Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Courir comme un dératé

Courir très vite.

Origine

Si vous vous êtes, un jour ou l'autre, adonné aux joies de la course à pied, il vous est très probablement arrivé d'avoir un point de côté.
Au début de notre ère, les anciens étaient persuadés que c'était la rate () qui était à l'origine de cette douleur.
Ils imaginèrent donc des décoctions, destinées à leurs athlètes, ayant pour but de 'consumer' leur rate et leur permettre ainsi de courir sans subir ce désagréable inconvénient. Ces préparations devaient être prises pendant plusieurs jours avant les épreuves, tout en faisant un régime sans graisses ; la diététique était née !
Par la suite, à la fin du XVIe siècle, avec les progrès de la médecine, certains chirurgiens prétendirent que l'homme vivrait bien mieux s'il se faisait 'dérater', enlever cet organe en apparence inutile.
Des expériences nombreuses menées sur des chiens montrèrent qu'ils ne mouraient pas... tout de suite, mais bien suffisamment rapidement pour qu'aucun cobaye humain ne soit prêt à se faire charcuter. Cette histoire fit longtemps rire dans la société de l'époque.
Si l'idée de courir comme un dératé est donc très ancienne, ce n'est pourtant qu'au début du XIXe siècle que notre expression est attestée pour la première fois.

Compléments

Je suppose que, comme moi, vous avez encore tous votre rate. Si on appelle un dératé quelqu'un qui n'a plus cet organe, on peut donc facilement en déduire que nous sommes tous des ratés.
Désolé de vous l'apprendre aussi brutalement...

