Vaincre / battre à plate(s) couture(s) - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Vaincre / battre à plate(s) couture(s)

Vaincre / battre complètement, de manière définitive

Origine

L'expression existe depuis le XVe siècle, sous la forme "rompre à plate couture".
Il faut dire qu'à l'époque, les étoffes étaient épaisses et raides. Par conséquent les coutures et autres ourlets, qui étaient des surépaisseurs de ces tissus, étaient extrêmement raides. Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n'étaient pas forcément riches, avaient donc pour habitude d'aplatir les épaisses coutures pour les rendre un peu plus souples. Cela se faisait soit en les cousant une deuxième fois (selon Furetière), soit à l'aide d'un carreau, ancien gros fer à repasser, soit enfin en les frappant vigoureusement à l'aide d'une latte. Cette opération se disait "rabattre les coutures".

De cette opération, est née au XVIe siècle l'expression "rabattre la couture à quelqu'un" pour "le rosser", comme si le fait de le frapper rabattait les coutures du vêtement que le malheureux portait.

Mais s'il y a une relation certaine avec notre expression, cela n'explique pas son sens et, surtout, l'utilisation préalable d'un verbe comme 'rompre', puis 'défaire', au lieu de 'battre'.

Selon Alain Rey, dans la métaphore initiale, il fallait comprendre 'rompre' dans son sens figuré de "abattre, démolir, enfoncer (une armée)" et 'plat' comme issu du verbe 'aplatir' au sens de "vaincre totalement, écraser, battre".
C'est du mélange de ces significations avec l'opération du tailleur que l'expression serait autrefois née, le 'battre' moderne étant ensuite logiquement issu du 'rabattre', son sens collant parfaitement avec celui de la locution.

Exemple

« Les collégiens ont l'habitude de tomber à grands coups de poing sur les épaules de leurs camarades qui ont un habit neuf ; ils prétendent par là rabattre les coutures »
Champfleury - Les souffrances du professeur Delteil

« Il a déjà été battu à plate couture dans deux conseils »
Stendhal - Lucien Leuwen

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Vaincre / battre à plate(s) couture(s) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Angleterreen To beat someone hollowBattre quelqu'un complètement (profondément)
États-Unisen To defeat / beat someone once and for allVaincre / battre (quelqu'un) une fois et pour tous
Espagnees AplastarAplatir
Argentinees Dar una palizaDonner une rouste
France (Marseille)fr Radaguer
Italieit dar capottodonner manteau
Pays-Basnl In de pan hakkenHacher dans le faitout
Pays-Basnl iemand platwalsenécraser/laminer/ratatiner quelqu'un
Pays-Basnl plettenaplatir/écraser
Pays-Basnl VermorzelenFracasser
Roumaniero A bate la curul / fundul golBattre le cul / arrière-train à poil

Vos commentaires
Qu’est-ce qui pourrait bien être plus aplati qu’un politicien, sinon un politicien battu à plates coutures..? 
Plates coutures et déconfiture !
réponse à . AnimalDan le 01/10/2008 à 00h20 : Qu’est-ce qui pourrait bien être plus aplati qu’un politicien,...
comme en Bavière ce dimanche ! les gros titres indiquaient "révolution" car la majorité a perdu plus de 20 points. Mais qu’on se rassure, les coutures des traditionnelles culottes de peau et Dindl tiennent bon pendant cette Oktoberfest!
On se demande parfois si ce ne sont pas justement ces costumes solidement cousus, qui aident à tenir debout certains Bavarois imbibés de bière !
Que l’on sorte vainqueur ou battu à plates coutures d’une confrontation, il faut avoir décidé auparavant d’en découdre...
réponse à . renoir2 le 01/10/2008 à 00h55 : comme en Bavière ce dimanche ! les gros titres indiquaient "ré...
Dans certains établissements, c’est la barre (du bar, donc...) autour de laquelle on boucle par précaution les bretelles. Naaan, pas les bretzels..!
C’est la courtisane qui vainc les cœurs avec sa lingerie à coutures plates !
Sa technique repose sur l’assemblage direct par simple chevauchement des différentes parties. le point reprend le bord du tissu de part et d’autre, en enfermant ainsi complètement le bord.
réponse à . AnimalDan le 01/10/2008 à 03h18 : Dans certains établissements, c’est la barre (du bar, donc...) auto...
Vaincre à plats de coudes durs ! vous ne savez-donc pas ? Les nouilles, faut les faire cuire....
réponse à . <inconnu> le 01/10/2008 à 03h54 : Vaincre à plats de coudes durs ! vous ne savez-donc pas ? Les n...
Coudon, Coupdur ..! C’est platte ..! Faut pas venir m’les battre ..!!
réponse à . AnimalDan le 01/10/2008 à 04h00 : Coudon, Coupdur ..! C’est platte ..! Faut pas venir m’les battre ..!...
C’est platte ? C’est pire, c’est galère !
Se faire battre à plates coutures, c’est rentrer à la nage .

