Se tirer la bourre - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Se tirer la bourre

Se concurrencer, rivaliser avec vigueur.
Disputer âprement un match.

Origine

Au XIIe siècle, la 'bourre' désigne le déchet des fibres, plus spécialement de laine d'abord, puis de soie un peu plus tard.
Par extension, le mot désigne ces amas de poils d'animaux qui permettent de rembourrer des objets ou de fabriquer du feutre.
Alors comment, de ces fibres ou poils, est-on passé, au XIXe siècle, à un sens argotique de concurrence[1] ?
On trouve deux explications à cette bizarrerie.

La première nous est proposée par Gaston Esnault qui évoque les lutteurs de foire qui, bien évidemment se tirent la bourre, mais dans un corps à corps viril où ils se frottent les poils et s'en arrachent plusieurs, en quantité suffisante pour en faire de la bourre, pour ceux ou celles que ça intéresserait.

Mais selon Cellard et Rey, dans leur Dictionnaire du Français non conventionnel (Lien externe), cela viendrait de la chasse à courre où les chiens s'acharnent sur l'animal rattrapé et se tirent la bourre en lui tirant la bourre, les touffes de poils qu'ils arrachent avec leurs crocs.

[1] Seul ce sens est évoqué ici, mais le mot 'bourre' a plusieurs autres emplois figurés comme on les trouve par exemple, dans les expressions "bonne bourre !", "de première bourre" ou "être à la bourre".

Exemple

« Darrigade sprintait, Thévenet, dans ses bons jours, décrochait Merckx, et Hinault et Fignon se tirèrent des bourres. »
Libération - Article du 11 décembre 1985

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Se tirer la bourre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Angleterreen to pit one's wits againstse mesurer à quequ'un de toute son âme/ jouer au plus fin avec

Vos commentaires
Si j’ai bien tout suivi ton laïus, God, quand tu te retrouves avec un poil pubien coincé entre les incisives, c’est que tu participais à une chasse à courre ? Moi, jusque là, je pensais que c’était parce que tu lui faisais un doigt de cour...
Tout le monde peut se tromper, hein !
Vite je ne veux pas être à la bourre pour vous souhaiter à tous (travailleurs,retraités,marin,sélénite) dès votre réveil une belle journée.
Avant l’apparition d’Epeda multi-soupirs et ses ressorts à boudin, le bourrelier du coin faisait les matelas, en bourrant la grosse toile rayée de laine et de crin de cheval. C’était lourd et très chaud, avec ses pompons traversants disposés en quinconce et censés empêcher la bourre de se déplacer dans la poche de toile, et son gros bourrelet qui courait tout autour, sur les quatre arêtes de chaque face. Ce devait être un métier de forçat que bourrer et coudre à la ficelle de lin.
Dans les villages, c’est le même qui faisait les harnais des chevaux de travail, avec le rembourrage du collier de trait pour les labours, de la sellette pour la traction hippomobile ou de la selle pour la monte. Autant dire que le confort des nuits d’antan était plus aléatoire que garanti. Ce qui explique sûrement que nos parents se tiraient la bourre, en même temps qu’ils tentaient de tirer la couverture à eux ?
Mon bon God, tu négliges une piste qui a pourtant un lien avec la nécessité de faire vite, comme dans "être à la bourre" : quand les troupes de mousquetaires se faisaient face, il fallait tirer sa bourre et en caler très vite sa cartouche, plus vite surtout que l’adversaire, que sinon on était mouru le premier et ça, c’était pas bon du tout. Voilà qui expliquerait également "être de bonne bourre" ou "de première bourre" car la bourre en question avait intérêt à être de bonne qualité aussi pour que le mousquet ne te pète pas au nez.
réponse à . momolala le 20/10/2009 à 06h30 : Mon bon God, tu négliges une piste qui a pourtant un lien avec la n&eacut...
Bon God, mais c’est bien sûr ! Gamin, je regardais mon grand-père, cauchemar des sangliers pire qu’Obélix et des lapins kif-kif PlayBoy, fabriquer ses cartouches (cette page), dont la touche finale était la fameuse bourre retenant la grenaille. Donc, "se tirer la bourre", c’est aussi bien régler ses comptes à coups de fusil, hein ?
De ce point de vue, les Corses aiment bien se tirer la bourre. Et pas avec du gros sel !
Tiens, celle-là je la fauche à Cotentine qui est encore à la bourre :
Amstramgram
Pique et pique et colégram
Bourre et bourre et ratatam
Amstramgram

