Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Tremper son biscuit

"coïter" ou introduire son membre viril dans un orifice adapté, sans précisions sur l'hétéro ou l'homosexualité de celui qui pratique.

Origine

Cette expression apparue au milieu du XXe siècle est une évolution de l'ancienne expression "tremper son pain au pot" (employée, entre autres, par Rabelais), image très parlante pour qui est un peu au fait de la manière de faire les bébés.
Il est possible que le 'biscuit'[1], petite douceur qu'on s'accorde bien volontiers, vienne du vieux terme 'bistoquette' (qu'on trouve encore actuellement sous la forme 'bistouquette') qui désignait le pénis, instrument dont la forme est proche d'un boudoir, biscuit qui a pu faciliter la naissance de l'image.
[1] Ce mot est issu du latin médiéval 'biscoctus' qui signifiait "cuit deux fois" et qu'on retrouve en espagnol 'bizcocho', en italien 'biscotto' (qui a donné 'biscotte'), en portugais 'biscuto' et en provençal 'bescueit'.

Compléments

Se dit aussi parfois "tremper sa nouille".
Il est important de remarquer que, lorsqu'on trempe un biscuit le matin dans un breuvage chaud, celui-ci devient tout mou (et pas que le matin, d'ailleurs).
Heureusement que ce n'est pas le cas ici...

Exemple

« Il me fait signe... À moi l'honneur de tremper mon biscuit le premier. »
Alphonse Boudard - Le corbillard de Jules

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tremper son biscuit » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Tunisie Arabe Baddel el mè lil asfour Changer l'eau pour l'oiseau
Grèce Grec Βρέχω τη μπουκιά μου (Vrékho ti boukiàmou) Tremper sa bouchée de pain
Angleterre Anglais To dip one's wick Tremper sa mèche
Argentine Espagnol Mojar el bizcocho Tremper le biscuit
Espagne Espagnol Meterla en caliente La mettre dans du chaud (= Tremper son biscuit)
Espagne Espagnol Mojar el churro Tremper le churro
Canada Français Fourrer
Canada Français Se tremper le pinceau
Suisse Français Tremper son pinceau
Italie Italien Abbuddàri Tremper (dans un liquide)
Italie Italien Inzuppare il biscotto Tremper le biscuit
Pays-Bas Néerlandais Een nummertje maken Faire un petit numero (pas nécessairement 69)
Catalogne Autre Sucar el melindro Tremper le biscuit
Brésil Portugais Afogar o ganso Noyer l'oie
Brésil Portugais Molhar o biscoito Tremper le (son) biscuit
Roumanie Roumain A muia bidineaua Tremper le (gros) pinceau
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Tremper son biscuit » Commentaires