L’une nef à l’autre hurter, Et mats cheoir et traverser, Cousture froissier et bois fendre ; Port ne rive ne puent [peuvent] prendre, Roman du Brut, p. 33, dans LACURNE.

Couture : Jonction de deux bordages dans le sens de la longueur dont l’étanchéité est assurée par calfatage.
réponse à . <inconnu> le 01/10/2008 à 03h46 : C’est la courtisane qui vainc les cœurs avec sa lingerie à co...
C’est ce qu’on appelle la couture rabattue, ... à plate couture. Elle s’utilisait sur tous les tissus fins, baptiste des chemises et brassières d’autrefois, soie,... etc afin d’en réduire l’épaisseur et d’en garantir la solidité. Evidemment pour les lourds brocards ou velours rebrodés la technique évoquée par God reste crédible.
Avis à la population expressionaute : Cotcot sera bientôt de retour, qu’on se le dise !
réponse à . <inconnu> le 01/10/2008 à 03h46 : C’est la courtisane qui vainc les cœurs avec sa lingerie à co...
C’est la courtisane qui vainc les cœurs avec sa lingerie à coutures plates ! Sa technique repose sur l’assemblage direct par simple chevauchement des différentes parties.
je crois savoir que la technique de la courtisane inclut aussi des chevauchements des parties plus compliqués, que le kamasutra a listé de façon exhaustive.
le jardinier a battu les géraniums à plates boutures.
réponse à . momolala le 01/10/2008 à 08h00 : C’est ce qu’on appelle la couture rabattue, ... à plate coutu...
afin d’en réduire l’épaisseur et d’en garantir la solidité

de forte cousture, dure deschirure disait un proverbe du moyen âge.
Cela vaut pour les tissus, bien sûr, mais aussi pour les liens du coeur. La saincte cousture, c’est l’amitié (et la cousture naturelle, la parenté).
réponse à . syanne le 01/10/2008 à 08h41 : afin d’en réduire l’épaisseur et d’en garantir l...
Eh bien, elle est toujours d’actualité : technique sur cette page...

Je découvre et cultiverai avec bonheur cette saincteté-là dont seuls les coeurs sont les patrons.
C’est un coup dur que d’etre battu a plate couture  !
n’esce pas , mr Bayrou  ?
plus plat que lui tu meurs !!
Et Charlélie Couture, ses blattes sont battues aussi?
"A plate-couture et à petits points perdus."
Ainsi cousaient les grand mères.On ne voyait plus de point du tout, "perdus" entre les replis de la couture.
Puisqu’on cause chiffons, y’avait aussi le "passe- poil" pour les boutonnières...
Un sacré travail de coutures aplaties au fer, très fort car il y avait jusqu’à6 épaisseurs de tissus dans les angles...
Par de l’étoupe imbibée de brai, les coutures de calfat. Bon, tu gagnes la trirème du jour, pour ta brillante démonstration de l’origine marine de l’expression éponyme.
réponse à . chirstian le 01/10/2008 à 08h19 : le jardinier a battu les géraniums à plates boutures....
De même, si tu mets trop d’eau dans ta cafetière, ou pas assez de café, tu vas battre ton palais à plate moûture.
et la cloche, elle se fait battre à glas (te) couture par le bedeau ?
réponse à . <inconnu> le 01/10/2008 à 11h00 : et la cloche, elle se fait battre à glas (te) couture par le bedeau ...
Tu ne cois pas si bien dire !
Le charme d’un bossu ne vient pas de son oeil de verre et de son pied bot mais bien de sa plate courbure !
soit enfin en les frappant vigoureusement à l’aide d’une latte
c’est dans les hôpitaux que cette technique était la plus utilisée. En effet il est important pour une cicatrisation parfaite, que l’opéré soit recousu de façon discrète. Le chirurgien rapprochait donc délicatement les tissus , et recousait avec un fil blanc , noir, jaune ou marron selon la pigmentation du corps. Mais la chair était toujours un peu tuméfiée , au point qu’on évoquait les lèvres de la plaie. Alors, avec délicatesse, mais fermeté, le chirurgien prenait sa latte, et frappait jusqu’à obtenir une égalisation satisfaisante.
Je ne sais pas si cette pratique est toujours en application. Les hôpitaux ne sont plus ce qu’ils étaient. Par exemple il est de plus en plus rare qu’un chirurgien espagnol obtienne une, deux oreilles ou la queue d’un malade, après une opération parfaite... 
Avoir la bourse plate, c’est être de la plate roture.
Bienvenue au club !
N’oubliez pas les filles depuis ce matin c’est 135 € si votre triangle n’est pas, jaune ou orange fluo...
l’expression "rabattre la couture à quelqu’un" pour "le rosser"
à rapprocher de "rabattre le caquet" pour le rosser au sens figuré s’il nous rebat les oreilles ? ( une autre expression à traiter, God ). Et le rapport entre caquet et couture se retrouve alors dans "bouche cousue". Tout se tient ...
réponse à . chirstian le 01/10/2008 à 12h00 : soit enfin en les frappant vigoureusement à l’aide d’une lat...
" Bibi Lolo à Saint-Malo
Qui tue sa femm’à coups d’couteau
Qui la console à coups d’casserole
Qui la guérit à coups d’fusil... "

