Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Sentir le fagot

1. Être mécréant, avoir des idées trop libres en matière de religion (donc être promis au bûcher)
2. Plus généralement, s'applique à toute personne, opinion ou oeuvre générant un scandale ou inspirant de la méfiance, car susceptible d'être condamnable

Origine

Lorsqu'on s'attelle au barbecue destiné à nourrir la palanquée d'invités de la fête jardinière (garden party, en anglais), on sent rapidement le charbon de bois puis, peu après, la chipolata ou la merguez, voire les deux.
À une lointaine époque, au lieu des saucisses, c'étaient des hommes et même des femmes que l'on brûlait. C'est pourquoi le Cauchon qui fit une flambée de Jeanne d'Arc devait probablement sentir la pucelle grillée.
Pourquoi les brûlait-on, me direz-vous ? Eh bien en l'absence de guillotine ou de chaise électrique, il fallait bien trouver un moyen, extrêmement douloureux si possible, de trucider celui qui était condamné à mort[1]. Or, si aujourd'hui, dans certaines contrées modernistes, le moyen de se débarrasser de femmes adultères, donc méritant la mort, peut être la lapidation, autrefois la justice, plus ou moins juste, pouvait envoyer sur le bûcher les sorcières, les hérétiques et autres personnes auxquelles, à tort ou à raison, on faisait de si gros reproches qu'on considérait devoir les éliminer de la planète.
Et ces grands feux de joie étaient constitués de bûches entourées de fagots de petit bois savamment entassés de manière à démarrer le feu et le propager aux bûches placées autour du poteau où, attaché, le condamné devait vivre ses derniers instants, victime d'un gros coup de chaleur.
De ce fait, les personnes ainsi traitées, peu avant de passer de vie à trépas, sentaient inévitablement le fagot brûlé, sans passer par la case chipolata.
C'est de cette joyeuse pratique, très appliquée aux hérétiques, que notre métaphore est née au XVIe siècle, d'abord utilisée pour les personnes considérées comme mécréantes (et Dieu sait si, au cours de guerres de religions, les uns sont les mécréants des autres, et inversement, ce qui donne de la matière à carboniser !) avant de s'étendre à tout ce qui est considéré comme subversif ou pouvant conduire devant la justice.
[1] Mais notez bien que la cruauté n'était la seule raison d'utiliser le bûcher pour éliminer les sorcières et autres hérétiques. En effet, à cette époque, la raison la plus importante venait du fait que les gens étaient persuadés qu'en les brûlant, leur résurrection serait impossible, l'âme étant autant carbonisée que le corps (ce qui explique d'ailleurs aussi que, jusqu'en 1963, l'Église refusait catégoriquement la crémation qui n'est plus maintenant que tolérée, sous certaines conditions).

Exemple

« Près de lui, vous voyez son fils, cette tête de songe-creux : il le destinait aussi aux arts, à quelque commandement supérieur des violes et des trombones ; mais le jeune homme a mal tourné. Il a professé à Padoue des principes d'une philosophie qui sent le fagot, dit-on, et ses nombreuses découvertes dans des sciences dangereuses pourront bien finir par le brouiller tout-à-fait avec l'Eglise. »
Xavier Boniface, dit Saintine - Le mutilé - 1832
« Pourfendeur des sciences et des arts, fossoyeur de la propriété privée, contempteur de la monarchie, ce bonhomme [Jean-Jacques Rousseau], qui égratigne au passage les médecins, les femmes, les gens de lettres et les Anglais, sent le fagot. »
Olivier Le Naire - L'Express - Article du 11 août 1994

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Sentir le fagot » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Angleterre Anglais It smacks of heresy Ça sent l'hérésie
États-Unis Anglais The heart of the matter Le coeur de l'affaire
États-Unis Anglais To smack of heresy Avoir le goût (apparaître comme) de l'hérésie
Espagne Espagnol Oler a azufre Sentir le soufre
Espagne Espagnol Oler a chamusquina Sentir le roussi (= Sentir le fagot)
Pays-Bas Néerlandais Nattigheid voelen Sentir le mouillé (au lieu du brulé, la noyade)
Roumanie Roumain Miroase a scandal Ça sent le scandale
Russie Russe пахнет жареным Ça sent brulé
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Sentir le fagot » Commentaires

