Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

La quille

La fin du service militaire (pour un appelé).
La libération (pour un prisonnier).

Origine

Maintenant que le service militaire obligatoire n'existe plus, les jeunes Français ne peuvent plus connaître la joie des travaux de nettoyage des toilettes, de balayage des couloirs ou de peinture des bordures de trottoirs.
Ils ne peuvent pas non plus goûter aux activités viriles comme le parcours du combattant ou la course sur vingt kilomètres en treillis et rangers en portant un sac à dos plein de pierres.
Enfin, ils ne peuvent plus apprécier les manifestations de franche et juvénile camaraderie comme le lit en portefeuille ou le seau d'eau pris en pleine poire pendant le sommeil, par exemple.
Du coup, il ne savent pas non plus ce qu'est le plaisir de décompter laborieusement les jours qui restent avant la fin du service, cette fameuse 'quille' que tout appelé normalement constitué fête avec un immense bonheur.
Mais pourquoi appelle-t-on 'quille' ce retour tant attendu à la vie civile ?
Eh bien, au risque d'en décevoir quelques-uns, je dois avouer qu'on ne le sait pas.
On dispose bien de quelques hypothèses, émises par d'éminents lexicographes ou d'anonymes individus, dont certaines un peu loufoques, mais il n'y a aucune certitude.
Je vais donc vous proposer deux explications parmi les plus plausibles.
Autrefois, lorsqu'on était prisonnier (parce que pour ces gens-là aussi, la libération c'est la quille) ou bidasse, le décompte des jours restant se faisait à l'aide de bâtons tracés sur des support divers.
Il est alors aisé d'imaginer comparer ces bâtons, droits comme des I et placés côte à côte, à des quilles qui sont éliminées une par une, jusqu'à ce que la dernière, LA quille subisse enfin le même sort.
Voilà pour la première hypothèse.
À l'époque où cette locution est apparue, en 1936, il était courant pour la hiérarchie militaire, paraît-il, de tenter de limiter les ardeurs sexuelles des jeunes et bouillants appelés en mêlant à leur alimentation du bromure de potassium, produit anaphrodisiaque par excellence.
La fin du service militaire était donc, pour les militaires libérés, la promesse du retour d'une véritable et belle érection, une grosse 'quille', pour les plus modestes[1].
L'expression 'la quille bordel !', maintes fois proférée, pourrait d'ailleurs être une confirmation de cette hypothèse, cette virilité retrouvée permettant effectivement d'aller fréquenter avec efficacité un tel lieu de débauche.
On peut encore ajouter trois pistes parmi les moins capillotractées :
Vers 1900, le verbe 'quiller' signifiait 'abandonner', 'quitter' ou 'partir'. 'Quille' pourrait donc être un subtantif tiré de ce verbe pour désigner le départ.
Il pourrait aussi y avoir un lien avec l'argotique 'quille' qui désigne aussi une bouteille ("une quille de roteux"), le genre de récipient que le libéré va enfin s'empresser de vider avec joie une fois son paquetage rendu.
Enfin, au milieu du XIXe siècle, "jouer des quilles" c'était "s'enfuir", les 'quilles' désignant les jambes. Alors y aurait-il un lien avec ces quilles que l'appelé s'empresse d'utiliser pour fuir son lieu de casernement ?
[1] Et même si l'usage du bromure n'est qu'une légende -il paraît qu'une intense activité physique, comme celle qu'on pouvait pratiquer au début de son service militaire, suffit à provoquer une baisse importante des besoins sexuels- le manque de ce type d'activité en milieu militaire et l'idée de pouvoir pratiquer librement à la libération pouvait suffire à associer cette dernière à une 'quille' pouvant s'exprimer pleinement.

Compléments

Une légende très répandue dit que "La Quille" était le nom d'un bateau qui ramenait les bagnards libérés de Cayenne ou des forçats d'un éventuel autre endroit, ce qui pouvait suffire à expliquer l'origine réelle de cette fameuse 'quille'.
Mais, interrogé et après des recherches, le Musée de la Marine à Paris a indiqué n'avoir aucune trace d'un bateau ayant ce nom et ayant servi à ce type de transport.

