(Taillable et) corvéable à merci - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

(Taillable et) corvéable à merci

Être bon pour faire les corvées.
Être destiné à être exploité.

Origine

Qu'on puisse tailler un crayon ou bien une pipe (comme à Saint-Claude Lien externe, bien sûr), cela se comprend aisément.
Mais comment peut-on tailler un individu, quand bien même serait-ce pour qu'il porte un casque à pointe ?

Ceux qui n'ont pas trop joué à la bataille navale ou au morpion lors de leurs cours d'histoire de France, se rappellent probablement qu'il y a bien longtemps, au Moyen-Âge, la 'taille' était un impôt que le serf devait à son seigneur. Le paysan était donc 'taillable'.

Mais ce même paysan devait également des journées de travail à son maître, la corvée. Il était donc aussi 'corvéable'.

Comme ces corvées et le montant de la taille dépendaient souvent du simple bon vouloir ou du bon plaisir du seigneur, le serf était purement et simplement à sa merci.

Et voilà comment avec trois éléments spécifiques d'une partie lointaine de notre histoire, nous obtenons une expression qui est encore utilisée de nos jours, alors qu'on n'utilise plus les deux adjectifs isolément ou dans une autre locution.

Exemple

« Celui qui ne pouvait payer, donnait son corps et son temps, taillable et corvéable à merci, obligé de labourer, moissonner, faucher, façonner la vigne, curer les fossés du château, faire et entretenir les routes. »
Émile Zola - La terre

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « (Taillable et) corvéable à merci » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Marocar 'abd mcharat el hnakEsclave aux joues scarifiées
Allemagnede (Jemandem) bedingungslos ausgeliefert seinÊtre livré (à quelqu'un) inconditionnellement
Angleterreen To be at somebody's beck and callÊtre à l'ordre et à l'appel de quelqu'un
Angleterreen To do one's master / someone's biddingFaire les ordres (volontés) de son maitre / de quelqu'un
Angleterreen Ready to do one's master's biddingFaire les ordres (volontés) de son maître
Espagnees Comer y callarManger et se taire (obéir sans se plaindre)
Argentinees Bajo el yugo de alguien.Sous le joug de quelqu'un.
Canada (Québec)fr Être né pour un petit pain
Hongriehu Még a bőr is lenyúzható róla.On peut lui enlever même la peau.
Italieit Essere sempre agli ordiniÊtre toujours aux ordres
Italieit Dover essere a completa disposizione di qualcuno Devoir être à complète disposition de quelqu'un
Pays-Basnl een assepoes (ou: assepoester) zijnêtre un cendrillon
Pays-Basnl een werkezel zijnêtre un âne de labour (bête de somme, bourreau de travail, homme/femme de peine)
Pays-Basnl ploeteraar - sloof - sappelaarindividu -malheureux- toujours en service des autres (femme/homme de peine, bête de somme etc.)
Pays-Bas (Amsterdam)nl iemands voetveeg zijn de pispaal zijnêtre celui a qui on s'essuye les pieds; être le paillasson
Roumaniero A fi la degetul mic al cuivaEtre au petit doigt de quelqu'un
Roumaniero Bou de tras la jugBœuf à tirer au joug
Roumaniero a pune/atarna cuiva belciugul in nasmettre/accrocher à quelqu'un un anneau au nez

Vos commentaires
c’est souvent, que nous les femmes sommes "taillables et corvéables à merci" ... pour satisfaire les exigences de notre "Seigneur et maître" de mari, ainsi que les caprices de nos chères petites têtes blondes (ou pas blondes)
Non, je ne suis pas Caliméro ! mais le plus clair de mon temps a été mis à leur disposition pendant plus de 30 ans ! Il est parfois difficile de s’en affranchir (quand on a donné de si bonnes habitudes !) 
l’automobiliste, actuellement, se retrouve dans cette position : carte grise hors de prix, à laquelle "s’ajoutent des taxes complémentaires concernant les rejets de plus de 200 g/km de CO2, touchant de plein fouet les grosses cylindrées. Outre les tarifs excessifs des autoroutes et les prix exorbitants des carburants, l’automobiliste demeure malheureusement un contribuable taillable et corvéable à merci, un électeur portefeuille, un usager prodigue contre son gré, qui doit parallèlement subir en matière de vitesse une répression aveugle qui ne tient aucun compte de l’expérience des gros rouleurs ou de ceux pour qui la route est un outil professionnel. Pour mieux remplir les caisses de l’Etat, nul ne fait, dans les hautes instances de la machine administrative et gouvernementale, grand cas de notre pouvoir d’achat". (heureusement, je n’ai qu’une petite charrette !)
Il est aussi possible de parler de patrons pêcheurs qui font la UNE des journaux de la semaine dernière ... et de bien d’autres corporations ! 
réponse à . cotentine le 09/11/2007 à 00h36 : c’est souvent, que nous les femmes sommes "taillables et corvéables...
Ben moi, non seulement je suis taillable, mais encore je dis "merci madame".
Un bon patron est taillable et corps-vêt-able à merci, n’est-ce pas Chirstian ? Bonjour de l’aube qui rosit !
réponse à . cotentine le 09/11/2007 à 00h52 : l’automobiliste, actuellement, se retrouve dans cette position : cart...
L’automobiliste français est donc un serf-veau (et le dindon de la farce).
réponse à . cotentine le 09/11/2007 à 00h36 : c’est souvent, que nous les femmes sommes "taillables et corvéables...
tu tailles un beau costard à ces messieurs ! Ils vont se tailler une bavette contre tous tes arguments !

Bonne journée
réponse à . Elpepe le 09/11/2007 à 01h31 : Ben moi, non seulement je suis taillable, mais encore je dis "merci madame"....
...A qui sait par quel bout te prendre ! 
Après avoir été taillé en pièces, le coprs veillable est à la morgue.
Et c’est sans morgue que je vous le dis!

Bien le bonjour à toutes et à tous en ce vendredi, jour béni entre tous, car il annonce l’approche de la fin de semaine...
J’ai été taillé et corvéé sans merci toute la semaine, je vais donc aller tailler les rosiers demain. Et puis, ferai tourner le compresseur pour vider les tuyauteries...
Et dimanche, une caclette entre copains. ... le pied en perspective...

Quelqu’un/e a-t-il/elle des nouvelles de Memphis et de sa maîtresse? Est-elle toujours sur les rotules? Cela devrait être à peut-près maintenant que nous devrions fêter son retour, non? Marceeeeeeeeeeeeeellllllll est déjà sur le pied de guerre, les bouteilles sont au frais (de la princesse, bien sûr)

Et Bridge, Franclaohara, Misscandide? Où restent-elles?

Dites-moi, où, n’en quel pays,
est Flora, la belle romaine,
Alcibiada ne Thays,
qui fut sa cousine gremaine...

Que reste-t-il de nos-z-amours?

Même pas un mot, ni d’adieu, ni d’excuse..., cela ne se peut, elles ont dû se perdre dans les arcanes de la langue francaise...
Abazour à toutes et tous ! Eh ben, les enfants, ici, à Anvers, la tempête fait rage, mais comme je suis taillable et corvéable à merci, je vais tout de même m’y exposer pour travailler !
Bonne zournée !
réponse à . Rikske le 09/11/2007 à 08h00 : Abazour à toutes et tous ! Eh ben, les enfants, ici, à Anvers...
Ben vi... C’est ça, les marins : durs à la peine et aux aléas météorologiques. Et, si tu remarques bien le commentaire de God, on est passé du statut de taillable à celui de contribuable, de corvéable à chronométré sur la chaîne, travaux d’intérêt général pour les plus rétifs...
Je crois bien que mon père avait raison : plus ça change, et plus c’est la même chose.
réponse à . cotentine le 09/11/2007 à 00h52 : l’automobiliste, actuellement, se retrouve dans cette position : cart...
l’automobiliste demeure malheureusement un contribuable taillable et corvéable à merci,
taillable et corvéable amer, si ?
Le serf n’avait pas le choix. Le refus du travail pour le seigneur ou pour la collectivité (qui s’est poursuivi bien après le moyen âge) était passible de mort. L’utilisateur moderne d’un service public ou privé a le choix de ne pas l’utiliser : l’essence augmente, pédalez ! nous dit la ministre.
Quant au contribuable , il est effectivement tenu de respecter les choix de la majorité, d’essayer d’en changer... ou de s’expatrier.Belgique, nous voici !
Mais en tous cas, le grand changement c’est que nous ne sommes plus dans le domaine du "à merci" , c’est à dire de l’arbitraire, mais dans celui des lois (bonnes ou mauvaises, elles existent!).
PS : merci, vient de mercedem : le salaire. Remercier quelqu’un c’est donc le payer en gratitude au lieu de le payer en espèces . C’est parfois mieux apprécié. Mais il est rare que cela suffise. Hélas !
Si je me taille, je ne suis plus corvéable? Merci c’est ce que je vais faire 
réponse à . chirstian le 09/11/2007 à 08h54 : l’automobiliste demeure malheureusement un contribuable taillable et corv...
Mercedem ? Benz ça alors !

