Un vent à décorner les boeufs - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Un vent à décorner les boeufs

Un vent très violent.

Origine

Je ne sais pas vous, mais moi j'imagine bien que, pour qu'il soit capable d'arracher les cornes de bovins, il faudrait que le vent soit extrêmement fort et emporte aussi les tuiles de toit et les antennes satellite, qu'il oblige même les hérissons et les hippopotames à s'accrocher très fort de leurs petits bras musclés aux branches des arbres où ils gambadent habituellement, pour éviter d'être emportés.

L'image est donc claire, mais à ma connaissance et à celle de Météo France, personne ne s'est jamais plaint de s'être pris une corne dans la figure un jour de tempête.
Comment une telle image a-t-elle donc pu germer dans l'esprit de ceux qui l'ont inventée ?

La seule explication plausible qui court les champs est la suivante :
Lorsqu'ils sont parqués en stabulation libre (Lien externe) dans une étable, les bovins sont susceptibles de se blesser mutuellement avec leurs cornes et d'être gênés pour accéder à leur nourriture. Pour leur éviter ça, il faut donc les écorner[1].
Mais cette opération, qui se pratique alors que les animaux sont en liberté dans les champs, provoque des saignements qui attirent les mouches et autres insectes en grandes quantités, ce qui n'est pas très recommandé pour les plaies.
C'est pourquoi les paysans fûtés, profitant du fait que les mouches préfèrent faire une belote au chaud chez elles les jours de grand vent, pratiquent l'opération à ces moments-là, permettant ainsi à la plaie de sécher et cicatriser bien plus facilement.

Limpide, non ?
Mais alors que répondre lorsqu'un paysan vous assure à juste titre que l'écornage des boeufs pour la stabulation libre ne se pratique que depuis le milieu du XXe siècle et qu'on sait que l'expression est attestée depuis le XIXe ?
Eh bien il suffit de lui rétorquer que, même hors besoins liés à l'étable, l'écornage des animaux se pratique au moins depuis le XIIe siècle (date d'apparition du mot) et que, par conséquent, on peut imaginer que les paysans ont eu, depuis ce temps, largement le temps de constater l'influence du vent sur la présence des mouches et la cicatrisation des plaies.

[1] Il existe pourtant des voix qui s'élèvent contre cette mutilation des animaux qu'ils considèrent comme inutile car il existerait des élevages où des bovins à cornes sont en stabulation libre sans aucune gêne.

Exemple

« En ce jour de deuil, Jean Galfione fait ses adieux à l'athlétisme mondial. Gêné par un vent à décorner les boeufs, le champion olympique d'Atlanta ne parvient pas à passer les qualifications de la perche. »
V. Bregevin - Eurosport 15/08/2005

Compléments

On dit aussi "un vent à décorner les cocus", autres bêtes à cornes, mais cela dépend des régions et du type des animaux élevés.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un vent à décorner les boeufs » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Tunisiear Rih itayyarUn vent à faire voler
Argentinees Un viento de novela.Le vent d' un roman
Espagnees Un vendavalUn vent de tempête
Espagnees Un viento de mil demoniosUn vent de mille démons
France (Picardie)fr Un vent à déjouguer les boeufs
Canada (Québec)fr Un vent à écorner les beuxBoeufs au pluriel se dit et s'écrit en langage populaire «beux»
France (Provence)fr Un vent à arracher la queue des ânes
Canada (Québec)fr Un vent à écorner les boeufs.
Belgique (Flandre)nl rotwindvent pourri
Belgique (Flandre)nl Van je sokken geblazen wordenetre souffler hors des ses chossettes (aussi dans le sens figurative: etre ébloui par)
Pays-Basnl De pannen waaien van het dakLes tuiles s'envolent du toit
Roumaniero Un vânt de te ia pe susUn vent à te soulever

Vos commentaires
L’expression provençale ajoutée par notre cher God à celle d’aujourd’hui me fait craindre le pire pour le malheureux cocu, idiot de surcroît, qui sortirait par un jour de très, très grand vent !
Bonjour et bonne semaine
A mon grand regret, je me vois contraint de marquer mon désaccord profond avec God. Cette explication est comme « la voiture du lundi matin », celle qui est bourrée de défauts de fabrication suite au redémarrage de la chaîne de montage.
Pourquoi aller chercher midi à quatorze heures en nous proposant une origine aussi alambiquée à une expression qui dit bien ce qu’elle veut dire, et qui se veut simplement une image forte : il fait un vent à décorner les bœufs = il fait un vent très, très fort, point final. Ces histoires de stabulation, d’écornage et de vent anti-mouches et cautérisant me laissent quelque peu interloqué et plus que dubitatif.
On aurait aussi bien pu dire « Il fait un vent à faire voler les navires », le résultat aurait été le même sans que l’on doive évoquer les ascenseurs à bateaux ou le Hollandais volant.
God, je pense que cela ne vous réussit pas de vous reposer le week-end. Ou alors, faites comme votre illustre prédécesseur, il s’est contenté d’un seul jour sur la semaine ! (*)

(*) Je tiens à préciser que je plaisante : tout le monde a droit à son week-end. Ceci pour mes nombreux admirateurs qui m’écrivent tous les jours pour me dire qu’ils ne savent jamais très bien quand je suis sérieux et quand je plaisante. Je les rassure tout de suite : je ne le sais pas très bien non plus.
Evitons les commentaires éventés !

en Bourgogne, pour un vent faible, ont dit "un vent à décorner les escargots"
en Afrique on parle de "vents à détromper les éléphants"
Au Sahara on cite "un vent à décorner les chameaux" (expression qui n’a pas de fondement scientifique, puisqu’il s’agit en fait de dromadaires!)

Sur expressio.fr ont été évoqué récemment :
" un vent qui décorne un boeuf les doigts dans le nez",
"ce vent est à l’ouest",
"un vent à décornénette" ,
"ce vent n’est pas mon cousin" ....

et j’aime le proverbe "qui décorne un oeuf, décorne un boeuf"
le décornage des bovins est bien antérieur à la pratique de la stabulation, à mon sens elle était une mesure de sécurité pour faire travailler les boeufs ou pour éviter aux vaches de se blesser dans leurs combats courants... décorner ne nécessitant pas forcément l’ablation totale...
il souffle sur expressio.fr un esprit à décorner les pages
oh !!!oh !!! çà décoiffe!!!
Quelques citations historiques qui expriment la même idée :

Un vent à décoller les oreilles (prince Charles d’Angleterre)
Un vent à dépuceler les jouvencelles (marquis de Sade)
Un vent à fermer les Fenêtres (Bill Gates, traduction approximative)
Un vent à éteindre sa pipe (Bill Clinton)
Un vent stupéfiant (Ian Ulrich)
Un vent à ne plus savoir où donner de la tête (Zinedine Zidane)
réponse à . Michelwiss le 10/07/2006 à 09h07 : le décornage des bovins est bien antérieur à la pratique de...
Comme je l’indique, le mot ’écornage’ existe depuis le XIIe siècle.
Il n’a donc pas été inventé pour la stabulation libre, ’légèrement’ plus récente.
J’en ai deux ! Soyez heureux pour moi. 

Un vent de panique souffla sur la foule en délire !
Exemple : 110 ème minute, sur un coup de tête, la tour de Pise de la défense Italienne s’écroula suite à une petite phrase qui n’était pas que du vent dans l’esprit du pur mais fragile Zizou. Pour sûr, s’il a été traité de cornu, on comprendra mieux sa réaction.
Echec et Materrazi. Maison France ventile sa douleur aujourd’hui dans les spasmes de la cruelle déception.

Il fait un zef d’enfer… restons au chaud et buvons à la santé des p….. d’Amsterdam.
réponse à . <inconnu> le 10/07/2006 à 10h22 : Quelques citations historiques qui expriment la même idée : U...
et n’oublions pas
un vent à tempérament
un vent à crédit
un vent comptant
un vent aux enchères
etc...
que le sexisme ambiant sacrifie depuis trop lontemps au profit de leur féminin
réponse à . God le 10/07/2006 à 10h29 : Comme je l’indique, le mot ’écornage’ existe depuis le ...
Oh grand God, la mouche est un sujet sur lequel j’adore m’étendre -en tout bien tout honneur, naturellement !
C’est pourquoi, je me permets de douter de votre: "les mouches préfèrent faire une belote au chaud chez elles les jours de grand vent". Ni Buffon, ni Fabre, ni le commandant Cousteau n’en parlent . Pouvez-vous citer vos sources ?
Rien à voir avec l’expression du jour, mais je viens d’apprendre que le verbe "to google" est entré dans le prestigieux dictionnaire américain Merriam-Webster, pour signifier "rechercher sur internet". Quelqu’un, dans cet illustre aréopage, aurait-il une proposition pour un terme français équivalent ? Je pense surtout à nos amis de la Belle Province...
réponse à . chirstian le 10/07/2006 à 12h29 : Oh grand God, la mouche est un sujet sur lequel j’adore m’éte...
George Langelaan - La mouche - 1957
Traité sur les mouches, leurs moeurs, leurs jeux (pas seulement la belote, il y est aussi question des dominos, des petits chevaux, duTrivial Pursuit et de la téléportation). Passionnant de bout en bout.
FARCEUR ! Sympathique farceur. Vos réponses à God m’enchantent.J’aime beaucoup votre esprit de répartie. Continuez. Amitié. Claudine.
réponse à . Rikske le 10/07/2006 à 13h19 : Rien à voir avec l’expression du jour, mais je viens d’appren...
’mécéner’ parce qu’il n’y a pas que Google dans la vie, il y a aussi MSN.
Un mécène, c’est celui qui cherche et le résultat de la recherche, c’est le mécénat.
réponse à . chirstian le 10/07/2006 à 12h29 : Oh grand God, la mouche est un sujet sur lequel j’adore m’éte...
Très bien essayé, cher Chirstian, mais j’ai l’impression que God vous a bien mouché sur ce coup-là !
réponse à . <inconnu> le 10/07/2006 à 13h27 : FARCEUR ! Sympathique farceur. Vos réponses à God m’enc...
’Gold’ ? Me voilà doré, maintenant. Adoré, je savais, mais doré, telle la pillule moyenne, je l’apprends.
réponse à . <inconnu> le 10/07/2006 à 13h27 : FARCEUR ! Sympathique farceur. Vos réponses à God m’enc...
Trivial Pursuit en 1957 ???? God est pris sur le fait: désinformation caractérisée ! Vous êtes fait, mon gaillard !
réponse à . Rikske le 10/07/2006 à 13h42 : Trivial Pursuit en 1957 ???? God est pris sur le fait: désinformatio...
Où est la désinformation ? Contrairement à ce que chacun croit, ce sont les mouches qui ont inventé le Trivial Pursuit (et c’est d’après la description de Langelaan, qu’Abbott et Haney l’ont créé chez les humains en 79).
réponse à . God le 10/07/2006 à 13h48 : Où est la désinformation ? Contrairement à ce que chac...
Ah bon ? Tenè, tenè, tenè...
réponse à . Rikske le 10/07/2006 à 13h19 : Rien à voir avec l’expression du jour, mais je viens d’appren...
J’y pensais également cette fin-de-semaine en mangeant mon chien-chaud dans un nourriture-rapide avec ma fille-amie : l’Académie devrait organiser une tempête-de-cerveaux pour nous débarrasser enfin de tous ces anglicismes qui squattérisent notre belle langue !

