Branle-bas (de combat) - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Branle-bas (de combat)

Agitation vive au cours de la préparation d'une opération (souvent dans l'urgence et le désordre).

Origine

Si, de nos jours, l'expression s'utilise encore régulièrement avec ce terme de 'combat' alors qu'elle s'emploie communément hors d'un contexte guerrier, c'est bien dans le cas de préparations au combat qu'elle est apparue à la fin du XVIIe siècle, et plus précisément dans la marine.

Pourquoi le "branle-bas" ou, plus précisément, qu'est qu'un 'branle' ?
Je vais sûrement décevoir ceux, peu nombreux je suppose, qui auraient des idées sur la chose situées sous la ceinture, car, dans le sujet qui nous intéresse, un 'branle' est un hamac tel qu'on le retrouvait en quantité, accroché dans les entreponts des grands voiliers d'autrefois, pour que les marins puissent y dormir[1].

Lorsqu'on sait cela, il est aisé de comprendre que, lorsque le marin devait se préparer dans l'urgence au combat, il lui fallait libérer l'entrepont en décrochant ou en "mettant à bas" son branle (d'où le "branle-bas").
Comme tous les marins en faisaient de même, en même temps, il s'ensuivait une certaine agitation et une certaine pagaille, notions qu'on retrouve dans notre branle-bas de combat d'aujourd'hui.

On peut noter que les hamacs ainsi décrochés servaient aussi de pare-éclats, une fois plaqués à proximité des embrasures (les trous servant à pointer les canons).

[1] D'ailleurs, c'est bien parce que ces hamacs avaient un mouvement oscillatoire qui suivait les balancements du navire, qu'ils ont pris ce nom, puisque le mot 'branle' désignait autrefois ce type de mouvement.

Exemple

« Yves entendit au-dessus de lui faire le branle-bas du soir, tous les hamacs qui s'accrochaient, et puis le premier cri des hommes de quart marquant les demi-heures de la nuit. »
Pierre Loti - Mon frère Yves

Compléments

Si les hamacs dans les entreponts n'existent plus depuis longtemps, le "branle-bas" est toujours présent dans la marine, qu'il soit du matin ou du soir, pour désigner les préparatifs de l'équipage au moment du lever ou du coucher.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Branle-bas (de combat) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Pays de Gallescy Clirio'r byrddauDégager les ponts
Allemagnede Klar (Schiff) zum Gefecht(Bateau) paré pour le combat
Angleterreen Clearing the decksDégager les ponts
Espagnees Zafarrancho de combateDébarrasser (le bateau) avant le combat
Espagnees Zafarrancho de combateRavage de combat
Israëlhe תכונה לקרבAgitation en vue du combat
Italie (Sicile)it Pìgghia-pìgghiaPrends-prends
Italieit Un gran trambustoUn gros remue-ménage
Pays-Basnl opschuddingbranle-bas
Slovaquiesk Trma vrmaBranle-bas

Vos commentaires
J’ai trouvé le truc, mon petit Godemichou adoré: tes liens ne fonctionnent plus!.
J’ai accès à cette page à partir de ton envoi, directement, mais je ne peux aller nulle part en essayant de suivre tes liens.
J’ai écrit quelques commentaires encore très censés sur le site d’hier, où nous n’étions pas encore de la revue...

Aujourd’hui, les garcons et les garces, je crois que je vais vous épater:
cette expression vient de la marine.
Il faut en effet se souvenir que JFK fut officier sur une corvette, avant de devenir le président que l’on sait.
Et comme le décrit si bien notre Godemichou adoré, ce mouvement d’aller-retour l’inspirait souvent. A terre, cependant, il avait Jackie, et à bord, les autres, certaines d’ailleurs courtes-sur-pattes. Et quand elles lui faisaient ce genre de petite gâterie, il appelait cela: branle bas de con bas.... C’est vrai de toute facon qu’il valait mieux ne pas être grand(e) dans les coursives...
Quoi, comment, non, c’est pas vrai! ?
Mon esplication ne serait pas la bonne? Celle de God est plus crédible? Ouaaaaiiiis, ca, c’est vous qui le dites...
Et voilà.
un ’branle’ est un hamac
le branle c’est effectivement le mouvement. D’où toute les famille des "branler, ébranler, branlant, mettre en branle" etc... Et je vous fais confiance pour évoquer d’autres applications , bande de branleurs ! D’où le hamac, qui se caractérise par son mouvement oscillatoire.
Mais le branle-bas c’était le pliage ou dépliage des hamacs qui avait lieu tous les matins et tous les soirs (branle-bas du matin : chagrin, branle-bas du soir: espoir ?), hors de tout contexte guerrier.C’était seulement le branle-bas de combat qui consistait à disposer les hamacs en protection comme pare-éclats et évoquait donc clairement l’agitation et le désordre d’une attaque imminente.
réponse à . file_au_logis le 20/06/2007 à 07h40 : J’ai trouvé le truc, mon petit Godemichou adoré: tes liens n...
Tu ne convoiterais pas la trirème du jour, tout de même, Filou ? Parce qu’il est évident qu’elle revient à God, avec mention très bien et félicitations du jury. Il rend enfin gorge, notre Godemichou, hé ? Convient à demi-mots que tout vient de la Marine, à commencer par cette activité remontant à la nuit des temps : le branle-bas de combat.
Déjà dans sa caverne, Néanderthal dormait dans un hamac, pour éiter les piqûres des ours venimeux qui grouillaient dans les fonds. Il l’accrochait grâce à d’ingénieuses fixations en pâte de silex, qu’il appelait "beau styx" (cette page). Et, quand le salaud de la caverne voisine venait l’attaquer pour lui piquer son gigot d’auroch et deux-trois nanas pour l’apéro, il sautait à bas de son hamac avec sa massue de chêne lui servant accessoirement d’oreiller. Prudent et pragmatique, le gars criait, d’une voix caverneuse et tout en sautant : "branle-toi, le con, en bas", dans l’espoir de mettre en déroute l’ennemi par ce seul hurlement lugubre qui tombait du plafond de la caverne comme la petite vérole sur le bas-clergé, d’où l’emploi de "bas" dans l’expression.
Et l’autre, le recevant sur les endosses sans avoir compris ce qui lui arrivait, s’enfuyait généralement en boitant bas, tandis que les nanas reprenaient leurs travaux d’aiguille en se tricotant des bas résille en lanières de peau de dent-de-sabre, string assorti, pour aguicher le salaud de la caverne d’en face. Déjà...
Comme on le voit, l’expression originelle ne vient pas du tout de la Marine, qui n’avait pas encore été inventée.
MESSAGE DE L’AMIRAUTÉ :

cette page
J’ai bien compris l’ordre qui fait sauter le matelot au bas du hamac : "tout le monde en bas des branles", "fini le repos", "tout le monde debout prêt à combattre". Actuellement : c’est le signal pour le réveil de l’équipage, traditionnellement donné par une sonnerie de clairon. (Pas d’éditeur pour le faire entendre le son du clairon … pas nécessaire, tout le monde est sur le pont bien réveillé …)
De nos jours, God nous dit qu’on utilise cette expression pour définir une situation d’urgence face à des préparatifs conséquents ou pour décrire une agitation générale, soudaine et désordonnée suite à un imprévu... c’est alors "le branle-bas général" ! l’affolement après l’alarme, … le chambardement après l’avertissement, … la confusion et peut-être le chaos après l’alerte, … le remue-ménage et sans doute la panique après cet appel et tous ces préparatifs, … d’où dérangements, bouleversement, émotion ou même frousse, frayeur, effroi, épouvante … bref il faut être sur le « qui-vive »
Je répète ce que j’ai écrit au commentaire d’hier: quand il s’agit de branle(-bas-de-combat) le Pépé ne parle plus des mains sur les couvertures...  
Je ne joue que du branle-haut, moi, môssieur...
- Banc de trombe, là-bas !
- Le mot "banc bas de bar".
- Ban blasé de broc mat.
- L’art baobab de ce MSN.
- SEB : la bombance d’art.
- Ombre de bancal ? Bast !
- Scène D : Rambo bat Bal.

