Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

De France et de Navarre

De partout.

Origine

Pour ceux qui, comme les oeufs, sont un peu brouillés avec l'histoire de France ou pour ceux qui ne sont pas Français, il est important de savoir que les frontières de la France d'aujourd'hui sont relativement récentes.
La morphologie de notre pays a subi de nombreuses modifications au cours des siècles.
Entre autres régions qui n'en faisaient pas partie, la Basse-Navarre était un petit royaume situé au nord des Pyrénées, sur la côte Atlantique (une partie de l'actuel département des Pyrénées Atlantiques). Cette région était issue d'un découpage de la Navarre, la partie au sud des Pyrénées ayant été rattachée de force à la Castille par les Espagnols.
Pendant la seconde moitié du XVIe siècle, c'est le roi Henri III, de la lignée des Bourbon, qui dirige ce royaume alors qu'en France, c'est également un Henri III (), mais de la dynastie des Valois-Orléans, qui a en mains la destinée du pays.
À la mort d'Henri III, qui laisse la couronne sans héritiers (il aimait pourtant aussi les femmes, contrairement à la légende), c'est à Henri de Navarre qu'elle échoit : sa grand-mère était en effet la soeur de François Ier ; d'autre part, sa mère étant l'épouse d'Antoine de Bourbon, c'est ainsi que les Bourbon accèdent au trône et que commence leur dynastie.
Henri de Navarre devient alors Henri IV, roi de France et de Navarre (), mais seulement après quelques batailles victorieuses et une conversion au catholicisme.
Plus tard, bien que Louis XIII, fils d'Henri IV, ait tenté en 1620 un édit rattachant la Basse-Navarre à la France, ce n'est finalement qu'en 1790, juste après la révolution, que cette portion de territoire est réellement annexée et devient un département français.
Autrement dit, depuis Henri IV, chaque roi de France était roi de France et de Navarre.
Il n'en a pas fallu plus pour que l'expression de France et de Navarre devienne synonyme de "de partout", car, à l'époque, ne parler que de la France, c'était oublier ce bout de terre pourtant placé sous la même couronne.

Exemple

« Acheminé simultanément dans les cafés, les restaurants et chez les cavistes de France et de Navarre mais aussi dans toute l'Europe, aux États-Unis, jusqu'en Australie et à Hong Kong, chaque troisième jeudi de novembre, le beaujolais primeur s'écoule en trois mois à peine »
Magazine Que Choisir ? n° 233 de novembre 1987

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « De France et de Navarre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Pays de Galles Gallois O Fôn i Fynwy De Anglesey à Monmouthsire
Allemagne Allemand Weltweit Dans l'étendue du monde
Angleterre Anglais Here, there, and everywhere Ici, là-bas, et partout
États-Unis Anglais From coast to coast D'une côte à l'autre
Irlande Anglais From all arts and parts De tous les coins de toutes les régions
Espagne Espagnol A diestro y siniestro A droite et à gauche (= Partout)
Espagne Espagnol De acá y de allá / De aqui y de allí De ci, de là (= De partout)
Espagne Espagnol De aquí a Pekín D'ici à Pékin
Pays-Bas Néerlandais (ze kwamen) overal en nergens vandaan (Ils venaient) de partout et de nulle part
Pays-Bas Néerlandais Komen uit alle windstreken Venir des quatre points cardinaux, (de toutes les régions)
Pays-Bas Néerlandais Van heinde en ver(re) De près et de loin
Pays-Bas Néerlandais Van her en der D'ici et de là-bas
Brésil Portugais Do Oiapoque ao Chui De Oiapoque (ville la plus au Nord du Brésil) au Chui (ville la plus au Sud du pays)
Roumanie Roumain De pe toate meleagurile De toutes les régions
Roumanie Roumain Din toate colturille lumii De tous les coins du monde
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « De France et de Navarre » Commentaires

