Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

À l'eau de rose

Mièvre, fade, insipide, sentimental (en parlant généralement d'une oeuvre comme un livre ou un film)

Origine

Qui n'a pas lu un livre de la collection Harlequin ne sait pas forcément ce qu'est un véritable roman à l'eau de rose, rempli de clichés, de situations sans réelle surprise ou de sentiments très conventionnels.
L'eau de rose, d'abord nommée "eau rose" au XVe siècle, puis "eau de rose" au XVIe, s'obtient en distillant des pétales de rose ; c'est donc un distillat de rose.
Alain Rey situe l'apparition probable de l'expression vers la fin du XIXe siècle, mais on trouve plusieurs ouvrages qui l'emploient vers le début du même siècle (en 1826 ou 1833, par exemple) ; et Claude Duneton la localise même dès la fin du XVIIIe dans une pièce d'un certain Dumoncel intitulée "L'intérieur des comités révolutionnaires".
Cela dit, sous la forme "à l'eau rose" ou également "à l'eau rosé", elle est plus ancienne puisqu'on la trouvait déjà chez Voltaire en 1759.
En tous cas, rares sont les auteurs les plus connus du XIXe a l'avoir utilisée, peut-être parce qu'elle était considérée comme trop familière.
Quant à savoir pourquoi l'eau de rose est devenue un symbole de mièvrerie, on suppose que c'est simplement parce la couleur rose était associée à la féminité, donc indirectement aux bons sentiments, avec une connotation péjorative.

Exemple

« La satire montra jamais tant d'énergie ; le seul de nos poètes réellement indigné et éloquent, Régnier, n'est guère qu'un rimeur de madrigaux à l'eau de rose à côté de M. Pommier. »
Revue encyclopédique - Tome LX - 1833
« Je dis que là est le réel, et que nous n'y aurons accès qu'en nous détournant de l'écran du spectacle pour considérer la masse invisible de ceux pour qui le film catastrophe, dénouement à l'eau de rose compris (Sarkozy embrasse Merkel, et tout le monde pleure de joie), ne fut jamais qu'un théâtre d'ombres. »
Alin Badiou - Le Monde - Article du 17 octobre 2008

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « À l'eau de rose » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Maroc Arabe Maassel Mielleux
Grèce Grec Γλυκανάλατο (Ghlykanàlato) Sucré sans sel
Angleterre Anglais 1 pink-coloured glasses 2 rosy 3 soft 1 (voir les choses) avec des lunettes teintée de rose 2 rosé 3 doux
Angleterre Anglais Mills and Boon Mills and Boon (maison d'édition qui publie des romans à l'eau de rose)
États-Unis Anglais Meh Meh
États-Unis Anglais Mushy Comme de la bouillie
États-Unis Anglais Schmaltzy Graisseux (de l'allemand/yiddish originaire de l'expression anglaise, qui s'emploie surtout pour la chanson sentimentale)
Espagne Espagnol Edulcorado Édulcoré
Espagne Espagnol Melifluo Melliflue
Espagne Espagnol Novela rosa Roman rose
Italie Italien All'acqua di rose À l'eau de rose
Pays-Bas Néerlandais Een lulletje rozewater Une petite bite à l'eau de rose (se dit d'un homme mou, mièvre, fade, puéril, gentillet)
Pays-Bas Néerlandais Honingzoet Sucré comme du miel
Pays-Bas Néerlandais Mierzoet Sucré comme les fourmis l'aiment
Autre Autre Néerlandais Afrique du Sud : een snikfilm, snikzanger Un film sanglot / chanteur de sanglot
Brésil Portugais Água com açúcar De l'eau avec du sucre
Brésil Portugais Água morna Eau tiède
Brésil Portugais Sem sal, sem açúcar Sans sel, sans sucre
Roumanie Roumain Siropos Sirupeux
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « À l'eau de rose » Commentaires

  • #1
    • DiwanC
    • 25/06/2010 à 00:46*
    A l’eau de rose

    Vigilance obligée, car qui dit "rose" dit "épines". Avant ce soir, il y aura sans doute quelques égratignures !
    Un petit peu de ♪♪ ♪ ♫ ♪ ♪ pour bien commencer la journée... Ça vous dit ?
    cette page
  • #2
    • cotentine
    • 25/06/2010 à 01:10
    Qui n’a pas lu un livre de la collection Harlequin ne sait pas forcément ce qu’est un véritable roman à l’eau de rose, rempli de clichés, de situations sans réelle surprise ou de sentiments très conventionnels.

