Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Un chevalier d'industrie

Un affairiste, un escroc
Un individu qui vit d'expédients

Origine

Avec le sens moderne qu'on connaît aux mots de cette locution datant du XVIIe siècle et quelque peu tombée en désuétude, on est en droit de se demander comment elle peut avoir la signification indiquée.
C'est pourquoi nous allons devoir passer par un peu d'étymologie afin d'expliquer cette apparente bizarrerie.
Passons vite sur le chevalier qui est normalement quelqu'un supposé avoir une certaine noblesse et de l'entregent. Or si le « chevalier d'industrie » a bien le second, il est loin d'avoir la première, d'où l'emploi ironique.
Le chevalier, c'était aussi le héros de roman, et en particulier celui des romans picaresques espagnols d'où nous vient l'ancienne forme « chevalier de l'industrie » et où le personnage principal essaye en général de s'insérer dans une société où il n'a normalement pas sa place et au sein de laquelle il n'hésite pas à employer des moyens comme la ruse ou le vol pour subsister et vivre aux dépens de ceux qui ont la naïveté de le croire.
Mais le plus intéressant se rapporte à l' « industrie ».
En effet, lorsqu'on utilise ce mot, aujourd'hui, on pense à ces usines qui produisent en quantité des objets divers qui vont du décapsuleur à la voiture en passant par le presse-purée et le string. Mais c'est en oublier l'origine.
Au XIVe siècle, le mot vient du latin industria qui signifiait « activité secrète » ou plus largement « activité » en général.
Lorsqu'il apparaît, il a d'abord le sens de « moyen ingénieux », disparu au XIXe siècle.
Au fil du temps, il prendra différentes significations comme « habileté à exécuter quelque chose », « activité productive ».
De l'habileté et de l'ingéniosité, on évoluera assez logiquement au milieu du XVe siècle vers le sens de finesse ou de ruse, qu'on utilisera jusqu'au XIXe siècle et qui est celui qui nous intéresse ici.
Le « chevalier d'industrie » est donc l'aigrefin, l'escroc, qui, habilement, par la ruse et le mensonge, va réussir à s'introduire dans une famille ou une société et à y subsister en exploitant sans vergogne ceux qui croient ses mensonges.

Exemple

« N'osant se faire voleur sur la grande route, parce que les lois sont actives contre certains crimes, il pare d'un vernis brillant la honte dont il se couvre, et vit paisible parmi nous. Le chevalier d'industrie est donc un voleur plus la lâcheté, un voleur d'autant plus à craindre, qu'au lieu de vous crier la bourse ou la vie ! il vous dévalise en souriant, et a l'air de vous protéger, alors même qu'il vous dépouille. »
Paris, ou le livre des cent-et-un - Tome XI - 1833
« - Il faut vous dire, mon oncle, dit le marquis, que Mathilde a toujours éprouvé pour ce... Comment dirai-je?
- Pour ce chevalier d'industrie, mordieu ! Est-ce que tu conserves à cet égard le moindre doute ?
- Pour ce chevalier d'industrie, soit ; ma femme a donc toujours ressenti pour lui une véritable antipathie.
- L'instinct féminin! fit le baron, il est un peu plus sûr que tout notre prétendu talent d'observation.
- Si vous m'aviez écouté, dit Mathilde à son mari, depuis longtemps vous auriez cessé vos relations avec ce dangereux personnage, et sous tous les rapports cela eût beaucoup mieux valu. »
Charles de Bernard - Le gentilhomme campagnard - 1858

