Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

De joyeux drilles

De joyeux et sympathiques compagnons

Origine

Le mot 'drille', dont l'étymologie est controversée, apparaît en 1628 dans l'argot militaire[1]. Il désigne d'abord un soldat vagabond, un soudard qui ne se prive pas de se fournir en boisson et nourriture, plus ou moins de force, chez l'habitant.
Probablement parce que ces 'drilles' étaient souvent des fêtards, qu'ils étaient entre eux de bons compagnons qui se soutenaient aussi bien dans leurs mauvaises actions que dans leurs beuveries et autres orgies, il en est resté, malgré le côté négatif initial de leur comportement, une image de camaraderie qui a perduré jusqu'à maintenant.
On a eu autrefois les "bons drilles" et les "mauvais drilles", mais il ne nous reste plus maintenant que les joyeux drilles, à peu près synonyme de "joyeux lurons", et, plus rarement, les "vieux drilles", syntagme plus spécialisé pour désigner des libertins.
[1] Mais on peut quand même constater que dans l'anglais du XVIIe siècle, dès 1622, "to drill" voulait dire "former un soldat" ou, plus précisément, "exercer quelqu'un militairement", tout comme 'drillen' en allemand. Comme quoi, la soldatesque n'est pas loin non plus et le lien est probable.

Exemple

« Tout porte à croire que la convalescence sera courte; et qui sait même si, à la prochaine fête villageoise, nous ne verrons pas notre brave Hippolyte figurer dans des danses bachiques, au milieu d'un chœur de joyeux drilles, et ainsi prouver à tous les yeux, par sa verve et ses entrechats, sa complète guérison ? »
Gustave Flaubert - Madame Bovary - 1862

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « De joyeux drilles » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Ein lustiger Haufen Un tas (de gens) amusant
Allemagne Allemand Er ist kein Kind / Freund von Traurigkeit Il n'est pas enfant / ami de tristesse
Allemagne Allemand Lustige Gesellen Joyeux compagnons
Angleterre Anglais Boon companions Très bons compagnons ; des copains
Canada Français Méchants bouffons Drôle de clowns
Israël Hébreu Hévréman Bon camarade
Pays-Bas Néerlandais Dikke maatjes De joyeux drilles
Pays-Bas Néerlandais Toffe jongens De joyeux drilles
Pays-Bas Néerlandais Vrolijke Frans(en) De joyeux Français
Pays-Bas Néerlandais Vrolijke kwanten De joyeux drilles
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « De joyeux drilles » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 10/11/2009 à 06:05*
    Bonjour,
    Au sujet de la note [1] :
    Dans l’armée belge, on désigne encore sous le terme de "drill’ tous les exercices au sol infligés aux recrues : s"aligner, marcher au pas, quart de tour à gauche ... non, l’autre gauche! repos, présentez arme, etc.
  • #2
    • OSCARELLI
    • 10/11/2009 à 06:57*
    • En réponse à <inconnu> #1 le 10/11/2009 à 06:05* :
    • « Bonjour,
      Au sujet de la note [1] :
      Dans l’armée belge, on désigne encore sous le terme de "drill’ tous les exercices au sol infligés aux rec... »
    Et, quand tu as fini tout ton drill, tu ne distingues plus la gauche - non l’autre - de la gauche, tu confonds quart de tour et demi tour, tu rates le passage sous le pont quand tu entends "en avant, ’arche", etc...
    En un mot: tu pars en vrille!
    J’étais à Vilvorde, aux "troupes torchon-raclette" (TTR-troupes de transmisson). Mais il y a longtemps - dans une vie antérieure...
  • #3
    • horizondelle
    • 10/11/2009 à 08:11
    Pour rejoindre ou simplement lire la bande de joyeux drilles qui informent, interrogent ou délirent chaque jour dans la zone ’Commentaires’ de l’expression du jour sur le site, cliquez sur ce lien.

