Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Boire un canon

Boire un verre d'alcool.

Origine

Pour pouvoir boire un canon d'artillerie, encore faut-il qu'il soit fondu au préalable. Or, du métal fondu, c'est brûlant donc imbuvable.
En clair, y'a quelque chose qui cloche là-dedans, la piste n'est pas la bonne !
Pour savoir d'où vient notre canon, il nous faut remonter au XVIe siècle où le canon qui, c'est bien connu, faisait 1/16e de pinte, était une mesure de capacité utilisée pour le vin et les spiritueux.
C'est au début du XIXe que ce canon-là désigne familièrement un simple verre de vin.
Mais il ne faut pas oublier aussi le 'coup' qui, dès la fin du XIVe siècle, désignait aussi la quantité de liquide (principalement, de boisson alcoolisée) que l'on boit en une seule fois, d'un seul trait.
Ce coup-là (seculorum), a donné "boire un coup".
Boire un canon soviétique, c'est boire un verre de vin rouge. Ensuite, du "coup de canon" au coup ou au canon qu'on boit, il y a des rapprochements qu'il est aisé de faire.

Exemple

« Derrière le parking, qu’est désert la nuit, à côté d'la voie ferrée dans une impasse étroite, il y a un p’tit bar aux papiers-peints jaunâtres, papiers-peints jaunâtres ;
Le vin pique la gorge et le pain des sandwichs est plus mou qu’une éponge, bien plus mou qu’une éponge.
C’est pas un bel endroit, mais ça suffit pour boire, un canon, deux canons avant d’aller se coucher, un canon, deux canons avant d’aller se coucher. »
Charlélie Couture - L'histoire du loup dans la bergerie

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Boire un canon » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Einen heben Lever un (=boire un coup)
Grèce Grec Πίνω ένα ποτηράκι Boire un canon / un petit verre
Canada Anglais To have a snort Boire un coup
États-Unis Anglais To knock one back S'en taper un
Irlande Anglais Have a jar Boire une jatte
Argentine Espagnol Beber un trago Boire un coup
Espagne Espagnol Darse un latigazo Se donner un coup de fouet
Espagne Espagnol Echar un trago Boire un coup / S'en jeter un
Espagne Espagnol Levantar el codo Lever le coude
Espagne Espagnol Tomar una copa Prendre une coupe
Canada Français Prendre un p'tit verre
Canada Français Prendre un petit coup de fort
France Français S'en jeter un derrière la cravate S'en jeter un derrière la cravate
Italie Italien Sculàrisi 'n bicchièri di Laisser couler dans sa propre bouche jusu'à la dernière goutte du liquide contenu dans un verre plein de
Pays-Bas Néerlandais Een 'piikketanussie' gaat er altijd in Un petit verre (de genièvre) est toujours apprécié
Pays-Bas Néerlandais Een borrel nemen Boire un verre
Pologne Polonais Strzelic sobie lufe Se tirer un canon
Roumanie Roumain A trage/bea un ciocan Tirer/boire un marteau
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Boire un canon » Commentaires

