Avoir la foi du charbonnier

Avoir une conviction absolue, inébranlable et naïve.

Origine

Quand on sait que les charbonniers (ceux qui livraient dans les villes, pas ceux qui fabriquaient dans les bois), à l'époque où ils existaient encore, étaient très souvent des piliers de bar, on ne peut souhaiter à personne d'avoir le foie du charbonnier, car pour lui, la vie n'était pas si rose.

Fleury de Bellingen, grammairien du XVIIe siècle, explique l'origine de l'expression par l'extrait d'un conte que voici :

« Le Diable un jour demanda à un malheureux charbonnier :
- Que crois-tu ?
Le pauvre hère répondit :
- Toujours je crois ce que l'Église croit.
Le diable insista :
- Mais à quoi l'Église croit-elle ?
L'homme répondit :
- Elle croit ce que je crois.
Le Diable eu beau insister, il n'en tira guère plus et se retira confus devant l'entêtement du charbonnier »

Autant dire que le 'charboniais' de ce conte ne fonde sa foi sur aucun argument théologique ou philosophique. Il croit ce que l'Église lui dit, sans même savoir vraiment de quoi il s'agit, être capable de l'expliquer et de le défendre.

Georges Brassens l'a bien cité dans "le mécréant" :
« J'voudrais avoir la foi, la foi d'mon charbonnier
Qu'est heureux comme un pape et con comme un panier. »

Exemple

« Rarement un homme dont la vie fut au total assez malheureuse posséda au départ autant d'atouts de bonheur dans son jeu : une santé de fer, une nature de grand jouisseur, une foi de charbonnier, un métier admirable. »
Michel Tournier - Le vent Paraclet

« Cet homme avait la foi du charbonnier. Il aimait la sainte Vierge comme il eût aimé sa femme. Catholique ardent, il ne m'avait jamais dit un mot sur mon irréligion. »
Honoré de Balzac - La messe de l'athée

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Avoir la foi du charbonnier » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Allemagnede KöhlerglaubeFoi du charbonnier
Allemagnede Felsenfest (an etwas) glauben.Croire (en quelque chose) solide comme un rocher.
Angleterreen To have blind and simple faithAvoir une foi simple et aveugle
États-Unisen To have blind faithAvoir une foi aveugle
Espagnees Creer a pies juntillasCroire avec les pieds joints
Latinla Fides carbonariaFoi du charbonnier
Pays-Basnl Met blind vertrouwenAvec une confiance aveugle
Pays-Basnl KolenbrandersgeloofLa foi du charbonnier
Pays-Basnl Ergens rotsvast van overtuigd zijnÊtre convaincu solidement comme un rocher (de quelque chose)
Polognepl Wiara węglarzaLa foi du charbonnier
Brésilpt Ter uma fé cegaAvoir une foi aveugle
Suèdesv KolatrtroFoi du charbonnier

Vos commentaires
- Nier la foi du bon char ? A voir...
- Chier dur, foi bon anar ! Voilà.
- L’air fâché du bon roi va noir.
- L’air vache du roi Fior à Bonn.
- Choir du favori : la bonne a ri !
- Folie du baron : avoir char in.

Anna Gramme
J’avoue que je ne vois pas comment ces pauvres hères, qui se faisaient une moitié de vie à fabriquer du charbon de bois pour le chauffage des autres, et symbolisaient la vie la plus simple et l’esprit le moins sophistiqué, ont pu mériter cette appellation de "piliers de bars".
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 00h37 : J’avoue que je ne vois pas comment ces pauvres hères, qui se faisai...
d’accord avec toi ...
le charbonnier qui travaillait avec ses compagnons en plein milieu des bois, des forêts, qui devait préparer l’aire de sa future meule, puis la bâtir autour de son bois coupé et entassé, ensuite recouvrir de terre, de mousse, d’herbe et enfin démarrer le brûlage avec la braise lancée dans la meule, pour, finalement surveiller la lente combustion du bois (surveillance constante jour et nuit pendant presque une semaine). Le travail ne s’arrêtait pas là, il fallait encore étouffer la meule pour la refroidir et extirper le charbon avec des crochets ou des râteaux ... Ils vivaient et dormaient sur place d’août à octobre dans des cabanes rustiques faites de branchages et de mousse. Ils se nourissaient de châtaignes et de gibier attrapé au collet ... et je suppose qu’ils s’abreuvaient à des sources ou des ruisseaux ... où y avait-il un bistrot dans le coin ? et avec quelle menue monnaie auraient-ils pu s’offrir un verre ?
surtout qu’ensuite, ils se faisaient bûcherons d’octobre à avril ... à moins d’avoir choisi d’être vannier, feuillardier, moussier, élagueur , scieur de long ou schlitteur** !
** on voit que j’ai revu ce soir le film : "les grandes gueules" ! avec Bourvil, Lino Ventura, Jess Hahn, Jean-Claude Rolland, Michel Constantin, et la jolie Marie Dubois 
Avoir une conviction absolue, inébranlable et naïve.
Marguerite Gentzbittel, cette femme proviseur au lycée Fénelon, est maintenant à la retraite depuis presque 10 ans ... elle a écrit ce superbe livre : "la foi du charbonnier" Avant, elle ne pouvait se permettre de s’exprimer (car nous sommes, dans l’enseignement, comme dans d’autres métiers, soumis au "devoir de réserve" ... Enseignante très laïque, elle avait pourtant gardé une foi très vive (catholique) et dans son livre, avec beaucoup de verve, elle dit son"évangile, son amour de la liberté, sa haine des "croisades". Elle se proclame obéissante mais non soumise, catholique mais non vaticane, charitable mais peu morale. cette page
Peut-être est-ce un défaut d’avoir cette foi absolue en l’humain, peut-être est-ce incroyablement naïf ... mais je ne veux voir que les 80 % (plus ou moins ???)de BON dans tout individu et j’occulte volontairement le reste ! je ne parie que sur le meilleur en chacun et suis toute indulgence pour les petites faiblesses ... Evidemment, je n’évoque pas les truands notoires, ni les terroristes, ni ceux que je nommerai pas ... mais qui n’ont rien d’humain !
"t’es trop naïve, ma p’tite maman" me serine ma fille ! 
Le charbonnier n’est pas seulement l’homme des bois fabriquant son charbon dans le même métal, mais encore le mineur de fond, et aussi le bougnat établi dans les villes. Or, c’est certainement à ces deux catégories, et surtout la dernière, tenancière de bistroquet par atavisme, que pense notre Godemichou adoré. Ça me paraît clair a priori...

Question : quelle est la différence entre un charbonnier et un pingouin ?
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 06h38 : Le charbonnier n’est pas seulement l’homme des bois fabriquant son c...
Le foie ?