A la relecture, ce truc ne veut tellement rien dire que je me demande si ce n’est pas du langage codé. Et pis tu te rends compte de ce qu’on apprend aux tout petits ! conditionnement pré-pubère à la cruauté et à la pornographie. En-ten-tion ! dirait notre atterand ministre de la culture !
réponse à . Elpepe le 20/10/2009 à 07h20 : Bon God, mais c’est bien sûr ! Gamin, je regardais mon grand-p&...
Lorsque je me suis essayé au tir aux clays, j’ai eu la clay du premier coup, puis tous les suivants, je tirais la deuxième cartouche après la bourre de la première !

Pan-dans-l’Hobbes
on tétait alors la vie aux deux mamelles de la France : quand les vertes années de la bourre âge s’étaient tirées, il restait le pâture âge. C’était un ad-âge bien connu !
Par experience, ce n’est pas facile de tirer quand on est bourré, l’alcool accroissant le désir et diminuant la performance
le bourrage avait disparu pendant quelques années, et je me demande à quoi on pouvait occuper son temps dans les bureaux. Heureusement son apparus les copieurs perfectionnés : ceux que vous alimentez en A4 et qui vous restituent un bourrage élaboré, dont le plus gros s’évacue en quelques instants, mais dont il faut ensuite poursuivre à la pince à épiler chaque petit morceau qui a juste la taille minimale requise pour bloquer une cellule photoélectrique placée vicieusement sous un rouleau.
Et je t’essaye. Et je crie victoire. Et je remets sous tension. Et je repeste. Et je recommence... Avant d’appeler finalement un technicien qui mettra deux jours à venir dépanner.
Les particuliers se sentaient frustrés, par rapport aux entreprises. Mais Dieu est grand, et s’empressa de leur envoyer l’imprimante jet-d’encre : celle qui avale, recrache et bourre plus vite que son ombre. Celle dont les prix ont tellement baissé, mais dont les cartouches vous ruinent, mettant la bourre au prix du caviar.
C’est de la qualité de la bourre que dépendra celle du coup, pourquoi pas bien au chaud sous la bourre!
réponse à . chirstian le 20/10/2009 à 09h41 : le bourrage avait disparu pendant quelques années, et je me demande &agra...
au moins, il bourre un max pour venir débourrer !! moi, j’ai beau leur bourrer le mou, ils mettent au moins 10 jours , et apres, ils se tirent ailleurs..
Quand tu essaies de tirer ton coup et que cela ne va pas, la bourre rage!
Et puis, tout d’un coup, ca vient. la jouissance réciproque. Et là, pas tu rages, spa!
Elpépé te l’expliquerait mieux que moi, grâce à sa BB à adhésion renforcée... 
« S(1)e t(2)ir(3)]er la b(4)]ourr(5)e »

Les numéros représentent les consonnes (ou les 2 consonnes dans le cas du 5) situées avant.
Essayez donc l’ordre 3 - 4 - 2 -5 - 1 pour une "mignonne" contrepèterie.

Ce qui confirmerait que la belle en question aime le rôti de veau. 
Le bourre bon ya bon, mais ça bourre, alors que le bourre Don est cloche.

Le bourre joie.
réponse à . SagesseFolie le 20/10/2009 à 10h41 : « S(1)e t(2)ir(3)]er la b(4)]ourr(5)e » Les numéro...
Ce que je vais vous raconter s’est réellement passé.
Vendredi soir dernier, nous avons invité à diner un couple d’amis. J’avais préparé le repas :
-- Soupe de potiron présentée dans le potiron.
-- Pain d’aubergine (dure). C’est une de mes spécialités 
-- Rôti de veau servi avec sa ratatouille de légumes de saison fraichement cueillis.
-- Tarte aux pommes.

