Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Le supplice de Tantale

La frustration d'une personne qui voit ses désirs toujours sur le point d'être réalisés, mais dont les espoirs sont chaque fois déçus.

Origine

Le mot 'supplice', apparu au milieu du XVe siècle et issu du latin 'supplicium' qui évoque le fait de ployer les genoux et, par extension, la prière, la prosternation ou la supplication, a, dès 1480, pris également le sens de "souffrances que subissent les damnés en enfer" ("eternelz supplices"). Mais au cours des siècles qui se sont écoulés depuis, il n'était plus vraiment besoin de passer par la case 'enfer' pour avoir l'immense plaisir de subir des supplices.
Dans la mythologie, Tantale était le fils de Zeus et de la nymphe Plota (ou Ploutô). Dirigeant du royaume fort fort lointain de Lydie, il fut expédié aux enfers par son père pour y purger éternellement un châtiment à la mesure du crime qu'il venait de commettre. Les bandes magnétiques de l'époque n'ayant pas résisté aux outrages du temps et l'accès aux archives de cette période étant donc assez difficile, les torts de Tantale sont variables selon les sources. Pour les uns, reçu à la table des dieux, il aurait dérobé du nectar et de l'ambroisie, boissons uniquement réservées aux dieux, pour les faire goûter aux mortels. Pour d'autres, il aurait servi aux dieux son propre fils Pelops en ragoût au cours d'un repas, après l'avoir égorgé. Quoi qu'il en soit, Tantale avait fortement fauté à l'encontre des divinités qui ne pouvaient donc que le punir.
Et Tantale, en partie immergé dans l'eau d'un ruisseau, fut condamné pour toujours à souffrir de soif et faim. À chaque fois qu'il se penchait pour boire l'eau qui l'entourait, celle-ci se dérobait et lorsqu'il tendait les mains pour cueillir les fruits qui garnissaient les branches à sa portée, ces dernières s'éloignaient poussées par le vent[1].
Symbole même de la frustration permanente, Tantale ne pouvait obtenir les choses pourtant à sa portée dont il avait tant envie.
Malgré l'âge de l'histoire qui lui sert de base, ce n'est qu'au milieu du XIXe siècle que cette expression apparaît.
[1] Une autre version explique que les fruits devenaient des pierres une fois cueillis.

Exemple

« (...) mais son équipage ne put prendre de poissons, quoiqu'ils y fussent en abondance; ils ne se laissaient pas envelopper par la seine et ne mordaient pas à l'hameçon. (...) On ne fut pas plus heureux pour les tortues. "Nous étions, s'écrie-t-il, condamnés au supplice de Tantale; nous avions continuellement sous les yeux les choses que nous désirions avec ardeur, et nous ne pouvions les saisir". Nous pûmes cependant à marée basse ramasser quelques huîtres et d'autres coquillages. »
Jean-François de La Harpe - Abrégé de l'histoire générale des voyages

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Le supplice de Tantale » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Tantalusqualen Les supplices de Tantale
Angleterre Anglais Torment of Tantalus Tourment de Tantale
Espéranto Espéranto La tantala sufero La souffrance de Tantale
Espagne Espagnol El suplicio de Tántalo Le supplice de Tantale
Belgique Néerlandais Een Tantaluskwelling Un supplice de Tantale
Pays-Bas Néerlandais Tantaluskwelling Supplice de Tantale
Brésil Portugais Tão perto e ainda assim, tão longe Si près et encore ainsi, si loin
Roumanie Roumain Chinurile lui Tantal Les tourments / supplices de Tantale
Serbie Serbe Tantalove muke Le supplice de Tantale
Ajouter une traduction