RÉCLAME :

Expressio, le site éditeurdepartochable.
Ah, merci, God !
parmi les impôts , l’épatante c’est les patentes .

assez d’impôts !
Dans "premier de corvée", Frizon Roche jurasses mais un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus.
c’est le progres : maintenant, on a plusieurs tailles pour les impôts : heureux les XXL..(mais ils auront du mal à passer par le chas d’une aiguille)
Bonjour à tous et toutes
Meuhh non meuhh non mon Filou
Zée s’ouis à la recherche de mon veau qu’a but l’air
Je te dis mon ami que loin ne suis partie
Ne voulant être corvéable de la langue sans-fraise
M’étais réfugiée dans les arcannes du tarot
Douillettement entre l’empereur et l’impératrice
M’ont exemptée des travaux de taille et des corvées
M’ont pas dit mer- six non plus.
Agrée, Filou mes considérations indémaillables

Franc la Gréable
tailler un crayon ou bien une pipe (comme à Saint-Claude

God ya pas qu’à Saint Claude qu’on taille des pipes. Dans notre midi aussi on en taille.
A Cogolin, c’est quoi ? des crayons ?  
D’ailleurs cette EXPRESSION VIENT DE LA MARINE via l’écume de mer des pipes de Cogolin, célèbres chez tous les bons marins.
réponse à . <inconnu> le 09/11/2007 à 10h35 : tailler un crayon ou bien une pipe (comme à Saint-Claude God ya pas qu&r...
Sauf qu’il est impossible de trouver une pipe de Cogolin à Toulon : c’est comme si tu prétendais, non autochtone initié, acheter un homard sur la côte bretonne !
Et ça, Quasimatelot, c’est du vécu... Essaie un peu, pour voir ?
réponse à . Elpepe le 09/11/2007 à 10h47 : Sauf qu’il est impossible de trouver une pipe de Cogolin à Toulon&n...
Si t’avais un bateau plus petit, mon amiral, tu pourrais aller directement à Cogolin te faire tailler une pipe sur mesure voir même (mais c’est plus cher) une à ton effigie.
Je ne vois pas pourquoi j’irais à Toulon alors que les pipes c’est à Cogolin ou au bois de Boulogne.
réponse à . Elpepe le 09/11/2007 à 10h47 : Sauf qu’il est impossible de trouver une pipe de Cogolin à Toulon&n...
pour le homard, viens donc dans mon coin, en Cotentin, entre la côte et les îles Anglo-Normandes, avec un casier, tu peux espérer des homards de belles tailles ! et on en profitera pour tailler une bavette ! 
" Ce mot de taille venait de l’usage des collecteurs de marquer sur une taille de bois ce que les contribuables avaient donné" Voltaire
La taille étant chacune des deux parties d’une latte de bois fendue longitudinalement. On coche les deux parties lors du paiement. L’une, la souche, reste aux mains du receveur ou du marchand, l’autre sert de preuve au payeur. Je vous aurais bien fait le dessin de la taille mais j’ai égaré les crayons.

Les impôts de toutes sortes ont toujours existé, il suffit de consulter cette page pour s’en convaincre. Pour la conversion en €, il vous suffira de consulter votre banquier qui sera ravi de la faire. 
L’expression "mettre à pied" du 05/09/2005, reprise le 21/07/2007 avait suggéré à « inconnu » ( ??) cette tirade : « Le personnel aujourd’hui, n’est plus ce qu’il était, brave sans limite, courageux jusqu’à l’évanouissement et corvéable à merci. » (vu par un patron ???)
réponse à . tytoalba le 09/11/2007 à 11h34 : " Ce mot de taille venait de l’usage des collecteurs de marquer sur une ta...
L’une, la souche, reste aux mains du receveur ou du marchand, l’autre sert de preuve au payeur.
effectivement, on taillait deux baguettes, et le système a débuté avant cet impôt, et a duré plus longtemps que lui, puisque certains boulangers de campagne l’utilisaient encore avant guerre ! le grand incendie du Parlement de Londres a pris dans les caves où étaient conservées ces tailles...
Dans bien des cas la taille était perçue par une équipe de contribuables, nommé pour l’année par l’assemblée du village. Ils étaient solidairement responsables de son encaissement, et les conditions selon lesquelles le village devait les assister dans cette collecte était strictement codifiée ... et donnait lieu à de nombreuses plaintes et procès. Taille haut, taille haut...  ! Et si je n’ai pas tout oublié de mon cours de fiscalité il y avait en fait une taille réelle calculée sur les biens matériels (la terre) qui donnera finalement les taxe foncière et mobilières actuelles, et la taille personnelle qui deviendra notre IRPP actuel.
marceeeeeeelllllllll .... impôt avec une taille - non ! une paille !
Être destiné à être exploité.
parfois ... au péril de sa vie ???
La Fontaine, dans « Les animaux malades de la peste » cette page utilise tous ses talents de conteur. L’âne, par excellence, n’est-il pas l’exemple de celui qui est « taillable et corvéable à merci » ??? … et là en l’occurrence, ils (les autres) crient "haro sur le baudet" et sans vraiment lui "tailler des croupières", décident de le "tailler en pièces" … Les interventions successives des différents animaux : Lion, Renard, etc … puis Ane, tous représentant une classe sociale, constituent pour beaucoup à servir la morale. A la fin de la fable, on ne sait si peste va disparaître avec le sacrifice innocent … mais qu’est donc la peste, sinon cette atmosphère empoisonnée de mensonge, calculs, hypocrisie, flatterie... où seule honnêteté est punie ? 
Bonjour les gens,

pfff ! Pas eu le temps de tailler une bavette avec vous ce matin, trop de boulot. Voila ce que c’est que d’être corvéable à non merci.

Je vois que l’on reste dans une certaine logique dans le choix des expressions, en effet après avoir parlé de taille de trou (le chameau dans le chas), de futaille (à votre santé), de bataille (arme blanche), nous voici à parler de taille tout court. C’est la synthèse de la semaine, et là je dis merci mon God (de belle taille).
[« Celui qui ne pouvait payer, donnait son corps et son temps, taillable et corvéable à merci, ]

Un peu comme quand on fait la vaisselle dans un restau si on a oublié les chèques-repas ... 

