La substantifique moelle - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

La substantifique moelle

Ce qu'il y a de meilleur, de plus précieux ou de plus profond, le sens caché

Origine

Ah, un bon pot-au-feu dans lequel la moelle de l'indispensable os de boeuf a rajouté à l'ensemble un petit goût savoureux ! Tiens, puisque c'est comme ça, je vais m'en faire un pas plus tard que ce weekend, et vous devriez suivre mon exemple !

On sait tous que la moelle est cette substance molle et (très) grasse qu'on trouve au coeur des os, bien cachée, invisible si on ne les brise pas.
Et si c'est dès la fin du XIIe siècle que le mot 'moelle' désigne aussi ce qu'il y a de profond, d'essentiel, en particulier dans une oeuvre de l'esprit, on sait moins souvent que cette expression a été rendue célèbre par Rabelais dans le prologue de Gargantua, en 1534, où il décrivait ainsi ce que doit être la lecture non passive : « C'est pourquoi (il) faut ouvrir le livre et soigneusement peser ce que y est déduit (…) puis, par curieuse leçon et méditation fréquente, rompre l'os et sucer la substantifique moelle. »

La substantifique moelle y est ici une métaphore qui désigne ce que le lecteur actif doit extraire ou comprendre dans le texte qu'il lit, ce qu'il peut découvrir entre les lignes, le sens parfois caché du texte.

Par extension, la substantifique moelle est la quintessence des choses, ce qu'elles ont de meilleur.

Exemple

« Les mauvaises langues diront que, comme d'habitude, il va falloir se coltiner un protocole interminable avant de tirer la substantifique moelle de la cérémonie du tirage au sort de la prochaine Coupe du Monde. »
Le Figaro - Article du 02/12/2009

« Outre le Web, sorte de grande boîte à idées, le ministre entame également toute une série de rencontres : avec les syndicats enseignants, dont la première réunion est prévue jeudi à Matignon sous l'égide du Premier ministre, avec des intellectuels comme Alain Finkielkraut ou Eric Orsenna, avec "les enseignants de terrain" par le biais de visites (qui commencent vendredi dans un lycée parisien pour parler des langues vivantes). Le but sera de tirer "la substantifique moelle", d'après les mots d'un conseiller, de ces discussions. »
Le Parisien - Article du 19/10/2004

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « La substantifique moelle » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
États-Unisen The deeper meaningLe sens plus profond
Espagnees Lo más granado.Le plus grainé.
Espagnees La quintaesencia.La quintessence.
Espagnees El meollo (del asunto)Le coeur/ la moelle
Hongriehu Ez a dolgok veleje.C'est la moelle des choses.
Italie (Sicile)it 'A curìnaLe coeur (d'un fruit)
Pays-Basnl Een addertje onder het grasUne petite vipère sous l'herbe
Polognepl Sedno sprawyLe noyau d'une affaire
Polognepl Jądro sprawyLe noyau du sujet.
Roumaniero Măduva lucrurilorLa moelle des choses.
Roumaniero ChintesențaLa quintessence

Vos commentaires
la quintessence des choses, ce qu’elles ont de meilleur
Si j’ai bien tout suivi, il s’agit de la quintessence sans plomb ?
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 04h47 : la quintessence des choses, ce qu’elles ont de meilleurSi j’ai bien ...
de bonne heure de bonne humeur !!
quinte et sens ? ::ouie ,vue, toucher ,odorat et l’autre ?? la toux ??
la quintessence des choses, ce qu’elles ont de meilleur

S’agit-il ici d’une quinte flush ou d’une quinte de tout toux?
réponse à . paperpy le 03/12/2009 à 07h31 : de bonne heure de bonne humeur !! quinte et sens ? ::ouie ,vue, t...
Meuh non, sot, pas l’atout: le goût geule!
Il faut vous Rabelais que le 13 Mai 1938 parut le premier numéro du journal satirique "l’os à moelle" de l’inénarrable Pierre Dac.
Charles-Quint aurait bien voulu visiter quelques villes francaises. Déjà qu’il a eu des problèmes: il n’a pas ri...
Mais Charles-Quint et Sens n’ont jamais réussi à se rencontrer.
La substantifique moelle
Il faut avouer que l’adjectifique moelle ne l’aurait pas fait...
Substantifique moëlle ? Nec plus ultra ? Fin des fins ? Qui en a d’autres ?
réponse à . Rikske le 03/12/2009 à 07h54 : Substantifique moëlle ? Nec plus ultra ? Fin des fins ? Qui ...
Fin du fin veux-tu dire ou me trompé-je ?
réponse à . Rikske le 03/12/2009 à 07h54 : Substantifique moëlle ? Nec plus ultra ? Fin des fins ? Qui ...
C’est le top !........le gratin !.........le pied !...........la cerise sur le gâteau !..........la crème !..............du velouté de fin gourmet !..........ekssétéra, ekssétéra........
Non, tu ne trompé-te point (cette page).
Mais tu es très rare ici, me trompé-je ?
Bonjour, Carmélita, oooops, pardon, Carnita que je ne connais pas!
Non, tu ne te trompé-je pas! Bien vu! Enfin, quelqu’un qui ne dormait plus! Bravissimo!
Et bienvenue par Minou (c’est le mec à Minerve, au cas où tu ne le saurais pas - celui qui est souvent caché sous le lit, mais ils y sont souvent nombreux!)
Et, comme disait Rikske ici plus haut, Minou, c’est le mec plus ultra!
Ne pas confondre

Le fin du fin

avec

le début de la faim
ouah le mec plus ultra, dis-m’en plus, file au logis...que je rêve un peu en ce début de matin brumeux.
Maintenant que je connais vos pseudo, je regrette de ne pas avoir choisi mieux...Lune demi-aile, par exemple. c’est jouli.Est-ce possible de changer, mon capitaine ?
réponse à . carnita le 03/12/2009 à 08h18 : ouah le mec plus ultra, dis-m’en plus, file au logis...que je rêve u...
Of course, matelot !
Suffit d’aller dans la page ’Votre compte’ et d’y choisir l’option faite pour ça.
réponse à . BOUBA le 03/12/2009 à 08h05 : C’est le top !........le gratin !.........le pied !...........
Ouaip, la cerise sur le macDo !