... qui la remâte à grands coups d’lattes !
en Mésopotamie, ils connaissaient l"’expression "battre à plate coûte Ur...." qui
signifiait très approximativement "valoir la peau des fesses..."
réponse à . <inconnu> le 01/10/2008 à 13h37 : en Mésopotamie, ils connaissaient l"’expression "battre à pl...
Ce midi j’avais fait un plat-de-côtes/hure à mes invités. Se sont battus comme des cochons à çui qui en mangerait le plus !
élections USA : ce soir les deux Vice-Présidentiables vont débattre à plate couture.
la culture,avant de prétendre l’étaler, il faut l’acquérir !
sur Expressio les sots sont battus à plate culture.
Ah ben les gosses, je viens de faire le repassage de mon sac de marin : les coutures de mes tricots sont bien plates. Et à toute vapeur, encore !
Je me souviens que certains camarades prétendaient qu’il fallait rabattre les coutures des "rangers", en français : brodequins de marche.
Ca se pratiquait non pas à la batte, mais au tabouret métallique.
Il n’y avait pas que les coutures qui en sortaient rabattues, le cuir aussi avait pris 20 ans en dix minutes.

Je n’ai pas bien compris l’usage en marine, une fois cousues et rabattues, est-ce qu’il faut repasser les voiles à la vapeur ?
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 15h57 : Je me souviens que certains camarades prétendaient qu’il fallait ra...
Ben non, les voiles, ce sont les embruns qui les empèsent, la pluie qui les rince et le vent qui les sèche. Tu repasseras !
Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n’étaient pas forcément riches

Parce qu’ils ne savaient pas que la plume de ma tante est sur le bureau de mon oncle !
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 15h57 : Je me souviens que certains camarades prétendaient qu’il fallait ra...
Oui, je confirme pour les rangers, qui autrement bousillaient gravement l’arrière des chevilles et le cou-de-pied où je pense... tout l’"art" consistait en effet à les "casser" sans que ça fasse bousillé extérieurement !
réponse à . AnimalDan le 01/10/2008 à 16h59 : Oui, je confirme pour les rangers, qui autrement bousillaient gravement l’...
Sans coup férir (?), le petit tailleur en avait (a)battu sept d’un coup à plates coutures...

cette page
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 16h27 : Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n&rsq...
Y’en a un seul qui suit !  
réponse à . AnimalDan le 01/10/2008 à 16h59 : Oui, je confirme pour les rangers, qui autrement bousillaient gravement l’...
Comme j’étais sursitaire et que j’avais passé plus de temps à manifester qu’à étudier et pratiquait la randonnée, j’avais les pieds en béton et j’ai eu raison de mes croquenots !
Yen a qu’un qu’ a réagi !
Ca ne veut pas dire que les autres ne suivent pas !
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 17h12 : Yen a qu’un qu’ a réagi ! Ca ne veut pas dire que les au...
Bien dit, camarade ! God essaie de cacher la misère de son travail sur l’éditeur de partoche, là...
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 17h10 : Comme j’étais sursitaire et que j’avais passé plus de ...
Ouais ouais, laisse béton, on les connait, les géants aux pieds d’a(r)gile ..!
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 16h27 : Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n&rsq...
vingt fois sur le métier se mettait le tailleur
qui polissait sans cesse et se repolissait.
Les doigts sur la couture, tapant avec ardeur
il aplatissait tout ce qui trop dépassait.
C’est du mélange de ces significations avec l’opération du tailleur
dernière nouvelle : l’opération du tailleur s’est bien terminée. Il a quitté le bloc opératoire et se repose-t-ailleurs. C’était des calculs : on lui a soustrait, en même temps qu’on lui a extrait une racine carrée. Cela multiplie ses chances d’avenir.
réponse à . AnimalDan le 01/10/2008 à 17h02 : Sans coup férir (?), le petit tailleur en avait (a)battu sept d’un ...
Merci AnimalDan pour ce bon souvenir.
Faut avouer que la couture n’était pas très plate mais c’était efficace. Chez nous on aurait dit que le géant était battu à plat. Ce qui est effectivement le cas.
Bonjour et bonsoir à toutes et tous, je ne suis malheureusement pas souvent sur le site malgré mon envie !
le suffixe "ure" indique le résultat de l’action. Par exemple : la gel-ure résulte du gel. Avec des fruits confits on fait de la ... oui, de la marmelade, aussi. Taper sur les coûts pour les comprimer, c’est une coût-ure. Comment : un mirage ? Euh, oui, c’est s-ure !
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 17h12 : Yen a qu’un qu’ a réagi ! Ca ne veut pas dire que les au...
Ouais, et comme on est du bon monde, même la terreur ne monte pas sur ses grands chevaux pour cet outrage à notre attention
deux couvertures à chevaux, l’une de bateure pour le tournoy, et l’autre de couture pour la guerre DE LABORDE, Émaux
réponse à . chirstian le 01/10/2008 à 17h42 : le suffixe "ure" indique le résultat de l’action. Par exemple ...
Et quand on te retire ce avec quoi tu t’es (trop longtemps) sucré, c’est une déconfit-ure.