Hips-Hobbes
réponse à . cotentine le 24/10/2007 à 01h35 : d’accord avec toi ... le charbonnier qui travaillait avec ses compagnons ...
J’en connais un vrai, d’ancien carbonaïre et je peux te dire que s’il ne fréquentait évidemment pas les bistrots dans le fond de sa forêt quand il charbonnait ou levait le liège à un autre moment de l’année, chacun de son équipe avait soin d’apporter son vin pour se redonner la foi pour bien faire avancer l’ouvrage. Cet homme extraordinaire a aujourd’hui 93 ans : il grimpe encore dans ses châtaigniers pour les élaguer ; on vient le chercher chaque fois qu’un essaim sauvage d’abeilles est à récupérer dans un arbre. Sa recette : "Quand je travaillais, je buvais 2 l de vin par jour. Maintenant que je travaille plus, je bois 1 l. Pas plus, pas moins". Et il vous sort un petit article découpé l’an passé dans un journal qui démontre que le vin contient je ne sais plus quel composé excellent pour la santé ! Salut à toi, mon Jeannot !
Bon, allez, ne vous échinez plus : cette expression vient de la Marine. A l’origine de l’expression, on disait : "avoir la ligne de foi du charbonnier", pour désigner le commandant et les officiers d’un cargo ne navigant certes pas en gants blancs. En effet, un charbonnier est un navire transportant des bananes du charbon. Et, comme tout navire, il a une ligne de foi, qui est son axe de symétrie longitudinal au niveau du pont, et indiquant son cap compas.
Cette expression typiquement marine remonte au début du XVIIe arrondissement, et plus précisément au 31 février 1666, lorsque fut découvert, à l’angle du boulevard des Corons et de la rue de la Houille, l’Elcarbonado par le navigateur alsacien Marcel Kronenburger, d’où ce dernier ramona ramena surtout du houx blond, dont les autochtones tiraient une boisson fermentée, et qui connut rapidement un vif succès en Europe.
Marcel Kronenburger (1632-1671) périt noyé dans la Seine, après que son navire, le "’Tite Annick", eut heurté un iceberg à la dérive dans son anisette.
L’Amiral
Pas du tout ! Là, tu broies du noir. Allez, HH, dessine-nous un charbonnier, la main sur l’épaule d’un pingouin, et tu trouveras -peut-être- la soluce.
Pour en revenir à l’expression du jour, le métier de charbonnier ne devait pas ouvrir grand l’esprit d’un homme enfermé dans une gangue de suie recuite, tenu de rétrécir ses yeux mangés par la fumée. Ses préoccupations étaient bien trop matérielles comme le décrit si bien Cotentine en 3 et son isolement trop grand pour s’encombrer d’autres idées que de quelques solides principes. S’ouvrir au monde, c’est une affaire de gens propres et repus. Philosopher, c’est l’affaire d’esthètes de la pensée, propres et repus. Sur Expressio, on a l’humour en plus, et c’est pas rien, spa ? Pourvou qué sa doure... comme disait Laetitia à Johnny Joseph !
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 07h18 : Pas du tout ! Là, tu broies du noir. Allez, HH, dessine-nous un char...
Moi je sais, mais si je le dis on va encore me prendre pour une effrontée ! 
réponse à . momolala le 24/10/2007 à 07h30 : Moi je sais, mais si je le dis on va encore me prendre pour une effrontée...
Elle peut le dire ! Ah, l’effrontée !
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 06h38 : Le charbonnier n’est pas seulement l’homme des bois fabriquant son c...
Ne dites pas:
"le foie du bougnat"
mais dites:
"la foi du charbonnier"
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 00h37 : J’avoue que je ne vois pas comment ces pauvres hères, qui se faisai...
Ne rien avouer, sauf sous la torture !
Il ne s’agissait pas du charbonnier qui fabriquait, mais de celui qui (plus récemment) livrait dans les villes.
réponse à . Rikske le 24/10/2007 à 07h47 : Ne dites pas: "le foie du bougnat" mais dites: "la foi du charbonnier"...
Nous nous sommes compris. Marceeeeeeel ! Deux Mort su’ bitte, pour la gueuse !
Je n’ai pas le temps ce jour de m’appesantir sur les bêtises qui sont dites. Je vais donc faire vite. Mon papa qui a travaillé 20 ans au plus profond de la mine est un homme érudit, il parle plusieurs langues : français, italien, polonais, allemand, flamand. Il a aussi une culture générale qui en étonnerait plus d’un sur ce site. La foi ? oui bien sûr. Maman disait toujours, que même en cas de dispute quand l’homme (fils,père, mari) partait au boulot, on l’embrassait parce qu’on était pas sûr de le revoir en vie après la journée.
Voilà pour l’essentiel, je dois partir pour la journée et vous lirai ce soir.
Bonne journée à tous et toutes.
réponse à . tytoalba le 24/10/2007 à 08h01 : Je n’ai pas le temps ce jour de m’appesantir sur les bêtises q...
Je n’ai pas le temps ce jour de m’appesantir sur les bêtises qui sont dites
 !
réponse à . tytoalba le 24/10/2007 à 08h01 : Je n’ai pas le temps ce jour de m’appesantir sur les bêtises q...
Je ne sais pas ce qu’il en est en Belle Gique mais nous n’appelons pas, de façon générale en France, les mineurs de fond des "charbonniers". Il n’y a donc pas de confusion dans notre esprit. Il y a deux sortes de charbonniers : ceux qui "charbonnent" encore dans nos forêts en fabriquant du charbon de bois, et ceux qui livraient dans nos villes du coke qui fumait ou du charbon dont on remplissait les caves autrefois. Et puis, à toute règle c’est bien connu, et a fortiori à toute expression, il y a des exceptions, non ?
réponse à . momolala le 24/10/2007 à 08h18 : Je ne sais pas ce qu’il en est en Belle Gique mais nous n’appelons p...
Exact, Momo, en Belle Gique, le mineur de fond n’est pas assimilé ni assimilable à un charbonnier. La noble et pénible profession de mineur ne saurait se comparer à celle du marchand de charbon, ni à celle, plus ancienne, du charbonnier "de bois".
réponse à . Rikske le 24/10/2007 à 08h32 : Exact, Momo, en Belle Gique, le mineur de fond n’est pas assimilé n...
Avec l’éditeur de partoche, je te jouerais "le concerto en sol mineur"...
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 08h41 : Avec l’éditeur de partoche, je te jouerais "le concerto en sol mine...
Ou alors, pour les mineurs, "Mélodie en sous-sol" ?
Bonjour les gens,

j’ajoute que cette expression aurait été attestée en 1656. Je me fie en cela à un bouquin de Bertrand Redonnet "Brassens poète érudit" qui décortique toutes les expressions un peu siouxes de tonton Georges et en donne une explication parfois intéressante.

Si vous aimez Georges, je vous le conseille.

Quant au pingouin, à part qu’il est tout noir avec une petite queue toute blanche, je ne vois pas !!!
réponse à . momolala le 24/10/2007 à 08h18 : Je ne sais pas ce qu’il en est en Belle Gique mais nous n’appelons p...
d’après le TLFI, le charbonnier, c’est "Celui qui fabrique du charbon de bois ou qui travaille dans une mine de charbon."
Personnellement le nom m’évoque seulement le charbonnier des villes : celui qui livrait le charbon , directement à la cave, par le soupirail : du coke, pas du charbon de bois.
Avait-il la foi ? Je ne vois pas pourquoi !
Par contre , si on évoque le charbonnier qui fabriquait du charbon de bois dans la forêt, là, je reconnais que le mode fabrication demandait la foi de l’alchimiste : empiler du bois, y mettre le feu, en étant certain que le centre de la meule se transformerait en charbon au lieu de bruler ...
Quand au charbonnier - mineur : il me semble que descendre ainsi sous la terre, dans les conditions qui furent celles des mineurs durant des siècles, demandait aussi une sacré foi (religieuse peut être, mais déjà dans la solidarité de l’équipe, dans la fiabilité du matériel, dans sa bonne étoile ... )
je propose l’expression : "avoir le savon du charbonnier" , car le métier était salissant : nous le savon bien !
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 06h38 : Le charbonnier n’est pas seulement l’homme des bois fabriquant son c...
le bougnat établi dans les villes

Eh bien, j’en ai connu un vrai de vrai, à Paris, quand j’étais étudiante, un bougnat auvergnat et ce n’est pourtant pas si vieux ! Il tenait avec sa famille un tout petit bistrot rue Monsieur le Prince, tout près du Carrefour de l’Odéon, et c’est là que j’allais prendre mon p’tit crème, tôt le matin, avant les cours à la Sorbonne ou le boulot (je travaillais en banlieue sud-est, et me levais tôt)

Le café était grand comme ma cuisine actuelle, avait un vrai zinc en zinc et deux tables en marbre. Le patron, un beau brun râblé, partait matin livrer le charbon avec son camion, un sac à patates sur la tête, et sa « patronne » servait les clients jusqu’à son retour.

