Etre à la côte - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Etre à la côte

Être sans ressources, sans argent

Origine

Le mot 'côte' a de nombreuses acceptions.
Alors à votre avis, de quoi parle-t-on ici ? De la côte d'agneau, la côte de maille, la côte d'Azur ou bien la course de côte ? Laquelle de ces côtes peut bien avoir un lien avec la pauvreté ?

Eh bien, même si on sait que la côte d'Azur est très loin d'être envahie de "salauds de pauvres"[1], c'est pourtant bien d'elle, comme de tout autre bord de mer qu'il est question ici.
Car cette expression, qui date du milieu du XIXe siècle dans son sens métaphorique indiqué, nous vient directement du monde maritime au XVIIe siècle. En effet, à cette époque, "aller à la côte" signifiait "faire naufrage", par allusion au bateau allant se fracasser sur la côte.

Par extension, "envoyer quelqu'un à la côte" et "mettre à la côte" ont voulu dire respectivement "s'en débarrasser" et "ruiner", la deuxième locution laissant supposer que le bateau naufragé était la seule richesse de son possesseur auquel il ne restait plus que ses yeux pour pleurer.
C'est ainsi que "côte" est devenu l'équivalent de "pauvreté" et qu'on a vu également apparaître le "frère de la côte" qui désignait le "compagnon de misère".

[1] Attention, il ne s'agit aucunement là d'un qualificatif personnel, mais simplement, puisqu'il est question de pauvres, du joyeux rappel d'un extrait d'une scène culte du film "La traversée de Paris" avec Jean Gabin, Bourvil et Louis de Funès dans lequel le premier, accompagnant Bourvil qui travaille pour un trafiquant au marché noir, se lance dans une diatribe contre les 'pauvres' présents dans le bar où a lieu la scène (grand moment à voir et revoir ici Lien externe).

Exemple

« Il a pensé à moi parce qu'il s'est dit que je suis à la côte, donc prêt à accepter n'importe quoi, à n'importe quel prix. »
Emmanuel Roblès - Federica - 1954

« Il aura affirmé que je suis à la côte, qu'on ne sait pas comment je vis et qu'on aura ma demeure pour un morceau de pain. »
Edmond Jaloux - Les amours perdues - 1919

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre à la côte » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Pays de Gallescy Bod heb ddimai goch y delynÊtre sans le sou rouge de la harpe
Allemagnede Blank seinÊtre fauché(e)
Angleterreen To be down and outÊtre par terre et dehors
États-Unisen to be brokeêtre cassé
Angleterreen To be skintAvoir la peau a vif
Angleterreen To be skintÊtre fauché(e)
Espagnees Estar en las últimas.Être aux dernières.
Espagnees Estar sin blanca / sin un duro / estar pelado(a)Être sans un sou / sans un rond / pelé(e)
Espagnees Estar tiesoÊtre raide
Espagnees Estar a dos velasÊtre avec deux bougies (pour constater la ruine)
Italieit Essere al verdeEtre au vert
Italieit Essere all'angoloÊtre au coin
Italieit Essere al gancio Être au crochet
Belgique (Flandre)nl Op zwart zaad zittenÊtre sur des grains noirs
Pays-Basnl Aan de grond zittenÊtre à la terre
Pays-Basnl Aan lager wal zittenÊtre au côté sous le vent
Brésilpt Estar sem um puto no bolsoEtre sans un putain dans sa poche
Roumaniero A fi la pământÊtre à terre
Slovaquiesk Byt na mizineÊtre sans ressources

Vos commentaires
Ah ben là, c’est net, God : l’expression vient de la Marine. De la Marine de Saint-Raphaël, pour être précis, car les marins du coin sont spécialistes de l’échouement sur le Lion de Terre, en sortant du port de Santa Lucia.
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 00h10 : Ah ben là, c’est net, God : l’expression vient de la Mar...
Pfffff !
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 00h10 : Ah ben là, c’est net, God : l’expression vient de la Mar...
eh bien on se rend compte que tu ne connais pas vraiment les côtes du Cotentin ! Tu n’as qu’à lire (ou relire) "Les Trois vies de Babe Ozouf". Didier Decoin raconte bien comment avec des lanternes, "ils" obligeaient les bateaux à aller à la côte pour s’y fracasser ... pas très compliqué avec ce foutu Raz Blanchard ! d’autant que le phare n’a été construit qu’en 1834 et que le bateau de sauvetage de Goury n’intervenait pas encore !
réponse à . cotentine le 16/03/2010 à 00h39 : eh bien on se rend compte que tu ne connais pas vraiment les côtes du Cote...
Je préfère les côtes en thym de la Corse... 
Avec une telle expression - et les interventions des "fortunés de la mer*" - va y avoir des nauséeux dans les coursives aujourd’hui !

* façon O. de Kersauson
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 01h03 : Avec une telle expression - et les interventions des "fortunés de la mer*...
Bon : je l’ai déjà dit, je me répète, pas besoin d’être milliardaire, ni même millionnaire, pour naviguer malin et pour pas cher. Suffit d’être suffisamment passionné pour le vouloir. Mais c’est du boulot ! Beaucoup de connaissances à acquérir, naviguer avec beaucoup plus marin que soi pour apprendre, savoir tout réparer avec des bouts de ficelle ou presque... Une semaine de navigation en location, par personne, ne revient pas plus cher que louer une villa sur la côte, en se démerdant bien. Et il y a des formules encore plus économiques : louer ses services, donc juste participer à la caisse de bord (avitaillement, carburant, places de ports pour l’essentiel), contre les quarts, la nav en sécurité d’un équipage pas manchot... Plein de propriétaires de beaux bateaux embarquent des équipiers , juste pour ne pas naviguer seuls.
""La traversée de Paris" avec Jean Gabin, Bourvil et Jean Carmet "...

... c’est Fufu qui va être content...
Il est dit souvent qu’avoir un bateau, c’est 2 jours de bonheur, le jour où tu l’achètes et le jour où tu le vends. Ben moi, j’suis pas tout à fait d’accord... Cependant....Néanmoins....Il y a matière à discution.
Pour naviguer malin et pas cher, c’est mieux sur le bateau des copains.
Quant à l’expréssion du jour, je ne la connaissais pas. Avoir la cote (sans assen) oui, être à la côte, non.
Bzzous à toutes et tous.
Il faut donc avoir la cote pour ne pas être à la côte. Encore une histoire d’avoir et être, n’est-ce pas ?
réponse à . <inconnu> le 16/03/2010 à 02h25 : Il est dit souvent qu’avoir un bateau, c’est 2 jours de bonheur, le ...
Vas-tu bien, lointaine amionaute ? J’ai aperçu ton retour mais n’étant que de passage, je ne t’ai point saluée. C’eût été un coup de vent de trop. Si tu es à la côte dans le monde réel, j’espère que la métaphore que nous décrit God ne s’applique néanmoins pas à toi.
Cher God, il me semble qu’il conviendrait de signaler qu’il y a une chausse-trappe avec "côte".
S’agit-il de "côte"ou de "cote"  ?