Yeah-Hobbes
et s’il fait froid dehors : qu’alors y faire ? Se réchauffer près du substantifique poêle : une chaudière et deux coeurs !
C’est plutot une olive qui est fichée sur l’exécrable bouffe à étage de ces empoisonneurs..........non ?
Il faut, aussi, éviter de mettre "son pote au feu" :)
réponse à . BOUBA le 03/12/2009 à 09h34 : C’est plutot une olive qui est fichée sur l’exécrable ...
Ce n’est jamais que la version US de la saucisse frites Belge.
réponse à . <inconnu> le 03/12/2009 à 09h47 : Il faut, aussi, éviter de mettre "son pote au feu" :)...
Comme disait l’évêque Cauchon en parlant de Jeanne sur son bûcher "elle a frit, elle a tout compris"
réponse à . file_au_logis le 03/12/2009 à 07h36 : la quintessence des choses, ce qu’elles ont de meilleur S’agit-il ic...
Et avec une belle blonde, quel est le meilleur jeu ? le strip poker ou le docteur ?
réponse à . chirstian le 03/12/2009 à 09h30 : et s’il fait froid dehors : qu’alors y faire ? Se ré...
au poele disait la mouche: je vole et je ch... au plafond !
Au fait, je trouve tout ça... au poêle !!!
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 09h50 : Comme disait l’évêque Cauchon en parlant de Jeanne sur son b&...
Oui, mais elle a frit qu’à corps.
Erwin R.
réponse à . <inconnu> le 03/12/2009 à 09h53 : Et avec une belle blonde, quel est le meilleur jeu ? le strip poker ou le ...
Demande à Elpepe, il s’y connaît ! 
Les rillettes, nous l’avons vu hier, comme le broumitche qui sert à attraper les allatches sont utilisées par les sélénites pour attraper les mouches.
Attention seule les rillettes du Mans (la belle rouge) attirent les mouches bleues.
Mais la substantifique moelle des rillettes restera la rillette de canard de Cholon (la belle jaune) à ne pas confondre avec les rillettes de canard à trois pattes (dont une cassée par God en 2005) qui ne cassent rien.
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 09h49 : Ce n’est jamais que la version US de la saucisse frites Belge....
Of course !...........Vive notre jambon-beurre Bleu-Blanc-Rouge !.......Allons z’enfants etc etc.......( çà c’est pour faire plaisir au petit réjoui du bandeau publicitaire de droite....
L’infirmière ! Rien ne vaut l’infirmière ! La preuve ? Tout homme a quatre femmes dans sa vie. La première, c’est sa mère. La deuxième, son épouse, la troisième sa maîtresse et la dernière, son infirmière. Ah, tu vois !
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 10h46 : L’infirmière ! Rien ne vaut l’infirmière ! L...
Heu ! BB pour toi, c’est la deuxième, la troisième ou la dernière ? :&rsquo)
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 10h37 : Les rillettes, nous l’avons vu hier, comme le broumitche qui sert à...
Les "rillettes" sans pur cochon ne sont que des ersatz : c’est comme si tu voulais nommer des confitures "pot-au-feu de fruits", ou des carottes glacées "confiture de carottes" ! Demande à Mirlou, Jon’, Maria-José, Framboise, Louisann, Cotentine, SuperK, HoubaRÉSILLE ou BB, tiens : il n’y a de bon que dans le cochon !
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 10h57 : Heu ! BB pour toi, c’est la deuxième, la troisième ou l...
Il y a longtemps que je ne compte plus. Quand on aime, hein ?
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 11h01 : Les "rillettes" sans pur cochon ne sont que des ersatz : c’est comme ...
Dans le cochon qui sommeille...
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 09h49 : Ce n’est jamais que la version US de la saucisse frites Belge....
Quand on sait pas, on se tait.
Chez nous, les Belches, c’est soit: saucisse, purée, compote,
ou alors:
- steak-frites,
- moules et frites,
- américain - frites,
- etc...

Mais ne parle pas d’horreur: la saucisse-frites n’existe PAS!
Chez nous, môssieu, il y a une CULTURE CULINAIRE!

Pas vrai, les filles? Pas vrai, les mecs?
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 11h01 : Les "rillettes" sans pur cochon ne sont que des ersatz : c’est comme ...
il n’y a de bon que dans le cochon !

Tu parles ! Vas dire çà à Jeanne d’Arc !.........Elle te dira si il n’y a de bon que dans le Cauchon !
réponse à . file_au_logis le 03/12/2009 à 11h04 : Quand on sait pas, on se tait. Chez nous, les Belches, c’est soit: sauciss...
Euh... la fondue savoyarde ? :&rsquo)
Pour avoir de la substantifique moelle  il faut un substantifique OS.

Bill Gates
réponse à . file_au_logis le 03/12/2009 à 11h04 : Quand on sait pas, on se tait. Chez nous, les Belches, c’est soit: sauciss...
Chez nous, môssieu, il y a une CULTURE CULINAIRE!

Viennoiserie frites ?

Auguste Escoffier
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 11h08 : Pour avoir de la substantifique moelle  il faut un substantifique OS. Bill Gat...
Moi, dans le temps, j’avais de bons OS.

Carlos Ghosn
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 11h13 : Moi, dans le temps, j’avais de bons OS. Carlos Ghosn...
L’avenir appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent tôt.
De vos débats comme de vos écrits, messieurs, je parviens toujours à tirer la substantifique moelle.
Marcelle
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 12h20 : De vos débats comme de vos écrits, messieurs, je parviens toujours...
De nos ébats comme de nos zizis ??? 
l’indispensable os de boeuf
j’espère que tu es bien outillé, God, si tu as l’intention de "rompre l’os" de ton pot-au-feu : même mon chien s’y cassait les dents ! Et pourquoi chercher à le rompre, alors qu’il est tellement simple de seulement le vider pour récupérer la moelle et l’étaler sur un crouton de pain un peu aillé.
Que faut-il conclure de cette expression, sinon que le boucher de Rabelais ne lui préparait pas le pot-au-feu en lui sciant l’os, ou que Gargantua avait de bonnes dents, ou encore que Rabelais s’intéressait à la moelle d’os moins solides ?
S’agissant de Rabelais, l’avis de Syanne nous est indispensable : son absence est anormale. Il convient de lui rompre la tête pour nous emparer de ses substantifiques connaissances rabelaisiennes.
cette page est celle d’une amoureuse de l’os à moelle. Difficile de ne pas saliver, non ?
Nan nan nan... pas sur un site d’une aussi bonne tenue, hein ! Que sinon, le salon rose virerait bordel en deux coups les gros...
réponse à . chirstian le 03/12/2009 à 12h54 : l’indispensable os de boeuf j’espère que tu es bien outill&...
lui rompre la tête pour nous emparer de ses substantifiques connaissances rabelaisiennes
Ça y est, v’là notre Sélénite oléo-diptérophile qui vire cannibale, mainant ! Attention Chirstian, je ferai à Syanne un rempart de mon corps ! Pas touche à notre rhétoricienne de compète, sauf à manger mes sagaies-torpilles sous la ligne de flottaison de ta pirogue intergalactique, bwana !
Bravo pour cette histoire cochonne de friture. Bien sûr, ils ne l’ont pas cru, mais ils l’ont bien cuite.
Le petit Rabelais ayant, en fait, écrit ceci :
vous convient estre saiges, pour fleurer, sentir et estimer ces beaulx livres de haulte gresse , legiers au prochaz et hardiz à la rencontre; puis, par curieuse leçon et meditation frequente, rompre l’os et sugcer la sustantificque mouelle
il faut bien constater qu’il est nul en orthographe, et ne pourra jamais être avocat comme son papa. Il vaudrait mieux l’orienter vers un CAP ou l’envoyer directement travailler dans les vignes -dont il semble tant apprécier les dives bouteilles. 
rompre l’os pour sucer la substantifique moelle c’est comme qui dirait enlever ses habits pour sucer la femme à poelle. Et vice vers ça.
Jusqu’à la moelle.
Et plus si affinité.
Me voilà grillée par Chirstian. En effet, si j’en crois cette page, il s’agit de sustantificque et non de substantifique. J’eus beau chercher dans mes divers dictionnaires, nulle trace de substantifique. Par contre, on y trouve sustenter : soutenir, entretenir, nourrir d’aliments. Peut-être y-a-t-il donc eu dérive dans la traduction de l’original de Rabelais.
Qu’en pensent les érudits et spécialistes de la langue française.
réponse à . file_au_logis le 03/12/2009 à 11h04 : Quand on sait pas, on se tait. Chez nous, les Belches, c’est soit: sauciss...
Et les carbonnades, c’est pas du belgo belge, ça ?
Et les brussels sprouts (choux de Bruxelles) ?