Exemple

« Un troufion qui arrosait la quille
Vient lui faire un compliment grotesque
Genre vous êtes belle comme que'que chose qui brille
Elle en tombe amoureuse aussi sec
Elle est quand même déçue d'être triste
D' pas tomber sur un parachutiste. »
Renaud [Séchan] - Le retour de la Pépette

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « La quille » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Parole Heimat ! Mot d'ordre : le pays (natal) !
Angleterre Anglais Demob Démobilisation
Angleterre Anglais To be discharged Être déchargé (de service militaire)
États-Unis Anglais Going back to the world Retourner au monde
États-Unis Anglais Separation / ETS (estimated time of separation) Séparation (du service militaire) / DES (date estimée de séparation) (jargon militaire)
Espagne Espagnol ¡¡¡ Lili !!! C'est la quille !!!
Espagne Espagnol La Blanca La Blanche (par la couleur du livret militaire)
Espagne Espagnol La licencia La quille
Italie Italien Il congedo La libération
Pays-Bas Néerlandais "Hier ouwe stomp [Jansen] - nog [91] poepie days !" "Ici le vieux abruti [Dupont] - encore [91] days de merde !" (Décompte à haute voix des jours qui restent avant la fin du service)
Pays-Bas Néerlandais Afzwaaien Être démobilisé
Pays-Bas Néerlandais De ouwe hap La vieille bouchée (le nom pour ceux -les appelés- à la fin du service militaire
Pays-Bas Néerlandais Met groot verlof gaan Être démobilisé (de service militaire)
Pays-Bas Néerlandais Uit de lik (argot) komen Sortir du prison
Brésil Portugais Ter baixa Avoir congé
Russie Russe Демобилизация Démobilisation
Ajouter une traduction

Déformée

  • La coque-quille (pour un marin) !