La cote qui est la mesure de dimension d’un objet a également donné l’expression "être à la cote", qui signifie que ledit objet respecte la ou les dimensions imposées pour sa fabrication.
Dans beaucoup de métiers, que ce soit dans l’industrie ou le Bâtiment, on dit "Je suis à la cote" au lieu de dire comme on le devrait : ma pièce est aux cotes (longueur, largeur, hauteur, angle, rayon, etc.)
A bonne mortaise, le tenon est à la bonne cote !
réponse à . cotentine le 16/03/2010 à 00h39 : eh bien on se rend compte que tu ne connais pas vraiment les côtes du Cote...
Selon des lectures de totale et matinale découverte pour moi (et dont je t’épargne les liens !), les seigneurs d’Ancien Régime pouvaient s’appuyer sur l’article 583* de la Coutume de Normandie, traitant du "droit de varech et choses glaives**"
"...sont comprises toutes les choses que l’eau jette à la terre par tourmente ou fortune de mer, ou qui arrivent si près de terre qu’un homme de cheval y puisse toucher avec sa lance."
* Article aboli en 1791
** Choses glaives : perdues et non réclamées

Mais attirer volontairement avec des lanternes un bateau pour qu’il se fracasse sur les rochers était puni de mort.
réponse à . JanusBozyeux le 16/03/2010 à 06h11 : Cher God, il me semble qu’il conviendrait de signaler qu’il y a une ...
Cher Janus, il semble que tes beaux yeux n’étaient pas encore bien ouverts tout à l’heure  : God a dans toute sa présentation mis un bel accent circonflexe au mot côte. Il s’agit donc bien de côte (maritime, comme n’a pas manqué de le souligner notre distingué Amiral).
En toute amitié.
réponse à . AnimalDan le 16/03/2010 à 02h02 : ""La traversée de Paris" avec Jean Gabin, Bourvil et Jean Carmet "... .....
Bonne remarque !
Un moment d’égarement...
Ben moi aussi, je suis à la côte, mainant. Et demain, j’espère que j’aurai la cote.
Sinon, il n#y aura plus que la cote de mailles qui m’aille, pour m’éviter de prendre une volée de bois vert...
Séoul, tu me saôules!
réponse à . file_au_logis le 16/03/2010 à 06h57 : Ben moi aussi, je suis à la côte, mainant. Et demain, j’esp&e...
Bon voyage, bonnes conférences, et n’oublie pas le conseil de Kim-Chee : spa !
Je ne suis jamais allé à la Côte d’Or à Saulieu.
Maintenant, Bernard Loiseau nous a quittés, et son établissement porte son nom.

cette page
réponse à . file_au_logis le 16/03/2010 à 06h57 : Ben moi aussi, je suis à la côte, mainant. Et demain, j’esp&e...
Tu en as déjà assez d’être le petit Shiva à défaut d’être le Grand Man-itou de cette conférence coréenne ? Tu remarques que je n’ai pas écrit le petit Faitout, que celui-là est déjà à l’Elysée avec la Grande Sauteuse ai-je appris récemment sur le Canal 12.
En tricot, pour être à la côte, il ne faut pas faire de mousse.
Pas trop forcer sur le Saint-Nicolas de Bourgueil.
Quand God va à la côte ça donne Eve. Et comme il le dit ça veut dire "ruiner"

Non les filles pas dans les côtes.
Et oualà comment on se retrouve à la côte, dans le brouillard, avec plus d’eau à courir sous la quille qui tosse avant de défoncer les fonds ballottés par la houle, et devoir se résoudre à abandonner l’éditeur de partoche, moins utile que la survie dans ce cas. Une fortune de mer, on appelle ça ! Mais bon, ça arrive même à de grands marins, un moment d’égarement. Et les chantiers de l’atelier Clés De Douze te reconstruisent une unité plus grande, plus belle et mieux équipée, pour des courses encore plus lointaines et performantes.
Ne pas confondre être à la cote avec être à la côte, sinon gare à la coque... :&rsquo)
Personnellement les œufs sont à la cote lorsqu’ils sont bien à la coque 
réponse à . momolala le 16/03/2010 à 08h40 : En tricot, pour être à la côte, il ne faut pas faire de mouss...
Heu, être à la cote pour pour un tricot à la côte* 
* bien côtelet, quoi...
c’est parce que Expressio a la côte, que God n’est pas à la côte.
normalement les entreprises rêvent d’être à la côte. Et celles qui y sont -surtout les 40 premières- ne sont pas vraiment à la côte. Allez vous y retrouver !
réponse à . <inconnu> le 16/03/2010 à 02h25 : Il est dit souvent qu’avoir un bateau, c’est 2 jours de bonheur, le ...
Pour naviguer malin et pas cher, c’est mieux sur le bateau des copains
Tu veux parler du yacht de l’ami Vincent (Bolloré) ? En formule "découverte", le bateau des copains, c’est l’idéal en effet. Mais si tu chopes le virus de la nav, il faut vite se rendre à l’évidence : les copains ne suffisent pas à assouvir ton vice, et il faut bien y aller aussi de tes deniers pour acheter ta liberté... de manœuvre.
réponse à . deLassus le 16/03/2010 à 06h38 : Cher Janus, il semble que tes beaux yeux n’étaient pas encore bien ...
Pourquoi ? cela me rappelle une vieille chanson:
"la montera-tu la côte, la côte, la montera-tu la côte feignant"
Mais apparemment elle n’est pas sur YouTube 
Deux qui étaient à la côte pour le bon motif, le meilleur qui soit, en hommage à Jean Ferrat et à son Isabelle :
"La mer sans arrêt
Roulait ses galets
Les cheveux défaits
Ils se regardaient
Dans l’odeur des pins,
Du sable et du thym
Qui baignait la plage
Ils se regardaient, tous deux sans parler
Comme s’ils buvaient l’eau de leur visage
Et c’était comme si tout recommençait...
Ecoutez cette page
vous les avez toutes sorties de bon matin...
de maille...d’Adam...d’Armor...
J’essaie, côt. que côt. d’en sortir une.
Oualou...
réponse à . momolala le 16/03/2010 à 05h44 : Il faut donc avoir la cote pour ne pas être à la côte. Encore...
Ah ben oui. On a toujours une fâcheuse tendance excessive à privilégier l’un au détriment de l’autre, car l’art du compromis intérieur est une navigation difficile. Et pour parler bateau(x), on peut même en oublier que c’est juste un moyen, et que le but est bien ailleurs. Comme l’équipement d’un alpiniste, d’un plongeur, ou de tout autre "conquérant de l’inutile" d’ailleurs. Mais la part du rêve est si grande, et la vie si courte, qu’on peut avoir envie de brûler les chandeliers par les deux bouts. Si, si, c’est permis ! Il faut juste s’autoriser à rêver... avec raison.
réponse à . file_au_logis le 16/03/2010 à 06h57 : Ben moi aussi, je suis à la côte, mainant. Et demain, j’esp&e...
Pour tricoter les côtes, aux poignets de ta cotte de mailles, demande à Cocotte.
réponse à . <inconnu> le 16/03/2010 à 10h08 : vous les avez toutes sorties de bon matin... de maille...d’Adam...d&rsquo...
Il en est certaines qu’il n’est pas séant de sortir, surtout en public 
réponse à . chirstian le 16/03/2010 à 09h56 : c’est parce que Expressio a la côte, que God n’est pas à...
donc, il n’a pas... la cote qui est similaire à celle de (choisissez):
- l’arpenteur,
- l’architecte,
- du dessinateur
- l’armurier
- de l’armateur, pour déterminer la taille de ses bateaux et leurs tyran d’eau

Cpt Lahuche
et pour terminer, une bonne côte de bœuf en grillade... avec un petit rosé de Provence (pa exemple) ou un côte du Rhône
On utilise, en navigation, l’expression "aller à la côte" ou "aller au sec" pour signaler au barreur qu’on vient de passer une mouette qui avait pied, et qu’il est temps qu’il vire de bord, pour retrouver de l’eau à courir.
A côté, l’arête a tété Carole. Côtre a étalé, et le réa cota ale carottée.