- Léta, pur setter à bas coût.
- Testeurs côtre à bau plat.
- Beau tacot plat très rusé.

Anna
réponse à . Elpepe le 01/10/2008 à 10h36 : Par de l’étoupe imbibée de brai, les coutures de calfat. Bon...
Et se faire aplater par sept pour une maigre pitance, c’était aussi de durs coups !
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 16h27 : Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n&rsq...
Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n’étaient pas forcément riches

Et pourtant la première leçon d’Assimil (anglais) nous enseigne que: "My tailor is rich".:&rsquo)
réponse à . <inconnu> le 01/10/2008 à 21h44 : Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n&rsq...
You tailor is rich, really ? Peut-être fait-il travailler des petites mains dans la haute couture
Ma moman, ce sont les coutures de mes chemises qu’elle est en train de battre au fer ... tant qu’il est chaud 
réponse à . <inconnu> le 01/10/2008 à 21h44 : Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n&rsq...
Ah, y’en a deux qui suivent !

D’après la légende (jamais vérifiée) la première leçon d’Assimil (français) commencerait par : la plume de ma tante est sur le bureau de mon oncle.
tu te répètes volontairement ou tu travailles dans la pub (pour Assimil) ? si c’est ça tu es battu à plates coutures par les techniques de Mr Goooogle
Je signale que jusqu’à un âge avancé, je pensais prononcer :
à plat de coutures

en me demandant bien quel met on pouvait préparer avec des coutures...
C’est dans Les Châteaux de sable que Georges (l’autre !) bat l’ennemi à plate couture :

La mêlée fut digne d’Homère
Et la défaite bien amère
À l’ennemi pourtant nombreux
Qu’on battit à plate couture,
Qui partit en déconfiture
En déroute, en sauve-qui-peut.


...et c’est Maxime Le Forestier qui interprète cette longue chanson, joliment imagée.
réponse à . SyntaxTerror le 01/10/2008 à 16h27 : Les tailleurs qui avaient bien assimilé leur métier mais qui n&rsq...
Dis-moi, le valeureux petit tailor peu fortuné n’a-t-il pas pour frère un certain Bryan qui passe beaucoup de temps in the kitchen ?
"le rosser", comme si le fait de le frapper rabattait les coutures
Et, parfois, à coups tueriez...
Les couturiers mirent la radio pour faire les ourlets, et l’écoute eurent.
Rediffusion
DEVINETTE
Pourquoi un couturier soigneux ne joue jamais à la belote ?
- pour ne pas faire de plis.
réponse à . syanne le 01/10/2008 à 08h41 : afin d’en réduire l’épaisseur et d’en garantir l...
la cousture naturelle, la parenté
question naïve : le mot "cousture" aurait-il une quelconque parenté avec le terme " cousins" ?
Quand on arrive dans sa belle-famille, on est souvent considéré(e) comme "une pièce rapportée" !
réponse à . DiwanC le 27/02/2013 à 01h28 : Dis-moi, le valeureux petit tailor peu fortuné n’a-t-il pas pour fr...
Faudrait demander à God.
Je ne sais pas si c’est la même, une officine qui fait de la pub dans le métro (et ailleurs ?) prétend garantir par contrat 97 % de réussite.
On peut tout aussi bien garantir 100 %, ça ne donne aucune idée du niveau atteint.

De toute façon, comme on dit : You’re in America now, speak Spanish !
Un tailleur qui file du mauvais coton prend ses mesures pour ne pas se faire épingler.
réponse à . joseta le 27/02/2013 à 11h03 : Un tailleur qui file du mauvais coton prend ses mesures pour ne pas se faire &ea...
Oui, bon, mais faut quand même pas monter tout cela en épingle, spa...
réponse à . escher le 08/10/2008 à 15h33 : Je signale que jusqu’à un âge avancé, je pensais prono...
Tu m’as battu à plate couture sur ce coup là !
J’ai tout lu avant de mettre mon commentaire, et voilà t’y pas que tu te trouves juste le dernier de la première liste de ceux d’avant !
Je voulais dire que vu l’heure j’allais aller manger mon plat de couture...
Pas de bol, hein, tu as dégainé le premier !
Dans un championnat international de poker amateur, où David excellait, les américains avaient, pour battre à Platt, Couture.
La première machine à coudre véritablement pratique est attribuée à un tailleur français originaire de la région lyonnaise, Barthélemy Thimonnier. Il dépose en 1830 le premier brevet d’une machine à coudre construite en bois, à un fil continu, en point de chaînette, cousant 200 points à la minute. (wiki)

Thimonnier... cette expression vient donc de la marine ?
Tous les tailleurs ne sont pas faits de la même étoffe et, par exemple, l’amateur de théâtre s’y connait davantage en doublures...
réponse à . mickeylange le 27/02/2013 à 12h57 : La première machine à coudre véritablement pratique est att...
Thimonnier... cette expression vient donc de la marine ?
On peut effectivement se poser la question…
D’autant plus qu’il est mort dans le Rhône (wiki). Certains ont prétendu qu’il cherchait à gagner la Manche à la nage :
- Va pas bien le Barthélemy… Y se noierait dans un dé à coudre ! Faut le surveiller : y coulerait plus vite que son fer à aplatir les coutures, affirmait la rumeur.

