Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Pour un point, Martin perdit son âne

Se dit lorsque quelqu'un
- perd quelque chose d'important pour une raison idiote, par négligence, faute de précautions très simples.
- abandonne quelque chose d'important pour lui en croyant récupérer en échange quelque chose de plus important mais finalement de peu d'intérêt

Origine

Selon Eugène Boutmy, dans son Dictionnaire de l'argot des typographes paru en 1883, il existe deux explications à cette expression.
La première viendrait de deux ecclésiastiques, dont l'un s'appelait Martin, qui se disputaient l'abbaye de Sonane ("son âne", bien sûr !). Martin perdit le procès parce que le mauvais emplacement d'un point dans une phrase de l'acte de vente qu'il présentait en modifiait complètement le sens et invalidait ainsi l'acte.
La seconde, que Pierre-Marie Quitard présente comme étant la bonne dans son "Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes" paru en 1842, vient de l'histoire suivante :
L'abbé d’Asello, en Italie, fit inscrire sur la porte de l’abbaye :
    "Porta, patens esto. Nulli claudaris honesto."
    (Porte, reste ouverte. Ne sois fermée à aucun honnête homme.)
Mais par erreur ou ignorance, le graveur se trompa et écrivit :
    "Porta, patens esto nulli. Claudaris honesto."
    (Porte, ne reste ouverte pour personne. Sois fermée à l’honnête homme.)
Le pape, apprenant la teneur de cette inscription retira l'abbaye d'Asello à Martin et la donna à un autre abbé qui, non seulement corrigea la faute, mais ajouta :
    "Uno pro, puncto caruit Martinus Asello."
    (Pour un seul point, Martin perdit Asello.)
Et comme 'Asello' est très proche du latin 'asellus' qui signifie "petit âne", le proverbe serait né de cette dernière inscription.
Mais Leroux de Lincy, dans son "Livre des proverbes français", paru en 1859, affirme avoir trouvé les versions suivantes :
- Au XIIIe siècle, "pour un point perdit Gibert son âne"
- Au XVe, "pour un seul point, Gaubert perdit son église"
- À la fin du XVe, "pour un point perdit Martin son âne"
- Au XVIe, "pour un point Baudet perdit son âne"
Autant dire que l'expression existe depuis très longtemps et que sa réelle origine, vu les formes variées qui en existent, reste en fait très mystérieuse.

Compléments

Il existe aussi la version "pour un poil, Martin perdit son âne" qui s'explique de la manière suivante : alors qu'il était dans une foire, Martin perdit son âne qui fut bientôt revendiqué par quelqu'un d'autre ; et comme Martin fut incapable de dire quelle était la couleur de son poil, le juge l'adjugea à celui qui l'avait trouvé et revendiqué.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Pour un point, Martin perdit son âne » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Angleterre Anglais For want of a nail, a kingdom was lost Faute d'un clou, un royaume fut perdu
États-Unis Anglais For want of a nail the kingdom was lost Faute d'un clou, le royaume fut perdu
Irlande Anglais For want of a nail the ship was lost Faute d'un clou, le navire fut perdu
Espagne Espagnol La avaricia rompe el saco L'avarice rompt le sac
Espagne Espagnol Por los pelos Pour les cheveux
Espagne Espagnol Por un clavo se perdió un reino Par un clou un royaume fut perdu
Italie Italien Per un punto, Martin perse la cappa Pour un point, Martin perdit la cape
Pays-Bas Néerlandais Een kat in de zak kopen Acheter un chat dans le sac
Pays-Bas Néerlandais Wie het onderste uit de kan wil, valt het lid op de neus Qui veut avoir le fond du pot, le couvercle lui tombera sur le nez
Catalogne Autre Por un punt, una petaca Pour un point, un petit morceau (à un point près on n'a plus grand chose)
Vietnam Vietnamien Thả mồi bắt bóng Lâcher la proie pour attraper le reflet (l'image)
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Pour un point, Martin perdit son âne » Commentaires

  • #1
    • deLassus
    • 18/12/2009 à 00:04*
    Bonjour à toutes et à tous.
    Que les choses soient claires ! Cette expression-proverbe, je ne l’ai jamais entendue, ni lue, ni prononcée, de toute ma vie.
    C’est donc sans aucune difficulté, comme d’habitude, que je m’exprimerai longuement à son sujet ... mais demain !
  • #2
    • cotentine
    • 18/12/2009 à 00:39
    C’est bien vrai qu’il faut savoir maîtriser la ponctuation sinon, la phrase écrite peut changer de sens ...
    Aux enfants, en classe pour leur en montrer l’importance, on écrivait au tableau noir :
    Jean, dit le maître, est un sot.
    Jean dit : le maître est un sot.