Anna Héchouay
Tosse, c’est certes un terme de marine cette page,
mais aussi le nom d’une commune des landes: cette page
La côte du Rhône c’est mieux que la côte d’Armor, qui est très beurden.
la biscôte est une côte-rôtie.
La tri côte n’est pas encore triée (comme les rats)
la côte d’ivoire a aussi son Mans, sans "s" et sans rillettes.
la côte hurne, non là vous confondez avec le cap Horn.
réponse à . <inconnu> le 16/03/2010 à 11h38 : Tosse, c’est certes un terme de marine cette page, mais aussi le nom d&rs...
Allô Tonton pourquoi tu tosses ?
STOP STOP arrêtez tout, on atteint la cote d’alerte !!!  :&rsquo)
Cela reviendrait à dire qu’on est sur la paille, et que, à force de ne plus rien avoir à manger, on nous voit les côtes.

Je profite de ce passage parmi vous pour saluer et souhaiter la bienvenue à tous les nouveaux (il m’a semblé en voir plusieurs). 
réponse à . AnimalDan le 16/03/2010 à 02h02 : ""La traversée de Paris" avec Jean Gabin, Bourvil et Jean Carmet "... .....
Ça fait plaisir de te relire 
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 16/03/2010 à 12h16 : STOP STOP arrêtez tout, on atteint la cote d’alerte !!!  ...
Quand la côte-part, la cote d’alerte est dépassée et si t’as pas la cote, vaut mieux accepter une cote mal taillée que de te retrouver côte à côte avec un cotre qui n’est plus coté.
réponse à . deLassus le 16/03/2010 à 07h20 : Je ne suis jamais allé à la Côte d’Or à Saulieu...
Je ne suis pas à la bonne page, mais je voulais te dire que ton exercice de style de l’autre jour (au sujet duquel tu félicitais chirstian) était très réussi. 

Suis-je hors sujet? C’est pas grave, je vous demande un peu d’indulgence, de plus, l’expression du jour ne m’inspire point 
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 10h14 : Ah ben oui. On a toujours une fâcheuse tendance excessive à privil&...
brûler les chandeliers par les deux bouts
Là, il faut une explication espéciale. Si tu veux "brûler les chandeliers par les deux bouts". Pour une des extrémités, encore on pourrait comprendre, il suffit d’enflammer la chandelle, et certes avec le temps le chandelier finira peut-être par s’enflammer. Mais pour l’autre bout, il faut qu’il y ait le feu au meuble sur lequel il est posé, autrement comment veux-tu ?
Et là, je ne te dis pas les conséquences, du genre de ce que l’on peut imaginer :

"Et c’est en ramassant la pelle
Qu’il renversa toutes les chandelles
Mettant le feu à tout l’château ….."

cette page (N’ayant pas les son sur mon ordi, je ne suis absolument pas sûr de la qualité du lien)
réponse à . horizondelle le 16/03/2010 à 12h24 : Je ne suis pas à la bonne page, mais je voulais te dire que ton exercice ...
Qu’ouïs-je ? Une expression venant de la Marine, et ça ne t’inspire pas ? Tout fout le camp à la côte...
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 16/03/2010 à 12h16 : STOP STOP arrêtez tout, on atteint la cote d’alerte !!!  ...
Donc, on est à la côté ? alors, il faut arrêter de ramer sinon on attaque la falaise... :&rsquo)
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 16/03/2010 à 12h38 : brûler les chandeliers par les deux boutsLà, il faut une explicati...
Le son n’y est pas sur ce lien, par contre celui-ci est fonctionnel: cette page
réponse à . mickeylange le 16/03/2010 à 12h20 : Quand la côte-part, la cote d’alerte est dépassée et s...
Et la quote-part, elle se retrouve à la côte !!!
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 16/03/2010 à 12h38 : brûler les chandeliers par les deux boutsLà, il faut une explicati...
Sur un voilier moderne, les chandeliers sont les tiges d’acier inoxydable qui sont fixées verticalement tout autour du pont, entre le balcon avant et les balcons arrière, et qui supportent deux rangées de filières, afin de sécuriser les déplacements des équipiers en manœuvre, vers le pied de mât ou les voiles d’avant. Et ces chandeliers-là, pour les brûler même par un seul bout, t’as le bonjour d’Alfred. Donc, il faut lire ma prose comme une métaphore maritime, et rien de plus. Ni de moins, hein ! 
réponse à . mickeylange le 16/03/2010 à 11h42 : La côte du Rhône c’est mieux que la côte d’Armor, ...
La côte du Rhône
Côtes de Provence cette page, Corbières, Montbazillac, c’est bien aussi... de même qu’en Entre deux mers, miam... Tous très goulayants !
et après on chante “yo ho et une bouteille de rhum”, mais alors c’est pour le coup que l’on retrouve à la côte...
réponse à . horizondelle le 16/03/2010 à 12h24 : Je ne suis pas à la bonne page, mais je voulais te dire que ton exercice ...
C’est étonnant comment les histoires de "côtes" ne semblent pas inspirer les femmes en général (voir mondouble au #30) ! Pourtant si je me souviens bien de ma scolarité, les femmes ont une côte de plus que les hommes, non ?
Mais c’est sans doute parce qu’elles ne sont pas dotée cotée en bourse hihihi
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 12h46 : Sur un voilier moderne, les chandeliers sont les tiges d’acier inoxydable ...
et avec une bonne lance thermique ? ou avec un bon chalumeau dit oxydrique ?
nota: bien des choses écrites ici auraient inspirées ce cher Jrean-Charles: «le trait d’union fait la force” écrivait-il.
Là, je me faire «mettre les côtes en long»
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 16/03/2010 à 12h54 : C’est étonnant comment les histoires de "côtes" ne semblent p...
si je me souviens bien de ma scolarité
Ah, le cancre ! Toujours au fond de la classe, près du radiateur jaune, hein ?
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 13h00 : si je me souviens bien de ma scolaritéAh, le cancre ! Toujours au fo...
près du radiateur jaune, hein ?