@ tous les francophones de Jolie Gique : no pasaran  ! Mais apprenons quand même à prononcer "Schild en vriend" correctement 
réponse à . chirstian le 09/11/2007 à 08h54 : l’automobiliste demeure malheureusement un contribuable taillable et corv...
merci, vient de mercedem
Mercedem: forme dative de mercedes, c’est cà?
réponse à . Jonayla le 09/11/2007 à 13h22 : [« Celui qui ne pouvait payer, donnait son corps et son temps, tailla...
@ tous les francophones de Jolie Gique : no pasaran  ! Mais apprenons quand même à prononcer "Schild en vriend" correctement

suis francophone et en Gique (jolie, oui mais ...) Et pas compris, pourrais-tu traducter ? 
réponse à . tytoalba le 09/11/2007 à 13h39 : @ tous les francophones de Jolie Gique : no pasaran  ! Mais apprenons ...
Schild en vriend, c’est "le mot de passe" qu’on demandait à dire aux gens pour savoir s’ils parlaient bien le flamand, la prononciation du phonème "sch" étant typique. S’ils étaient Français, ils avaient un peu de mal à prononcer cela, et on les massacrait purement et simplement ... Ca remonte au XIV° siècle, en 1302 ...
cette page

No pasaran, c’est une formule espagnole utilisée durant la guerre civile de 1936 cette page

Ouala 
réponse à . Jonayla le 09/11/2007 à 14h03 : Schild en vriend, c’est "le mot de passe" qu’on demandait à d...
Seras-tu la pasionaria belle jeu ?
Plutôt la Passionata, celle de Guy Marchand 
cette page
réponse à . Jonayla le 09/11/2007 à 14h03 : Schild en vriend, c’est "le mot de passe" qu’on demandait à d...
on les massacrait purement et simplement
Que disais-je, en_10 ? Ah oui : plus ça change et plus c’est la même chose... Moi, si j’étais Flamand, j’attendrais, pour la force du symbole bien entendu, le 24 août prochain... (cette page). Et à l’arme blanche, style reconstitution historique, ce serait encore mieux, non ?
Bon, allez, ne vous inquiétez pas : on va vous envoyer le French Doctor, et vous serez sauvés. Evidemment !
réponse à . Elpepe le 09/11/2007 à 01h31 : Ben moi, non seulement je suis taillable, mais encore je dis "merci madame"....
Ben moi chuis corvéable pour la taille, et j’en connais un bout, mais j’dis pas merci ! Pffff !

Eureka de Corvée de Taille (t’as vu les particules, hein msieudames ?)
réponse à . Jonayla le 09/11/2007 à 14h03 : Schild en vriend, c’est "le mot de passe" qu’on demandait à d...
ben voilà, encore une journée pendant laquelle je m’instruis. Grâce à qui ? Hé oui, grâce à god et ses ami(e)s. Expressio, le site où on en sait plus et d’une manière agréable. Je ne vais pas citer tout le monde, mais merci à tous de rendre ce site si attrayant, même si parfois nous ne sommes pas d’accord.  C’est ce qui en fait tout son charme.
réponse à . tytoalba le 09/11/2007 à 11h34 : " Ce mot de taille venait de l’usage des collecteurs de marquer sur une ta...
Donc le seigneur imposait beaucoup de taxes et octroyait des fêtes pour se faire pardonner, en particulier à Nantes :

A Nantes en 1468, si on jette ses ordures là ou c’est interdit :
prison + 60 sous au chef de famille,
prison + 7 sous 6 deniers aux autres.

justement on sait bien que souvent : "Sur le pont de Nantes un bal y est donné"
On pouvait y assister si l’on n’était pas en prison ou fauché pour avoir jeté ses ordures n’importe où, conclusion :

Il faut avoir la pou - belle pour aller danser !
réponse à . cotentine le 09/11/2007 à 00h52 : l’automobiliste, actuellement, se retrouve dans cette position : cart...
Ouh là là !

D’où sors-tu ce texte où le ridicule le dispute au grotesque ? C’est l’éditorial politique de l"Automobile Magazine ?
A croire qu’on force l’auteur à rouler jusqu’à plus soif (pris en otage, en somme).

Bon, j’ai un PC qui fonctionne à peu près ... Il a eu la maladie des GX 270. Dell reconnait s’être fait fourguer des condensateurs de piètre qualité et change la carte-mère gratis pro déo. Après, c’est l’article 22 : chacun se démerde comme il peut. De transferts en formattages, j’aurai du pot si je récupère tous mes fichiers.
réponse à . <inconnu> le 09/11/2007 à 15h56 : Donc le seigneur imposait beaucoup de taxes et octroyait des fêtes pour s...
A l’heure où beaucoup de personnes refont leur pain parce que le prix dans le commerce a augmenté de 0,20 € en deux mois, cela fait réfléchir. Voilà ce qu’en dit la page citée en 21 : " On a une amende si on utilise un four personnel au lieu du four seigneurial."

Et encore en bas de texte :

Taxe sur les juifs par Philippe Auguste :
en 1202, elles rapportent 1200 livres
en 1217, elles rapportent 7550 livres

Franchement, il y a de quoi entraîner Pol et Mike.
réponse à . tytoalba le 09/11/2007 à 11h34 : " Ce mot de taille venait de l’usage des collecteurs de marquer sur une ta...
[L’une, la souche, reste aux mains du receveur ou du marchand, l’autre sert de preuve au payeur. Je vous aurais bien fait le dessin de la taille mais j’ai égaré les crayons. ]

Normal, c’est Hobbes qui les a. Hooooo-oooobes, la dame voudrait les crayons ! J’espère que tu ne t’es pas taillé avec iceux ?! 

J’en profite pour souhaiter à toutes et à tous un agréable ouiquende.
réponse à . Jonayla le 09/11/2007 à 16h52 : [L’une, la souche, reste aux mains du receveur ou du marchand, l’aut...
Chut, fallait pas le dire, c’est pour ça que je n’ai pas cité le coupable. Sinon, y en a qui diront que j’ai (encore) cafté. 
réponse à . Jonayla le 09/11/2007 à 16h52 : [L’une, la souche, reste aux mains du receveur ou du marchand, l’aut...
j’ai retrouvé le dessin d’une taille
|-|
|-|
|-|
|-|
|-|
|-|
| |
| |
| |
| |
A croire qu’on force l’auteur à rouler jusqu’à plus soif

J’en connais des qui vont rouler longtemps !!!

Maaaaaaaaaaaaarceeeeeeelllll. La même chose, stp.
réponse à . tytoalba le 09/11/2007 à 16h51 : A l’heure où beaucoup de personnes refont leur pain parce que le pr...
Euh, c’est pas clair !

La taxe per capita a augmenté, ou c’est le nombre de juifs qui a augmenté ?

Alcalin :
Rappelle-toi ce que le candidat Jean-Marie L disait pendant la campagne présidentielle :

1 on doit pouvoir rouler plus vite sur les autoroutes
2 la limite de 0.5 g/l d’alcool sanguin est ridiculement basse.

Donc on doit pouvoir rouler bourré à 190 km/h !
réponse à . SyntaxTerror le 09/11/2007 à 17h08 : Euh, c’est pas clair ! La taxe per capita a augmenté, ou c&rs...
La taxe per capita a augmenté, ou c’est le nombre de juifs qui a augmenté ?

pour le savoir, il te faudra le demander à Philippe Auguste.
réponse à . SyntaxTerror le 09/11/2007 à 17h08 : Euh, c’est pas clair ! La taxe per capita a augmenté, ou c&rs...
La taxe per capita a augmenté, ou c’est le nombre de juifs qui a augmenté ?

n’excluons pas un taux d’inflation de 600% en 15 ans ! Déjà à cette époque il était de plus en plus difficile de trouver des pages , les livres n’avaient donc pas le même poids !
Je ne loge pas sur l’île de Béniquet cette page (où a été tourné le film : « Goémons » entre 1945 et 1948 alors qu’elle était encore habitée par une dizaine de personnes) et où il est plus utile de posséder un cheval qu’une voiture, … mais je vis en campagne à 5 km d’un joli petit village … à 30 km de la 1ère gare, à 55 km du moindre hôpital, et à 120 km d’une grande zone industrielle, d’une FAC, d’une FNAC, etc … et je suis bien obligée de me ravitailler à la pompe à carburants dès que je sors un peu de chez moi !
L’un de mes fils, revenu en France après un long séjour à Jersey vient de « passer à la caisse » avec sa vieille voiture jersiaise … taxes en tout genre, il est effaré des tarifs …
j’ai bien le droit d’exprimer mon « coup de g… » à 01 h. du mat. sans pour autant être " ridicule et grotesque" 
En lisant les commentaires de God, j’ai pensé : dîme, gabelle, taille, etc = taxes et dans la journée précédente, nous avions évoqué ce sujet des taxes afférentes aux véhicules … c’est aussi simple que ça ! 
Hoooheee du phaaaaare!!!
mon amiral, pisque c’est le sujet du jour t’en est où de l’encaissement de la taxe quasimodale que tu avais instituée avec ta grande clémence ?
Si vous n’avez pas peur d’avoir le vertige cette page
viendrez pas pleurer après  
réponse à . SyntaxTerror le 09/11/2007 à 17h08 : Euh, c’est pas clair ! La taxe per capita a augmenté, ou c&rs...
Et attention, hein, pasque le Jean-Marie LP, il t’a à l’oeil, hein!
réponse à . <inconnu> le 09/11/2007 à 17h51 : Si vous n’avez pas peur d’avoir le vertige cette page viendrez pas p...
vais pas pleurer, mais pas non plus en remettre sur les taxes en Belgique. Vaut mieux pas, sinon on va se gâcher le wikande.
réponse à . file_au_logis le 09/11/2007 à 17h57 : Et attention, hein, pasque le Jean-Marie LP, il t’a à l’oeil,...
S’il l’a à l’oeil, Jean-Marie LP paie pas, alors ? 
réponse à . <inconnu> le 09/11/2007 à 17h40 : Hoooheee du phaaaaare!!! mon amiral, pisque c’est le sujet du jour t&rsquo...
Euh... Bon, ben, voilà : quand mon coffre de pirate a été tellement rempli à ras-bord de lingots et autres Louis d’or, fortunes de mer extorquées, contre la vie sauve, aux Expressionautes venant s’échouer sur les récifs autour du phare, et que donc je n’ai plus pu le cadenasser, figure-toi que BB a appelé un ferrailleur indien qui cabotait par là, et lui a vendu trois francs six sous pour s’acheter un bout de chiffon.
Tante essuie bien, qu’à la fin il ne reste même plus un grain de poussière d’or dans le coffre. Ça c’est ballot, hein ? Dommage, tu vas devoir rester corvéable à merci avec ton Mac...   
réponse à . lorangoutan le 09/11/2007 à 18h59 : S’il l’a à l’oeil, Jean-Marie LP paie pas, alors ?...
C’est surtout qu’il ne peut pas faire autrement...
@ 52. Le 09/11/2007 à 19:04:08 par Elpepe