Anna Gramme
réponse à . chirstian le 20/06/2007 à 09h52 : un ’branle’ est un hamac le branle c’est effectivement le m...
Précision très juste. J’ajouterai "comme pare-éclats....et comme brancards d’urgence", l’entrepont servant d’infirmerie.
réponse à . cotentine le 20/06/2007 à 10h58 : J’ai bien compris l’ordre qui fait sauter le matelot au bas du hamac...
pas de confusion sur le terme "bas"  : il ne s’agissait pas -je crois- du matelot (qui aurait été invité à sauter au bas de ...) , mais du hamac lui même : c’est le sens de "bas les masques" pour dire : enlever les masques, de mettre "pavillon bas"," bas les armes" etc... ici on met de même "bas le branle" au sens littéral de "mettre le hamac bas".

PS : curieusement, les dictionnaires semblent donner au mot "branleur" la seule origine obsène de celui dont la seule activité consisie à se branler. Or elle pourrait très bien être en rapport avec le branle (hamac) : le branleur étant celui qui y reste couché !

PS bis : pas d’équivoque : quand je parle de "branleurs" en PS, PS signifie Post Scriptum. M’enfin, sot !..........
Ne pas confondre:
-Marlon Brando
-Marre, donc branle haut

Euh... Excusez-moi.
réponse à . Elpepe le 20/06/2007 à 11h56 : - Banc de trombe, là-bas ! - Le mot "banc bas de bar". - Ban blas&ea...
Et...

Le mot bas de bar: Ban !
Je pars quelques jours pour visiter un Musée en partie consacré à la Marine dans le but de décrocher des Trirèmes à foison et voici qu’à mon retour, God me saisit Allah Gorge avec cette expression giclante…
Vif sujet, me voici !

« Branle-bas (de combat) »
Agitation vive au cours de la préparation d’une opération (souvent dans l’urgence et le désordre).

Pour le moins, peut-on souligner que dans le tumulte, plus personne n’en a rien à foutre de la discipline. Or, garder ses nerfs implique de ne pas les bander secs, ce qui justifie alors le fait qu’il n’y ait rien à agiter plus que de raison… en principe.

On observera que l’adrénaline est donc bien mise en avant. Cette expression aurait du être suivie d’un conseil : « Qui prend en premier le chat à neuf queues maîtrise assurément la situation à bord et dans le bordel en général ».

Sans doute « pourchat » que le Pacha s’appelle le Pacha… car il délègue aux officiers du bord (quels qu’ils soient) la tenue du bon ordre et de l’entendement…

Mais à trop branler, on sait maintenant que ça rend complètement sourdingue cette activité diurne ou nocturne et c’est un combat que de persuader les impulsifs de se réfréner pour, plutôt offrir leur ardeur à leur patrie ou à leur promise.
Bon Dieu, historiquement faut-il avoir si peur des Anglais ?
Nous avons nos canons, ils ont leurs laides y… faut s’en souvenir, cré nom de nom.
réponse à . chirstian le 20/06/2007 à 12h49 : pas de confusion sur le terme "bas"  : il ne s’agissait pas -je crois...
« …mais du hamac lui même : c’est le sens de "bas les masques"… »

Célèbre émission de Mireille Dumas > du Mât, et hop, retour à la marine et comme elle le disait elle-même pendant toute l’émission : « hein hein… ».

Faut pas se voiler la face, y’a un rapport…
Je n’ai pas dit : « Y’a un rap au port »…
Nuance.
réponse à . cotentine le 20/06/2007 à 10h58 : J’ai bien compris l’ordre qui fait sauter le matelot au bas du hamac...
Suite à la remarque juste de Chirstian, il me semblait pourtant que "en "mettant à bas" son branle" ne prêtait aucunement à confusion. Je sens qu’il y en a qui ne lisent mon texte qu’entre les lignes. Je ne citerai personne, mais j’ai les noms...

Sur un autre sujet, mon hébergeur ayant unilatéralement décidé de changer le serveur hier soir au lieu de lundi soir comme c’était prévu, il y a eu indisponibilité hier soir (normal) et problèmes ce matin (nettement moins normal).
Et comme, comme par hasard, je suis en déplacement depuis hier après-midi, je n’ai pu constater les dégâts qu’à partir de 11 heures et faire faire les corrections nécessaires.

Tout semble rentré dans l’ordre et je repars donc vers de nouvelles aventures.
Ne faites pas de folies en mon absence.
réponse à . God le 20/06/2007 à 15h13 : Suite à la remarque juste de Chirstian, il me semblait pourtant que "en "...
notre espoir : que le nouveau serveur ne branle pas (de combat) ...
réponse à . God le 20/06/2007 à 15h13 : Suite à la remarque juste de Chirstian, il me semblait pourtant que "en "...
"Confusion"

Voilà, le mot est lâché et certains certaines ne s’en privent pas d’exploiter cette faille, cette écoutille ouverte…
réponse à . chirstian le 20/06/2007 à 15h20 : notre espoir : que le nouveau serveur ne branle pas (de combat) ......
Un serveur qu’on bat et qui branle en terrasse, c’est l’assurance d’avoir l’addition un peu plus vite que les autres. (si c’est un pro)
Ca fait pshiiiitttt au bout du compte… si vous écoutez bien sans regarder la scène évidemment. Discrétion, discrétion…

Quoi ? Oui, il y a des orgasmes qui font Pssshhhiiitt ! Demandez à Melle Perrier, celle qui aime se faire secouer tout comme Laurent & Gina et personne ne s’en offusque. Ah la sanguine !

Y’a rien de vulgaire ici, que du bio.
réponse à . God le 20/06/2007 à 15h13 : Suite à la remarque juste de Chirstian, il me semblait pourtant que "en "...
Je ne citerai personne, mais j’ai les noms...
Moi aussi ! Moi aussi ! Et même les ceusses qui paument leur clé d 12 ! 
réponse à . God le 20/06/2007 à 15h13 : Suite à la remarque juste de Chirstian, il me semblait pourtant que "en "...
Et si je te suis bien, on peut voir mettre bas un hamac ? Ben ça alors !