  • #1
    • DiwanC
    • 21/09/2010 à 01:43
    Grand moment la présentation de cette expression , votre Divinité ! Un vrai régal !
  • #2
    • DiwanC
    • 21/09/2010 à 01:43*
    Dieu est servi ! s’écria l’évêque Cauchon en craquant l’allumette du grilloir*
    *Oui, je sais, l’allumette moderne n’apparaît qu’en 1805… et c’est pas vraiment Cauchon qu’a fait le service… Un petit sourire malgré tout ?...
  • #3
    • OSCARELLI
    • 21/09/2010 à 06:49
    • En réponse à DiwanC #2 le 21/09/2010 à 01:43* :
    • « Dieu est servi ! s’écria l’évêque Cauchon en craquant l’allumette du grilloir*
      *Oui, je sais, l’allumette moderne n’apparaît qu’en 1805… et... »
    Un petit sourire malgré tout ?

    Oui, ma soeur. Bonjour ma soeur. Vous dites? Comment?
    Dominique, nique, nique, ...
    Ah, bon!
  • #4
    • OSCARELLI
    • 21/09/2010 à 06:52
    C’est pourquoi le Cauchon qui fit une flambée de Jeanne d’Arc devait probablement sentir la pucelle grillée.

    Une jeune Lorraine à l’oreille fine brûlait du désir de sauver la France. Son désir se réalisa, elle brûla!
    (Les Frères Ennemis - Histoire de France)
  • #5
    • OSCARELLI
    • 21/09/2010 à 06:54
    Ne pas confondre:
    sentir le fagot
    et
    sentir l’oeuf pourri
  • #6
    • deLassus
    • 21/09/2010 à 06:56
    A tout prendre, moi qui souvent me sens concerné par les deux expressions*, je préfère encore sentir le fagot que sentir le sapin.
    Voir cette page
    • Je mes sens concerné par TOUTES les expressions choisies par God. Mais c’est vrai que certaines me font davantage** cogiter que d’autres.
      • Davantage ne me convient pas tellement... disons différemment.
    Bon, d’accord, je m’exprime un peu mal ce matin. Vite, un caoua !
    Eksasot ! , m’intimé-je
  • #7
    • OSCARELLI
    • 21/09/2010 à 07:01*
    Au début, avec du petit bois, on peut sentir le fagot. Ensuite, la forêt se développe, les arbres poussent, et on finit par sentir le sapin...
    Quoi qu’il en soit, il faut faire le bon choix: si vous voulez vous faire incinérer, ce sera votre dernière cuite, tandis que si vous décidez d’être enterré, vous aurez souvent l’occasion d’avoir un petit ver dans le nez!
    Allez, à votre santé!
    deLassus, tu m’as copié! Mais t’as été plus rapide!
  • #8
    • <inconnu>
    • 21/09/2010 à 07:06
    Cauchon avait convoqué les enfants de choeur. Cela fit jaser : le peuple murmurait :
    Voyez le cauchon et ses lardons...
  • #9
    • OSCARELLI
    • 21/09/2010 à 07:44
    • En réponse à <inconnu> #8 le 21/09/2010 à 07:06 :
    • « Cauchon avait convoqué les enfants de choeur. Cela fit jaser : le peuple murmurait :
      Voyez le cauchon et ses lardons... »
    Ne serait-ce pas un thème d’actualité, là?
  • #10
    • momolala
    • 21/09/2010 à 07:45
    Derrière le drapeau noir, sentir la FA*, go !
    *cette page
    Non, non pas hors sujet : n’est-ce pas le choix des anarchistes que de sentir le fagot ?
  • #11
    • OSCARELLI
    • 21/09/2010 à 07:46
    À l’armée, on dirait plutôt
    sentir les fayots
    Tandis que si tu veux te faire bien voir de ton chef, il vaut mieux
    sentir le fayot
  • #12
    • syanne
    • 21/09/2010 à 08:13
    Jean-François de la Barre et le dictionnaire philosophique en un seul paquet-fagot !