bon he ben voila une fois de plus une femme a piqué le trésor  !

Fais gaffe, demain elle partira avec le phare et les crayons de couleurs... 
réponse à . <inconnu> le 09/11/2007 à 20h42 : @ 52. Le 09/11/2007 à 19:04:08 par Elpepe bon he ben voila une fois de ...
Pour le phare je ne sais pas, mais pour ce qui est des crayons, faudra passer sur le corps de Houba. Il en a la garde absolue. Et à ce qu’on dit, la garde meurt et ne se rend pas. Pardon Hobbes. 
réponse à . Jonayla le 09/11/2007 à 16h52 : [L’une, la souche, reste aux mains du receveur ou du marchand, l’aut...
Ouaaah, quelle corvée de tailler ces craillons !

Critch-critch-Hobbes
réponse à . tytoalba le 09/11/2007 à 21h30 : Pour le phare je ne sais pas, mais pour ce qui est des crayons, faudra passer su...
Non, non, l’expression originale vient de Cuba : "le cigare demeure et ne se rend pas"

Vérit-Hobbes
réponse à . chirstian le 09/11/2007 à 16h55 : j’ai retrouvé le dessin d’une taille |-| |-| |-| |-| |-| |-|...
C’esrt du non figuratif, ça ? ...

Heeeuuu-Admir-Hobbes
Aaaahhhh! Quelle corvée! Surveiller en permanence mon tour de taille...
Et ca, juste avant les fêtes...
réponse à . file_au_logis le 22/11/2010 à 07h11 : Aaaahhhh! Quelle corvée! Surveiller en permanence mon tour de taille... E...
Ne comptez pas trop sur ma présence et ma production pendant les deux semaines à venir :
- Cette semaine, je suis dans le faisage de cartons et le brie-collage
- La semaine prochaine, je suis dans le déménage, le bricolage et le défaisage de cartons, et probablement sans Internet pendant quelques jours.
réponse à . God le 22/11/2010 à 07h30 : Ne comptez pas trop sur ma présence et ma production pendant les deux sem...
God sans internet ?
C’est comme Zeus sans la foudre !
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 07h44 : God sans internet ? C’est comme Zeus sans la foudre !...
God sans internet ?
C’est comme Zeus sans la foudre !

Comme Germaine sans rideaux
Comme Tytoalba sans chouette
Comme Louisann sans scooter rose
Comme Houbba sans crayons de couleurs
Comme Beebee sans rillettes
Comme Cotentine sans Momo
Comme Momo sans lala
Comme Chirstian sans la Lune
Comme Horizondelle sans lac
Comme Syanne sans Grévisse
Comme Filo sans Minou
Comme Rikske Sanantonio
Comme ces corvées et le montant de la taille dépendaient souvent du simple bon vouloir ou du bon plaisir du seigneur, le serf était purement et simplement à sa merci.
Loin de moi l’idée de transformer ce forum de la langue française en forum de l’histoire, mais il faut quand même signaler que cette expression appartient au tout début du Moyen Age. Toute l’évolution de celui-ci va vers la disparition des trois termes :
- les serfs ont progressivement été affranchis ;
- les corvées (d’un mot signifiant demander) ont été progressivement limitées à quelques jours de travail lors des grandes occasions : labourage, moisson, rentrée des foins, puis ont été remplacées par des versements en argent ;
- la taille, au début réquisition "à merci", est devenue progressivement un versement annuel fixe, ancêtre de nos impôts fonciers.