PS : Notez que googeler, ça ferait très brusseleir, non ?
réponse à . God le 10/07/2006 à 13h48 : Où est la désinformation ? Contrairement à ce que chac...
je crois qu’il faudrait ici arr^ter de poursuivre cette discussion triviale, s’il en nez (les doigts dans)
Moi je connais uniquement l’expression : "un temps à décorner les cocus" et quand mon mari me dit ça, je lui répond : "surtout, ne sors pas mon chéri"
réponse à . <inconnu> le 10/07/2006 à 13h57 : J’y pensais également cette fin-de-semaine en mangeant mon chien-ch...
- Où tu vas ?
- Je vais googueler, une fois !

Oué, ça sonne assez bien bruxellois...
réponse à . <inconnu> le 10/07/2006 à 14h13 : Moi je connais uniquement l’expression : "un temps à dé...
pourquoi les femmes infidéles épousent-elles toujours des cocus ?
réponse à . Rikske le 10/07/2006 à 13h19 : Rien à voir avec l’expression du jour, mais je viens d’appren...
en mariant "internet" et se casser la nénétte" je propose le terme "internénétter"
le "butinage" des Quebecquois me plait bien aussi.
un terme anglo-français pourrait être composé de "far" = loin et "fouiller" pour faire "farfouiller" (on appelle cela un réemploi)
l’idée de pêche pourrait être cultivée dans "interfiler" ou "interpêcher"
L’idée de "mécénat" ne m’enchante pas : je préfére dans le même registre "menssana" parce qu’il faut avoir l’âme bien née et bien saine pour résister à Google . Mais on peut combiner en un "mensénat " ...
dans "interroger" et "internet" on peut simplifier par "inter" pour garder "netroger" (je netroge Yahoo ...)
avec l’idée qu’internet est la meilleure et la pire des choses... pourquoi pas "lêcher"
avec celle de quantité et de n’importe quoi , pourquoi pas "pandoriser" ,
et à la gloire de God, pourquoi pas "goder", ou "intergoder" ou "trigoder" ?
réponse à . chirstian le 10/07/2006 à 15h02 : en mariant "internet" et se casser la nénétte" je propose le terme...
j’aime les propositions de Christian.
Je proposerais en plus - afin de simplifier le débat - suivant son idée de "interfiler" ou "interpêcher", "interprêter", car il est bien connu qu’internet prête sur gages, car il gage que vous ne savez pas... En quelque sorte, c’est un gage-métier!
Mainant, essaye une fois pour vwâr, de dire 10x très vite "internet prête". ...
réponse à . chirstian le 10/07/2006 à 14h40 : pourquoi les femmes infidéles épousent-elles toujours des cocus&nb...
Car avec leurs maris, les femmes saines de corps et d’esprit épousent une situation.
Tandis qu’avec leurs amants, elles mettent sainement en situation leur esprit de corps.
Et tant pis pour la morale car un cocu est un chanceux, question de veine et non ici question vaine. Vive les femmes fidèles aux plaisirs des sens même si parfois ce sont des sens interdits… Chut !
réponse à . <inconnu> le 10/07/2006 à 18h07 : Car avec leurs maris, les femmes saines de corps et d’esprit épouse...
Rappelle-toi "Le cocu magnifique", de Guitry, si je me souviens bien. L’adaptation ciné était de "je-ne-me-rappelle-plus-ch’uis-fatigué-ou-j’l’ai-jmais-su", mais avec Fernandel. C’était pas mal, je peux encore en rire.
réponse à . file_au_logis le 10/07/2006 à 17h05 : j’aime les propositions de Christian. Je proposerais en plus - afin de sim...
Interfiler, interpêcher... Bon, moi j’veux bien, mais j’préfère encore un contrefiler avec des pommes frites et une salade de chicons (ouye, non: d’endives) ou une bonne friture de sardines. Alleï, à tous, présents et à venir, salut !
réponse à . God le 10/07/2006 à 13h32 : ’Gold’ ? Me voilà doré, maintenant. Adoré,...
Il l’apprend, sa pilule ? 
réponse à . borikito le 10/07/2006 à 07h50 : L’expression provençale ajoutée par notre cher God à ...
On passe du cocu à l’âne, ou plutôt l’inverse ?
J’ai modifié GOD. Pardon. Mais je n’aurais jamais pensé à la pillule. je vous apprécie trop. Doré comme un Dieu ou plutôt comme un BOUDDHA - c’est mieux non ? A demain avec grand plaisir.
réponse à . <inconnu> le 12/07/2006 à 11h43 : J’ai modifié GOD. Pardon. Mais je n’aurais jamais pensé...
Oh, avec ça tu peux être sure qu’il ne te BOUDDHERA pas !
réponse à . <inconnu> le 10/07/2006 à 14h13 : Moi je connais uniquement l’expression : "un temps à dé...
Dites, elle l’a passé ce test de l’autre jour, TCHOUNET ?
Bon, moi j’ai quand même un doute sur l’explication des mouches et du vent (qui me plaît pourtant beaucoup) : je sens une différence entre "décorner" et "écorner", le second me faisant penser à une action volontaire de l’homme alors que le premier ne me donne pas d’information sur le côté "planification" du geste.
God lui-même nous dit "....il faut donc les écorner.". L’expression correcte serait alors "un vent à écorner les boeufs" comme ayu Québec.
C’est purement intuitif, mais où serait l’erreur ?
réponse à . HoubaHOBBES le 19/07/2006 à 09h31 : Bon, moi j’ai quand même un doute sur l’explication des mouche...
Masturbation intellectuelle que tout ceci : décorner et écorner ont exactement la même signification (c’est mon grand pote Robert qui me le dit), sauf que écorner est plus ancien (ce qui explique qu’il soit resté utilisé par nos amis Canadiens qui affectionnent à la fois les mots anciens et les beaux néologismes).
réponse à . God le 19/07/2006 à 13h38 : Masturbation intellectuelle que tout ceci : décorner et écorn...
C’est dingue, non ? ("Le meilleur du Chat", p 13)
réponse à . HoubaHOBBES le 18/07/2006 à 18h14 : Oh, avec ça tu peux être sure qu’il ne te BOUDDHERA pas ...
Comme disait Fernandel, "Faut pas bouder Bouddha"!
réponse à . chirstian le 10/07/2006 à 15h02 : en mariant "internet" et se casser la nénétte" je propose le terme...
et pourquoi pas godmicher pour la masturbation intellectuelle?
ou emberlifigoder pour ceux qui s’ enmêlent les pinceaux?
réponse à . God le 19/07/2006 à 13h38 : Masturbation intellectuelle que tout ceci : décorner et écorn...
OK, j’arrête d’éconner, et retourne décosser mes petits pois.
réponse à . HoubaHOBBES le 20/07/2006 à 15h24 : OK, j’arrête d’éconner, et retourne décosser mes...
Ca mérite un maillot à pois à Paris cette décision...
réponse à . <inconnu> le 20/07/2006 à 17h58 : Ca mérite un maillot à pois à Paris cette décision.....
Ah oui, comme grimpeur, ça , je ne dis pas ....
Attention, il faut savoir et assumer le fait de se mettre en danseuse...
réponse à . <inconnu> le 25/07/2006 à 16h28 : Attention, il faut savoir et assumer le fait de se mettre en danseuse......
T’inquiète ! Chuis cadre ! (mais pas pédale !)
Les cadres, on les fabrique à la chaîne…
Hobbes, vous êtes un maillon de la chaîne et les maillons, parfois ça saute !
Vous confirmez ?
réponse à . <inconnu> le 25/07/2006 à 18h03 : Les cadres, on les fabrique à la chaîne… Hobbes, vous êtes...
Ouiiiii, chez moi, c’est une fois par an.
....
ET C’EST CE SOIR !!
YOUPIIIIE !
Ne confondons pas :
"un vent à décorner des boeufs"
et
"un pet sur une toile cirée".
réponse à . HoubaHOBBES le 26/07/2006 à 14h13 : Ouiiiii, chez moi, c’est une fois par an. .... ET C’EST CE SOIR ...
Cela évoque un autre travailleur d’un soir, le Père Noël !
Je n’en dis pas plus sur le tirage, le ramonage et la cheminée, il est d’évidence que vous comprendrez l’allusion.

