Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Qui dort dîne

Le sommeil fait oublier la faim.
Le sommeil tient lieu de nourriture.

Origine

Voilà une expression intéressante, pas par ce qu'elle signifie (et qui aura du mal à convaincre un affamé), mais pour les variantes sur son origine.
D'un côté, nous avons une foultitude au carré de sites Internet qui affirment qu'elle vient du Moyen Âge où le voyageur qui voulait dormir dans une auberge était contraint également d'y dîner, sous peine de se voir refuser le gîte.
Autrement dit : "si tu manges, tu dors, si tu manges pas, tu sors !", ce qu'on appelle aujourd'hui de la vente conjointe forcée et qui n'est plus autorisé (en théorie).
D'un autre côté, nous avons Alain Rey, linguiste distingué, qui passe entièrement cette hypothèse sous silence et nous apprend que ce proverbe vient de l'ancienne pensée "le sommeil nourrit celui qui n'a pas de quoi manger" exprimée par le grec Ménandre () auteur, entre autres, de "la nuit porte conseil" mais aussi d'une citation qui vaut son pesant de noix de cajou[1] : "La terre et la mer produisent un grand nombre d'animaux féroces, mais la femme est la grande bête féroce entre toutes".
Cette explication n'est pas reprise par d'autres lexicographes dans les sources dont je dispose.
Alors qui a raison, entre l'érudit qui propose une opinion qu'il semble être le seul à défendre et la masse qui en diffuse une autre ?
Notez que même si Ménandre a bien émis cette pensée, rien n'empêche que les aubergistes d'autrefois aient pratiqué la vente forcée. Les deux explications ne sont donc pas incompatibles.
[1] J'aime pas les cacahuètes !

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Qui dort dîne » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Angleterre Anglais He who sleeps forget his hunger Celui qui dort oublie sa faim
Espagne Espagnol Quien duerme cena Qui dort dîne
Italie Italien Chi dorme mangia Qui dort mange
Pays-Bas Néerlandais Wie slaapt heeft geen honger Qui dort dine
Portugal Portugais Dormir é meio sustento Dormir est avoir avaler un repas
Portugal Portugais Quem dorme come Qui dort, mange
Turquie Turc Qui dort dîne UYKU DA BIR GIDADIR
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Qui dort dîne » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 05/01/2006 à 00:23*
    et qui dîne, dort fort bien ! il n’est que de voir le nombre de Messieurs qui s’endorment (et même ronflent, à table, avant la fin d’un copieux repas)
    c’est vrai que la fonction disgestive accapare toute l’énergie et qu’il n’est pas rare que l’endormissement en soit facilité ... Je ne cite personne, mais ... suivez mon regard ! lol
  • #2
    • cotentine
    • 09/03/2008 à 00:39
    "qui dort dîne" ! c’est ce que je disais à mes enfants, ados, quand, ayant trop veillé un samedi soir (ou rentrés tôt le dimanche matin après une fiesta avec les copains/copines) ... ils se pointaient, en début d’après-midi, la "goule enfarinée" pour réclamer : "qu’est-ce qu’on mange ?" alors que les 2 plus jeunes étaient déjà repartis en activité, et que leur père et moi, sirotions notre café ... (pas du pauvre, Momo !) et ça c’était ’fort de café’ !
    Ils ne ramenaient pas leur fraise et discrètement se préparaient un "en-cas" ... sans salir ce qui venait d’être nettoyé ! 😄 ... sont-ils encore comme ça les ados ? ... 20 ans plus tard ?
  • #3
    • Marcek
    • 09/03/2008 à 01:14
    Et une dînade...savez-vous ce que c’est ?
    C’est la quantité de vignes qu’un homme pouvait labourer depuis le matin jusqu’à l’heure de son dîner...Mais où sont passés les gais laboureurs, les ados bien élevés et les vignes labourées !Maintenant on les arrache dans certaines régions car elles ne rapportent plus assez pour faire vivre son homme !
