Faut pas pousser mémé (mémère, grand-mère...) dans les orties !

Il ne faut pas exagérer, abuser, dépasser les limites.
Il ne faut pas avoir un comportement asocial avec quelqu'un.

Origine

L'origine de l'expression de base 'faut pas pousser' pour 'il ne faut pas exagérer' semble tout aussi inconnue que sa période d'apparition.
L'ajout de la mémé est là pour en renforcer le sens. Son côté cocasse en rend l'utilisation plus fréquente que 'faut pas pousser le bouchon trop loin' qui a exactement la même signification.

C'est vrai, quoi ! Imaginez un 'sauvageon' qui surgit hors de la nuit et court vers l'aventure au galop sur sa fougueuse mobylette au pot d'échappement trafiqué, le long d'une route de rase campagne.
Soudain, il croise une personne du troisième âge (de sexe féminin) qui vient de faire ses courses à la supérette du village et s'en retourne à la ferme en se déplaçant lentement, le dos voûté, une main sur sa canne, l'autre tenant difficilement son sac plein de victuailles.
Il s'arrête brusquement près d'elle et, dans un acte odieux de gérontopropulsion, lui file une mandale et l'envoie s'écrouler dans le carré d'orties malheureusement présentes à proximité, avant de lui chouraver son cabas et de s'enfuir à pleins gaz en lui filant un dernier coup de latte au passage.

Si vous êtes un tant soit peu civilisé, en lisant cette ignoble histoire vous vous êtes forcément dit :

  1. Quelle horreur ! Mais que fait donc la police ?
  2. Le responsable de cette insupportable violence a pour le moins un comportement asocial. Il dépasse même un tantinet les limites de la bienséance.
  3. L'auteur de ces lignes disjoncte un peu.
Eh bien je suis d'accord avec vous, y compris sur le dernier point. C'est pourquoi dans la prochaine version, je vous promets qu'il lui laissera son sac...

En tous cas, maintenant, vous devriez avoir compris pourquoi pousser mémé dans les orties, faut vraiment pas le faire !

Exemple

« Quand Griffet qui cherchait à se planquer près des lavabos a vu tout ça, il en est devenu dingue : ses "précieux" illustrés volés "à prix d’or" à la librairie du coin. On n’avait pas grand-chose et ce qui était à nous était à nous, merde alors ! Fallait pas pousser mémère dans les orties, comme on disait. »
Alain Sasson - Coups de sang - 2010

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faut pas pousser mémé (mémère, grand-mère...) dans les orties ! » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Angleterreen That's going a bit far (extreme)Ca va un peu loin (à l'extrême)
Angleterreen Don't toss Granny in the BegoniasFaut pas pousser mémé dans les bégonias
Espagnees Pasarse de la rayaDepasser les bornes, franchir la ligne
Espagnees Pasarse varios pueblos.Dépasser plusieurs villages.
Canada (Québec)fr Pousse mais charrie pas !
Canada (Québec)fr Faut pas ambitionner sur le pain béni
Canada (Québec)fr Pousse mais pousse égal (n'exagère pas !)
Italieit Non tirare la cordaFaut pas tirer la corde (dépasser les bornes)
Pays-Basnl Tot hier, en niet verderJusqu'à ici et pas plus loin
Pays-Basnl Dat gaat alle perken te buitenÇa sort de toutes les plates-bandes
Roumaniero A întrece măsuraDépasser la mesure
Roumaniero A se întrece cu glumaDépasser la blague

Déformée

Faut pas pousser mémé dans les sorties !

Vos commentaires
Je suis originaire d’un village proche d’Epinal dans les Vosges.
Lorsque nous étions gamins, nous utilisions cette expression, et d’ajoutter un petit quelque chose:
" faut pas pousser mémé dans les orties, elle a pas d’culotte!

On devine facilement la réaction provoquée par les orties sur la peau des fesses! Pôvre mémé, au début du siécle dernier, avec leur grandes culottes fendues, elles pouvais tomber dans les orties, maintenant les mémés portent des "strings" c’est pas la ficelle qui protégera les fesses!

Voilà.....bravo pour votre prose du jour Mr. "expréssions", c’est de plus en plus savoureux.Les culs serrés vont encore faire entendre leurs voix. Salut
Je trouve aussi que, cette fois-ci, l’auteur de ces lignes s’est surpassé ! Est-ce l’approche des fêtes qui le met particulièrement en verve ? Bravo en tous cas.
Pour moi, petit parisien d’après guerre (celle de 39-45), l’expression était encore plus longue que celle de pacoloco34, à "Epinal dans les Vosges", suivant l’expression consacrée (!) :
"Faut pas pousser mèmère dans les orties, elle a pas d’culotte, et puis ça pique".
Bravo encore de nous montrer que, à une lettre près, culture peut rîmer avec humour !
Le vécu ! Il n’y a que ça de vrai pour rehausser les explications des expressions !
A part ça, les fêtes n’y sont pour rien. Explications plus ’ternes’ il y a eu et il y aura encore.
Tout dépend de la matière et de l’inspiration qu’elle provoque...
Là, vu la pauvreté de la première, il fallait bien que je meuble un peu. 
Et la pauvre mémé m’a donné un bon coup de main.
Y a pu de pauv’mémé mon cher God ! La suite de l’expression du jour est "parce qu’elle se laisse pas faire !" et je ne parle pas du coup de sac en retour.
Soudain, il croise une personne du troisième âge (de sexe féminin) qui vient de faire ses courses
 : les mémés, c’est le 4ème âge aujourd’hui, faut faire la remise à jour avant le changement d’heure ! Et puis, en rase campagne, si la DDE a bien fait son boulot, il n’y a plus d’orties non plus sur le bord des routes.