Déformée

  • La supplique de Cancale

Commentaires sur l'expression « Le supplice de Tantale » Commentaires

  • #1
    • mickeylange
    • 03/11/2008 à 00:02*
    Non non God, ce n’est pas le supplice de Tantale, mais le supplice de Cancale qui consiste à vous mettre devant une bourriche d’huitres de Cancale sans rien pour les ouvrir, avec une bouteille de blanc bien frais et pas de tire bouchon.
  • #2
    • cotentine
    • 03/11/2008 à 02:39
    • En réponse à mickeylange #1 le 03/11/2008 à 00:02* :
    • « Non non God, ce n’est pas le supplice de Tantale, mais le supplice de Cancale qui consiste à vous mettre devant une bourriche d’huitres de C... »
    et toi, comme l’âne de Buridan, tu ne sais que choisir ! Il doit bien y avoir un moyen de casser le goulot de la bouteille avec une de ces huîtres (elles sont réputées pour avoir la coquille aussi solide et dure que la tête des Bretons ... qu’ils planquent sous leurs chapeaux ronds) et une fois la bouteille ouverte, tu sers dans les verres et tu casses la bouteille et avec des tessons de verre (qui lui aussi est dure comme .. ) tu peux ouvrir tes huîtres !
    Toutefois, fais bien attention, de ne pas te blesser, maladroit comme tu es ! 😄 et ne bois pas tout le vin avant d’avoir fini d’ouvrir ...
  • #3
    • cotentine
    • 03/11/2008 à 02:46
    ma comparaison est maladroite car l’âne de Buridan, s’il est mort de fin c’est de n’avoir pas su choisir entre le picotin d’avoine tentant et sa trop grande soif devant le seau d’eau tentant ... alors que le malheureux Tantale n’avait pas accès aux délices de la nourriture et la boisson
    J’ai écrit malheureux, mais il devait bien expier son crime ! un infanticide, ce n’est pas une broutille ... comparé au vol du nectar et de l’ambroisie 😏
  • #4
    • momolala
    • 03/11/2008 à 07:02
    C’est le mortel supplice qu’endurent chaque jour des millions d’êtres humains auxquels la télévision par satellite apporte les images de nos soucis de peur du manque de trop, retenus qu’ils sont par leur propre faiblesse physique de venir manger dans nos assiettes. Pour le moment...
  • #5
    • OSCARELLI
    • 03/11/2008 à 07:54*
    Aaaaahhhhh, le supplice de Tante Anne! 😄
    Et le supplice de Saint Sulpice n’est pas mal non plus 😉
  • #6
    • OSCARELLI
    • 03/11/2008 à 08:22*
    Et connaissez-vous le supplice de Tante Sarah Palin?
    visitez donc cette page, cela vaut le coup! Non, elle n’est pas bête à manger du foin, ... c’est encore pire! Et ce ne fut en aucun cas un supplice: elle ne s’est rendu compte de rien! Et son conseiller, qui fut le n°2 de la sécurité à la Maison Blanche que n’a rien contrôlé, même pas l’origine de l’appeau (forme singulière de "appel"), c’est quand même un comble pour un professionnel, non?
    Allez, prenez votre pied!
  • #7
    • God
    • 03/11/2008 à 09:02
    Je précise juste en passant qu’il n’y a pas de fratte de faupe dans "eternelz supplices".
    C’est bien la forme de l’époque (cette page).
  • #8
    • chirstian
    • 03/11/2008 à 09:02
    • En réponse à cotentine #3 le 03/11/2008 à 02:46 :
    • « ma comparaison est maladroite car l’âne de Buridan, s’il est mort de fin c’est de n’avoir pas su choisir entre le picotin d’avoine tentant e... »
    un infanticide, ce n’est pas une broutille ... comparé au vol du nectar et de l’ambroisie
    les Dieux ont toujours été impitoyables envers ceux qui transmettaient un de leurs secrets aux mortels : la vigne, le feu, le nectar ou l’ambroisie... Car c’est la connaissance qui réduit l’écart qu’il y a entre les hommes , ou entre eux et les Dieux. D’où le rôle politique de la formation.
    Quant à tuer son enfant , et de le faire manger à ses invités, quoi de plus naturel , en somme ? Ce qui lui a été reproché ce jour là, c’est que le gamin n’était pas assez cuit. Un enfant ça doit mijoter pendant au moins 3 jours, tous les cuisiniers infanticides vous le diront ! 😐
  • #9
    • chirstian
    • 03/11/2008 à 09:14
    Tantale ne pouvait obtenir les choses pourtant à sa portée dont il avait tant envie.