Tu vois petit à petit tu vas finir par comprendre tout le symbolisme qui est à l’origine du radiateur jaune.
Faut jamais désespérer.
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 13h00 : si je me souviens bien de ma scolaritéAh, le cancre ! Toujours au fo...
Il me revient qu’hier j’écoutais la radio pendant ma petite heure de route vers ma petite-fille. J’y ai appris que les hommes qui aimaient les gros ou les petits seins avaient acquis ce goût et la salivation qui leur viendrait avec dans leur toute petite enfance. Un peu comme le chien de Pavlov qui salivait en entendant la cloche, les innocents nourrissons finiraient par saliver à la seule vue de la maternelle mamelle. Je me demande quelle est l’histoire fondamentale de ce radiateur jaune, chez Pépé comme chez Mickeylange, car si le second en a décoré sa propre chambre, il me semble tout aussi récurrent chez le premier. Salivent-ils ? Je n’en sais rien, mais l’un en bave souvent sur l’autre qui en bave dur, lui...
réponse à . horizondelle le 16/03/2010 à 12h24 : Je ne suis pas à la bonne page, mais je voulais te dire que ton exercice ...
Merci bien beaucoup !
En vérifiant cette prose, écrite à la manière de chirstian à partir de la période où j’avais été pratiquement absent d’expressio (31/01 - 13/03), je m’aperçus que je n’avais pas pu ou su caser ’Une sainte Nitouche".
Si c’était à refaire, je n’y parviendrais pas plus !
Dans tes propos, il me semble discerner comme... un brin d’agacement, genre : Ell’ m’gonfle celle-là ! L’a encore rien compris !!!.

Désolée… je me suis mal exprimée car tout ce que tu as dit, je le sais : tout près de moi, les amoureux de la mer et des bateaux ne manquent pas. Quand j’ai parlé des "Fortunés de la mer", je faisais allusion au livre de de Kersauson Fortune de mer paru en 1976, et à tous les spécialistes qui - sur Expressio - parlent de navigation en termes techniques. Et ce que je viens de lire confirme !

Pour que les choses soient claires : j’aime la mer (calme ou agitée) et j’aime la terre ; j’aime le vent, celui qui fracasse les vagues et fait chanter les peupliers ; la vue d’un voilier voguant sur une mer éclaboussée de soleil m’apaise... comme m’apaise le clapotis d’une calme rivière ; le visage d’un marin pêcheur, ivre de la fatigue de nuit, débarquant sa cargaison au petit matin, me fascine... comme me fascine le visage - luisant de sueur et de poussière - du paysan après une éprouvante journée de labour.

Ce (et ceux) que je n’aime pas, ce sont les "m’as-tu vu" des ports et des fermettes.

Regarder la mer, c’est se balader dans le temps, elle n’est jamais monotone. Quand je monte sur le pont, j’ai la sensation d’être un berger qui va surveiller son troupeau de vagues.
O. de K.

Le bonheur est une petite chose que l’on grignote, assis par terre, au soleil.. Jean Giraudoux

Na !
réponse à . momolala le 16/03/2010 à 13h16 : Il me revient qu’hier j’écoutais la radio pendant ma petite h...
J’y ai appris que les hommes qui aimaient les gros ou les petits seins avaient acquis ce goût et la salivation qui leur viendrait avec dans leur toute petite enfance.

Change de radio Momo, ma mère a des gros seins (et j’aime les petits) et elle n’a pas de radiateur jaune.
réponse à . momolala le 16/03/2010 à 13h16 : Il me revient qu’hier j’écoutais la radio pendant ma petite h...
C’est Chirstian qui a soulevé le lièvre, en voyant la photo des préparatifs de la Convention d’Entrecasteaux 2009. Il faut rechercher vers le 15 août...
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 13h29 : Dans tes propos, il me semble discerner comme... un brin d’agacement, gen...
J’avais un prof qui disait souvent :
"ne prenez pas un camion de 30 tonnes pour transporter un sac de 25 Kg"
Donc pour te résumer t’aime la plànète et tout ce qui la compose.
EH ben çà c’est bien. 
réponse à . <inconnu> le 16/03/2010 à 13h52 : J’avais un prof qui disait souvent : "ne prenez pas un camion de 30 t...
Ben... d’accord... mais si je ne développe pas, je me fais mal comprendre... c’est sans doute parce que je m’exprime mal... Je vais devoir me faire une raison : me contenter de vous lire... même si les doigts me titillent...

Allez, je rentre dans mon bahut !
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 13h29 : Dans tes propos, il me semble discerner comme... un brin d’agacement, gen...
Ah ben non, Germaine, il en faudrait plus pour agacer le marin ! Je précisais juste pour les ceusses qui croient (ça existe) que, pour naviguer en plaisance, il faut nécessairement être fortuné, et nécessairement propriétaire d’un grand bateau. C’est une idée reçue, tout simplement. Et, concernant ODK, ce grand marin que j’aime, on met à sa disposition des moyens énormes, comme tous les grands coureurs des mers qui sont nécessairement sponsorisés, sinon ils ne pourraient pas exprimer leurs talents aux écoutes, ni nous faire rêver. Mais pourquoi rêver ? Ça, c’est un grand mystère !
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 14h00 : Ben... d’accord... mais si je ne développe pas, je me fais mal comp...
Non, reste... quand il y a un malentendu, on s’explique, et oualà !
Un ’tit lagon bleu, Germaine ?
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 16/03/2010 à 12h54 : C’est étonnant comment les histoires de "côtes" ne semblent p...
Justement, on en a une de plus, est-ce pour cela que l’on en fait tout un plat?
Remarque, si c’était le cas, plus personne ne serait à la côte :&rsquo)
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 12h38 : Qu’ouïs-je ? Une expression venant de la Marine, et ça ne...
Mais elles viennent toutes (ou presque !) de la marine, et souvent elles me conviennent, mais celle-là...non 
réponse à . deLassus le 16/03/2010 à 13h21 : Merci bien beaucoup ! En vérifiant cette prose, écrite &agrav...
Pas facile à caser, puisque l’on ne peut pas y toucher.
Je n’ai pas été vérifier s’il en manquait (cela m’est bien égal), mais j’aime beaucoup le résultat, tout comme ceux de chirstian lorsqu’il le fait 
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 14h08 : Non, reste... quand il y a un malentendu, on s’explique, et oualà&n...
quand il y a un malentendu, on s’explique, et oualà !
C’est ce que j’ai fait... un peu longuement, apparemment. Je ne recommencerai plus... enfin... j’essaierai... mais je ne promets rien !
Un ’tit lagon bleu ? A c’te heure ? Est-ce bien raisonnable ? Cela va me tourner la tête, et je vais encore parler, parler, parler, parler...
Bon ! c’est pas tout ça ! J’ai quand même des choses à faire dans ma cambuse terrienne ! A bientôt !
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 13h29 : Dans tes propos, il me semble discerner comme... un brin d’agacement, gen...
le visage d’un marin pêcheur, ivre de la fatigue de nuit
Ouais, ouais, hum...