Allez hop, prochaine convention aux Brassins, au Loup Voyant ou au Volle gas 
réponse à . chirstian le 03/12/2009 à 14h33 : rompre l’os pour sucer la substantifique moelle c’est comme qui dira...
DEUX FEMMES A POIL, en exclusivité maritime sur cette page. Attention à ne pas tomber dans le panneau...
réponse à . file_au_logis le 03/12/2009 à 11h04 : Quand on sait pas, on se tait. Chez nous, les Belches, c’est soit: sauciss...
et que penser de la fondue belge ? de la purée avec des frittes...
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 14h50 : DEUX FEMMES A POIL, en exclusivité maritime sur cette page. Attention &ag...
C’est le site ou une nana, certes bien foutue, mais habillée: th-shirt et jean pose à côté du panneau d’entrée de la commune de... Poil ! Se méfier aussi de trois villes où M. le Maire préférerait se fait appeller boufgmestre: Eu, Seiches, et Freshe (pour l’orthographe je ne suis plus très sûr mais ces communes existe. De même un lieu-dit "La Couyes". Voir le site sur Moncup qui développe sur le thème cher à Daniel Prévost.
réponse à . Jonayla le 03/12/2009 à 14h37 : Et les carbonnades, c’est pas du belgo belge, ça ? Et les bru...
Et les carbonnades, c’est pas du belgo belge, ça ?

Certainement pas ! C’est connu dans tout le bassin minier, j’ai même trouvé des recettes avec du boeuf (huerk !)
Il me souvient avoir étudié ce passage de Rabelais (en classe de seconde ?) à une époque où je lisais le deuxième livre de Samuel.

Lagarde et Michard, les David et Jonathan de la littérature française ?
Le caviar est la moelle de l’os Ciètre.

Os court !
réponse à . <inconnu> le 03/12/2009 à 15h34 : et que penser de la fondue belge ? de la purée avec des frittes......
T’as vraiment besoin de deux thés pour te remettre, là, spa? 
Pour avoir la moelle  il faut d’abord tomber sur un os. De préférence un os à moelle, comme par exemple un os Trop goth.
Mais comment avoir la moelle sans l’avoir dans l’os, comme avec un os Éan ?

Oscar Ostère
réponse à . Jonayla le 03/12/2009 à 14h37 : Et les carbonnades, c’est pas du belgo belge, ça ? Et les bru...
Pleins gaz, j’arrive !
réponse à . file_au_logis le 03/12/2009 à 16h16 : T’as vraiment besoin de deux thés pour te remettre, là, spa?...
La frite de Spa est-elle fabriquée à Francorchamps ?
Bien sûr : ils récupèrent les sculptures des pneus de F1 pour les faire !
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 16h26 : Pour avoir la moelle  il faut d’abord tomber sur un os. De préf&ea...
et son cousin, c’est Oscar Gaumixte ?
voir à cette url, un truc assez intéressant:
www.activeo2.com/fileadmin/images/.../4-170409-TeleMonaco.pdf
Je vois que tu as tiré la substantifique moelle du Rabelais du XXe siècle !
réponse à . <inconnu> le 03/12/2009 à 18h09 : voir à cette url, un truc assez intéressant: www.activeo2.com/file...
Ton url ne marche pas, même en lui rajoutant http://. Copie-la depuis ta page ouverte (CTRL + C), puis place-la (CTRL + V), sans aucun espace, entre les accolades ouvrante et fermante, ce qui donnera cette page, lien cliquable directement dans ton texte (cf cette page.
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 16h26 : Pour avoir la moelle  il faut d’abord tomber sur un os. De préf&ea...
on ne dit pas : refais le moi le, mais : refais la moelle, oeuf  !
réponse à . chirstian le 03/12/2009 à 12h54 : l’indispensable os de boeuf j’espère que tu es bien outill&...
Ne me romps pas le cou, je ne suis pas si moelleuse ! Dans la crainte, cependant du sélénite attentat, je te donne un peu de l’os que je me plais à ronger.

« Avez-vous jamais débouché des bouteilles ? Caignes !... Vous rappelez-vous combien vous pouviez en boire ? – Mais vîtes-vous jamais un chien tombant sur un os à moelle ? - Platon dit que c’est la bête du monde la plus philosophe. Si vous l’avez vu, vous avez pu noter avec quelle dévotion il le guette, avec quel soin il le garde, avec quelle ferveur il le tient, avec quelle prudence il l’entame, avec quel amour il le brise et avec quelle hâte il le suce. Qui le pousse à le faire ? Quel est son espoir et à quoi prétend-il ? Á rien qu’un peu de moelle. Il est vrai que ce peu est plus délicieux que beaucoup d’autres choses, parce que la moelle, ainsi que nous le dit Galien, est ce que la nature a élaboré de plus parfait.
Á l’exemple de ce chien, vous devez êtres sages pour fleurer, sentir et estimer ces beaux livres de haute qualité et valeur, légers à la poursuite et hardis à la rencontre. Puis, par curieuse leçon et méditation fréquente, rompre l’os et sucer la substantifique moelle. J’ai l’espoir certain que cette lecture vous rendra sages et avisés : en elle vous trouverez un goût tout autre et une doctrine plus cachée qui vous révélera de très hauts sacrements et mystères horrifiques, tant en ce qui concerne notre religion que notre état politique et notre vie économique. »

Et le grand Alcofribas de conclure son prologue par ces mots d’une tout autre volée :

« Donc réjouissez-vous, mes amours, et gaiement lisez le reste, tout à l’aise du corps et au profit des reins. Mais écoutez, visages d’ânes, que l’ulcère vous ronge ! Qu’il vous souvienne de boire à ma santé en pareille occasion, et je vous tiendrai quittes sur l’heure. »

Livre premier, La vie très horrifique du grand Gargantua père de Pantagruel jadis composée par M. Alcofribas, abstracteur de quintessence, livre plein de pantagruélisme. Prologue de l’auteur
(&Oelig;uvres de Rabelais en français moderne adaptées par Jean Garros)


L’original à cette page
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 18h10 : Je vois que tu as tiré la substantifique moelle du Rabelais du XXe si&egr...
Je suis incapable de me prononcer sur ta formule : à l’époque où, lycéen, j’aurais sans doute dû (?) lire Rabelais, je n’en ai pas lu une seule ligne.
Par contre je dévorais des San Antonio.
Je suis incapable de les comparer.
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 14h50 : DEUX FEMMES A POIL, en exclusivité maritime sur cette page. Attention &ag...
Femme qui a la moelle tombe le voile.

