Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

L'enfer est pavé de bonnes intentions

Les meilleures dispositions d'esprit, les bonnes intentions peuvent conduire aux pires résultats.

Origine

Voilà une expression qui manifeste un 'optimisme' démesuré, ne donnant que de faibles chances à certains de ceux qui sont pleins de bonne volonté.
Dit autrement, si, malgré une volonté évidente de bien faire, on s'y prend comme un manche et on produit une catastrophe, on sera damné (et peut-être bien pour l'éternité).
Interprété autrement : gardez les doigts de pieds en éventail, ne tentez surtout rien, même si vous en avez envie, car ça risquerait de vous retomber dessus. Très bon exemple pour les enfants !
Ici, 'pavé' est une métaphore ancienne (il ne s'agit pas vraiment des pavés sous lesquels on a pu trouver la plage en 68) pour signifier 'recouvert complètement'.
Chez nous, cette expression n'est utilisée que depuis le XIXe siècle, mais elle semble avoir une longue histoire.
Saint François de Sales, au XVIe siècle en cite une version latine de Saint Bernard datant du XIIe. Puis, chez nos amis Grands-Bretons, au XVIIe, on disait (en anglais, bien sûr) "l'enfer est plein de bonnes intentions" avant qu'au XVIIIe le 'plein' soit remplacé par 'pavé de', sous l'influence de l'expression du XVIe qui disait "paver la voie à (quelque chose)" pour "préparer la voie...".
Ce n'est qu'ensuite, une petite traversée de la Manche plus tard, qu'elle est citée dans nos dictionnaires.
Mais on peut remonter encore plus loin, dans la tradition chrétienne, où il est dit que "les bonnes résolutions ne suffisent pas, sans leur réalisation, à éviter le mal et la damnation".
Avec ici une nuance importante : l'absence d'exécution mène à l'enfer, alors que dans notre locution il est dit, au contraire, que c'est la (mauvaise) réalisation qui y mène.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « L'enfer est pavé de bonnes intentions » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Bulgarie Bulgare Пътят към ада е постлан с добри намерения La route de l'enfer est couverte de bonnes intentions
Pays de Galles Gallois Llawn yw uffern o fwriadau da L'enfer est plein de bonnes intentions
Allemagne Allemand Der Weg zur Hölle ist mit guten Vorsätzen gepflastert Le chemin à l'enfer est pavé de bonnes intentions
Angleterre Anglais The road to hell is paved with good intentions Le chemin qui mène à l'enfer est pavé de bonnes intentions
Espagne Espagnol El infierno es lleno de buenas intenciones L'enfer est plein de bonne intentions
Espagne Espagnol Hay amores que matan Il y a des amours qui tuent
Espagne Espagnol L'infern és empedrat de bones intencions L'enfer est empierré de bonnes intentions
Israël Hébreu הדרך לגיהנום רצופה בכוונות טובות L'enfer est pavé de bonnes intentions
Hongrie Hongrois A pokolba vezető út is jó szándékkal van kikövezve Même le chemin qui mène à l'enfer est pavé de bonne intention
Italie Italien L'inferno è lastricato di buone intenzioni L'enfer est pavé de bonnes intentions
Belgique Néerlandais De weg naar de hel is geplaveid met goede bedoelingen Le chemin menant à l'enfer est pavé de bonnes intentions
Pays-Bas Néerlandais De weg naar de hel is geplaveid met goede voornemens Le chemin vers l'enfer est pavé de bonnes intentions
Norvège Norvégien Veien til helvete er brolagt med gode forsetter Le chemin qui mène à l'enfer est pavé de bonnes intentions
Pologne Polonais Piekło jest brukowane dobrymi intencjami L'enfer est pavé de bonnes intentions
Brésil Portugais O inferno está cheio de boas intenções L'enfer est plein de bonnes intentions
Roumanie Roumain Drumul spre iad e pavat cu bune intenţii Le chemin vers l'enfer est pavé de bonnes intentions
Russie Russe Благими намерениями вымощена дорога в ад Le chemin qui mène à l'enfer est pavé de bonnes intentions
Serbie Serbe Put do pakla je poplo?an dobrim namerama Le chemin vers l'enfer est pavé de bonnes intentions
Suède Suédois Vägen till helvetet är belagd med goda föresatser Le chemin de l'enfer est pavé de bonnes intentions
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « L'enfer est pavé de bonnes intentions » Commentaires

  • #1
    • chirstian
    • 24/06/2006 à 10:08
    Cà c’est tout moi : hier je ne trouvais rien à dire avec esprit à propos de cet escalier, et aujourd’hui je suis prêt, mais cela n’a rien à voir avec l’expression du jour. Je vais donc être ridicule une fois de plus , voire même déplacé par God à la page d’hier !