Il y avait encore, en ce temps-là, une vie de quartier, et la petite étudiante que j’étais y découvrait une faune bigarrée : des poinçonneurs abattus par le chômage que venaient de leur infliger les nouvelles machines installées dans le métro, des artistes espagnols qui avaient fui le franquisme, des étudiants de l’école de médecine ou de la Sorbonne, des pochards en tout genre qui ne décollaient pas du comptoir, un lapin nommé Antoine qui léchait les coulures d’alcool, une concierge belge qui s’appelait Rosa et dont la fille, ouvreuse dans un ciné du quartier (qui n’en manquait pas !) était belle comme le jour, un travesti de music-hall qui venait de finir sa nuit et était encore plein de paillettes...

Les cafetiers m’avaient prise en affection, me donnaient une assiette les jours d’aligot, me protégeaient contre les dragueurs… C’était mon bureau, ma maison de secours, mon restau du coeur…Il faut dire que je logeais sous les toits, dans une chambre de 6m2, rue Champollion. Ah ! mes belles années soixante-dix !

Mais bien sûr, le commerce du charbon s’est éteint, le bougnat est devenu bistrotier à part entière, le café a été transformé, le lapin est mort, et j’ai fini mes études…

N’empêche, ce sont là de beaux souvenirs ! Je ne sais pas si mon charbonnier avait la foi, mais je suis sûre qu’il avait du cœur…
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 09h28 : Bonjour les gens, j’ajoute que cette expression aurait été ...
Quant au pingouin, à part qu’il est tout noir avec une petite queue toute blanche
C’est justement tout le contraire : il a la tête blanche et la queue noire. Collé samedi ! 
Elpépornithologue.
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 09h46 : le bougnat établi dans les villes Eh bien, j’en ai connu un vrai d...
Comme ils sont beaux, tes souvenirs ! On dirait la Provence...
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 06h38 : Le charbonnier n’est pas seulement l’homme des bois fabriquant son c...
quelle est la différence entre un charbonnier et un pingouin
j’ai posé la question à des pingouines. Elles m’ont dit mes quatre vérités. J’avais pas réfléchi à l’étymologie !
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 09h46 : le bougnat établi dans les villes Eh bien, j’en ai connu un vrai d...
...mais je suis sûre qu’il avait du cœur
Il aimait le cidre et il s’appelait Rodrigue, le patron ?

Sympas, ces souvenirs !
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 09h55 : quelle est la différence entre un charbonnier et un pingouin j’ai...
Tu t’es adressé à elles en leur disant "mes anges" ?
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 08h06 : Je n’ai pas le temps ce jour de m’appesantir sur les bêtises q...
Je dirais même plus  

On comprend mieux ses confusions....
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 09h57 : Tu t’es adressé à elles en leur disant "mes anges" ?...
Pour ton atelier...cette page.
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 09h46 : le bougnat établi dans les villes Eh bien, j’en ai connu un vrai d...
On dirait du Léo Malet, voire un peu d’ambiance à la Simenon... Chouettes souvenirs que tu as là !
Non, non, ça, c’est plutôt pour l’ami HoubaHOBBES, hein, amiral ?
réponse à . Rikske le 24/10/2007 à 10h11 : Non, non, ça, c’est plutôt pour l’ami HoubaHOBBES, hein...
Toutafé toutafé. HH, clique vite sur cette page_33. Export, bien entendu.
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 09h46 : le bougnat établi dans les villes Eh bien, j’en ai connu un vrai d...
Je ne sais pas si mon charbonnier avait la foi, mais je suis sûre qu’il avait du cœur…

Tu aurais pu lui chanter l’auvergnat... D’ailleurs pour ceux qui l’ignoreraient, l’auvergnat de la chanson s’appelait Maaaaarceeeeeel !!!

Très jolis souvenirs et très bien rendus.
avec la bonne foi du charbon, nier.
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 09h46 : le bougnat établi dans les villes Eh bien, j’en ai connu un vrai d...
Il y avait encore, en ce temps-là, une vie de quartier
tu nous parles d’un temps que les moins de ... ans ne peuvent pas connaitre ...
Les poinçonneurs ont été mis en préretraite. Ils continuent à défiler par solidarité, les jours de grève, et écoutent avec nostalgie le disque de Gainsbourg. Les artistes espagnols sont retournés dans leur pays à la mort du Caudillo; le public français ne les a pas compris. Les étudiants de médecine ou de la Sorbonne se répartissent en deux groupes : ceux qui, pour avoir une place assise dans l’amphi , n’ont plus le temps d’aller prendre un café, et ceux qui restent au lit , convaincu que la société sera seule responsable de leur échec. On a voté des lois pour que les pochards ne restent plus dans la rue. Ils y sont quand même morts, l’un après l’autre, mais en toute discrétion. Il n’y a plus de concierge : la copropriété a préféré louer sa loge. Sa fille n’ouvre plus rien . Les cinémas du quartier sont devenus sex-shops, parkings , banques ou pizzerias. Le travesti est mort du Sida. Et c’est tant mieux, car on a découvert que ses paillettes étaient à base d’amiante. Aucun enfant du bougnat n’a voulu reprendre le bistrot : ils sont devenus fonctionnaires et râlent contre les privilèges des petits commerçants.
La petite étudiante vient prendre le café sur Expressio. God la protègerait des dragueurs, s’ils voulaient aller trop loin.
Mais qui remplacera le lapin Antoine ?
voire le bon choix du phare, beau niais... 
La foi de Charbonnier (quand il entre sur le terrain) ou le foie de Charbonnier (quand il sort de la 3éme mi-temps) cette page
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 09h46 : le bougnat établi dans les villes Eh bien, j’en ai connu un vrai d...
J’ai vécu à peu près la même chose que toi, sauf que le bougnat était une bougnate, auvergnate de père en fils, qui tenait, toute seule, un petit bistrot vieillot dans le 17ème. J’étais étudiante aussi et je faisais des petits boulots par ci par là, dont certains étaient à l’autre bout de Paris et même dans le Val de Marne, entre autres. J’habitais une chambre de bonne, avec les toilettes sur le palier, au 6ème étage d’un immeuble ancien où elle occupait une partie du rez-de-chaussée. Elle tenait un petit troquet-épicerie-charbonnerie, mais ne livrait pas son charbon, ni autre chose du reste, sauf pour la très très vieille dame du second, incapable de bouger de chez elle. Les voisins (enfin les rares restés sur leur vieilles méthodes qui avaient encore besoin de charbon) venaient se ravitailler sur place et buvaient un coup pendant qu’elle déscendait à la cave pour leur préparer la commande, en lançant "Eh les gosses, veillez au grain hein, cherais pas longue". Toujours pressée, j’avais pas beaucoup l’temps, ni les moyens d’ailleurs, de m’préparer des "continental ou American breakfasts" avant de m’engouffrer dans le métro pour des heures de transport. Le matin, je passais donc en vitesse chez la charbonnière-bougnate où ça sentait le vieux et le bon le caoua frais, en siffler un (j’buvais pas encore le matin....) en emportant une brioche que je finissais en route, et re-belote le soir chez elle, pour acheter mon diner. Je n’ai jamais eu l’occasion d’utiliser son charbon, j’avais même pas de poêle, ni chauffage d’aucune sorte, mais là j’ai mon kanoun, j’ai du charbon mais c’est pas le sien. Elle s’appelait Mireille je crois, enfin Mimi pour nous, elle avait la foi, je suppose, puisqu’autant que je me souvienne, elle ne s’occupait que de son bizness, elle ne s’est jamais mariée.... elle n’a jamais pris de vacances, était toujours fagotée comme un as de pique et les rares plaisirs qu’elle s’offrait se limitaient aux plaisanteries avec ses clients. Je me suis souvent posé la question : Celle-là elle ne profite de rien, mais que fait-elle de son argent ? qu’en fera-t-elle ? Qui en héritera ?