N’oubliez pas votre petit soulier afin que votre pied soit détendu…
réponse à . HoubaHOBBES le 26/07/2006 à 14h15 : Ne confondons pas : "un vent à décorner des boeufs" et "un pe...
tu veux probablement dire " un poil sur une taie cirée " ?
un vent à décorner un cocu :
sa femme à déclaré : " le qui me nique n’est pas encorné"
Elle n’a pas trop arrosé son cornet sa femme ?
Cette expression, allez savoir pourquoi, me rappelle toujours Hagar Dunor, le Viking le plus bête entre toutes les bêtes à cornes, lorsqu’il cramponne celles de son casque à deux mains en racontant un bobard d’après découchage à son épouse sceptique (Sceptique c’est pas son nom, je l’ai oublié...). Et ça ne manque jamais: malgré cette précaution, les foutues cornes lui sautent du casque à chaque fois..!
c’est un vrai métier : "écorneur de bovins" !
Je connais un jeune d’une trentaine d’années qui en a fait son métier et y gagne bien sa vie ... entre 2 remplacements de vacher ...
Ici, en Cotentin, il est facile de choisir son jour ! le vent ne décolère pas pendant des semaines entières ... entre 2 accalmies et dans la Hague (prononcer RRague)
on coupe les cornes même à des jeunes cette page ( heu la photo montre un bovin avec un anneau dans le nez, je pencherais plutôt pour un taurillon ! mais j’suis pas spécialiste) 
ça me gêne un peu, la peine des jeunes génisses, qui ne sont pas des veaux gris ! ©

Mais je ne vais pas aller dormir sans vous faire partager ce joli conte d’hiver pendant un forte tempête ...
J’ai habité quelques années, à Jobourg, à la pointe de la Hague là où on ne commence à se lasser du vent que s’il souffle plus d’une semaine au-delà de 100 km/h. Autrement, on s’en accommode
et j’ai une autre version que celle de God, de l’obligation de décorner les bovins ! ce n’est pas pour la stabulation ! ... c’est à cause des naufrageurs qui accrochaient des lanternes aux cornes de vaches (ou boeufs) les soirs de tempête ...
Didier Decoin l’a bien raconté dans son roman : "Les trois vies de Babe Ozouf" ... ça se passait, il n’y a pas si longtemps ... et le phare de Goury et la station de sauvetage en mer n’existait pas il y a 150 ans et pourtant, le Raz Blanchard était gourmand en vies humaines ... avec l’aide des naufrageurs ! 
réponse à . chirstian le 10/07/2006 à 15h02 : en mariant "internet" et se casser la nénétte" je propose le terme...
un terme anglo-français pourrait être composé de "far" = loin et "fouiller" pour faire "farfouiller" (on appelle cela un réemploi)
Ce mot existe bel et bien. Nous farfouillons dans nos sacs pour trouver nos clefs ou autre chose. Nous farfouillons sur les brocantes pour trouver l’inutile que nous achèterons souvent à un prix défiant toute concurrence. Voir cette page.

@God :
décorner et écorner ont exactement la même signification (c’est mon grand pote Robert qui me le dit)
Exactement en êtes-vous sûr ? Diriez-vous que vous allez décorner votre patrimoine ou encore votre foi ? Et ne serait-il pas mal venu de décorner un convoi, puisque mon Larousse me donne : "Ecorner un convoi, c’est le couper dans sa marche et s’emparer d’une partie" Je vois bien les adversaires, enlever les cornes des cocus mais de quelle partie s’empareraient-il ? Il ne s’agirait alors plus de masturbation mais d’émasculation.  
Bon anniversaire à Quinou64, dont nous n’avons plus de nouvelles. Fait-il encore partie des Expressionautes ?
J’approuve!
é-corner: entammer les cornes
dé-corner: enlever les cornes

C’est tout comme dé-niaiser ou dé-florer...

Je sais, tout ca tient dans un dé à coudre...

Allez, salut, les piafs, je remballe tout, je pars en vacances dans deux heures. Il est temps de plier bagages. A bientôt et à musez-vous bien!
réponse à . tytoalba le 12/07/2008 à 07h23 : un terme anglo-français pourrait être composé de "far" = loi...
Pour les boeufs qui sont déjà castrés, ne restent plus que les cornes à raboter au moins pour leur ôter le peu d’agressivité virile qui leur resterait. Il serait d’ailleurs intéressant que God nous expliquât pourquoi on prétend que les cocus porteraient des cornes.
réponse à . file_au_logis le 12/07/2008 à 07h49 : J’approuve! é-corner: entammer les cornes dé-corner: enlever...
Bonnes vacances champêtres Filou et Cie ! Va écouter les clarines tintinabuler dans les alpages et reviens nous raconter les histoires de cornes (et de cornettes ?) du coin !
réponse à . momolala le 12/07/2008 à 07h52 : Pour les boeufs qui sont déjà castrés, ne restent plus que ...
pourquoi on prétend que les cocus porteraient des cornes.
probablement parce que le mot "cornair" : sot, niais attesté depuis le XIII a évolué au XVII en "cornard" :(mari) trompé , avant de prendre le sens de « muni de cornes » , et le le mari trompé ,qui était un exemple de niais, s’est ainsi trouvé pourvu de cornes.

Dans certains cas, il n’était pas aussi naïf qu’on peut le penser et il pouvait tirer un profit à ce que sa femme devienne la maitresse du roi ou d’un puissant. Peut-on alors dire que le cocu avait des cornes d’abondance ?
En tous cas la maxime de Tristan Bernard devrait en consoler plus d’un : "il vaut mieux être à plusieurs sur une bonne affaire, que seul sur une mauvaise " 
God,tu me feras toujours rire avec tes explications!Un hippopotame se tenant aux branches d’un arbre,ça doit être dantesque!Même si l’arbre a été déraciné dans un premier temps!Question vent et pluie on est servis pour le moment!Même mon chat hésite à mettre ses vibrisses dehors de peur qu’elles ne s’emmêlent!i
réponse à . Muscat le 12/07/2008 à 09h26 : God,tu me feras toujours rire avec tes explications!Un hippopotame se tenant aux...
Question vent et pluie on est servis pour le moment
Viens en Cotentin, chère amie ! quoique j’ai pu écrire cette nuit, le vent est tombé pendant mon sommeil et ne s’est pas encore relevé de sa chute ... tous les cornus peuvent sortir sans crainte ...  pas un souffle, on n’entend que les trilles des zosiaux !
Je pars pour Brest 2008 pour la journée ! Pourvu qu’il n’y ait pas pas de vent à décorner les cocus sur le Petit Minou ! LPP va être jaloux
Bonne journée à tous !
réponse à . chirstian le 12/07/2008 à 08h28 : pourquoi on prétend que les cocus porteraient des cornes. probablement ...
Au XVe, le cocu, on l’appelle aussi le « cornet ». S’il est trompé deux fois, on peut donc dire que c’est un « encornet ». C’est l’époque où les femmes portent cornette, l’on dit d’ailleurs que « l’on connoist femme a sa cornette ». J’imagine que si la cornette est encore nette, le mari n’est point cornet, et qu’à l’inverse, une cornette pas nette vous fait l’encornet. Comment ça, c’est pas clair ?
réponse à . syanne le 12/07/2008 à 09h49 : Au XVe, le cocu, on l’appelle aussi le « cornet ». S...
une cornette pas nette vous fait l’encornet.

Merci Syanne pour cette adresse http:/www.encornet.com
je vous mets ci-après le lien cette page


Cyrano (l’encore nez)
réponse à . syanne le 12/07/2008 à 09h49 : Au XVe, le cocu, on l’appelle aussi le « cornet ». S...
c’est très clair : il ne faut pas confondre la cornette pas nette avec l’encornée nette.
Je connais d’ailleurs un chimiste qui élève en cornues des encornets. Pour voir le corps nus des encornets, nés, car ceux qui ne sont pas encore nés ne sont pas en cornue. Eh bien il ressort de ses observations que chez l’encornet les soeurs ont une cornette et certaines jouent du cornet.( les pistonnées, car normalement un encornet joue du triangle isocèle). On ne le sait pas toujours, mais les brunes sont encornées plus souvent que les blondes. Et pas seulement chez les encornets : chez les cochons aussi : c’est un truisme d’évoquer la corne de brune, dans le porc, jamais la corne de blonde.
réponse à . file_au_logis le 12/07/2008 à 07h49 : J’approuve! é-corner: entammer les cornes dé-corner: enlever...
Un s’en va et l’autre revient vous parler d’une conventionnette au Mans le premier de ce moi avec Lepapy et sa BB toujours aussi souriante. AAaaah, une bonne soirée, malgré le poids de la fatigue d’une année de dur labeur...
Bonhour à toutesétoussent !

Happy-Hobbes
Si dans mon limousin natal l’on dit que le vent rend fou , n’est-il pas normal qu’ensuite les vieux disent : " un vent à décorner tous les cornards " ??

