Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Faire un boeuf

Jouer une improvisation musicale collective

Origine

Notre 'boeuf' d'aujourd'hui n'a rien à voir avec ce représentant mâle de la gent bovine grâce auquel on peut, dans nos cuisines, préparer un succulent boeuf mironton ou même, lorsque l'inspiration est là, un délicieux boeuf chantilly.
Cela dit, on comprendra aisément que tout un chacun puisse se creuser les méninges pour tenter d'établir le lien qu'il peut y avoir entre notre boeuf et la musique.
Heureusement, une fois de plus, expressio est là pour répondre à cette question hautement existentielle.
Les amateurs de jazz savent parfaitement ce qu'est une "jam session" ou, en plus court, une 'jam'.
Venue du monde de ce style musical, il s'agit d'une forme de concert où des musiciens, qui n'ont pas forcément l'habitude de jouer ensemble, se regroupent et improvisent des morceaux divers pour le plus grand plaisir de leurs auditeurs.
En France, ce genre d'exercice qui, maintenant, ne se limite plus seulement au jazz, s'appelle aussi un 'boeuf'.
Il nous faut remonter vers 1925, à Paris dans le 8e arrondissement pour comprendre la naissance de cette appellation. En effet on y trouvait un cabaret fréquenté entre autres par Jean Cocteau et où des chanteurs comme Mouloudji ou Léo Ferré firent leurs premiers pas.
Cet endroit fut également un des premiers lieux où le jazz américain fit son apparition en France. Autant dire que ce fut un endroit où les 'jams' étaient fréquentes.
Et vous savez quoi ? Eh bien ce cabaret s'appelait "Le boeuf sur le toit" !
Alors autant dire qu'il n'a pas fallu longtemps pour basculer de "faire une 'jam' au Boeuf" à faire un boeuf.

Compléments

Vais-je oser ? Je vais sûrement provoquer une vague de désabonnements, m'attirer quelques inimitiés ou même en désespérer quelques-uns, même s'ils ne sont pas de Billancourt (), mais tant pis, j'ose !
Dans une grande ville du Pays basque, une jam qui se passe très bien s'appelle (paraît-il) une jam bonne de Bayonne.
Désolé.

Exemple

« Le patron a créé en juin l’association la Boîte à musique : "Je souhaite que mon établissement devienne une scène ouverte. J’ai le piano et la guitare à disposition pour ceux qui veulent faire un boeuf." »
Le Parisien - Article du 12 septembre 2009