Mon invitée a dit adorer (en plus de tout le repas) le rôti de veau et regretter de ne pas en déguster plus souvent !
Aucun de nos deux invités n’a alors compris pourquoi un discret sourire est apparu au coin de mes lèvres gourmandes .
Seuls les initiés peuvent apprécier les plaisirs délicats que procurent certains mots ou groupes de mots, d’apparence anodine de la langue française.
réponse à . SagesseFolie le 20/10/2009 à 11h30 : Ce que je vais vous raconter s’est réellement passé. Vendred...
Te prendrais-tu pour un tord-eau?
Arrête donc de te bourrer le mou! 
réponse à . HoubaHOBBES le 20/10/2009 à 08h17 : Lorsque je me suis essayé au tir aux clays, j’ai eu la clay du prem...
T’étais bourré ? Faudrait jamais donner un fusil à un mec bourré, moi je dis. Déjà, avec des mecs à jeun, on voit les dégâts...
réponse à . SagesseFolie le 20/10/2009 à 11h30 : Ce que je vais vous raconter s’est réellement passé. Vendred...
Elle n’a pas précisé si sa préférence n’allait pas au gigot à l’ail...
"Les enseignants ont un devoir (...) c’est de faire leur métier d’enseignant, donc d’obéir aux directives", a rappelé [Henri Guaino]. "Ce n’est pas une profession libérale le métier d’enseignant, c’est une profession de fonctionnaire. Il y a des directives et il n’est pas indigne, au regard des lois de la République et des grands principes qui nous gouvernent, de lire la lettre de Guy Môquet". (AFP)
M’est avis, là, que le secrétariat général de l’Elysée, cornaqué par son jockey, tire la bourre au ministre de l’Education nationale. J’aime bien le ton ferme, on sent l’autorité, là... La France est entre de bonnes mains. Que les enseignants cessent de penser par eux-mêmes, ce qui est source de bordel, dans un premier temps, et ils cesseront du même coup d’inculquer aux gamins cette démarche à la con. Et on atteindra ensuite le paradis des politiques : juste du pain et des jeux.
Pour les jeux, on est déjà servis, reste le pain... C’est pas gagné, les mecs !
Ce n’est pas parce qu’on à rien à dire qu’il faut se taire !
J’avais déjà entendu cette expression mais ne m’en était pas approprié le sens ! J’ai pourtant joué bien des matches dans ma vie, ne m’y suis jamais présenté bourrée, jamais à la bourre, et je me suis battue vaillement ... Sans doute aurais-je dû les disputer "âprement" et donc "tirer la bourre" ?? 
réponse à . Elpepe le 20/10/2009 à 12h25 : "Les enseignants ont un devoir (...) c’est de faire leur métier d&r...
reste le pain... C’est pas gagné, les mecs !

Elpépé mécréant, collé samedi ! 

hé hé hé !

God
réponse à . mickeylange le 20/10/2009 à 13h06 : reste le pain... C’est pas gagné, les mecs ! Elpép&eacu...
De plus en plus, mon bon Mickey, ne t’en déplaise,
Je crois de moins en moins en toutes ces foutaises,
Et suis près d’écraser comme vile punaise
Assertions fallacieuses et autres fadaises.

La vie en société, de nos jours, est falaise
Escarpée, à dévers, et nul n’y est à l’aise,
Y compris ceux qui croient qu’ils sont les plus balaises,
Et seule au salon rose est garantie la baise.

La vraie, seule et unique union tenon-mortaise,
Que ce fut la Nantaise ou bien la Charentaise,
A la Villa Borghèse la belle Landaise,