    "sot" pour ne pas utiliser de qualificatif plus familier, mais que vous pouvez changer à votre guise par un synonyme tel que : abruti, andouille, âne, balourd, benêt, bêta, con, couillon, crétin, fou, idiot, imbécile, jocrisse, loufoque, maladroit, niais, nigaud, nul, orgueilleux, pédant, prétentieux, trou du cul, vaniteux. (par ordre alphabétique !) 😉
  • #3
    • deLassus
    • 18/12/2009 à 05:12*
    Expression-proverbe jamais lue, disais-je tout à l’heure. C’est moins vrai maintenant.
    J’adore chercher les origines des expressions. Celles données par God, qu’Il en soit remercié, et d’autres quand par hasard j’en trouve.
  • #4
    • HoubaHOBBES
    • 18/12/2009 à 07:22
    • En réponse à deLassus #3 le 18/12/2009 à 05:12* :
    • « Expression-proverbe jamais lue, disais-je tout à l’heure. C’est moins vrai maintenant.
      J’adore chercher les origines des expressions. Celles... »
    "Nos joueurs l’appliquent quand un point leur fait perdre une partie" OUD.)"
    Tu fais allusion à la nouvelle expression : "pour une main, la France perdit son match " ??
    Arbitr-Hobbes
  • #5
    • <inconnu>
    • 18/12/2009 à 07:29
    • En réponse à cotentine #2 le 18/12/2009 à 00:39 :
    • « C’est bien vrai qu’il faut savoir maîtriser la ponctuation sinon, la phrase écrite peut changer de sens ...
      Aux enfants, en classe pour leur... »
    Bonjour,
    Dans les années 1950, pour expliquer l’importance de la ponctuation, notre instituteur nous raconta l’histoire suivante (vraie ou pas).
    Un enfant avait été mordu par un chien dans un autre village. Son père demanda à son propriétaire de surveiller le chien, et de lui télégraphier si le chien mangeait ou non, ce qui serait un signe de rage.
    Pour épargner le mot STOP (le coût dépendant du nombre de mot) l’homme envoya ce message :
    CHIEN MANGE PAS ENRAGE.
    Suivant la place du STOP manquant, le message avait les deux sens.
  • #6
    • deLassus
    • 18/12/2009 à 07:31*
    • En réponse à HoubaHOBBES #4 le 18/12/2009 à 07:22 :
    • « "Nos joueurs l’appliquent quand un point leur fait perdre une partie" OUD.)"
      Tu fais allusion à la nouvelle expression : "pour une main, la... »
    Tu veux sans doute dire : Pour une main, la France a perdu la face en gagnant un match qu’elle aurait dû perdre.
    Mais pourquoi diable m’entraines-tu hors-sujet, je vais encore me faire rapppeler à l’ordre !
  • #7
    • <inconnu>
    • 18/12/2009 à 07:37
    Cette expression est à rapprocher du proverbe danois : pour un point, Copenhague perd son latin.
    Bon je sais... c’est nul, mais n’abandonnons nous pas quelque chose d’important ( notre planète ) en croyant récupérer en échange quelque chose de plus important, mais finalement de peu d’intérêt ( le profit ) ?
  • #8
    • Bouba
    • 18/12/2009 à 07:57
    En Provence, lorsque l’on cherche quelque chose que l’on a sous les yeux et que l’on ne voit pas on dit "Martin cherche son âne et il est assis dessus"....rien à voir avec l’expression du jour mais il est toujours question d’un certain Martin et de son âne......
    NB: Je ne mets pas cette expression dans la rubrique "ailleurs" car je ne sais pas la dire en Provençal.......
    Bonne jounée à toutes et tous.........
  • #9
    • OSCARELLI
    • 18/12/2009 à 08:04
    • En réponse à deLassus #6 le 18/12/2009 à 07:31* :
    • « Tu veux sans doute dire : Pour une main, la France a perdu la face en gagnant un match qu’elle aurait dû perdre.
      Mais pourquoi diable m’entr... »
    Meuh non, sot, mon breuke ne t’enmène pas hors sujet: il te prend par la main, te guide, pour que personne ne te montre du doigt ni ne te mette à l’index.
    C’est quand même mieux que de s’entendre dire: "tu a vois, ma main? Tu la veux, ma main?"
    Ou encore: "Ma main? Quoi, qu’est-ce qu’elle a ma main?"
    A propos ed main, et pour rester dans le sujet, il est quand même assez curieux de noter que tant de personnes citées plus haut, aussi bien par notre petit Godemichou adoré que notre Mont deLassus et tu Verras Monmartre soient tellement obnubilés, qu’elles ne voient pas la monstrueuse fôte d’orthographe...
    La citation correcte se doi(g)t d’être:
    Et pour un poing, Marcel perdit Cerd’âne
  • #10
    • OSCARELLI
    • 18/12/2009 à 08:07
    • En réponse à <inconnu> #7 le 18/12/2009 à 07:37 :
    • « Cette expression est à rapprocher du proverbe danois : pour un point, Copenhague perd son latin.
      Bon je sais... c’est nul, mais n’abandonnon... »
    Tout à fait hors sujet, mais pour mettre les points sur les "i", je dois avouer que le petit Nicolas m’a bluffé hier, lors de son intervention, assez brutale, en direction des chefs des tas. En somme, il a dit quelque chose comme: "Les mecs, on n’est pas venu ici pour rigoler, il y a du travail, alors allons-y".
    Il fallait oser! Je dis: BRAVO, NICO!
  • #11
    • deLassus
    • 18/12/2009 à 08:43*
    • En réponse à OSCARELLI #9 le 18/12/2009 à 08:04 :
    • « Meuh non, sot, mon breuke ne t’enmène pas hors sujet: il te prend par la main, te guide, pour que personne ne te montre du doigt ni ne te me... »
    notre Mont deLassus et tu Verras Monmartre (sic)