    Voilà ce que l’on reçoit chaque matin dans notre courrier préféré. N’est-ce pas là une explication claire de l’expressio du jour?
  • #4
    • deLassus
    • 10/11/2009 à 08:18*
    • En réponse à OSCARELLI #2 le 10/11/2009 à 06:57* :
    • « Et, quand tu as fini tout ton drill, tu ne distingues plus la gauche - non l’autre - de la gauche, tu confonds quart de tour et demi tour, t... »
    Moi, grenadier voltigeur de 2ème classe dans la biffe française, je ne disais pas le drill, mais c’étaient les mêmes vacheries. Surtout l’hiver quand la peau des mains restait collée au métal du fusil.
    Ma mémoire flanche un peu, mais je ne crois pas que nous ayons eu un nom pour désigner ces exercices...innommables.
    Mon sergent-chef hurlait : "Roulez votre caisse en marchant, vous êtes des macs !" .C’était sans doute son idéal masculin.
    Joyeux , le drill ?
    Dis-donc, tu as quand même passé de bons moments dans les TTR, si j’en crois tes souvenirs émus d’il y a 3 ans !
    Voir cette page, # 31.
  • #5
    • momolala
    • 10/11/2009 à 08:32
    Au nom de l’égalité entre les sexes je m’insurge : drille est un mot exclusivement masculin alors que nous, les filles, participons activement à faire de ce merrrveilleux site un lieu d’ébats euh de débauche débats culturels et joyeux ! Je propose "drillette", plus gai que drilleuse et plus classieux que drillonne.
  • #6
    • tytoalba
    • 10/11/2009 à 08:33*
    On a eu autrefois les "bons drilles" et les "mauvais drilles", mais il ne nous reste plus maintenant que les joyeux drilles

    Il nous reste aussi le Drill à cette page, cousin du Man Drill qui se signale par son nez coloré. Aurait-il un peu trop picolé ? Voir à cette page.
    J’ai quelques soucis avec ma connexion en ce moment. Comme disait Claude François : "ça s’en va et ça revient".
    Je n’ai donc pu souhaiter un heureux anniversaire à Noupate le 7, ainsi qu’à Carole1978 hier.
  • #7
    • deLassus
    • 10/11/2009 à 08:56*
    • En réponse à momolala #5 le 10/11/2009 à 08:32 :
    • « Au nom de l’égalité entre les sexes je m’insurge : drille est un mot exclusivement masculin alors que nous, les filles, participons activeme... »
    Comment ça, exclusivement masculin ?
    Si j’en crois mon pote TFLI,
    1) Drille. masc. Soldat vagabond. Syn. soudard.
    2) Drille. Fém. Outil à forer utilisé pour certains perçages fins.
    Donc (j’en rougis) : le drille déflore et la drille perce.
    Joyeux, le (la) drille ?
  • #8
    • deLassus
    • 10/11/2009 à 09:16*
    • En réponse à horizondelle #3 le 10/11/2009 à 08:11 :
    • « Pour rejoindre ou simplement lire la bande de joyeux drilles qui informent, interrogent ou délirent chaque jour dans la zone ’Commentaires’... »
    Je serais donc depuis quelques semaines un joyeux drille ?
  • #9
    • mickeylange
    • 10/11/2009 à 09:21
    • En réponse à horizondelle #3 le 10/11/2009 à 08:11 :
    • « Pour rejoindre ou simplement lire la bande de joyeux drilles qui informent, interrogent ou délirent chaque jour dans la zone ’Commentaires’... »
    Pour rejoindre ou simplement lire la bande de joyeux drilles...