  • #1
    • Michel_T
    • 12/03/2006 à 15:45
    Il me semble que "tremper" donne une idée d’humidité qui fait plutôt penser à des relations hétérosexuelles.
  • #2
    • cotentine
    • 07/10/2007 à 03:08*
    y paraît que les Bruxellois emploient l’expression : "tremper son chicon" ??? je demande confirmation, y’a-t-il un Belge sur ce forum ???
    je trouve plus amusant d’écrire « mettre le petit Jésus dans la crèche » … la nuit de Noël ou « prendre le café du pauvre » pour une sieste crapuleuse et « regarder la feuille à l’envers » … quand il fait beau !
    d’autres ami(e)s disent : « mettre le petit oiseau dans sa niche » ou « mettre le poisson dans le bocal »
    en fait, il existe tellement d’expressions imagées, coquines ou salaces (même parfois très ’crues’ et déplaisantes pour évoquer l’action de faire l’amour qu’il vaut mieux écouter Georges ! 😄 et employer : « sacrifier l’évangile selon Vénus » ou «Le jeu de la bête à deux dos» (Brassens) … non pas dans « Quatre-vingt-quinze pour cent» mais dans «Le moyenâgeux » (disque 9) cette page
  • #3
    • sylphide
    • 07/10/2007 à 03:12
    Après cette merveille de première réponse...
    Bonjour , soir à vous tous et toutes,
    Le filer à l’anglaise, d’hier, bien que je vais terminer en glaise , et ceci pas faute d’avoir mis la main dedans plus d’une fois pour mes cours d’art...les anglais trempent leur biscuit vers 18 heures, et le petit doigt en l’air,en france, le biscuit est trempouille quand on veut, en belgitude kif-kif mais un spéculos, au canada c’est ....Quoi ?????
  • #4
    • sylphide
    • 07/10/2007 à 03:14
    • En réponse à cotentine #2 le 07/10/2007 à 03:08* :
    • « y paraît que les Bruxellois emploient l’expression : "tremper son chicon" ??? je demande confirmation, y’a-t-il un Belge sur ce forum ???
      je... »
    pas dormir Cotentine, tu as une p’tite envie de " biscuit"????
  • #5
    • franclaorana
    • 07/10/2007 à 07:05
    tremper son biscuit a donc cette signification argotique : fort-niquer
  • #6
    • <inconnu>
    • 07/10/2007 à 07:36*
    • En réponse à cotentine #2 le 07/10/2007 à 03:08* :
    • « y paraît que les Bruxellois emploient l’expression : "tremper son chicon" ??? je demande confirmation, y’a-t-il un Belge sur ce forum ???
      je... »
    Brassens aimait aussi beaucoup la montagne
    Qui’est-c’ qui veut m’ laisser faire, in naturalibus,
    Un p’tit peu d’alpinism’ sur son mont de Vénus ?
    Coquinou
  • #7
    • Minikette
    • 07/10/2007 à 07:49
    Le biscuit ou le pain dont ont parle devaient certainement être plus durs à l’époque que ceux de maintenant, ce qui expliquerait cette volonté de le(s) tremper pour résoudre un problème de rigidité excessive ? Tremper d’ailleurs évoque davantage le résultat de l’action (le biscuit trempé) et donc un côté bien plus dégoulinant que la simple humidité ...Idem pour la nouille, bien droite avant cuisson dans l’eau, toute molle après avoir été ainsi ""trempée".
  • #8
    • franclaorana
    • 07/10/2007 à 07:49*
    pourquoi le pain durcit (et ça fait mal un pain) et les biscuits ramollissent(et là, ça fait moins de bien) cette page
  • #9
    • tytoalba
    • 07/10/2007 à 08:40*
    "S’embarquer sans biscuit", c’est s’engager dans une entreprise sans avoir pris les précautions nécessaires. 🙂 Restons donc couvert et reparlons donc de la capote anglaise.
    @ cotentine :
    mettre le petit Jésus dans la crèche
    C’est pas la folie, une fois par an .
  • #10
    • momolala
    • 07/10/2007 à 09:40*
    Voilà une expression que je n’aime pas dans sa rédaction, mais ne contiendrait-elle pas l’idée que certains nous donnent à nous faire du plaisir masculin (voir cette page ): le biscuit, que l’on s’offre ou qu’on déguste en dessert, en dehors de toute consommation obligée par un devoir quelconque, sans conséquences ni préoccupations autres que sa propre satisfaction.
    Bon, après tout, c’est à eux ! S’ils veulent le tremper, comme la soupe et que ça leur plaît... Nous sommes, mesdames, des individues plus complexes à satisfaire.
    Je ne m’attarderai pas sur la nouille, il n’y a vraiment pas de quoi !
  • #11
    • cotentine
    • 07/10/2007 à 11:41
    • En réponse à tytoalba #9 le 07/10/2007 à 08:40* :
    • « "S’embarquer sans biscuit", c’est s’engager dans une entreprise sans avoir pris les précautions nécessaires. 🙂 Restons donc couvert et repar... »
    Mais ce peut être Noël tous les jours !