Reste la nostalgie d’une époque à orties où on faisait attention aux mémées, tellement bien que l’idée même de les y pousser était l’exemple de l’exagération. Ce serait à remettre au goût du jour avant que je ne passe à mon tour au 4ème âge ! God, merci de nous rappeler à la Morale : on n’en attend pas moins de Vous !
Dans la dernière version et comme le supposait à juste titre Momolala, les orties ont été rasées par la DDE, et le jeune était accompagné de deux copains, tous trois à pieds.
Arrivés à hauteur de la mémé, celle-ci s’est précipitée sur eux. N’ayant pas pu se défendre (ils n’étaient que trois), ils ont succombé et elle a eu droit à sa tournante avant de repartir, satisfaite, assouvie, avec son cabas, les vêtements en désordre, laissant les trois ados épuisés dans les orties restées au-delà du fossé.
C’est dire si elles sont hargneuses, les mémées d’aujourd’hui, et les jeunes vulnérables, non préparés à ces moeurs sauvages !
On se perd en conjectures sur la région du fait divers : était-ce la Normandie ? Les Hautes Pyrénées ? le Belle-gique ? L’enquête suit son cours.
Passer les bones, il n’y a plus de limites ! Haltes aux mémés rambo !
Outre le côté familier de l’expresion, il me semble que les orties symbolisent un terrain non cultivé, laissé en friche, à l’abandon, au delà de la civilisation… On rentre dans me domaune du sauvage où tout devient possible.
Ne pas confondre :

Faut pas pousser mémère dans les z’orties
et
Faux pas propulser mémère vers la sortie
Imaginez un ’sauvageon’ qui surgit hors de la nuit et court vers l’aventure au galop sur sa fougueuse mobylette au pot d’échappement trafiqué
Serait-il pas que tu causes ici de Louisann et de son scooter rose?
Est-elle d’accord de se voir assimilée à cette description pour le moins sotte et grenue?
Louisann, ma biche, nous te supportons.
J’ouvre ici tout de suite une souscription pour récolter des dons afin de te soutenir lors de la prochaine convention d’expressio_une_fois.be. Vous trouverez mon numéro de compte dans l’attachement que je ne manquerai pas de joindre au mel (email en francais, paraît-il) envoyé à tous ceux qui me le demanderont.
NE LAISSEZ PAS TOMBER LOUISANN: SOUSCRIVEZ NOMBREUX!
TOUS AVEC LOUISANN, SON SCOOTER ROSE, ET SA TIGNASSE ROUSSE DANS LE VENT!
Claudiiiiiiiiiiine aussi, s’il-vous-plaît!
réponse à . momolala le 28/10/2006 à 07h46 : Y a pu de pauv’mémé mon cher God ! La suite de l’...
les mémés, c’est le 4ème âge aujourd’hui
Je confirme : les "mémés" (mémère, grand-mère...) sont toutes septuagénaires ou octogénaires, de la génération précédant la nôtre et nous ne sommes que des "mamies" en pleine(s) forme(s) et cette expression n’a dû naître que dans la bouche d’ados irrespectueux !
Chirstian va sûrement demander à quand remonte l’origine de cette "jeune" expression ...
Visiblement God et d’après une enquête poussée, mémére, elle sortait de boîte de nuit et son cabas regorgeait de préservatifs mentholés d’où l’attaque de ces jeunes affamés paumés effrontés.
Et tout cela s’est déroulé devant un magasin d’ortie culture.

J’aime à croire qu’elle leur aura fichu coups de têtes, coups de genoux et coups bas à ces gredins sans nom. C’est important qu’elle soit perçue comme dominante et victorieuse et non comme une victime.

La morale est sauve ! On se calme !
STOP! Je m’insurge! Moi, le vert-galant, vous m’insupportez tous!!!
Mais qu’est-ce qu’elles vous ont donc fait, ces pauvres orties, pour que vous y jetiez tout et n’importe qoui, qui des mémés, qui des jeunes qui n’avaient rien demandé à personne, eux qui passaient par là sans me voir,.
Vous verrez, ca finira même par y jeter ses papiers gras ou ses bouteilles vides (celles en plastique, parce que les autres, vous vous les gardez sûrement pour vous confectionner des cocktails molotov qui vous irez picoler derrière la meule à Grosjean qui se tient devant).
Moi, sur les listes des prochaines érections, meneur du parti eloco.., euh, egloc.. euh, enfin, les Verts, quoi, je vous en raconterai des pas mûres sur tout ce que je vois dans nos belles campagnes, le long des routes départ te mental!
Et d’abord, la DDE, hein, qu’est-ce-que c’est, sinon la défonce de l’environnement? Depuis qu’elle s’est alliée à la BB de Elpepe (BB= Béton Brut), je vous dis pas, hein.
Bon, allez, faut que j’y aille, là. La ville électorale n’attend pas...
Sur ce, je vais aller remplir mon cabas, à la revoyure...
"orties" du latin urtica .... oui, ça pique quand on la frôle (mais pas quand on la prend à pleine main).
Dans le même registre, Pierre Perre a commis une chanson dont le refrain était :
"J’ai dit faut pas pousser grand-mère dans le concasseur
Occupez-vous plutôt de ma petite sœur
Si l’on me traumatise
Je peux faire des bêtises
Non non faut pas pousser grand-mère dans le concasseur"
rappelant ainsi qu’une mémé peut (mais ne doit pas) être jetée n’importe où .. et même en pâture sur Expressio.

@Cotentine : oui effectivement , l’expression ne doit pas être beaucoup plus vieille que la mémé , mais elle remonte quand même au début du XX siècle ...
Et vous avez vu ? Lorsque God l’a publiée il y a presque un an : les interventions sur le forum (2 seulement !) étaient strictement limitées à l’expression. Un peu restrictif ? Certes, mais sans doute un juste milieu à trouver entre deux extrèmes...
Elle est marrante, la langue francaise!
Nous, les Belges et les Suisses, nous sommes logiques, mais vous, alors...

sept
septuor
setuagénaire
MAIS soixante-dix, et pourquoi pas SEPTANTE?

six
sextuor
sexagénaire
MAIS soixante, et pourquoi pas CINQUANTE-DIX?