...me fascine
Attention DiwanC, aujourd’hui, nous traitons "être sur la côte" (d’Azur, en vacances...) et non "faire du lèche-botte" (à l’Ami râle, à pépé lapin..) :&rsquo)  
réponse à . horizondelle le 16/03/2010 à 14h35 : le visage d’un marin pêcheur, ivre de la fatigue de nuitOuais, ouais...
Tu fais ta jalouse, là ? Bon, Marceeel ! Un lagon bleu pour Horizondelle. Eksasôt !
Le mot ’côte’ a de nombreuses acceptions. Alors à votre avis, de quoi parle-t-on ici ?
Bonne question. Pour répondre franchement je n’en ai aucune idée, n’utilisant jamais cette expression. Mais l’idée de perdre son argent s’accompagne généralement de l’idée de déchoir , de descendre : on dit dévaler la pente, se retrouver au plus bas, dans un creux etc... Bref on peut penser à la côte (versant incliné).
Mes sources, demandera God - qui est d’une parfaite mauvaise foi quand on lui donne une explication qu’il n’a pas citée ? L’évangile ! Les apôtres sont au resto, ils n’ont plus de quoi payer : bref ils sont à la côte. Et Jésus, fidèle à sa promesse, leur envoie l’Esprit Saint pour les aider à remonter la pente. D’où l’invention du prêt à la consommation (ou de la Carte Bleue : les avis divergent) en ce jour qu’on appelle depuis la pente-côte.
’on a vu également apparaître le "frère de la côte" qui désignait le "compagnon de misère".
idem : jamais entendu cette expression dans ce sens. Par contre on utilisait autrefois le terme "frère de côte" au sens de flibustier ou boucanier.
Pour en revenir, comme chirstian, à l’expression du jour, loin de moi l’idée de mettre en doute son caractère maritime... mais il se trouve que Delvau, dans son Dictionnaire de la langue verte, indique : "Passe difficile de la vie, dans l’argot des bohèmes qui s’essoufflent à gravir le Double-Mont".

cette page
Pour Double-Mont, que je n’avais pas plus vu que gravi jusqu’à maintenant, je trouve que c’était le nom du Parnasse, mouvement poétique du XIXème siècle.
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 14h00 : Ben... d’accord... mais si je ne développe pas, je me fais mal comp...
mais, non reste avec nous c’était pour rire.
Ne quitte pas le bâteau lache tes dix doigts, j’aime çà
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 14h41 : Tu fais ta jalouse, là ? Bon, Marceeel ! Un lagon bleu pour Hor...
Non, je ris, mais merci pour le lagon 
réponse à . chirstian le 16/03/2010 à 16h32 : Le mot ’côte’ a de nombreuses acceptions. Alors à votr...
J’adooore! Merci pour ces explications, mes yeux se sont enfin ouverts 
réponse à . deLassus le 16/03/2010 à 16h45 : Pour en revenir, comme chirstian, à l’expression du jour, loin de m...
Pour Double-Mont, que je n’avais pas plus vu que gravi jusqu’à maintenant, je trouve que c’était le nom du Parnasse, mouvement poétique du XIXème siècle.

Je pensais quant à moi, que le « double mont » renvoyait au mont Parnasse (le vrai, pas le tas de gravats parisien qui lui emprunta son nom !), plutôt qu’à l’école de Gautier. Quel rapport y aurait-il entre « double mont » et un mouvement poétique, si ce n’est, peut-être, la grande difficulté de répondre aux exigences de l’art pour l’art ? As-tu une autre explication ? Cela m’intéresse fort, bien que cela ne change rien au sens de la côte, ni du courant…
réponse à . deLassus le 16/03/2010 à 16h45 : Pour en revenir, comme chirstian, à l’expression du jour, loin de m...
Je viens de trouver, à cette page (déf. 4) et à cette page de l’eau à mon moulin !
réponse à . syanne le 16/03/2010 à 17h41 : Pour Double-Mont, que je n’avais pas plus vu que gravi jusqu’à...
Je me suis peut-être un peu mélangé les sites !
Ce que j’ai d’abord trouvé, c’est ce texte anglais :cette page
J’ai ensuite fait (sans connaissances précises !) le rapprochement avec le mouvement poétique du 19ème.
C’est sans doute toi qui as raison. Et comme en plus mes connaissances en anglais sont très limitées...
Ca n’empeche que l’origine de notre expression n’est peut-être pas aussi marine que celà.
réponse à . syanne le 16/03/2010 à 17h42 : Je viens de trouver, à cette page (déf. 4) et à cette page ...
Je viens de trouver, à cette page (déf. 4) et à cette page
Alphonse Daudet ???
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 14h41 : Tu fais ta jalouse, là ? Bon, Marceeel ! Un lagon bleu pour Hor...
Ce n’est pas... une histoire à lagon ? 
En tout cas, pour information:
cette page
cette page
cette page
réponse à . syanne le 16/03/2010 à 17h42 : Je viens de trouver, à cette page (déf. 4) et à cette page ...
Et moi, cette page

Je crois que nous sommes d’accord : il ne s’agit pas du Montparnasse parisien.
Ces bohèmes qui s’essoufflaient à monter le Parnasse étaient sans doute des poètes. Du moins c’est ainsi qu’à cette heure je l’entends.
réponse à . momolala le 16/03/2010 à 13h16 : Il me revient qu’hier j’écoutais la radio pendant ma petite h...
Je me demande quelle est l’histoire fondamentale de ce radiateur jaune, chez Pépé comme chez Mickeylange, car si le second en a décoré sa propre chambre...

J’aimerai bien savoir qui t’a dit que le radiateur de ma chambre était jaune ?
Même Gaston Leroux n’en fait pas mystère, il n’est jamais venu dans ma chambre (qui n’est pas plus jaune que son radiateur ( mais où certaines semblent découvrir des mystères) Il ne te restes plus qu’à écrire (en sous marin main*) le mystère du radiateur jaune.

* à cause du Pépé l’historien de ce site, qui écrit " la vérité sur le masque de fer retrouvé dans la chambre rose du phare"
réponse à . horizondelle le 16/03/2010 à 14h35 : le visage d’un marin pêcheur, ivre de la fatigue de nuitOuais, ouais...
"faire du lèche-botte"
Quand j’ai lu ça, j’ai vraiment eu besoin de boire quelque chose... Un tilleul bien tassé agrémenté d’une bonne rasade d’eau de fleur d’oranger, histoire de me calmer ! Car je suis comme Momolala : rien qu’à la lecture, l’expression me donne de l’urticaire !
Je voulais parler de ces marins-pêcheurs là* cette page. J’en ai vu arrivé au port, gris de fatigue mais heureux parce que les cales étaient pleines de poissons et soudain, blêmes de colère et de rage contenues en entendant le prix proposé par le mareyeur.

Quant à l’expression du jour… Voyons voir ! J’ai trouvé faire côte = faire naufrage à la côte, mentionné par Littré. Et au sens figuré : Echouer à la côte = Ne pas réussir dans ses projets. Un gentilhomme français, vieilli plutôt que vieux, usé, dévasté, ruiné, triste épave du monde parisien échouée à la côte…. Alphonse Daudet (1875).

Sur ce, si on se débrouille bien horizondelle, reste peut-être un peu de lagon bleu au frais ! 