Mes affaires allaient mieux et je suis partie de ma chambre de bonne pour habiter dans le 92, à Colombes plus exatement, un appartement plus spacieux, plus confortable, et Mimi la charbonnière est restée dans son bistrot sur (et non dans) sa mine d’argent, je ne sais pas ce qu’elle est devenue, mais ce dont je suis sûre c’est qu’elle n’a plus du en vendre beaucoup de son charbon puisque les temps changent et les gens aussi.

Je m’arrête là becoz j’ai un petit pincement au coeur ! Avec du recul, mais qu’est ce que c’était beau ! Ah que de bons souvenirs ces jours de dèche, je donnerais cher pour les revivre un jour.
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 11h16 : Il y avait encore, en ce temps-là, une vie de quartier tu nous parles d...
Très beau, Chirstian... Snif !
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 11h24 : J’ai vécu à peu près la même chose que toi, sau...
re-snif ! 
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 11h24 : J’ai vécu à peu près la même chose que toi, sau...
je donnerais cher pour les revivre un jour
Combien ?
Elmimire obolant
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 11h31 : je donnerais cher pour les revivre un jourCombien ? Elmimire obolant...
In "Bérurier au sérail"
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 11h16 : Il y avait encore, en ce temps-là, une vie de quartier tu nous parles d...
Ta vision de l’évolution des choses est d’un noir anthracite !
Tacite
réponse à . tytoalba le 24/10/2007 à 08h01 : Je n’ai pas le temps ce jour de m’appesantir sur les bêtises q...
Je n’ai pas le temps ce jour de m’appesantir sur les bêtises qui sont dites

Jusqu’à présent, depuis que je cours les faux rhums, je n’ai jamais rien entendu (suis-je dur d’oreille ?) mais lu des bonnes choses et des inepties. Sur celui-ci ,je trouve que laisse pris n’est pas à la traîne. Foi de Charbon niais !
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 09h32 : d’après le TLFI, le charbonnier, c’est "Celui qui fabrique du...
Personnellement le nom m’évoque seulement le charbonnier des villes : celui qui livrait le charbon , directement à la cave, par le soupirail : du coke, pas du charbon de bois. Avait-il la foi ? Je ne vois pas pourquoi !

Premièrement ces charbonniers des villes livrent de la coke (le soupirail est une met ta phore pour les narines du clients) et comme il travaillent en ville, il ont les foies, pas la foi (concurence, keuf, etc...)
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 11h16 : Il y avait encore, en ce temps-là, une vie de quartier tu nous parles d...
La nostalgie elle-même n’est plus ce qu’elle était, c’est bien connu. Rendez-vous le dimanche 4 septembre 2038, quand Expressio rediffusera « la foi du charbonnier » : je parie que les abonnés quinquagénaires de cette époque soupireront de regrets en lisant ta contrib.
(et le mutant Antoine ne sera pas le dernier)
Exact ! Ça dit comme ça, eu quatrième de couverture (tiens, je l’ai loupée, celle-là, en guise de quatre vérités) :
Figurez-vous qu’Alcid Sulfurik, plus connu dans les milieux de l’espionnage sous le matricule SO4 H2, a été kidnappé au retour d’une importante mission en Chine populaire par un commando de rebelles arabes dans l’aride pays du Kelsaltan !
Connaissez-vous le Kelsaltan ?
Il est situé très exactement à l’angle du golfe persique et de l’avenue Raymond - Poincarré... C’est vous dire...
Pour l’atteindre, il faut, à dos de chameau, traverser le grand Rasibus ou désert de la soif...
Et, par ironie, il a fallu que pour accompagner votre valeureux San-Antonio dans cette mission périlleuse on fasse appel à Pinaud et surtout à Bérurier ! Je ne vous en dis pas plus... Joignez-vous à notre étrange caravane et venez visiter le sérail du cheikh Bérurier (qui est d’ailleurs un cheikh avec provision).

Allez, au charbon ! Enfin... pour tous ceux qui ne font pas grise mine à la vue d’un San-Antonio, slave Hassan Dyr !
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 09h34 : je propose l’expression : "avoir le savon du charbonnier" , car le m...
Et, quand il perdu la foi, le charbonnier se prend un savon de la part du bon dieu...
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 11h50 : Exact ! Ça dit comme ça, eu quatrième de couverture (t...
Que de bons souvenirs aussi !

Quand j’allais au charbon, lire un SanA, était une façon de me faire des journées moins noires !
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 12h05 : Que de bons souvenirs aussi ! Quand j’allais au charbon, lire un Sa...
Noir, c’est noir, il n’y a plus d’espoir de devenir Belge !   
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 00h10 : - Nier la foi du bon char ? A voir... - Chier dur, foi bon anar ! Voil...
C’est fantastique !

Charbonnier, maître chez soi, laissons-le avoir sa foi 
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 11h49 : La nostalgie elle-même n’est plus ce qu’elle était, c&r...
Rendez-vous le dimanche 4 septembre 2038,
je te promets d’y être. Si je te pose un lapin, on l’appellera Antoine, d’accord ?
Pour y croire il suffit d’avoir la foi d’un ... euh ! je ne connais pas l’expression, mais je sais qu’il y en a une. Il faudrait que je cherche sur un site d’expressions. Quelqu’un en connait un ?
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 12h59 : Rendez-vous le dimanche 4 septembre 2038, je te promets d’y être. ...
RÉCLAME

Expressio : le site qu’il vous faut !
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 12h59 : Rendez-vous le dimanche 4 septembre 2038, je te promets d’y être. ...
je te promets d’y être.

Attention, engagement durâble, mon lapin !
réponse à . cotentine le 24/10/2007 à 02h13 : Peut-être est-ce un défaut d’avoir cette foi absolue en l&rsq...
OUfff, Cotentine: j’suis pas toute seule à être naive et à essayer de focaliser sur les non-méchants plutôt que sur ceux qui ont une arrière-pensée destructrice... Mais COMMENT faire le tri?
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 11h24 : J’ai vécu à peu près la même chose que toi, sau...
Celle-là elle ne profite de rien, mais que fait-elle de son argent ?
quel argent ? Tu sais, l’immense majorité de ces petits commerces a disparu parce qu’ils ne gagnaient rien. Pour les protéger on a instauré en France le plafonnement des loyers commerciaux, qui leur a permis de conserver la jouissance de leurs magasins sans supporter plus que la hausse de l’indice Insee de la construction. On leur a donné la "propriété commerciale" qui leur permet de céder leur fonds de commerce ... sous réserve de trouver un repreneur dans la même activité. Et on a instauré un régime de retraite dont beaucoup n’ont pas pu supporter les cotisations.
Pour en créer de nouveaux, certaines mairies supportent les investissements nécessaires à l’aménagement d’une boutique et la louent à un jeune couple. Bientôt il faudra les embaucher comme agents publics pour qu’ils acceptent de continuer ce type d’activité.
Ca va comme des guêtres à un lapin....
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 13h10 : je te promets d’y être. Attention, engagement durâble, mon la...
Dis, Syanne : tu ne lui ferais pas du rentre-dedans, à Chirstian, à lui donner du "mon lapin", par hasard ?
Bon, c’est décidé, on va le protéger des draps-gueuses, ce petit... 
Bizarre autant qu’étrange: s’il n’y a pas d’expression en allemand avec "Köhler", donc charbonnier, je connais quelques Köhler vraiment idiots, mesquins...prêts de leurs sous...
Nomen est Omen? oui!
La fonction fait le larron? Oui et non: De la poule ou de l’oeuf, qui est le premier?
Mais qu’est-ce qu’elles ont, mes guêtres ? Hmmm ?
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h20 : Bizarre autant qu’étrange: s’il n’y a pas d’expre...
quelques Köhler vraiment idiots
Lesquels se sont retrouvés chocolat, je présume ?
Ta belette
A propos de "foi": Pascal (Blaise) était aussi incompréhensible avec son pari: croire sans aucune preuve tangible.
D’un autre côté, je "crois" en vous, les gens qui pensent, Enfin... je commence à croire à une espèce de pensée commune... Mais je ne me mettrai pas à plat ventre et ne dirai jamais amen. Quoique... Amenez... tout est bon à prendre.
réponse à . tytoalba le 24/10/2007 à 08h01 : Je n’ai pas le temps ce jour de m’appesantir sur les bêtises q...
Moi j’me pose la question : pourquoi dans ce cas revenir pour lire les bêtises qui ont été dites ? C’est que finalement t’y trouves du plaisir non ?
Si c’est pas le cas, faut s’abstiendre, ça t’éviterait peut-être une poussée d’acnée juvénile ou d’urticaire !