God, d’où vient donc cette déformation soixante-dix, quatre-vingt, et - la pire de toutes - quatre-vingt-dix (au lieu de septante, huitante - ou octante, nonante)?
N’oubliez pas ! ce soir, on recule sa montre d’1 h. ! c’est le week-end du passage à l’heure d’hiver. Le basculement de l’heure d’été à l’heure d’hiver se fait le dernier dimanche du mois d’octobre à 2 h00. A noter que durant " l’heure estivale" , la France a 2 heures de décalage par rapport à l’heure solaire (GMT+2) et qu’à "l’heure hivernale", c’est une heure de décalage (GMT+1). (oui, on reste à l’heure allemande)

Voici les origines du passage à l’heure d’hiver (pour ceux qui ont la mémoire qui défaille ou celles dont les fesses brûlent d’avoir ’tutoyé’ les orties) : le changement des heures d’été et des heures d’hiver a été institué en France en 1975 et mise en vigueur "en 1976 suite au choc pétrolier de 1974. L’objectif était d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage le soir. Il a été constaté que des heures d’ensoleillement étaient « gaspillées ». Ce changement d’heures a pour effet de déplacer une heure de clarté le matin et le soir. Le changement d’heure est normalisé dans toute l’Union Européenne depuis 1996.
Le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver permet de gagner une heure de sommeil en plus (Youpi ! = la grasse mat. !). En effet, à 3 heures du matin, il sera 2 heures. Ce changement d’heures a plusieurs conséquences. Outre, le gain « d’heures d’ensoleillement », le changement d’heures provoque une chrono rupture (le déroulement du temps perturbé) qui peut engendrer quelques troubles de la santé chez certaines personnes (sommeil, appétit, humeur…) mais aussi des problèmes d’adaptation divers (hôpitaux, système informatique etc...) ... et p’t’être que l’expression du jour sera plus rapidement ’livrée’ ce dimanche ... avec cette heure gagnée ???
L’origine de l’expression de base ’faut pas pousser’ pour ’il ne faut pas exagérer’ semble tout aussi inconnue que sa période d’apparition.

parmis les tous premiers sens de "pousser" on a notamment
"POUSSER s’emploie aussi en plusieurs phrases, dans le sens de Porter, avancer, étendre... On dit dans la même acception, Pousser un parterre, pousser une allée, &c. Il faudroit pousser ce parterre plus loin. Il faut pousser cette allée jusqu’à un tel endroit. "
Pourrait-on imaginer, avec ce sens, une expression telle que "faut pas pousser des orties" : ne pas développer des cultures inutiles (encore qu’on savait en tirer parti !), qui aurait pu devenir " faut pas pousser, mémé, des orties" que des gamins facétieux auraient vite su transformer ?
(God va me répondre qu’il est effectivement possible de tout imaginer... mais que rien ne permet de le confirmer !)

@God: "’faut pas pousser le bouchon trop loin’ qui a exactement la même signification" objection votre honneur ! Un sens proche, certes, mais pas exactement le même : avec le bouchon, le problème posé est celui de la limite à ne pas dépasser. Avec la mémé c’est l’acte en lui même qui est vivement déconseillé...
Quoi, même pas un tout petit peu ? NON !
réponse à . file_au_logis le 28/10/2006 à 09h34 : Imaginez un ’sauvageon’ qui surgit hors de la nuit et court vers l&r...
Claudiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine ! Viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite ! Que demain, c’est le départ de la Route du Rhum (mettez-vous ici, à cette page, vous verrez mieux), et je ne pousserai pas mémé Liardet dans les orties de mer (méduses), ni même dans les orphies, car elle fait des vacations sublimes, ma copine.
Allez, je jette provisoirement mon froc expressionautique aux orties! Bon dimanche à toutes et tous.
réponse à . Elpepe le 28/10/2006 à 10h10 : Claudiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine ! Viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite ! Que...
je jette provisoirement mon froc expressionautique aux orties!
HOU !!! Pépé l’défroqué !
réponse à . file_au_logis le 28/10/2006 à 09h57 : Elle est marrante, la langue francaise! Nous, les Belges et les Suisses, nous so...
d’où vient donc cette déformation soixante-dix, quatre-vingt, et - la pire de toutes - quatre-vingt-dix
Elle a été adoptée par l’’Académie seulement au XVII , mais les mots septante, octante, nonante figurent dans toutes les éditions du Dictionnaire de l’Académie française, et rien n’interdit de les utiliser en France (c’est d’ailleurs le cas dans certains régions, même si cela donne tout de suite un côté désué).
Mais pourquoi cette décision de l’Académie ?, je n’en sais fichtre rien. Ma mémé le savait sans doute, mais je l’ai bêtement poussée dans les orties, et depuis nous sommes en froid !
après les succès du Petit Poucet et du Petit Chaperon Rouge (dans lequel la grand mère avait fait un tabac) Charles Perrault écrivit une suite sous le nom de "le petit poucet et grand-mère " . Son éditeur trouva le titre trop vague.
Il le transforma donc en " le petit poussait grand mère " . Où , demanda l’éditeur ? Et ils cherchèrent ensemble un nom de lieu capable de piquer la curiosité des lecteurs.
Le livre fut un bide.
Un critique littéraire affirma alors : "il ne fallait pas pousser grand mère dans les orties! "
réponse à . cotentine le 28/10/2006 à 09h59 : N’oubliez pas ! ce soir, on recule sa montre d’1 h. ! c&rs...
le changement d’heures provoque ..... des problèmes d’adaptation divers
Chère Coco, n’aurais-tu pas plutôt dû dire
le changement d’heures provoque ..... des problèmes d’adaptation d’hiver
C’eût été - je pense - plus adapté à la motivation de l’acte.
Que nous soyons fatigués, perturbés (Mères turbées aussi, d’ailleurs), que nous ayons des baisses de rendement et de productivité, tout cela n’importe pas, pourvu que nous fassions des économies d’énergie.
Mémé, dans les orties, en se débattant, va utiliser à bon escient son trop plein d’énergie. Avec ses mouvements désordonnés et ses cris tonitruants (Toni Truand, auteur de l’acte?)
remplace avantageusement la télé, devenue dès lors inutile. Et hop, encore des économies.
Ensuite, comme nous sommes crevés, nous allons coucher plus tôt, éteignons la lumière et étreignons nos compagnes, dormons plus longtemps, nous levons plus tard, et hop, à nouveau, économies d’énergie (électrique seulement, cette fois). Dans l’étreinte, nous dégageons de plus de la chaleur, dès lors, et hop, encore, économies d’énergie...