  • #1
    • Elpepe
    • 29/12/2006 à 00:35*
    Bon, alors là, pas du tout. En fait, cette expression vient de la Marine. Dans la Royale, on réalisait un combat naval (sauf à Trafalgar, avec le perfide Nelson) en alignant les deux flottes travers au vent et en sens inverse. Ainsi, chaque bateau avait, en théorie, la joie de tirer sur tous les bateaux de la flotte ennemie. Lorsqu’un boulet fracassait un pont, (*)le canon qui se trouvait à cet endroit passait directement à la baille, et avec lui son servant. L’inertie du canon étant plus grande que celle du servant, très agile en général, le marin tombait à l’eau le premier, et ramassait son canon dans les gencives très peu de temps après. D’où l’expression "boire un canon".
    A ne surtout pas confondre avec "se jeter un canon", car là la manœuvre consistait, toujours dans la Royale, à tirer au canon, mais depuis le bord opposé au vaisseau visé, en ayant préalablement enlevé les bouts anti-recul dudit canon. Le boulet restait alors sur place, mais le canon, à cause du recul et de son affût à roulettes, traversait le bateau d’un bord à l’autre, franchissait le bastingage défoncé par le boulet du salaud d’en face qui venait de faire "boire un canon" à un canonnier du bord, fracassait à son tour le pont du vaisseau du salaud d’en face, et (aller à *).
    Le combat cessait lorsqu’il n’y avait plus de canon à boire, ni à se jeter.
  • #2
    • <inconnu>
    • 29/12/2006 à 01:32
    • En réponse à Elpepe #1 le 29/12/2006 à 00:35* :
    • « Bon, alors là, pas du tout. En fait, cette expression vient de la Marine. Dans la Royale, on réalisait un combat naval (sauf à Trafalgar, av... »
    Dans la Royale, aussi, l’on aimait voir des canons, dont la bouche fait frémir...de plaisir, à la démarche féline. De là, à ce qu’on essaie de le tirer un coup, il n’y avait qu’un pas qu’on arrivait pas toujours à franchir, selon qu’on avait ou non bu trop de canons (ou de flasques). Chasse à l’affût...dans ce cas, non. Pauvres hommes !
  • #3
    • momolala
    • 29/12/2006 à 06:41
    Je n’ai pas trouvé trace du canon dans les unités de mesure de capacité des liquides, ce qui ne signifie pas que God tout puissant ait tort. Par contre, si on rapporte aux mesures connues
    le canon qui, c’est bien connu, faisait 1/16e de pinte
    , ça ne fait pas grand chose à boire, un canon :
    une pinte = 952, 146 ml
    une chopine = 1/2 pinte = 476, 073 ml
    un posson = 1/8 pinte = 119, 018 ml
    un canon = 1/16 pinte = 60 ml environ
    une roquille = 1/32 pinte = 29,755 ml*
    • quand on transvase, il y a de la perte, c’est bien connu aussi.
    Donc un canon équivaudrait à 6 cl de vin ou spiritueux : c’est la dose versée dans les verres par les canonniers de métier que sont les patrons de bar quand ils sont généreux (à vue d’oeil ou de nez, je manque de références personnelles dans ce domaine). On peut donc être "pinté" en additionnant les canons, mais je doute qu’un canon tout seul, sauf si c’est un Lagavullin (ou qu’on conduise après), abatte son homme. Bref, je me demande bien pourquoi on lui a attribué ce nom. Peut-être Chirstian aura-t-il des informations pertinentes à nous délivrer dans la journée dans ce domaine...
  • #4
    • momolala
    • 29/12/2006 à 06:55
    "Le terme vient du grec κανών / kanôn, la règle, le modèle, mais aussi la tige, le roseau."
    J’en déduis que les ancêtres des canons d’Elpepe étaient des sarbacanes !
    Dans d’autres domaines, si les règles du droit canon sont imbuvables, les canons de la beauté, bien que variant avec les époques et les modes ont toujours invité les uns à boire les autres des yeux (et vice et versa, si vice il y a !). Par contre, pourquoi dit-on d’une personne d’un âge très avancé qu’elle est d’un âge canonique ? Serait-ce pour dire fort irrévérencieusement qu’elle devient "liquide" ?
    Belle journée aux canons de l’esprit et du corps qui fréquentent ce site !
  • #5
    • flexique
    • 29/12/2006 à 07:31
    Pour les amateurs de décimales et de mesures anciennes "http://fr.wikipedia.org/wiki/Pinte". A ce propos, j’ai entendu il y a quelques jour à la radio à propos de vin, l’expression :"Ce n’est pas avec cela qu l’on va se litrer !".
    L’évidence était là : l’ivresse est soluble dans le système métrique.
    Cela me rappelait un brocanteur de mes amis achetant des livres au poid et les revendant au mètre pour s’acheter des litres.
  • #6
    • Jonayla
    • 29/12/2006 à 09:01