Laquelle rumeur murmurait également que le grand Thimonnier avait mauvais caractère :
- Y chinoise pour un rien !

Peu à peu, la mémoire de Barthélemy s’effaçait ; cependant, jusqu’au dernier jour, il garda l’esprit tailleur (mais ça, wiki ne le dit pas).
Pour ceux que cela tente, une petite plongée dans le DHLF :
Couture est d’abord custurae (v. 980) avant de devenir costure (v. 1150). Vers 1200, apparaît cousturière qui deviendra couturière bien sûr ; peu après, on trouvera des couturiers.

A. Rey signale que la couturière est au théâtre la répétition en costumes qui permettra aux couturières d’apporter les dernières retouches.
réponse à . DiwanC le 27/02/2013 à 14h02 : Thimonnier... cette expression vient donc de la marine ?On peut effectiveme...
Peu à peu, la mémoire de Barthélemy s’effaçait ;
Ouais, mais c’était quand même pas comme son ardoise, qui elle, s’allongeait proportionnellement à la tête du patron...
Il y avait même une phrase qui revenait à tout bout de champ et sous toutes les coutures: Au bar, tel est mis comme le Thimonnier sur son 31! quand il arrivait sapé comme un Monsignore, le petit doigt sur la couture du pantalon...

A propos de bar, ce s’rait pas l’heure, des fois? Allez, vite chez Marcel... Le dernier arrivé verra son ardoise s’allonger d’autant...
Quand t’es battu à plates coutures, c’est un coup dur, non?
Oui, je sais, c’est un peu plat...
réponse à . joseta le 27/02/2013 à 12h27 : Dans un championnat international de poker amateur, où David excellait, l...
Alors, là !
Pour Couture, j’aurais dit "CharlElie" et "Tom Novembre".
J’en suis ... comme un avion, sans elle.
Allez, vite chez Marcel...
Euh… tu es sûr ? Parce que, si on commence à boire à 14:50:25, on risque de rater l’apéro de 19:00:00 !
L’atelier de couture est en fête

cette page

Une autre occasion de filer chez Marcel !
réponse à . DiwanC le 27/02/2013 à 16h39 : Allez, vite chez Marcel...Euh… tu es sûr ? Parce que, si on commen...
De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves.
s.: Julius Caesar, De Bello Gallico (ou à peu près)

Et de plus:
Y a pas d’heure pour les Braves!
s.: N.Salko, lors de son erection
(ce à quoi, quelqu’un lui répondit: "casse-toi, Salko!")

Alors, hein?
réponse à . DiwanC le 27/02/2013 à 14h24 : Pour ceux que cela tente, une petite plongée dans le DHLF : Couture...
A. Rey signale que...

À la Joseta:
C’est pas du vinyl, ce disque: il ne se "Rey" pas! 
réponse à . file_au_logis le 27/02/2013 à 18h21 : A. Rey signale que... À la Joseta: C’est pas du vinyl, ce disque: i...
Aujourd’hui j’aurais plutôt parlé de point d’A. Rey. cette page.
réponse à . charmagnac le 27/02/2013 à 17h49 : L’atelier de couture est en fête cette page Une autre occasion de ...
Tiens ! ce jour de février 2013, on avait tous rendez-vous chez Marcel.

C'est l'occasion où jamais de recommencer car aujourd'hui, on doit souhaiter un ♫♪♫♫♪♪ Bon anniversaire à Jean1938 ♫♪♪♫♪ 

Vaincre / battre complètement, de manière définitive
Parmi les dames qu'aima le tendre Georges, il y avait Fanchon, la cousette qui tirait l'aiguille ...comme une couturière. La belle ne semblait guère farouche et – au contraire de l'expression – il n'eut pas à se battre pour la conquérir ; une conquête qui n'aurait rien de définitif, ils le savaient l'un et l'autre dès le début de leur histoire.

Moi, mes amours d'antan c'était de la grisette :
Margot, la blanche caille, et Fanchon, la cousette...
Pas la moindre noblesse, excusez-moi du peu,
C'étaient, me direz-vous, des grâces roturières,
Des nymphes de ruisseau, des Vénus de barrière...
Mon prince, on a les dames du temps jadis qu'on peut...


Écoutez... C'est une des plus belles.

réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 03h10 : Vaincre / battre complètement, de manière définitiveParmi l...
Fanchon se servait surement d'un dé à coudre et il est

Ell' n'avait pas de tête, ell' n'avait pas
L'esprit beaucoup plus grand qu'un dé à coudre


C'est là qu'il nous parle de Jo pour qui il eût le béguin jusqu'au jour où il découvrit qu'elle vendait ses charmes du côté de la Madeleine....