Je propose dès lors de généraliser la pratique du passage à l’heure d’hiver et de l’appliquer toutes les nuits. Pour une fois qu’il y a une bonne idée lancée par un gouvernement, il faut l’appliquer toujours et partout.
Cela fera aussi que la semaine de 35 heures va se raccourcir d’une heure par jour également...
Je mets aux voix...
réponse à . file_au_logis le 28/10/2006 à 11h40 : le changement d’heures provoque ..... des problèmes d’adapta...
Je mets aux voix...
J’ai allumé mes baffles et n’ai rien entendu ?
Mais l’idée me semble intéressante et à creuser (en silence)
réponse à . file_au_logis le 28/10/2006 à 09h57 : Elle est marrante, la langue francaise! Nous, les Belges et les Suisses, nous so...
"Karambolage", l’excellente émission de culture comparée d’Arte, s’était penchée sur la question il y a quelques mois à peine...
Surveillez les rediffusions!
Merci Cotentine ! Je commençais à me sentir seule !

@Borikito (5) Les mamies et même les mémées sont des FEMMES -> mode d’emploi : un contact chaleureux, un peu de tendresse (à ne pas confondre avec "tendreté") à l’allumage, une montée en régime souple et soutenue à partager leur sont nécessaires. On n’se jette pas sur l’humanoïde, nous !

Quant à nous pousser dans les orties, finalement, ce serait rendre service, si j’en crois Wikipedia : "les jardiniers voulant stimuler leur circulation sanguine au niveau des jambes peuvent aller faucher pieds nus les orties". (On ne dit pas, remarquez-le : les anciennes ou les vieilles jardinières !).
réponse à . chirstian le 28/10/2006 à 10h08 : L’origine de l’expression de base ’faut pas pousser’ po...
Et au fait ? c’est quoi l’origine de l’expression "il ne faut pas pousser le bouchon trop loin ?" Les mésaventure d’un vigneron maladroit, d’un pécheur en mal de grosse prise où un jeu consistant à aligner un bouchon sur une ligne ? Si quelqu’un à une idée.
réponse à . momolala le 28/10/2006 à 13h19 : Merci Cotentine ! Je commençais à me sentir seule ! @B...
la mémé nous déclare :
"et sans vouloir être méchante, pourquoi c’est pas pépé qu’on pousserait de temps en temps dans les orties, hein ? Hein ?"
tu parles de mémélàlà?
réponse à . flexique le 28/10/2006 à 13h36 : Et au fait ? c’est quoi l’origine de l’expression "il ne ...
Expression déjà demandée et programmée pour le 12/12.
réponse à . file_au_logis le 28/10/2006 à 09h34 : Imaginez un ’sauvageon’ qui surgit hors de la nuit et court vers l&r...
Merci mon petit File..
Ta souscription tombe à point ,je dois faire le plein du scooter+l’entretien+un nouveau casque+l’assurance ,alors quand je fais le compte ,y a de quoi tomber à la renverse...... en évitant les orties.
Bon week-end à tous.
réponse à . flexique le 28/10/2006 à 13h36 : Et au fait ? c’est quoi l’origine de l’expression "il ne ...
pousser le bouchon, c’est ,à la pétanque, faire sortir le cochonnet des limites, ce qui oblige à rejouer la partie.
On peut naturellement imaginer un: "pousser le bouchon dans les orties" , ou "faut pas pousser mémé trop loin" , ou encore "faut pas pousser la mémé trop loin dans les orties : déjà qu’elle est bouchée !" ou ...

@26 je pense aux lolos de mémé et je les vois là là !

rajout : m... pardon God, c’était pas pour faire le con courant . Donc je rectifie : certains pensent à la pétanque, mais le 12/12 vous verrez qu’on peut penser à tout autre chose . Donc à suivre !
réponse à . louisann le 28/10/2006 à 13h46 : Merci mon petit File.. Ta souscription tombe à point ,je dois faire le pl...
Louisann, je ne suis pas homme à me défiler devant mes obligations : quand j’entretiens , j’entretiens ! Mais tu pourrais être plus discrète : les genzz vont finir par jazzer...

PS et le casque, c’est bien un deux places, au moins ?
réponse à . chirstian le 28/10/2006 à 13h50 : Louisann, je ne suis pas homme à me défiler devant mes obligations...
Sorry,j’le f’rai plus.

Ps;deux places bien sûr et doublé fourrure rose!
en lisant cette ignoble histoire vous vous êtes forcément dit :
- que ce village a de la chance d’avoir encore une superette, donc probablement un village que colonisent les anglais. Hé mémé, les anglais ont débarqué !
- que si la scène se passe en pleine nuit c’est, soit que la superette ferme très tard, soit que la nuit tombe très vite (plein hiver ?) , soit encore que la vieille marchait vraiment très très lentement.
- que "surgir hors de la nuit" signifie que venant de l’obscurité le motard arrive dans une zone éclairée. Or, rares le sont, les "routes de rase campagne".
- que face à tant d’interrogations et d’invraisemblances on ne peut que conclure que l’enquête a été baclée, ou qu’on ne nous a pas tout dit. Est-on même certain qu’il s’agissait bien d’orties ? Hein ?
La vieille était voûtée, soit, mais le secret défense a bon dos !
Mémé, c’est ma maman et elle se porte plutôt bien. Métou, c’est mon petit-fils que d’aucuns appellent aussi Mémé et du haut de son mètre 75 pour ses 14 automnes il va bien aussi merci. Quant à Momo elle n’est jamais allée aussi bien et elle apprécie la compagnie. Bonne journée à tous ! Je vais chez Pépé et Mémé de ce pas les amis !
réponse à . chirstian le 28/10/2006 à 13h48 : pousser le bouchon, c’est ,à la pétanque, faire sortir le c...
Et t’as pas tout vu ; je te laisse à penser : 100 bonnet C ; et si je me suicidais à la Mistinguett, je ne me louperais pas ! Bon c’est pas tout ça, mais j’ai de la route à faire. Bonne soirée à tous !
réponse à . chirstian le 28/10/2006 à 10h33 : d’où vient donc cette déformation soixante-dix, quatre-ving...
Désué ? Désuet ?
réponse à . momolala le 28/10/2006 à 14h27 : Et t’as pas tout vu ; je te laisse à penser : 100 bonnet ...
Momolala, je ne trouve nulle part mention d’un suicide de la Miss’ ? Que voulais-tu dire ?
PS: comme beaucoup d’hommes, je n’ai rien contre les fortes poitrines. J’ai surtout quelque chose tout contre... Hein, Elpepe ?
Quand il a beaucoup perspiré, par exemple après avoir pondu un texte comme celui-là, Chirstian est tout désué...
réponse à . <inconnu> le 28/10/2006 à 15h44 : Momolala, je ne trouve nulle part mention d’un suicide de la Miss’&n...
C’est Sacha Guitry, le mysogine mysantrope qui nous a mysemboite, qui disait: "Je suis contre les femmes, tout contre!"
réponse à . <inconnu> le 28/10/2006 à 15h44 : Momolala, je ne trouve nulle part mention d’un suicide de la Miss’&n...
Elle a voulu se tirer une balle sous le sein gauche, ... et s’est blessée au genou.
C’est pour cela que la presse n’en a pas (trop) parlé.
réponse à . <inconnu> le 28/10/2006 à 15h44 : Momolala, je ne trouve nulle part mention d’un suicide de la Miss’&n...
Si tu veux avoir Elpepe en ligne, il te faut appeler
Claudiiiiiiiiiiiiiiiine! viiiiiiiiiiiiite!
et @37
désué (e) : forme désuette de "désuet(te)
(c’est nouveau, ça vient d’sortir !)  ;- )
réponse à . file_au_logis le 28/10/2006 à 15h59 : C’est Sacha Guitry, le mysogine mysantrope qui nous a mysemboite, qui disa...
100 bonnet
j’y connais rien, mais de la façon dont elle en parle ça ne semble pas être de la roupie de 100 sonnet. Ah s’abonner aux 100 bonnets !
réponse à . chirstian le 28/10/2006 à 16h47 : 100 bonnet j’y connais rien, mais de la façon dont elle en parle...
c’est toujours le facteur qui vient sansonnet!
faut pas pousser l’facteur* dans l’centre de tri !