RÉCLAME :

Expressio : le site qui vous en bouche un coin tous les jours !
Important de souligner que les hamacs étaient partagés entre chaque bordée d’une demi-journée chaque (les tribordais et les babordais)... Mais l’invention du hamac est semble t’il originaire des Caraïbes...?
réponse à . Elpepe le 20/06/2007 à 16h11 : Et si je te suis bien, on peut voir mettre bas un hamac ? Ben ça alo...
Tu penses bien ! Le hamac permet des sessions orales et même plus. Oui, faire l’amour dans un hamac est possible sans trop de "casse"... j’ai essayé et ça a... craqué !
Voyez quand même ce lien et le précédent vantant la balançoire : cette page

Le seul problème est qu’il faut aimer la sieste ; le partenaire, c’est pas obligé. 
réponse à . <inconnu> le 20/06/2007 à 16h27 : Tu penses bien ! Le hamac permet des sessions orales et même plus. Ou...
Sans parler du hamac en larges mailles filet, dans lequel on crie, selon les circonstances, "branle-bas de combat !", ou "sus !", au plus fort de la bataille.
réponse à . Elpepe le 20/06/2007 à 16h59 : Sans parler du hamac en larges mailles filet, dans lequel on crie, selon les cir...
Y’en a un qui même au coeur de la bataille resterait dans son hamac, c’est LUI, là : cette page
Dis Elpp, je suis surpris que tu ne contraries pas un peu l’expression qui laisse à penser que tes ancêtres marins édentés, borgnes, sales et bougons se font surprendre comme ça en plein sommeil. Et le système de garde, de vigie à bord hein, ça dormait ronflait aussi tout le temps ? (Comme les expressionautes ici aujourd’hui)
réponse à . <inconnu> le 20/06/2007 à 18h30 : Dis Elpp, je suis surpris que tu ne contraries pas un peu l’expression qui...
M’en parle pas ! Dans la Royale, les vigies feignasses tendaint leur hamac entre le mât de misaine et le grand mât, au lieu de scruter l’horizon dans leur nid-de-pie...
Ils ne savaient pas encore que, pour gagner plus de batailles, il fallait travailler plus ! Heureusement, depuis peu, on a fait cette intéressante découverte.
En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des... hamacs ! 
réponse à . Elpepe le 20/06/2007 à 18h53 : M’en parle pas ! Dans la Royale, les vigies feignasses tendaint leur ...
Personnellement, je botte mon hamac... Intosh !
Dans l’Arme Blindée Cavalerie, nous branlions nos canons de 105 pour les nettoyer à l’aide d’un long tube pourvu d’une brosse (dont j’ai oublié le nom).

Pour ce faire, il nous fallait amener le canon vers le vert (le bas)

Bien sûr, c’est une opération à éviter quand pointe le combat et elle n’a donc sans doute pas de rapport avec l’origine de l’expression mais je pense que depuis l’existence des canons, il a toujours fallu les pointer vers le bas pour les branler !

L’origine maritime semble plus probable mais ... le branle des canons n’est pas si loin.
Et puis il y a aussi le branle, danse paysanne de je ne sais plus quel siècle.
Plus le temps de chercher... mais il y en aura bien un parmis vous pour le faire.
A très bientôt.
réponse à . Sartana le 20/06/2007 à 20h06 : Dans l’Arme Blindée Cavalerie, nous branlions nos canons de 105 pou...
Est-ce dans ce cas qu’on parle des canons de la beauté? Ou alors des canons de la baronne? Chaipu!
conçus comme deux hamacs, les soutien-gorges espagnols favorisent un exercice appelé pour cette raison : branlette espagnole.
réponse à . chirstian le 20/06/2007 à 21h41 : conçus comme deux hamacs, les soutien-gorges espagnols favorisent un exe...
Et entre les proéminences, le val y sert ?
réponse à . mident le 20/06/2007 à 20h23 : Et puis il y a aussi le branle, danse paysanne de je ne sais plus quel siè...
y a qu’à demander, XVI et XVIIème -siécle bien sûr pas arrondissement. J-J Rousseau en avait écrit une, paroles et musiques. Le même qui avait aussi écrit : "Il faut que mon corps soit en branle pour y mettre mon esprit." Il n’a pas écrit que des conneries ce philosophe. Bonne nuit.
réponse à . tytoalba le 20/06/2007 à 22h48 : y a qu’à demander, XVI et XVIIème -siécle bien s&ucir...
Grand merci pour l’info.
Le Branle :
C’est une danse régionale du XV ème au XVII ème siècle. C’est une danse de groupe. Les danseurs se mettent en ronde ou en chaîne (selon le type de branle). Cette danse porte ce nom car on l’exécute "en branlant un pied sur l’autre’’ selon M.Toulouze.
On distingue plusieurs types de branles : simples, doubles, gais, coupés. De nombreuses variantes existent. La plupart des branles sont de rythme binaires tels que les branles de Bourgogne et de Champagne. Par contre, les branles tels que les branles gais, d’Écosse ou même du Poitou sont de rythme ternaire.
Des personnages tel que Pierre Attaignant nous ont permis de garder la trace de nombreux branles et cela dès 1530. Cette danse a une place très importante dans les suites. Cette danse réputée même au-delà des frontières (Italie, Angleterre) disparaît à la fin du XVII ème siècle.