Et puis quel rapport avec ton père ?? Qu’il soit mineur, et il n’ y a pas de sot métier mais il n’y a que de sottes gens, et érudit en même temps, cela ne nous dérange nullement, au contraire on est très fiers pour toi, et je te dirais aussi qu’on en a vu d’autres de vertes et pas mûres. Mon père à moi, qui n’était ni mineur ni charbonnier, mais mécano sur des bâteaux et scaphandrier à l’occasion (hein l’Amiral, tu l’aurais pas connu ?) n’a jamais été à l’école, il a tout appris sur le tas, il était autodidacte à fond, parlait aussi plusieurs langues et faisait des poésies à faire pleurer des madeleines, et je suppose que les autres "plus d’un qui s’étonnerait" dont tu parles, ont du côtoyer au moins une fois dans leur vie, des gens du gabarit de ton paternel ou du mien ! Donc y a pas de quoi fouetter un chat ! C’était juste pour remettre les pendules à l’heure d’expressio, et te faire connaitre un peu plus les gens que tu côtoies ici depuis pas mal de temps déjà et qui sont là pour débiter leurs bêtises, à la joie de tous, dans une atmosphère sympa, très décontractée et saine d’animosité, de noirceur, et de toute vanne ou autre vacherie du genre, et surtout des tiennes dont on ne comprend des fois ni le pour ni le quoi ni le comment ni tout le reste, parcequ’aussi, ce n’est pas ta première fois. Personne ne te persécute que je sache !

En fait je n’ai pas compris le vrai sens de ton message, qui pour moi n’est qu’une crise de susceptibilité mal placée ou bien déplacée, et avant de nous balancer un jus pareil, tu devrais le filtrer avant....ou alors, il t’est vivement conseillé de ne pas écrire quand t’es pressée !

Je ne sais pas ce qu’en pensent les autres, mais moi je l’ai dit et j’assume !
Et vogue la galère
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h25 : A propos de "foi": Pascal (Blaise) était aussi incompréhensible av...
On peut d’ailleurs continuer la chanson que citait God ce matin :

J’voudrais avoir la foi, la foi d’mon charbonnier
Qu’est heureux comme un pape et con comme un panier
Mon voisin du dessus un certain Blaise Pascal
M’a gentiment donné ce conseil amical
Mettez vous à genoux, priez et implorez
Faites semblant de croire et un jour vous croirez

Le projet de Pascal n’était pas, semble t-il de prouver Dieu (My god) mais de démontrer la nécessité d’y croire. Son message était "Croyez, si dieu n’existe pas vous n’aurez rien perdu, s’il existe et que vous n’y avez pas cru vous aurez perdu le droit à l’éternité.

Finalement il était pas ben finaud le Pascalou, nous ici on sait ben qu’il existe le God, et c’est pas demain la veille qu’on va se l’foute au c...
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 13h24 : quelques Köhler vraiment idiotsLesquels se sont retrouvés chocolat, ...
Aucune idée quant aux "Köhler": m’intéressent plus.

Par contre, je m’apercois que le mec qui veut divorcer... de moi porte un nom similaire ... en polonais.
Alors, si Nomen est omen, je suis pas sortie de l’embrouille...
Pourvu qu’il se retrouve chocolat! Parce que le chocolat, c’est quand même plus agréable que le charbon (j’ai pas de pb. de transit), mais ... j’vais pas continuer sur ce délire...
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 13h27 : Moi j’me pose la question : pourquoi dans ce cas revenir pour lire le...
Je crains que tu n’aies pris le commentaire de tyto au premier degré, ma poule !
Y’a aucune susceptibilité mal placée là dedans, ni de frustration ou que sais-je encore... Allez, on remet les pendules à l’heure, et on repart au charbon !
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h35 : On peut d’ailleurs continuer la chanson que citait God ce matin : J&...
Ben oui, Alcalin, c’est sûr que je connais la chanson que m’a apprise Papa Brassens.
Et Pascal aussi pour avoir été obligée de ranger ses pensées (Que c’était bête comme boulot!: Essayer de trouver un système dans un délire maniaco-psychotique.)
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 13h27 : Moi j’me pose la question : pourquoi dans ce cas revenir pour lire le...
Moi, je ne fréquente pas ce forum depuis suffisemment longtemps pour juger de la personnalité de chacun, ce qui fait qu’au départ j’ai pris le mot bêtise dans le sens "connerie" c.a.d. drôlerie, comme il en est effectivement débité pas mal ici. Et puis comme le disait Cotentine, "je ne veux voir que le bon chez l’être humain" alors pas de procès d’intention, tytoalba n’étant pas là visiblement pour se "défendre".

Moi, mon père est marinier dans cette péniche
Ma mère dit "la paix niche dans ce mari niais"
Mon père est habile mais ma bile est amère
Car mon père et ses vers on les pieds fragiles.

Mais non je ne suis pas le fils de l’amiral !
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h35 : On peut d’ailleurs continuer la chanson que citait God ce matin : J&...
Et il n’y a pas de dieu qui tienne...
SI dieu existe, ELLE est NOIRE et ne croit en RIEN..., sauf peut-être dans la "bonté" humaine.. Je dirais plutôt l’intelligence humaine, mpn vieux Rousseau!
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 13h27 : Moi j’me pose la question : pourquoi dans ce cas revenir pour lire le...
Quoi !?! Ton dabe, mécano de marine ! Pieds-lourds ! Ah ben ça alors ! Tiens, je te donne l’accolade : là, tu en dessines une sur ton écran, vu que le péhachepet de God fait la gueule dès qu’on veut en mettre une seule ! Et je te décerne la trirème du jour, à vît vie ! Oui oui.
Pour le reste, ma stupeur_18 valait, à mes yeux, autant qu’un long discours. J’espère que Tytoalba, en nous relisant tous, elle y compris, comprendra à quel point personne n’a cherché, de quelque manière que ce soit, à insulter son géniteur, qui n’a effectivement rien à faire là, sinon comme paravent à une sensitivité, disons... exacerbée, mais qui n’est certes pas notre problématique, ni individuelle, ni collective, mais seulement la sienne.
Attendons qu’elle revienne et s’exprime.
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h43 : Et il n’y a pas de dieu qui tienne... SI dieu existe, ELLE est NOIRE et n...
En tout cas si elle croyait en moi ça se saurait !
Trop intelligente pour croire en quelqu’un... Je n’aimerais pas que quelqu’un "croie en moi..." (me fasse confiance, oui... )
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h50 : Trop intelligente pour croire en quelqu’un... Je n’aimerais pas que ...
Trop intelligente pour croire en quelqu’un...