Bon week-end les expressio’s
réponse à . Muscat le 12/07/2008 à 09h26 : God,tu me feras toujours rire avec tes explications!Un hippopotame se tenant aux...
Quant aux hérissons, il serait bon qu’Hedgehog revienne nous donner son avis sur la question.
réponse à . sylphide le 12/07/2008 à 11h28 : Si dans mon limousin natal l’on dit que le vent rend fou , n’est-il ...
Peut-être finalement serait-ce la bonne source de l’expression, cornard étant ensuite devenu par... (Syanne nous dira quoi) "les boeufs" : en effet, quand le vent susceptible de le décorner soufflait le mari restait au logis et par conséquent l’infidèle lui redevenait fidèle, le temps qu’il pose ses cornes sur la table de nuit. Je ne parle pas d’expérience, n’étant fidèle qu’à mon amant.
Sachant que le verbe "déborner" est parfois utilisé, notamment en électromécanique, dans le sens d’ôter/déplacer les bornes d’une installation, alors il y a dans l’expression du jour une savoureuse contrepèterie naturelle queue que je vous laisse découvrir. 

Son sens serait alors : "Un vent à inciter les hommes à tromper leur conjointe".

C’est donc un simple déplacement de cornes : du chef de gare à sa femme, par exemple, sous l’effet d’un vent fort. Quand le vent siffle. . . .  
vous vous souvenez de Vivien Leigh dans "autant en décorne le vent " ? Elle m’avait fait un effet boeuf !
cornard étant ensuite devenu par... (Syanne nous dira quoi) "les boeufs"
je ne veux pas répondre pour Syanne, mais pour moi, l’opération qui transforme un cornard en boeuf , c’est l’émasculation.

c’est une réponse à Momo en 71 (j’ai pas décorné la bonne incone)
réponse à . HoubaHOBBES le 12/07/2008 à 10h32 : Un s’en va et l’autre revient vous parler d’une conventionnett...
Houbba qui est reviendu !! Colorie nous d’un beau bleu ce ciel de qui est désespérement gris et animé d’un vent digne de l’expression du jour...

Momo, toi qui posais la question : que sont devenus Hedgehog, ainsi que Yannou qu’il y a longtemps que je n’ai plus lu...???
Je peux vous dire d’où vient l’expression: Un vent à décorner les boeufs. Vous en serez ravis. C’est sûrement la VRAIE.
Bonne jouirnée
Une fan des expressions de tous acabits
Suzanne Gagnon
réponse à . <inconnu> le 12/07/2008 à 15h39 : Je peux vous dire d’où vient l’expression: Un vent à d...
Je peux vous dire d’où vient l’expression: Un vent à décorner les boeufs. Vous en serez ravis. C’est sûrement la VRAIE.

On dirait une pub... T’aurais pas quelques bouteilles de vin blanc à nous vendre, Loupiac ? Bon jouir à toi aussi
réponse à . mirlou le 12/07/2008 à 14h36 : Houbba qui est reviendu !! Colorie nous d’un beau bleu ce ciel de qui...
que sont devenus Hedgehog, ainsi que Yannou
c’est le vent le responsable, non ? écoute cette page
réponse à . momolala le 12/07/2008 à 11h29 : Quant aux hérissons, il serait bon qu’Hedgehog revienne nous donner...
C’est vrai ce que tu dis...Crois-tu qu’on soit sur la même planète que notre maître à penser?Lui qui voit d’ordinaire des hippopotames et des hérissons gambader dans les branches des arbres...Y a peut-être des éléphants roses aussi...God,tu nous caches quelque chose!
réponse à . <inconnu> le 12/07/2008 à 15h39 : Je peux vous dire d’où vient l’expression: Un vent à d...
Il me semble que bienvenue serait le mot qui convient. Tu dois être un ou une petite nouvelle. Alors, ne me fais pas languir, donne donc ton explication de l’expression du jour. 
réponse à . chirstian le 12/07/2008 à 13h41 : cornard étant ensuite devenu par... (Syanne nous dira quoi) "les boeufs"...
La castration tout au plus. Laisse-lui au moins ce qui lui sert à faire pipi ! Mais ce n’est pas ce que je voulais dire, je parlais réthorique et évolution de la langue. Non pas celle qu’on tourne 7 fois dans la bouche du voisin : le bel instrument de la francophonie. Du boeuf la langue qui se sert l’est dans des assiettes. Avec des câpres, quel délice !
réponse à . <inconnu> le 12/07/2008 à 15h39 : Je peux vous dire d’où vient l’expression: Un vent à d...
Et alors ? et alors ? C’est tout ? Ce n’est pas le tout de dire qu’on peut le dire si on ne dit pas ce qu’on a à dire. Ravi, en vrai, en vair et contre tous, souviens-toi que le non-dit est pire que le dit. Alors ?
réponse à . momolala le 12/07/2008 à 18h10 : La castration tout au plus. Laisse-lui au moins ce qui lui sert à faire p...
Du boeuf la langue qui se sert l’est dans des assiettes. Avec des câpres, quel délice !
As-tu déjà essayé avec une sauce moutarde et des petits cornichons piquants, un vrai régal. Et dire qu’il y a des gens qui n’aiment pas manger cela parce que ça vient de la bouche de l’animal, et qui préfèrent un oeuf. Je n’irai pas jusqu’à dire - qui mange un oeuf, mange un boeuf, faut pas exagérer. Mais partager une belle langue, n’est-ce pas ce que nous faisons ici. Toute proportion gardée. Sauf peut-être sur certains quais de gare. 
réponse à . tytoalba le 12/07/2008 à 18h51 : Du boeuf la langue qui se sert l’est dans des assiettes. Avec des câ...
qui mange un oeuf, mange un boeuf, faut pas exagérer.

Et pourtant... on dit aussi (je l’ai vu dans la liste des futures expressios) : "avoir un boeuf sur la langue" = garder un silence obstiné, avoir qqch qui empêche ou retient de parler, selon Alain Rey.

Moi je n’aime pas la langue de boeuf : et pour cause : j’ai été forcée, un jour, d’en manger une pleine assiette, après une douzaine d’huîtres, que je n’aime pas non plus. C’était l’époque où j’étais bien élevée, au point de m’en rendre malade et de me dégoûter à vie de mets qui semblent faire les délices de bien d’autres...
réponse à . syanne le 12/07/2008 à 19h20 : qui mange un oeuf, mange un boeuf, faut pas exagérer. Et pourtant... on d...
dommage pour tes papilles ! 
Mince, quand on vit en bord de mer, tout près des huîtres délicieuses ... faire la fine bouche : c’est scandaleux !
Lalangue-de-boeuf peut être accommodée de diverses manières ... que ce soit viande ou champignon ! 
réponse à . cotentine le 12/07/2008 à 22h16 : dommage pour tes papilles !  Mince, quand on vit en bord de mer, tout ...
et la langue oust ? pas mauvais non plus, hein !
réponse à . Michelwiss le 10/07/2006 à 09h07 : le décornage des bovins est bien antérieur à la pratique de...
On nous parle de combats de vaches ; après 20 ans d’existence sur une ferme laitière je ne me souviens d’aucun combat bovin! Du moins parmi la gente féminine... À la rigueur, peut-être, à l’occasion, entre deux beoufs pour les faveurs d’une belle. Mais peut-être que les vaches française sont plus vindicatives que nos vaches du nouveau monde. Ajoutons que l’ablations des cornes m’ai toujours apparue comme une mesure de sécurité pour le fermier bein d’avantage que pour le troupeau.
Quoi qu’il en soit je connaissait une autre explication à cette expression : L’opération se faisant des animaux en bas âge dont les cornes ne sont encore que de petits moignons on les brûle à l’aide d’un fer chaud, il s’en dégage une odeur désagréable et prenante. S’il est question de répéter l’opération sur un grand nombre d’animaux il est logique de choisir une journée de grands vents capable de chasser les émanations de cornes brulées...
réponse à . Masala le 18/07/2008 à 20h06 : On nous parle de combats de vaches ; après 20 ans d’existence ...
Bienvenue à toi sur ce merrrveilleux site Masala. Je ne sais pas ce que God pensera de ta proposition, mais elle a le mérite de sentir le terroir suffisamment pour qu’on la comprenne pleinement ! A bientôt de te lire dans d’autres commentaires, j’espère !
réponse à . Masala le 18/07/2008 à 20h06 : On nous parle de combats de vaches ; après 20 ans d’existence ...
peut-être, à l’occasion, entre deux bœufs pour les faveurs d’une belle

Entre deux bœufs pour les faveurs d’une belle.  :&rsquo) Cà m’étonnerait fort que dans leur situation ils aient encore envie de batifoler.Entre deux taureaux, peut-être.
Bienvenue à toi Masala.
réponse à . Masala le 18/07/2008 à 20h06 : On nous parle de combats de vaches ; après 20 ans d’existence ...
Sûr que l’explication se tient ! Mais pourquoi ne l’ai-je trouvée nulle part dans mes sources ? Comme elle me plaît bien, je suis très volontiers preneur de références d’ouvrages qui la citent...
Las, je doute qu’il y ait jamais assez de vent pour déborner les keufs...
Aujourd’hui, pour toi HoubaHOBBES, le mistral soufflera une fois* vers chez toi  ! Avec nos vœux de...
♫♪♫♫♪ Bonaniversaire ! ♪♫♪♫♫

… il va t’apporter cette charmante chanson, cadeau de Georges (l’autre !) à son copain Marcel… euh… l’autre également ! Et puis, le bon vent, le joli vent en profitera pour décorner quelques bœufs au passage !