Et avec un éditeur de partoche, je t’en aurais écrit un !
réponse à . Elpepe le 20/06/2007 à 23h07 : Le Branle : C’est une danse régionale du XV ème au XVII...
Si cela vous intéresse, quelques branles sont exécutés par notre groupe de danses anciennes : http://www.rondinella.be
Bonjour à toutes et tous.
Hé, les ami(e)s ! Il est 7:30 ! Alors, ...expression du jour !
réponse à . chrisupdtebva le 23/12/2010 à 00h35 : Si cela vous intéresse, quelques branles sont exécutés par ...
merci, cher ami, de nous offrir ce site. Mais, si vous allez voir dans "mode d’emploi", juste au-dessus du premier commentaire, vous y verrez comment présenter votre lien comme ceci: cette page
C’est Monica LaBelle qui a confirmé ce que j’ai toujours pensé: branler de la tête, c’est ô piner du chef!
réponse à . deLassus le 23/12/2010 à 07h35 : Bonjour à toutes et tous. Hé, les ami(e)s ! Il est 7:30 ...
laisse-nous d’abord prendre notre nexpressio.fr, what else?
réponse à . AnimalDan le 20/06/2007 à 12h56 : Ne pas confondre: -Marlon Brando -Marre, donc branle haut Euh... Excusez-moi....
Euh... Branlons Mado ?
Dans la royale où j’ai eu l’horreur honneur de servir dur mon sévice service militaire, hormis le branle-bas, chaque matin, on disait se faire Branler quand la mer se mettait à nous secouer dans tous les sens ! Et le Golfe de Gascogne s’y connaît dans ce genre de prestation.
Bon, tant pis, je fais partie des peu nombreux déçus 
quand les gonds sans porte, pardon, s’emportent, ils crient :" le pêne arrive : chambranle bas de combat". Le pêne ? Encore une histoire de Marine !
réponse à . <inconnu> le 23/12/2010 à 09h14 : Bon, tant pis, je fais partie des peu nombreux déçus ...
Mal branlée, bas la huppe, ce matin ?  Allez, comme eux, balance ta tête comme une vraie mécanique, branle du chef en rythme, de gauche à droite, de haut en bas et ... tout pour la musique ! Il faut s’échauffer pour le branle-bas de demain soir !
réponse à . chirstian le 23/12/2010 à 09h27 : quand les gonds sans porte, pardon, s’emportent, ils crient :" le p&...
Quand God en aura fini avec Expressio, je lui suggère de faire éditer le "Petit Chirstian tel qu’on le parle". On y trouverait des perles à ne jamais oublier, telle celle-ci !
réponse à . momolala le 23/12/2010 à 09h46 : Quand God en aura fini avec Expressio, je lui suggère de faire édi...
Et cette fois, chirstian ne briguait pas la trirème !
En cette veille de veille de Noël, peace and love, siouplait ! Donc j’ oublie le combat pour ne garder que cette page
Pour les amateurs, c’ est un extrait des "Danses de Terpsichore, 1612", que tout bon disquaire se fera une joie de vous procurer !
réponse à . mitzi50 le 23/12/2010 à 10h12 : En cette veille de veille de Noël, peace and love, siouplait ! Donc j&...
extrait des "Dances de Terpsichore, 1612", que tout bon disquaire
Tu veux dire plutôt "tout bon antiquaire" ?
réponse à . deLassus le 23/12/2010 à 10h24 : extrait des "Dances de Terpsichore, 1612", que tout bon disquaireTu veux dire pl...
Bon, d’ accord, d’ accord, il n’ en reste plus des masses. Mais y’ a la fnac, en magasin et en ligne, le réseau Harmonia Mundi, Amazon.fr ou .uk ou .de ou.......(NON JE NE FAIS PAS DE PUB !)
Tu ne vas tout de même pas me dire que, lorsque tu travailles une grande oeuvre du répertoire, tu te contentes de lire la partition et que tu n’ as pas la curiosité de l’ écouter dans son intégralité (et son intégrité), non ???
réponse à . mitzi50 le 23/12/2010 à 10h35 : Bon, d’ accord, d’ accord, il n’ en reste plus des masses. Mai...
Tu ne vas tout de même pas me dire que ..., non ???
Si, mais pas ici et pas maintenant. Car, à près de 11 h, c’est pour moi, hic et nunc, ...l’expression du jour !
réponse à . deLassus le 23/12/2010 à 11h01 : Tu ne vas tout de même pas me dire que ..., non ???Si, mais pas ici e...
Ok, ok, j’ aurions dû passer par le canal des 11 + 1, mais au départ, je parlais du bransle, qui n’ est pas un combat (et les antiquaires alors ? ils se battent ? ou ils font "danser l’ anse du panier" ?)
Branle bas de combat, préparons les fêtes. A tous un joyeux Noël avec cette page
Non je n’ ai pas choisi la chanson que Tino Rossi a rendue si célèbre. Ni "Minuit, Chrétiens" car je souhaite un joyeux Noël à TOUS, quelle que soit leur opinion. Je le dis donc... avec une fleur ! A ceux que je connais... ceux que je ne connais pas... ceux que j’ em... parfois (je leur en demande pardon), ceux qui interviennent, ceux qui se contentent de lire, et à God lui-même, qui dans son infinie mansuétude et du haut de ses nuées célestes, nous a donné cette fête qui allume des étincelles dans les yeux des enfants.
réponse à . momolala le 23/12/2010 à 09h46 : Quand God en aura fini avec Expressio, je lui suggère de faire édi...
C’ est aussi mon opinion !
réponse à . momolala le 23/12/2010 à 09h46 : Quand God en aura fini avec Expressio, je lui suggère de faire édi...

j’ai convoqué mes neurones, pour dire publiquement à celle* qui avait pondu le 44 que Momo avait apprécié cette histoire de gonds. Elle était drôlement heureuse, mais je peux te dire que ça a provoqué un sacré branle bas de combat chez les autres. Je leur ai fait écouter les danses de Terpsichore pour les calmer: c’est très efficace :30 secondes et elles dormaient toutes**.

*oui, c’est le paradigme darwiniste : je n’ai plus de neurones masculins : rien que des nanas. Tu entendrais ce chahut !
** meuh non, Mitzi : je plaisante. Tu me connais : je n’aurais jamais pu résister aussi longtemps ! 
O ! combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour...


Victor ! On verra ça plus tard ! Y’a branle-bas de combat chez Marceeeeel  : c’est Georges qui invite ! Paraît que les voisines du coin de la rue, partisanes de la tendre guerre, sont venues prêtes à jeter leur « hamac » par-dessus les moulins marins...
réponse à . chirstian le 23/12/2010 à 13h09 : j’ai convoqué mes neurones, pour dire publiquement à celle*...
Y’ a pas de problème ! Il est vrai que j’ ai choisi des choses que j’ ai-meuh et je comprends tout à fait qu’ il en est qui n’ aiment pas. Pas besoin de tous monter sur le pont, et de tirer à boulets (rouges). On peut aussi écouter "the sound of silence" (je l’ écris en V.O.). en coupant... le son.
Quant à tes neurones chacun d’ entre nous a une part de féminité et une part de masculinité. Pas besoin d’ une bagarre de synapses !
Par contre j’ ai du mal à être d’ accord avec une certaine Marine. Surtout qu’ à part ses diatribes j’ attends de pied ferme son programme (bon, c’ est vrai, celui des autres n’ est pas parfait et cherche surtout à faire illusion). Là, j’ ai vraiment envie de m’ acheter un pistolet d’ alarme. Pour combattre sans tuer.
A propos tu dis que tu n’ aurais jamais pu résister 30 secondes. Alors combien ???? 1 ou 2 ou 5 ?
réponse à . mitzi50 le 23/12/2010 à 14h20 : Y’ a pas de problème ! Il est vrai que j’ ai choisi des ...
j’ ai du mal à être d’ accord avec une certaine Marine
La même pensée que son père ... avec deux yeux.

Mais m’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde qui chante au fond de moi au bruit de l’océan ?

Je recommande la version "hard-core" des "Ludwig", ça déchire sa race ! c’te page-là
les hommes de quart marquant les demi-heures

Décidément, j’ai du mal à m’y faire !
Pourquoi les hommes de quart marquent-ils les demies ?
Qui marque les quarts d’heure ?
BRAAANNNNLE-BAAAS DE COMMMBAAAAT !


Ça réveille, hein ! :&rsquo)
réponse à . SyntaxTerror le 23/12/2010 à 17h03 : les hommes de quart marquant les demi-heures Décidément, j’a...
Pourquoi les hommes de quart marquent-ils les demies ?
parce qu’ils n’ont pas compris qu’un demi ça ne se marque pas, ça se boit !
Sauf sur le terrain. Mais quand le trois quart aile marque le demi de mêlée et que durant trois quart d’heures dans la seconde mi-temps, il ne marque rien, il lui faut plus d’un demi pour se remettre de la marque.
A la tienne !
on dit -va savoir pourquoi !- qu’un outil branle dans le manche. cf Expressio (mais tout n’est-il pas dans ce sacré site ?) . Pour moi ce serait plutôt le manche qui branlerait dans l’outil, mais bon... tout est peut-être question d’outil. Je n’ai pas le courage d’y réfléchir, et je ne vais pas enchoser les mouche pour si peu. D’ailleurs si je branlais dans la mouche, cela signifierait que la taille de mon ... non, rien ! Revenons au branle !
Donc, on ne branle pas bas. On branle dans le bas. Quand on est une jambe. Mais cela signifie que le bas n’est pas élastique. Pas DIM d’un don. Digne dindon. Digne d’un don. Ouf! Car le bas doit serrer la cuisse : ferme mais pas trop. Tu fermes trop, ouvre ! Enfin, quoi, mets y un peu du tien si tu veux que je ... Quoi ? Un combat ? Tu veux la manière forte ? Celle qui fait grimper Diwan aux rideaux ? Que je sente bon le sable chaud ?
Bon, mais ... si j’étais un légionnaire te rendrais-je chèvre ? Non, je dis n’importe quoi, tu vois où chamelle ces histoires ?
réponse à . chirstian le 23/12/2010 à 18h54 : Pourquoi les hommes de quart marquent-ils les demies ? parce qu’ils...
Mais si, un demi peut éventuellement se marquer...sur l’ ardoise. Surtout quand on en écluse plusieurs et qu’ on paie rarement....Et un homme peut être de quart tout en restant à quai !
réponse à . chirstian le 23/12/2010 à 19h13 : on dit -va savoir pourquoi !- qu’un outil branle dans le manche. cf E...
L’outil branle du manche... le vieillard branle du chef... et le chef balance cette saloperie d’outil qui branle du manche. Combat sans fin !