    Celle-là, tu l’as déjà faite. Ce fut ta façon de m’accueillir ici, et je n’oublie certes pas :
    A Dieu ne plaise, 28/09/09, # 3
    Je n’oublie pas non plus la # 4 de Houba, qui t’avait légèrement devancé, ni la # 6 de chirstian.
  • #12
    • God
    • 18/12/2009 à 08:48*
    • En réponse à Bouba #8 le 18/12/2009 à 07:57 :
    • « En Provence, lorsque l’on cherche quelque chose que l’on a sous les yeux et que l’on ne voit pas on dit "Martin cherche son âne et il est as... »
    Je ne mets pas cette expression dans la rubrique "ailleurs"...

    Et c’est tant mieux, puisque la rubrique Ailleurs ne doit contenir que des expressions ayant le même sens que celle du jour. Elle aurait donc été impitoyablement refusée.
    Sinon, il y a une question qui me turlupine (et je ne dirai pas de quel animal, histoire de ne pas choquer encore la dame d’hier) depuis un moment : est-ce toi que chante France Gall (à cette page) ? 😉
  • #13
    • chirstian
    • 18/12/2009 à 09:27
    pour un point d’interrogation la phrase perdit ses certitudes.
    pour un point de suspension la lampe perdit son lustre.
  • #14
    • chirstian
    • 18/12/2009 à 09:37
    • En réponse à deLassus #11 le 18/12/2009 à 08:43* :
    • « notre Mont deLassus et tu Verras Monmartre (sic)
      Celle-là, tu l’as déjà faite. Ce fut ta façon de m’accueillir ici, et je n’oublie certes p... »
    Je n’oublie pas non plus
    tu m’effrayes ! Faire ainsi oeuvre de mémoire dans Expressio... Que parfois une explication, une anecdote, un jeu de mots nous marque au point que nous cherchions à la retrouver, je le comprends. Mais relire le reste, qui n’a eu d’intérêt qu’à titre d’improvisation ? Le plaisir de l’instant tanné ne peut pas se mettre en conserve : pour un point il y perdrait son âme.
  • #15
    • momolala
    • 18/12/2009 à 09:45
    La véritable histoire de cette expression est ailleurs, mais, faute de place dans la susdite rubrique, je la narrerai ici : il vous souvient tous de la légende de Saint Martin qui gagna son auréole en coupant en deux de son épée la doublure de son manteau (voir cette page). Eh bien le diable tenta de l’en empêcher en nouant le dernier point de telle manière que la lame ne put le rompre, tandis qu’il faisait souffler une bise glaciale pour le dissuader de se défaire lui-même de sa cape. Comme Martin, surpris par cette résistance, tombait dans le doute et arrêtait son geste, Satan qui habitait le vêtement, ricana : « Pour un point, Martin perd son âme ! » Mais la foi cessa un instant de déplacer les montagnes pour prêter main forte au soldat qui, schlik, finit son travail et couvrit le malheureux qui gelait à ses pieds de la moitié fourrée de sa pelisse. Il s’écria alors : « Vade retro, ça tanasse ! » ce que des témoins traduisirent par « sale ânasse ». Quand Martin fut un saint avéré, l’expression complète devint : « Pour un point (qui tenait) Martin perdit son ânasse (de Satan) » qui, au fil du temps et par association d’idées, puisqu’il finit même par y avoir confusion entre Martin et l’âne lui-même, devint celle que God nous propose aujourd’hui.
  • #16
    • Bouba
    • 18/12/2009 à 09:46
    • En réponse à God #12 le 18/12/2009 à 08:48* :
    • « Je ne mets pas cette expression dans la rubrique "ailleurs"...
      Et c’est tant mieux, puisque la rubrique Ailleurs ne doit contenir que des e... »