Ce qui me permet de dégager le théorème suivant :

Il ne faut pas être intelligent pour croire en quelqu’un
Je ne crois pas en Dieu
Donc je ne suis pas trop con

Yes, yes, yes !
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 13h27 : Moi j’me pose la question : pourquoi dans ce cas revenir pour lire le...
scaphandrier à l’occasion (hein l’Amiral, tu l’aurais pas connu ?) n’a jamais été à l’école, il a tout appris sur le tas,
au fond , peut-on dire qu’un scaphandrier apprend sur le tas ?
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 13h57 : scaphandrier à l’occasion (hein l’Amiral, tu l’aurais ...
Mais il y a des tas de choses, au fond ! C’est à peine croyable, tant il y en a : des pneus, des épaves, des câbles, des sacs plastique...
Comment ? Des poissons ? Ah, non, ça, il n’y en a pas plus...
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h57 : Trop intelligente pour croire en quelqu’un... Ce qui me permet de dé...
Je ne crois pas en Dieu Donc je ne suis pas trop con
je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas , mais Dieu m’a dit qu’il ne croyait pas du tout en toi, et que cela ne prouvait rien quant à son intelligence.
réponse à . Rikske le 24/10/2007 à 08h32 : Exact, Momo, en Belle Gique, le mineur de fond n’est pas assimilé n...
La noble et pénible profession de mineur
le jour où on a cessé de faire travailler les enfants , cette noble et pénible profession a été supprimée. Elle est maintenant remplacée par la noble et pénible profession de majeur.
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h57 : Trop intelligente pour croire en quelqu’un... Ce qui me permet de dé...
- Dis, maman : Dieu, il est blanc, ou noir ?
- Dieu n’est ni blanc, ni noir. Il est Dieu, c’est tout. Tu comprends ?
- Oui maman. Mais Dieu, c’est un homme, ou une femme ?
- Dieu n’est ni un homme, ni une femme. Il est Dieu, et c’est tout !
- Ah, mais alors, je sais qui c’est, Dieu !
- ???
- C’est Michael Jackson !
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 14h12 : La noble et pénible profession de mineur le jour où on a cess&ea...
Un doigt d’honneur ?
N’avez pas honte de passer autant de temps ici pendant les heures de travail?
Allez, au charbon, fainéants!
réponse à . Rikske le 24/10/2007 à 13h37 : Je crains que tu n’aies pris le commentaire de tyto au premier degré...
au premier degré ah non, à un certain degré oui, et chuis pas la seule... apparemment !
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 14h17 : - Dis, maman : Dieu, il est blanc, ou noir ? - Dieu n’est ni bla...
Moi qui ai la foi, plus en l’homme qu’en dieu, j’aimerais, en effet croire sans me poser de questions.

Histoire vraie ?
A l’école du dimanche, le pasteur prétend que personne n’a jamais vu dieu et qu’on ne sait pas à quoi "ça" ressemble. A quoi Toto répond : si, je l’ai vu sur un scooter, même qu’un flic lui a dit : mais circulez, Bon Dieu !
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 13h42 : Moi, je ne fréquente pas ce forum depuis suffisemment longtemps pour juge...
Mon cher Al (câlin ou pas ?), y a des intonations (bien que muettes vu que nous n’avons pas la sono) qui ne trompent pas. Loin de moi l’idée de faire le procès de qui que ce soit, et Tyto n’a même pas besoin de se défendre si ce qu’elle a dit, pour elle c’est la foi du charbonnier. Si je l’ai interlocutée, c’est que j’appelle un chat chat et qu’une bêtise est une bêtise, avec tout d’abord son sens péjoratif avant tout. En plus, la susceptibilité, l’état d’âme, les vaps des unes, le stress des autres, ou tout autre sentiment personnel de chacun ne doivent pas entrer en compte dans le déroulement et de la décortication du sujet, enfin il me semble, tu comprends ? Je le prends un peu pour moi, pour toi, pour tout le reste des amis ici joints. Je suis peut-être la personne qu’a débité le plus de conneries depuis que chuis là, mais je m’en voudrais beaucoup si aujourd’hui on me disait que mes conneries étaient bêtes ! Drôles oui, j’en sauterais au plafond ! Tu captes la nuance ?

J’ai mon charbon qu’attend là, autre chose ?
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 16h11 : Mon cher Al (câlin ou pas ?), y a des intonations (bien que muettes v...
Heu... oui
Aïe pas sur la tête !
Euh... si y’en a des qui voudraient bien arrêter d’énerver Eureka, ça m’arrangerait grave à cause que maintenant c’est moi qui prends !

Alors ma foi, arrête ton char, beau niais
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 16h11 : Mon cher Al (câlin ou pas ?), y a des intonations (bien que muettes v...
une bêtise est une bêtise

Notre Père qui êtes aux cieux
Restez-y
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l’Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai…"
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Paroles - Pater noster)
réponse à . file_au_logis le 24/10/2007 à 15h37 : N’avez pas honte de passer autant de temps ici pendant les heures de trava...
Jâââloux !
j’ai les foies, dit le charbonnier. J’ai un poil a ma zoute, et je ne sais pas comment m’en defaire. Ca me barbe!

Desole pour les accents, cedilles et autres signes qui manquent, je ne dispose que d’un clavier (Christian, si tu nous lis...) slovene...
réponse à . file_au_logis le 24/10/2007 à 16h43 : j’ai les foies, dit le charbonnier. J’ai un poil a ma zoute, et je n...
je ne dispose que d’un clavier slovene...

Le mien est " made in people’s republic of China", mais l’appui sur 2 fait é, 7 fait è, 9 fait ç et 0 fait à.

C’est plutôt que la matrice française est absente.
réponse à . chirstian le 24/10/2007 à 13h15 : Celle-là elle ne profite de rien, mais que fait-elle de son argent ...
Pour les autres ce que tu dis est peut-être vrai ! Mais pour celle-là c’est du garanti pur jus, aux dires de certains, jugés de source sûre, elle gardait son magot bien planqué chez elle, va-t-en savoir où, le matelas ? sous le charbon ? et puis y avait des signes qui ne trompaient pas ! Si on l’entendait se plaindre des fois c’était pas que son commerce roulait pas bien, mais bien quand il lui manquait une pièce dans la sébile sur le comptoir...alors là elle te poussait une de ses goualantes !
Faut croire qu’en allant au charbon avec son bistrot, son pinard et son charbon , elle devait êt’ noire tous les jours ! L’ivresse de l’argent

Depuis tant d’années ont passé....Elle est sûrement passée ad patres, Dieu ait son âme ! J’me d’mande où l’est bien passé tout son blé ! Et si elle avait pas d’héritiers, hein dis ? J’aurais mieux fait de m’faire adopter par elle, tiens, et qui sait cherais p’têt charbonnière aujourdh’ui ! J’avais sûrement pas la foi à l’époque
réponse à . SyntaxTerror le 24/10/2007 à 16h23 : une bêtise est une bêtise Notre Père qui êtes aux cieux...
Eh ben voilà, c’était pas diff à trouver ! Pour d’la bêtise, ça c’est d’la bonne bêtise ... Remets m’en !
réponse à . file_au_logis le 24/10/2007 à 16h43 : j’ai les foies, dit le charbonnier. J’ai un poil a ma zoute, et je n...
Voyez-vous, avec Filou, on aura connu tous les chars (*) bons du monde en moins de 80 jours

(*) characters en bréfologie
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 14h04 : Mais il y a des tas de choses, au fond ! C’est à peine croyabl...
Ah non, Mon Amiral, désolée de te contredire pour le tas de mon vieux ! A l’époque la mer était la mer, elle n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir, un dépotoir public, mondial, universel, elle est devenu malgré elle une poubelle géante, si ce n’est la chaise électrique ou la piquouze mortelle pour tous les êtres y vivant. C’est un vraie cata !