  • #1
    • eureka
    • 26/02/2007 à 00:51*
    c’est passé deux fois ??
  • #2
    • eureka
    • 26/02/2007 à 00:51
    Mais "de partout" en France uniquement je suppose passque de partout c’est très vaste. Le "de partout" implique-t-il l’ "ailleurs" aussi, j’veux dire au-delà des frontières de France (sans Navarre mainant) ? et si c’est le cas, n’est-elle pas de mauvais aloi, et même qu’elle sonnerait éventuellement très mal à l’oreille ? Ca fait très "Folie des Grandeurs", remarque il est bien question de royauté là-dedans, alors tout s’expliquerait !
  • #3
    • OSCARELLI
    • 26/02/2007 à 07:31*
    Mon cher Godemichou adoré, je le sais, oui, je le sais, je vais te faire une grande peine... Je sais que je ne devrais pas, que je devrais mettre des gants pour cela, ne pas être brutal, te préparer un tant soit peu à l’énorme tristesse que je vais occasionner en toi, mais voilà, je dois aussi aller travailler, et ce, avant demain, alors, voilà, je me jette à l’eau:
    ton explication est tout ce qu’il y a de plus bancale.
    C’est en fait une expression qui est née au siècle des lumières, quand le Sieur Poquelin Jean-Baptiste écrivit son Tartuffe (ce qui - en passant - donna naissance à la Tartuflette, vendue chaude à l’entracte). Quand le sourdingue du quartier lui demanda qui pourrait être les parents de ce Tartuffe, il répondit: "C’est le fils de France(*) et de l’Avare".
    (*) France étant, on s’en souvient certainement, une des précieuses ridicules, qui tenait souvent compagnie à la Royal, dans ses rêves les plus fous... On dirait aujourd’hui: deux boudins et des boulettes...
    Et le sourdingue s’en alla répéter l’information à qui voulait bien l’entendre, après l’avoir déformée un tant soit peu.
    Et voilà comment l’on rétablit une vérité à tout le moins historique...
    Je suis désolé, mon petit Godemichou adoré, mais je pense que je devais cela à nos lecteurs attentifs...
    L’Austro God
  • #4
    • momolala
    • 26/02/2007 à 08:05
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt les commentaires de God, (et ceux de Filo du haut de ses montagnes enneigées). Je savais que la Révolution avait réalisé l’unité de la nation, mais j’ignorais à quel point. Heureusement car aujourd’hui nous dirions de France et de Navarre et d’Alsace et de Lorraine et de Nice et de Savoie, au moins...
    J’aime bien Henri IV parce que c’est un homme qui aimait les femmes. Il a reconnu presque tous ses "bâtards", ce que ses descendants n’ont pas toujours fait. J’ai découvert en lisant sa biographie sur cette page que le Grand Condé, dont j’ai toujours cru qu’il était un bourgeois, était une de ses fils illégitimes. Je me demande comment il a pu faire un fils aussi coincé que Louis XIII ! Je sais, n’importe quel psy me renverrait à la première phrase de ce paragraphe, mais vertudieu ! cela reste quand même incongru !
  • #5
    • <inconnu>
    • 26/02/2007 à 08:13
    • En réponse à momolala #4 le 26/02/2007 à 08:05 :
    • « J’ai lu avec beaucoup d’intérêt les commentaires de God, (et ceux de Filo du haut de ses montagnes enneigées). Je savais que la Révolution a... »
    "J’aime bien Henri IV parce que c’est un homme qui aimait les femmes."
    T’as quelque chose contre les hommes qui aiment les hommes ou les femmes qui aiment les femmes ou même Henri III qui aimait les deux sexes ?
    Ou les bonobos ?
  • #6
    • <inconnu>
    • 26/02/2007 à 08:15
    Ah ! au fait, Louis XIII aussi était bi.
  • #7
    • <inconnu>
    • 26/02/2007 à 08:24
    Ce cher Vert Galant traitreusement assassiné par une Cadillac, elle même démembrée par une 4 cv grâce à qui les méandres de l’histoire ainsi que les fluctuations frontalières rendirent la poule au pot Française comme ils permirent que Napoléon ne fut point Italien et par là même apportèrent une autre flamme à notre gastronomie : le veau Marengo !
    Il en a laissé des traces dans l’histoire le bon roi Henri, l’un de ses successeurs le grand Louis XIV n’a t’il pas déclaré en parlant de lui " Il n’y a plus de pire aîné "? et n’est il pas un ascendant direct de ce Béarnais actuel qui rêve de conquérir l’Elysée en Massey-Fergusson ?
    Bonne journée à tous
  • #8
    • chirstian
    • 26/02/2007 à 09:26
    imaginez que vous avez la musique qui va avec :
    "je tire ma révérence
    et m’en vais au hasard
    sur les routes de France
    de France et de Navarre..."
  • #9
    • chirstian
    • 26/02/2007 à 09:29