PS. Merci, rempart.
réponse à . deLassus le 03/12/2009 à 18h48 : Je suis incapable de me prononcer sur ta formule : à l’é...
La formule n’est pas de moi, mais d’un gugus dont j’ai oublié le nom !
c’est bien vrai que, comme l’a dit Rabelais, il faut se donner la peine de chercher le caché derrière ce qui le masque. Ne pas se laisser arrêter par l’apparent, le facile, pour aller chercher au delà, le précieux.
Par exemple l’os à moelle ! Si on gratte bien la moelle, toute la moelle, qui cache l’os, on finit par l’atteindre.
Oui, je sais, cela ne présente pas un intérêt énorme, mais après on peut essayer de le rompre. Et même si c’est stupide, c’est dans Rabelais, alors il faut respecter sa pensée.

Corneille d’ailleurs a mis dans la bouche de Rodrigue ce vers fameux, qu’il prononce en bouffant son pot-au-feu : "à moelle os, deux mots"
(mais la scène a été modifiée, par crainte de la maladie de Creutzfeldt-Jakob et elle est devenue : "à moi l’os, deux mots", ce qui était finalement assez con, d’où le texte final : "à moi con, deux mots". Mais les lecteurs de Lagarde et Michard savent déjà tout cela !) 
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 18h10 : Je vois que tu as tiré la substantifique moelle du Rabelais du XXe si&egr...
Nous eûmes déjà, me semble-t-il, ici-même un substantifique mais moelleux débat sur la comparaison -très excessive à mon sens- entre Rabelais et Dard... Mais où donc , Tyto seule pourrait le dire !
Vous fêtes erreur, là, m’petit fi’: on ne dit plus francorchamps, à c’t’heure, on dit eurocorps-chant!
la femme de Rabelais ne s’appelait pas rat-belette mais Gargamelle parce qu’elle avait de gros lolos. Moelle, eux !
réponse à . syanne le 03/12/2009 à 18h56 : Femme qui a la moelle tombe le voile. PS. Merci, rempart....
Si tu préfères, je peux faire aussi le Pan rare ! 
réponse à . chirstian le 03/12/2009 à 18h57 : c’est bien vrai que, comme l’a dit Rabelais, il faut se donner la pe...
Dans mon édition maritime du Lagarde et Michard préfacé par Olivier de Kersauzon, je lis :
"Samoa, con de mot !
A quatre pattes ici je veux que tu le susses".
réponse à . chirstian le 03/12/2009 à 19h07 : la femme de Rabelais ne s’appelait pas rat-belette mais Gargamelle parce q...
hyperplasie mamaire comme disent les toubibs
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 18h18 : Ton url ne marche pas, même en lui rajoutant http://. Copie-la depuis ta p...
je l’avais trouvé via Google...
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 19h23 : Dans mon édition maritime du Lagarde et Michard préfacé par...
Et par là-bas, il y a beaucoup d’atolls à lagons ?
Si fait, si fait... Eh bien, rouvre cette page, copies-en l’url exacte et mets-la entre accolades dans ta contrib_63 ! Ou une nouvelle...
réponse à . <inconnu> le 03/12/2009 à 19h42 : Et par là-bas, il y a beaucoup d’atolls à lagons ?...
Oui. Et des femmes à poil long (cette page)
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 18h56 : La formule n’est pas de moi, mais d’un gugus dont j’ai oubli&e...
Dans ce texte, il est question d’un livre de F. Dard : Ma parole d’homme, en ces termes (voir page 12)
"Frédéric Dard ne conseille pas de reprendre la langue de Rabelais, mais de faire évoluer l’écriture actuelle à la façon dont Rabelais l’a fait évoluer en son temps, hors des genres officiels et bien catalogués."
Si tu as , ce dont je ne doute pas, ce livre Ma parole d’homme, tu pourras vérifier que le "gugus" est peut-être bien Dard lui-même !

cette page

Cette réponse s’adresse bien sûr aussi à notre rabelaisienne syanne.
réponse à . syanne le 03/12/2009 à 18h59 : Nous eûmes déjà, me semble-t-il, ici-même un substanti...
Mais où donc , Tyto seule pourrait le dire !
Heu, non, pas cette fois. Tyto ne fait pas de miracle.
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 18h56 : La formule n’est pas de moi, mais d’un gugus dont j’ai oubli&e...
Il y a aussi, publié par "les amis de sana", l’article N° 19 de Patrice Dard : Rabelais et San Antonio

cette page
réponse à . deLassus le 03/12/2009 à 21h07 : Il y a aussi, publié par "les amis de sana", l’article N° 19 de...
Je n’ai pas souvenir qu’il se soit lui-même qualifié de "Rabelais du XXe siècle". Et j’ai quelque méfiance vis-à-vis des fistons héritiers de l’"œuvre" paternelle, quels qu’ils soient, en raison du fait que la tentation est grande de jouir du renom paternel sans trop se fatiguer...
Comment ? Oui, j’ai les noms. D’autres questions ?
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 22h16 : Je n’ai pas souvenir qu’il se soit lui-même qualifié de...
Dans cet entretien, F. Dard indique qu’il fait partie de l’Académie Rabelais.

cette page

Mais c’est une académie de bons bâfreurs-buveurs, et non une académie littéraire :

cette page
réponse à . deLassus le 03/12/2009 à 22h23 : Dans cet entretien, F. Dard indique qu’il fait partie de l’Acad&eacu...
Moi, j’aimerais bien être membre de l’académie de... eh non, tu ne sauras pas de qui, garnement ! Au lit, etc...
réponse à . syanne le 03/12/2009 à 18h59 : Nous eûmes déjà, me semble-t-il, ici-même un substanti...
Bon, j’ai recherché la toute première association Rabelais / San-Antonio dans le forum : c’était par un certain Elpépé, le 30 octobre 2006 à 15:14:39 "pas folle, la guêpe". La deuxième association était d’une certaine Syanne, le 27 mars 2007 à 19:08:44 "donner dans le panneau". Et, le 5 décembre 2007 à 21:13:49 "être à couteaux tirés", on apprenait par l’Amiral que Rabelais est l’arrière grand-père de Bérurier, assertion fallacieuse -j’en conviens- qui provoqua une réaction aussi violente que rapide de ta part... D’autres questions ?