Si ces sujets, qui me passionnent depuis 40 ans, intéressent quelqu’un, laissons God ranger Ses cartons, bricoler à Son aise et récupérer l’instrument de Sa toute-puissance, et mon canal 12 est à portée de tous ceux qui en feront la demande.
réponse à . mickeylange le 22/11/2010 à 08h35 : God sans internet ? C’est comme Zeus sans la foudre ! Comme Germaine sa...
Comme mickeylange sans pinceaux...
réponse à . God le 22/11/2010 à 07h30 : Ne comptez pas trop sur ma présence et ma production pendant les deux sem...
God déménage. Quel scoop !  
Je me rappelle, lorsque petite fille, ma mère devait des journées de travail au cultivateur du coin .Ces journées détestées par elle et adorées par moi, car ce jour-là je mangeais les grosses tartines du 4 h offertes par la fermière, étaient dues en contrepartie du labourage des quelques champs détenus par mes parents qui ne possédaient comme animaux qu’un cochon, une chèvre, des poules et des lapins. Il fallait donc faire appel au fermier pour les travaux des sols, ainsi que le faisait la plupart des voisins.
Cela se passait au moment de la récolte des betteraves, des pommes de terre….
Donc surprise ce matin pour moi de découvrir que ces journées très particulières étaient des journées de corvée. Donc, ainsi que cela se faisait au moyen âge, nous étions encore corvéables et taillables aussi puisque le percepteur venait plumer mes parents à date régulière au sein même de la mairie Et gare à qui ne payait pas ses impôts ! Tout le village les avait à l’œil.
Et cela se passait encore ainsi dans les années 55 / 60 …. C’est comme si nous évoquions la préhistoire…
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 09h18 : Comme ces corvées et le montant de la taille dépendaient souvent d...
mes sources donnent comme origine un texte de Chamfort de 1794 (Caractères et anecdotes) : « peuple serf, corvéable et taillable à merci et miséricorde »
Mais je te rejoins sur le fait que la situation qu’il décrit est bien celle du Moyen-Age.
Maintenant que les seigneurs locaux ne se bagarrent plus entre eux et que par conséquent ils "n’ offrent" plus protection à leur petit peuple en échange de redevances et de journées de travail, que l’ abolition des privilèges a été votée la nuit du 4 août 1789, il faut bien pourtant prélever des fonds pour que les pays fonctionnent. Mais, alors que tous râlent en recevant leurs avis d’ imposition, ou lorsque le prix du tabac augmente, il y a une double imposition dont personne ne se plaint : celle sur les jeux. Si je gagnais 8 millions d’ euros au loto (ce qui n’ arrivera jamais puisque je ne joue pas), cela signiifierait qu’ une somme au moins équivalente a déjà été engrangée par le fisc. Et que, si l’ ISF subsiste (sous quelque forme que ce soit) je devrais le payer. Il est question de le supprimer,mais on va bien inventer un truc pour le remplacer ! Et en plus la pression fiscale sera sans doute plus importante sur les revenus modestes à moyens (en proportion évidemment). Car je veux bien payer 50 millions d’ euros par an s’ il m’ en reste 150 (toujours pas an) pour vivre. Pas 2500 euros si, après cela, il ne m’ en reste que 14.000 ! Ces chiffres ont été sortis au hasard, mais je suis plus près du 2è cas que du 1er...
Je relis l’ intervention de Lorraine. Sous prétexte de "troc" les petites gens jouent souvent à qui perd gagne - celui qui gagne n’ étant pas eux, évidemment - car, pour moi, l’ entr’ aide est essentielle et un service rendu ne devrait pas être compensé par des journées de travail car il est sûr que les animaux de trait n’ auraient pas été prêtés au moment où leur propriétaire en avait lui-même besoin.
réponse à . chirstian le 22/11/2010 à 09h42 : mes sources donnent comme origine un texte de Chamfort de 1794 (Caractère...
je te rejoins sur le fait que...
VPJ (very private joke) :
Si je relis attentivement ta contribution # 23 de 2007, tu me rejoins également (deux ans avant !) sur le fait qu’il il avait un rapport entre le mot "taille" et une encoche faite sur un morceau de bois ! Il me semble que nous avions eu un débat là-dessus fin 2009, mais je ne retrouve pas à propos de quelle expression (rediffusion sans doute).
réponse à . lorraine le 22/11/2010 à 09h37 : Je me rappelle, lorsque petite fille, ma mère devait des journées ...
Passionnant ! Merci beaucoup !
Mais en te relisant, je dirais plutôt qu’il s’agissait d’un échange : journées de travail contre labourage. Au Moyen Age le seigneur réquisitionnait de la main d’oeuvre uniquement parce qu’il était le seigneur, de même qu’il levait l’impôt. En "échange", il devait protection...Mais celà nous entrainerait loin du sujet du jour.
Pour celui qui me trouve encore corps ve(ry) able je reste en effet taille able at mercy et bien plus car affinités.
"Que reste-t-il de nos-z-amours?" (cf 8)
ce qu’en a dit Cotentine en 1 !
et ce n’est pas par ce que notre tour de taille a augmenté avec l’age et les enfants que nous ne sommes plus corvéables . Le pire est que souvent nous n’avons qu’à nous en prendre à nous même car avant de nous en mordre les doigts nous avons contribué à installer la situation
Voilà un cas de figure où nous avons délibérément mis en place ce que nous considérons parfois comme nous étant imposé
c’est ainsi ... le contribuable est imposable , l’impôt est obligatoire tout comme l’était la corvée mais je n’ai pas trouvé de lien étymologique entre les 2
par quel bout te prendre !
Qui veut bien avoir l’extrême amabilité de donner la définition du bout en question ? humm… Ne répondez pas tous à la fois !
réponse à . cornelius le 22/11/2010 à 10h57 : "Que reste-t-il de nos-z-amours?" (cf 8) ce qu’en a dit Cotentine en 1&...
La taille n’existe plus ? Mon œil, elle a simplement changé de nom et s’est démultipliée, s’appelant de nos jours:
- TVA,
- TIPP: les automobilistes en savent quelque chose…
- IRPP
- droits d’auteur (SACEM)
- taxes de douane
- etc
réponse à . <inconnu> le 22/11/2010 à 11h02 : par quel bout te prendre !Qui veut bien avoir l’extrême amabili...
Ne répondez pas tous à la fois !
Je crois qu’il eût été préférable (de lièvre) pour ces dames que tu écrivisses:
Ne répondez pas toutes à la fois ! L’une après l’autre, à la queue-leu-leu, mais n’en saute aucune, hein!
(et ne rougis pas, hein!)
réponse à . <inconnu> le 22/11/2010 à 11h07 : La taille n’existe plus ? Mon œil, elle a simplement chang&eacu...
La taille existe , il ne me viendrais pas à l’idée de dire le contraire .Le comble est que nombre d’entre nous n’en ont même pas conscience en allant faire le plein de carburant ou les courses alimentaires .
Quelle protection en échange ? la protection sociale ? il me semble que ce sont d’autres taxes qui y pourvoient mais mon ignorance est grande sur la question
"paye ce que dois , advienne que pourra "

voir cette page , datant d’un siècle elle pourrait être actuelle ou presque dans certains organes de presse

Sur le plan de la relation conjugale validée par le mariage la taille existe aussi bien que formulée autrement puisque chacun des époux est sensé contribuer de façon équivalente aux charges du ménage donc , comme l’impôt , si tu travailles plus tu cotises plus mais .... quand on s’aime on ne compte pas ! (en théorie )
réponse à . file_au_logis le 22/11/2010 à 11h11 : Ne répondez pas tous à la fois !Je crois qu’il eû...
écrivisses
et non pas écrevisses, bon sérieusement, d’accord avec ta remarque, mon idée était seulement de sous entendre que coquins aussi bien que coquines, puissent répondre, et fassent quelques calembourgs au passage, si cela était possible.
réponse à . <inconnu> le 22/11/2010 à 11h07 : La taille n’existe plus ? Mon œil, elle a simplement chang&eacu...
La taille n’existe plus ? Mon œil, elle a simplement changé de nom et s’est démultipliée
elle n’existe plus sous sa forme ancienne, mais naturellement il ne peut pas y avoir d’Etat sans impôts ! Mais la taille était un impôt direct, comme l’IRPP. Les taxes indirectes, comme la TVA, répondent à une tout autre logique et on peut les rapprocher plutôt des droits d’octroi ou de douane, mais avec une complexité de calcul et de recouvrement impensables autrefois. Je me souviens de Giscard, nous en expliquant le mécanisme à la TV, avec un tableau noir : c’était lumineux , alors qu’en cours je n’avais rien compris !
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 10h01 : je te rejoins sur le fait que...VPJ (very private joke) : Si je relis atten...
Il me semble que nous avions eu un débat là-dessus fin 2009
ma mémoire n’étant plus taillable et corvéable à merci, je ne m’en souviens pas. Mais ce ne pouvait être que sur une conséquence de la taille. Pas sur le fait qu’on tenait des comptabilités "en partie double" en taillant deux baguettes en même temps, car le fait est effectivement indiscutable. (et mon arrière grand-père, boulanger de campagne, le pratiquait encore  !)
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 09h18 : Comme ces corvées et le montant de la taille dépendaient souvent d...
les corvées (...) ont été remplacées par des versements en argent
la corvée la plus importante n’a-t-elle pas été le service militaire ? Aujourd’hui, comme corvée, je ne vois plus que l’obligation d’être juré : avoir été tiré au sort oblige à consacrer plusieurs jours à un procès qui ne vous concerne pas de façon directe, et qui, pour un travailleur indépendant, a un coût énorme que l’indemnité est bien loin de compenser. Mais c’est le prix à payer pour que la Justice soit rendue par le peuple.
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 10h02 : Passionnant ! Merci beaucoup ! Mais en te relisant, je dirais plut&oci...
je dirais plutôt qu’il s’agissait d’un échange
... qui existe encore sous forme de SEL* (Systèmes d’Echange Locaux)
et sur ce SEL, point d’impôt ... juste échange de temps et de compétences (ou de produits)
* Le ’S’ = Service ?
réponse à . chirstian le 22/11/2010 à 11h51 : les corvées (...) ont été remplacées par des versem...
Le service militaire était (souvent) une perte de temps, ou du moins considéré comme tel. Mais il avait aussi certains côtés positifs : un certain brassage social, qui pouvait faire réfléchir tous les appelés et les mener à mieux se connaître; et un apprentissage de la discipline pour certains d’ entre eux, qui en avaient besoin. Quant à l’ obligation d’ être juré, cela peut changer votre point de vue sur la justice, les punitions infligées... Mon dernier fils a été tiré au sort comme juré de cour d’ Assises (pour toute une session, pas pour un seul procès). Il dit que, plus jamais, il ne verra un délinquant -fût-ce un criminel - du même oeil. Il a été bouleversé lors de plusieurs procès. C’ est plus formateur que des cours de morale ou d’ instruction civique. Et, bien souvent, il a "vu" le film "Douze hommes en colère" repasser dans son esprit. Il a retenu particulièrement la phrase que prononce Henry Fonda "que sont quelques heures au regard de la vie d’ un individu ?" Bien sûr, l’ indemnité est dérisoire, même pour un salarié. Mais je ne classerais pas cette obligation comme une corvée. Et il est heureux que les procès ne vous concernent pas directement (si on vous découvre un lien quelconque, même lointain, avec l’ accusé, vous êtes récusé). Sinon on en arriverait à nouveau à appliquer la loi du talion. C’ est, comme tu le dis, le prix à payer pour que la justice ne relève pas trop de l’ arbitraire.....
réponse à . mitzi50 le 22/11/2010 à 09h54 : Maintenant que les seigneurs locaux ne se bagarrent plus entre eux et que par co...
il y a une double imposition dont personne ne se plaint : celle sur les jeux.
de quoi parles-tu exactement ? L’Etat prélève environ 37% sur les recettes du loto, mais ce n’est pas une imposition sur les gains, qui, eux, ne sont pas imposables.
Quant à l’ISF - vaste débat - il est effectivement payé par le gagnant (si son patrimoine atteint les seuils d’imposition), mais si tu as constitué ton patrimoine à partir de tes revenus (salaires, dividendes ou autres ) tu subis effectivement une "double imposition". En réalité nous sommes dans un système de quadruple imposition : revenus + patrimoine + consommation + transmission. Est-ce juste ? Certes pas pour ceux qui la subissent. Mais n’oublions pas tous ceux qui voudraient tant avoir revenus, patrimoine, consommation et quelque chose à transmettre !
réponse à . mitzi50 le 22/11/2010 à 12h07 : Le service militaire était (souvent) une perte de temps, ou du moins cons...
je ne classerais pas cette obligation comme une corvée
je dis qu’il s’agit d’une "corvée" au sens de journées à donner à la Collectivité. Pas au sens étendu de tâche ingrate ou ennuyeuse.
C’ est, comme tu le dis, le prix à payer pour que la justice ne relève pas trop de l’ arbitraire.....
je ne me risquais pas à dire que la justice rendue par un juge professionnel est arbitraire, alors que celle que rend un jury populaire ne l’est pas. Cette dernière me semble au contraire beaucoup plus subjective, et jusqu’à la demande récente de Bruxelles, elle n’avait pas à être explicitée. Mais c’est la justice du peuple, avec ses qualités et ses défauts.
réponse à . chirstian le 22/11/2010 à 12h28 : je ne classerais pas cette obligation comme une corvée je dis qu’...
La subjectivité en justice, c’ est un peu comme le sel en cuisine. Trop, c’ est impossible à avaler. Sans une petite pincée, c’ est la lecture froide des textes, sans l’ examen du "pourquoi en est-on arrivé là ?"
réponse à . chirstian le 22/11/2010 à 12h18 : il y a une double imposition dont personne ne se plaint : celle sur les je...
C’ est vrai que nous payons l’ impôt sur l’ impôt etc...(car j’ aimerais bien que les sommes versées l’ année précédente au fisc soient clairement déduites de mes revenus, par exemple). Peut-être l’ administration fiscale en tient-elle compte. Mais n’ étant pas très calée en fiscalité, je doute. La CSG est bien un impôt, sur une partie duquel je reste imposable... alors ! Et quand je quitterai ce bas monde, l’ état n’ oubliera pas mes enfants....même si mon patrimoine est bien modeste : la moitié de ma maison (je jouis de l’ autre moitié en usufruit). Par contre, je paie les taxes sur le tout.
God déménage.
God fait des ménages ?