P. S. : l’expression « grimper aux rideaux » a deux acceptions : l’une, atteindre le... nirvana ; l’autre, être en colère. C’est uniquement dans ce dernier cas que je grimpe aux rideaux ! Pour le reste,... non rien !
 
réponse à . DiwanC le 23/12/2010 à 20h35 : L’outil branle du manche... le vieillard branle du chef... et le chef bala...
merci de m’éclairer comme tu le fais. Je dois avouer que je ne connais pas grand chose aux femmes. Et encore moins à celles qui grimpent aux rideaux. Je pensais qu’il n’y avait entre le rideau et le sexe qu’un point commun : la tringle.
Dans le cas de la colère je vois moins. Cela permet , certes, de le prendre de plus haut. De prendre de la hauteur. De monter plus facilement sur ses grands chevaux ... mais encore faut-il les avoir fait entrer au préalable dans la chambre à coucher. Comment ? Oui, effectivement, si tu dors dans l’écurie, je comprends mieux. Et c’est probablement très agréable. Oui, oui. Et l’odeur ne dérange pas ...? Les chevaux s’y habituent, bien sûr ! Et sinon tu quittes ton fauteuil en crottin , pardon, en rotin, et tu grimpes au rideau. Oui, oui. Plus commode que de mettre les talons sur l’étalon, et que Dieu reconnaisse les siens, avec le risque les chiens aboient pendant que la caravane passe.
Merci, j’ai tout compris ! 
réponse à . chirstian le 23/12/2010 à 23h42 : merci de m’éclairer comme tu le fais. Je dois avouer que je ne conn...
Les chevaux s’y habituent, bien sûr !
 :&rsquo)
Si il y eu quelques combats pour le roi Georges le seul branle bas se déroule à l’ombre du cœur de ma mie:
Aux appels de cet étourneau...
Grand branle-bas dans Landerneau...
Tout le monde et son père accourent
Aussitôt lui porter secours.

Les paroles
Avant la joyeuse pagaille d’idées, de calembours, de plaisanteries en tout genre, de calembredaines, billevesées et autres coquecigrues souriantes, sans oublier le sympathique bor...el qui règne parfois sur ce mêêêrveilleux site !... bref, avant le branle-bas* du jour, voici un refrain du tendre Georges (l’autre), un refrain plein de charme et d’un brin de nostalgie...

Aux appels de cet étourneau
Grand branle-bas dans Landerneau,
Tout le monde et son père accourent
Aussitôt lui porter secours.


À cette page, vous avez les paroles et la voix de GB en cliquant dans le petit rectangle, à côté du titre.
* Yeess ! du premier coup ! 
réponse à . gerard5253 le 24/09/2014 à 00h14 : Si il y eu quelques combats pour le roi Georges le seul branle bas se dér...
Bonjour toi !
Battue d’une courte tête ! 
Tant pis : je laisse ; on en aura deux pour le prix d’une.
Ce bransle-là est "de village" [à cette page] ; il n’est ici que musical bien que joliment illustré et se rapporte au branle dont parlent quelques voisins du d’ssus, notamment l’Amiral @ 35.

C’est autre chose que le branle-bas de GB... mais j’aime bien. Z’êtes pas obligés d’écouter si la musique du XVIIe n’en ébranle pas une chez vous et ne fait pas bouger l’autre. Je parle des oreilles, ’videmment...
réponse à . DiwanC le 24/09/2014 à 01h30 : Bonjour toi ! Battue d’une courte tête !  Tant pis&n...
Oh moi maintenant je me fais plus trop d’illusions. Je sens bien que je sers plus à rien sur ce site.......a part peut être préparer le café.

M’enfin, comme de toute façon mes états d’ame on s’en branle............
réponse à . BOUBA le 24/09/2014 à 06h33 : Oh moi maintenant je me fais plus trop d’illusions. Je sens bien que je se...
Pourtant avec Germaine on a été sympa on t’a laissé tous les combats...*

*Libe, le monde le Figaro et même l’Huma si tu veux
réponse à . gerard5253 le 24/09/2014 à 08h33 : Pourtant avec Germaine on a été sympa on t’a laissé t...
Libe, l’Huma je veux bien mais le Monde et le Figaro c’est pas vraiment mon combat.......

Pas vrai, Germaine........
Et puis avec une expression pareille, vais as me gêner pour vous proposer cette chanson paillarde.

Après tout, 32 ans de fonction publique m’ont valu plus qu’une fois à mon tour de me faire traiter de branleur.......

Oh faites pas les offusqués, on a déjà eu droit à cette chanson sur le site......

J’vous mets que les paroles because c’est Jeannot qui chante........
Le monde n’est qu’une branloire pérenne, toutes choses y branlent sans cesse. Après cette citation de Montaigne, pas facile de rester en équilibre.
réponse à . BOUBA le 24/09/2014 à 08h39 : Libe, l’Huma je veux bien mais le Monde et le Figaro c’est pas vraim...
Ni tes Valeurs Actuelles sans doute 
Rhâââââââââ...........vade retro, Satanas !!!!!.............
DEVINETTE
Quel est le patelin des U.S.A., dans l’État de Géorgie, qui n’a jamais vendu un seul lit ?
- cette page
DEVINETTE
Quelle est la fille qui ne raconte jamais d’histoires à dormir debout ?
- l’cette page
- Combat de branle-bas !
- c’est des ordres, ça ?
- heu...non, c’est désordre, ça...
réponse à . momolala le 23/12/2010 à 09h43 : Mal branlée, bas la huppe, ce matin ?  Allez, comme eux, balan...
branle du chef en rythme

Je vois que madame est pour la promotion canapé !
réponse à . SyntaxTerror le 23/12/2010 à 17h03 : les hommes de quart marquant les demi-heures Décidément, j’a...
Pourquoi les hommes de quart marquent-ils les demies ?

Ils font comme Marceeel, pour faire l’addition !
réponse à . BOUBA le 24/09/2014 à 08h52 : Et puis avec une expression pareille, vais as me gêner pour vous proposer ...
Tu tends toujours la carotte le bâton pour te faire battre @4 de elpepe y’avait pourtant pas long à lire.
réponse à . gerard5253 le 24/09/2014 à 11h00 : Tu tends toujours la carotte le bâton pour te faire battre @4 de elpepe ...
Ah zut ! le seul post que j’ai pas lu...........pas de bol !