* J’ignore la carrière de Elpepe.
réponse à . <inconnu> le 16/03/2010 à 19h02 : Ce n’est pas... une histoire à lagon ?  En tout cas, pour...
Le Lagon Bleu d’Expressio, c’est champagne-curaçao, sans soho (une invention de Marcel).
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 19h33 : "faire du lèche-botte"Quand j’ai lu ça, j’ai vraiment...
J’ignore la carrière de Elpepe.

C’est peut être préférable.
Il a commencé à pêcher tout petit des allatches, et à la puberté il a continué à pêcher, mais c’était plus à la ligne, et je n’ai pas le droit de t’en dire plus...
réponse à . <inconnu> le 16/03/2010 à 16h47 : mais, non reste avec nous c’était pour rire. Ne quitte pas le b&aci...
Merci beaucoup et même très beaucoup !  
Je vais essayer d’être plus et donc moins  ce qui devrait m’amener à plus de concision ! 
réponse à . mickeylange le 16/03/2010 à 19h47 : J’ignore la carrière de Elpepe. C’est peut être pr&eac...
Ben... si ! Raconte ! 
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 19h33 : "faire du lèche-botte"Quand j’ai lu ça, j’ai vraiment...
Ben alors, Germaine, on n’a pas tout lu depuis le début ? Bon, je n’ai plus de carrière, vu que je suis retraité de la fonction publique hospitalière, où j’ai sévi comme infirmier, formateur en IFSI et en formation continue, puis cadre de santé (anciennement "surveillant"). Le goût pour la voile et la plaisance, ça m’a pris de bonne heure, mais je n’ai fait de hauturier que depuis une douzaine d’années, en sautant sur les occasions qui se présentaient dans la fréquentation d’excellents navigateurs (vice-champion du monde en équipage, moniteur de l’école des Glénans, médecin-plongeur sur la Calypso, mais aussi un Saint-Cyrien et un adjudant-chef à la retraite, desquels j’en ai aussi appris). Bref, j’en avais très envie, et ces gens-là ont renforcé ladite. La pêche professionnelle, non, merci ! Des métiers de chiens, de plus en plus risqués et en train de mourir. Je refuse personnellement d’acheter du poisson benthique pêché à 2000 mètres de fond, pour des raisons faciles à comprendre, je pense.
réponse à . mickeylange le 16/03/2010 à 19h47 : J’ignore la carrière de Elpepe. C’est peut être pr&eac...
On fait sa mauvaise copine, là, hein ?
Tremble, barcasse ! Grrrrrr !
T’as vu en @90 elle est chouette la version officielle hein ?
réponse à . momolala le 16/03/2010 à 13h16 : Il me revient qu’hier j’écoutais la radio pendant ma petite h...
Oh, ça, ma belle, vaut peut-être mieux pas le savoir ! Les histoires de radiateurs jaunes, on sait jamais jusqu’où ça t’embarque !!!
réponse à . mickeylange le 16/03/2010 à 20h08 : T’as vu en @90 elle est chouette la version officielle hein ?...
Je suis d’accord avec toi : Elle est belle cette histoire... T’en connais une autre version ?
réponse à . BeeBee le 16/03/2010 à 20h19 : Je suis d’accord avec toi : Elle est belle cette histoire... T’...
Ben oui il était pirate sur le rail d’Ouessant.
Il rançonnait les pétroliers et ceux qui voulaient pas payer il les envoyait à la côte.
Tu savais pas ? 
réponse à . <inconnu> le 16/03/2010 à 10h30 : Il en est certaines qu’il n’est pas séant de sortir, surtout ...
Dès qu’on dit "Une" , allez! C’est parti!
PFFFFF  !
réponse à . mickeylange le 16/03/2010 à 20h26 : Ben oui il était pirate sur le rail d’Ouessant. Il rançonnai...
Bin ,non... Tu sais y’a des tas de choses que je connais pas ! L’Amiral y me raconte pas tout. 
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 16/03/2010 à 12h54 : C’est étonnant comment les histoires de "côtes" ne semblent p...
CotéES !
réponse à . mickeylange le 16/03/2010 à 20h08 : T’as vu en @90 elle est chouette la version officielle hein ?...
Ah ben là, j’ai attendu que tu interviennes, es qualité de biographe officiel de l’Amiral, mais comme tu étais encore la goule en chemin, il a bien fallu que je lui explique, comme j’ai pu, hein ? Mais maintenant que tu es revenu, vas-y, on t’écoute !
Bon, les gosses : Au lit, les mains sur les couvertures. Demain est un autre jour, et la marée aura fini de disloquer vos épaves... :&rsquo)
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 21h35 : Ah ben là, j’ai attendu que tu interviennes, es qualité de b...
Quand il était petit il avait tendance à bégayer. Quand on lui demandait son nom il disait pé...pé.. pé... alors on l’a surnommé El pépé. Déjà enfant il faisait des trirèmes avec des boites de sardines et des brochettes, on disait de lui en se moquant qu’il avait la rame...
à suivre.
Frère de la côte ... Ce serait le beauf d’Adam ?
réponse à . Elpepe le 16/03/2010 à 20h04 : Ben alors, Germaine, on n’a pas tout lu depuis le début ? Bon,...
Merci
réponse à . mickeylange le 16/03/2010 à 20h08 : T’as vu en @90 elle est chouette la version officielle hein ?...
C’est fou ça ! Arriver à semer le doute !
Mais, je n’imagine pas une dissimulation. C’est une belle et simple histoire : une vie et une passion. Et toi, c’est quoi ta saga ?
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 23h55 : C’est fou ça ! Arriver à semer le doute ! Mais, je...
hou, la, la ! là, tu ne sais pas dans quelle galère tu vas plonger !
il faudra des pages entières pour reconstituer son parcours à travers les siècles !
Je vais te le faire court : Mickey est un artisse ... (un vrai ! je possède une de ses oeuvres ... comme quelques autres expressionautes, d’ailleurs) ...
Il se prélasse au soleil dans le Sud de la France, entre 2 inventions, 2 interventions, 2 duels, 2 gueuletons, 2 invitations à s’humecter le gosier, 2 balades en Isetta, ou en bateau (je ne dirai pas la marque), 2 chefs-d’oeuvre artistiques, etc. 
réponse à . cotentine le 17/03/2010 à 00h42 : hou, la, la ! là, tu ne sais pas dans quelle galère tu vas pl...
Merci Cotentine !
Donc, Mickey est un artisse