Aux chutes du Zambèse la fière Irlandaise,
Sur le chemin d’Ephèse où grimpe Bayonnaise,
Par esprit de synthèse aussi la Javanaise...
Ca me rappelle une anecdote. Mon mari, petit transporteur, devais pour un client livrer de la dynamite de Marseille dans le Var. Il aurait dû avoir un véhicule blindé et une remorque pour transporter les explosifs. L’affaire n’étant pas assez rentable, il ne pouvait pas se le permettre.
Nous partions donc, tous les deux de bon matin pour éviter les contrôles, avec une fourgonnette normale. Un jour, arrivés presque à destination les gendarmes nous arrêtent. Ils contrôlent le bon de livraison et la marchandise. Quest-ce que c’est que ces autres cartons ? demande l’un des gendarmes. Mon mari pris de court répond "c’est .. c’est... de la bourre. Ah bon ! dit le gendarme d’un air entendu. Allez-y, bonne route. Ils n’étaient pourtant pas bourrés puisque c’était 6 heures du matin.
réponse à . <inconnu> le 20/10/2009 à 14h25 : Ca me rappelle une anecdote. Mon mari, petit transporteur, devais pour un client...
Allez, j’ose, je sais que tu me pardonneras : avec toute cette dynamite, ton mari, grande mèche j’espère ? Enfin, je voudrais bien tu m’absolves... bon, allez, voici le lien source de ma grivoiserie sur cette page.
réponse à . <inconnu> le 20/10/2009 à 14h25 : Ca me rappelle une anecdote. Mon mari, petit transporteur, devais pour un client...
Et même qu’une fois rendue dans le Var, la "bourre" a été chargée sur le voilier des faux-époux Turenge, à destination de la plage de la Cala d’Orzu.
réponse à . Elpepe le 20/10/2009 à 13h47 : De plus en plus, mon bon Mickey, ne t’en déplaise, Je crois de moin...
... Las! Arrête de faire monter la mayonnaise!  
J’aime ça... sur la viande froide, quand j’ai tiré la bourre au bœuf ou au poulet : mieux vaut être le boucher que le veau !
avoir la bourre riche, c’est en avoir ras la moule ?
le bourrelier a le bout relié pour la bourre liée à la bourrelière.  
réponse à . chirstian le 20/10/2009 à 15h15 : avoir la bourre riche, c’est en avoir ras la moule ?...
C’est une pensée de pine d’huître, c’te bourre rit qui... qui...
On ne se la tirera jamais assez, la bourre, même enrhubé. Snif !
Barcelle
Pas confondre : se tirer la bourre... hic ! et : sous-tirer la barrique.
M hic ! key
réponse à . momolala le 20/10/2009 à 06h30 : Mon bon God, tu négliges une piste qui a pourtant un lien avec la n&eacut...
la bourre en question avait intérêt à être de bonne qualité aussi pour que le mousquet ne te pète pas au nez

Tout à fait, soit ça te pète au nez si c’est trop tassé, soit ça fait long feu si ça ne l’est pas assez et la balle te tombe sur les pieds.
réponse à . Elpepe le 20/10/2009 à 15h57 : Pas confondre : se tirer la bourre... hic ! et : sous-tirer la ba...
Tirer la bourre c’est pas répréhensible, mais tirer les bourres c’est perpète si t’as pas tiré au renard !
réponse à . mickeylange le 20/10/2009 à 16h32 : Tirer la bourre c’est pas répréhensible, mais tirer les bour...
Ça dépend si tu tires au flanc ou le portrait.
réponse à . momolala le 20/10/2009 à 08h13 : Tiens, celle-là je la fauche à Cotentine qui est encore à l...
C’est probablement "eins zwei drei" qui a donné "am stram gram"
Pour le reste .... Quand on ne comprend pas une langue, on la répète comme on peut.
Marlborough est bien devenu Malbrouk avant de se spécialiser dans la fabrication de cigarettes sous un pseudonyme qui ne trompe personne.
réponse à . momolala le 20/10/2009 à 14h31 : Allez, j’ose, je sais que tu me pardonneras : avec toute cette dynami...
Petite coquine ! Rassure-toi, ses pectoraux étaient moins imposants. )
réponse à . Elpepe le 20/10/2009 à 14h36 : Et même qu’une fois rendue dans le Var, la "bourre" a ét&eacu...
Qui sait ? Souvent on se demande où les malfrats se procurent la dynamite mais si ça n’a pas changé, c’est facile, à l’époque la clef se trouvait à proximité de la baraque de chantier, n’importe qui pouvait la trouver.
réponse à . <inconnu> le 20/10/2009 à 17h41 : Qui sait ? Souvent on se demande où les malfrats se procurent la dyn...
Je me disais bien, aussi, que tu as un petit côté terroriste... Il t’en resterait pas douze bâtons ? C’est pour... mais non, je ne le dirai pas ici, on pourrait nous entendre !
réponse à . <inconnu> le 20/10/2009 à 17h41 : Qui sait ? Souvent on se demande où les malfrats se procurent la dyn...
A moins qu’elle ne s’égare en Corse, tout ce qui est utilisé n’est sans doute pas fabriqué sur place.
réponse à . SyntaxTerror le 20/10/2009 à 17h25 : C’est probablement "eins zwei drei" qui a donné "am stram gram" Pou...
Je pencherais plutôt pour "Amstrad rame, pique épique et collègue rame, bourrez bourrés rata TAM". Non ?
L’officier recruteur
réponse à . Elpepe le 20/10/2009 à 17h48 : Je me disais bien, aussi, que tu as un petit côté terroriste... Il ...
Je ne peux plus m’en servir elle est éventée. C’était de la bonne, de la Nobel. Autrement, oui, il serait possible que ce soit pour... tu as raison on pourrait nous entendre.
réponse à . <inconnu> le 20/10/2009 à 18h02 : Je ne peux plus m’en servir elle est éventée. C’&eacut...
RÉCLAME