    et lui était présenté la fraise d’un sein, qui toujours se dérobait lorsqu’il y portait les lèvres.
    En souvenir du sein supplice qui tenta le Tantale , on édifia Saint Sulpice. Qui tenta les Sulpiciens.
    Mais ne tenta jamais Pochon, à qui l’on doit ces vers illustres :
    "Je hais les tours de Saint-Sulpice .
    Quand par hasard je les rencontre
    Je pisse
    Contre "
  • #10
    • <inconnu>
    • 03/11/2008 à 10:23
    Une variante, c’est que souvent, on pense être passé à deux doigts du bonheur…
    Ca peut arriver aux femmes… surtout… ou parfois… ou jamais… Sentimententalement parlant cette affaire…. M’enfin ! 😮
  • #11
    • <inconnu>
    • 03/11/2008 à 10:33
    • En réponse à cotentine #2 le 03/11/2008 à 02:39 :
    • « et toi, comme l’âne de Buridan, tu ne sais que choisir ! Il doit bien y avoir un moyen de casser le goulot de la bouteille avec une de ces h... »
    Pour éviter le supplice, il faut tuer le désir dans l’œuf…
    "A la coque, ne pas s’frotter" dirait le marin pointilleux…
  • #12
    • <inconnu>
    • 03/11/2008 à 10:34
    • En réponse à chirstian #8 le 03/11/2008 à 09:02 :
    • « un infanticide, ce n’est pas une broutille ... comparé au vol du nectar et de l’ambroisie
      les Dieux ont toujours été impitoyables envers ce... »
    La connaissance... spirituelle surtout et avant tout ?
  • #13
    • <inconnu>
    • 03/11/2008 à 10:42
    • En réponse à God #7 le 03/11/2008 à 09:02 :
    • « Je précise juste en passant qu’il n’y a pas de fratte de faupe dans "eternelz supplices".
      C’est bien la forme de l’époque (cette page).... »
    Ici, on peut souligner que le "Z", c’est l’aveu qui sied si bien à la raison du supplice.
    Montand Y. (Supplicié post mortem car victime d’un acharnement tantalement infondé... a priori)
  • #14
    • <inconnu>
    • 03/11/2008 à 10:55
    je ne me suis jamais intéressé à la mythologie, et j’ai raison.
    Quand je lis que ce fumier de Tantal a servi en ragout son propre fils Pelops !
    C’est pire que le pire des films d’horreurs de nos jours.
    "expression", tu m’a gaché ma journée !
  • #15
    • AnimalDan
    • 03/11/2008 à 10:57*
    • En réponse à chirstian #9 le 03/11/2008 à 09:14 :
    • « Tantale ne pouvait obtenir les choses pourtant à sa portée dont il avait tant envie.
      et lui était présenté la fraise d’un sein, qui toujour... »
    ... pour ne rien dire de celles de la cathédrale de Vichy !
    (Y a-t’il seulement une cathédrale à Vichy ..?)
  • #16
    • VALERY
    • 03/11/2008 à 11:12
    • En réponse à God #7 le 03/11/2008 à 09:02 :
    • « Je précise juste en passant qu’il n’y a pas de fratte de faupe dans "eternelz supplices".
      C’est bien la forme de l’époque (cette page).... »
    Et pour la nymphe Plota , pas de faute de frappe non plus.
  • #17
    • <inconnu>
    • 03/11/2008 à 11:16*
    Comme le disait tonton Georges dans "le vin", le supplice de Tantale n’était pas si terrible...
    Jadis, aux Enfers
    Cert’s, il a souffert
    Tantale
    Quand l’eau refusa
    D’arroser ses a-
    mygdales
    Etre assoiffé d’eau
    C’est triste, mais faut
    Bien dire
    Que, l’être de vin
    C’est encore vingt
    Fois pire...
    cette page
  • #18
    • mickeylange
    • 03/11/2008 à 11:42
    • En réponse à cotentine #2 le 03/11/2008 à 02:39 :
    • « et toi, comme l’âne de Buridan, tu ne sais que choisir ! Il doit bien y avoir un moyen de casser le goulot de la bouteille avec une de ces h... »
    Ne soit pas inquiète, je sais ouvrir une bouteille avec un couteau ou une fourchette, et les huîtres avec un galet, comme tous les marins.
    Au fait il est où l’amiral ?
  • #19
    • <inconnu>
    • 03/11/2008 à 12:19
    Mais c’est qu’il avait fait...un peu le coquin, Tantale! Non?
    Bien fait pour lui!
    Non! Mais!
    Il n’a qu’à assumer sa frustration!😏
  • #20
    • mickeylange
    • 03/11/2008 à 12:50
    Personne ne parle du supplice de Cantal qui se fait en cave fraîche et humide pour une durée minimale d’un mois.