Commentaires sur l'expression « La quille » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 22/08/2007 à 01:06*
    Quille: Terme péjoratif et populaire pour désigner une fille. (wikisource et souvenirs personnels).
    En effet, pour un bidasse contraint la plupart du temps au célibat forçé (à part aller voir la gueuze au bordel), avoir la quille signifiait retrouver le droit de pouvoir de nouveau aller conter fleurette aux(quilles) filles du pays ou de retrouver sa promise. Le terme "quille" est surtout utilisé par les adolescents, pour marquer la supériorité du sexe masculin, démontrant ainsi un certain mépris pour le sexe faible. 😮 😉 😛
    ( dans la guerre des boutons, on voit souvent les gamins parler des quilles sur un ton péjoratif ) 🙂
  • #2
    • <inconnu>
    • 22/08/2007 à 03:29
    • En réponse à <inconnu> #1 le 22/08/2007 à 01:06* :
    • « Quille: Terme péjoratif et populaire pour désigner une fille. (wikisource et souvenirs personnels).
      En effet, pour un bidasse contraint la p... »
    La grande quille de mon école avait les yeux de tous les petits plaisantins rivés à ses gambettes, mais elles les recevaient comme des chiens dans un jeu de quilles et les enjoignaient de trousser leurs quilles (prendre leurs jambes à leur cou) hors de sa vue. Elle n’hésitait jamais à flanquer une bonne rouste au dernier à partir. À celui-là qui s’était cru plus malin que les autres, il fallait du temps pour se r’quiller, car elle avait une main de fer, la fille de l’ardoisier !
    La quille, les ardoisiers connaissent bien ce grand coin de fer. Et grâce à leur travail, il n’y a pas qu’à Hargnies que les toits sont gris.
  • #3
    • OSCARELLI
    • 22/08/2007 à 07:36*
    Aahhhhhhh, la quille! Que de bons souvenirs... 🙂
    Noé disait pareil, voguant avec l’Arche sur les eaux du Déluge...
    Toujours baissé, les bras en avant, à assembler tenons et mortaises, il se faisait carresser la peau des fesses par tout qui passait par là...
    Après, quand il en arriva à la construction du pont, puis des cabines, et enfin des superstructures, cela n’arriva malheureusement plus.
    Il essaya bien sûr de raviver*) certains souvenirs, et inventa dès lors la bite d’amarrage, mais là, il se mêla un peu les pinceaux dans le choix des unités de mesure:
    voulant le senti mettre, il choisit le pouce. Quel pied il prit, alors, la première fois!
    *) Vous avez vu, hein: il y a "vi" là-dedans, et je ne l’ai pas fait exprès... euh!?
    Et voilà, mon petit Godemichou adoré, l’origine véridique de l’expression du jour.
    Aurais-tu été voir dans le livre de TON histoire, je veux dire la Bible, tu aurais pu trouver toutes ces informations. Mais voilà, c’est ce que l’on a sous les yeux en Père Manence que l’on ne reconnaît plus!
    Heureusement qu’il y a l’Austro God!
    Et vive la trirème du jour!
  • #4
    • <inconnu>
    • 22/08/2007 à 07:48
    J’avais entendu dire que LA QUILLE était le nom du bateau qui "rapatriait" les bagnards quand ils avaient terminé leur peine, et que les autorités militaires voyaient d’un mauvais oeil l’assimilation entre le service militaire et les travaux forcés...
    Il faudrait que je vérifie.
  • #5
    • OSCARELLI
    • 22/08/2007 à 07:50*
    MESSAGE DE L’AUSTRO GOD:
    prochaine convention de expressio_une-fois.be
    à Bruxelles, seule et unique capitale d’Expressio, mondiale, universelle, unique et éternelle, soit le mardi 10 soit le mercredi 11 Octobre,- ou dans ces eaux-là - .
    Je laisse le soin à Houbba-Hobbes, Rikske, Mirlou, Jonalayette, Framboise, Louisann, sans oublier Mident et tou(te)s les autres de choisir la date