Lui, dans le Sud. Toi, sur une côte… moi, sur mon Île (de France !)… On ne se connaît pas - généralement - et pourtant on se raconte, on se dévoile. On échange dans le silence de la nuit… Curieuse réaction…
Tout va bien,Momolala. Je te salue aussi. Effectivement, je suis à la côte, mais avec plein de petits poissons autour de moi.
réponse à . deLassus le 16/03/2010 à 19h03 : Et moi, cette page Je crois que nous sommes d’accord : il ne s&rsquo...
Le "double mont", c’est le Parnasse grec, doublement consacré : à Apollon et aux Muses . Le courant poétique de Gautier en tire son nom, bien sûr, dans sa référence à la beauté antique. Vois par exemple "L’Art", dans Emaux et camées de "Théo" (à qui, d’ailleurs, Baudelaire a dédié ses Fleurs du mal) :

cette page

ou cette page

Mais je m’éloigne de plus en plus de la côte du jour...
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 23h55 : C’est fou ça ! Arriver à semer le doute ! Mais, je...
Non mais attends : moi qui suis le biographe officiel de Mickey Lange (le petit-fils de Gabriel Lange, qui était lui aussi illuminé -c’est de famille- et partait -lui aussi- dans de grandes envolées), son histoire, tu l’auras, un jour... Tu l’auras !
réponse à . DiwanC le 17/03/2010 à 01h17 : Merci Cotentine ! Donc, Mickey est un artisse… Lui, dans le Sud. Toi, s...
Mickey est artiste-peintre en radiateurs, mouleur de bustes de mouches femelles pour figures de proue (de bateau-mouche), barbouilleur de cru plafonds, contrefacteur de trirèmes, manufacteur de foie gras et buveur de rosé de Provence bien frais, entre autres talents cachés.
Je le sais, je l’ai rencontré lors de Conventions passées. Tu pourras le rencontrer, toi aussi, si tu veux. Mais ne lui offre pas de pinceaux en poils de sanglier comme cadeau de bienvenue, il les confectionne lui-même en s’arrachant les soies qui lui poussent sur les deux oreilles et la queue.
Luis-Miguel Dominguin
réponse à . DiwanC le 16/03/2010 à 19h33 : "faire du lèche-botte"Quand j’ai lu ça, j’ai vraiment...
J’espère que le tilleul t’a réconfortée. Loin de moi était l’idée de te donner de l’urticaire, et bien sûr, je ne pensais pas le moindre mot de cette expression urticante, j’aurais dû parler de flatterie (le pépé il adore ça, la flatterie, spa? ).

Et t’as vu? il restait du lagon bien frais, on s’est bien débrouillées.
Un peu moins dramatique (enfin... aussi dramatique, mais moins tragique) : être à la côte peut se référer au fait de ne pas avoir les moyens de naviguer : ne pas pouvoir armer un bateau, ou ne pas avoir d’embauche.
Et God dit:
la côte de maille
Cogito...
Je connaissais les mailles en point de côtes, mais la côte de mailles me reste en travers de la gorge... Peut-être me trompe-je mais j’y mettrais bien deux "t": une cotte de mailles
réponse à . ergosum le 28/01/2013 à 01h27 : Et God dit: la côte de mailleCogito... Je connaissais les mailles en point...
Peut-être me trompe-je mais j’y mettrais bien deux "t": une cotte de mailles
Tu dis ça parce qu’il est très tard, que tu es un peu fatigué sans doute...
C’est qu’il a l’humour ravageur Not’ Divinité : il écrit « côte de maille » comme "Côtes du Rhône" parce qu’il épluche "Être à la côte" et il serait bien capable d’évoquer la « cotte de granit rose » s’il décortique Il y a anguille sous roche !
Être sans ressources, sans argent
Autrement dit, « on est léger d’argent » et dans ce cas là, le "marchand reçoit à bras fermés" et envoie à la côte :

Chez l’épicier, pas d’argent, pas d’épices
Chez la belle Suzon, pas d’argent, pas de cuisse


Musique et paroles à cette page.
Alors à votre avis, de quoi parle-t-on ici ? De la côte d’agneau, la côte de maille, la côte d’Azur ou bien la course de côte ?
Cot, tu nous emberlifigode ! God, tu nous emberlificote !
– Minute, ma cocotte, ou tu passes à la casserole.*
– Cot, cot, codââc !**

* Faut-il y voir l’origine de "cocotte-minute" ? Furetière demeure très discret à cet égard.
** Faut-il y voir l’origine du nom d’une société moribonde de films argentiques ? Furetière demeure encore plus discret à cet égard.
réponse à . DiwanC le 28/01/2013 à 02h35 : Être sans ressources, sans argentAutrement dit, « on est lég...
Bien vu !........Je ne pense pas que l’on puisse faire mieux aujourd’hui....
En tant que Raphaëlois, je dirais même plus......
Pfffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Aujourd’hui, c’est la Saint-Thomas d’Aquin.
Oui mais, il n’a qu’in quoi ?
Aujourd’hui, exceptionnellement, je commencerai par l’expression d’hier: ’Cherchez la femme’.
DEVINETTE
Pourquoi un homme qui aime les femmes, ne boit pas de coca cola?
- parce que c’est une boisson mise au gin.
réponse à . <inconnu> le 28/01/2013 à 06h20 : Aujourd’hui, c’est la Saint-Thomas d’Aquin. Oui mais, il n&rsq...
Réponse:
Lorsqu’il décéda, Thomas d’Aquin ne fut pas incinéré. Ses restes furent partagés et certains devinrent par la suite des reliques.
Ses parties nobles revinrent ainsi à une famille de haute extraction, la famille Lee, qui fit par la suite partie des "Pères Fondateurs" partis sur le Mayflower. Tout le monde connait un illustre descendant de cette famille, le très célèbre général confédéré Robert Edward Lee. Il ne retrouva malheureusement qu’une partie des illustres parties dans les greniers de Arlington, qui était la demeure familiale, sur la hauteur en face Washington, de l’autre côté du fleuve Potomac. Et c’est depuis que l’on parle d’un Lee à balle d’Aquin...
famille de haute extraction
Ceux de basse extraction sont nés avec l’aide de forceps ?
réponse à . joseta le 28/01/2013 à 07h25 : Aujourd’hui, exceptionnellement, je commencerai par l’expression d&r...
Les médecins pour femmes, on devrait les appeler les gin et colagues.
Côte d’agneau?
Non, il s’agit de côte de port.
Le botaniste ruiné: à la côte il est donc...
réponse à . ergosum le 28/01/2013 à 01h27 : Et God dit: la côte de mailleCogito... Je connaissais les mailles en point...
Ah là, je sens que j’ai plus la côte...
Mais Germaine, toi au moins tu me comprends ! 
DEVINETTE
Pourquoi, quand un bateau échoue sur la côte, l’amateur de chocolat adore jouer les surhommes?
- parce qu’il aime, ’sur tous’ les rochers faire héros.
Quand Dieu créa la femme, Adam n’avait plus la côte.
La liqueur de Dakin n’est pas de la liqueur séminale de Saint-Thomas, mais un liquide antiseptique utilisé pour le lavage des plaies et des muqueuses.
Il l’avait dit à Gustave, son boucher.
- J’aime les côtes à lard Gus.
E. Ferrari
réponse à . chirstian le 16/03/2010 à 16h44 : ’on a vu également apparaître le "frère de la cô...
Les frères de la côte étaient bien, au XVIIè siècle, une association de flibustiers installés du côté de St Domingue. Ils inspirèrent pas mal de romans, et sont même cités par Hergé : son Capitaine Haddock les mentionne dans "Le secret de la Licorne". Maintenant, dans l’ imaginaire collectif, qui dit flibustiers, pirates etc... pense aussitôt trésor ! Ils ne devaient pas être si pauvres que ça, ou bien les trésors ne sont que des mythes....
« Etre à la côte  »
Oui, mais sur la mauvaise pente.
mauvaise pente
Dite : la Pentecôte !
Vacances dans les Pyrénées-Atlantiques
N’être à Laà qu’hôte.
Le botaniste ruiné…

La cote d’alerte était atteinte… Pourtant, il bénéficiait d’une cotte* d’amour qui – bien que mal taillée - lui allait à ravir.
Maille que maille** Vaille que vaille, il luttait et tenait à payer sa « cote-part ». En vain. Lentement, il descendait la pente, inexorablement…
- Las ! Suis vraiment à la côte, constata-t-il, et dans la mer jusqu’au cou !
D’une pichenette, il se débarrassa du dicotylédone que lui avait donné un Espagnol d’une armée en déroute.