Tiens ! des madeleines avec le café.....
Mémé ne s'appellait pas Fanchon mais on pouvait l'appeller "la cousette" car elle en a passé des heures avec l'aiguille à la main, mais elle aimait bien car ça lui faisait un moment de repos où elle pouvait un peu rester assise.
J'aimais bien partir à la découverte de sa servante à couture.
Les merveilles qu'elle contenait me plaisaient beaucoup et j'avais le droit de jouer avec car c'était à moi qu'était dévolue la tache d'enfiler l'aiguille parce que mémé "n'avait plus ses yeux de vingt ans"..
Je ne comprenais d'ailleurs pas comment elle n'arrivait pas à voir le chas qui pourtant était bien gras vu l'exercice qu'il faisait à longueur de journée couché près de la cuisinière...et puis je ne voyais pas le rapport entre Mistigri (tous les chats de mémé se sont appellés Mistigri) et le fait d'enfiler une aiguille.
Je pouvais toucher à la servante mais sans rien déranger. Il fallait toujours tout bien remettre à sa place.
Il y avait des petites boites de cachou Lajaunie pleines de petites épingles avec des têtes multicolores, des boites d'anis de Flavigny remplies de petits boutons pression, des bouts de tissus de toutes les couleurs, des élastiques et sur un bout de tissu étaient fichées les aiguilles de différentes tailles, de la plus petite qui servait pour coudre les dentelles ou les ourlets jusqu'à la plus grosse pour repriser la lourde "canadienne" que pépé mettait l'hiver quand soufflait le Mistral..
Il y avait plusieurs dés à coudre, j'en mettais un à chaque doigt et m'amusais à imiter le galop du cheval sur la table en bois de la cuisine..
J'aimais bien la grosse boite de berlingots pleine de boutons de toutes les tailles et de toutes les couleurs, mais ce qui me plaisait le plus c'était l'oeuf à repriser les chaussettes de pépé.
Souvent je m'amusais à le comparer avec l'oeuf de la poule que j'allais chercher au poulailler en tremblant à l'idée de rencontrer le gros rat.
C'est qu'à l'époque on reprisait, on ravaudait, on "mettait des pièces", on consolidait en faisant ce que mémé appellait un "rigou-migou"; c'est à dire une grosse couture quand le tissu était déchiré comme autant de rustines sur une vieille chambre à air..
On n'allait pas à Carrefour acheter un lot de 15 chaussettes pour 9.90 € et on n'avait pas l'armoire pleine de T-shirts et de pantalons.
Un sur soi, un au lavage, ça faisait des années et des années et on ne jetait rien...
Quand un pantalon ou une robe était en fin de vie à force d'être usé, lavé et reprisé il finissait en chiffon....
Voilà, il y a longtemps que je n'ai pas essayé d'enfiler une aiguille mais je crois bien que j'aurais du mal car aujourd'hui c'est moi qui n'ai plus mes yeux de vingt ans...
Couturières
- Zut ! j'ai perdu mes dés à coudre...
- Tu veux mes dés ?
- T'aider à quoi ?
- Ta fille, la prof de littérature italienne, elle coud, aussi ?
- Non, elle fait dans Dante, elle...
réponse à . BOUBA le 27/06/2017 à 05h53 : Mémé ne s'appellait pas Fanchon mais on pouvait l'appeller "l...
Bien d'accord. Chez nous aussi ma mère reprisait et donnait une seconde vie à des tonnes de chaussettes entre autre... J'ai d'ailleurs sa boîte à coutures semblable à la tienne.
Redif
Phil Collins à l'Aiguille du Midi: Phil à l'Aiguille.
Thum: - Toujours aussi élégant toi, où tu les achètes tes costards ?
- l'Écosse Thum !
- oui, les costumes...où tu les achètes ?
réponse à . BOUBA le 27/06/2017 à 05h53 : Mémé ne s'appellait pas Fanchon mais on pouvait l'appeller "l...
Raconte encore...
réponse à . AnimalDan le 01/10/2008 à 13h21 : " Bibi Lolo à Saint-Malo Qui tue sa femm’à coups d’cou...
Serait-ce une comptine chantée en école maternelle ?
réponse à . BOUBA le 27/06/2017 à 05h53 : Mémé ne s'appellait pas Fanchon mais on pouvait l'appeller "l...
…… et la machine à coudre à pédale , avec la petite canette nichée dans un sabot, et la burette à huile pour graisser la mécanique, qui fait clic cloc clic cloc quand on appuie dessus …..
réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 03h10 : Vaincre / battre complètement, de manière définitiveParmi l...
Margot, la blanche caille
De retour de la cambrousse pour la minute de cuistrerie :
Je pense qu'il faut écrire "blanchecaille" en un seul mot, argot pour désigner la blanchisseuse. Comme la cousette et la grisette, elles étaient réputées compenser la faiblesse de leurs salaires par la prostitution du côté de la barrière (hors des portes de la ville).
réponse à . BOUBA le 27/06/2017 à 05h53 : Mémé ne s'appellait pas Fanchon mais on pouvait l'appeller "l...
Tout comme ta Mémé, la mienne aussi ravaudait, reprisait, rapetassait...
Elle donnait une seconde vie aux chemises de Pépé en retournant cols et poignets. Plusieurs fois rapiécés aux coudes, aux genoux, les bleus de travail de Pépé prenaient des allures de camaïeu à faire pâlir d'envie un peintre du dimanche !