    boire un ch’ti canon c’est agréable, surtout s’il contient de l’eau ferro.. ferri... ferrugineuse ! hips !
  • #7
    • HoubaHOBBES
    • 29/12/2006 à 09:11
    • En réponse à momolala #4 le 29/12/2006 à 06:55 :
    • « "Le terme vient du grec κανών / kanôn, la règle, le modèle, mais aussi la tige, le roseau."
      J’en déduis que les ancêtres des canons d’Elpepe... »
    "pourquoi dit-on d’une personne d’un âge très avancé qu’elle est d’un âge canonique "
    ah, là je tiens la réponse : l’âge canonique est l’âge de 40 ans, âge à partir duquel une femme pouvait entre au service d’un curé, selon le droit canon.
    Mais, moi je dis tout ça de tête, sans aller vérifier dans mon Petit Lablonde Illustré.
    C’est juste, mon GodichouLapinet ?
    Amen-Hobbes
  • #8
    • chirstian
    • 29/12/2006 à 09:39
    • En réponse à momolala #3 le 29/12/2006 à 06:41 :
    • « Je n’ai pas trouvé trace du canon dans les unités de mesure de capacité des liquides, ce qui ne signifie pas que God tout puissant ait tort.... »
    c’est vrai que cela ne fait pas beaucoup, même si on convertit comme le,propose Littre :
    "Sorte de mesure des liquides. Le canon était la moitié du poisson ; il valait 1/16 de pinte ; on le dit à présent de 1/16 de litre."
    Mais la question est : un canon de quoi ? Si c’est 1/16 de pinte de bon sang , ou d’alcool!
    Le canon est naturellement à rapprocher de "la cannette" (principalement de bière),qui fait, elle, environ 1/3 litre, car avant de nous revenir avec l’étymologie de "can" la boîte à conserve" américaine, la cannette était bien française.
    L’origine est le mot "kane " qui désignait un vase , notamment parce que beaucoup avaient une forme de cane ("bec" verseur etc...)
  • #9
    • OSCARELLI
    • 29/12/2006 à 09:47*
    Sans vouloir parler des canons de la beauté - que nous personifions bien évidemment toutes et tous! - j’aimerais ici parler le la beauté intrinsèque (et non pas un train sec, qui n’est pas de mise ici) du canon de rouge, le seul que j’aime et respecte, comme j’ai déjà eu l’occasion de dire à cette tribune.
    Regardons d’abord le contenant:
    une ligne sobre, ronde où il faut, transparente à nous éblouir, douce au toucher, froide de prime abord mais qui ne demande qu’à se laisser réchauffer au contact de notre paume (c’en est devenu un jeu, d’ailleurs). Diverses formes, bien sûr, toutes aussi aguichantes les unes que les outres - les autres, pardon!. Certaines avec un orifice étroit, qui demande le nez fin, la langue pointue, d’autres avec un orifice béant, large, accueillant, dans lequel on peut s’immerger tout entier...
    Certaines en tulipe, d’autres en flûtes, en coupes ou en ballons...
    Regardons ensuite le contenu:
    sec, demi-sec, doux, voire même brut, rouge, rosé ou blanc,
    couleur rouge carmin, rouge sang de boeuf, rouge cardinal, pourpre même, ou bien jaune or, jaune paille, clairet,
    aux senteurs de bois de santal, de fût de chêne, de chataignes, de baies des bois, de réglisse,
    qu’il soit goulayant, de velours, qu’il ait du genou,
    qu’il nous rapelle le terreau, le terroir,
    ...
    Et enfin, après avoir regardé et le contenant, et le contenu, regardons-nous le dégustant: contents!
    C’est un sujet canon que le sujet d’aujourd’hui!
    Ne tirons donc pas à boulet rouge sur le pianiste de service!
  • #10
    • chirstian
    • 29/12/2006 à 09:53
    • En réponse à Elpepe #1 le 29/12/2006 à 00:35* :
    • « Bon, alors là, pas du tout. En fait, cette expression vient de la Marine. Dans la Royale, on réalisait un combat naval (sauf à Trafalgar, av... »
    En fait, cette expression vient de la Marine.
    en cette époque du Père Noël, il est bon de rappeler ce que nous devons au Père Noé. (baptisé Elpépé Noé dans certains textes, et Elpépé dans d’autres) : premier navigateur digne de ce nom, il fit tenir l’humanité entière dans son arche, et notre espèce n’a survécu au déluge que grâce à lui.
    Ceci posé, il est donc scientifiquement exact de dire que toutes nos expressions proviennent de la marine ...🙂
  • #11
    • OSCARELLI
    • 29/12/2006 à 09:56
    @God, à propos de ses explications:
    s’il est parti en vacances, maintenant, c’est peut-être qu’il préférait ne pas lire ce qui va suivre:
    1.- je prends la relève pendant son absence... hé, hé, hé. Signé: l’Austro God
    2.- commentaire numéro 1:
    Boire un canon soviétique, c’est boire un verre de vin rouge

