les précisions de Sa Divinité m’ont rappelé ce passage du délicieux Jeanne la mince, un roman (1960) du non moins délicieux Paul Guth.
    M. Louis, silhouette crucifiée, brutalisait-il le petit juif ?
    *et pis, j’dis assez de connbêtises pour - de temps en temps - étaler un peu la confiture de ma culture !
    🙂
  • #19
    • cornelius
    • 03/04/2011 à 13:03
    ulna ou cubitus , pas le chien mais l’os voir cette page
  • #20
    • momolala
    • 03/04/2011 à 14:03
    Ma première intervention dérisoirement épidermique date d’un temps où je ne connaissais pas encore bien Expressio ni God. Aujourd’hui me vient tout autre chose à l’esprit mais de trop subversif pour être partagé ici, même avec humour, même si je signe Lévy au bout de la ligne !
    Donc je m’abstiens et je vous salue bien bas beaux damoiseaux et gentes dames de ce merrrveilleux site que je quitte pour une semaine toscane ! A bientôt.