* attention : je n’ai rien contre le facteur, s’il n’est pas contrefacteur : je lui avais dit : quoi que vous contrefissiez rien n’empêchait que nous nous en contrefoutassions! Il a pris ma franchise pour un manque d’affranchissement et depuis nous sommes en froid. Eh, y a pas écrit "la poste" , hein !
réponse à . chirstian le 28/10/2006 à 09h49 : "orties" du latin urtica .... oui, ça pique quand on la frôle (mais...
" un juste milieu à trouver entre deux extrêmes " ...

tout-à-fait d’accord. Pitié m’sieurs/dames pour les malheureux (ses) qui n’ont pas la possibilité d’intervenir dès potron-minet, qui se tapent religieusement tous les commentaires (ils sont très amusants, merci beaucoup) mais ça demande une endurance de chaque jour. Il m’arrive de "zapper" because fatigue de la journée et ça met mémé de mauvaise humeur  ! Je sens la ficelle qui tire sur le bouchon et je peux même sentir le frôlement des orties.....
Sur ce, continuer à vous marrer et ne vous occupez surtout pas des remarques de ce genre.
réponse à . mident le 28/10/2006 à 18h14 : " un juste milieu à trouver entre deux extrêmes " ... tout-à...
chère Mident,
vous me tranquilisez, là. J’ai craint un moment que vous pussiez avoir une dent - même seulement une demi - contre nous, ce qui eût pu justifier ce silence... religieux. Mais, chut, me dérangeons pas cette lecture studieuse, même si tardive.
Nous apprécions, sachez-le bien, l’endurance dont vous faites preuve, même si ce n’est pas le long de la Durance...
Et, si nous parlons de lieu, pour ne pas dire d’endroit, j’ose espérer que vous ne nous montrerez pas votre envers lors de la prochaine convention d’expressio_une_fois.be (j’éspère début décembre). Les inscriptions sont ouvertes... Rikske, Rikske-bis et Rikske-2, je compte sur vous. Framboise, Mirlou, Jonayla et les autres également.
Et si Mirlou et Mident sont toutes deux présentes, nous aurons une entière qui s’appellera DENTRLOU. Difficile à prononcer, mais on s’y fera...
Toutes celles et tous ceux vivant aux environs de Bruxelles-Plage* (dans un rayon de 5000 km, par exemple - ne parlons pas de la longueur de la circonférence) sont bien entendu cordialement invités à se joindre à nous. Les autres peuvent envoyer leurs dons. Voir plus haut pour mon numéro de compte... (Intervention 8 - j’étais matinal)

Mon cher Godemichou adoré, tu le sais, mon adresse email peut toujours être communiquée quand c’est pour la bonne cause, celle d’expressio.

*Paris-Plage étant déjà attribué, nous avons du aller nous faire voir ailleurs. Nous ne sommes pas toqués. (Le Touquet)
réponse à . mident le 28/10/2006 à 18h14 : " un juste milieu à trouver entre deux extrêmes " ... tout-à...
vous occupez surtout pas des remarques de ce genre
je pense que nous avons tous conscience qu’il faut nous en occuper : en fait c’est naturellement God le principal concerné : veut-il garder , et développer ses abonnés ? Mais nous le sommes aussi : nous voyons disparaître régulièrement des personnes dont les interventions étaient intéressantes, et c’est une perte pour tous.
Or, il est clair que plus nous nous sentons bien, entre habitués, et plus nous nous étendons. Plus nous nous étendons, et plus nous bloquons l’entrée aux autres. Et il est fatal que la quantité de nos interventions tue leur qualité. (et je sais de quoi je parle, puisque -prônant la retenue et l’auto-contrôle- je suis le premier à succomber à la tentation d’un bon mot, d’une réponse, d’un clin d’oeil !
Il sera intéressant de voir comment nous nous en sortons -si nous nous en sortons autrement qu’en en sortant !...
réponse à . chirstian le 28/10/2006 à 19h36 : vous occupez surtout pas des remarques de ce genre je pense que nous avons tou...
tu as entièrement raison, et j’en suis très conscient également. Le problème avec moi est double:
- je ne sais pas fermer ma grande g...
- je prends mon pied très souvent.

JE SUIS ACCRO D’EXPRESSIO.