    Bises à tous ceux qui ne dîneront pas demain puisqu’ils sont en train de dormir...alors que Cotentine et moi dînerons de bon appétit...et tiens en parlant d’appétit, j’y vais de mon petit dîner, si vous me le permettez !
    Un dîner mémorable
    Par un neveu disert, affable s’il en fût
    Nous étions invités et ne fûmes déçus,
    Dans ce sublime hôtel, bâti au bord des flots
    Qui battent les rochers, là-bas à Tizzano…
    La lune, fin croissant, ornait le ciel d’été
    De notre île, joyau de Méditerranée.
    On se crut embarqués pour un très long voyage
    Quand les grands coups de vent échappés du rivage
    Entrèrent dans la pièce où nous étions assis,
    Nous apportant des parfums d’iode et de maquis
    Et les accents rêveurs de tendres mélopées
    Souvenirs d’une Corse attachée au passé.
    Le repas fut construit avec délicatesse,
    La soupe de poissons fut pleine de promesses,
    Les vins du Sartenais, à la robe rosée,
    Coulèrent dans le verre emperlé de buée.
    La moule accompagnait la fraîche langoustine
    Dans un concert goûteux composé en cuisine
    Et dont les harmonies enchantaient nos assiettes
    Où les mets raffinés célébraient une fête,
    Car le plaisir de l’œil n’était point négligé :
    Des mains attentionnées devant nous, déposaient
    Une assiette agencée comme un tableau de maître
    Où le talent du chef inspiré faisait naître
    Des reliefs étonnants, des parfums inédits,
    Relançant l’intérêt, autant que l’appétit.
    Le dessert arriva, qui fut la récompense.
    Nougats et chocolats entrèrent dans la danse,
    Tandis que devant moi, fut posée une nage
    De fruits frais, décorés du délicat feuillage
    D’un alkékenge mûr, qu’on nomme « amour en cage »,
    Ou encor, physalis ! Choisissez le plus sage
    De ces noms tentateurs qui chatouillent l’oreille,
    Introduisent l’esprit au jardin des merveilles
    Tandis que de la langue, et aussi du palais,
    Vous comblez votre corps de sensualité !
    Notre hôte s’éclipsa à la fin du repas.
    Courtoisement discret, au plaisir, il laissa
    Ses invités ravis, qui aujourd’hui s’enchantent
    D’une hospitalité chaleureuse et charmante.
    Un dîner mémorable dont je remercie encore mon neveu Charles-Félix !
  • #4
    • AnimalDan
    • 09/03/2008 à 05:52*
    Cf. God: "Alors qui a raison, entre l’érudit qui propose une opinion qu’il semble être le seul à défendre et la masse qui en diffuse une autre ?"
    ... Ce que j’en puis dire, c’est que l"argument hôtelier me fut bel et bien "servi" sur le mode: "Repas obligatoire si vous voulez dormir ici..." sur la route des vacances, il y a quelques lustres de cela, mais ça ne remonte pas au Moyen-Age (même si c’était en gros celui des deux bambins de not’petite famille, aussi "crevés" et pas plus affamés que leurs parents...). On a trouvé ça... fort de café, mais considérant l’orage du feu de Dieu, l’heure déjà avancée et l’état de "plénitude" des précédents établissements, nous nous sommes dit "Allons... Avalon(s) donc..." en quelque sorte.
    De là à prétendre qu’il s’agisse d’un phénomène de "satiété"...
  • #5
    • OSCARELLI
    • 09/03/2008 à 08:18*
    Bien le bonjour à toutes et à tous.
    Plus je dîne tard et/ou copieux, le soir, moins je dors, ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas au lit. Mais je me sens mal. Oui, mal, dans ce cas-là, et non mâle...
    Digestion difficle, etc...
    Donc, l’assertion de notre CtCot nationale et bien-aimée se doit d’être remise en doute...
    Je connais bien sûr cette expression, cependant j’ai eu la chance jusqu’à présent de ne jamais rencontrer d’hôtelier malhonnête et abusif comme décrit par God et AnimalDan. Je ne connais cette expression que dans l’acception donnée par Alain Rey et Ménandre.