God, ton fichier de 12 "mille-pattes" est génial !
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 23h43 : Bon, j’ai recherché la toute première association Rabelais /...
Bravo ! Je vais rechercher tout ça dès que possible. Ce matin, ça va être très dur.
Avec mes propres moyens, j’aurais bien entrepris la même recherche, mais il m’aurait fallu 10 ans !
réponse à . chirstian le 03/12/2009 à 09h30 : et s’il fait froid dehors : qu’alors y faire ? Se ré...
Extrait d’une pub (vieux souvenirs...), ou avant de parler du poêle l’instit dedmandait à Toto de conjuguer le verbe: «avoir un poêle à mazout».
Vous imaginerez très facilement la façon dont Toto fit la conjugaison... :)
Si la substantifique moelle est le meilleur de quelque chose, l’os qui représente l’œuvre du beau Georges (l’autre !) doit être de belles proportions, car si tout n’est pas « génial », il n’y a quand même pas grand-chose à jeter.

Je n’ai pas trouvé de "moelle" dans ses textes… ou j’ai mal cherché. L’expression "substantifique moelle » est rabelaisienne et même "gargantuesque" ; donc Panurge n’est pas loin* ! Voici une chanson peu connue, la triste histoire d’une qui cède "sans cœur, sans lucre, sans plaisir", une d’une snobe froideur mais qui garde l’espoir qu’un jour peut-être Cupidon…

Quand elle cède à ses galants
Elle se rit bien des gondoles
Des fleurs bleues, des galants discours
Des Vénus de la vieille école
Cell´s qui font l´amour par amour
………………………….
Mais changent coutumes et filles
Un jour, peut-être, en son sein nu
Va se planter pour tout´ la vie
Une petite flèch´ perdue


Les paroles sont à cette page. Prenez place près de Georges et écoutez-le vous raconter l’histoire du mouton de Panurge.

* je sais : c’est très fort tiré par les couettes ! 
réponse à . BOUBA le 03/12/2009 à 07h38 : Il faut vous Rabelais que le 13 Mai 1938 parut le premier numéro du journ...
Ah ! L’Os à Moelle… le meilleur remède pour lutter contre la déprime !
Dans le ° 51 du 28 avril 1939 [74 ans, presque jour pour jour], Pierre Dac mêle le tout proche tragique dont il a conscience et le loufoque : ainsi, il informe que le ministère des Travaux publics réglemente la vitesse de la lumière sur route nationale...
S’cuse-moi !!!

À la rubrique intitulée Redis-le Moelleux, il questionne "Avez-vous peur ?"
Adolf Hitler interroge innocemment ses voisins :
- Avez-vous peur de moi ? questionne-t-il. Vous sentez-vous menacés ?
Et les voisins de répondre :
- Heu… Non… Enfin… C’est-à-dire que…
C’est un peu comme si, au coin d’une rue, à minuit, un individu armé d’une solide matraque, nous demandait à brûle-pourpoint :
- […] Si je vous fais le coup du père François, aurez-vous la trouille, mon brave homme ?


À la dernière page, on trouve les merveilleuses petites annonces dont je ne me lasse pas :
- Avis et correspondances. Au monsieur qui était sur la plate-forme de l’autobus 30, le mardi 25 vers 17 h : attention, votre lacet de soulier est défait.
- Demandes d’emplois. Monsieur ayant déjà eu des hauts et des bas, demande place garçon d’ascenseur


Tu en veux un p’tit dernier pour la route ? Voici :
- Occasions. Pigeon-voyageur fatigué cherche lit-cage d’occasion.
Moi, le substantifique...

Question : peut-on appeler ça une anaphone ?
réponse à . Elpepe le 03/12/2009 à 04h47 : la quintessence des choses, ce qu’elles ont de meilleurSi j’ai bien ...
Si j’ai bien tout suivi, il s’agit de la quintessence sans plomb ?
– En effet, quand on arrive à court de carburant, le moteur tousse, il a des quintes d’essence.
– Je m’esquinte à vous dire que ça n’a pas de sens !
Qui tint œufs malléables ?
– Ana, bien sûr !
réponse à . mickeylange le 03/12/2009 à 11h15 : L’avenir appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent t&oci...
Dans L’Os à Moelle, j’ai relevé cette petite annonce :
- Échangerais plusieurs mètres de toile contre autant de toiles de maîtres.
Elle n’a rien à voir avec l’expression du jour. Elle est "spéciale artissss", c’est tout ! 
réponse à . DiwanC le 29/04/2013 à 04h03 : Ah ! L’Os à Moelle… le meilleur remède pour lutt...
Pierre Dac, Raymond Devos, Pierre Desproges ........ou la substantifique moelle de l’humour......

Bon, ben il flotte encore.
Vous me direz que par rapport à l’an dernier c’est normal
Forcément on est un an plus vieux.....
par curieuse leçon et méditation fréquente, rompre l’os et sucer la substantifique moelle.

Rabelais met ici l’accent sur la persévérance (fréquente) et sur l’effort (rompre l’os) qui sont indispensables si le lecteur veut tirer de sa lecture ce qui est "substantifique".
réponse à . BOUBA le 29/04/2013 à 05h44 : Pierre Dac, Raymond Devos, Pierre Desproges ........ou la substantifique moelle ...
Humour associé à beaucoup d’esprit. Trouver les deux chez un" humoriste" actuellement est devenu bien rare.
réponse à . charmagnac le 29/04/2013 à 06h41 : Humour associé à beaucoup d’esprit. Trouver les deux chez un...
Ô tempora, Ô mores.......Aujourd’hui ce sont Elie Semoun, Dany Boon ou J.M Bigard qui tiennent le haut du pavé........
On est tombés bien bas !..........
réponse à . DiwanC le 29/04/2013 à 04h49 : Dans L’Os à Moelle, j’ai relevé cette petite annonce&n...
On aurait pu évoquer "le sac d’os" de "la fille à cent sous" , non ?
T’en penses quoi ?