Selon le « principe » de la rumeur : entendue, déformée, colportée…
réponse à . mickeylange le 22/11/2010 à 08h35 : God sans internet ? C’est comme Zeus sans la foudre ! Comme Germaine sa...
Comme deLassus sans dico ! 
réponse à . DiwanC le 22/11/2010 à 12h42 : God déménage.God fait des ménages ? Selon le «...
Ah, oui, tu savais pas ? Il en est réduit à ça pour financer son godesque palais.......:&rsquo)
Et comme Germaine sans son Lagon bleu !
Tout à fait !
En fait je n’ai comme dico qu’un vieux Larousse du XXème siècle, en 6 volumes, qui me sert de support pour une table basse, et que je n’ouvre jamais, et le Dictionnaire de l’Argot (Doillon, 2010).
Mais, comme God, j’ai accès à Internet, qui me permet de consulter nombre de dictionnaires. Peut-être abusé-je ?
réponse à . chirstian le 22/11/2010 à 11h51 : les corvées (...) ont été remplacées par des versem...
la corvée la plus importante n’a-t-elle pas été le service militaire ?
Je réponds dans l’ordre inverse à trois de tes interventions.
1) Sur le service militaire, je confirme : j’y ai passé 15 mois en Moselle, et j’y ai connu corvées de feuilles mortes, de neige, de chiottes, de nettoyage de moteurs de Jeep, etc...
2) Sur notre débat de l’an dernier : il ne portait pas sur la pratique de ton grand-père, que tu avais rappelée, mais sur le nom taille de l’impôt ancien. j’avais déniché un texte d’un abbé décrivant une pratique dans le Jura (on s’amuse comme on peut...)
3) Sur l’expression du jour : d’après Littré, elle est de Joly de Fleury : "le peuple est taillable et corvéable à merci". La réalité est du Moyen Age, mais effectivement l’expression complète est de la fin du XVIIIème siècle.
réponse à . BeeBee le 22/11/2010 à 13h04 : Ah, oui, tu savais pas ? Il en est réduit à ça pour fi...
J’avais bien entendu parler d’une somptueuse demeure… Jamais je n’aurais imaginé qu’il s’agissait d’un palais ! Faut que j’aille chez les Desgrands-Lacour : on ne va fait manquer de sujet de conversation ! A tout bientôt !
:&rsquo)
réponse à . <inconnu> le 22/11/2010 à 11h02 : par quel bout te prendre !Qui veut bien avoir l’extrême amabili...
c’est n’importe quelle ficelle qui traîne sur le pont du navire ! 
réponse à . <inconnu> le 22/11/2010 à 11h22 : écrivisses et non pas écrevisses, bon sérieusement, d&rsquo...
Eh bien, sois content, ... c’est fait! 
réponse à . chirstian le 22/11/2010 à 11h51 : les corvées (...) ont été remplacées par des versem...
Et le fait d’être assesseur aux élections, mmmh?
Bon, allez, je te renvoie ainsi l’assesseur. Eau chaude à tous les étages.
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 13h28 : la corvée la plus importante n’a-t-elle pas été le se...
mais sur le nom taille de l’impôt ancien. j’avais déniché un texte d’un abbé décrivant une pratique dans le Jura (on s’amuse comme on peut...)
Quelle pratique donc? Celle de tailler... bah, pour un curé, on lui a déjà pardonné, non? Et il jura de ne plus recommencer. Maintenant, sur le corps veille-t-il à loisirs...
réponse à . DiwanC le 22/11/2010 à 13h29 : J’avais bien entendu parler d’une somptueuse demeure… Jamais je n&...
on ne va fait manquer de sujet de conversation !
Il t’a fallu combien de lagons bleus pour y arriver, chez les Dufont de Lacourt?
réponse à . chirstian le 22/11/2010 à 12h18 : il y a une double imposition dont personne ne se plaint : celle sur les je...
sur les gains, qui, eux, ne sont pas imposables
, exact mais seulement jusqu’à une certaine somme. Depuis bientôt une quinzaine d’années les gains au jeu sont imposables à partir d’environ 15.000 à 20/25.000 €.
Et bien sûr l’ISF lorsque les sommes atteignent le million…
réponse à . file_au_logis le 22/11/2010 à 13h54 : Et le fait d’être assesseur aux élections, mmmh? Bon, allez, ...
Dans ma commune de banlieue, c’est sur la base du volontariat.
Lors des dernières "régionales", nous avons tous été étonnés de constater que l’éternelle salade de nouilles aux olives était remplacée par du riz. C’est dire l’étendue du dévouement qu’il faut déployer.
réponse à . DiwanC le 22/11/2010 à 12h42 : God déménage.God fait des ménages ? Selon le «...
Super. Je la copie!
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 09h18 : Comme ces corvées et le montant de la taille dépendaient souvent d...
Comme je disais il y a peu, l’erreur fondamentale a été d’abolir l’esclavage.
Tout ça finira par la semaine des 32 heures et l’autorisation du préservatif ...
réponse à . God le 22/11/2010 à 07h30 : Ne comptez pas trop sur ma présence et ma production pendant les deux sem...
C’est l’adieu aux armes, au puy et au ricard ?