    Je dirais même plus, une escadrille de joyeux drilles en espadrilles (pour ceux du sud)
    Dupond
  • #10
    • deLassus
    • 10/11/2009 à 09:33
    • En réponse à mickeylange #9 le 10/11/2009 à 09:21 :
    • « Pour rejoindre ou simplement lire la bande de joyeux drilles...
      Je dirais même plus, une escadrille de joyeux drilles en espadrilles (pour... »
    ... qui dansent des quadrilles.
    En espadrilles ?
    "Quelque chose ne colle pas". (Béjart)
  • #11
    • mickeylange
    • 10/11/2009 à 09:40
    • En réponse à deLassus #10 le 10/11/2009 à 09:33 :
    • « ... qui dansent des quadrilles.
      En espadrilles ?
      "Quelque chose ne colle pas". (Béjart) »
    Non pas Béjart, mon général, mais Bigeard c’est une escadrille pas un corps de balais (ballet ?) 😉
  • #12
    • <inconnu>
    • 10/11/2009 à 09:46
    • En réponse à mickeylange #11 le 10/11/2009 à 09:40 :
    • « Non pas Béjart, mon général, mais Bigeard c’est une escadrille pas un corps de balais (ballet ?) 😉 »
    Vous êtes tous une bande de joyeux drilles.
    C’est la raison pour laquelle je suis heureuse de vous lire tous les jours. Comme j’aime à la dire, vous êtes le sucre de mon Expressio.
    Encore merci à tous pour vos pensées à mon égard pour mon anniversaire.
  • #13
    • Elpepe
    • 10/11/2009 à 09:48
    • En réponse à deLassus #4 le 10/11/2009 à 08:18* :
    • « Moi, grenadier voltigeur de 2ème classe dans la biffe française, je ne disais pas le drill, mais c’étaient les mêmes vacheries. Surtout l’hi... »
    Il a de quoi être fier, le Filou, d’avoir aussi vaillamment défendu son torchon drapeau, non ? Comme moi, qui ai lutté pendant trois jours et deux nuits, à Guingamp, sans même avoir eu le temps d’enfiler un uniforme... Je me souviens : on était un groupe de 46 en présélection militaire à porter le même brassard de couleur, parmi des centaines de pégreleux partageant le même sort, mais pas la même couleur. Un engagé était chargé de nous cornaquer, du matin au soir, dans les différents lieux de tests. En traversant l’immense cour, il demandait au groupe "qui a envie de pisser ?". Quand trois bras s’étaient levés, les 46 prenaient la direction des pissotières.
    Voilà bien ce qui forge un homme, hein ! Moi, ces trois jours-là ont suffi à faire de moi ce que je suis. Il faut dire que je comprenais vite, à 19 ans !
  • #14
    • Elpepe
    • 10/11/2009 à 09:51
    • En réponse à momolala #5 le 10/11/2009 à 08:32 :
    • « Au nom de l’égalité entre les sexes je m’insurge : drille est un mot exclusivement masculin alors que nous, les filles, participons activeme... »
    Le féminin de joyeux drille, c’est fille de joie.
    Marcelle
  • #15
    • <inconnu>
    • 10/11/2009 à 09:52*
    Ce cher God, aujourd’hui, il nous donne l’occasion de parler … de nous même, les joyeux drilles expressionautes. Que God est grand ! Charge à nous de lui prouver notre drillerie, ou notre drillatitude et que les drillettes (du Mans) se lâchent.
    Je me pose quelques questions sur Tony Muselin. Tant qu’à redistribuer 9 M sur les 11,5 qu’il a piqués, personnellement, je les aurais redistribuer aux pauvres de la banlieue Lyonnaise, pas aux forces de l’ordre ! Notre Robin des Bois a un peu merdé sur ce coup !
    A propos de Robin des Bois, les paris sur internet vont bon train. Dans le genre mauvais goût, certains se posent la question si Trébert (l’introuvable RobinWood) va se faire rattraper avant Muselin. D’autres parient sur la date et heure de son arrestation.
    Je lisais un sondage dans « Métro » le journal gratuit, la question posée était : Muselin est-il un héro ou un voyou ? Une majorité des sondés a opté pour le héro ! C’est du propre !