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faire un boeuf » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Angleterre Anglais Do a jam cession Faire une cession confiture
Angleterre Anglais To do a jam session Faire une séance de ~fourrage [sans connotations sexuelles]
États-Unis Anglais To jam Improviser
Cuba Espagnol Descarga Décharge
Italie Italien Improvvisare Improviser
Pays-Bas Néerlandais Een jam-session houden Faire une jam-session
Pays-Bas Néerlandais Flash mob (?) Boeuf
Pays-Bas Néerlandais Jammen / Improviseren Improviser
Brésil Portugais Dar uma canja Donner un bouillon
Portugal Portugais Improvisiar Improviser
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Faire un boeuf » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 26/05/2010 à 00:24
    j’adore ce genre d’impro ... bientôt la fête de la musique, le mois prochain
    on pourra sans doute profiter de quelques bons moments musicaux dans la liesse ! 😉
  • #2
    • louisann
    • 26/05/2010 à 00:35
    Vous m’en mettrez 2 tranches de jam bonne 😉
  • #3
    • DiwanC
    • 26/05/2010 à 01:58*
    Une expressio qui me fait de l’effet ! se dit-elle
    cette page
  • #4
    • DiwanC
    • 26/05/2010 à 02:32
    Horizondelle l’a noté : le 26 mai, on dit Bonaniversaire Purdey !
  • #5
    • DiwanC
    • 26/05/2010 à 03:08*
    Petit cadeau* pour commencer la journée dans le rythme ! Attention ! ça réveille !
    *cette page
  • #6
    • OSCARELLI
    • 26/05/2010 à 05:01*
    Happy birthday, Purdey! Tout un tas de bonnes choses pour toi, en ce jour béni des dieux! J’ose espérer que deLassus sortira des nimbes et de son sommeil de 100 ans pour venir embrasser Cendrillon en ce beau jour! J’envoie Marceeeeeeeel cherchez les bouteilles, ou bien préfères-tu une tasse d’eau chaude avec un nuage de lait, n’est-il pas?
    Tiens, on va faire une jam ici, rien que pour toi. Ca va faire un effet boeuf, surtout avec les carottes ...
  • #7
    • Bouba
    • 26/05/2010 à 06:14
    • En réponse à louisann #2 le 26/05/2010 à 00:35 :
    • « Vous m’en mettrez 2 tranches de jam bonne 😉 »
    à Bayonne ?
  • #8
    • Bouba
    • 26/05/2010 à 06:22
    A un moment donné, hier il était question de chat-Rollet, aujourd’hui de boeuf...........sont ce une coïncidence ?
  • #9
    • OSCARELLI
    • 26/05/2010 à 06:45
    Allez, le keuf,
    ne joue pas au veuf.
    Viens avec ta meuf,
    viens voir du neuf,
    ne fais pas la tête d’oeuf,
    prend ta teuf,
    et viens faire un boeuf.
  • #10
    • <inconnu>
    • 26/05/2010 à 06:57
    modeste ö combien saxophoniste dans un groupe de jazz amateur, nous employons plutôt l’ article défini et disons "faire le boeuf"; est-ce régional, voire propre à nous? Tiens vendredi j’ ai des potes chanteurs qui chantent dans un club, j’ irai juste "faire péter un blues". Amitiés à tous. koskos.
  • #11
    • tytoalba
    • 26/05/2010 à 07:14
    heureux anniversaire Purdey à cette page. Pour les bougies, tu m’excuseras mais le ministre de l’économie est passé par là. 😄
  • #12
    • Rikske
    • 26/05/2010 à 07:54
    En anglais, le mot "jam" a aussi la signification d’"encombrement", voire de "foutoir". De la probablement son utilisation dans le sens d’"improvisation", non ? Ou me trompé-je-t-il ? Bonne journée à toutes z-et tous !
  • #13
    • <inconnu>
    • 26/05/2010 à 08:00
    Faut quand même avoir l’esprit tordu pour se faire un bœuf sur un toit... 🙂
  • #14
    • OSCARELLI
    • 26/05/2010 à 08:40
    • En réponse à Rikske #12 le 26/05/2010 à 07:54 :
    • « En anglais, le mot "jam" a aussi la signification d’"encombrement", voire de "foutoir". De la probablement son utilisation dans le sens d’"i... »
    Et veut aussi dire "confiture". Est-ce parce que ca colle aux doigts?
  • #15
    • OSCARELLI
    • 26/05/2010 à 08:41
    • En réponse à <inconnu> #13 le 26/05/2010 à 08:00 :
    • « Faut quand même avoir l’esprit tordu pour se faire un bœuf sur un toit... 🙂 »
    Il vaut quand même mieux alors avoir une meuf sur le doigt, non?
  • #16
    • chirstian
    • 26/05/2010 à 08:57
    une jam réussie ça a un effet boeuf !
  • #17
    • horizondelle
    • 26/05/2010 à 09:04
    Alors Purdey, on peut dire que l’expression du jour est en hommage à toi. Imagine un bœuf d’expressionnautes rien que pour toi. On te chantera tous bon anniversaire, chacun à sa manière, du fond de nos chaumières, mières mières mières 😄
  • #18
    • chirstian
    • 26/05/2010 à 09:06
    • En réponse à Bouba #8 le 26/05/2010 à 06:22 :
    • « A un moment donné, hier il était question de chat-Rollet, aujourd’hui de boeuf...........sont ce une coïncidence ? »
    Quand le boucher s’approche des veaux et propose : allez, on va faire un boeuf ! y en a qui ont les boules à l’idée de les perdre !
    Je préférais l’idée de simplement tirer les choses au clerc : autre coïncidence ?
  • #19
    • chirstian
    • 26/05/2010 à 09:11
    • En réponse à DiwanC #3 le 26/05/2010 à 01:58* :
    • « Une expressio qui me fait de l’effet ! se dit-elle
      cette page »
    la Fontaine est dépassé : aujourd’hui les boeufs anorexiques rêvent tous de ressembler à une grenouille ! 🙂
  • #20
    • mickeylange
    • 26/05/2010 à 09:12*
    A la Nouvelle Orléans,
    Un soir marchant dans Burbon Street
    Entre une boutique de frites
    Et un bordel béant,
    J’ai lu avec stupéfaction :
    Préservation, préservation.
    Préservation de qui, de quoi ?
    D’une salle pleine à craquer,
    De vieux musiciens de jazz
    Aux allures un peu nases,
    Des gens d’une autre génération ?
    Préservation, préservation.
    J’ai surtout vu quatre vieillards,
    A moitié blancs, moitié noirs,
    Jouant, swinguant comme à 20 ans
    Le ragtime du bon vieux temps.
    Le pianiste était centenaire.
    Il ressemblait à Fats Waller,
    De beaux cheveux blancs laineux,
    Cultivant la note bleue,
    Avec délice avec passion,
    Préservation, préservation.
    Dans une soucoupe sur le piano,
    Deux dollars pour Jéricho,
    Deux dollars plus cinquante cents,
    Pour ce sacré "when the saints".
    Michel Sardou (préservation) je vous cherche la zic (j’ai pas trouvé)
    Pour ceuzécelles qui n’auraient pas la chance de connaître, "Préservation" est une boite de jazz à la Nouvelle-Orléans.
    Quand je dit "une boite" c’est un bien grand mot. C’est une pièce grande comme les anciennes salles de classe avec des gradins hauts comme une demie marche d’escalier.
    Tout le monde est assis à même le sol dans une couche de poussière qui se bonifie au cours des années. Face aux spectateurs les musiciens tels que dans la chanson, le dos à la fenêtre qui donne sur la rue (on entends aussi bien de la rue que dans la salle) et qui jouent divinement bien sous les toiles d’araignées. Mais qu’est ce que c’est chouette !!
    Après "Préservation" à une heure avancée de la nuit, est sorti en titubant d’un bistrot un vieux black, tout maigre, tout ridé et qui marchait en crabe. Rien de particulièrement intéressant, sauf que ce Monsieur tout bourré qu’il était, chaque fois qu’il passait devant une fenêtre d’où venait du jazz, ( tous les dix mètres là bas) il marquait un temps d’arrêt, se tenait à un réverbère et tout seul faisait un un numéro de claquettes rien que pour lui. Puis il repartait en zigzaguant jusqu’à la fenêtre suivante où il recommençait. Ca fait des moments "inoubliaux" comme disait l’autre !