Pour les ceuss qui connaissent pas et que çà peut éventuellement intéresser..... cette page
réponse à . BOUBA le 29/04/2013 à 07h27 : On aurait pu évoquer "le sac d’os" de "la fille à cent sous"...
DÉFORMÉE
La subscientifique moelle
réponse à . BOUBA le 29/04/2013 à 07h05 : Ô tempora, Ô mores.......Aujourd’hui ce sont Elie Semoun, Dany...
On n’ a pas forcément un Raymond Devos par génération, hélas... Mais je voudrais bien savoir pourquoi, soudainement, se sont affichées des images porno sur mon écran ! Je n’ avais rien demandé... D’ habitude, on me propose plutôt une méthode infaillible pour gagner je ne sais plus combien de dollars en une heure....
Quand je fais un bon jeu de mots sur les os, je crâne.
Dans les os on trouve la carpe, et on trouve la carpe dans les eaux.
Un copain anglais ajoutait des os à toutes les recettes, il disait:
c’est les ’bones’ à tout faire !
Un maçon fait murs.
Mon chien devient vieux, je lui donne une piste sur un os, et il la ’perd au nez’.
DEVINETTE
Comment appelle-t-on une lesbienne qui n’a pas de seins ?
réponse à . joseta le 29/04/2013 à 09h49 : DEVINETTE Comment appelle-t-on une lesbienne qui n’a pas de seins ?...
Moi, je n’ai pas de seins mais j’ai un fameux clito.
réponse à . joseta le 29/04/2013 à 09h49 : DEVINETTE Comment appelle-t-on une lesbienne qui n’a pas de seins ?...
Une homo plate !
réponse à . joseta le 29/04/2013 à 09h49 : DEVINETTE Comment appelle-t-on une lesbienne qui n’a pas de seins ?...
Réponse
- l’homo plate.
Oups ! je n’avais pas encore à l’ecran la bonne réponse de Mintaka.
On s’écoute un petit Jette Rotule ?
Chez mon boucher le prix des os a augmenté: hausse à moelles.
Les jeux de mots sur les os: iliaque ça qui compte.
La moelle fait partie des arts martiaux ; c’est en quelque sorte du jus d’os.
réponse à . joseta le 29/04/2013 à 08h57 : Quand je fais un bon jeu de mots sur les os, je crâne....
DEVINETTE :
Pourquoi quand on crâne en levant le coude, on crie Ole ?
DEVINETTE
Quelle est la dernière chose qu’un dentiste en vacances sur une goelette trois-mâts, voudrait voir ?
- les mâts choir.
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 10h47 : DEVINETTE : Pourquoi quand on crâne en levant le coude, on crie Ole&n...
RÉPONSE :
Parce que l’olécrâne est l’extrémité du cubitus qui sert de butée dans le coude.
Ça ce n’est pas une devinette, c’est un cours d’ostéologie !
réponse à . joseta le 29/04/2013 à 11h04 : Ça ce n’est pas une devinette, c’est un cours d’ost&eac...
Et voici un cours de soudure :
Les chalumeaux qui fonctionnent à l’oxygène et au propane sont des oxy-propane.
Les prostituées qui ne manquent pas d’air sont les des oxy-putes.
réponse à . joseta le 29/04/2013 à 10h49 : DEVINETTE Quelle est la dernière chose qu’un dentiste en vacances s...
Mais pour transformer un trois-mâts en goélette, il faut effectivement enlever un mât.
réponse à . BOUBA le 29/04/2013 à 07h05 : Ô tempora, Ô mores.......Aujourd’hui ce sont Elie Semoun, Dany...
Mais c’est du marketing mon cher. On vise le quantitatif parce que ça fait de l’audience et donc de l’argent. Tandis que le qualitatif...

Le lien ci-après est riche d’enseignements. Sur un langage d’au moins 60.000 mots disponibles, combien en utilise-t-on ? Et qui a évalué le vocabulaire courant des humoristes en vogue ?

cette page
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 11h15 : Mais pour transformer un trois-mâts en goélette, il faut effectivem...
On dirait qu’il y a comme un os !
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 11h15 : Mais pour transformer un trois-mâts en goélette, il faut effectivem...
Ben, et celle-là ?
réponse à . BOUBA le 29/04/2013 à 07h27 : On aurait pu évoquer "le sac d’os" de "la fille à cent sous"...
Tu as raison ! Suis allée chercher bien loin ce sac d’os qu’il avait sous la main !

Du coup, m’est revenue en mémoire la belle, nue sous son suaire, avec laquelle Archibald fit la noce ! Et pourtant au départ, il était plutôt réticent :

Oncle Archibald, d’un ton gouailleur
Lui dit : " Va-t’en fair’ pendre ailleurs
Ton squelette
Fi ! des femelles décharnées !
Vive les belles un tantinet
Rondelettes ! "


C’est là !
C’est peut-être une goélette, mais c’est une mutante !
réponse à . charmagnac le 29/04/2013 à 11h17 : Mais c’est du marketing mon cher. On vise le quantitatif parce que ç...
Raymond Devos, Fernand Raynaud n’employaient pas de mots rares ; leur génie se situait ailleurs.
réponse à . charmagnac le 29/04/2013 à 11h17 : Mais c’est du marketing mon cher. On vise le quantitatif parce que ç...
Très intéressant ton lien. Je m’y suis promenée et puis, bien sûr, j’ai fait le test. [je m’en sors pas mal !]

Sur cette « encyclopédie », une faute m’a fait sursauter : "quelque" avec un s pour quelques 3000 mots pour l’individu moyen…. quelques 30 000 mots pour un public cultivé. La règle a-t-elle changé avec la réforme de 1990 ? À cette page, il semble que non [dérouler jusqu’à Tout sur l’écriture de quelque].

Pour une fois qu’on peut faire - ici - une remarque sur les fautes d’orthographe sans vexer personne… 
Allez ! Un p’tit plongeon dans le DHLF, ça ne peut pas faire de mal !

Moelle : on le trouve parfois écrit moêle ou mëule. Le mot - sous la forme de moule (av. le XIIe s.) - commence à être employé au sens figuré, plus particulièrement en parlant de la mie de pain. C’est à la fin du XIIe qu’apparaît le sens abstrait… qui trouve son heure de gloire en 1534 avec Rabelais et son Gargantua.
Mais là, Sa Divinité a tout dit !

À cette heure-ci, ça vous dit un autre p’tit plongeon ? C’est Marcel, par exemple… dans un lagon bleu ou aut’ chose… Les anniversaires se font rares en ce moment ; vivement le mois de mai !
réponse à . DiwanC le 29/04/2013 à 12h01 : Très intéressant ton lien. Je m’y suis promenée et pu...
Bon ! Moi je vais te vexer.  - Il me semble que quelque peut prendre un "S" lorsqu’il a le sens de plusieurs.
Histoire de faire revenir Syanne qui ne nous vexe jamais mais explique si bien. 
réponse à . BOUBA le 29/04/2013 à 07h27 : On aurait pu évoquer "le sac d’os" de "la fille à cent sous"...
Ah voilà une chanson comme j’aime.
réponse à . mitzi50 le 29/04/2013 à 08h24 : On n’ a pas forcément un Raymond Devos par génération...
N’est-ce pas God qui a écrit récemment qu’on reçoit les pubs en rapport avec les sites qu’on visite habituellement ? 
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 11h44 : Raymond Devos, Fernand Raynaud n’employaient pas de mots rares ; leur...
Bien sûr. il n’est pas besoin d’employer des mots rares pour s’exprimer. Quand on connaît sa langue et qu’on emploie les mots justes, on a un vocabulaire riche et on se fait bien comprendre. Quand en plus on a de l’humour comme Raymond Devos ou Pierre Desproges, c’est un régal.

Et fi des pédants qui émaillent leurs propos de termes inusités uniquement pour épater la galerie ! 
réponse à . Claudine le 29/04/2013 à 13h35 : Bon ! Moi je vais te vexer.  - Il me semble que quelque peut prendre u...
Puis-je donner un avis ?

Quelque est invariable (adverbe) quand il a le sens de "environ, à peu près" et précède un nombre : il se trouve à quelque trente kilomètres.