Expressio, le site explosif !
Bon, les gosses : Pépé s’en va rejoindre BB : ce soir on dîne à mythe. Mais si je retrouve l’éditeur de partoche en miettes, je saurai que c’est vous, garnements !
Au lit, etc...
Célèbre chanson des débuts du Grand Jacques:
Labour haie, du sel, y bat terre!
Très champêtre, tout ca, très terre à terre...
réponse à . Elpepe le 20/10/2009 à 18h29 : Bon, les gosses : Pépé s’en va rejoindre BB : ce s...
bourre-vu que le dîner soit bon, et que vous puissiez vous bourre-lécher les babines !
Les cartouches que fabriquait mon père...sur la table de la cuisine, le tonton tapissier...
Mais ce soir je suis un peu à la bourre et je ne m’attarderai pas sur ce site pourtant charmant.(ma petite promenade quotidienne .)
Pas de bour-don mais un emploi du temps bourré de menues choses à terminer.
J’aurais pu parler aussi de batik pour lequel il faut bourrer des reliefs de tissus en serpentins à l’aide d’une longue aiguille.
Bisoux. Bourrés d’amitié. 
J’apprécie cette version moderne du "salaire de la peur".

Avec la dynamite, une fois qu’on a allumé la mèche, on commence le compte à re-bourre
Tirer, mouvement vers l’arrière, bourrer, mouvement vers l’avant, à vent parfois. Grandeur de la langue française.
Mon ami vigneron (Touraine, près Valençay), arrière petit-fils du premier de ses ancêtres à avoir planté de la vigne sur son domaine, possède des cahiers qui décrivent chaque jour ou presque la météo sur son vignoble, précisant notamment la date d’apparition du débourrage de la vigne (éclosion des bourgeons), parcelle par parcelle, depuis 1897 !
Depuis la fin de la saison 2005/6, j’avais progressivement réduit mon activité en vue d’une retraite quasi-définitive à la fin de la saison 2010/1, l’arrivée de ma petite fille partie pour faire des études longues modifie la donne, entraîne remise à plat de mes plans. Et voilà que je me tire la bourre avec des « confrères » qui n’ont pas tous la moitié de mon âge pour bâtir derrière la saison en cours (sympathique mais par choix maigrelette), une saison 2010/1 plus conséquente !
le jour où il n’y aura plus assez d’essence pour tout le monde, les conducteurs se tireront la bourre afin de se bourrer la tire (de super)
Avec toutes les dettes* qu’on a réglées hier, aujourd’hui on a des bourriches !
*cette page
réponse à . chirstian le 20/10/2009 à 21h41 : le jour où il n’y aura plus assez d’essence pour tout le mond...
Hé ben çà s’appellera Mad Max.........Et on s’en rapproche vu qu’entre le commentaire et la réponse il y a 3 ans de passés et que les mêmes questions sont toujours d’actualité........
réponse à . DiwanC le 26/10/2012 à 05h34 : Avec toutes les dettes* qu’on a réglées hier, aujourd’...
Les bourriches c’est vite dit !! On n’est pas tous issus du même moule.......
réponse à . file_au_logis le 20/10/2009 à 19h04 : Célèbre chanson des débuts du Grand Jacques: Labour haie, d...
Et le grand Jean avait chanté les trois.cette page......
réponse à . <inconnu> le 20/10/2009 à 14h25 : Ca me rappelle une anecdote. Mon mari, petit transporteur, devais pour un client...
Hé ben quand vous avez vu les Schtroumpfs au bord de la route vous deviez avoir le sale air de la peur !!
réponse à . BOUBA le 26/10/2012 à 05h43 : Hé ben quand vous avez vu les Schtroumpfs au bord de la route vous deviez...
Le saleur de la paire ?
Aujourd’hui, fête nationale autrichienne. Un p’tit coup pour fêter cela. Chuis un peu à la bourre, là. L’hiver frappe à la porte, on nous annonce les premiers flocons sur Vienne pour ce week-end. Faut donc tout empailloter. Un p’tit vin de paille ne fera pas de tort.Chuis un peu à la bourre, là. Et pis après, il faudra veiller à ne pas se refroidir. Allez, un p’tit coup pour se remettre en mouvement. Chuis un peu à la bourre, là. Enfin, faudra aller aux champs: faucher, râcler, sarcler, labourer... Une p’tite gnôle vite-fait avant de filer. Chuis un peu à la bourre, là.