    Suis je sot ! je n’avais point réalisé que mon expression était hors sujet !.......quant au clip je n’ai rien a voir avec puisque mon pseudo est "Boubacar" et non "Babacar"
    Boubacar Keïta est le nom que m’ont donné mes amis Maliens chez qui je me rends assez souvent en tant que membre d’une ONG..........
  • #17
    • chirstian
    • 18/12/2009 à 09:48
    • En réponse à <inconnu> #7 le 18/12/2009 à 07:37 :
    • « Cette expression est à rapprocher du proverbe danois : pour un point, Copenhague perd son latin.
      Bon je sais... c’est nul, mais n’abandonnon... »
    n’abandonnons nous pas quelque chose d’important ( notre planète ) en croyant récupérer en échange quelque chose de plus important, mais finalement de peu d’intérêt ( le profit )
    la proposition est biaisée par l’emploi du "nous". Pour l’espèce humaine (nous) rien n’est effectivement plus important que la planète, et nous devons penser à l’échelle des siècles.
    Mais pour l’individu rien n’est plus important que sa survie, et il pense en heures ou en jours. Au mieux (si j’ose dire!) il peut décider de se sacrifier pour son enfant. Pas pour de lointains descendants, qui n’existeront que s’il survit.
  • #18
    • momolala
    • 18/12/2009 à 09:55
    • En réponse à chirstian #14 le 18/12/2009 à 09:37 :
    • « Je n’oublie pas non plus
      tu m’effrayes ! Faire ainsi oeuvre de mémoire dans Expressio... Que parfois une explication, une anecdote, un jeu... »
    Je confirme, s’il en est besoin. Ma contribution précédente n’a d’autre but que de vous faire sourire dans l’instant et d’inspirer de nouvelles contributions, si faire se peut. Je la trouve d’ailleurs fort longue. J’ai foi en God, 🙂 et ma paresse naturelle m’incline à ne pas vérifier ses recherches, fors à les compléter. L’ailleurs m’attire davantage que le souvenir. Mais à chacun son fonctionnement. Cependant j’ai quelque mal à lire entièrement les paragraphes qui ne s’affichent pas entièrement sur mon écran en une seule fois. Notre ami deLassus, tu devrais peut-être scinder tes contributions davantage pour en rendre la lecture plus aisée.
  • #19
    • deLassus
    • 18/12/2009 à 10:29
    • En réponse à chirstian #14 le 18/12/2009 à 09:37 :
    • « Je n’oublie pas non plus
      tu m’effrayes ! Faire ainsi oeuvre de mémoire dans Expressio... Que parfois une explication, une anecdote, un jeu... »
    Tu as tout à fait raison dans l’absolu.
    Mais pour moi l’expression A Dieu ne plaise ! du 28/09/09 est particulière.
    Si tu prends 2 minutes pour relire la contribution # 1 (de ton serviteur) et TA jolie réponse en # 6, tu comprendras qu’elles aient marqué ma mémoire, par ailleurs souvent très déficiente.
    Pour toutes les autres expressions, je n’ai aucun souvenir. Mais je fais souvent "Une au hasard" dans la journée, pour me distraire de mes recherches ardues et passionnantes du matin !
  • #20
    • deLassus
    • 18/12/2009 à 10:45*
    • En réponse à momolala #18 le 18/12/2009 à 09:55 :
    • « Je confirme, s’il en est besoin. Ma contribution précédente n’a d’autre but que de vous faire sourire dans l’instant et d’inspirer de nouvel... »
    tu devrais ...scinder tes contributions

    Figure-toi que j’y pensais justement, en corrigeant pour la ènième fois mon feuilleton de ce matin.
    J’ai trouvé une solution : voir en # 23