A tous ceux qui pensent que "puy" veut dire "puits" : qu’y a-t-il dans le Puy de Dome ?
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2010 à 16h11 : C’est l’adieu aux armes, au puy et au ricard ? A tous ceux qui...
A tous ceux qui pensent que "puy" veut dire "puits" : qu’y a-t-il dans le Puy de Dome ?
Volvic ! (entre autres)
Plus sérieusement : Voir cette page
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 16h36 : A tous ceux qui pensent que "puy" veut dire "puits" : qu’y a-t-il dan...
Un "puy" n’est pas forcément d’origine volcanique.
Le puy du fou (certains pensent qu’il s’agit du vicomte de Villiers) désigne une éminence, un "podium" ou pousse un hêtre, pas un (ancien) volcan.
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2010 à 17h00 : Un "puy" n’est pas forcément d’origine volcanique. Le puy du ...
Tout à fait d’accord. J’ai corrigé mon intervention de béotien fondée sur une lecture trop rapide du TLFi. Sorry.
réponse à . file_au_logis le 22/11/2010 à 14h02 : on ne va fait manquer de sujet de conversation !Il t’a fallu combien ...
...combien de lagons bleus pour y arriver...
Juste un... gallon !
réponse à . <inconnu> le 22/11/2010 à 14h11 : sur les gains, qui, eux, ne sont pas imposables, exact mais seulement jusqu&rsqu...
oui pour les gains réalisés dans un casino, non pour les gains de Loto. Mais je parle de l’impôt, en oubliant que ces revenus supportent malgré tout la CSG RDS.
Bon : de toutes façons , c’est facile d’échapper à toute imposition : il suffit de perdre. Et ,en plus, c’est très facile !!! 
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2010 à 15h38 : Comme je disais il y a peu, l’erreur fondamentale a été d&rs...
Tout ça finira par la semaine des 32 heures et l’autorisation du préservatif ...
zut alors ! Moi qui espérais la semaine d’une heure et les 32 préservatifs !
Asseyez vous confortablement dans votre fauteuil préféré et ouvrez en grand vos yeux émerveillés par tant de poésie, je vais vous conter la véritable histoire de Puyricard.
Il était une fois un petit village au bord de la mer, (mais non pas en Bretagne commencez pas) Hé oui à cette époque PuitRicard (qui ne s’appelait pas encore Puitricard) était au bord de la mer. Marceel Ricard le puisatier du village était obligé de travailler très dur pour nourrir ses six filles. Deux sont devenues célèbres Patricia dont Pagnol a raconté l’histoire et Marcelle qui avait repris la petite fabrique de pompes de son Grand père pour continuer la traditions des shadocks (les fabricants de pompe sont des shadocks, comme les fabricants de moules sont des conchyliculteurs) et de plus c’était une activité complémentaire à celle de papa Marceel qui vendait une pompe chaque fois qu’il creusait un puits.
Marceel qui avait un tout petit bout de terrain sur le vieux port, hérité de sa mère. Comme il se faisait vieux et qu’il en avait marre de creuser pendant que sa fille pompait il fit construire un cabanon (comme on dit par chez nous) pour y faire le bistrot. Evidement son honneur de puisatier exigeait qu’il creusa lui même son propre puits, et comme c’était le dernier il y mit tous son cœur. Il creusait, creusait jusqu’au jour où il sentit comme une odeur d’anis, quand le sable devint humide comme à chaque fois qu’il creusait un puits et qu’il arrivait au niveau de l’eau. Mais bizarrement plus le sable était humide plus l’odeur devenait forte. Fallait se rendre à l’évidence ce n’était pas de l’eau. Pas du pétrole non plus. (sinon vous pensez bien que Rudolf Diesel qui n’était pas du coin aurait fait un moteur moins polluant et surtout vous imaginez cette bonne odeur dans les embouteillage ?) Bon revenons à notre histoire. Marceel remonta une bouteille de ce liquide pour le faire voir à Escartefigue le marin qui avait de l’expérience et des connaissances éthyliques. Escartefigue qui était un aventurier goûta ce liquide odorant, et le lendemain il était toujours vivant et près à renouveler l’expérience de la veille. Il fallut même le freiner un peu, car il trouvait ça très bon. Hé oui vous l’avez deviné, Marceel venait de découvrir le premier gisement d’un liquide qui deviendra célèbre et qui portera son nom le Ricard. Son bistrot ouvert, il le baptisa le bar de la marine, mais tout le monde dans la région disait le puits Ricard.
Les affaires marchaient à merveille pour notre ancien puisatier reconverti, et chaque année il faisait rajouter un étage à son bistrot, pour loger plus confortablement ses six filles. Ce qui fait qu’au bout de quelques années il avait une maison toute en hauteur qui se voyait à des miles à la ronde. Pour que son commerce soit visible de plus en plus loin, il installa au sommet une grosse bouteille rouge et la nuit il faisait un feu à l’intérieur pour la rendre plus visible. C’était merveilleux de voir ce gros feu rouge à une hauteur énorme. certains disent qu’on le voyait de la Corse. On lui disait tout le temps ta bouteille Marceel est pharamineuse elle attire les marins, comme les essuie-glaces attirent les papillons. Marceel n’avait plus qu’un seul souci, ses filles. Elles étaient de peu de vertu, Patricia c’était fait engrosser par un aviateur, Marcelle avait plusieurs nouveaux copains tous les jours, elle avait revendu sa fabrique de pompes, et elle avait une mauvaise influence sur ses sœurs qui commençait à faire comme elle. A tel point que la lanterne rouge du sommet devint un symbole de débauche repris par tous les bordels. Par la suite une de ses filles, Marthe, reconvertie dans la politique fit fermer tous les bordels qui n’avaient pas payés les droits à son papa.
réponse à . mickeylange le 22/11/2010 à 18h52 : Asseyez vous confortablement dans votre fauteuil préféré et...
Je ne dirai que deux mots : ... Ah ! Merci !
réponse à . mickeylange le 22/11/2010 à 18h52 : Asseyez vous confortablement dans votre fauteuil préféré et...
Quelle belle et poignante histoire ! Les yeux embués d’émotion devant la maîtrise du verbe et l’habileté du conteur, j’attends – avec impatience ! – la suite* de cette saga familiale, car tu as narré la vie trépidante de Patricia, Marcelle et Marthe, trois des six filles de Marceeel ! Mais les autres membres de la fratrie, quelle fut leur existence ?

*et ne compte pas t’en tirer en alléguant qu’elles ont été kidnappées par des pirates venus du nord ! Ne prétends pas non plus que tu n’es pas "taillable et corvéable à merci" : trop facile ! Et si tu as des nouvelles du beau-frère de leur mère, merci de nous en faire part !
:&rsquo)
réponse à . chirstian le 22/11/2010 à 18h24 : Tout ça finira par la semaine des 32 heures et l’autorisation du p...
Depuis ce week-end il semblerait que le pape commence à infléchir son discours en ce qui concerne les préservatifs (même si cela ne concerne d’ après lui qu’ un nombre restreint de personnes). Par contre le nombre de ces objets admis par semaine n’ a pas été divulgué par le Vatican.
réponse à . DiwanC le 22/11/2010 à 19h24 : Quelle belle et poignante histoire ! Les yeux embués d’é...
Mais les autres membres de la fratrie, quelle fut leur existence ?