Mais c’est vrai qu’il faut laisser plus de place aux autres...
Je vais y réfléchir et me taire pour ce soir. Je ne peux pas promettre plus...
réponse à . file_au_logis le 28/10/2006 à 19h45 : tu as entièrement raison, et j’en suis très conscient &eacut...
bien que mes commentaires ne soient pas aussi bien documentés que ceux de certains Expressionautes, ni aussi pertinents (ou impertinents), ni aussi spirituels, je promets de continuer à ne pas saturer ... en me limitant à 3 interventions maximum/jour ... au sein de cette belle famille (sinon, vous allez dire, : "elle prend trop de place la Mamie Cotentine, alors, poussons-la dans les orties !)
réponse à . cotentine le 28/10/2006 à 20h58 : bien que mes commentaires ne soient pas aussi bien documentés que ceux de...
quelqu’un a-t-il déjà souligné que ORTIES est l’anagramme de SORTIE ?
réponse à . chirstian le 28/10/2006 à 21h03 : quelqu’un a-t-il déjà souligné que ORTIES est l&rsquo...
ORTIES est l’anagramme de SORTIE
Voilà, c’est fait ! Y’a qu’à demander !
réponse à . cotentine le 28/10/2006 à 20h58 : bien que mes commentaires ne soient pas aussi bien documentés que ceux de...
Comment fait-il à Portbail ? Te laisses pas dire, continue: y’en a des plus terribles, mais pas de plus gentils. Hein, Yannou ?
réponse à . file_au_logis le 28/10/2006 à 19h45 : tu as entièrement raison, et j’en suis très conscient &eacut...
"JE SUIS ACCRO D’EXPRESSIO": pris en fRaGlant délit de belgicisme ! On ne dit pas "je suis accro D’ expressio", mais bien: "je suis accro SUR expressio" ! Alleï, tu es pardonneï, sé-tu ! Quant on est verobligé de vivre loin de Bruxelles, hein, newô ?
T’as vu, God, j’ai contré le G*A*T !
P. .. de D.. je voulais dire le gNaRt, évidemment !
réponse à . mident le 28/10/2006 à 18h14 : " un juste milieu à trouver entre deux extrêmes " ... tout-à...
Ah mais ! Chère Mident, personne n’est OBLIGE de commenter ou de jouer au pif-paf sur ce forum ! Heureusement ! C’est ce qui fait notre plaisir à tous ! Il faut en profiter, s’en délecter, aux doses non prescrites par le médecin inexistant ! C’est là qu’est la joie ! (çèlakèlajoi ?) Allez, consulte, sois consultée, interviens quand ton bon plaisir te guide, et reste accro à expressio !
réponse à . <inconnu> le 29/10/2006 à 01h48 : Ah mais ! Chère Mident, personne n’est OBLIGE de commenter ou ...
OUÉ, mo, manneke, te faut savoir, hein, mainant!
Tu dis que je dis un bel jissisme (kèksèksa?) quand je m’expressionne "Je suis accro d’expressio", et que tu me dis que je me te le faut dire: "Je suis accro sur expressio, et pis que toi tu viens et tu dis "reste accro à expressio".
Hé, fieu, tu sais ce que tu veux, une fois?
réponse à . file_au_logis le 29/10/2006 à 15h41 : OUÉ, mo, manneke, te faut savoir, hein, mainant! Tu dis que je dis un bel...
OUE mo menneke, il faut dire :

Hé fieu, tu sais une fois ce que tu veux, dis ?
Tu m’en veux pas hein ?
personne ne s’est pas penché sur le type d’ortie, certaines sont plus urticantes que d’autres. cette page

@cotentine -9 : on peut être grand-mère très tôt, tout dépend de l’âge à laquelle, on a ses enfants. Etre grand-mère à 40 ans, est-ce donc faire partie du 4ème âge. 
Ce n’est pas le tendre Georges (l’autre) qui aurait poussé une mémé dans les orties. Souvenez-vous : entre mère-grand et magistrat, il n’hésitait pas et câlinait la centenaire !

Supposez que l’un de vous puisse être,
Comme le singe, obligé de
Violer un juge ou une ancêtre,
Lequel choisirait-il des deux ?
Qu’une alternative pareille,
Un de ces quatre jours, m’échoie,
C’est, j’en suis convaincu, la vieille
Qui sera l’objet de mon choix !
Gare au gorille !...


Quant aux orties, les voici (paroles et mélodie).

Sur ces entrefaites-là, trouvant dans les orties
Un soutane à ma taille, je m’en suis travesti
.
À ton tour Bouba ! car il reste des orties ! 
réponse à . momolala le 28/10/2006 à 07h46 : Y a pu de pauv’mémé mon cher God ! La suite de l’...
Y a pu de pauv’mémé mon cher God ! La suite de l’expression du jour est "parce qu’elle se laisse pas faire !" et je ne parle pas du coup de sac en retour.

Tu as bien raison chère Momo ! Car aujourd’hui, même les mémés aiment la castagne ! C’est Claude qui le dit ! 
Belgique : Faut pas pousser bobonne dans les orties !
Le produit urticant des orties comme des fourmis est l’acide formique qui, comme son nom l’indique, a été isolé en distillant des fourmis (fin du XVIIe s.).
Ceux qui cultivent des orties, ce sont des ortieculteurs.
Ceux qui cultivent des motos, ce sont des motoculteurs.
Ceux qui cultivent des pommes d’api, ce sont des apiculteurs.
réponse à . DiwanC le 04/09/2013 à 01h20 : Ce n’est pas le tendre Georges (l’autre) qui aurait poussé u...
Certes, certes, la pauvre vieille poussée dans les bois ( où il y a surement des orties ) par la nécessité de chercher du bois pour chauffer bonhomme
Mais elle a fait fissa car la présence de canis lupus a poussé mémé vers la sortie
(Tout ça après les explications de God, c’était vraiment pas son jour à la mémé)

Par contre aujourd’hui ceux qu’on ne poussera pas vers la sortie, ce sont les bras donneurs car y a collecte de sang au village......

Aujourd’hui on vampirise.......

