Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Une querelle d'Allemand

Une querelle sans sujet sérieux, pour des raisons futiles

Origine

Au cours du temps, on a pu lire différentes explications de la naissance de cette expression parmi lesquelles une basée sur une famille dauphinoise, les Alleman, ou une autre qui serait un jeu de mots sur "à la main".
Mais si ces hypothèses fantaisistes ont pu naître c'est parce que leurs auteurs n'avaient pas connaissance de la forme du XVIe siècle qui se disait "une querelle d'Allemagne" (on la trouve chez Montaigne, entre autres).
Soulagé, vous vous dites donc que, comprenant que nous avons affaire à une simple déformation de l'expression d'origine, il va être facile d'expliquer la provenance de cette dernière.
Eh bien que nenni !
Car là aussi, on trouve plusieurs hypothèses. Et en voici quelques-unes :
- Au Moyen Âge, déjà, on disait des Allemands qu'ils étaient le peuple le plus 'ireux' (colèreux), d'où des chamailleries à n'en plus finir ;
- On disait aussi que les soldats allemands, souvent ivres, étaient prompt à chercher querelle (mais n'est-ce pas souvent le cas des personnes ivres, quelles qu'en soient la nationalité et la profession) ;
- Les étudiants allemands étaient, paraît-il, d'humeur batailleuse, dans leurs universités
- Enfin, il se dit aussi que les Allemands proches de la frontière française, trouvaient toujours de bonnes raisons pour faire des excursions armées chez nous pour y pratiquer quelque pillage.
Mais l'hypothèse la plus communément admise, vient du fait que le Saint Empire romain germanique, était constitué d'un ensemble de minuscules états dont les souverains cherchaient toutes les plus ou moins bonnes occasions de batailler avec leurs voisins histoire de tenter de s'emparer de leurs terres et d'agrandir ainsi leur pouvoir et leur zone d'influence.

Exemple

« Comme nous l'apprend une note remarquable que viennent de publier les journaux anglais, nous étions dans l'erreur, et, en ce qui concerne la langue en particulier, les populations flamandes de notre libre Belgique seraient bien heureuses de vivre sous le régime que l'oppression danoise avait établi dans le Schleswig. C'est donc bien une vraie querelle d'allemand que le nationalisme d'Outre-Rhin a faite au Danemark pour avoir l'occasion de lui voler, sous des apparences honnêtes, deux provinces. »
L'économiste belge - 1864

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Une querelle d'Allemand » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Maroc Arabe Dabaz ala el khoua khaoui Se disputer pour le Vide.vide
Tunisie Arabe Îta wechhoud âla thbihet qanfoud Des cris et des témoins pour avoir égorger un hérisson
Allemagne Allemand Streit um des Kaisers Bart Se disputer pour la barbe de l'empereur
Angleterre Anglais Much ado about nothing (origine Shakespeare 1598/) Beaucoup de bruit pour rien
Argentine Espagnol Pelearse por nimiedades / por cualquier cosa Se quereller au sujet de choses sans importance, sur n'importe quoi
Espagne Espagnol Pelear por un quítame allá esas pajas Se bagarrer pour un 'mets-moi ailleurs' ces pailles
Espagne Espagnol Pelearse por tonterias ! Se disputer pour des bêtises !
Italie Italien Questione di lana caprina Question de laine de chèvre
Belgique Néerlandais Twisten om keizers baard Quereller pour la barbe de l'empereur (futilité dans le Saint Empire Germanique dont Brabant, Liège, Limbourg faisaient parti)
Pays-Bas Néerlandais Ruzie om niks Querelle à cause de rien
Pays-Bas Néerlandais Storm in een glas water Une tempête dans un verre d'eau
Pays-Bas Néerlandais Veel geblaat maar weinig wol Beaucoup de bêlement mais peu de laine. (beaucoup de bruit pour rien)
Brésil Portugais Uma briga por um dá cá aquela palha Une querelle pour un 'donne moi ce brin de paille'
Roumanie Roumain A se certa ca chiorii Se quereller comme les borgnes
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Une querelle d'Allemand » Commentaires

  • #1
    • Jonayla
    • 30/06/2010 à 01:40
    Une querelle sans sujet sérieux, pour des raisons futiles