Quand j’ai perdu Mireille,
Que j’épanchai le coeur affligé
Des larmes sans pareilles,
Quel joli vent les a séchées ?
C’est pas le zéphyr,
N’aurait pu suffir’,
C’est pas lui non plus
L’aquilon joufflu,
C’est pas pour autant
L’autan,
Non, mais c’est le plus fol
Et le plus magistral
De la bande à Eole,
En un mot : le mistral.
Il balaya ma peine
Aussi, sans lésiner
Je lui donne toujours
Mes boeufs à décorner.


À cette page, le texte.
Bouba ! je te laisse prendre soin des bœufs, des cornes et des cornus qui restent !
*c’est bien sa place, après le verbe, s’ pas ?! 
réponse à . DiwanC le 14/01/2014 à 00h33 : Aujourd’hui, pour toi HoubaHOBBES, le mistral soufflera une fois* vers che...
.........Il reste les bœufs de "la légende de la nonne", magnifique texte du père Hugo mis en musique par Tonton Georges......

Enfants voici les bœufs qui passent
cachez vos rouges tabliers


J’adore ce texte !

Il existe aussi la commune d’Escorneboeuf dans le Gers.......

En Provence, pays du Mistral dont certains esprits chagrins diront qu’il est un vent du Nord, on dit:

"Fa oun Mistraou que derabe la coua eï aïs"
(Il fait un Mistral qui arrache la queue aux ânes)

Ben oui on n’a pas de bœufs......

Pour répondre à Mintaka à sa question de savoir où se trouve Maskali.......Voir le #117 de Diwan d’hier.......
J’y ai vu une superbe murène, plein de poissons multicolores et un gros bénitier (sans sa grenouille) à rajouter au bestiaire d’Expressio.......
Je ne crois pas que l’ablation artificielle des bœufs soit la bonne explication.
En fait, lorsque les bovins se battent ils arrivent à se cogner fortement ou a se tordre les cornes en provocant ainsi le décollement de l’enveloppe cornée de la corne justement.
Rappelez-vous les photos d’époque du moyen-âge où l’on voit les morfales de toutes nations se servir de cornes comme flûtes à champagne.
Je me souviens aussi de mon père qui accrochait à sa ceinture une corne remplie d’eau dans laquelle il mettait la pierre à aiguiser la faux. C’était des cornes récupérées à la suite de bagarre d’animaux ou de choc contre les murs des étables.
Le sciage des cornes des vaches se faisait pour éviter les blessures lorsqu’elles se battaient pour affirmer la prédominance de l’une d’elles. On faisait ça à la scie à métaux mais on ne coupait que le bout pointu de la corne pour éviter les saignements. Il fallait aussi laisser de quoi lier les vaches avec le joug.
Aujourd’hui l’écornage se fait par brûlage du bourgeon de la corne lorsque celle-ci commence à pousser. C’est ainsi qu’on voit des troupeaux de vaches sans cornes dans les élevages modernes. (Mon dieu quelle horreur !).
Sur les hauteurs de Périgueux il y a un lieu-dit appelé "Escornabiou" ce qui en dit long sur ses conditions aérologiques.
réponse à . DiwanC le 14/01/2014 à 00h33 : Aujourd’hui, pour toi HoubaHOBBES, le mistral soufflera une fois* vers che...
Et celui-là, le vent qui souffle dans la montagne pourra-t-il le décorner ?
réponse à . GenteGouyat24 le 14/01/2014 à 07h28 : Je ne crois pas que l’ablation artificielle des bœufs soit la bonne ...
N’ayant que peu fréquenté les vaches de près, j’ai constaté avec surprise cet été dans une étable alpine combien celles qui portaient cornes étaient plus agressives que celles qui n’en avaient point. Nous regardions ces belles bêtes qui passaient "paisiblement" la tête à travers les barreaux, en nous tenant ma petite-fille et moi à bonne distante me semblait-il quand celle qui portait clarine manqua de peu mon épaule de sa corne, sans prévenir, même ! Faux-cul inexpressive, sale bête, va ! Néanmoins je trouve qu’elles sont bien plus équilibrées avec leurs cornes en bonne place. Ah là là, si on pouvait se contenter de mamelles sur pied, on éliminerait même le reste de la vache !
Après les tempêtes ajoutées aux tempêtes de ces derniers mois, les cocus et les cocues, parité oblige, peuvent se promener la tête libérée sans doute. Je les soupçonne d’avoir été aux premières loges pour prendre le vent ; fut un temps où j’aurais pu en être...  Qu’ils gardent désormais la tête haute et le regard clair ! C’est mon voeu pour l’an nouveau, tiens.

Belle journée bleue si vous le voulez !
Ouai......... Que du vent......
Grande journée aujourd’hui, grace à Expressio pas besoin de grand vent pour que mes voeux arrivent jusqu à toi.
BON ANNIVERSAIRE HoubbaHOBBES.
Qu’il soit noroît, mistral, tramontane ou d’ailleurs, est-ce que le vent - celui qui faisait dire à Grand-Maman : C’est le vent s’élevant..., celui fait voler les bonnets des filles par-dessus les moulins, celui qui met les mers en furie et déchaîne les ouragans - est-ce que le vent donc a le même effet sur les bœufs et sur les chefs de gare ? Me d’mande...
réponse à . DiwanC le 14/01/2014 à 09h16 : Qu’il soit noroît, mistral, tramontane ou d’ailleurs, est-ce q...
..........Demande plutôt à Georges......

"Le cocu"

"Bien content qu’en partant ces mufles ne s’égarent
Pas à mettre le comble à leur ignominie
En sifflotant " Il est cocu, le chef de gare... "
Parc’ que, le chef de gar’, c’est mon meilleur ami
Moi, immigrée de fraîche date, je fus impressionnée plutôt par le fait brutal de ce qu’on écorne les bœufs dans les campagnes de la Douce France. J’ai cherché l’expression sur google et tout ce que j’ai trouvé ce furent d’autres idiotismes. Et une vidéo d’un paysan souriant qui expliquait que de nos jours les bœufs n’ont plus de cornes. Ce serait donc un fait de nature...
Les canards, les bœufs... quelle civilisation!
Regina
J’ai eu vent d’un anniversaire...
Je ne sais pas si le Phare c’est haut ’Houbba’...mais on s’y retrouvera n’est-ce-pas ? en tout cas, j’aimerais bien y voir ’l’Hobbes céder’ !
Joyeux anniversaire !
réponse à . momolala le 12/07/2008 à 18h14 : Et alors ? et alors ? C’est tout ? Ce n’est pas le to...
Alors, tel le Sar Rabindranath Duval, il peut le dire. cette page
Le vent violent, ça me tourmente. 
qu’il oblige même les hérissons et les hippopotames à s’accrocher
Pourquoi les mauvais rissons ils attaquent toujours les petits popotames ?
réponse à . reginama le 14/01/2014 à 09h46 : Moi, immigrée de fraîche date, je fus impressionnée plut&oci...
La question se pose avec insistance : faut-il considérer les escargots comme des bêtes à cornes ?
JOYEUX ANNIVERSAIRE !!!
cette page
réponse à . GenteGouyat24 le 14/01/2014 à 07h28 : Je ne crois pas que l’ablation artificielle des bœufs soit la bonne ...
on ne coupait que le bout pointu de la corne pour éviter les saignements. Il fallait aussi laisser de quoi lier les vaches avec le joug.
ANAGRAMME
Si on veut encorder les vaches, il ne faut pas les décorner.
FREDOGRAMME
Fred bouleversant suce néon
réponse à . <inconnu> le 14/01/2014 à 09h58 : La question se pose avec insistance : faut-il considérer les escargo...
Elle ne parle pas des escargots mais d’une région où on écorne les canards.
Ca doit être dans le Sud !
réponse à . SyntaxTerror le 14/01/2014 à 10h04 : Elle ne parle pas des escargots mais d’une région où on &eac...
T’as raison, ce doit être dans le Sud parce que les escargots sont en Bourgogne.
réponse à . SyntaxTerror le 14/01/2014 à 10h04 : Elle ne parle pas des escargots mais d’une région où on &eac...
Il ne faut pas scier les cornes des escargots parce qu’alors ils sont trop difficiles à attraper au lasso.
réponse à . <inconnu> le 14/01/2014 à 10h08 : T’as raison, ce doit être dans le Sud parce que les escargots sont e...
réponse à . DiwanC le 14/01/2014 à 00h33 : Aujourd’hui, pour toi HoubaHOBBES, le mistral soufflera une fois* vers che...
Merski, chère et divine Divan, pour tes bons voeuxsi sympa !
Juste un détail, je n’ai pas perdu Mireille, puisqu’elle habite à deux pas de chez moi, qu’on se voit de temps à autre, et qu’on s’maile un peu de tout.
Pour les nouveaux, je parle bien entendou de Mirlou, appelée aussi Pepita, vu qu’elle est précieuse et qu’elle a un sourire étincelant de mille feux.

Hobbes-cédé
réponse à . louisann le 14/01/2014 à 08h58 : Grande journée aujourd’hui, grace à Expressio pas besoin de ...
Merski à toi, et aussi à Lasouinn de bien triste mémoire en espérant qu’elle ne m’en veut plus....

Le Komâdant Hobbes
En classe de météorologie pour adultes
- Madame, savez-vous quel phénomène voit-on le plus en Belgique ?
- ben, non, je ne sais pas...
- le vent, dame.
réponse à . joseta le 14/01/2014 à 09h46 : J’ai eu vent d’un anniversaire... Je ne sais pas si le Phare c&rsquo...
Ah oui Josette, il faudra bien qu’on se voie un jour, et pourquoi pas avec toute la smala, comme au bon vieux temps....
Mais entretemps, je te remercie pour tes merveilleux voeux (je veux!), vieux !