    cette page
    A tous, belle journée ! Je m’en vais travailler...
  • #13
    • Bouba
    • 21/09/2010 à 08:13*
    Le goût de Tonton Georges pour ces expressions moyen-ageuses se retrouve dans cette page
  • #14
    • DiwanC
    • 21/09/2010 à 08:20
    Et quand on commence à sentir le fagot, on n’est pas loin de sentir le roussi...
  • #15
    • DiwanC
    • 21/09/2010 à 08:32*
    • En réponse à OSCARELLI #3 le 21/09/2010 à 06:49 :
    • « Un petit sourire malgré tout ?
      Oui, ma soeur. Bonjour ma soeur. Vous dites? Comment?
      Dominique, nique, nique, ...
      Ah, bon! »
    Bonjour M’sieur Filo ! T’as des acouphènes ? 😄
  • #16
    • mitzi50
    • 21/09/2010 à 08:47*
    Ca me rappelle l’" Oeuvre au noir" de Marguerite Yourcenar. Zénon, coupable d’ avoir aidé des personnes considérées comme criminelles, a de plus discuté certains dogmes de l’ église et est donc condamné au bûcher. Le chanoine qui l’ assiste, le dernier soir, lui assure qu’ il ne souffrira pas, des dispositions ayant été prises pour cela (en clair : il sera étranglé avant quer le bûcher soit allumé). Mais il se suicidera dans sa prison... Donc, pourquoi certains condamnés n’ auraient-ils pas été aidés de la sorte, ce qui... sentait le bûcher pour ceux qui les avaient "aidés"...
    O moeurs raffinées de l’ époque... Il est clair que je suis contre la peine de mort, mais pourchasser des illuminés au cerveau lavé qui croient qu’ il est bon d’ appliquer des méthodes du haut Moyen-Age sans se poser de question sur ce que fit, par exemple l’ Inquisition, a quelque chose d’ anormal.
    P.S. Excusez les fautes de frappe... Je viens de casser mes lunettes, et des verres solaires, c’ est pas ce qu’ il y a de mieux... Je vais de ce pas chez l’ op -Ti-chien.....
    P.S. n° 2 : Marguerite Yourcenar (de Crayencour de son vrai nom) est née à Bruxelles mais fut la première femmeà entrer à l’ Académie Française. Donc cela vient renforcer les liens entre la France et la Belle Gique !
  • #17
    • mitzi50
    • 21/09/2010 à 08:48*
    • En réponse à DiwanC #15 le 21/09/2010 à 08:32* :
    • « Bonjour M’sieur Filo ! T’as des acouphènes ? 😄 »
    Non, il bégaie.....
  • #18
    • DiwanC
    • 21/09/2010 à 08:49*
    • En réponse à Bouba #13 le 21/09/2010 à 08:13* :
    • « Le goût de Tonton Georges pour ces expressions moyen-ageuses se retrouve dans cette page »
    Pour retrouver Georges...
    Malgré la bise qui mord
    La pauvre vieille de somme
    Va ramasser du bois mort
    Pour chauffer Bonhomme
  • #19
    • cotentine
    • 21/09/2010 à 08:58*
    Le sati, la crémation publique d’une veuve sur le bûcher funéraire de son mari, est interdit en Inde depuis 170 ans pourtant, ce rite perdure de temps à autre ! mais écologie oblige, maintenant, avec le déboisement et le (peut-être) réchauffement de la planète, ça ne sent plus le fagot, mais ... le pain ... de bouse !
  • #20
    • DiwanC
    • 21/09/2010 à 09:03*
    • En réponse à syanne #12 le 21/09/2010 à 08:13 :
    • « Jean-François de la Barre et le dictionnaire philosophique en un seul paquet-fagot !
      cette page
      A tous, belle journée ! Je m’en vais travail... »
    Avec l’expression du jour, difficile de ne pas évoquer le bon fagotier qui fait des fagots !