Il y avait des tas de tout avant, de tout ce qui naturellement sort de ou revient à la mer, mon dabe a du se former sur un de ces tas là....mais malheureusement pour nous tous d’ailleurs, tout ça, c’est de l’histoire ancienne ! Quel dommage pour les tas, les états et les tatas, t’as .... cent balles ?
réponse à . SyntaxTerror le 24/10/2007 à 16h23 : une bêtise est une bêtise Notre Père qui êtes aux cieux...
Ses bêtises de Cambrai
Ah, les bêtises de cabrée... 
réponse à . file_au_logis le 24/10/2007 à 16h43 : j’ai les foies, dit le charbonnier. J’ai un poil a ma zoute, et je n...
je ne dispose que d’un clavier (Christian, si tu nous lis...) slovene...
Nous, on a leurs ours, et on a vu leur technologie ursidée de pointe ! Ah, mon pauvre...
réponse à . eureka le 24/10/2007 à 17h41 : Ah non, Mon Amiral, désolée de te contredire pour le tas de mon vi...
Oui, je parlais d’aujourd’hui. Et maintenant, je parle d’hier* : chuis d’accord avec toi, mon Eureka d’amour !

* Notez comment l’auteur, par un tour de force grammatical, évoque aujourd’hui au passé et hier au présent, avec la foi du Gramme** et rien d’autre. NDLR
** Anna ! Faut suivre...
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 17h58 : Ses bêtises de CambraiAh, les bêtises de cabrée... ...
ou les bêtises de cambrée... tu connais-tu ?
réponse à . file_au_logis le 24/10/2007 à 16h43 : j’ai les foies, dit le charbonnier. J’ai un poil a ma zoute, et je n...
Tiens, petite confidence : sous l’OS de Microsoft, même en Slovénie, tu as un petit machin qui s’appelle une table de caractères, dont le chemin est C:\Windows\System32\Charmap.exe. Tu peux aussi la trouver sur Démarrer/ Tous les programmes/Accessoires/Outils système... si tu parles couramment le slovène, bien entendu. Clique là-dessus, et tu verras Montmartre.
Bonjour à tous, même presque bonsoir.
Au Pays Basque, il y a un charbonnier connu de ce côté de la frontière et outre-Bidassoa. Il a pour nom Olentzero.
Mieux qu’un long discours cette page 
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 09h46 : le bougnat établi dans les villes Eh bien, j’en ai connu un vrai d...
Moi aussi j’ai connu un charbonnier qui avait du coeur. C’était la guerre, mon père était mobilisé et ma mère ne trouvait pas de travail. La vie était dure. Un jour, on frappe à la porte ma mère va ouvrir et se trouve devant le charbonnier de la banlieue de Marseille où nous habitions. Il lui dit : Je vous apporte le charbon, j’en ai reçu. Maman lui répond mais je ne vous en ai pas commandé. Je sais lui répond-il, vous me le paierez quand vous pourrez, en attendant chauffez-vous. Je suis contente de pouvoir rendre un petit hommage à cet homme aussi généreux.
Un doigt d’honneur ?
c’est peut-être le doigt de Dieu ! celui en qui il faut croire ... sans voir, comme un charbonnier ...
Germain Nouveau (1851-1921) a écrit : "on est bien forcé de croire au doigt de Dieu, quand on voit comment il se l’est mis dans l’œil"  
réponse à . cotentine le 24/10/2007 à 19h37 : Un doigt d’honneur ? c’est peut-être le doigt de Dieu&nbs...
Mon clavier, qui réclame lui aussi du doigté, me dit de croire en Bill Gates. Mais qui doigt-on croire, ô God ?
réponse à . Rikske le 24/10/2007 à 08h32 : Exact, Momo, en Belle Gique, le mineur de fond n’est pas assimilé n...
J’opine du chef !

Yes-Hobbes
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 08h41 : Avec l’éditeur de partoche, je te jouerais "le concerto en sol mine...
""le concerto en sol mineur"..."

C’est un film érotique ou bien carrément porno ?

Hobbes-cédé
réponse à . HoubaHOBBES le 24/10/2007 à 19h47 : ""le concerto en sol mineur"..." C’est un film érotique ou bien ca...
c’est bôôôo, un concertôôôo ! Ah, la musique ! assister à un concert !
et plus le concert dure et plus l’habitant jouit ... non ? 

j’ai lu trop vite "l’origine"avant ma 1ère contrib.et j’ai zappé la négation de God : (charbonnier) "pas ceux qui fabriquaient dans les bois" ! ... suis confuse ... et pas d’émoticone pour exprimer mon embarras !
Y’en a encore qui en fabrique du charbon de bois, puisqu’il y a des amateurs ! cette page
Mon grand-père en utilisait pour son fer forgé, pour créer des fers orthopédiques et pour ferrer ses chevaux et j’ai des copains couteliers qui n’utilisent que du charbon pour leur forge cette page
réponse à . Rikske le 24/10/2007 à 10h11 : Non, non, ça, c’est plutôt pour l’ami HoubaHOBBES, hein...
Non,non, impossible : Couleurs de Rodolphe Lesourd qu’il fait marqué en dessous du dessin !

Innoc-Hobbes
Nan nan nan... God, qui a souvent l’esprit farce, a rajouté sa parenthèse a posteriori de nos interventions respectives. Je n’en veux pour preuve que... le courriel du jour, lequel n’a pas pu être affecté par la correction subreptice et en loucedé... Bisque bisque rage, hein, God ?
Cela dit, vos interventions_2 et_3, embrayées sur les chapeaux de roue, ont été régulées par la sublime intervention_6, qu’oncques ne renierai... 
La journée se termine. Je n’oblige personne à lire mes commentaires, vous pouvez donc passer au suivant si vous le voulez. J’ai tout lu et si les personnes qui me critiquent si vertement pouvaient retourner voir l’intervention de momolala en 11, peut-être comprendront-elles que j’aie tenu à faire mon petit commentaire ce matin. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas un problème pour moi. Je n’en veux nullement à momolala mais j’estime avoir le droit comme tout un chacun de donner mon avis, même si ça passe pour une bêtise ou une connerie.

Bonne soirée à tous et toutes.
réponse à . tytoalba le 24/10/2007 à 21h09 : La journée se termine. Je n’oblige personne à lire mes comme...
Il ne s’agit pas de l’intervention de Momolala, mais de la tienne, Tytoalba, qui nous a fait réagir. Maintenant, si tu te rigidifies à ce point, ça n’engage que toi, bien évidemment.
réponse à . tytoalba le 24/10/2007 à 21h09 : La journée se termine. Je n’oblige personne à lire mes comme...
pourquoi n’as-tu pas cliqué sur le petit bouton bleu de Momo, tu sais, celui qui a une petite flèche qui prend un virage et qui permet de répondre à la petite phrase qui t’interpelle ?
Moi, j’aurais aussi bien pu ajouter que la fumée, la chaleur leur donnaient soif, ... ou que la rusticité de leur vie difficile les rendaient un peu sauvages et ours mal léchés, ou ... ??? 
Tout le monde ne peut pas avoir de glorieux ancêtres instructionnés.
Mon grand-père était marchand de charbon dans le pas de Calais et livrait aussi bien du coke que des boulets, du fin ou des gaillettes en vrac avec un cheval et un tombereau.
Et tout au long de sa tournée,s’il y avait quinze bistrots, il les faisait tous.
(et les bistrots, ç’a manquait pas à l’époque).
Et aprés, le cheval qui connaissait la route rentrait tout seul pendant que le vieux cuvait au fond du tombereau.
Mais il n’empêche que ce grand-père avait un coeur d’or, adorait ses petits-enfants, et que je l’aimais beaucoup aussi.
Il ne parlait que le patois "chti’mi" et était pathétique quand il esayait de parler correctement le français devant une personnalité.