Hobbes-tiné
les mouches préfèrent faire une belote au chaud chez elles les jours de grand vent
D’où l’expression : sale temps pour les mouches.
Ben oui, cher taxTerror, c’était de sire Constance (qu’est-ce qu’elle est mignonne celle-là, pas vrai ?) cette chanson d’Hugo Frais !
Merci d’avoir songé à nous rappeler tous ces bons souvenirs passés avec l’Amiral , il me manque encore toujours ce brave !
A plusse,

Hobbes-servateur
BON ANNIVERSAIRE HoubaHOBBES !

Le temps d’écrire ce modeste mot, l’intéressé s’est manifesté... Considérez donc ce mot comme une réponse au # 120.
DEVINETTE
Pour ce qui est des parures féminines, quelle est la couleur dans le vent ?
- vert menthe, parce que ’l’atour menthe’.
réponse à . chirstian le 10/07/2006 à 14h40 : pourquoi les femmes infidéles épousent-elles toujours des cocus&nb...
La réponse est dans la question... C’ est parce qu’ elles sont infidèles ! Et les deux membres du couple peuvent cumuler ces "inconvénients", qui selon certains sont des "avantages".....
réponse à . HoubaHOBBES le 14/01/2014 à 10h28 : Ben oui, cher taxTerror, c’était de sire Constance (qu’est-ce...
Bon anniversaire, Marsupilami facétieux !
Normalement, en Belgique, il souffle un vent lèger...sauf pour les gantois:
là, le vent est ’lourd à Gand’ !
Le chanteur Chuck Ragan est un jeune ambitieux, un jeune loup; et comme en plus, il est dans le vent, il est loup Ragan.
Un vent à décorner les boeufs... c’est vache !
Scène de ’Autant en emporte le vent’ où l’héroïne pleure comme une madeleine au milieu d’une tempête:
Clark Gable: - Qu’as-tu, qu’en larmes, dans la tourmente, ’t’y fonds’ ?
- Moi, les tempêtes, j’adore ça et j’en pète de joie...
- Tempête de joie ?
Même les chinoises ont des cornes !
cette page
DEVINETTE
Le professeur François Chesnais et sa famille habitent tout en haut d’une colline: pourquoi le vent y est-il toujours violent ?
- c’est le vent des Chesnais
Quand la corne dort, le boss fort.
(proverbe turc)
Pendant que le lit corne, la corne muse.
(proverbe breton)
La vache comme l’académicien, est un bicorne.
La chèvre de monsieur Seguin est capricorne.
A.Daudet (de Draveil)
Il ne manque plus que le taureau noir.cette page
réponse à . joseta le 14/01/2014 à 12h01 : - Moi, les tempêtes, j’adore ça et j’en pète de ...
Tempête en janvier ...
réponse à . mickeylange le 14/01/2014 à 12h18 : Quand la corne dort, le boss fort. (proverbe turc) Pendant que le lit corne, la ...
A. Daudet (de Draveil)
Eh oui ! c’est bien qu’est-ce que j’dis !
Tiens, je te/vous fais cadeau d’un "β corne » grec et pis je ne m’attarde pas sinon vais encore être en retard chez les Desgrands-Lacour !
Joyeux anniversaire HoubaHobbes
Au laboratoire, où il y avait une demi-douzaine de reproductions identiques, j’y suis arrivé en coup de vent et j’ai vu les ’six clones’...
Bon anniversaire Houba HOBBES
réponse à . <inconnu> le 14/01/2014 à 09h55 : qu’il oblige même les hérissons et les hippopotames à ...
Il est vrai que les hippopotames, ça fait du dégât dans les jardins. Moi j’enterre une fève de la galette des rois de l’année à l’entrée de mon jardin et aucun hippopotame ne vient chez moi. C’est bien la preuve que mon truc marche.
réponse à . BOUBA le 14/01/2014 à 09h40 : ..........Demande plutôt à Georges...... "Le cocu" "Bien content ...
Et on dit que la femme des uns fait parfois le bonheur des autres
Voilà d’autres fameuses bêtes à cornes

cette page
réponse à . joseta le 14/01/2014 à 11h53 : Scène de ’Autant en emporte le vent’ où l’h&eacu...
— Allez, hue, ricane !
— T’as tort, nâdine mouk !
réponse à . joseta le 14/01/2014 à 14h03 : Au laboratoire, où il y avait une demi-douzaine de reproductions identiqu...
Quand on est dans l’œil du cyclone, le cyclone, il voit plus rien. On parle d’ailleurs de lentille-cyclone.
Wiki : Les vents dominants aux latitudes situées sous 40° sud peuvent souffler d’ouest en est autour du globe en étant à peine interrompus par les terres, donnant naissance aux « Quarantièmes rugissants » et aux encore plus violents « Cinquantièmes hurlants »,et « Soixantièmes mugissants ».
réponse à . <inconnu> le 14/01/2014 à 16h11 : Wiki : Les vents dominants aux latitudes situées sous 40° sud pe...
mugissants
On en revient donc à nos bœufs.
Bon anniversaire HoubaHOBBES. Tu n’es pas je l"espère Hobbbesédé par ton âge 
réponse à . memphis le 14/01/2014 à 17h21 : Bon anniversaire HoubaHOBBES. Tu n’es pas je l"espère Hobbbes&eacut...
Je pense plutôt qu’il s’agit de la force du vent,capable même d’arracher leurs cornes aux bœufs,sinon pourquoi dirions nous aussi,dans le Midi: à arracher la peau d’un âne?
Ma mère m’avait appris l’expression sous cette forme:
«Un vent à décorner les bœufs et les cocus»
Précisions: sa famille était originaire de Marmande...
réponse à . <inconnu> le 14/01/2014 à 17h29 : Ma mère m’avait appris l’expression sous cette forme: «...
Elle devait connaître l’expression d’hier : écraser les tomates. cette page
réponse à . lamiat le 14/01/2014 à 17h28 : Je pense plutôt qu’il s’agit de la force du vent,capable m&eci...
Par politesse.
Les boeufs n’ont plus que les cornes qui puissent être arrachées.
On lit que tu n’es pas Français !
Si c’était le cas, tu saurais que ce ne sont pas les boeufs qui mugissent.
Notre hymne national demande :
Entendez-vous dans les campagnes mugir Séféraud, ce soldat ?
La petite fille : "maman, maman ! papa veut se jeter du balcon parce que tu l’as trompé "
- "Dis-lui que ce sont des cornes qu’il a, pas des ailes!"
réponse à . HoubaHOBBES le 14/01/2014 à 10h28 : Ben oui, cher taxTerror, c’était de sire Constance (qu’est-ce...
Très honte j’ai ! J’ai omis de te souhaiter un bon anniversaire et pourtant Diwan ouvrait le ban dès l’aube !

Bon joyeux anniversaire donc cher Marsupilami !


Plein de bises et tous mes voeux les meilleurs redoublés pour les 351 jours restant en 2014 et les 14 premiers jours à venir de 2015 ! Le compte y est ? Parvenus là, on réitère et pis c’est tout. Profite !
Bon anniversaire cher HoubaHobbes, c’est toujours un plaisir de te lire.
Un peu tôt pour un commentaire.
Le côté positif, c’est que tu as deux ans d’avance sur la prochaine diffusion.
Passant par le pont des Arts, il m'est arrivé de rencontrer le vent... Sachez que, selon son humeur, il s'amuse à soulever le jupon des filles ou bien, maraud !, il fait s'envoler les chapeaux.
Il paraît que certains jours de colère, il décorne les bœufs et même les chefs de gare...

Des chefs de gare, soit... mais croiser des bœufs sur le pont des Arts, ce serait vraiment le hasard...

S'cusez-moi M'sieur Brassens... Merci de m'avoir prêté votre texte.
On vous écoute !
Pas la peine de prendre de risques, je vais tirer les tresses et utiliser un texte inconnu du grand public.

Là je suis sûr de l'inédicité* de ma publication, voici L'andropause

Il y est question de cocu et donc de cornes.

Mon plus proche voisin n'aim' que sa légitime,
Laquelle, épous' modèle, n'a que moi pour amant


* Néologisme de mon cru issu "d'inédit" que même M'sieur Rey y le connaît pas.

Ah j'entends le gargouillement caractéristique, la percolation de café est terminée.

J'oubliais, n'allez pas chercher L'andropause sur ioutioube c'est Jean qui s'y colle !
réponse à . SyntaxTerror le 15/01/2014 à 09h30 : Le côté positif, c’est que tu as deux ans d’avance sur ...
Bien vu, à un bon mois près ! 
Pour en revenir à M'sieur Rey, je me suis intéressé au mot "cocu"
Voyons ce qu'il nous dit:

Ce mot vient du cri du coucou, oiseau parasite qui pond ses oeufs dans le nid d'autres espèces.
A l'origine kuku (1350) il est arrivé à cocu en passant par "coquehu"(fin XIV, début XV siècle)
En ont été dérivés "cocuage" ( coqulaige en 1513 et coquage en 1546 )
Cocufier est employé pour la première fois par Molière en 1660.(Sganarelle ou le cocu imaginaire)

Georges a imaginé une plaisante variante dans "le cocu":

Eh! oui, je suis cocu, j'ai du cerf sur la tête
On fait force de trous dans ma lune de miel*


Plus loin il utilise également "écornifleur" qui vient d'écornifler (1441) issu de "nifler" (renifler) ou de "rifler" (piller) c'est à dire "se procurer quelque chose aux dépends d'autrui"
En ont été tirés des vocables tombés en désuétude "écorniflerie en 1573" et "écorniflure en 1855"

Je suis la providence des écornifleurs

Bon, je vous fiche la paix........