    Et, bien sûr, grâce à la bande dessinée de Tibet: Chick Bill, avec l’adjoint du shérif nommé Kid Ordinn...
    Allez, à table, pour les viennoiseries du mâtin, quel journal!
  • #6
    • momolala
    • 09/03/2008 à 08:19
    Bonjour de ce dimanche ! Je souscrirai plus volontiers à l’explication de Ménandre de l’expression du jour, -pas à sa définition de la femme, non !- car il me semble qu’à part l’armée en campagne, on n’avait pas autrefois tellement le choix si l’on ne prenait pas son repas chez soi ou chez autrui : pas de snack ni de Mc Do sur le bord des autoroutes ! Ceux qui se passaient de dîner payaient quelques sous pour dormir avec leur cheval ou les chevaux de leurs maîtres, mais si l’on dormait dans un lit, c’est qu’on dînait à table. Sinon on achetait quelque nourriture dans les fermes et dormait dans les granges, au mieux. Enfin, c’est ce que je retire de la lecture de nombreux romans historiques qui me paraissent bien documentés ou des textes anciens que j’ai pu rencontrer.
  • #7
    • mickeylange
    • 09/03/2008 à 09:15
    petite discussion matinale au bar du phare.
    - Bernard c’était trop bon ce que tu avait préparé hier soir, mais il en a trop mangé.
    - Qui ?
    - Nordine
  • #8
    • syanne
    • 09/03/2008 à 09:15
    • En réponse à momolala #6 le 09/03/2008 à 08:19 :
    • « Bonjour de ce dimanche ! Je souscrirai plus volontiers à l’explication de Ménandre de l’expression du jour, -pas à sa définition de la femme... »
    Je suis d’accord avec toi, Momo : l’explication d’Alain Rey me semble beaucoup plus crédible que la première, ne serait-ce que par le rapport de sens. Comment l’obligation de dîner si l’on veut dormir aurait-elle en effet pu conduire à son inverse : « Le sommeil peut remplacer l’effet de la nourriture, faire cesser ou oublier la faim » (Dictionnaire culturel en langue française sous la direction d’Alain Rey) ?
    *
    Quelques variantes de notre expressio, dans différents registres :
    Qui pionce bouffe
    Qui sommeille se sustente
    Qui gît dans les bras de Morphée des fruits de Pomone se repaît
    Qui en écrase en mastique
    Qui roupille gueuletonne
    Qui repose festoie
    Etc.
    Et pour Marcek cette page
    Au menu, chez nous, ce dimanche : Saint Jacques vapeur sur un lit d’épinards frais, beurre safrané… et balade sur la plage (c’est une grande marée, les pêcheurs à pied vont dîner de praires et dormir comme des souches).
    Bon dimanche
  • #9
    • AnimalDan
    • 09/03/2008 à 10:14*
    • En réponse à syanne #8 le 09/03/2008 à 09:15 :
    • « Je suis d’accord avec toi, Momo : l’explication d’Alain Rey me semble beaucoup plus crédible que la première, ne serait-ce que par le rappor... »
    " Comment l’obligation de dîner si l’on veut dormir aurait-elle en effet pu conduire à son inverse ":
    Alors là, je crie au fallacieux, j’invoque l’aléatoire, que dis-je, je m’insurge contre le présomptif et congédie le sophisme avec véhémence* ! Ce ne serait sûrement pas la première fois que le sémantique glisserait tout schuss sur les pentes du populaire ..!
    Foi de "Qui casse paie"...
    --
    • une copine d’étape, oui...
  • #10
    • chirstian
    • 09/03/2008 à 10:31
    et quand j’étais adolescent l’état de mes draps au réveil prouvait s’il le fallait* que qui dort trouve aussi le temps de faire autre chose entre deux diners !
    *s’il le phallus ?
  • #11
    • chirstian
    • 09/03/2008 à 10:35
    la femme est la grande bête féroce entre toutes
    encore une femme victime du jugement hâtif de l’homme. Illustration du proverbe : quidam damne dames !