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Courir comme un dératé » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Bulgarie Bulgare Да тичаш като луд Courir comme un fou
Allemagne Allemand Rennen wie ein Wiesel Courir comme une belette
Allemagne Allemand Wie ein Verrückter rennen Courir comme un fou
Angleterre Anglais Run like the wind Courir comme le vent
Angleterre Anglais To run like greased lightning Courir comme un éclair graissé
Espagne Espagnol Correr como alma que lleva el diablo Courrir comme l'âme que le diable emporte
Espagne Espagnol Correr como un descosido Courir comme un décousu
Espagne Espagnol Correr como un poseso Courir comme un possédé
Italie Italien Correre come un dannato Courir comme un damné
Italie Italien Correre come un forsennato Courir comme un forcené
Pays-Bas Néerlandais Rennen als een bezetene/gek Courir comme un possédé/fou
Pays-Bas Néerlandais Rennen alsof de duivel hem op de hielen zit Courir comme si le diable est sur ses talons
Brésil Portugais Correr como um louco Courir comme un fou
Roumanie Roumain A face pe iepure puturos Faire le lapin fainéant
Roumanie Roumain A fugi ca un iepure Courir comme un lapin
Roumanie Roumain A fugi mancand pamantul Courir en mangeant la terre
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Courir comme un dératé » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 19/04/2006 à 15:12*
    Parlant de rate, nous avons au Québec deux expressions:
    "Se mouiller la rate." pour boire des boissons alcoolisées.
    et
    "En avoir sur la rate." pour être en colère.
    Asimov
  • #2
    • <inconnu>
    • 20/04/2006 à 09:39
    " Cette histoire fit longtemps rire dans la société de l’époque", dites-vous dans vos commentaires. Se pourrait-il que ce soit là l’origine d’une autre expression: "Se fouler la rate", signifiant avoir un fou-rire ? (J’ignore si cette expression est connue en France). Michel, Belgique.
  • #3
    • God
    • 20/04/2006 à 09:50
    • En réponse à <inconnu> #2 le 20/04/2006 à 09:39 :
    • « " Cette histoire fit longtemps rire dans la société de l’époque", dites-vous dans vos commentaires. Se pourrait-il que ce soit là l’origine... »
    Soit il y a confusion, soit il y a eu transformation après la traversée de Quiévrain, mais chez nous (en France, veux-je dire), "se fouler la rate", c’est "faire des efforts" alors que "se dilater la rate", c’est rire.
  • #4
    • poupoule
    • 20/04/2006 à 14:45
    Vous présumez que nous avons tous notre rate, eh bien pas du tout ! Mon ex mari vit sans rate depuis près de 20 ans (elle a explosé lors d’un match de football dans lequel il courait comme un dératé). Il continua à courir vite après s’être remis de l’opération, et conserve hélas une excellente santé 🙂
  • #5
    • God
    • 20/04/2006 à 15:24
    • En réponse à poupoule #4 le 20/04/2006 à 14:45 :
    • « Vous présumez que nous avons tous notre rate, eh bien pas du tout ! Mon ex mari vit sans rate depuis près de 20 ans (elle a explosé lors d’u... »
    J’aime bien le ’hélas’. Lui aussi, sûrement...
    Eh bien cela fait un raté de moins !
  • #6
    • <inconnu>
    • 30/01/2007 à 15:05
    Il y a de plus en plus de "dératé(e)" ! En effet, vu le grand nombre d’accidents de voiture, moto, vélo, (ou sports) la rate est très souvent touchée lors d’un choc violent. Cela provoque une hémorragie interne, mettant en jeu la vie du blessé.
    La rate enlevée, on vit très bien sans ! [Heureusement !!! :)))].
    Elle peut être parfois enlevée pour palier une forme de leucémie où elle "bouffe" les globules rouges. On meurt moins vite...
  • #7
    • <inconnu>
    • 18/03/2007 à 13:55
    Il se pourrait qu’il y ait une explication médicale à cette expression:
    la rate est l’organe dans lequel sont acheminés les globules rouges qui ont fait leur temps et qui y seront détruits. Or les globules rouges, comme tout le monde le sait, servent à transporter l’oxygène. Donc un dératé, conservera une quantité de globules rouges plus importante que la normale ce qui fait qu’il courera plus vite et plus longtemps qu’un "raté" (non pas comme un loser). C’est d’ailleurs le même phénomène qu’entraine la prise d’EPO au cours du dopage.
  • #8
    • <inconnu>
    • 23/05/2008 à 05:49
    Cette expression a été évoquée au "Jeu des dictionnaires", à la radio RTBF (Belgique) ce matin. L’explication que vous donnez a également été été reprise.
    Mais un des participants au jeu a précisé que le point de côté est dû à une poche d’air qui se forme dans l’intestin. Lorsque cela survient, il faut bien appuyer sur l’endroit douloureux de manière à pouvoir évacuer l’air par voie naturelle (dit prosaïquement : en pètant).
  • #9
    • <inconnu>
    • 20/09/2009 à 01:32*
    Ma rate va bien, enfin je suppose puisqu’elle ne m’interpelle pas, il est vrai que je cours assez peu. Il n’en est pas de même pour celle de Gaston Ouvrard, voir cette page, bien regarder qui l’accompagne, Ouvrard tout entier, pas seulement sa rate, à gauche de l’écran. Mon PC de bureau, qui pédale sous XP, se porte plutôt mieux que mon portable plus jeune qui parfois merdoie sous Vista, ce que semble confirmer cet informaticien, à cette page (seconde vidéo, mais la première n’est pas mal non plus).
  • #10
    • Guirou
    • 20/09/2009 à 03:08
    J’ai lu à plusieurs reprises, sur le web ou dans des livres en papier que le tamaris avait la propriété de dissoudre la rate et donc d’augmenter la vélocité de son consommateur. Avec son bois on aurait fabriqué jadis des gobelets, ou des bols qui, si l’on buvait dedans, auraient entraîné cet effet. Certains auteurs prétendent (dont Michel le jardinier si je me souviens bien) que cette pratique avait cours dans l’antiquité parmi les athlètes des jeux olympiques. En "langage des fleurs" "tamaris" signifie par ailleurs "Vous ne m’attraperez pas"
  • #11
    • OSCARELLI
    • 20/09/2009 à 08:04
    Bien le bonjour de cette belle journée ensoleillée où je vais encore courir comme un dé raté pour pouvoir visiter encore quelques beaux coins coins de cette merveilleuse ville avant de rentrer ce soir dans mon chez moi.
  • #12
    • Bouba
    • 20/09/2009 à 08:57
    Etant un des ratés de ma classe, ce sont les études qui m’ont courru après sans succès !
  • #13
    • OSCARELLI
    • 20/09/2009 à 09:40
    • En réponse à Bouba #12 le 20/09/2009 à 08:57 :
    • « Etant un des ratés de ma classe, ce sont les études qui m’ont courru après sans succès ! »
    Hereusement que tu le dis, cela ne s’était pas remarqué.
    Je te signale aussi qu’un des mes grands oncles a été l’instituteur d’un certain Paul-Henri Spaak, devenu par la suite un des pères fondateurs de l’Union Européenne, ce qui était - en ces temps-là - une idée magnifique, avant que les dérives politico-politiciennes, les magouilles et autres pots-de-vin en ont fit ce qu’elle est devenue. En bref, cet oncle non incarné disait toujours à son élève: "Paul-Henri, je ne sais pas où vous finirez, mais vous êtes un cancre."
    Il avait raison: il ne savait vraiment pas où le petit PH allait finir... 😄
    Conclusion: et toi, où vas-tu finir? Noooooon, je ne suis pas pressé. 😉
  • #14
    • OSCARELLI
    • 20/09/2009 à 09:42
    Hé, vous avez remarqué? Notre petit Godemichou adoré reste scotché à la 1212° expressio. Son compteur a aussi dératé...
  • #15
    • syanne
    • 20/09/2009 à 09:45
    • En réponse à <inconnu> #9 le 20/09/2009 à 01:32* :
    • « Ma rate va bien, enfin je suppose puisqu’elle ne m’interpelle pas, il est vrai que je cours assez peu. Il n’en est pas de même pour celle de... »
    Il n’en est pas de même pour celle de Gaston Ouvrard