    et c’est God qui nous explique calmement ... car lui, il connaît ce genre de littérature :’-))
  • #3
    • <inconnu>
    • 25/06/2010 à 05:41
    Donc si j’ai bien compris, une série de télévision peut être à la fois:
    «à l’eau de rose» et de «série B» ?
    Question: quels sont ces deux termes un peu savants dont l’un désigne, savamment, un euphémisme négatif (+/-), avec cet autre (quelque fois employé simultanément) qui désigne une proposition indécidable ?
    Pour commencer une journée rien de tel qu’une belle sonnerie de cornemuse !
  • #4
    • Bouba
    • 25/06/2010 à 05:41
    La plus célèbre des écrivains " a l’eau de rose".......cette page
  • #5
    • Bouba
    • 25/06/2010 à 05:44
    • En réponse à DiwanC #1 le 25/06/2010 à 00:46* :
    • « A l’eau de rose
      Vigilance obligée, car qui dit "rose" dit "épines". Avant ce soir, il y aura sans doute quelques égratignures !
      Un petit pe... »
    J’adore tailler, entretenir, Bechet les roses de mon jardin......
  • #6
    • God
    • 25/06/2010 à 06:10
    • En réponse à cotentine #2 le 25/06/2010 à 01:10 :
    • « Qui n’a pas lu un livre de la collection Harlequin ne sait pas forcément ce qu’est un véritable roman à l’eau de rose, rempli de clichés, de... »
    Ben oui !
    Pour avoir un avis, il faut en avoir lu au moins un. Et pour confirmer l’avis, une autre lecture est nécessaire. Mais mon effort s’était arrêté là. Faut quand même pas exagérer, hein !?
  • #7
    • God
    • 25/06/2010 à 06:10
    • En réponse à Bouba #5 le 25/06/2010 à 05:44 :
    • « J’adore tailler, entretenir, Bechet les roses de mon jardin...... »
    Tu vis à Sydney ?
  • #8
    • <inconnu>
    • 25/06/2010 à 06:34*
    • En réponse à God #6 le 25/06/2010 à 06:10 :
    • « Ben oui !
      Pour avoir un avis, il faut en avoir lu au moins un. Et pour confirmer l’avis, une autre lecture est nécessaire. Mais mon effort s... »
    «Si vous mettez deux juifs ensemble vous avez trois avis différents»
    note à benêt(s): blague favorité des juifs de New York (pour mémoire)
  • #9
    • Bouba
    • 25/06/2010 à 07:11*
    • En réponse à God #7 le 25/06/2010 à 06:10 :
    • « Tu vis à Sydney ? »
    Yes, je tiens une boutique où je vends des slips kangourou..........çà s’appelle "Chez Skippy"
  • #10
    • mickeylange
    • 25/06/2010 à 07:41
    ou également "à l’eau rosé", elle est plus ancienne puisqu’on la trouvait déjà chez Voltaire en 1759.