    Un tel manque d’esprit de répartie porte certainement un nom, mais j’ai oublié lequel. Tant pis :
    Mon escalier est plein d’esprit (Pastiche )
    Hier je descendais l’escalier. J’entendais pas…
    Je tends l’oreille : j’entends des pas .
    C’était l’escalier qui montait. Sa cage avait du rester ouverte.
    J’ai dit : attention, vous marchez sur vos marches ! Il m’a dit : je monte des cendres en haut.
    Des cendres ? Oui, celles des feux de la rampe. Et effectivement il y avait une flamme rampante qui menaçait déjà les fleurs de la trémie (des roses trémières).
    Je lui ai dit : mais pourquoi faites-vous cela ? Il m’a répondu : c’est pour aider. Je pensais qu’il me faisait marcher, et puis je me suis souvenu que c’était un escalier de service.
    Moi je descendais mon thé en bas parce que j’avais besoin d’un remontant.
    J’ai constaté : nous n’allons pas pouvoir nous croiser : il y a un problème et je ne sais pas quelle des marches adopter pour le pallier.
    Il m’a dit : il n’y a qu’une solution : c’est le palier. Alors nous nous y sommes croisés.
    Puis sans se démonter il a repris sa montée fort descente, et arrivé en haut il a fermé la marche.
    Moi j’ai repris ma descente avec mon thé. Arrivé en bas j’ai fermé la porte de la cage pour empêcher la volée d’escalier.
    Et je me suis dit que j’avais manqué d’esprit d’à propos.
  • #2
    • chirstian
    • 24/06/2006 à 10:19
    pastiche plus court pour me faire pardonner :
    Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, le paradis est probablement pavé de mauvaises intentions,
    Poil aux intentions.
    Goethe a dit : Ma bonne a l’intention de m’en faire pavé
    Poils (de la bonne) au pavé.
  • #3
    • borikito
    • 24/06/2006 à 10:52
    • En réponse à chirstian #2 le 24/06/2006 à 10:19 :
    • « pastiche plus court pour me faire pardonner :
      Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, le paradis est probablement pavé de mauvaises intent... »
    Bon, il a encore pris ces fameuses pilules orange qui lui font tant de mal, notre Christian.
    Je ne sais pas, je ne sais plus ce que l’on pourrait faire...
    Le pousser dans l’escalier ?
    Comment une telle idée m’a-t-elle effleuré ?
  • #4
    • <inconnu>
    • 24/06/2006 à 12:21
    • En réponse à chirstian #1 le 24/06/2006 à 10:08 :
    • « Cà c’est tout moi : hier je ne trouvais rien à dire avec esprit à propos de cet escalier, et aujourd’hui je suis prêt, mais cela n’a rien à... »
    Si notre regretté Raymond Devos te lisait, il serait heureux: il a laissé un peu de son esprit ici-bas...
  • #5
    • <inconnu>
    • 24/06/2006 à 12:48
    Exécuter de basses œuvres amène tout droit au désespoir que peut susciter l’échec.
    Faire de son mieux pour en arriver au pire prouve un état d’esprit dominé par de mauvais penchants… (Exemple Bernard T….) > (Peut-on juger ?)
    La vie finalement, ne nous oblige t’elle pas à un devoir de réussite, qu’elle soit familiale, spirituelle, matérielle, honorifique… etc ? D’où l’expression : « Avoir (réussir sa) une Mission de vie ! ».
    C’est pour cette raison, que dans notre sphère judéo-Chrétienne, nous fonctionnons avec des lois morales, telles que les vices et les vertus qui sont là, pour nous rappeler en permanence nos qualités et nos défauts quant à nos attitudes dans nos réalisations de choses constructives entourant nos projets.
    En somme, aboutissements divers non seulement pour notre existence mais aussi pour celle des autres. (L’&Oelig;uvre Commune).
    Pour les autres, c’est le" bazar", le "souk" dans leur vie et parfois même, ils peuvent devenir des perturbateurs, (ne dit-on pas « tu es devenu une épave ? ») dans la vie de ceux qu’ils croisent. D’ailleurs « l’enfer, n’est-ce pas les autres ? » comme le disait Sartre ?
    La bonne volonté ne suffit pas, « il faut battre le fer tant qu’il est chaud. »
    C’est qu’il faut enfer (en faire) dans la vie pour parvenir à… obtenir l’admiration et l’acquiescement de plus hauts perchés que nous. (Nos parents, Dieu, notre ego, notre fierté, la société.).