Comment, je vous bourre la mou, là? N’avez - hips  - pas honte de me parler sur ce ton?
Oui, bon, chuis bourré, et alors? - hips 
’bourre’ désigne le déchet des fibres, plus spécialement de laine
Soissons était un ville spécialisée en bourre, d’où la bourre de l’Aisne.
La cette page est un jeu au poil.
Jethro Tull était un pionnier anglais en agronomie aux XVIIe-XVIIIe siècles. En plus de l’invention d’un semoir performant, il apporta également des modifications à la charrue, d’où La Bourrée.
réponse à . <inconnu> le 26/10/2012 à 09h01 : Jethro Tull était un pionnier anglais en agronomie aux XVIIe-XVIIIe si&eg...
Pour le grand Raymond, la Bourrée c’est ça!
Déformées
Tirer (la charrue) pour faire les labours
la ’bourre’ désigne le déchet des fibres, plus spécialement de laine

Un petit complément précisant l’explication de God : sur les machines textiles, bancs de filature ou machines à tisser, la bourrre désigne un amas de fibres de laine, de coton, de lin, de poyester, etc (selon la matière travaillée), qui s’accumule au passage des fils dans les oeilletons ou dans les guides et qui, si on ne l’enlève pas, peut ralentir ou bloquer le fil provoquant ainsi une casse et l’arrêt de la machine. Il y a là un jeu de mots entre la "bourre" amas de fibres et la "bourre" du verbe bourrer, obstruer le passage du fil.
réponse à . SyntaxTerror le 20/10/2009 à 16h21 : la bourre en question avait intérêt à être de bonne qu...
ça fait long feu si ça ne l’est pas assez et la balle te tombe sur les pieds.
ce serait l’origine de l’expression* "se tirer une balle dans le pied" ? 
* que je n’ai pas trouvée dans Expressio !!
Lancer des topinambours et des rambours sur un tambour.
Oui je sais, c’est pas terrible comme calembour.
Les chaussettes en fil d’écosse s’élaborent à Édimbourre.
réponse à . charmagnac le 26/10/2012 à 09h32 : la ’bourre’ désigne le déchet des fibres, plus sp&eacu...
Ce n’est pas un jeu de mots: bourrer vient bien de bourre, puisque bourrer signifie remplir de bourre.
Comme beurrer vient de beurre. Surtout en Afrique du Nord... 

Amstramgram
Pique et pique et collégram
Bourre et bourre et ratatam
Amstramgram...
réponse à . charmagnac le 26/10/2012 à 09h32 : la ’bourre’ désigne le déchet des fibres, plus sp&eacu...
Un petit complément précisant l’explication de Charmagnac : Au XIIe siècle, la ’bourre’ désigne le déchet des fibres, plus spécialement de laine d’abord, puis de soie un peu plus tard.
Par extension, le mot désigne ces amas de poils d’animaux qui permettent de rembourrer des objets ou de fabriquer du feutre.
réponse à . joseta le 26/10/2012 à 09h48 : Les chaussettes en fil d’écosse s’élaborent à &...
J’aime les ham-bourre-gueule. 
réponse à . momolala le 20/10/2009 à 06h30 : Mon bon God, tu négliges une piste qui a pourtant un lien avec la n&eacut...
quand les troupes de mousquetaires se faisaient face, il fallait tirer sa bourre et en caler très vite sa cartouche
Pour les balles à blanc, ils bourraient de poudre à lessiver : la bourre de bourde !
réponse à . SagesseFolie le 20/10/2009 à 10h41 : « S(1)e t(2)ir(3)]er la b(4)]ourr(5)e » Les numéro...
« S(1)e t(2)ir(3)]er la b(4)]ourr(5)e »