Un jus de carotte ?

Marceeeeeeeeeeeeeeeeeel !
réponse à . BOUBA le 24/09/2014 à 08h52 : Et puis avec une expression pareille, vais as me gêner pour vous proposer ...
Tiens pour me faire pardonner toutes les petites vacheries de ces derniers jours une petite que m’a soufflée joseta:

La famille Turber a acheté une propriété en Provence c’est le Mas Turber
réponse à . gerard5253 le 24/09/2014 à 11h25 : Tiens pour me faire pardonner toutes les petites vacheries de ces derniers jours...
Et pour retaper le mas, il utilisait la masse, Turber ?
- Quelle heure il est ?
- demande au Bran, l’heure...
Branle-bas de combat ! à vous tous d’ici et de plus loin ! Remuez-vous... tout ce que vous voulez remuer et rendez-vous chez Marcel parce que – si ce matin on avait deux mêmes chansons pour le prix d’une – main’nant on a deux z’anniversaires à souhaiter .
Et pas des moindres : ceux de deux pionniers d’Expressio qui ont essuyé les plâtres alors que le site n’était encore qu’un château branlant. Grâce à eux – et à quelques autres quand même ! – il est devenu ce maaagnifique édifice, centre de graaande culture... et de sooomptueuse dinguerie ! Alors, tous en chœur :
♫♪♫♪♪ Bonaniversaire Cotentine ! ♪♫♫♪
♫♪♫♪♪ Bonaniversaire chirstian ! ♪♫♫♪

Marceeel ! fais péter les bouchons !... comme on dit peu élégamment mais on a lu pire aujourd’hui, s’pas !
réponse à . BOUBA le 24/09/2014 à 08h52 : Et puis avec une expression pareille, vais as me gêner pour vous proposer ...
J’vous mets que les paroles because c’est Jeannot qui chante...
Merci de nous avoir épargné la voix de... l’autre !
Suis pas d’un naturel ronchon ni cul-serré (que n’en plus, c’est une cause de renvoi immédiat, dixit God himself), mais elle n’est pas des plus délicates ni des mieux écrites cette chanson... alors que notre poète sait être si fin, si subtil, si tendre.
Et s’il ne l’a jamais mise en musique, c’est peut-être qu’il voulait encore travailler le texte, ou qu’il l’a écrite pour s’amuser et pis c’est tout.

Cela dit, elle est bien utile quand l’inébranlable chef qu’est Sa Divinité nous propose : On boit un coup ou....
réponse à . BOUBA le 24/09/2014 à 11h24 : Ah zut ! le seul post que j’ai pas lu...........pas de bol ! Un...
Ah zut ! le seul post que j’ai pas lu...
T’as pas honte ? Et tu penses qu’on va te croire, suis sûre !
réponse à . mickeylange le 24/09/2014 à 10h54 : branle du chef en rythme Je vois que madame est pour la promotion canapé...
:&rsquo) Si l’amie Momo te colle une branlée* comme on dit souvent dans l’ouest, tu ne l’auras pas volée !

* une correction.
réponse à . DiwanC le 24/09/2014 à 01h24 : Avant la joyeuse pagaille d’idées, de calembours, de plaisanteries ...
... eh ben... "coquecigrues"... j’y croyais pas... quelle jolie rareté... et personne d’autre pour la relever ? ... il est vrai qu’aujourd’hui, ça sent bon le sable chaud...
réponse à . ipels le 24/09/2014 à 14h50 : ... eh ben... "coquecigrues"... j’y croyais pas... quelle jolie raret&eacu...
Ça ne sent pas que le sable chaud !
Ça sent aussi le soufre de l’enfer, celui que transporte sous son pied fourchu, le petit diable qui nous pousse à dire de grosses bêtises ! Et on se laisse pousser !

Ça sent la cour de récréation, celle des garnements qui aujourd’hui ont une certaine liberté de langage autorisée par God. Et on se récrait !
réponse à . DiwanC le 24/09/2014 à 14h13 : :&rsquo) Si l’amie Momo te colle une branlée* comme on dit souvent ...
Si l’amie Momo te colle une branlée* comme on dit souvent dans l’ouest, tu ne l’auras pas volée !
C’est Roch Hachana elle a autre chose à faire ! Et pis des promesses, que des promesses toujours des promesses...
pffff !
... mais... mais... c’est qu’on a retracė le "Roman du Pet au diable" ! ... et c’est un God qui précipite tout le monde dans l’Hadès ! Dire que je fus servant de messe jadis... avoir connu alors ces chansons de carottes et de salsa... j’aurais eu drôlement peur de brûler "en réalgar, en arsenic rocher, en orpiment, en salpêtre et chaux vive..." [Villon] -la suite est encore moins jolie-
... lors je sais maintenent qu’il est faux de prėtendre que là où y a de la géhenne, y a pas de plaisir ! ... Mark Twain : "Go to Heaven for the climate, Hell for the company."
réponse à . DiwanC le 24/09/2014 à 13h06 : Branle-bas de combat ! à vous tous d’ici et de plus loin ...
C’est gentil de ne pas nous avoir oubliés, mon presque-jumeau Chirstian et moi ! et "branle-bas de combat" pour retrouver assez de bougies pour orner le gâteau ... et combien en faut-il ? le Chat (Geluck) dirait : "en divisant l’âge par 4 et en multipliant par 2 le double du résultat, on obtient le nombre de bougies nécessaires" 
un "pionnier" est une personne qui défriche les contrées inhabitées, le site d’Expressio est loin d’être en friche ou désertifié ... je constate que du beau monde y vit encore joyeusement !
NPO (Ne Pas Oublier) qu’un défricheur de la 1ère heure devient vite, en quelques années, un vétéran (Personne qui a une longue pratique dans une activité)
merci de ta jolie musique, Germaine !
N'as-tu jamais encore
Appelé de tes vœux
L'amourette qui passe
Qui vous prend aux cheveux
Qui vous compte des bagatelles
Qui met la marguerite
Au jardin potager
La pomme défendue
Aux branches du verger
Et le désordre à vos dentelles


Amourette… bagatelle… pomme défendue… désordre dans les dentelles… Tout n'est-il pas réuni pour mettre le branle-bas de combat dans le cœur d'Ulysse ?

La belle histoire est et le beau Georges vous la chante. Écoutez…

Il n'y avait pas de branle bas de combat sur ce rafiot qui

naviguait en père peinard
Sur la grand'mare des canards


Sauf sans doute

Quand l'un d'entre eux manquait a bord

ou bien au p'tit déj' quand le café n'était pas prêt....

Branle bas de combat ! qu'y disait not' God...

Ben alors y'en a qu'ont pas entendu... Ou alors se sont déjà tous fait ratatiner ?... Ou alors z'ont entendu que le premier mot ?...

Eh oh ! Branle bas de combat ! il a dit le Chef !!!