Mais d’abord un ’tit caoua.........
réponse à . BOUBA le 04/09/2013 à 05h39 : Certes, certes, la pauvre vieille poussée dans les bois ( où il y ...
Ma parole, vous devez tous être exsangues dans votre patelin ! 
Aujourd’hui, c’est la Sainte-Rosalie. Si ça rime avec ortie, c’est une anomalie.
@ Mintake (et aux autres, y compris Bretelles Gueuse)

Belle Gique:
Faut pas pousser bobone dans les orties, surtout quand elle a pas de culotte.

J’ai vérifié: c’est une sans-culotte. Alors: À la lanterne!
réponse à . file_au_logis le 04/09/2013 à 07h47 : @ Mintake (et aux autres, y compris Bretelles Gueuse) Belle Gique: Faut pas pou...
@ Fi_lolo_gît : c’est pas bien d’estropied les pseudos de ses petits camarades ! 
Sur ce site, les jeux de mots sur les orties me fatiguent, car par ici lassent orties...
Lors d’un pique-nique familial, préparé par grand maman, celle-ci, voyant quelques orties à proximité du lieu choisi, lança:
- faites attention de ne pas pousser mes mets dans les orties...
Moi, mon petit nom de grand-père, c’est Papou.

L’autre soir, je regardais la télé avec mon petit-fils et ma belle-mère - elle, c’est Mémé.

A un moment, j’entends le bruit d’un avion passant à basse altitude. Je dis à mon petit-fils : tiens, un avion qui passe à basse altitude !

Il me répond, avec l’air de trouver que je lui raconte des carabistouilles : faux, Papou, c’est Mémé !

Mémé s’était endormie sur son fauteuil et ronflait, sans exagérer, comme un tuyau d’orgue.
Conseil de grand-père
Si votre grand’mère vous embête, vous n’avez qu’à la pousser dans les orties, car c’est en poussant memère qu’on reste pépère...
Mes deux grands-mères, méméres...mais elles ne m’aiment plus. 
- J’ai sauvé cette famille de la ruine, et ils ont été peu reconnaissants...
- ils ne t’ont pas donné un grand merci ?
- grand-mère si !
DEVINETTE
Pourquoi les boeufs sauvages, toujours prêts à tréssaillir, se cachent-ils dans les orties ?
réponse à . joseta le 04/09/2013 à 10h30 : DEVINETTE Pourquoi les boeufs sauvages, toujours prêts à tré...
Réponse
- parce que les ures tiquent assez.
Moi je dis qu’il faut pousser mémé dans les orties, c’est bon pour la santé, ça active la circulation sanguine surtout si mémé se gratte à la folie, bon aussi pour pépé Bouba et ses activités vampiresques, etc.etc. c’est une plante utile qu’il faudrait protéger ( pfff ) au lieu de l’arracher. La liste de ses propriétés est impressionnante.
signé : Tatie Danielle
Pfffff… Tout fout l’camp, mon pôv monsieur… Il n’y a plus de saisons… il n’y a plus d’enfants… il n’y a plus d’après à Saint-Germain-des-Prés… il y a de moins en moins d’orties dans les caniveaux de nos villes… Quant aux mémés, elles n’hésitent pas à faire le coup de sac !

Regardez cette page. Édifiant : les « jeunes » n’interviennent qu’après la mise à terre…
DEVINETTE
À quels membres de la famille vous fait penser un citron qui flotte sur la mer ?
- aux mémés, parce qu’on voit l’aigre en mer.
réponse à . BOUBA le 04/09/2013 à 05h39 : Certes, certes, la pauvre vieille poussée dans les bois ( où il y ...
Aujourd’hui on vampirise...
Après ta "récolte", relis Les Radis. Tu trouveras quelques orties dans le texte qu’apparemment Brassens ne mit pas en musique…
Alors les maraîchers semant des radis récoltèrent
Des melons, des choux fleurs, des artichauts, des pommes de terre
Et des orties,
Mais pas un seul radis.
DEVINETTE
Pourquoi les mémés ont du mal à se débarrasser des orties ?
- parce que les orties collent.
Une bouteille de ’Picon’ de 2 litres: l’amer grand.
réponse à . <inconnu> le 04/09/2013 à 05h47 : Ma parole, vous devez tous être exsangues dans votre patelin ! ...
Dans le patelin non, mais ça évite à pas mal d’opérés et d’accidentés de le devenir........
Aujourd’hui belle collecte.........90 poches récoltées.........

Merci les bras donneurs........
réponse à . DiwanC le 04/09/2013 à 12h10 : Aujourd’hui on vampirise...Après ta "récolte", relis Les Ra...
Encore un texte que je ne connais pas.....
...Bon, pas fini journée moi, maintenant faut que je fasse le tour du patelin pour retirer toutes les banderoles et affiches qui annonçaient la collecte......

faudra que je surveille les bas côtés de la route des fois que je vois mémé dans les orties.........
réponse à . saharaa le 04/09/2013 à 11h06 : Moi je dis qu’il faut pousser mémé dans les orties, c’...
Et les anciens faisaient de la soupe d’ortie.........hé voui.................
réponse à . BOUBA le 04/09/2013 à 14h55 : Et les anciens faisaient de la soupe d’ortie.........hé voui..........
Ah tu es de retour !
Donc personne n’a poussé pépé dans les orties...
S’agissant d’orties, God pourrait, peut-être, un jour, dans Son infinie Bonté, nous donner à mâcher l’expression "Jeter son froc aux orties", avec toutes ses variantes : jeter aux orties sa cornette, son burnous, sa soutane, son tablier, etc.

S’Il le faisait, nous pourrions peut-être apprendre que cette expression, attestée en français dès 1496 sous la plume d’Andrieu de la Vigne, signifiait à l’origine "renoncer à l’état monastique", le froc étant le vêtement qui couvre la tête et les épaules du moine (le français moderne n’en a conservé que l’adjectif "défroqué"), et non son pantalon comme on le désignera bien plus tard.

Diwan, vers 1h20 du matin (voir au 59 ci-dessus), ou Bouba vers 5h40, nous expliquerait sans doute que, si Brassens a trouvé une soutane dans les orties, c’est qu’elle y avait été jetée par un prêtre défroqué.