Il prend un "s" au pluriel quand il est adjectif et désigne une petite quantité : il y avait quelques poules dans la basse-cour.

réponse à . Claudine le 29/04/2013 à 13h35 : Bon ! Moi je vais te vexer.  - Il me semble que quelque peut prendre u...
Claudiiiiine !
"Il me semble que quelque peut prendre un "S" lorsqu’il a le sens de plusieurs". Voui ! sauf lorsqu’il est placé devant un nom de nombre. Il est alors adverbe et signifie "environ" indique Maurice Grevisse *. Mais ça, je ne le dis qu’à toi.

Syanne ! On a besoin de toi !

*Qu’est-ce que j’ai "reçu" ici le jour où j’ai malencontreusement écrit Grévise - parce que je le prononçais ainsi depuis si longtemps, faisant erreur je le reconnais - au lieu de Grevisse. Remarque, ça tanne la peau ! Depuis, avec une cruelle ironie et un silence charitable, je relève les fautes de ceux qui me faisaient remarque. Ça m’amuse follement !

Charmagnac a été plus rapide... et sans méchante humeur lui !
réponse à . charmagnac le 29/04/2013 à 14h34 : Bien sûr. il n’est pas besoin d’employer des mots rares pour s...
Une bonne façon de moucher un pédant qui se plante, c’est de jouer son propre jeu et de le traiter de cuistre...
réponse à . DiwanC le 29/04/2013 à 14h45 : Claudiiiiine ! "Il me semble que quelque peut prendre un "S" lorsqu&rsquo...
Moi c’était avec " je peut " au lieu de " je peux ". C’était ma petite nièce qui avait voulu répondre à ma place, elle avait 10-11 ans, mais j’aurais pu faire la même faute. Elle a été un peu vexée.
@Charmagnac - bien sûr que tu peuX donner ton avis, c’est toujours intéressant lorsque c’est avec courtoisie.
Syanne ! où es-tu ?
réponse à . DiwanC le 29/04/2013 à 14h45 : Claudiiiiine ! "Il me semble que quelque peut prendre un "S" lorsqu&rsquo...
J’ai beaucoup apprécier ton intervention !
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 11h44 : Raymond Devos, Fernand Raynaud n’employaient pas de mots rares ; leur...
Justement, pendant les vacances, nous avons regardé des sketches de Fernand Raynaud avec mon petit de 7 ans. Il a beaucoup rit. Il n’y a pas d’âge pour apprécier les belles choses.
réponse à . DiwanC le 29/04/2013 à 14h45 : Claudiiiiine ! "Il me semble que quelque peut prendre un "S" lorsqu&rsquo...
Charmagnac a été plus rapide... et sans méchante humeur lui !

C’est l’une des raisons de mon succès. 
Moi aussi !
En baguenaudant sur la toile pour y butiner la substantifique moelle qui s’y trouve (tiens, à propos, pourquoi donc toile ne s’écrit-il pas toelle, comme moelle, qui se prononce pourtant pareil, à moins que ... ?), et curieux de comprendre pourquoi certains prononçaient mwal et d’autres mwel, certains écrivaient moelle et d’autres moëlle, je suis tombé sur le site d’un certain Maurice Rouleau, professeur de son état à Trois-Rivières, dans la Belle Province. Et je me suis régalé, même si je ne suis pas encore au bout (du Rouleau).

Voici le début de son billet (à cette page) :
Conditionné depuis des années à écrire moelle, je suis toujours surpris de le voir affublé d’un tréma. Que le commun des mortels fasse cette « faute », cela s’explique encore : ce n’est pas un mot courant. Mais qu’elle soit faite par des gens qui travaillent dans le domaine médical, il y a là de quoi être étonné. Ne devraient-ils pas, eux, savoir comment l’écrire? ...
Une fois remis de la rapide jouissance que me procure ma douteuse supériorité orthographique, je me suis mis à me questionner sur cette « faute ». Il est facile de dire que les gens devraient savoir, mais savoir quoi, au juste?

Un homme qui, sans pédanterie (pour charmagnac ), sans dogmatisme et sans se prendre au sérieux, écrit de longs billets documentés, savants et passionnants sur des questions aussi primordiales que celles de savoir si moelle doit s’écrire avec ou sans tréma, se prononcer mwal ou mwel, et pourquoi pas moel, ou pourquoi on écrit canoë alors qu’on prononce canoé, ne peut pas être complètement mauvais, et mérite d’être connu des Expressionautes.

S’agissant donc de moelle, qui est l’orthographe la plus communément admise, et dont la prononciation dite "correcte" (mais par qui, et de quel droit ?) est mwal, voici un court extrait de ce qu’on peut en lire sur le site sus-cité :

- moelle s’est prononcé mo-èl jusqu’au début du XVIIe siècle. Quant à son éventuelle accentuation, elle aurait une justification étymologique, puisque le mot vient du latin medulla, devenu medole, puis mëole, moële et autres variantes, et enfin moelle (sources : Dictionnaire général et TLFi).
...
La BDL précise : « À l’époque où la diphtongue oi se prononçait [wE] (ouè), et non [wa] (oua), moelle se prononçait [mwEl] (moèl). C’est sans doute par analogie avec l’évolution phonétique de cette diphtongue que l’on dit aujourd’hui [mwal] (moil) plutôt que [mwEl] (moèl). L’influence de l’orthographe sur la prononciation a probablement ralenti cette évolution et fait subsister la prononciation [mwEl] (moèl) ».

Furetière, dans son Dictionnaire, écrivait moëlle, qu’il prononçait sans doute comme Noël. Victor Hugo, selon le CNRTL (à cette page), ne mettait pas d’accent, mais il faisait rimer moelle avec cruelle (dans Cromwell !), et Baudelaire faisait de même avec elle : la prononciation en -elle s’est donc prolongée largement au-delà du XVIIème (siècle) - et je crois qu’elle est encore en usage en bien des endroits (au moins en dehors de l’ouest du XVIIème - arrondissement, où une tenue correcte est de rigueur).
réponse à . Enkidou le 29/04/2013 à 17h08 : En baguenaudant sur la toile pour y butiner la substantifique moelle qui s&rsquo...
Voici le début de son billet (à cette page)
Excellente lecture : je me suis inscrit pour être averti des nouvelles publications de ce blog.
Merci.
réponse à . Enkidou le 29/04/2013 à 17h08 : En baguenaudant sur la toile pour y butiner la substantifique moelle qui s&rsquo...
(mais par qui, et de quel droit ?)
Par qui… Par tous les grammairiens qui édictent les règles depuis la nuit des temps… par Furetière, par Littré, par tous ces messieurs-dames de l’Académie française, par l’usage… me semble-t-il.