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un chevalier d'industrie » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Der Hochstapler Imposteur, escroc
États-Unis Anglais A con man Un homme de confiance (malhonnête)
États-Unis Anglais Confidence man, con artist Un homme / artiste de confiance
Espagne Espagnol Buscón Homme qui cherche (les bonnes occasions de gagner quelque chose par des moyens malhonnêtes)
Canada Français Un crosseur Individu qui fait des crasses, Personne malhonnête, de mauvais alois
Hongrie Hongrois Felfelé nyal, lefelé tapos Lécher en haut, piétiner en bas
Hongrie Hongrois Pedálgép Une machine à pédale
Italie Italien 'n sautavànchi Un saltimbanque
Belgique Néerlandais Sjacheraar Escroc-marchandeur
Pays-Bas Néerlandais Een flessentrekker Un ouvreur-bouteille (escroc)
Pays-Bas Néerlandais Een ladelichter, zwendelaar Un videur-de-caisse, un escroc
Brésil Portugais Um espertalhão Un grand rusé / Un grand malin
Slovaquie Slovaque Huncút Escroc rusé
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Un chevalier d'industrie » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 03/09/2010 à 01:11
    Pffftt ! pas utilisée tous les jours, cette locution ! (même si on en connait des ... qui ...)
    je connais bien le mot "escroc" et ses nombreux synonymes, tels que :
    aigrefin, arnaqueur, bandit, brigandeau, carambouilleur, carotteur, charlatan, coquin, crapule, écornifleur, escroqueur, estampeur, faisan, faiseur, filou, flibuste, flibustier, forban, fripon, fripouille, gangster, intrigant, larron, magouilleur, malfaiteur, malhonnête, pirate, stellionataire, vaurien, voleur ...
    mais un "chevalier" (avec sens de l’honneur) d’industrie ... l’idée se marie mal avec la signification 😮
  • #2
    • deLassus
    • 03/09/2010 à 03:38
    Après le chat avant-hier et le papillon hier, la journée d’expressio (30 millions d’amis.fr) va-t-elle être consacrée au cheval ?
  • #3
    • <inconnu>
    • 03/09/2010 à 06:07
    Elle était sage, cette Mathilde!
  • #4
    • Emeu29
    • 03/09/2010 à 06:42
    Je tombe des nues ! (boum!) ! J’en suis sur le c...!
    Je pensais que cela désignait un grand chef d’entreprise !
    Quoique ... Ce n’est pas incompatible, finalement !
  • #5
    • God
    • 03/09/2010 à 06:49
    • En réponse à Emeu29 #4 le 03/09/2010 à 06:42 :
    • « Je tombe des nues ! (boum!) ! J’en suis sur le c...!
      Je pensais que cela désignait un grand chef d’entreprise !
      Quoique ... Ce n’est pas inc... »
    Ne surtout pas confondre un chevalier d’industrie et un capitaine d’industrie. C’est le second, le chef de grande entreprise (qui n’est pas forcément un grand chef d’entreprise).
  • #6
    • HoubaHOBBES
    • 03/09/2010 à 06:51
    Ne confondons pas :
    le chevalier d’industrie
    et
    le capitaine d’entreprise
    Sérieux-Hobbes
  • #7
    • HoubaHOBBES
    • 03/09/2010 à 06:52*
    • En réponse à HoubaHOBBES #6 le 03/09/2010 à 06:51 :
    • « Ne confondons pas :
      le chevalier d’industrie
      et
      le capitaine d’entreprise
      Sérieux-Hobbes »
    Ben zut ! Y a God qui a répondu en même temps que moi !!
    Bonjour , God, et bonne journée à touteszétoussent !
    Hobbes
  • #8
    • <inconnu>
    • 03/09/2010 à 06:54
    expression complémentaire (?), ou du moins apportant un complément d’informations:
    «traite de cavalerie»
  • #9
    • Emeu29
    • 03/09/2010 à 07:01
    • En réponse à God #5 le 03/09/2010 à 06:49 :
    • « Ne surtout pas confondre un chevalier d’industrie et un capitaine d’industrie. C’est le second, le chef de grande entreprise (qui n’est pas... »
    Maintenant que tu me le dis !...
    😄
  • #10
    • Bouba
    • 03/09/2010 à 07:04*
    Dernièrement nous avons brocardé les politiques au sujet des vestes à prendre ou a tourner, voilà une nouvelle expression qui peut nous donner du grain à moudre sur ces personnages.
  • #11
    • OSCARELLI
    • 03/09/2010 à 08:00
    Quleques commentaires sur l’explication godesque:
    Passons vite sur le chevalier qui est normalement quelqu’un supposé avoir une certaine noblesse et de l’entre jambes.

    est vrai qu’il vaut mieux en avoir pour arriver à réussir dans ce métier! Mis dis-moi, mon petit Godemichou adoré, qu’espères-tu à vouloir "passer vite dessus"?
    on pense à ces usines qui produisent en quantité des objets divers qui vont du décapsuleur à la voiture en passant par le presse-purée et le string

    Qu’en dit Germaine, du haut de sa tringle? A-t-elle réussi à se décrocher? Le string était-il de qualité?
    - Pour ce chevalier d’industrie, soit ; ma femme a donc toujours ressenti pour lui une véritable antipathie.
    - L’instinct féminin! fit le baron,

    Nous le savions. Pas vrai, baronne?
  • #12
    • OSCARELLI
    • 03/09/2010 à 08:01
    • En réponse à cotentine #1 le 03/09/2010 à 01:11 :
    • « Pffftt ! pas utilisée tous les jours, cette locution ! (même si on en connait des ... qui ...)
      je connais bien le mot "escroc" et ses nombre... »
    ... faiseur, filou, flibuste ...

    Attention à ce que tu dis, là!
  • #13
    • <inconnu>
    • 03/09/2010 à 08:17
    • En réponse à cotentine #1 le 03/09/2010 à 01:11 :
    • « Pffftt ! pas utilisée tous les jours, cette locution ! (même si on en connait des ... qui ...)
      je connais bien le mot "escroc" et ses nombre... »
    Sans aucun doute un oxymore...
  • #14
    • <inconnu>
    • 03/09/2010 à 08:21*
    • En réponse à cotentine #1 le 03/09/2010 à 01:11 :
    • « Pffftt ! pas utilisée tous les jours, cette locution ! (même si on en connait des ... qui ...)
      je connais bien le mot "escroc" et ses nombre... »
    pas utilisée tous les jours, cette locution ! (même si on en connait des ... qui ...)