*"Trous dans ma lune de miel".......l'imagination du bonhomme était admirable** !
** Au fait elle était bonne la gibelotte d'hier soir ?........
-"Mon mari me fait cocu !"
-"Hé ben vous en avez de la chance, moi il me fait partout !".....
Au Canada on dit "vent à Ecorner les boeufs"......
Du côté sud de Périgueux, sur les hauteurs, il existe un lieu-dit appelé "Escornebiou" (écorne bœuf) et juste à côté il y a "Touvent".
Vu l'appellation occitane du lieu, on peut penser que l'expression "écorner les bœufs date de bien avant le XIXe siècle.
Je pense donc que l'explication fournie par God est un peu trop "capillotractée" comme il dit si bien.
Avec mon père nous avions l'habitude de scier le bout des cornes des vaches pour éviter qu'elles ne se blessent en se battant. Si on s'y prenait trop tard il arrivait qu'on trouve des enveloppes de cornes décollées à l'occasion de ces bagarres pour la prééminence dans le troupeau. Ces cornes remplies d'eau et attachées à la ceinture servaient d'étui pour la pierre à aiguiser des faucheurs manuels.
Aujourd'hui les cornes sont brûlées lorsqu'elles commencent à pousser sur la tête des veaux. Ça fait des troupeaux de vaches sans cornes et c'est absolument affreux selon moi.
DEVINETTE
Quelle marque fait-on à la page, quand on suspend la lecture de la farce "Le cocu magnifique" ?
- une corne, naturellement.

Bon, aujourd'hui j'ai rendez-vous chez ma chiropracticienne. À +
réponse à . Michelwiss le 10/07/2006 à 09h07 : le décornage des bovins est bien antérieur à la pratique de...
le décornage des bovins(...)était une mesure de sécurité pour faire travailler les boeufs
Objection mon cher : les boeufs sont liés par un joug qui est prévu pour être fixé sur les cornes, et qui sans elles aurait du mal à être correctement arrimé (comme aurait dit l'amiral).
réponse à . gonalzako le 11/12/2015 à 09h26 : le décornage des bovins(...)était une mesure de sécurit&eac...
une joug joue de boeuf en daube........quel régal !
réponse à . joseta le 11/12/2015 à 09h24 : DEVINETTE Quelle marque fait-on à la page, quand on suspend la lecture d...
Corner une page !...Hérésie !!

Voilà une pratique qui m'insupporte.....Un livre ça se respecte, oui Môssieur.

Dis moi ta chiro elle te fait craquer ?....
réponse à . gonalzako le 11/12/2015 à 09h26 : le décornage des bovins(...)était une mesure de sécurit&eac...
un joug qui est prévu pour être fixé sur les cornes
Visiblement pas dans tous les pays du monde.
réponse à . GenteGouyat24 le 11/12/2015 à 08h46 : Du côté sud de Périgueux, sur les hauteurs, il existe un lie...
ATTENTION BIS......

Dans le Gers il y a une commune du nom d'Escorneboeuf....

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

bien avant le XIXe siècle

Ben oui God précise qu'on utilise le joug depuis des lustres:

" le XIIe siècle (date d'apparition du mot)"
Visiblement, une correction vient d'être apportée à Reverpressio :
L'affichage des info-bulles qui apparaît quand on passe le pointeur de la souris dessus a été modifié et miracle, le nom des contributeurs et teuses de la rubrique Ailleurs apparaît quand on utilise Firefox.

Merci bien

P.S.
Grâce à Eurêka, il y a une expression en arabe tunisien.
Le veau dit à la génisse:
-"Tu veux qu'on joug à papa-maman ?"
réponse à . SyntaxTerror le 11/12/2015 à 09h49 : Visiblement, une correction vient d'être apportée à Reverpre...
Nous sommes sous le joug de Reverpressio !
c'est ça qu'on appelle "cornes de brume" ?
réponse à . BOUBA le 11/12/2015 à 06h49 : Au Canada on dit "vent à Ecorner les boeufs".........
"Écorner" ou "décorner"... la question fut également posée et décortiquée chez les voisins du dessus*
J'ai donc ouvert "Mon petit Rey non illustré" à "décorner". Surprise : rien, nada, que tchi ! M'sieur Rey ignore superbement, M'sieur Rey ne décorne pas même par grand vent.

Écorne-t-il ? À peine... D'une flèche impérative, il renvoie à "corne". Et là, il s'en donne à corne-joie pendant une page entière ! Je te vous donne simplement ce pour quoi j'écris ici présentement, dis donc :

- Écorner : signifie "priver (un animal) de ses cornes (vers 1200). Ce sens disparaît au profit de "décorner" (1759).

Et v'là ! C'est clair, net, précis. Cela suffira-t-il pour clore la discussion ? Me d'mande...

* Rassure-toi si parfois tu étais inquiet : tu ne répétites pas !
réponse à . BOUBA le 11/12/2015 à 09h44 : ATTENTION BIS...... Dans le Gers il y a une commune du nom d'Escorneboeuf.... ...
ATTENTION BIS......
Aïe, une bataille de "bis repetiteurs" ...
Reportons-nous aux 93 et 94 !
réponse à . SyntaxTerror le 11/12/2015 à 10h00 : ATTENTION BIS......Aïe, une bataille de "bis repetiteurs" ... Rep...
Merci Syntax, j'avais remarqué le bis de Gente mais je me voyais mal lui faire remarquer.....
En effet, j'avais jeté un oeil.......et je te rassure je ne suis pas du tout inquiet.....
Dans l'argot du monde ferroviaire ceci s'appelle une corne.........
réponse à . BOUBA le 11/12/2015 à 09h54 : Le veau dit à la génisse: -"Tu veux qu'on joug à ...
Le veau dit à la génisse:
-"Tu veux qu'on joug à papa-maman ?"
- oh oui, à touche-pis-pis !
DEVINETTE
Quelle est la danse préférée des bovins ?
Cela suffira-t-il pour clore la discussion ?
Ben, non, alors !
On pourrait garder le verbe "écorner" pour les cas où on ajoute une corne (à la couverture d'un livre ... ou d'un DVD) mais je me vois mal dire que j'ai décorné mes économies pour m'acheter un produit coûteux ...
réponse à . BOUBA le 11/12/2015 à 10h08 : Dans l'argot du monde ferroviaire ceci s'appelle une corne............
Donc, il n'y a pas que le chef de gare ...
Je sais pas j'étais conducteur et c'est pas moi qui avait les cornes mais la loco........
réponse à . ergosum le 11/12/2015 à 10h12 : Le veau dit à la génisse: -"Tu veux qu'on joug à ...
Joli !!........
réponse à . Mintaka le 11/12/2015 à 10h13 : DEVINETTE Quelle est la danse préférée des bovins ?...
La danse du ventre parce qu'on fait ont du lait onduler les fesses ?
réponse à . BOUBA le 11/12/2015 à 10h20 : La danse du ventre parce qu'on fait ont du lait onduler les fesses ?...
Pas mal !
RÉPONSE
Le slow parce que ça se danse joug à joug.
réponse à . mickeylange le 14/01/2014 à 12h18 : Quand la corne dort, le boss fort. (proverbe turc) Pendant que le lit corne, la ...
Il ne faut pas décorner les bœufs avant d'avoir semé le vent.
(proverbe prudent)
Il ne faut pas rouler de joint quand souffle un vent à décorner la beuh.
(proverbe baba)
réponse à . SyntaxTerror le 14/01/2014 à 10h26 : les mouches préfèrent faire une belote au chaud chez elles les jou...
sale temps pour les mouches
Ce fut le titre d'un film sur San-Antonio, début des années 60, avec Jean Richard en Béru et Gérard Barray en commissaire San-A.
Bon, il a pas gagné d'oscar...
réponse à . mickeylange le 14/01/2014 à 12h18 : Quand la corne dort, le boss fort. (proverbe turc) Pendant que le lit corne, la ...
Joliiii !
réponse à . Mintaka le 11/12/2015 à 10h26 : Pas mal ! RÉPONSE Le slow parce que ça se danse joug à...
Pas mal aussi.........
y avait longtemps qu'on n'avait pas eu droit à Alphonse.....
réponse à . gonalzako le 11/12/2015 à 10h40 : sale temps pour les mouchesCe fut le titre d'un film sur San-Antonio, d&eac...
Bon, il a pas gagné d'oscar..

Faut dire qu'on était loin du roman de F.Dard.......
réponse à . SyntaxTerror le 11/12/2015 à 10h14 : Cela suffira-t-il pour clore la discussion ?Ben, non, alors ! On pourr...
Euh... je ne pensais qu'aux bœufs.
Mais tu fais comme bon te semble... Tu décornes, tu écornes, tu encornes qui tu veux...
Quand le vent s'est apaisé, que deviennent les cornes des bœufs décornés ?
réponse à . DiwanC le 11/12/2015 à 11h04 : Euh... je ne pensais qu'aux bœufs. Mais tu fais comme bon te semble.....
-"Ta fille a accouché ?
-"Hé non, le petit n'est pas encore né......."
réponse à . DiwanC le 11/12/2015 à 11h06 : Quand le vent s'est apaisé, que deviennent les cornes des bœuf...
Elles sont loin.........
Ca doit pas faire du bien........
réponse à . SyntaxTerror le 11/12/2015 à 09h49 : Visiblement, une correction vient d'être apportée à Reverpre...
Idem avec Chrome sauf qu'en plus on a le groupe sanguin du contributeur.
Et votre discussion en langage de cancre ça veut dire quoi ?.......
réponse à . SyntaxTerror le 11/12/2015 à 09h49 : Visiblement, une correction vient d'être apportée à Reverpre...
Cet affichage existe depuis longtemps... Avait-il disparu puisque tu ne le signales qu'aujourd'hui ? Ou ne l'avais-tu pas remarqué ?