- T'as r'trouvé du boulot ?
- Nan !
- Mais alors qu'est-ce tu branles ?
- Ben... moi !
S'il y a combat, il y a ennemi :

L'ennemi, c'est le Messie.
Sa simple existence suffit à dynamiser l'être humain.
Grâce à l'ennemi, ce sinistre accident qu'est la vie devient une épopée.
Ainsi, le Christ avait raison de dire : « Aimez vos ennemis. »
Mais il en tirait des corollaires aberrants : il fallait se réconcilier avec son ennemi, tendre la joue gauche, etc.
C'est malin ! Si l'on se réconcilie avec son ennemi, il cesse d'être son ennemi.
Et s'il n'y a plus d'ennemi. Il faut s'en trouver un autre : tout est à recommencer.
Comme quoi ça n'avance à rien.
Donc, il faut aimer son ennemi et ne pas le lui dire.
Il ne faut en aucun cas envisager une réconciliation.
L'armistice est un luxe que l'être humain ne peut pas se permettre.
La preuve, c'est que les périodes de paix aboutissent toujours à de nouvelles guerres.
Tandis que les guerres se soldent généralement par des périodes de paix.
Comme quoi la paix est nuisible à l'homme, alors que la guerre lui est bénéfique.
Il faut donc accepter les quelques nuisances de la guerre avec philosophie.


Extrait de Le sabotage amoureux – Amélie Nothomb
réponse à . Mintaka le 31/05/2016 à 09h24 : S'il y a combat, il y a ennemi : L'ennemi, c'est le Messie....


Les écrits de Mademoiselle Nothomb m'intéressent peu en général, mais je dois avouer que cet extrait est savoureux.

Tout à fait autre : il paraît que «l'épisode pluvieux» que nous subissons depuis 3 jours en France «provient de Belgique»*... Vous auriez pas pu vous le garder, non ?


* C'est ce que je viens de lire ici au 2e paragraphe.
LE JEU DES MOTS CACHÉS (223)
Découvrez, dans le texte ci-dessous 28 batailles de l'histoire de France .
Ce jeu des batailles, n'est guerre guère facile...


- Hello, Line ! Où tu cours comme ça ?
- Je vais voir si notre ami le pharmacien peut me coseiller, mon mari ne peut plus bouger, et on n'est pas forts nous en médecine...
- C'est grave, Line ?
- Je te l'ai dit on ne connait pas un mot de médecine, mais ça n'a pas bonne mine, c'est pas des vannes ! Hier, en dinant , soudain, il me dit: “ça me gêne ici...” “À quel endroit”, lui-dis-je, car ta gène est la mienne”! et il me répondit qu'il ne pouvait pas préciser... mais c'est soit son dos, soit ses reins...un cas rare...
- Ah, laisse ton pharmacien et allez plutôt à l'hôpital...et si je m'en mêle, c'est pour vous aider, crois-moi !
- À la clinique ? Comment ? Sans lit c'est pas possible, il ne peut pas faire un pas !
- Alors en ambulance, mais allez-y à l'hôpital ! Les pharmaciens, ce sont les pires amis des docteurs, car souvent leur diagnostic n'est pas juste !
- Tu as peut-être raison, j'aurais mieux fait d'appeler une ambulance et c'est que je me fais du souci, après souper, je lui dis: “Allons nous coucher, ça passera en dormant...” Et ce matin, c'était pire ! Mais tu sais comme il est près de ses sous, tout-à-l'heure il me lance: “ça nous coûtera encore des ronds, ça...ah, sors pas, ça va pas durer, va !” En plus, rien ne lui fait jamais peur !
- Ton mari à beau avoir du cran, mais il doit voir un spécialiste !
- Ouais, sans toi, je serais en train de perdre mon temps...ah, nos amis sont toujours si utiles...
- Dame ! en tant qu'infirmière, je suis bien placée pour savoir de quoi je parle...
- Merci, Monique !

réponse à . Ratanak le 31/05/2016 à 09h32 : Les écrits de Mademoiselle Nothomb m'intéressent peu en gé...
Tout fout l' camp mon pôv Monsieur...

Il fut un temps où, d'un claquement de doigt, on arrêtait le dangereux nuage venu de l'Ukraine lointaine...

Aujourd'hui, on regarde passer les nues belges et pluvieuses sans réagir...

Où va-t-on, mais où va-t-on ?

réponse à . joseta le 31/05/2016 à 11h03 : LE JEU DES MOTS CACHÉS (223) Découvrez, dans le texte ci-dessous...
Peste diable boufre ! C'est pas de la tarte le jeu aujourd'hui.

Première lecture : 11 lieux qui pourraient être des batailles, mais va falloir que je trouve les 17 autres... et que je vérifie que ce sont bien des batailles !

Bon à plus tard pour d'autres nouvelles ! 
réponse à . joseta le 31/05/2016 à 11h03 : LE JEU DES MOTS CACHÉS (223) Découvrez, dans le texte ci-dessous...
11 seulement...J'attendrai le soir pour avoir la solution... L'Histoire ne m'a jamais passionnée ; suis juste un peu moins mauvaise qu'en football !

Transmets mes vœux de prompt rétablissement au mari de Madame Line !

Conseil à un joueur de tennis de Madrid, devant jouer à Bran
- Ici, le filet est plus haut qu'ailleurs,donc tu feras souvent là à Bran, let, espagnol...
réponse à . DiwanC le 31/05/2016 à 12h23 : 11 seulement...J'attendrai le soir pour avoir la solution... L'Histoire ne m'a j...
Le jeu des batailles n'est pas bath ? aïe....
Désolé.
Comme j'ai fait mon service dans la Marine, vous comprendrez que le branle-bas de combat me fasse évidemment penser au rappel aux postes de combat.

Lorsque l'on embarque sur un bâtiment de la Marine Nationale, on découvre vite qu'il y a chaque jour un exercice de sécurité du style "alarme incendie en D321". Et on apprend vite que la lettre désigne la tranche (numérotée de la proue à la poupe), le 1er chiffre le niveau (ou étage : pont ou faux-pont) etc...
Cela permet vite de connaître le bâtiment de fond en comble et de s'y repérer presque les yeux fermés.

Ca, c'est à quai.
Mais on te dit que quand on prend la mer, l'exercice sécurité est remplacé par un rappel aux postes de combats.
Et je demande naïvement à un marin plus ancien à quoi ressemble le signal de ce rappel.
Il m'a répondu en rigolant "t'inquiète pas tu comprendras".

Effectivement j'ai compris !
Vous imaginez le klaxon d'un train ?
C'est ça, mais quand on est dans un lieu clos et assez restreint, ça décape !
surtout que ça dure... je ne sais plus, peut-être 30 secondes ininterrompues.
Et dès la 1ère seconde, ça se met à courir partout, chacun rejoignant son poste.
Heureusement que chacun sait où aller !

Et "ils" nous font ça tous les jours, mais jamais à la même heure, sinon ça ne serait pas drôle, si on n'était pas surpris !

Souvenirs...

Et dire que je ne sais même pas si l'Amiral d'Expressio a fait son service dans la Marine...
réponse à . DiwanC le 31/05/2016 à 12h03 : Tout fout l' camp mon pôv Monsieur... Il fut un temps où, d'un cla...
C'est pas pour dire, mais en 1986, c'était un service public sous la tutelle du Ministère de la Santé qui a bloqué le nuage, c'est maintenant un Institut de droit privé qui compte les gouttes qui tombent ...
réponse à . joseta le 31/05/2016 à 13h07 : Le jeu des batailles n'est pas bath ? aïe.... Désolé....
Ne sois pas désolé ! Il en faut pour tous les goûts.
réponse à . gonalzako le 31/05/2016 à 13h12 : Comme j'ai fait mon service dans la Marine, vous comprendrez que le branle-bas d...
Si deLassus te lit, lui qui connaît son "Amiral" par coeur... si Lange vole par ici, lui qui fut le complice, l'ami... ils te le diront certainement.
réponse à . Mintaka le 31/05/2016 à 17h32 : Guy Montagné : branle-bas de combat chez Les marins bègues....
Ta sœur c'est pas un canon, c'est un boulet et personne ne veut la tirer !
 