    ne pas confondre avec "jouer à la roulette russe" où, quand on gagne -- on ne peut gagner qu’une seule fois - on se paie une pinte de bon sang, mais c’est bien sûr...
    3.- commentaire numéro 2:
    Pour pouvoir boire un canon d’artillerie, encore faut-il qu’il soit fondu au préalable. Or, du métal fondu, c’est brûlant donc imbuvable

    Oui, mais... Fernand Raynaud nous append que le fût du canon met un certain temps à refroidir. Alors, mon Godemichou adoré, on ne connait plus ses classiques? Hein?
    Métal fondu, Godemichou foutu?
    4.- question indépendante de toute mauvaise volonté: que fait notre nouveau maître Castello aujourd’hui? Nous ne t’avons pas encore vu ici... C’est pourtant un sujet à ta taille, il devrait te plaire, non?
  • #12
    • chirstian
    • 29/12/2006 à 09:57
    pour pouvoir chanter en canon, sur ce site, il suffirait que God décidât de le doter d’uh éditeur de etc...
  • #13
    • louisann
    • 29/12/2006 à 10:03
    • En réponse à HoubaHOBBES #7 le 29/12/2006 à 09:11 :
    • « "pourquoi dit-on d’une personne d’un âge très avancé qu’elle est d’un âge canonique "
      ah, là je tiens la réponse : l’âge canonique est l’âge... »
    Peut pas te répondre ton Godichoulapinet l’est en wacances.
    Par contre l’expression du jour me fait penser qu’on pourrait se boire un petit canon un de ces jours non ,c’est pas une bonne idée ça ?hé jonayla qu’est-ce que tu en penses ?histoire d’enterrer 2006 et de bien commencer 2007.
    Bonne journée à tous,je vous embrasse.
  • #14
    • chirstian
    • 29/12/2006 à 10:03
    • En réponse à HoubaHOBBES #7 le 29/12/2006 à 09:11 :
    • « "pourquoi dit-on d’une personne d’un âge très avancé qu’elle est d’un âge canonique "
      ah, là je tiens la réponse : l’âge canonique est l’âge... »
    "pourquoi dit-on d’une personne d’un âge très avancé qu’elle est d’un âge canonique "
    ton explication est la bonne : à 40 ans la femme ne représentait plus une tentation suffisante pour troubler les sens d’un curé.
    Plus jeune et belle (un "canon" !) il y aurait perdu son âme!
    Mais l’expression n’était pas "canonique" mais "qu’on ne nique" : à 40 ans (car les femmes vieillissaient plus vite qu’aujourd’hui) elles avaient l’âge "qu’on ne nique" (sous entendu : "plus") et pouvaient donc entrer au service de la cure.
    Bonne nouvelle , mesdames , cet âge est repoussé à --- ans*
    • je laisse chacune complèter pour ne pas me faire d’ennemies sur ce site
  • #15
    • Jonayla
    • 29/12/2006 à 10:08
    • En réponse à OSCARELLI #9 le 29/12/2006 à 09:47* :
    • « Sans vouloir parler des canons de la beauté - que nous personifions bien évidemment toutes et tous! - j’aimerais ici parler le la beauté int... »
    jolliii !
    @ Louisan : mais quand tu veux, jolie dame au scooter rose 🙂
    @ Chirstian : pour les femmes, à notre époque, la vie commence à quarante ans 😄
  • #16
    • Elpepe
    • 29/12/2006 à 11:08*
    • En réponse à OSCARELLI #9 le 29/12/2006 à 09:47* :
    • « Sans vouloir parler des canons de la beauté - que nous personifions bien évidemment toutes et tous! - j’aimerais ici parler le la beauté int... »
    Salut Filou ! Tu parles du Madiran, là... Si, si, je le reconnais très bien. Sauf qu’il n’a pas du genou, mais plutôt de la cuisse, et dans une robe baisée boisée, aux senteurs sauvages, où fourrer son nez fin pour en exhaler les énivrants parfums de mystère, de tourbe humide et de feuilles séchées de chataignier aux fleurs mâles évoquant l’odeur du sperme fraîchement émis (voir cette page), la nuit du solstice d’été.
    Amies de la poésie œnologique, bonjour !
  • #17
    • Elpepe
    • 29/12/2006 à 11:09*
    • En réponse à chirstian #10 le 29/12/2006 à 09:53 :
    • « En fait, cette expression vient de la Marine.
      en cette époque du Père Noël, il est bon de rappeler ce que nous devons au Père Noé. (baptisé... »
    toutes nos expressions proviennent de la marine