Il y a une suite à cette histoire, bien entendu, je peux te l’envoyer par le canal 12, mais je ne peux pas tout dire sur expressio. Où alors faut attendre que sa Divinité soit privé de sa connexion internet pour éviter la foudre divine.
réponse à . deLassus le 22/11/2010 à 10h02 : Passionnant ! Merci beaucoup ! Mais en te relisant, je dirais plut&oci...
Ce n’était pas un échange , c’était une obligation et maman aurait préféré payer le fermier plutôt que de faire ce dur travail l .Son éducation ne l’avait pas habitué à cela.... mais moi, les tartines de la fermière, je les adorais.
[A tel point que la lanterne rouge du sommet devint un symbole de débauche repris par tous les bordels]
elle te dirigeait vers le salon rose ?
réponse à . mitzi50 le 22/11/2010 à 19h48 : Depuis ce week-end il semblerait que le pape commence à infléchir ...
les préservatifs (même si cela ne concerne d’ après lui qu’ un nombre restreint de personnes). Par contre le nombre de ces objets admis par semaine n’ a pas été divulgué par le Vatican.
Pourquoi? Cela te gêne-t-il? Tu as peur de tomber trop court, de ne pas en avoir assez? T’inquiète. Avant que le pape arrive à compter aussi loin, tu les auras déjè tous utilisés... :&rsquo)
réponse à . lorraine le 22/11/2010 à 20h18 : Ce n’était pas un échange , c’était une obligat...
Alors, je redis que c’est passionnant.
D’après mes (rapides et matinales) recherches, la corvée a été abolie avant même la Révolution, par la déclaration royale du 27 juin 1787, et remplacée par un versement en numéraire.
réponse à . mickeylange le 22/11/2010 à 18h52 : Asseyez vous confortablement dans votre fauteuil préféré et...
Encore ! Encore ! :&rsquo)
réponse à . file_au_logis le 22/11/2010 à 23h34 : les préservatifs (même si cela ne concerne d’ après lu...
Je voudrais bien avoir peur de tomber à court. Mais hélas...."Seulette suis..."
réponse à . memphis le 22/11/2010 à 21h32 : [A tel point que la lanterne rouge du sommet devint un symbole de débauch...
Cela me fait penser au pastiche de Tolstoï, par Paul Reboux et Charles Muller - "A la manière de..." Dans le texte auquel je pense, des filles se "sacrifiaient" pour le bien du peuple, et, afin que l’ on voie l’ entrée de l’ isba de la communauté de loin, l’ on décida d’ accrocher une lanterne rouge à la porte...Mais que ce soit à la manière de Chateaubriant, de Tolstoï ou de n’ importe quel autre écrivain "pastiché", c’ est un régal. J’ espère retrouver ces bouquins un jour, au hasard de mes recherches.
Lecture indispensable : la mêêêrveilleuse histoire de PuitRicard que conte si bien Lange → @ 110 ! 
"Etre bon pour faire les corvées"... c'est le sort de Martin dont le tendre Georges raconte ici l'histoire :

Sans laisser voir, sur son visage,
Ni l'air jaloux ni l'air méchant,
Il retournait le champ des autres,
Toujours bêchant, toujours bêchant !
Pauvre Martin, pauvre misère,
Creuse la terre, creuse le temps.


Et là, il la chante...
Moi je verrais bien un rapport avec cette merveilleuse chanson qui n'est pas sans rappeler Jeanneton qui rencontre quatre jeunes et beaux garçons......

Pourquoi ?

Les sabots d'Hélène étaient tout crottés
Les trois capitaines
L'auraient appelée vilaine


Or, à l'époque où le serf devait s'acquitter de diverses soultes et corvées au profit de son seigneur, un "vilain" en était dispensé car il était un paysan libre.

M'sieur Rey nous dit que vilain vient de villanus ( habitant de la campagne ) lui même issu de "villa" (ferme).......
Le mépris de la noblesse envers ces "vilains" qui ne payaient pas la dîme ni ne faisaient de corvées est arrivé jusqu'à nous sous la forme :

-"Oh mais qu'il est vilain ce petit, il veut pas faire la bise à tata Germaine !"

ll faut dire à sa décharge que Tata Germaine, elle pique !

Le patronyme Villain, prend deux L comme Raoul Villain qui assassina Jean Jaurès le 31 Juillet 1914......

Ouf ! J'ai bien mérité mon café ce matin...........
réponse à . DiwanC le 08/06/2015 à 04h54 : Lecture indispensable : la mêêêrveilleuse histoire de Pui...
En effet, ça c'est du beau délire...........
réponse à . Jonayla le 09/11/2007 à 14h03 : Schild en vriend, c’est "le mot de passe" qu’on demandait à d...
Schild en vriend...Ca remonte au XIV° siècle, en 1302

Je ne connaissais pas cette histoire, normal, je ne suis pas du Nord.
Mais c'est sans doute hérité de la Bible : Juges 12,4 ?
réponse à . DiwanC le 22/11/2010 à 12h42 : God déménage.God fait des ménages ? Selon le «...
God fait des ménages ?
God est maire et marie les couples ?

Selon le « principe » de la rumeur : entendue, déformée, colportée…
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2010 à 16h11 : C’est l’adieu aux armes, au puy et au ricard ? A tous ceux qui...
[ A tous ceux qui pensent que "puy" veut dire "puits" ]

Mais alors, qu'elle est la signification de puy ? ?
réponse à . gonalzako le 08/06/2015 à 10h14 : [ A tous ceux qui pensent que "puy" veut dire "puits" ] Mai...
quelle est la signification de puy ? ?
Voir Puy² et surtout Etymologie.
réponse à . eureka le 09/11/2007 à 15h12 : Ben moi chuis corvéable pour la taille, et j’en connais un bout, ma...
Ben moi chuis corvéable pour la taille
D'abord, on ne parle pas la bouche pleine !
réponse à . gonalzako le 08/06/2015 à 10h14 : [ A tous ceux qui pensent que "puy" veut dire "puits" ] Mai...
La réponse était en 105 (Porte des Lilas-Mairie des Pavillons-sous-Bois, pour les banlieusards) : une butte, un tertre, bref, un podium.
Par ailleurs on disait "Puiricard" et pas "Puits tricard" pour parler de l'ancien domicile de God, on aurait pu penser qu'il ne mettait pas d'eau dans le pastis.
réponse à . ergosum le 08/06/2015 à 10h50 : Ben moi chuis corvéable pour la tailleD'abord, on ne parle pas la bo...
Allusion grivoise mise à part, l'Alsako du 126 t'expliquera que c'est comme ça qu'on distingue la ciboulette de la chiboulette.
Le barman: - Tiens, ton pote, tu sais celui qui est toijours content...ben, il vient d'entrer...
le client: - ah bon ? ben ressers-moi à boire !
le barman: - c'est toi qui payes ?
le client: - moi qui paye ? un pot sur l'heureux venu, oui...
L'inspecteur: - Vous n'avez pas payé vos impôts...vous connaissez la loi de fiscalité, au juste ?
- et comment ! mes fils Juste et Éloi sont toujours couchés !
l'inspecteur: - heu...j'vois pas le rapport...
- Juste, l'Éloi...deux fils qu'alités !
- Salut, Éveline ! Dis-donc, tu payes tes impôts comme sous l'Ancien Régime ?
- qu'est-ce que tu me racontes là ?
- ta copine, la couturière parlait de 'la taille de Gueppe'...
- mais non ! de guêpe...taille de guêpe...elle me fait une robe....
Le dessinateur: - Moi, je ne paye jamais la même quantité d'impôts pour ce qui est des cases de mes bandes dessinées...
- vignettes au taux mobile ?
- non, ça c'est aut' chose...
réponse à . SyntaxTerror le 08/06/2015 à 10h54 : La réponse était en 105 (Porte des Lilas-Mairie des Pavillons-sous...
Comme quoi on croit avoir lu toutes les contrib., mais il y en a qui ont échappé.
Donc je te présente mes excuses pour n'avoir pas bien lu et t'avoir obligé à ré-expliquer : à quoi bon en effet se donner de la peine si les distraits ne s'en rendent pas compte !
DEVINETTE (rediffusion)
Pourquoi les paysans, au service d'un seigneur, mangeaient dans de petites écuelles ?
- c'étaient les assiettes 'des serfs'
réponse à . gonalzako le 08/06/2015 à 15h33 : Comme quoi on croit avoir lu toutes les contrib., mais il y en a qui ont é...
Ne t'excuse pas, tu n'es pas le premier et sans doute pas le dernier ...
Entre seigneurs
- Mon serf, dans sa serre, avait un petit cerf
- quelle serre ?
- Sancerre
- le cerf lui sert ?
- ben, pour être sincère, le petit: c'est né, c'est cerf...
- et ?
- et un aigle l'a emporté entre ses serres....
- ben maintenant il a un cerf volant...voilà !
- Un seigneur a pardonné la taille à ses serfs !
- où ça ?
- Auxerre
- oui, oui, aux serfs...mais où ?

Si vous souhaitez savoir comment on dit « (Taillable et) corvéable à merci » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?