Au fil de la discussion passionnée et passionnante que cette expression ne manquerait pas de susciter, le débat sur son origine pourrait nous éclairer sur la raison pour laquelle c’est dans les orties qu’il ne faut pas pousser mémère - l’explication selon laquelle ce serait parce qu’elle n’a pas de culotte paraissant un peu courte, comme la culotte du même nom.

Nous pourrions peut-être évoquer ce passage de la Bible où le prophète Osée, à propos des punitions infligées par Dieu au peuple d’Israël infidèle, prophétise : "Leur argent, qu’ils aimaient avec tant de passion, demeurera caché sous les orties, et l’on verra croître les mauvaises herbes dans leurs maisons ..."

Nous pourrions peut-être même envisager l’idée selon laquelle les orties, étant des plantes très envahissantes (comme parfois les grand-mères), qui piquent (comme parfois les grand-mères), dont on n’arrive pas à se débarrasser (comme parfois les grand-mères), constituent une barrière particulièrement difficile à franchir. Et que donc les orties symbolisent l’irréversibilité de la démarche consistant à y jeter quelque chose, ou quelqu’un.

Mais tout cela ne pourrait arriver que si God, dans Son infinie Bonté, bien loin de jeter son froc aux orties, nous proposait un jour de nous ébattre autour de cette expression ...
réponse à . joseta le 04/09/2013 à 12h39 : Une bouteille de ’Picon’ de 2 litres: l’amer grand....
A la lecture de ce fait divers lamentable tu aurais pu t’exclamer l’amer p’tit con
A la lecture de ce fait divers lamentable

Les faits rapportés sont criants de vérité. God aurait-il puisé dans ses propres souvenirs ? Et on a évité le pire : que le p’tit con fasse subir à mémé les derniers outrages qui, vu l’âge que la description laisse supposer, auraient certainement été les derniers.
réponse à . saharaa le 04/09/2013 à 11h06 : Moi je dis qu’il faut pousser mémé dans les orties, c’...
En effet, ma grand-mère, que j’ai connue jusqu’à l’âge de vingt ans et qui n’était pas née de la dernière pluie (1890) avait l’habitude de "s’ortriller", comme elle le disait.
Elle se frottait tout le corps pour activer la circulation. (en plus, elle faisait du vélo... si vous voulez savoir)
Ca aussi, c’est bon pour la circulation, surtout en ville...
réponse à . DiwanC le 04/09/2013 à 11h06 : Pfffff… Tout fout l’camp, mon pôv monsieur… Il n’y a plus ...
Comme quoi, la Nature a décidé de laisser les mamies faire...
Puisque la mémé a déposé sa culotte en pilou-pilou, c’est le moment de proposer ce rébus:
cette page
réponse à . ergosum le 04/09/2013 à 16h55 : Puisque la mémé a déposé sa culotte en pilou-pilou, ...
Je crois avoir trouvé, mais je ne comprends pas pourquoi l’espèce d’obélisque correspond à amer.
Variantes:
Faut pas pousser mémé dans les orties avant de l’avoir tuée
"------------------------------------------", elle revient au galop
Qui veut pousser mémé l’accuse de la rage
réponse à . deLassus le 04/09/2013 à 17h19 : Je crois avoir trouvé, mais je ne comprends pas pourquoi l’esp&egra...
C’est effectivement un amer (breton), tel celui de Plobannalec-Lesconil (voir à cette page ) ou celui de Locmaria-Plouzane ( voir à cette page )

D’où la traduction:
Houx Squelette Amer
H I dans un coin
10 i caisse de oêches
réponse à . ergosum le 04/09/2013 à 18h24 : C’est effectivement un amer (breton), tel celui de Plobannalec-Lesconil (v...
Houx, squelette amer !
C’est beau comme du Baudelaire !

Le vin sait revêtir le plus sordide bouge
D’un luxe miraculeux,
Et fait surgir plus d’un portique fabuleux
Dans l’or de sa vapeur rouge,
Comme un soleil couchant dans un ciel nébuleux.

L’opium agrandit ce qui n’a pas de bornes,
Allonge l’illimité,
Approfondit le temps, creuse la volupté,
Et de plaisirs noirs et mornes
Remplit l’âme au-delà de sa capacité.

Tout cela ne vaut pas le poison qui découle
De tes yeux, de tes yeux verts,
Lacs où mon âme tremble et se voit à l’envers...
Mes songes viennent en foule
Pour se désaltérer à ces gouffres amers.
[...]


(Le poison)
réponse à . Enkidou le 04/09/2013 à 15h41 : S’agissant d’orties, God pourrait, peut-être, un jour, dans So...
Soutane…
En des temps très anciens, lorsqu’il n’était encore porté que par les laïques, ce vêtement était composé de deux parties : la soue (long pantalon froncé aux chevilles) et le tane, sorte de robe qui descendait jusqu’aux pieds, taillé dans des velours épais rehaussés de broderies.

Au fil des modes - plus ou moins imposées par Ermeline de la Channelle Montaigne et par Blanche Saint-Laurent-Florentin - soues et tanes furent délaissés et le plus souvent jetés dans des auges aujourd’hui appelées poubelles.

Bien souvent, quelques saute-ruisseaux ou quelques moinillons - serviteurs d’un bas clergé sur lequel sautait joyeusement la vérole - s’en emparaient et, lorsque l’habit n’était plus qu’usure, s’en débarrassaient… à la grande joie de pauvresses, âgées, édentées, patoisantes qui ne tardèrent pas à ne faire qu’un seul mot (soutane) de ces lambeaux de tissu qui ne répondaient plus à la définition de « vêtement ».*

Las ! Les corps ne connaissaient guère l’usage du bain et les loques, qu’on n’avait jamais portées au pressing, puaient plus qu’il n’est supportable. Et il n’était pas rare de voir de riches bourgeois, incommodés par les effluves, pousser sur le bas-côté de leur route ces pauvresses mendigotant, les envoyant rouler cul par-dessus tête dans les orties…

De "soutane", "mémé", "ortie" naquirent deux expressions dont God s’empara…

Si tu vois une autre explication…

* ouf ! savais plus comment me sortir de cette phrase !
Qui poussait ? Installé sur son pot, le petit poussait

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faut pas pousser mémé (mémère, grand-mère...) dans les orties ! » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?