    Je le savais ! Je le savais !
  • #18
    • Elpepe
    • 29/12/2006 à 11:17
    • En réponse à chirstian #12 le 29/12/2006 à 09:57 :
    • « pour pouvoir chanter en canon, sur ce site, il suffirait que God décidât de le doter d’uh éditeur de etc... »
    il suffirait que God décidât de le doter d’un éditeur de etc...

    DE PARTOCHES, NOM DE GOD ! DE PARTOCHES !
    Bon, allez, tous en canon :
    Frère Chirstian, frère Chirstian,
    Dormez-vous ? Dormez-vous ?
    Beurrez les tartines ! Beurrez les tartines !
    Ding ding dong ! Ding ding dong !
  • #19
    • Jonayla
    • 29/12/2006 à 11:27
    • En réponse à Elpepe #16 le 29/12/2006 à 11:08* :
    • « Salut Filou ! Tu parles du Madiran, là... Si, si, je le reconnais très bien. Sauf qu’il n’a pas du genou, mais plutôt de la cuisse, et dans... »
    J’ai été voir à "cette page", que c’est romantique ...
  • #20
    • Elpepe
    • 29/12/2006 à 11:27*
    • En réponse à Jonayla #15 le 29/12/2006 à 10:08 :
    • « jolliii !
      @ Louisan : mais quand tu veux, jolie dame au scooter rose 🙂
      @ Chirstian : pour les femmes, à notre époque, la vie commence à quar... »
    la vie commence à quarante ans

    Pour toi la vie va commencer*...
    Yeahhhhh...
    Ah que Johnny, que les Belges ont même pas voulu !
    • note pour le lecteur timide : ceci est un bel exemple de basse flatterie croupière, à laquelle aucune femme de à ma connaissance ne résiste.
    Et pourquoi ma balise, elle balise que tchi, là ? Hmmm ?