    l’origine marine est attestée par l’expression initiale , qui disait que le phare d’Ouessan indiquait une zone particulièrement dangereuse (qui voit Ouessan ...):
    "le phare et la navrance"
    dont on a fait la contrepetrie :" la France et la Navarre"
  • #10
    • chirstian
    • 26/02/2007 à 09:39
    et pour vous faire profiter de ma science toute récente : le navarin (ragoût de mouton aux pommes de terre et aux navets) n’a rien à voir avec la Navarre. Le terme vient de "navet" par déformation burlesque de Navarin, ville grecque auprès de laquelle avait eu lieu une bataille célèbre en 1827.
    Quant à l’origine de "Navarre" , je ne l’ai pas trouvé : j’attends les lumières des hispanisants. Sinon je mettrai l’inspecteur Navarro sur le coup ...
  • #11
    • Condorcet
    • 26/02/2007 à 09:57
    L’omniscience de notre God et son talent à la faire partager m’époustouflent : avec lui, on n’apprend pas qu’à améliorer sa connaissance de la langue, on enrichit aussi son savoir. Merci !
    Merci aussi à tous ceux qui, souvent avec humour, parfois talentueusement, toujours dans la bonne humeur, l’encouragent quotidiennement par leurs apports à poursuivre avec persévérance ce qui pour lui ne doit pas être qu’un jeu… même s’il lui arrive d’y prendre beaucoup de plaisir.
    Déconner, c’est très bien. Un peu de sérieux, parfois, ne messied point… 😉
  • #12
    • eureka
    • 26/02/2007 à 10:14
    • En réponse à Condorcet #11 le 26/02/2007 à 09:57 :
    • « L’omniscience de notre God et son talent à la faire partager m’époustouflent : avec lui, on n’apprend pas qu’à améliorer sa connaissance de... »
    Condor sait... probablement beaucoup de choses, mais pas que le sérieux dans la déconne, ça existe aussi ! c’est moins austère et moins froid ! c’est le nec plus ultra, tous les originaux, les non-conformistes, les phénomènes, les excentristes, les fantaisites, de France et de Navarre le diront...
  • #13
    • Condorcet
    • 26/02/2007 à 10:29
    • En réponse à eureka #12 le 26/02/2007 à 10:14 :
    • « Condor sait... probablement beaucoup de choses, mais pas que le sérieux dans la déconne, ça existe aussi ! c’est moins austère et moins fro... »
    Si, Eureka, il le sait parfaitement… son clin d’œil en disait d’ailleurs long.
    Quittons la 3ème personne. Je me suis toujours efforcé, dans mes activités professionnelles – puisque j’en suis réduit à personnaliser cette intervention –, de pratiquer scrupuleusement cette “maxime” :
    « Ceux qui peuvent très bien faire le con peuvent aussi être sérieux quand il faut ; ceux qui sont toujours sérieux, c’est parce qu’ils sont toujours cons. »
    À méditer…
  • #14
    • eureka
    • 26/02/2007 à 10:36
    • En réponse à Condorcet #13 le 26/02/2007 à 10:29 :
    • « Si, Eureka, il le sait parfaitement… son clin d’œil en disait d’ailleurs long.
      Quittons la 3ème personne. Je me suis toujours efforcé, dans... »
    Que voilà que c’est bien dit !
    Citoyens, citoyennes de France et de Navarre, prenez-en de la graine !
  • #15
    • <inconnu>
    • 26/02/2007 à 10:55
    Et bien, moi qui habite tout à côté de la Navarre, je peux vous dire qu’ici dans le sud-ouest quand on est béarnais, bigourdan, basque, landais ou autres curiosités on est de là avant d’être de France. Et même d’une vallée à l’autre les gens sont des essstrangés...
  • #16
    • cotentine
    • 26/02/2007 à 11:28
    • En réponse à <inconnu> #15 le 26/02/2007 à 10:55 :
    • « Et bien, moi qui habite tout à côté de la Navarre, je peux vous dire qu’ici dans le sud-ouest quand on est béarnais, bigourdan, basque, land... »
    Comme ici en Cotentin, on reste, non pas un essstrangé, mais un" Horsain" si on n’y a pas été précédé par 2 ou 3 générations d’ancêtres ! 😉
    Par contre les ancêtres des rois de Navarre étaient les rois de Pampelune ...
    J’aime à croire que Pampelune en a fait rêver plus d’un(e) ... avec sa célèbre fête de San Fermin qui dure plus d’une semaine, avec des flots de touristes, d’alcool, de chants, de danses (sans oublier de "courir" les taureaux)
    et à la maternelle, c’est le royaume des comptines ... et on y retrouve plus Pampelune que Navarre ! comptine à compter ou à jouer ... 1, 2, 3 ... 😄
    PAMPELUNE
    Une lune brune,
    Deux sous de cheveux,
    Trois méchantes prunes,
    Dis ce que tu veux
    voir à Pampelune:
    Une vache en or,
    Deux tours en argent,
    Trois toréadors?
    Hé! tu es dedans,
    moi, je suis dehors.
    1, 2, 3, soleil !
    1, 2, 3, soleil,
    A Marseille.
    4, 5, 6, étoile,
    A Montréal.
    7, 8, 9, la lune,