Les vieux draps quittaient la chambre et devenaient torchons à vaisselle dans la cuisine ; ils finiraient chiffons/essuie-mains dans la musette de chantier de mon Pépé.

Sa petite travailleuse – qu'elle n'appelait pas "servante à couture" – se déployait, se transformant en une "immense" boîte ; c'était magique ! De tous les trésors qu'elle contenait, c'est la boîte à boutons que je préférais ; je les triais patiemment comme on trie les lentilles ! Les blancs à quatre trous et les blancs à deux trous... les métalliques... les gris jaspés clair ou foncé... et les autres décousus de quelques vêtements ou trouvés dans la rue ; ils ne serviraient sans doute jamais mais on n'imaginait pas les jeter. Et les uniques : deux gros boutons noirs et brillants et un petit rose à cœur jaune comme celui d'une marguerite !

ma mémé en a eu une mais j'avais grandi et mes jeux avaient évolué....
réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 10h38 : Tout comme ta Mémé, la mienne aussi ravaudait, reprisait, rapetass...
Nous avons les mêmes souvenirs de nos cousettes respectives.......
réponse à . SyntaxTerror le 27/06/2017 à 10h22 : Margot, la blanche cailleDe retour de la cambrousse pour la minute de cuistrerie...
En Provence la lessive se dit "la bugado" et la blanchecaille "la bugadiero"
réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 10h38 : Tout comme ta Mémé, la mienne aussi ravaudait, reprisait, rapetass...
Les vieux draps quittaient la chambre et devenaient torchons de vaisselle
Ce que j'aimais moins, c'était l'étape précédente : les draps usés au milieu étaient coupés dans le sens de la longueur et recousus bord à bord. La couture au milieu du drap n'était pas toujours plate et assez désagréable.
réponse à . SyntaxTerror le 27/06/2017 à 10h49 : Les vieux draps quittaient la chambre et devenaient torchons de vaisselleCe que ...
Par contre quand mémé changeait la literie en hiver j'adorais me lover dans ces draps de grosse toile bien raides et bien rêches avec au fond du lit, enveloppée dans un linge, la brique réfractaire chaude qui avait passé l'après midi dans le four de la cuinière à bois ...
réponse à . SyntaxTerror le 27/06/2017 à 10h22 : Margot, la blanche cailleDe retour de la cambrousse pour la minute de cuistrerie...
Je pense qu'il faut écrire "blanchecaille" en un seul mot,
Suis d'accord !
Mais sur le "Cahier de chansons" que j'utilise chaque matin, la blanchisseuse est devenue blanche caille... Est-ce ainsi que l'a écrit G. B. ? Je ne sais... mais j'aime bien !
J'imagine une Fanchon, blonde et cheveux frisés relevés en chignon d'où s'échappent quelques mèches rebelles, petite et potelée, ronde comme une brioche et chaude comme une petite caille...
réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 11h17 : Je pense qu'il faut écrire "blanchecaille" en un seul mot,...
J'imagine une Fanchon, [...] chaude comme une petite caille...
Je ne suis pas bien : je croyais que dans la chanson c'était Margot la blanchecaille...
réponse à . SyntaxTerror le 27/06/2017 à 10h49 : Les vieux draps quittaient la chambre et devenaient torchons de vaisselleCe que ...
Je les ai connus aussi ces draps essoufflés !
Les "miens" faisaient une sorte de tête-à-queue : ils étaient coupés dans le sens de la largeur et les milieux devenaient début et fin.
réponse à . deLassus le 27/06/2017 à 11h24 : J'imagine une Fanchon, [...] chaude comme une petite caille...Je ne suis pa...
J'aime bien quand tu arrives pour remettre les pendules à l'heure et Fanchon à sa place de cousette...
réponse à . BOUBA le 27/06/2017 à 10h44 : En Provence la lessive se dit "la bugado" et la blanchecaille "la...
La "bugadiero" m'a fait penser à "buanderie"... Me suis dit qu'il y avait peut-être un lien, une racine, un dérivé qui les rapprocheraient.

- M'sieur Rey, s'il vous plaît ! Qu'avez-vous à "buanderie" ?
- Rien ! Passez direct à "buée" !
m'a-t-il répondu d'une flèche qui n'admettait pas la réplique.

Bon... allons-y.

Buée : considéré comme issu par voie orale (1219-1226) d'un gallo-roman bucata → lessive, auquel remonte l'ancien provençal bugada (XIIIe s.). Yeeesss !