Allez, continuez a nous envoyer beaucoup de bêtises, j’adore 
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 16h19 : Euh... si y’en a des qui voudraient bien arrêter d’éner...
Désolée pour toi si on s’en prend à toi à cause de moi. Et reste sur ce site, tu verras les jours sont inégaux, et tous ne sont pas pareils à aujourd’hui.
Bon, Tyto, Eurêka (à fléchettes), alcalin et tous les potes: la bordée tribord est de quart. Choisissez vos banettes, et pas de rouspétances ! Toute mutinerie sera châtiée par l’amiral et son second (pôvre de moi !) All hands on deck !
La bordée bâbord peut donc aller dormir.
Bonne nuit les mutins, faites de beaux rêves de mer !
(Je signale que tribord est le bord noble, tandis que bâbord, ben... il porte bien son nom. Par tribord, on recevait les rois et on descendait les morts. Par bâbord, embarquaient les matelots et les mâitres d’équipage: la "tourbe" du bâtiment, donc).
OK, amiral ?
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 21h55 : Bon, Tyto, Eurêka (à fléchettes), alcalin et tous les potes:...
Affirmatif. Exécution !
Sacré Rikske ! Quand j’aurai quitté le bâtiment, tu veilleras au grain, hein ? Ah, on voit bien là le marin : caractère bien trempé, pas affolé par la lame qui s’écrase sur la dunette, et tenant bon la barre. Accessoirement, prêt à pendre haut et court à la plus grande vergue. Mais c’est une autre histoire... 
Sur ce, le Pacha s’en va lire un peu dans ses appartements, dans le château arrière.
Comment ? Non, pas çui de BB, je veille encore un brin.
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 22h01 : Affirmatif. Exécution ! Sacré Rikske ! Quand j’aur...
Bôf ! Facile ! Ch’uis presque nez (cap-Gris) dedans !
Et Yo-ho-ho-ho! Une bouteille de rhum (sans baba)!
réponse à . <inconnu> le 24/10/2007 à 22h14 : Bôf ! Facile ! Ch’uis presque nez (cap-Gris) dedans !...
Où ça ? Oostende ? Nieuwpoort ?
Halalala ! On a encore cherché des poux ce jourd’hui ?
Pourtant, les bêtises, des comme celles qu’on trouve sur notre beau site, y en a plein et souvent hilarantes. Vous êtes nombreux à en commettre à ma plus grande joie. Allez, au lit mauvaise troupe et dormez bien.
Eh be! La jour de la parution fut un jour à idées noires!
Que de commentaires à graisse (d’)if et bien souvent - hein - justes.
Heureusement que tout s’est calmé par la suite et que tout le monde nous est resté...
Pour calmer une mer démontée, on y déverse une épaisse couche d’huile. Cela marche-t-il aussi avec du charbon? Rikske, qu’en dis-tu?
Ils étaient connus par leur courage exceptionnel et par leur foi, c’est pourquoi lorsque quelqu’un était assez bête et incrédule sur quelque sujet, on lui disait:
- Il faut avoir la foi d’hussard, beau niais.
réponse à . syanne le 24/10/2007 à 11h49 : La nostalgie elle-même n’est plus ce qu’elle était, c&r...
Rendez-vous le dimanche 4 septembre 2038, quand Expressio rediffusera « la foi du charbonnier »
Expressio a devancé l’appel. Qu’est-ce que je fais : je reste à t’attendre jusqu’en 2038 ? Je crois que je vais plutôt rentrer chez moi, et je reviendrai ce jour là.
réponse à . tytoalba le 24/10/2007 à 21h09 : La journée se termine. Je n’oblige personne à lire mes comme...
les personnes qui me critiquent si vertement pouvaient retourner voir l’intervention de momolala en 11, peut-être comprendront-elles que j’aie tenu à faire mon petit commentaire ce matin.
intéressant quiproquo, qui montre comment on peut partir d’un malentendu et se retrouver rapidement en pleine dispute !
En l’occurrence Momo en 11 évoquait les "charbonniers" c’est à dire ceux qui faisaient brûler le bois pour en faire du charbon de bois. Ils vivaient avec leur famille dans la forêt, dans des conditions d’extrême pauvreté. Et Tyto a pensé qu’elle évoquait les "mineurs" Un univers totalement différent, les "maîtres de forges" ayant très tôt mis en place des structures sociales, logements, écoles, dispensaires ... qui ont développé une vie communautaire , certes difficile, mais très riche.
Le quiproquo vient-il d’une différence entre le terme français et le terme belge ? On peut imaginer facilement ce que cela peut donner entre des locuteurs de langue différente. 
J’ai tout lu, hé oui ! et serais curieux de savoir, Tytoalba, si tu aurais écrit la même chose aujourd’hui, ou si tu verrais tout ça avec un oeil différent.
Le recul nous permet souvent de voir les choses différemment...
Un charbonnier qui habitait Foix, souffrait tant de fois du foie, qu’il l’avait perdue la foi.
réponse à . joseta le 20/05/2011 à 13h21 : Un charbonnier qui habitait Foix, souffrait tant de fois du foie, qu’il l&...
c’est parce que le charbonnier est noir que son foie est cirrhose ?
j’ai la foi d’un charbonnier athée.
moi par exemple j’ai cette foi du charbonnier elle est si comique je peux la transmettre à quiconque
la dernière page j’adore ces dires moqueurs mais il faut penser au secret des paroles partageons ça sur ma page elle doit etre pleine de fun,mais comme dit le rappeur "pas de temps il faut marcher"ou marcher?_vers la pleine lune!!
L’expressio n’est pas réservée à l’église.
On a connu ça dans les mouvements politiques.
réponse à . Elpepe le 24/10/2007 à 07h14 : Bon, allez, ne vous échinez plus : cette expression vient de la Mari...
l’Elcarbonado par le navigateur alsacien Marcel Kronenburger

Hors de propos.
Ca, c’est l’expressio "Chauffe Marcel".
réponse à . <inconnu> le 20/05/2011 à 15h22 : moi par exemple j’ai cette foi du charbonnier elle est si comique je peux ...
Le rappeur ? Gilbert Bécaud ?

cette page
les charbonniers, ils croient en la vie éternelle. C’est pour cela qu’on dit qu’ils ont une foi de charbonnier. Mais moi je suis pas sûr. Je crois que je douterai jusqu’à mon dernier jour.
En fait j’attendrai même le lendemain pour être bien sûr.
Bon, mais comme je ne suis pas charbonnier, ça dit pas que l’expression est fausse, hein? Hein ? Oui, c’est ce que je pensais ! Les belges ils disent "une foi" mais ils ne sont pas tous charbonniers non plus, hein ? Non, hein ?
Bon, alors Marcel, tu nous remets ça, à mes amis belges et à moi et tu pries God pour qu’il te paye. Ben, si t’as la foi, hein !!!!!!!!!!!
- Le charbonnier ’s’houille’...
- Ben ma foi, c’est du propre!
réponse à . chirstian le 20/05/2011 à 12h02 : Rendez-vous le dimanche 4 septembre 2038, quand Expressio rediffusera «&n...
cette page

See you on the dark side of the moon !
Rentré du boulot, le charbonnier regagnait son ’antre à site’ magnifique pour y déguster deux oeufs à la ’coque’ et surtout un peu de foie gras, élaboré par ses filles.
- ’Ouille’, je suis moulu... vous, que le foie-’gras fîtes’ servez donc votre vieux père!

Cèst de cette façon que naquit l’expression: le foie du charbonnier.
Ne pas confondre:
avoir la foi du charbonnier
et
être le charbonnier de Foix
réponse à . syanne le 20/05/2011 à 18h38 : cette page See you on the dark side of the moon ! ...
Antoine !
Faf Lagage le chanteur peut etre!?

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Avoir la foi du charbonnier » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?