    A Pampelune.
    10, 11, 12, tu as gagné,
    Où veux-tu aller ?
  • #17
    • <inconnu>
    • 26/02/2007 à 11:41*
    • En réponse à <inconnu> #15 le 26/02/2007 à 10:55 :
    • « Et bien, moi qui habite tout à côté de la Navarre, je peux vous dire qu’ici dans le sud-ouest quand on est béarnais, bigourdan, basque, land... »
    Que dire de plus sur cette expression bien expliquée par God ?
    Peut-on souligner qu’aujourd’hui, les frontières ne veulent plus dire grand-chose, surtout d’avion ? Les frontières sont-elles des obstacles à l’harmonie européenne ? Quelques siècles en arrière, les esprits étaient-ils plus étriqués que les nôtres ?
    Que de questions !
    Comme tu le soulignes Lamone (bonjour), dès qu’une aspérité se présente, aux yeux des uns, ceux qui se trouveraient de l’autre côté seraient des ennemis en puissance, des étrangers. Tout ceci suscitant la méfiance mais aussi la convoitise. L’homme pour l’homme est un prédateur et les terrains de chasse se disputent et se revendiquent comme on revendique une femme puisqu’on parle beaucoup des femmes dans et autour de l’expression et de ses origines.
    Il y a quelque chose de charnel qui se dégage de tout ça, voire en exagérant, une atmosphère de viol vient s’y coller. Quelques commentaires le sous-entendent.
    Bon, je dis ça, c’est un ressenti mais c’est aussi pour relancer la discussion entre-nous, nous qui sommes de chez nous et aussi un peu "d’ailleurs". En nous sommeille un grand état éclatant mais aussi un petit état souvent lié à l’état de nos nerfs… celui qui se doit (?) de rester dans l’ombre et comme la Navarre, en bas à gauche sur la carte, notre part de fragilité doit-elle rester, elle, at vitam eternam, en notre for (fort) intérieur ? Libérons les énergies mêmes négatives, ça soulage !
    De France et de Navarre aurait pu aussi être de France et de Belgique ou de France et de BRETAGNE (Anne de Bretagne en crie encore de douleur…) mais se fera une raison.
  • #18
    • cotentine
    • 26/02/2007 à 11:44
    chanson pour adultes aussi ... (que l’on n’entend plus guère) mais qui doit avoir un rapport avec la Marine, puisqu’il faut "Larguer les amarres et Hisser haut les voiles"! 😉 dans le refrain ... Texte : Olivier Py Musique : jean-Yves Rivaud
    DANS LES JARDINS DE PAMPELUNE
    O grands départs inassouvis
    eS’il faut répondre à votre appel
    Je vous sacrifierai ma vie
    Pour que repousse enfin mes ailes.
    Je perdrai tout ce qu’il me reste
    avec un mépris délicieux
    comme le ballon perd du lest
    Pour monter au plus haut des cieux.
    Refrain :
    Larguez les amarres!
    Hissez haut les voiles!
    Hurle la fanfare!
    Brillent les étoiles!
    Je cracherai sur mes parents
    Perché au clocher de l’ivresse
    Dans un plaisir désepérant
    Je leur exhiberai mes fesses.
    Jusqu’au matin je danserai
    Et lorsque mes pieds saigneront
    La terre enfin désaltérée
    fera pousser des liserons
    Refrain
    Envole-toi de mes épaules
    Poussière des destins trahis
    Je m’en vais conquérir le pôle
    devant leurs regards ébahis
    En brossant mon manteau d’hiver
    D’un grand geste majestueux
    je caresse l’espoir pervers
    D’un chemin fou et tortueux.
    Refrain
    Là-bas murit le fruit fatal
    Qui fera de moi un prophète,
    Un bouffon, un seigneur brutal
    Un chien, un cadavre, un poète.
    Dans les jardins de Pampelune
    Si serrés sont les citronniers
    Que parfois on prendrait la lune
    Pour un fruit rouge prisonnier.
  • #19
    • <inconnu>
    • 26/02/2007 à 11:46*
    • En réponse à cotentine #16 le 26/02/2007 à 11:28 :
    • « Comme ici en Cotentin, on reste, non pas un essstrangé, mais un" Horsain" si on n’y a pas été précédé par 2 ou 3 générations d’ancêtres ! 😉... »
    "sans oublier de "courir" les taureaux"
    Tu libères tes énergies toi aussi Cotentine ! C’est bien. Je te dis ça comme ça mais je suis Taureau Ailé, dès fois queue tirer le p’tit diablotin te soulagerait. 😉
  • #20
    • chirstian
    • 26/02/2007 à 11:53
    • En réponse à Condorcet #11 le 26/02/2007 à 09:57 :
    • « L’omniscience de notre God et son talent à la faire partager m’époustouflent : avec lui, on n’apprend pas qu’à améliorer sa connaissance de... »
    Déconner, c’est très bien. Un peu de sérieux, parfois, ne messied point…
    :en d’autres termes :
    "il m’esseyait assez que vous essayassiez,
    de taquiner la langue sans trop nous l’écorcher..."
    Bonjour Condorcet, vous vous fîtes rare, céans !