    Suggestion pour le Thème du Jour:
    "Les pieds dans le ruisseau et la tête dans le fion!"
    En prose ou en vers, tous vos délires seront acceptés.
    Cette Convention, que le monde entier nous envie et que certains essaient de copier, est bien entendu ouverte à tout le monde, que vous soyez de l’Aisne, du Bas-Rhin ou de l’Ile de Sein, que vous soyer de Bruxelles, de Sart, de Lessines (voire de Messine), que vous soyez de Rouge et de Lille, des bords du Tage ou de Quart Tage, ... tout le monde SE DOIT de venir.
    et comme on dit ici, à Vienne (Autriche): "Keiner da" n’est pas une excuse pour ne pas venir. (à prononcer à la "viennoise": Kaana da!)
    Et il serait temps pour notre petit Godemichou adoré d’y faire une apparition...
    Bienvenue!
  • #6
    • momolala
    • 22/08/2007 à 07:51
    Alors là, j’en suis sûre, l’expression vient de la marine ! Quand après avoir fait campagne de pêche à Terreneuve ou de guerre au nom du roi, le navire revenait à son port d’attache, il fallait le caréner, et donc nettoyer sa quille. Et ce n’est qu’une fois la quille nettoyée que le brave marin rentrait retrouver sa vertueuse épouse et ses enfants. Donc, forcément, quand il arrivait à l’étape du nettoyage de ladite, le marin s’exclamait avec un immense soupir de soulagement (qui pouvait être concomitant avec la belle érection citée par God) : "Ah, la quille !"
    Et voili, voilou... Bonjour de ce beau jour !
  • #7
    • OSCARELLI
    • 22/08/2007 à 07:54
    • En réponse à <inconnu> #4 le 22/08/2007 à 07:48 :
    • « J’avais entendu dire que LA QUILLE était le nom du bateau qui "rapatriait" les bagnards quand ils avaient terminé leur peine, et que les aut... »
    Ben, oui, ce qui confirme l’histoire de Noé....
    Les bagnards en voulaient aussi... du pouce, de la bite d’amarrage et du senti mettre
  • #8
    • <inconnu>
    • 22/08/2007 à 07:55
    Google (la quille bagnards) propose toutes sortes d’interprétation de cette expression. Elles ont souvent rapport avec les bateaux. Mais rien ne semble certain.
  • #9
    • <inconnu>
    • 22/08/2007 à 08:34*
    Oui, moi aussi, j’ai entendu parler d’un bateau, qui ramenait les bagnards ayant fini leur peine.
  • #10
    • <inconnu>
    • 22/08/2007 à 08:46
    Trouvé sur un site du net:
    La Quille était , à la fin du XIX ème siècle, le bateau ramenant en France métropolitaine les forçats libérés du bagne de Cayenne. Embarquer sur la "Quille" signifiait alors la liberté !
    Dès le début du XXème siècle, la tradition de la quille symbole de libération atteint le monde militaire ; le terme se concrétise par une quille en bois de taille variée.
    Le jeu de quilles est alors à la mode chez les enfants et dans les campagnes françaises.
    La quille plus ou moins décorée, souvent aux couleurs du régiment, avec le nom du titulaire, la classe d’incorporation, le numéro de la dernière unité, les étapes du service militaire.
    Wikipedia confirme sans détailler.
  • #11
    • God
    • 22/08/2007 à 08:50*
    • En réponse à <inconnu> #10 le 22/08/2007 à 08:46 :
    • « Trouvé sur un site du net:
      La Quille était , à la fin du XIX ème siècle, le bateau ramenant en France métropolitaine les forçats libérés du... »
    Et puis dans le forum Thalassa du site FR3, on trouve cette question posée fin juin :
    « J’ai souvent entendu dire que l’expression " attendre la quille" venait du bagne, "la Quille " aurait été un bateau que les forçats ayant terminé leur peine auraient attendu pour regagner la métropole.