    Où sont donc tous les amis de ce merveilleux site ? grass’ mat’ câline où chacun(e) parcourt la "carte du Tendre" ... en appelant sa maman ??? 😄
    ... Ah ! Vous dirais-je Maman ? cette page
  • #12
    • <inconnu>
    • 07/10/2007 à 11:49
    • En réponse à momolala #10 le 07/10/2007 à 09:40* :
    • « Voilà une expression que je n’aime pas dans sa rédaction, mais ne contiendrait-elle pas l’idée que certains nous donnent à nous faire du pla... »
    La nouille c’est trop petit et le biscuit trop joli pour désigner la chose ! Mieux vaut la sentir (pas par le nez par exemple !) que la voir ! Particulièrement quand elle joue la grosse nouille trop cuite !! Al dente , pas terrible non plus , pas cuite du tout c’est encore le mieux mais alors elle est pas deux fois cuite ...Oh là là ! très graveleux pour le jour de la messe !
  • #13
    • brasil
    • 07/10/2007 à 13:16
    Rectification : en portugais/brésilien, biscuit se dit biscoito.
  • #14
    • momolala
    • 07/10/2007 à 14:46
    • En réponse à brasil #13 le 07/10/2007 à 13:16 :
    • « Rectification : en portugais/brésilien, biscuit se dit biscoito. »
    Du latin bis-coïtus ? M’étonne pas des Brésiliens ! 😄
  • #15
    • <inconnu>
    • 07/10/2007 à 15:00
    Vraiment, je suis choqué !!!
  • #16
    • AnimalDan
    • 07/10/2007 à 15:02*
    • En réponse à <inconnu> #12 le 07/10/2007 à 11:49 :
    • « La nouille c’est trop petit et le biscuit trop joli pour désigner la chose ! Mieux vaut la sentir (pas par le nez par exemple !) que la voir... »
    Certaines de ces Dames me paraissent, sur ce "coup"-là, bien blasées, voire un tantinet sexistes. Ce n’est certes pas le seul domaine ou l’"évolution" de la condition féminine passe (surtout), malheureusement, par la conquète des "privilèges" les plus antipathiques des "mecs"... Si le biscuit n’est pas "joli", que l’on ne saurait sentir non plus "sentir" la nouille sans dégoût, que ne change-t’on de partenaire ou d’orientation sexuelle..? C’est ce que je conseillerais personnellement, à condition qu’il me le demande et qu’il ne l’ait déjà mis en oeuvre, au malotru qui évoquerait sur ce mode les attributs de la féminité... In petto dédié à toutes les gendarmettes, soldates, céhéressesses et autres bienheureuses promues dans la hiérarchie du Détestable...
  • #17
    • AnimalDan
    • 07/10/2007 à 15:06*
    • En réponse à Michel_T #1 le 12/03/2006 à 15:45 :
    • « Il me semble que "tremper" donne une idée d’humidité qui fait plutôt penser à des relations hétérosexuelles. »
    Eh..! à voir... le mot "tremper" renvoie également au traitement de l’acier, par ce procédé rendu d’une solidité à toute épreuve, même celle (si "épreuve" il ya là) des moiteurs les plus émolliantes... toutefois, il faut reconnaître qu’au sortir de l’opération, peu d’épées semblent sortir des ateliers de Tolède...
  • #18
    • momolala
    • 07/10/2007 à 16:03
    • En réponse à <inconnu> #15 le 07/10/2007 à 15:00 :
    • « Vraiment, je suis choqué !!! »
    Pas par moi j’espère ! C’est God qui a proposé l’expression on ne peut plus descriptive ci-dessus. On fait ce qu’on peut, mais de quoi veux-tu qu’on parle ?
  • #19
    • momolala
    • 07/10/2007 à 16:06
    • En réponse à AnimalDan #16 le 07/10/2007 à 15:02* :
    • « Certaines de ces Dames me paraissent, sur ce "coup"-là, bien blasées, voire un tantinet sexistes. Ce n’est certes pas le seul domaine ou l’"... »
    Personnellement, le petit objet en question ne m’intéresse qu’en fonction du porteur dudit, et je peux le trouver très joli et bien d’autres qualificatifs plus ... positifs encore. Je te ferais remarquer, si tu veux bien cependant, que ceux qui emploient de telles expressions pour parler des si agréables choses de l’amour, et en particulier des leurs, ne méritent que peu d’égards !
  • #20
    • cotentine
    • 07/10/2007 à 16:18
    • En réponse à <inconnu> #15 le 07/10/2007 à 15:00 :
    • « Vraiment, je suis choqué !!! »
    choqué par quoi ? ... la façon d’évoquer la "chose" ??? quelle que soit l’expression, triviale, poétique ou imagée, c’est toujours une façon pour un Monsieur d’honorer une Dame ... à condition qu’elle soit consentante et que chacun y "prenne son pied" !!!
    Jouer les pudibonds ressemble à Tartuffe ... sans être débauché ou libertin, ce sont les "choses" de la vie dont on peut parler et même en plaisanter... à moins d’être "rigide" et "collet monté" !!! 😏