Les numéros représentent les consonnes (ou les 2 consonnes dans le cas du 5) situées avant.
Essayez donc l’ordre 3 - 4 - 2 -5 - 1 pour une "mignonne" contrepèterie.
J’obtiens "rbtrrs" ?
réponse à . <inconnu> le 26/10/2012 à 09h51 : Un petit complément précisant l’explication de Charmagnac&nb...
feutre.
Feutre désigne également un chapeau, qui a marqué un style: le style au feutre.
réponse à . joseta le 26/10/2012 à 10h14 : feutre.Feutre désigne également un chapeau, qui a marqué u...
Je suppose que tu auras remarqué que je n’ai fait qu’un vil copier-coller de Origine ! 
réponse à . <inconnu> le 26/10/2012 à 10h18 : Je suppose que tu auras remarqué que je n’ai fait qu’un vil c...
Oui. Mais c’est en te lisant que j’ai pensé au stylo feutre...
réponse à . <inconnu> le 26/10/2012 à 10h14 : « S(1)e t(2)ir(3)]er la b(4)]ourr(5)e » Les numéro...
Ben oui. C’est mignon. Mais j’ai bien aimé aussi le rôti de veau du # 16.
La bourrée. la bourre, labourer, la bourrer...Ça a inspiré le poéte...

cette page
DEVINETTE
Un marchand de matelas de bourre, avait placé, au-dessus d’une exposition de ceux-ci, un écriteau où on lisait: AVIS Ici on n’est pas des escrocs!
Qu’est-ce qui nous fait penser que le marchad mentait?
réponse à . charmagnac le 26/10/2012 à 09h32 : la ’bourre’ désigne le déchet des fibres, plus sp&eacu...
Et pendant ce temps-là, je me tirais la bourre avec l’imprimante-fax-scanner-photocopieur qui s’obstinait à m’écrire "paper jam", la seule confiture qui ne se mange pas.
réponse à . joseta le 26/10/2012 à 10h26 : Oui. Mais c’est en te lisant que j’ai pensé au stylo feutre.....
Un petit haïku de derrière les fagots ?

silence feutré
pipi fumant
mon nom dans la neige
réponse à . joseta le 26/10/2012 à 10h26 : Oui. Mais c’est en te lisant que j’ai pensé au stylo feutre.....
Oui. Mais c’est en te lisant que j’ai pensé au stylo feutre...
... à pas feutrés ...
réponse à . joseta le 26/10/2012 à 11h29 : DEVINETTE Un marchand de matelas de bourre, avait placé, au-dessus d&rsqu...
Réponse
- la bourre sous l’avis.
réponse à . charmagnac le 26/10/2012 à 10h42 : Ben oui. C’est mignon. Mais j’ai bien aimé aussi le rôt...
Je n’ai toujours pas compris cette histoire de rôti de veau !
réponse à . charmagnac le 26/10/2012 à 10h42 : Ben oui. C’est mignon. Mais j’ai bien aimé aussi le rôt...
Les contrepèteries sont pour moi un mystère … Il me faudrait pour les découvrir avoir la tournure d’esprit d’un Champollion.

Avec certaines - tellement connues qu’elles ne font sourire que moi, et encore ! - je m’en tire la bourre, telle celle du courageux petit monsieur qui avait bien du mérite à revenir à pied de la Chine un jour où il faisait beau et chaud.

Si maintenant, elles sont écrites façon énigme : rbtrrs… c’est à jamais le vide, le néant, le rien nébuleux du trou noir…

Avec le morceau de veau, je tourne autour d’un « vit » - si je puis m’exprimer ainsi ! – mais ça s’arrête là !
Apparemment, suis pas la seule ! 
Ceux qui ont pendant trop longtemps tondu la laine sur le dos des autres risquent, un jour, de se voir tirer la bourre, ou une de ses versions sanglantes ; la Terreur en est un exemple. Que je ne puis, du reste, approuver totalement. La justice, oui, la violence, non !