    Je ne suis pas, moi, spécialiste de Voltaire. Mais ma Maîtrise de rosé de Provence me fait hurler quand je le vois associer "eau" et "rosé"
    Vulgaire le mec !
    Marceeel
  • #11
    • mickeylange
    • 25/06/2010 à 07:53
    Ce récit commence par un mariage à Cana, un petit village de Galilée. L’endroit semble avoir peu d’importance, ce qui compte c’est la noce. God a accompli Son premier miracle dans le cadre d’un mariage.
    Le vin venant à manquer, BB en parla à Elpépé qui lui répondit : « qu’y a-t-il entre moi et toi ? » (Elpépé 2 : 4). En d’autres termes, « en quoi cela me regarde-t-il ? » « Son heure n’est pas encore venue. » Et pourtant, même si Son heure n’était pas encore venue, God intervint quand même. Elpépé souligne ainsi que God accomplissait un miracle en avance sur son « planning ». Les noces de l’Agneau n’étaient pas encore là ; cela n’empêcha pas God d’agir. L’ère messianique avait débuté bien avant qu’elle n’existât dans toute sa plénitude.
    BB s’attendait à ce que God fasse quelque chose puisqu’elle demanda aux serviteurs de faire ce que God leur indiquerait. S’attendait-elle à ce que God accomplisse un miracle, ou qu’Il fasse une course rapide chez le marchand de rosé du coin ? On ne le sait pas .
  • #12
    • BeeBee
    • 25/06/2010 à 08:26
    • En réponse à mickeylange #11 le 25/06/2010 à 07:53 :
    • « Ce récit commence par un mariage à Cana, un petit village de Galilée. L’endroit semble avoir peu d’importance, ce qui compte c’est la noce.... »
    BB s’attendait à ce que God fasse une course miraculeuse chez le marchand de rosé du coin ! Ce qu’il fit, permettant ainsi aux serviteurs de continuer à arroser tous les invités de cette noce qui ,ainsi, purent voir la vie en rose. De cette façon, cette journée mémorable (de lapin ), au lieu de se transformer en pugilat entre tous les participants assoiffés, eut un dénouement à l’eau de rose......Depuis ce jour, on parle du miracle du rosé transformé en eau de rose !😄
  • #13
    • cornelius
    • 25/06/2010 à 08:37*
    • En réponse à DiwanC #1 le 25/06/2010 à 00:46* :
    • « A l’eau de rose
      Vigilance obligée, car qui dit "rose" dit "épines". Avant ce soir, il y aura sans doute quelques égratignures !
      Un petit pe... »
    merci pour "cette page " de ce matin .... mon père avait une expression particulière sue les suites possibles de soirées arrosées de rosé en écoutant Bechet " se retrouver derrière l’église "
    L’affaire qui s’y concluait , même si c’est un cliché " n’était pas necessairement par une romance à l’eau de rose d’où certaines "fleurs d’épines , fleurs de rose " cette page
  • #14
    • chirstian
    • 25/06/2010 à 08:41
    un livre de la collection Harlequin
    pour les gens de ma génération,(God est tellement plus jeune, lui !) ce n’était pas Harlequin la référence en matière de roman à l’eau de rose, c’était Delly, dont les premiers romans parurent dans la Semaine de Suzette, avant d’être édités en livre, à un rythme impressionnant entre 1910 et 1950.
    Et si l’expression était plus récente, j’aurais même dit qu’elle venait de là, puisque les romans de Delly ont été écrits sous ce pseudonyme par Jeann-Marie et Frédéric Petitjean ... de la Rozière ! cette page
  • #15
    • chirstian
    • 25/06/2010 à 08:42
    mon cheval m’a téléphoné : allo de rosse. Hihihihihihihiiiiiiiiiii !
  • #16
    • Bouba
    • 25/06/2010 à 08:46
    • En réponse à <inconnu> #8 le 25/06/2010 à 06:34* :
    • « «Si vous mettez deux juifs ensemble vous avez trois avis différents»
      note à benêt(s): blague favorité des juifs de New York (pour mémoire)... »
    ......Et avec 60 millions de français on a 180 millions d’avis différents.......
  • #17
    • OSCARELLI
    • 25/06/2010 à 09:30*
    • En réponse à Bouba #16 le 25/06/2010 à 08:46 :
    • « ......Et avec 60 millions de français on a 180 millions d’avis différents....... »
    Sans compter la vis de République Solitaire, qui villipende à mots couverts. On a vraiment besoin de beaucoup d’eau de rose, là, pour masquer d’autres odeurs... C’est maintenant qu’on peur se remettre à chanter Dominique nique nique... et comme lui, sans dire qui...
  • #18
    • DiwanC
    • 25/06/2010 à 09:31*
    • En réponse à chirstian #14 le 25/06/2010 à 08:41 :
    • « un livre de la collection Harlequin
      pour les gens de ma génération,(God est tellement plus jeune, lui !) ce n’était pas Harlequin la référ... »
    Delly ! De l’extrait d’eau de rose, mon bon monsieur, du condensé de bons sentiments bien sirupeux ! La vertu, la bonté, les belles âmes sont toujours récompensées tandis que les fourbes, les malhonnêtes, les méchants connaissent le châtiment. Il n’y a pas si longtemps, quelques dames - d’un certain âge - aimaient encore à lire Delly « parce que c’est propre » me disaient-elles !
    Pour connaître, j’ai lu un « Harlequin » ; je n’ai pas eu le courage de God : en lire un second. Mais c’est pour ça que God est God, n’est-ce pas...
  • #19
    • Tonton56
    • 25/06/2010 à 09:35
    Peut-être faut-il voir dans l’image "eau rosée", le fait de mettre un peu de vin rouge dans un verre d’eau. Boisson mièvre s’il en fut.
    Quand j’étais petit (dans les année 50), cette boisson était celle des femmes et des enfants. On se méfiait, alors, de l’eau des puits, et le fait d’ajouter un peu de vin dans l’eau était sensé "tuer les microbes".
    Donc :
    - vin rouge : vraie boisson (celle des hommes) = vraie vie avec ses vraies histoires
    - eau rosée : boisson édulcorée = vision édulcorée de la vie pour femmes et enfants.
    Je ne fais que relater...
  • #20
    • Purdey
    • 25/06/2010 à 09:46
    Bonjour! Savez-vous où est de_Lassus? Ne me dites pas qu’il se tape cette bonne vieille Barbara Cartland?