  • #12
    • syanne
    • 09/03/2008 à 11:05
    • En réponse à AnimalDan #9 le 09/03/2008 à 10:14* :
    • « " Comment l’obligation de dîner si l’on veut dormir aurait-elle en effet pu conduire à son inverse ":
      Alors là, je crie au fallacieux, j’inv... »
    Ce ne serait sûrement pas la première fois que le sémantique glisserait tout schuss sur les pentes du populaire ..!

    Pour filer ta métaphore de saison, il s’agirait alors, non pas d’une glissade (qui si je ne m’abuse, ne change pas le sens de la course), mais plutôt d’une conversion sans les bâtons ou d’une subite traversée hors piste...
  • #13
    • cotentine
    • 09/03/2008 à 11:22
    • En réponse à OSCARELLI #5 le 09/03/2008 à 08:18* :
    • « Bien le bonjour à toutes et à tous.
      Plus je dîne tard et/ou copieux, le soir, moins je dors, ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas au l... »
    "Didon dîna, dit-on, de dix dos dodus de dix dodus dindons" = virelangue ...
    et toi Filo, de quoi dînes-tu pour que ta digestion en soit affectée au point que ton sommeil en soit troublé ? 😉
  • #14
    • momolala
    • 09/03/2008 à 11:22*
    • En réponse à syanne #8 le 09/03/2008 à 09:15 :
    • « Je suis d’accord avec toi, Momo : l’explication d’Alain Rey me semble beaucoup plus crédible que la première, ne serait-ce que par le rappor... »
    Qui rêve se nourrit
    Qui couche grignote
    Qui traîne se remplit
    Qui clot l’oeil mastègue...
  • #15
    • <inconnu>
    • 09/03/2008 à 11:31
    Bonjour,
    Me voici toute nouvelle à me régaler depuis quelques jours des explications et des commentaires divers apportés par tous. En guise de petit dejeuner c’est fantastique avec le café (qui se doit d’etre fort)!
    Rien de grandiose à apporter si ce n’est que je préfère aussi les noix de cajou aux cacahuètes, et qu’elles m’ont servi de diner hier. D’ou ma tete enfarinée ce matin et cette première bafouille sans interet pour vous remercier de m’accueillir parmi vous...
    Un bon dimanche à tous
  • #16
    • OSCARELLI
    • 09/03/2008 à 11:34*
    • En réponse à cotentine #13 le 09/03/2008 à 11:22 :
    • « "Didon dîna, dit-on, de dix dos dodus de dix dodus dindons" = virelangue ...
      et toi Filo, de quoi dînes-tu pour que ta digestion en soit aff... »
    Ben, c’est pas difficile, la dernière fois à Bruxelles: 6 huîtres, suivies d’un demi homard à la nage. Et pas de dessert. Il était pratiquement 21.30 quand on a commencé, près de 23:00 quand nous avons termné. Par personne, en plus, environ 1/2 l. de vin (du bon, en plus!).
    J’ai passé la moitié de ma nuit où vous pensez, et c’est sorti ... par au dessus et par en-dessous. J’en conclus qu’une huître - au moins - n’était pas bonne...
    Mais ca ne change rien au résultat: mauvaise nuit...
    La dernière fois, à Paris: à peu près même heure: des rillettes sur toats avec salade, suivies d’un soi-disant châteaubriand avec béarnaise maison (ce qui était "maison" dans cette béarnaise était sûrement l’outil pour ouvrir le pot...
    Et je peux nommer - mais pas ici - les restos... Vous seriez surpris!
    A part ca, bon dimanche.
    Quoi, comment, ca ne vous intéresse pas: fallait pas poser la question, alors...
  • #17
    • OSCARELLI
    • 09/03/2008 à 11:46
    • En réponse à <inconnu> #15 le 09/03/2008 à 11:31 :
    • « Bonjour,
      Me voici toute nouvelle à me régaler depuis quelques jours des explications et des commentaires divers apportés par tous. En guise... »
    Bonjour, Shekane!
    Et bienvenue Par Minou (comme je l’ai déjà dit souvent, il s’agit ici du mari de Minerve!).