    Sommes-nous contraints à un Devoir de réussite ici-bas ? Oui, mais d’un individu à un autre, la façon d’y parvenir ne se présente pas toujours de la même manière, sinon nous serions tous clones et fiers de l’être… L’individualité nous caractérise donc pour servir le commun… des mortels que nous sommes.
    Au final, l’expression du jour ne symbolise t’elle pas en filigrane des vœux pieux laissés, abandonnés en l’état ?
    Bon, ben, voilà ce que cela m’a inspiré cette expression. Personne n’a encore souligné qu’il allait se cuire ou se rôtir (en enfer) un pavé de bœuf…
    Bonne journée à tous.
  • #6
    • Pelletier
    • 24/06/2006 à 15:54
    D’abord bravo, pour avoir décidé de rester en ligne en dépit de la concurrence. Pour moi, c’est la dose d’humour qui «fait la différence» dans le message quotidien.
    J’ai un complément d’information (que je crois intéressant!) à offrir en ce qui a trait à l’expression du jour. Ici au Québec, j’ai toujours entendu «La route de l’enfer est pavée de bonnes intentions». L’ajout de la référence à la route menant à l’enfer me semble particulièrement approprié en raison du fait qu’il est difficile de prétendre qu’il y ait de bonnes intentions en enfer même, et que le sens de l’expression est que des bonnes intentions peuvent très bien MENER à l’enfer. D’ailleurs cette nuance est explicitement présente dans le texte de la «signification» que vous avez offerte, plus précisément dans le terme «conduire» («Les meilleures dispositions d’esprit, les bonnes intentions peuvent CONDUIRE aux pires résultats.» [mes majuscules])
    J’aimerais pouvoir prétendre que cette «mise au point» québécoise de l’expression est signe de vitalité cartésienne outre-atlantique, mais je dois avouer que je devrais plutôt la mettre, cette mise au point, sur le compte du fait que traditionnellement, au Québec, ce sont les travaux de voierie qui volent haut la main la vedette en matière de préoccupation populaire!
  • #7
    • God
    • 24/06/2006 à 16:07
    • En réponse à Pelletier #6 le 24/06/2006 à 15:54 :
    • « D’abord bravo, pour avoir décidé de rester en ligne en dépit de la concurrence. Pour moi, c’est la dose d’humour qui «fait la différence» da... »
    Cette adaptation outre-atlantiquienne me semble effectivement démontrer le pragmatisme de nos cousins qui, outre leurs préoccupations à propos des travaux de voirie (ah bon ?), sont capables de nous pondre de très jolis néologismes en équivalence de mots anglais (exemple : courriel, clavarder...) là où les têtes supposées pensantes françaises nous pondent des horreurs.
  • #8
    • <inconnu>
    • 24/06/2006 à 21:13
    • En réponse à <inconnu> #5 le 24/06/2006 à 12:48 :
    • « Exécuter de basses œuvres amène tout droit au désespoir que peut susciter l’échec.
      Faire de son mieux pour en arriver au pire prouve un état... »
    Ah, ben, se cuire ou se rôtir un barbecue, c’est de saison !
  • #9
    • <inconnu>
    • 24/06/2006 à 21:15*
    Ce qui veut vrament dire, fais ce que peux, et N... de D... fais en sorte que tu n’en fasses pas une catastrophe !
    Je vous aime, tous.C’est pas ma faute, vous êtes comme ça !
  • #10
    • HoubaHOBBES
    • 26/06/2006 à 09:18
    • En réponse à <inconnu> #4 le 24/06/2006 à 12:21 :
    • « Si notre regretté Raymond Devos te lisait, il serait heureux: il a laissé un peu de son esprit ici-bas... »
    Tu ne trouves pas qu’il peut aussi servir d’inspiration à Bruno Coppens ou à Jean Luc Fonck (dans ses histoires à délire debout) ?
    Rchistian, tu es formidable, même hors sujet !
  • #11
    • HoubaHOBBES
    • 26/06/2006 à 09:21
    Mon cher God, le deuxième paragraphe de ton "origine" (pas la tienne, celle de l’expression, crhistian ) me rappelle cette citation disant qu"’il n’est de problème si grave que l’absence de réaction ne finisse par résoudre"... à méditer !
    Qui peut me rappeler l’auteur de cette phrase ??
  • #12
    • <inconnu>
    • 26/06/2006 à 12:14
    • En réponse à HoubaHOBBES #11 le 26/06/2006 à 09:21 :
    • « Mon cher God, le deuxième paragraphe de ton "origine" (pas la tienne, celle de l’expression, crhistian ) me rappelle cette citation disant q... »
    Allez, je me lance : Talleyrand ?