De quel droit… parce que c’est comme ça !
Et pis c’est tout* !
*Phrase péremptoire qui - depuis longtemps - fait la loi sur ce mêêêerveilleux site ! :&rsquo)
C’est qui qui aime la substantifique moelle de l’os à moelle du pot au feu hein ? C’est qui ?
Levez le doigt que je fasse des statistiques !
réponse à . Enkidou le 29/04/2013 à 17h08 : En baguenaudant sur la toile pour y butiner la substantifique moelle qui s&rsquo...
N’étant pas grammairien, tout le monde se fout de savoir que je suis du même avis que Monsieur (qu’on ne prononce plus "mon scieur") Rouleau au sujet de la moelle.
En revanche, il serait étonné de constater combien de praticiens savent écrire "Alzheimer" sans se tromper et de connaître le nombre de ceux qui, même depuis l’élection de la chancelière allemande, continuent à écrire "tumeur de Merkel" avec un "c" devant le "k". Google en dénombre plus de 42 000 occurrences.
Heureusement, le métier des médecins est de soigner les malades et pas d’apprendre l’orthographe, même si ça ne fait pas de mal.

Réflexion faite, je crois que mes exemples sont mal choisis, étant des noms propres étrangers.
Tant qu’on ne confond pas la moelle osseuse et la moelle épinière.
Un serpent avait mal au zoo. 
Quand on va en Russie, ce qu’on hume est russe.

Il faut se méfier du radis : le radis use. Mais il n’est pas le seul : le cubi t’use aussi.
réponse à . joseta le 29/04/2013 à 09h10 : Dans les os on trouve la carpe, et on trouve la carpe dans les eaux....
Gefilte fisch ? Si vous êtes sages, je vous donnerai la recette, la veille du Seder...
réponse à . DiwanC le 29/04/2013 à 11h37 : Tu as raison ! Suis allée chercher bien loin ce sac d’os qu&rs...
C’est ma préférée de Tonton Georges, ma Germaine ! Dieu sait s’il y en a de belles, mais celle-là, c’est celle que je trouve la mieux adaptée à la Mort... 
réponse à . Enkidou le 29/04/2013 à 17h08 : En baguenaudant sur la toile pour y butiner la substantifique moelle qui s&rsquo...
J’ignore si les règles de bienséance de ce site m’autorisent à me répondre à moi-même, mais je le fais quand même : je voulais retrouver les vers de Victor Hugo dont je parlais tantôt, et c’est chose faite. Vers où l’on constate que non seulement moelle rime avec cruelle, mais aussi qu’il faut prononcer mo-elle, sinon le vers est bancal.

Voici donc le lien (cette page), et les vers en question :

CARR
Ta bouche est un venin dont mon âme est flétrie.
Retirez-vous de moi, vous tous qui commettez
Les fornications et les iniquités !
Vous desséchez mes os jusque dans leur moelle !
Mais les saints prévaudront ! - Votre engeance cruelle
Ne les courbera point ainsi que des roseaux ;
Et, quand déborderont enfin les grandes eaux,
Elles n’atteindront pas à leurs pieds !

LORD ROCHESTER
Tu radotes !
A quoi vous serviraient alors vos grandes bottes ?
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 11h38 : C’est peut-être une goélette, mais c’est une mutante&nb...
Une goélette "mutante": peut-être "l’étoile matutine" ? (Pierre Mac Orlan)
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 14h52 : Une bonne façon de moucher un pédant qui se plante, c’est de...
Notre Elpépé n’eut pas mieux répondu... 
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 18h43 : C’est qui qui aime la substantifique moelle de l’os à moelle ...
Bougez pas, j’ai les noms ! Potverdoumme ! 
réponse à . DiwanC le 29/04/2013 à 18h26 : (mais par qui, et de quel droit ?)Par qui… Par tous les grammairiens qu...
Si j’osais ce sacrilège, ce crime de lèse-divinité, je dirais que je suis plutôt, au moins pour ce qui concerne les mots, de la tendance Ni dieu ni maître (voir cette page). Tout en respectant infiniment tous ceux, écrivains, grammairiens, professeurs, inventeurs de sites internet, et même académiciens, qui ont fait, font, et font connaître, et aimer, la langue française, dans sa richesse et sa diversité.
réponse à . Enkidou le 29/04/2013 à 21h28 : Si j’osais ce sacrilège, ce crime de lèse-divinité, j...
Si j’osais ce sacrilège, ce crime de lèse-divinité,...
Comment te lire ? Plaisantes-tu ? Es-tu sérieux ?

Je ne peux imaginer – ne serait-ce que l’ombre d’un instant – que tu n’as pas saisi dans mes propos et ceux de quelques-uns d’entre nous (comme dit potverdoume : j’ai les noms !), toute l’espièglerie, la taquinerie, l’amusement, je vais même oser : la diablerie ! que nous y mettons.
Divinité, Mêêêrveilleux, Mâtin ! quel site ne sont que pour sourire, sans obséquiosité ni servilité.

Si tu vas fouiller dans le Menu tout là-haut et notamment dans "La Foire aux questions", tu pourras lire une réponse de Georges Planelles : Je considère qu’on peut rire de presque tout, […] ou de moi-même (là, il y a de la matière), etc.
Il n’est pas rare qu’il soit égratigné, que certains se fâchent jusqu’à démissionner (quitte à revenir !). D’autres (j’en fais partie) utilisent "Contact" appelé ici Canal 12.

Une chose encore - et sans cirer les pompes, comme on dit élégamment ! - j’aime bien lire tes interventions. Voilà, c’est dit !
réponse à . <inconnu> le 29/04/2013 à 21h10 : C’est ma préférée de Tonton Georges, ma Germaine ...
Voici bien une question à laquelle je ne peux répondre : quelle est ma préférée ?
Oncle Archibald, bien sûr, mais aussi la douce Jeanne, La Marche nuptiale m’émeut toujours... la mélodie de La Légende de la nonne... et puis L’Assassinat... Bon, on va pas toutes les faire !

BeeBee il y a quelques jours, syanne hier, toi aujourd’hui...
Mazette ! les beaux jours reviennent !
réponse à . DiwanC le 30/04/2013 à 01h18 : Si j’osais ce sacrilège, ce crime de lèse-divinité,.....
Quant à moi, sans flagornerie,
A te lir’ toujours je souris.
Car à vrai dire je suis fan,
Fan de la divine Diwan.
réponse à . charmagnac le 29/04/2013 à 14h27 : N’est-ce pas God qui a écrit récemment qu’on reç...
Mais ce ne sont pas des pubs.... C’ est internet explorer qui ouvre des fenêtres "erratiques" alors que je n’ ai rien demandé et que je n’ ai jamais cherché sur quelque moteur de recherches que ce soit ce genre d’ infos...
réponse à . mitzi50 le 30/04/2013 à 08h58 : Mais ce ne sont pas des pubs.... C’ est internet explorer qui ouvre des fe...
T u devrais changer de moteur de recherche. J’ai eu les mêmes ennuis. Maintenant c’est fini.
réponse à . Enkidou le 30/04/2013 à 08h43 : Quant à moi, sans flagornerie, A te lir’ toujours je souris. Car &a...
Après avoir lu ça, je peux mourir ! 
Que dire… sinon merci, merci et merci encore pour ce bien joli cadeau.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « La substantifique moelle » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?