    Si tu veux vraiment faire partie du club très ouvert des expressionautes, il te suffit de nous communiquer ta date (jour et mois) d’anniversaire, afin de te retrouver fêtée comme il se doit , et pas seulement ce jour-là!
    Voici d’ailleurs la liste, telle que je la connais actuellement:
    - 06/01 Canelle
    - 14/01 HoubaHOBBES
    - 15/01 Dzovig
    - 31/01 Mident
    - 03/02 Memphis
    - 09/02 Borikito
    - 12/02 Carouge - Osomachi
    - 13/02 Mirlou
    - 19/02 Elpépé
    - 22/02 File_au_logis
    - 23/02 Dadiche
    - 25/02 Thanbatch
    - 25/02 Cicéron
    - 28/02 PetulaPerrot
    - 05/03 Tytoalba
    - 21/03 Lamone
    - 02/04 Eureka
    - 19/04 Marcek
    - 30/04 Antigoneaway
    - 01/05 Yannou
    - 04/05 mramottotaf
    - 08/05 Marilou
    - 10/05 Animaldan & Gold_30
    - 13/05 Bonobo
    - 17/05 Treffe
    - 18/05 Manata
    - 24/05 Jonayla
    - 01/06 Filopat
    - 03/06 Phil de Syl
    - 05/06 Claudine
    - 07/06 Muscat
    - 11/07 Louisann
    - 12/07 Quinou64
    - 13/07 Small_de_suisse
    - 10/08 Momolala
    - 14/08 Syanne
    - 15/08 Mowgli
    - 18/08 Framboise
    - 05/09 Totor95
    - 10/09 Tsinta
    - 14/09 Peinard_best
    - 20/09 Dive_nounours
    - 24/09 Cotentine & Chirstian
    - 25/09 Syl de Phil
    - 10/10 HoCamPing
    - 25/10 Machin
    - 13/11 Dadou_1311
    - 19/11 Hedgehog
    - 26/11 BB
    - 05/12 Myrtine
    - 07/12 Syntax_Terror
    -10/12 Alcalin
    - 24/12 Bridge
    - 26/12 Titorelli, Rikske & Condorcet
    - 28/12 God
    Enfin, ton pseudo: il me fait penser, soit à Shakira (rira bien la dernière) ou aux scouts et guides de notre jeunesse (ave référence au Livre de la Jungle: sherkhan).
    Ou alors: she can ... yes, but what... C’est là tout ton secret, je suppose...
  • #18
    • <inconnu>
    • 09/03/2008 à 11:58
    • En réponse à OSCARELLI #17 le 09/03/2008 à 11:46 :
    • « Bonjour, Shekane!
      Et bienvenue Par Minou (comme je l’ai déjà dit souvent, il s’agit ici du mari de Minerve!).
      Si tu veux vraiment faire part... »
    Ce sera le 07/05 pour moi, merci pour cet adoubement File_au_logis :)
    Mon pseudo... Titre d’un ouvrage sur l’art érotique du Perou précolombien "Checan", je crois bien que le mot signifie "aime", orthographe maison pour le reste... un peu comme la béarnaise
  • #19
    • momolala
    • 09/03/2008 à 12:10
    • En réponse à <inconnu> #18 le 09/03/2008 à 11:58 :
    • « Ce sera le 07/05 pour moi, merci pour cet adoubement File_au_logis :)
      Mon pseudo... Titre d’un ouvrage sur l’art érotique du Perou précolomb... »
    Tu as raison de remonter aux sources de l’essentiel, n’est-ce pas Syanne ! Bienvenue donc shekane !
  • #20
    • chirstian
    • 09/03/2008 à 12:10
    • En réponse à <inconnu> #18 le 09/03/2008 à 11:58 :
    • « Ce sera le 07/05 pour moi, merci pour cet adoubement File_au_logis :)
      Mon pseudo... Titre d’un ouvrage sur l’art érotique du Perou précolomb... »
    l’orthographe précolombien ? là, shecane, tu chicanes !