Quant au rôti de veau je ne suis pas allée plus loin que le vomi de rot serti etc... mais ce n’ est probablement pas la bonne combinaison. Car ensuite il faut, ayant prélevé de "m" des légumes, que je continue... et je m’ y perds
réponse à . SyntaxTerror le 26/10/2012 à 11h31 : Et pendant ce temps-là, je me tirais la bourre avec l’imprimante-fa...
Tu n’es pas le seul. J’ai encore une imprimante qui persévère (orthogr?) à me dire paper jam. Elle est sans doute de la même école qu’était la tienne.  
réponse à . lalibellule1946 le 26/10/2012 à 15h45 : Tu n’es pas le seul. J’ai encore une imprimante qui persév&...
C’est certain.
Les imprimantes sont des trucs fabriqués par les Japonais pour rendre fous les Occidentaux.
(Au cas où tu l’ignorerais, "paper jam" se dit "bourrage papier" dans la langue ... euh ... de Molière (?))
réponse à . DiwanC le 26/10/2012 à 15h21 : Les contrepèteries sont pour moi un mystère … Il me faudrait pou...
En effet, les contrepets, c’est comme les imprimantes !
Soit ça marche du premier coup, soit le papier bourre et plus on cherche moins ça marche et plus on s’énerve et ça peut se terminer très mal. L’imprimante traverse la fenêtre et le "Canard" finit au feu.
réponse à . <inconnu> le 26/10/2012 à 14h38 : Je n’ai toujours pas compris cette histoire de rôti de veau !...
c’est une contrpéterie mettant en jeu le père du veau et son outil principal... Germaine l’avait en main, ... si j’ose dire! 
réponse à . file_au_logis le 26/10/2012 à 17h38 : c’est une contrpéterie mettant en jeu le père du veau et son...
"Taureau", ça rime avec "rideaux", d’accord !
Au XIIe siècle, la ’bourre’ désigne le déchet des fibres, plus spécialement de laine
Si j’ai tout compris, elle pouvait aussi venir de l’aisselle ...
Et il ne faudrait pas non plus négliger l’expression voisine "prendre à re-bourre", qui signifie soit "tirer par derrière", soit "tirer une seconde fois". Non ?
réponse à . Enkidou le 26/10/2012 à 22h32 : Au XIIe siècle, la ’bourre’ désigne le déchet d...
Oui. Pour rembourrer les selles.
réponse à . <inconnu> le 26/10/2012 à 14h38 : Je n’ai toujours pas compris cette histoire de rôti de veau !...
@ DiwanC

C’est une contrepèterie un peu compliquée, proche de l’anagramme : avec "rôti de veau" on peut faire "vit de taureau", en n’étant pas trop exigeant.
réponse à . charmagnac le 27/10/2012 à 11h16 : @ DiwanC C’est une contrepèterie un peu compliquée, proche ...
Moi, je m’exprime par jeux de mots et le boulanger, par contre, pétrit.
réponse à . SyntaxTerror le 26/10/2012 à 16h24 : C’est certain. Les imprimantes sont des trucs fabriqués par les Jap...
Et les chances sont bonnes que je l’ignore parce que j’estime que je connais moins de 50% des mots français qui existent, facilement.   En fait, j’ignorais le bourrage papier. Voilà du moins encore un de mon côté.  . Merci !
Je trouve vos explications parfois très coherentes et vous en remercie. Pourriez-vous m’expliquer l’origine de: "Mener une vie de bâtons de chaise" et "Se ficher du tierce comme du quart". Merci!
réponse à . Benalwaziri le 28/10/2012 à 16h50 : Je trouve vos explications parfois très coherentes et vous en remercie. P...
"Mener une vie de bâtons de chaise" se trouve dans ce site en le cherchant avec la fonction recherche. L’autre expression ne se trouve pas encore dans le site.
réponse à . Enkidou le 26/10/2012 à 22h43 : Et il ne faudrait pas non plus négliger l’expression voisine "prend...
Non, pas du tout, d’ailleurs cela s’écrit "à rebours", et cela signifie "à l’envers".

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Se tirer la bourre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?