Branle-bas de combat, tout le monde sur les pont... d'Avignon ? 
réponse à . Jacques1949b le 31/05/2016 à 18h30 : Branle-bas de combat, tout le monde sur les pont... d'Avignon ? ...
Et gnon, et gnon, petit patapon.
Pfffff...J'en ai terminé les cheveux en bataille !
1) EYLAU (hello) [Campagne de Prusse et de Pologne, 1807]
2) FORNOUE (forts, nous) [Première Guerre d'Italie, 1495]
3) GRAVELINES (grave, Line ?) [Onzième Guerre d'Italie, 1558]
4) MEAUX (mot) [Guerre de Cent Ans, 1421/22]
5) BONN (bonne) [Guerre de Hollande, 1673]
6) VANNES [Guerre de Cent Ans, 1342]
7) DINANT [Première Guerre Mondiale, 1914]
8) GÊNES (gêne) [Sixième Guerre d'Italie, 1522]
9) ISSY (ici) [Campagne de France, 1815]
10) KEHL (quel) [Guerre de Succession de Pologne, 1733]
11) CARTHAGÊNE (car ta gêne) [Guerre de Trente Ans, 1643]
12) SOISSONS (soit son...) [Clovis I, 486]
13) ARAR (cas rare) [Guerre des Gaules, - 58]
14) ALÈS (ah,laisse) [Rébellions Huguenotes, 1689]
15) MELLE (mêle) [Guerre de Succession d'Autriche, 1745]
16) SENLIS (sans lit) [Première Guerre Mondiale, 1914]
17) ALÉSIA (allez-y à...) [Guerre des Gaules, - 52]
18) PYRAMIDES (pires amis des) [Campagne d'Égypte, 1798]
19) AURAY (j'aurais) [Guerre de Cent Ans, 1364]
20) DORMANS (dormant) [Guerre de Religion, 1575]
21) LENS (lance) [Guerre de Trente Ans, 1648]
22) COUTRAS (coûtera) [Guerre de Religion, 1587]
23) AÇORES (ah, sors...) [Guerre de Quatre-Vingts-Ans, 1582]
24) CRAN [Amérique du Nord, 1758]
25) OUESSANT (ouais, sans...) [Guerre de la Première Coalition, 1794]
26) HANAU ( ah, nos) [Campagne d'Allemagne, 1813]
27) DAMME (Dame !) [Guerre Franco-Anglaise, 1213]
28) PLASSEY (placée) [ Asie, 1757]
Voilà !
réponse à . DiwanC le 31/05/2016 à 16h19 : Si deLassus te lit, lui qui connaît son "Amiral" par coeur... si...
si Lange vole par ici,

Si tu me traite de voleur je porte plainte.
En tant que marin (entre autre le ferryboite) et avec mes ailes ils m'ont mis dans l'aéronavale.
Le Pépé n'a pas fait son service dans la marine car il n'y avait pas de bateaux de guerre à voiles* et il n'avait pas de hamac.

* il était trop jeune pour avoir connu les trirèmes.
réponse à . joseta le 31/05/2016 à 18h46 : Pfffff...J'en ai terminé les cheveux en bataille ! 1) EYLAU (he...
Pfffff moi aussi ! 

J'avais fini par trouver - laborieusement - 28 lieux possibles de bataille, dont 4 pas très, voire pas du tout convaincants... et qui ne sont pas des tiens.

Je n'ai pas vu Meaux, Issy, Kehl et Plassey.

J'avais aperçu la bataille des Îles d'HYÈRES (hier) [1795], à laquelle il manquait "simplement"... les îles ; celle de FÈRE (faire) [1815], qui aurait du être Champenoise ; et celle de la SERRE (serais) [1918], sans son article.

Un peu plus convaincante, la Bataille du RHIN (reins) [1940] nom par lequel on désigne usuellement les combats qui eurent lieu en Alsace.

L'ÉPIRE (c'était pire) m'a intrigué, mais après vérification, s'il y a bien eu des armées d'occupation franco-italiennes dans cette province disputée entre la Grèce et l'Albanie en 1916-1920, il ne semble pas qu'elles y aient livré bataille.

Conclusion : faudrait que je révise mon histoire de France ! 
réponse à . joseta le 31/05/2016 à 18h46 : Pfffff...J'en ai terminé les cheveux en bataille ! 1) EYLAU (he...
SENLIS (sans lit) [Première Guerre Mondiale, 1914]

Petite précision, probablement un raté de copier/coller quand tu as rédigé la correction : SENLIS = sans lit c'est (C' inclus) car le S final se prononce. 

Et j'oubliais : les historiens te sauront certainement gré d'avoir gravé dans le marbre la bataille d'ARAR (cas rare)... 
réponse à . joseta le 31/05/2016 à 18h46 : Pfffff...J'en ai terminé les cheveux en bataille ! 1) EYLAU (he...
Eh, ben !
Même pas la moitié !
Dire que j'ignorais que les Allemands étaient arrivés jusqu'à Senlis (qui se prononce Senlisse) en 1914.
Tiens, en retournant le terrain hérité de mes aïeux, j'ai une fois de plus retrouvé une cartouche anglaise perdue pendant les combats de 1916.
réponse à . Ratanak le 31/05/2016 à 19h41 : SENLIS (sans lit) [Première Guerre Mondiale, 1914] Petite précisio...
et Syntax
Je dois avouer que j'hésitais entre: 'SENLI' et 'SENLISS', c'est pour ça que j'ai voulu assurer le coup avec le 'c'..que j'ai effectivement oublié dans la solution. Mais c'est vrai que je n'avais aucune certitude !
réponse à . Ratanak le 31/05/2016 à 19h32 : Pfffff moi aussi !  J'avais fini par trouver - laborieusement - 28 li...
La Bataille du Rhin: c'est 'dur,hein ?' de tout voir...là, j'avais pas vu.
'Fère' pas vue non plus...qu'est-ce que tu veux 'faire' ?
réponse à . joseta le 31/05/2016 à 20h43 : et Syntax Je dois avouer que j'hésitais entre: 'SENLI' et 'SENLISS', c'es...
Le nom de Senlis provient des sables mouvants tout autour de la commune : les gens s'enlisent dedans.
réponse à . Mintaka le 31/05/2016 à 21h04 : Le nom de Senlis provient des sables mouvants tout autour de la commune : l...
Pas du tout, l'explication est qu'il n'y avait pas de fleurs de lys, d'où "sans lys".
réponse à . Alnitak le 31/05/2016 à 21h11 : Pas du tout, l'explication est qu'il n'y avait pas de fleurs de l...
Si je comprends bien, les gens s'enlisent sans lys et sans lisses (ou sans lices) aux balustrades inexistantes.
réponse à . Mintaka le 31/05/2016 à 21h04 : Le nom de Senlis provient des sables mouvants tout autour de la commune : l...
C'est vrai que la Mer de Sable n'est pas bien loin.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Branle-bas (de combat) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?