  • #13
    • chirstian
    • 27/06/2006 à 08:51
    • En réponse à HoubaHOBBES #11 le 26/06/2006 à 09:21 :
    • « Mon cher God, le deuxième paragraphe de ton "origine" (pas la tienne, celle de l’expression, crhistian ) me rappelle cette citation disant q... »
    j’aurais pensé : St Exupery , au moment où son réacteur tombait en panne , mais renseignement pris c’était un avion à ailes lisses.
    chistiran
  • #14
    • HoubaHOBBES
    • 27/06/2006 à 08:56
    • En réponse à chirstian #13 le 27/06/2006 à 08:51 :
    • « j’aurais pensé : St Exupery , au moment où son réacteur tombait en panne , mais renseignement pris c’était un avion à ailes lisses.
      chistir... »
    En effet, c’était un Lightning P-38, ce très beau bimoteur dont le fuselage arrière se composait de deux poutres.
    A conseiller aux amateurs : la dernière (=ultime) BD de Hugo Pratt intitulée "le dernier vol de St Exupéry".
  • #15
    • OSCARELLI
    • 13/08/2006 à 22:15
    • En réponse à HoubaHOBBES #14 le 27/06/2006 à 08:56 :
    • « En effet, c’était un Lightning P-38, ce très beau bimoteur dont le fuselage arrière se composait de deux poutres.
      A conseiller aux amateurs... »
    Il est bien connu que le Lightning P-38 était équipé de 2 ... Pratt et Whitney, Houston...
  • #16
    • OSCARELLI
    • 13/08/2006 à 22:17
    Et, comme disent nos cousins germains:
    l’enfers est pafé de bonnes, hein, ’tention!
  • #17
    • chirstian
    • 14/08/2006 à 11:57
    cet endroit me semble dépravé
    bien que son envers soit pavé de bonnes, un tant tion peu mauvaises !
    poil aux mauvaises bonnes
  • #18
    • OSCARELLI
    • 12/06/2011 à 08:30*
    BON ANNIVERSAIRE à not’ Franck la O’Hara (Franclaorana) qu’on ne lit plus très souvent, sinon dans les rééditions...
    Et pourtant, je me souviens d’une Convention Panaméenne où elle ne fut pas la dernière... Pas vrai, CotCot?
    Tous mes meilleurs voeux t’accompagnent, chère amie... au moins jusqu’au bar du Phare, où nous retrouverons Marceeeeeeeeeel et ses bouteilles, Bernaaaaaaaaard et ses viennoiseries et DiwaaaaaaaaaaaanC et ses lagons bleus....
    Alors maintenant, ça y est: tu les as enfin, tes tuitans? Tu vas enfin pouvoir avancer toute seule sur la route, qu’elle soit de l’enfer, de Memphis ou de n’importe où quelque part, pavée ou assoifée asphaltée...
    Bonne route, et que cette journée - et toutes les autres de l’année qui vient - te soient belles!
    Fil-O’Timmins
  • #19
    • <inconnu>
    • 12/06/2011 à 09:41
    Mince alors ! il semblerais que voulant changer mon adresse email je m’y soit prise comme un manche, et que j’ai perdu même mon pseudo !
    enfin bref, désolée de ne pas avoir donné de nouvelles depuis quelques temps enfin si on se souviens encore de moi
    Mais je n’ai pas manqué de vous lire souvent
    Alors, bon anniversaire à Franck la O’Hara ! (faudra que je rajoute ma date d’anniversaire qu’on me le souhaite à moi aussi)
    Et pour l’enfer ben on verra bien à ce moment là on arrivera bien a se procurer quelques petits délices qui sont interdits au paradis......
  • #20
    • chirstian
    • 12/06/2011 à 09:46
    Ici, ’pavé’ est une métaphore ancienne (il ne s’agit pas vraiment des pavés sous lesquels on a pu trouver la plage en 68) pour signifier ’recouvert complètement’.
    j’entends bien que le pavé n’est pas mis en opposition avec la moquette -bien que la fumer ne conduise,dit-on, qu’à des paradis artificiels. Mais je note quand même que paver c’est recouvrir de pavage, c’est à dire de quelque chose de lourd, stable, épais : pavé de pierre, carrelage, dalles etc... Et je vois dans le choix de ce terme la condamnation sous-jacente des bonnes intentions et des principes moraux dans ce qu’ils ont de figé et de trop rigoureux, transformant leurs adeptes en des blocs de conservatisme rigides.
    A rapprocher du superbe "ils étaient tellement pieux qu’on en fit des clôtures" de Léo Campion (je crois).