(En mars 2010, je venais de pousser la porte d’Expressio… jamais je n’aurais osé écrire une telle histoire. Je n’avais pas fini de lire la phrase de God : "Pour rejoindre ou simplement lire la bande de joyeux drilles qui informent, interrogent ou délirent chaque jour…" C’est "délirent" qui me manquait.)


*ça, c’est pour faire plaisir à ergosum !
**ça, c’était pour faire plaisir à ergosum !
réponse à . DiwanC le 28/01/2013 à 02h35 : Être sans ressources, sans argentAutrement dit, « on est lég...
Tiré par les cheveux (ce qui, venant de moi, n’étonnera personne...)
Les amoureux qui s’bé-côte sur les bancs publics...
"Pères Fondateurs" partis sur le Mayflower
Tu n’es peut-être pas à la côte, mais un peu à la ramasse !
Ceux qui sont arrivés à Plymouth en 1620 à bord du Mayflower, sont les Pères Pèlerins, alors que ceux qu’ont appelle les Pères Fondateurs, ont signé soit la déclaration d’indépendance en 1776, soit la constitution en 1787. Je ne suis pas certain qu’un des premiers cités était encore vivant en 1776.
Ceci étant, on n’est pas certain que Jun Fan Li dit Bruce Lee soit vraiment descendant du général Lee.
la côte d’Azur est très loin d’être envahie de "salauds de pauvres"
Pas si sûr ! les temps sont durs
On utilise, en navigation, l’expression "aller à la côte" ou "aller au sec" pour signaler au barreur qu’on vient de passer une mouette qui avait pied, et qu’il est temps qu’il vire de bord, pour retrouver de l’eau à courir. #35

Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer.
Quand les mouettes volent le bec en avant, c’est signe de mauvais temps. (Dictons bretons)
illustration
Le mot ’côte’ a de nombreuses acceptions.
Et ce même en flamand : kot signifie "chambre d’étudiant" ou "baraque" comme dans "frietkot" qui veut dire "baraque à frites".
En voici un autre exemple :
God, ik kots mijn frieten eruit : Dieu, je vais dégueuler mes frites. 
cot cot cadet ! pas un rond dans les poches ? normal elle n’en a pas !
wouaf ! wouaf ! 
réponse à . DiwanC le 28/01/2013 à 02h35 : Être sans ressources, sans argentAutrement dit, « on est lég...
Et comme le disait si bien Omar Sy dans Les Intouchables, : Pas de bras, pas de chocolat !
réponse à . SyntaxTerror le 28/01/2013 à 12h49 : "Pères Fondateurs" partis sur le MayflowerTu n’es peut-être p...
Ceci étant, on n’est pas certain que Jun Fan Li dit Bruce Lee soit vraiment descendant du général Lee.
Non… Sur un site de si bonne tenue, certain oserait prétendre « certitude » ce qui n’est qu’hypothèse ? Inacceptable !
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 28/01/2013 à 14h34 : Et comme le disait si bien Omar Sy dans Les Intouchables, : Pas de bras, pa...
Pas de bras, pas de chocolat !
Ah ! Que voilà une belle certitude qui fait la joie, la gloire et l’honneur d’Expressio !
:&rsquo)
réponse à . <inconnu> le 28/01/2013 à 13h21 : Le mot ’côte’ a de nombreuses acceptions.Et ce même en f...
D’une part, on ne devrait jamais laisser un flamingant manger des frites, d’autre part, le mot anglais "cot" ayant deux origines distinctes, il a plusieurs sens : un lit pliable ou un berceau et un abri comme un pigeonnier, une bergerie ou pourquoi pas, une piaule d’étudiant !
réponse à . saharaa le 28/01/2013 à 12h53 : la côte d’Azur est très loin d’être envahie de "s...
C’est beau comme du Depardieu (le Gérard du Gérard le plus réac) qui a choisi la Russie, car comme disait Racine : Point d’argent, point de Suisse.
réponse à . saharaa le 28/01/2013 à 12h53 : la côte d’Azur est très loin d’être envahie de "s...
C’est pour ceux-là qu’on a fait la révolution : Ah saharaa, saharaa, saharaa, les aristocrates à la lanterne !!!  :&rsquo)
réponse à . saharaa le 28/01/2013 à 13h16 : On utilise, en navigation, l’expression "aller à la côte" ou ...
Joyeux dictons bretons qui rappellent ce que disait de la Normandie, Alphonse Allais, né à Honfleur :
Quand on voit le Havre c’est qu’il va pleuvoir.
Quand on ne le voit pas, c’est qu’il pleut déjà...

Et là, côte, cote, cotte, on y voit… gouttes !
À beaucoup très plus tard. 
cotylédon: celle-là je la retiens mais elle sera difficile à placer dans une conversation...
Voilà qui aurait plut à Elpépé
réponse à . DiwanC le 28/01/2013 à 11h59 : Le botaniste ruiné… La cote d’alerte était atteinte… Po...
" C’est "délirent" qui me manquait.)
Aurais-tu le délire yhomme très mince ? cette page C’est bien à un rideau qu’elle grimpe, sauf qu’il n’a pas de tringle !!!  :&rsquo)
"Les yeux battus la mine triste et les joues blêmes"
Tu es à la côte, on voit tes côtes !
réponse à . God le 28/01/2013 à 09h07 : Ah là, je sens que j’ai plus la côte... Mais Germaine, toi au...
Je m’étonnais aussi que personne, en trois ans, n’ait relevé l’énoooormité.
Faut dire que je n’ai pas l’habitude des facéties godesques.
Je m’imaginais plutôt God imperturbable, je dirais même olympien, sur son nuage -rose, évidemment -
Lakshmi Mittal (si je me trompe dans l’orthographe, veuillez me pardonner: je ne parle pas encore le sanscrit moderne, bien que je parle grec ancien et aussi le moldo-valaque) est en train, sans barguigner, de mettre environ 1300 personnes à la côte. Lorsque tous les gars de le phase froide seront tous Frères de la Cöte, j’ose espérer que la piraterie changera de cap, et que les corsaires auront le dessus !
Dédié à notre Amiral et à Beebee, bien que ça n’ait rien avoir avec la marine...
Bises à vous tous. Bonne nuit, et les mains sur les couvertures, hein ! Garnements ! Voyouxxxxx ! Je vous aime, tiens ! Ca vous apprendra, na !

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre à la côte » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?