    Dans le genre du débat à propos du sexe des anges ... Mais alors ... Mickey ... euh, non, rien 🙂
  • #2
    • <inconnu>
    • 30/06/2010 à 07:17
    De mon point de vue la querelle d’Allemand commence au moment même où le Français essaye de faire de l’humour en présence d’un Allemand.
    Ach, la Guerre, grosse Malheur !
  • #3
    • Rikske
    • 30/06/2010 à 07:51
    "...les populations FLAMANDES de NOIRE libre Belgique...": God, tu l’as fait exprès, là ? Non ? 😄
  • #4
    • Rikske
    • 30/06/2010 à 07:54
    Ceci dit, je pensais aussi que l’expression trouvait son origine dans la propension aux duels qui règnait dans les universités allemandes au XIXème siècle. Mais l’origine "Saint Empire Romain" me paraît bien plus logique.
  • #5
    • Rikske
    • 30/06/2010 à 07:55*
    Dans le meilleur des cas, une querelle d’Alamans se termine au bistrot ("Chez Clovis", à Tolbiac). 😉
  • #6
    • OSCARELLI
    • 30/06/2010 à 08:21
    Pon, che krois ke che ne fais rien tire, auchourt’hui, ach!
    Es ist komisch... ach,
    che ferrai ze zoir ki zera afec nous pour la Konfention Panaméenne...
  • #7
    • chirstian
    • 30/06/2010 à 08:26
    Une querelle sans sujet sérieux, pour des raisons futiles
    ... comme l’assassinat à Sarajevo de l’archiduc François-Ferdinand, qui conduisit 60 millions de soldats à se quereller durant 4 ans, de façon futile ?
  • #8
    • chirstian
    • 30/06/2010 à 08:42
    parce que Lili lui refusait la gâterie qu’il espérait, il perdit son sang-froid, et la traita de salope, au seul motif qu’elle refusait d’en être une.
    C’est ainsi qu’une queue raide de français fut à l’origine d’une querelle d’allemand.
  • #9
    • chirstian
    • 30/06/2010 à 08:44
    • En réponse à <inconnu> #2 le 30/06/2010 à 07:17 :
    • « De mon point de vue la querelle d’Allemand commence au moment même où le Français essaye de faire de l’humour en présence d’un Allemand.
      Ach... »
    il ne faut pas confondre une quenelle d’allemand avec une querelle de brochet.
  • #10
    • <inconnu>
    • 30/06/2010 à 09:14*
    • En réponse à Rikske #3 le 30/06/2010 à 07:51 :
    • « "...les populations FLAMANDES de NOIRE libre Belgique...": God, tu l’as fait exprès, là ? Non ? 😄 »
    Ce sont des flamands rosses qui pensent cela ?
    Peut-être certains sont-ils méchants comme un rhino ? Car chacun sait bien qu’un rhino c’est rosse... 😄
  • #11
    • charlesattend
    • 30/06/2010 à 09:20*
    Enfin, il se dit aussi que les Allemands proches de la frontière française, trouvaient toujours de bonnes raisons pour faire des excursions armées chez nous pour y pratiquer quelque pillage
    Je confirme : ils viennent piller les wynstubs de Strasbourg et silloner les routes des vosges en moto .😎
    Mais maintenant, ils arrivent à retrouver tout seuls le chemin du retour..
  • #12
    • charlesattend
    • 30/06/2010 à 09:29
    Maintenant, faut savoir ce qu’on entend par "frontière française"...
  • #13
    • chirstian
    • 30/06/2010 à 09:39
    • En réponse à charlesattend #12 le 30/06/2010 à 09:29 :
    • « Maintenant, faut savoir ce qu’on entend par "frontière française"... »
    d’où la question : avec quel pays la France a-t-elle la frontière la plus longue ? (il y a un piège !)
  • #14
    • chirstian
    • 30/06/2010 à 09:49
    contrairement à ce que prétend un auteur espagnol, le terme "allemand" ne vient pas d’un vieux mot italien d’origine grecque, qui, traduit en anglais, signifierait "portugais", mais bien plutôt du terme japonais par lequel les chinois désignaient un russe marié à une congolaise.
    Je possède des sources crédibles en lapon, mais elles n’ont jamais été traduites en français.
    C’est inuit, non ?
  • #15
    • cotentine
    • 30/06/2010 à 10:02
    les quelques allemands que je connais ne nous querellent jamais pour un motif futile ... Ils sont bien trop sérieux pour ça ! Certes, ils savent rire mais ... pas forcément pour les mêmes raisons ...
  • #16
    • OSCARELLI
    • 30/06/2010 à 10:45*
    CONVENTION PANAMEENNE
    ANNULATIONS

    Suite à une vague de désistements de Dernière _Minute (C’est un nom d’emprunt, je ne veux pas ici dévoiler les noms), j’annule la Convention de ce soir.
    Les ceusses qui voudront voir l’Austro-God en chère et en hausse devront revenir une prochaine fois.
  • #17
    • Chouettemania
    • 30/06/2010 à 10:48
    • En réponse à chirstian #13 le 30/06/2010 à 09:39 :
    • « d’où la question : avec quel pays la France a-t-elle la frontière la plus longue ? (il y a un piège !) »
    Avec l’Angleterre
  • #18
    • Chouettemania
    • 30/06/2010 à 10:56
    J’ai toujours pensé (et je continue à le faire) que le mot Allemand est apparu au début du 20ème siècle. Avant il était question de Prussiens, de Germains, voire d’Alamans. Le Saint Empire germanique a pris fin en 18.. quelque chose. Il est donc caïman impossible que ce substantif ait été employé au Moyen-Âge, qui je vous le rappelle se situe à mi-chemin entre la naissance et la mort. Ne pas confondre avec un âge moyen. Dans tous les cas, entre 1914 et 1918 les Français allaient casser du Prussien ou du Bosch (la marque bien connue des bricoleurs)
  • #19
    • <inconnu>
    • 30/06/2010 à 11:23
    Faire des comptes d’apothicaire pourrait provoquer une telle querelle si je ne m’abuse ?
    Dr M.
  • #20
    • <inconnu>
    • 30/06/2010 à 11:25
    • En réponse à Chouettemania #18 le 30/06/2010 à 10:56 :
    • « J’ai toujours pensé (et je continue à le faire) que le mot Allemand est apparu au début du 20ème siècle. Avant il était question de Prussien... »
    Tu bosh man ?