Peu importe... il est là et c'est bien.
réponse à . joseta le 11/12/2015 à 09h24 : DEVINETTE Quelle marque fait-on à la page, quand on suspend la lecture d...
Pour éviter de corner les pages
réponse à . Mintaka le 11/12/2015 à 11h49 : Idem avec Chrome sauf qu'en plus on a le groupe sanguin du contributeur....
On a aussi l'âge du capitaine et les dates de vaccinations obligatoires.
Reverso... quel site !
réponse à . DiwanC le 11/12/2015 à 11h57 : Cet affichage existe depuis longtemps... Avait-il disparu puisque tu ne le signa...
Il fonctionnait avec K-meleon et sans doute "Exploder", mais pas avec Firefox, ou alors blanc sur fond blanc ...
De même, apparaît maintenant la bulle "Laissé tomber pour ajouter un commentaire" quand on clique sur Ajouter en ayant laissé le champ vide (c'est à dire sans les cornes de bœufs qui pourraient y être tombées).
réponse à . Mintaka le 11/12/2015 à 11h49 : Idem avec Chrome sauf qu'en plus on a le groupe sanguin du contributeur....
Depuis le temps que je dis que Google nous espionne ...
Bon, je vous laisse entre techniciens.........@++++++++++++
Peste, on a perdu Bouba qui doit utiliser "Exploder" et "Outplouc" parce que "c'est vendu avec".
Dans un troquet, il y a longtemps...
- Tiens, y'a Jean Tissier qui déguste un croissant; j'adore ses cornes !...heu, le croissant pas Tissier !
- oui, oui, le croissant pâtissier....
réponse à . joseta le 11/12/2015 à 12h49 : Dans un troquet, il y a longtemps... - Tiens, y'a Jean Tissier qui dé...
Le croissant pâti scié ?
réponse à . BOUBA le 11/12/2015 à 09h36 : Corner une page !...Hérésie !! Voilà une pratiqu...
Dis moi ta chiro elle te fait craquer ?....
Oui, mais avec elle, je suis tombé sur un os !
À l'Académie française:
- Qu'est-ce que vous faites avec ce stylo sur la tête ?
- j'ai égaré mon couvre-chef...
- vois pas le rapport...
- ben, le bic orne...sur la tête !
réponse à . joseta le 11/12/2015 à 13h03 : À l'Académie française: - Qu'est-ce que vous faites avec ce...
Et si il est petit, Little bic orne...
réponse à . joseta le 11/12/2015 à 12h53 : Dis moi ta chiro elle te fait craquer ?....Oui, mais avec elle, je suis to...
Ainsi donc, elle ne t'as pas tordu le cou ?
Non...ça ne vaut pas le cou...
- L'autre jour, sur le marché de la charcuterie, il y soufflait un vent si violent, qu'il renversait les étals, et faisait tomber, le vent gogues...
- un tableau ? sur le marché ?
réponse à . joseta le 11/12/2015 à 14h05 : - L'autre jour, sur le marché de la charcuterie, il y soufflait un v...
Le vent gogue, c'est une tentative de mot gigogue ?
réponse à . joseta le 11/12/2015 à 14h05 : - L'autre jour, sur le marché de la charcuterie, il y soufflait un v...
Gogue : (Vieilli) Synonyme de plaisanterie.
Comme dans démagogue ?
Gogues= toilettes, WC, latrines, cabane au fond du jardin
Origine: le goguenot = le vase de nuit, le pot de chambre
Un vent à faire tomber les gogues... si vous êtes dedans à ce moment-là... bonjour les dégâts !
réponse à . ergosum le 11/12/2015 à 15h25 : Gogues= toilettes, WC, latrines, cabane au fond du jardin Origine: le goguenot =...
Au théâtre, il y a côté cour et côté jardin. Chez moi, rien de tout ça, la cour est au fond du jardin. Quand je cours au fond du jardin, c'est pas pour jardiner, c'est pour aller à la cour. Comme il n'y a pas de chasse à ma cour on ne peut pas parler de chasse à courre, n'empêche que quand j'ai la chiasse, j'y cours. Heureusement le jardin n'est pas trop long, sinon je serais pris de court.
- De notre roi et de notre reine, on n'en dit que du bien, ils sont dans le vent nos souverains !
- nos rois ?
- oh, noroît ou un autre vent...
- Quel est le vent qui souffle sur la Côte d'Azur ?
- levant
- oui, le vent, c'est lequel ?
réponse à . joseta le 11/12/2015 à 17h24 : - Quel est le vent qui souffle sur la Côte d'Azur ? - levant - oui, l...
le vent d'autan en emporte le vent...
Ah !
Toi et l'alsako, vous pensiez qu'on allait vous rater les "Gone with the Wind" ?
réponse à . SyntaxTerror le 11/12/2015 à 17h43 : Ah ! Toi et l'alsako, vous pensiez qu'on allait vous rater les &q...
ben non, mais alerte en cuisine j'arrête de me banbaner sur le site et vais mettre un bout de gras derrière le corgnolon !
Oui, j'aurais pu parler de ce vent, mais je ne l'ai pas fait...autan pour moi !
Maintenant qu'on a décorné tous les troupeaux des environs, si on faisait un p'tit tour dans nos souvenirs ?

Quelques pas dans l’enfance...
V'là l'bon vent, v'là l'joli vent
V'là l'bon vent ma mie m'appelle
V'là l'bon vent, v'là l'joli vent
V'là l'bon vent ma mie m'attend


Chemine faisant, on rencontre ces bouts de poèmes, dont on ne connaît plus tout à fait l'auteur*...
Sur la bruyère longue infiniment,
Voici le vent courant novembre ;


Et ça  ?
Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Ça, je me le rappelle ! C'est Verlaine.

Ce vent que chantait si joliment Jean Baez**, c'était de qui déjà ? "De Ruteboeuf..." souffle le vent...
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta


Ce matin, sur le Pont des Arts, Brassens aurait pu croiser le vent d u plat pays de Brel...
Avec le ciel si bas qu'un canal s'est perdu
Avec un ciel si bas qu'il fait l'humidité
Avec un ciel si gris qu'un canal s'est pendu
Avec un ciel si bas qu'il faut lui pardonner
Avec le vent du nord qui vient s'écarteler
Avec le vent du nord, écoutez-le craquer
Le plat pays qui est le mien



* Émile Verhaeren
**si vous voulez l'écouter...
Autres souvenirs avec un charmant refrain :

S'il me fallait les vendre,
J'aimerais mieux me pendre ;
J'aime Jeanne ma femme, eh bien ! j'aimerais mieux
La voir mourir, que voir mourir mes bœufs.

La zik est ici.

Et qu'est devenue la corne d'auroch ?
Pour ma part je pencherais (ou je gîterais, "gîte" étant un mot que partagent les marins et les bovins) pour une explication marine (rien à voir, je le jure, avec l'élection de dimanche prochain) de l'expression du jour.
Car le vent, c'est d'abord un truc de marin, non ? Prenons par exemple Augustin Jal, dans les Scènes de la vie maritime, 1832, vol. 3, p. 397 : "le marin [...] trouve dans sa langue de quoi nommer tous les degrés, et, pour ainsi dire, toutes les nuances du vent ; il a : brise, faible brise, jolie brise, bonne brise et brise carabinée. Et s’il a besoin d’exprimer par une idée comparative, ou la sensation que le vent lui fait éprouver ou la violence de ses efforts, il dit qu’il vente la peau du diable ou bien qu’il vente à décorner des bœufs […]".
Et comment donc le vent décornerait-il les bœufs ? La chose est aisée à concevoir. Imaginons un navire transportant des bovins. Par grand vent et subséquemment grosse houle, les malheureux bestiaux, secoués comme des pruniers, valdinguent la tête la première contre les parois du navire, au risque d'y laisser leurs cornes (explication proposée par une Québécoise, Fanny Vittecoq, dans L’Actualité langagière, volume 9, numéro 2, 2012, page 17, et tirée d'une revue publiée en 1876).
réponse à . DiwanC le 11/12/2015 à 19h47 : Maintenant qu'on a décorné tous les troupeaux des environs, si on ...
Oui, c'est beau, Verhaeren :
"Sur la bruyère longue, infiniment
Voici le vent cornant novembre [eh oui, encore une histoire de corne]
Sur la bruyère, infiniment
Voici le vent qui se déchire et se démembre
En souffles lourds
Battant les bourgs
..."
Pour le grand Jacques, le ciel si bas de son plat pays fait sûrement de l'humidité, mais il fait surtout l'humilité  ... quant au vent, j'aime bien celui d'hier, enfin je veux dire celui d'ouest, avec le fil des jours pour unique voyage, mais mon préféré est celui du sud, celui qui rit et chante avec Frida la blonde quand elle devient Margot ...
. j'ai gardé des taures en échange d'un loyer une fois.
. pendant quelques mois. une quarantaine de taures.
. un soir en rentrant, elles saignaient toutes de la tête.
. personne n'aurait trouvé ça beau.
Je partage l'opinion de l'inconnu (commentaire n°2): cette explication est tirée... par les cornes! Cette expression est simplement hyperbolique.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un vent à décorner les boeufs » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?