    Une fine allusion à une certaine affaire d’héritage et d’actions (cotées en bourse... SVP !),défrayant actuellement la chronique judiciaire, et agitant fort le microcosme politique ?
    Il y en a quelques uns/unes (dans ce microcosme), qui si la connerie était cotée en bourse, seraient assurément les personnes les plus riches de toute l’histoire de l’Humanité !
  • #15
    • mitzi50
    • 03/09/2010 à 08:31
    • En réponse à <inconnu> #8 le 03/09/2010 à 06:54 :
    • « expression complémentaire (?), ou du moins apportant un complément d’informations:
      «traite de cavalerie» »
    A un certain niveau, ce n’ est plus de la cavalerie, mais de la cavalcade.... Et on appelle ça des notables ?
    En fait, les journaux et autres média nous montrent tous les jours que les plus grands pingres, commettant des abus de biens sociaux à petite ou grande échelle sont nos politi-chiens. Tous qualifiés, bien sûr, de "grands honnêtes hommes".
    Tous des "chevaliers" à la triste figure de gagne-petit (il n’ y a pas de petits profits pour eux), industrie ou non. D’ ailleurs, l’ industrie, en France, faut la chercher...
    Les pirates prenaient au moins des risques !
  • #16
    • mitzi50
    • 03/09/2010 à 08:37
    • En réponse à God #5 le 03/09/2010 à 06:49 :
    • « Ne surtout pas confondre un chevalier d’industrie et un capitaine d’industrie. C’est le second, le chef de grande entreprise (qui n’est pas... »
    Il peut être les deux. Actuellement, en France, il y a des milliers de contestations au sujet de la surfacturation par GDF-SUEZ des consommations domestiques de gaz, à seule fin de se constituer une avance confortable de trésorerie avec laquelle il sera possible de spéculer. Ce ne sont pas les employés qui ont inventé ça, c’ est la direction qui a donné des "recommandations"... Ces contestations ne sont prises en compte que si elles sont accompagnées d’ un dépôt de plainte, et encore, on fait durer. Comme quoi un capitaine d’ entreprise peut être un chevalier d’ industrie.
  • #17
    • mitzi50
    • 03/09/2010 à 08:46
    • En réponse à <inconnu> #3 le 03/09/2010 à 06:07 :
    • « Elle était sage, cette Mathilde! »
    Celle de Guillaume le fut-elle ? En tout cas nous lui devons une belle BD brodée...Visible à Bayeux...Et j’ ai toujours été fort surprise de ce que les anglais - qui ont le mauvais goût de nommer leurs places, gares etc, du nom de nos défaites, à nous, ceux du continent, (regardez Trafalgar, Waterloo et j’ en passe), considèrent 1066 comme une "grande année". Le "gros Guillaume" faisait partie de quelle sorte de chevalerie ? Celle qui tue et qui pille !
  • #18
    • mitzi50
    • 03/09/2010 à 08:47*
    • En réponse à deLassus #2 le 03/09/2010 à 03:38 :
    • « Après le chat avant-hier et le papillon hier, la journée d’expressio (30 millions d’amis.fr) va-t-elle être consacrée au cheval ? »
    Je disais bien que l’ arche de Noé n’ était pas loin....Il ne faut pas oublier la rate (après tout cela peut être la femelle du rat, mise au court-bouillon - beurk -) et le pigeon.
  • #19
    • mitzi50
    • 03/09/2010 à 08:57
    • En réponse à <inconnu> #14 le 03/09/2010 à 08:21* :
    • « pas utilisée tous les jours, cette locution ! (même si on en connait des ... qui ...)
      Une fine allusion à une certaine affaire d’héritage e... »
    Oh ce n’ est pas uniquement de la connerie. La connerie est de se faire prendre la main dans le sac. C’ est de l’ avidité. Ce qui n’ est pas mieux, ni plus moral.
  • #20
    • momolala
    • 03/09/2010 à 09:13
    • En réponse à mitzi50 #19 le 03/09/2010 à 08:57 :
    • « Oh ce n’ est pas uniquement de la connerie. La connerie est de se faire prendre la main dans le sac. C’ est de l’ avidité. Ce qui n’ est pas... »
    Le chevalier d’industrie est donc un voleur plus la lâcheté, un voleur d’autant plus à craindre, qu’au lieu de vous crier la bourse ou la vie ! il vous dévalise en souriant, et a l’air de vous protéger, alors même qu’il vous dépouille. »

    Ça ne te rappelle personne en particulier ? un qui n’a aucun sens moral, beaucoup d’avidité et met la connerie dans notre camp ? Certes, il serait vexé de n’être que chevalier, lui qui est déjà co-prince et chanoine du Pape.