    Je sais que cette explication est très courante. Oui mais... malgré de multiples recherches je n’ai trouvé AUCUN bateau ayant porté ce nom à l’époque du bagne.

    Donc voici ma question : Avez-vous connaissance de l’existence d’un bateau "la Quille" ayant servit au rapatriement des bagnards en fin de peine ? Existe-t-il une trace quelconque dans un document ? »
    Aucune réponse n’a été apportée.
    En tous cas, cette hypothèse n’est évoquée par aucune de mes sources à peu près sérieuses.
  • #12
    • sylphide
    • 22/08/2007 à 08:58
    Bonjour, bonjour!!!!
    Bien , aprés le cul d’hier, le fion pour le 10 ou le 11 octobre, maintenant la quille...et "en bois de taille variée" - n’est ce pas hirmente ?
    Je vous embrasse tous et toutes, sur les deux fesses pour rester dans le ton, j’ai une voiture à démarrer et sous la pluie, pour changer!!!!et si je peux livrer ce jour, avec vous ce soir pour un petit coucou d’une Quille à la vanille!
  • #13
    • <inconnu>
    • 22/08/2007 à 08:59*
    Personne n’a évoqué l’expression associée à la quille : " combien au jus ? "
    Citation :
    « Au jus : l’expression marque le décompte opéré au petit matin, à l’heure du café, ou de ce qui en tient lieu (le jus) à propos du nombre de jours qu’il reste "à tirer" sous l’uniforme. »
    source : http://michel1948pierre27.blogspot.com/2006/03/coutumes-la-quille-b.html
    On compte fièrement : "ZERO AU JUS" le matin de la Quille.
    J’ai connu ce bonheur à Alger le 12 novembre 1962 !!
    Bises à tous.
  • #14
    • sylphide
    • 22/08/2007 à 09:07
    " Ô que ma quille éclate! Ô que j’aille à la mer" Arthur RIMBAUD - le bateau ivre.
  • #15
    • chirstian
    • 22/08/2007 à 09:12
    • En réponse à God #11 le 22/08/2007 à 08:50* :
    • « Et puis dans le forum Thalassa du site FR3, on trouve cette question posée fin juin :
      « J’ai souvent entendu dire que l’expression " attendr... »
    je confirme cette histoire de bateau , mais était-elle antérieure ou postérieure à l’expression , voilà la question !
    Le TLFI cite : "Prendre son sac et ses quilles". Se sauver, partir promptement, très vite.(1830) et "jouer des quilles " = s’enfuir (Intérieur prisons, p. 243 :1846) qui pourraient remonter au " trousser ses quilles" = partir (Charles d’Orléans, Poésies, éd. P. Champion, t. 2, p. 334 milieu du XV);
    Naturellement, le seul dictionnaire compétent en la matière c’est le Quillet !
    God, je n’ai jamais été en prison, mais je n’avais pas l’impression que les prisonniers éliminaient les bâtons un à un, ce qui aurait pu évoquer le jeu de quilles : me semble plutôt que chaque jour ils en tracent un nouveau -puis barrent la semaine pour mieux compter.
  • #16
    • momolala
    • 22/08/2007 à 09:25
    Je serais tout de même étonnée qu’un bateau ait pu s’appeler "La Quille" : pourquoi pas "Le mât", "La proue" ? Bon, mais comme j’ai rencontré "Zézette" dans un port, ma foi ...
  • #17
    • Mouche
    • 22/08/2007 à 09:55
    Autre explication, enfin disons autre ’anecdote’ autour de cette fameuse quille. Je suis jeune mais il faut croire pas encore assez pour que mon père n’ait pas eu l’occasion de faire son service militaire. Je ne sais plus exactement en quelle année il l’a fait (il est né en 57), mais il m’a raconté l’autre jour que quand un gars quittait le ’régiment’, à la fin de son service, les autres organisaient une petite ’fête’(1) pour ce départ et qu’à l’occasion de cette fête, ils offrairent à l’heureux partant un espèce de totem pr marquer le coup, un totem qui était en forme de quille.
    Est ce que cette coutume (je ne sais pas de quand elle date) a donné lieu à l’expression ou l’inverse? Aucune idée, mais c’est une piste...
  • #18
    • Mouche
    • 22/08/2007 à 09:57
    (j’ai oublié de rajouter la note:
    (1): je suppose que dans les dernières années d’existence de notre service miltaire français (cocorico), les chefs étaient moins strictes qu’en 1900...
  • #19
    • OSCARELLI
    • 22/08/2007 à 09:57
    • En réponse à <inconnu> #9 le 22/08/2007 à 08:34* :
    • « Oui, moi aussi, j’ai entendu parler d’un bateau, qui ramenait les bagnards ayant fini leur peine. »
    Bonjour, hirmente!
    Avec la quille du jour, y r’mente pas ben haut, aujourd’hui, le soleil, chez vous, semble-til. Eh bé, ici non plus, pour l’instant.
    MMMMAAAAIIIIISSSSS, on nous annonce plein soleil pour c’`t’aprem, avé 29°C à l’ombre (et à Vienne), et jusqu’à 32°C demain, hé, hé...
    Qui va venir me tiendre la main sous les palétuviers, hein?
  • #20
    • OSCARELLI
    • 22/08/2007 à 10:00
    • En réponse à Mouche #17 le 22/08/2007 à 09:55 :
    • « Autre explication, enfin disons autre ’anecdote’ autour de cette fameuse quille. Je suis jeune mais il faut croire pas encore assez pour que... »
    Aaaaah,ben, encore un(e) ’tit’ nouveau/nouvelle...
    Et JEUNE de surcroît!
    Bien le bonjour.
    A vous deux, hirmente et Mouche: faites votre trou dans nos eaux troubles, revenez souvent et surtout, laissez-nous, les timides, nous habituer à vous. Cela demande du temps, de la patience, beaucoup d’humour,... et un peu d’amour...
    Ni Momo ni Cotcot ne me contrediront, là, spa...