    Que dire alors ce ceux qui vont planquer du flouze dans des paradis fiscaux, un virement bancaire et hop les millions disparaissent. Où est l’héroïsme ?
    D’accord, Muselin est « free » mais il n’a pas tout compris. Il a copié SPAGGIARI, « ni arme, ni violence » mais il a oublié Pèpère que c’est l’un crime les plus sanctionné en France. Maintenant il a la Maison Poulagat et son Boys Band au train il n’a plus qu’à faire le mur (c’est d’actualité !). Il va immanquablement se faire grillé, il sera « frit » et il aura tout compris.
    Il aime l’argent, mais il va en prendre pour 20 ans. D’accord, quand on aime, on a toujours 20 ans. Mais il aura un avantage sur Jeanne d’Arc, lui au moins il sortira un jour tandis que Jeanne a frit et elle a tout compris, c’est cuit !
    Vous avez dit joyeux drilles !
    Bonne journée à tous et continuez à nous faire rire.
    Expressio.fr est une excellente thérapie anti-morosité.
  • #16
    • deLassus
    • 10/11/2009 à 10:05*
    • En réponse à <inconnu> #15 le 10/11/2009 à 09:52* :
    • « Ce cher God, aujourd’hui, il nous donne l’occasion de parler … de nous même, les joyeux drilles expressionautes. Que God est grand ! Charge... »
    Ah ? On n’écoute pas la même station de radio : j’ai entendu que l’homme qui valut 11 millions ne risquait au maximum que 3 ans, justement parce qu’il n’avait commis aucune violence.
  • #17
    • deLassus
    • 10/11/2009 à 10:09
    • En réponse à Elpepe #13 le 10/11/2009 à 09:48 :
    • « Il a de quoi être fier, le Filou, d’avoir aussi vaillamment défendu son torchon drapeau, non ? Comme moi, qui ai lutté pendant trois jours e... »
    Tu as eu tort de rayer torchon : drilles signifie également "vieux chiffons".
    Loin de moi l’idée de comparer nos glorieux drapeaux à des chiffons !
    Vieux ? Peut-être...
  • #18
    • deLassus
    • 10/11/2009 à 10:15
    • En réponse à Elpepe #14 le 10/11/2009 à 09:51 :
    • « Le féminin de joyeux drille, c’est fille de joie.
      Marcelle »
    "J’ai connu bien des filles de joie qui avaient pour père un homme de peine".
    (Alphons Allais. Le chat noir. 1890)
  • #19
    • SagesseFolie
    • 10/11/2009 à 10:18*
    • En réponse à momolala #5 le 10/11/2009 à 08:32 :
    • « Au nom de l’égalité entre les sexes je m’insurge : drille est un mot exclusivement masculin alors que nous, les filles, participons activeme... »
    Eh oui, drille c’est pas pour les filles...
    C’est pour les mecs de l’escadrille,
    Qui ont (sans le q*) d’la coquille !
    Au con bas combat, jamais ne vacillent.
    Mais si l’on mélange les lettres de l’expression du jour on voit apparaître de nombreux ébats en couple. Ce qui, je crois, n’est pas pour déplaire à Momo :
    -- Idylle : jeux rodés.
    -- Ex-idylle : jus rodé.
    -- Sexy, le dur de joli !
    -- Do-drille : jeu sexy.
    -- Ce jeune chanteur est capable de jodler sexy, lui !
    Anna Pansskassa
    • Un coquille sans le q ça sent le cul.
    Et vous savez ce qu’il dit le Pépé aux garnements qui prononcent le " l " de sans cul : au lit ( et là c’est plus facile avec les mains sous la couverture) !
  • #20
    • Elpepe
    • 10/11/2009 à 10:18
    • En réponse à deLassus #17 le 10/11/2009 à 10:09 :
    • « Tu as eu tort de rayer torchon : drilles signifie également "vieux chiffons".
      Loin de moi l’idée de comparer nos glorieux drapeaux à des chi... »
    Je l’ai rayé juste pour éviter la raclette des redoutables Troupes Torchon-Raclette de Sa Majesté, que si on déclarait la guerre à la Belgique, retranchés derrière la ligne Maginot, on aurait l’air de quoi, ’core un coup, hein ? Que, pour la gagner, on devrait se faire délivrer par nos alliés d’Andorre et Monaco...