    Côté mémoire et diction, en tout cas, ça fonctionne ! Impressionnant pour un jeunot de ... combien à cette époque ? 80, 85 ans ?
  • #16
    • Bouba
    • 20/09/2009 à 09:52
    • En réponse à OSCARELLI #13 le 20/09/2009 à 09:40 :
    • « Hereusement que tu le dis, cela ne s’était pas remarqué.
      Je te signale aussi qu’un des mes grands oncles a été l’instituteur d’un certain Pa... »
    Un oncle non incarné !!.........j’adore !!!..........🙂 Quant à savoir où je vais finir ?.......ben comme tout le monde !!........déjà que je suis retraité, mon avenir est derrière moi quant à mon futur, vu que ce n’est que du passé en préparation.......🙁
  • #17
    • chirstian
    • 20/09/2009 à 10:09
    moi aussi : je courre comme un (qui a) des ratés...
  • #18
    • tytoalba
    • 20/09/2009 à 10:10
    • En réponse à OSCARELLI #14 le 20/09/2009 à 09:42 :
    • « Hé, vous avez remarqué? Notre petit Godemichou adoré reste scotché à la 1212° expressio. Son compteur a aussi dératé... »
    Mais non, tout est normal. 1212, c’était vendredi. Comme tu le sais, le week-end nous avons droit à une rediffusion, donc le compteur reste bloqué.
    1515, c’est mercredi, prépare-toi donc pour la leçon d’histoire que d’aucuns auront certainement envie de nous donner. Tu as bien lu, mercredi nous en serons au 1515 ème jour d’ouverture d’Expressio.
    Un heureux anniversaire à DiveNounours. Dont je ne sais s’il nous lit encore.
    A l’occasion de son anniversaire, il y a deux ans, nous avions battu un record, voir à cette page.
  • #19
    • chirstian
    • 20/09/2009 à 10:16
    les vestales, qui, chargées d’entretenir le feu du temple, devaient faire voeu de chasteté et courraient s’enterrer vivantes si jamais elles rompaient leur voeu.
    avec 2 r à courir parce qu’elles navets pas de rate, et un appétit d’oiseau. Euh ... quelqu’un peut m’aider à me souvenir ? J’ai le digicode de ma mémoire qui a des ratés.
  • #20
    • chirstian
    • 20/09/2009 à 10:39
    Si on appelle un dératé quelqu’un qui n’a plus cet organe
    on utilisait également le terme "ératé" qui n’a pas résisté au temps.
    Le corsaire tirait son nom de la "course" c’est à dire la capture de bateaux en mer. Mais le pirate courait plus vite que lui car son bateau, effilé, n’avait point de côté. Quand on l’attrapait, on dératait donc le pi-rate et pi il devenait inoffensif et restait sur un banc à marmonner "Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages ! en battant la mesure avec sa jambe de bois.