P. Guiraud conteste l'origine romane mais conserve buer (1150) → couler la lessive... Furetière s'exprime... et de paragraphe en paragraphe, on arrive à buanderie (1544) → lieu aménagé pour le lavage du linge. Buandier, buandière (issu de buer bien sûr), construit sur le modèle de lavandier, lavandière, n'a pas survécu... sans doute vaincu non par une plate couture mais par la buée que dégage la lessiveuse !
Tant pis pour lui. 


J'ai acheté ce matin au super-marché du coin des bigorneaux vivants.
Je vous donne la recette, la vraie, pour les faire cuire.
Un casserole d'eau où vous mettez du gros sel. Quand vous pensez qu'il y en a assez rajoutez encore une poignée. Ajoutez des clous de girofle et du poivre de Sichuan . Les plonger dans l'eau bouillante de quatre à six minutes selon la taille. Les sortir de l'eau dès que le temps de cuisson est passé. Si vous les laissez dans l'eau ils continuent à cuire.
Régalez vous, là cuisson c'est le plus important !
 

Grands couturiers

- Pour Pâques, tu fais toujours trop à manger, maman...
- C'est la mode...Pâques au rabe Anne !
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-
- Tu es sûre de lui ? Il a déjà organisé un bal, Pierre ?
- Pierre ? Bals maints !
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.
- Après les âneries que tu as dit, il vaut mieux que tu sortes !
- Pourquoi ?
- J'ai dit hors Christian !
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.
- Tu veux un Ricard, chérie ?
- Tu rigoles ? Je suis pétée, avec le quart d'un, Pierre !
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.---
- Voilà le bus qui arrive, André...courez j' vous attrappe !
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.
- Papa, où ils habitaient Astérix et Obélix ?
- Gaule...t'y es, Jean-Paul ? Tu t'y retrouves ?
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.--
- Nell, comment tu l'as appelé ton chat ?
- Coco !
- Coco ? chat, Nell ?
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-
- Tu connais un bon couturier ?
- Alexis Mabille !
- Quel Alexis t'habille ?
Etc.
réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 12h22 : La "bugadiero" m'a fait penser à "buanderie"... Me su...
Encore un mot qui vient du Provençal issu lui même du latin....

Bon faut dire que la civilisation est née au bord de la Méditérranée
Rome, Athènes, Carthage, l'Egypte.....

Tout le reste n'est que Barbare, Visigoth, Ostrogoths et autres Goths....

Enfin, j'dis ça, j'dis rien....je constate c'est tout....
réponse à . mickeylange le 27/06/2017 à 13h21 : J'ai acheté ce matin au super-marché du coin des bigorneaux vivant...
Merci Maïté....

J'ai connu un gars qui dès qu'il avait quatre balles en poche allair acheter crabes, langoustes et homards vivants et allait les balancer à la flotte pour leur sauver la mise...

Absolument authentique !
réponse à . BOUBA le 27/06/2017 à 16h38 : Encore un mot qui vient du Provençal issu lui même du latin.... Bo...
Bon faut dire que la civilisation est née au bord de la Méditerranée...Tout le reste n'est que Barbare,...
.
Pffff....
Tiens : tu lis ce qui est écrit en dessous... tout ce que t'ont apporté les gens du Nôôôrd... et après, seulement après tu causes ! Non mais...

Les Gaulois ont longtemps été représentés comme des barbares. Cette vision archaïque est due essentiellement à l'absence d'écrits gaulois et à César qui voulait glorifier et grossir sa victoire.

Cette civilisation très complexe, grâce à la recherche archéologique, dévoile aujourd'hui de nombreux secrets. Loin de cette vision réduite du peuple ripailleur et inorganisé, on sait que les Gaulois furent d'excellents agriculteurs et artisans. Du marnage à la moissonneuse batteuse en passant par le tonneau et la force, les Gaulois sont les inventeurs de très nombreux outils que le monde rural continuera à utiliser jusqu'à la veille de la Seconde guerre mondiale. Excellents métallurgistes, ils travaillent parfaitement le fer, le bronze et l'or et sont capables d'une extrême minutie. La découverte de l'étamage est attribuée aux Gaulois Bituriges.

Leur système politique, longtemps considéré comme tribal et primaire était en fait hiérarchisé. La femme avait, au sein du groupe, autant de pouvoir et de possibilités que les hommes. Et chacun devait gagner sa place auprès du chef ou de l'autorité en place.

Druide, vates et bardes avaient des fonctions très spécifiques du point de vue scientifique, culturel et éducationnel.

Enfin, ce peuple passé maître dans l'artisanat et la production agricole, était aussi un grand peuple guerrier, dont les armes n'avaient rien à envier aux Romains. Leurs techniques d'attaque étaient elles aussi très organisées, comme la trimarcisia ou l'utilisation de chars et d'épées longues pour des batailles de cavalerie.


et pis c'est tout ! Parce que là, mon p'tit père, tu es comme qui dirait vaincu à plate couture !


réponse à . mickeylange le 27/06/2017 à 13h21 : J'ai acheté ce matin au super-marché du coin des bigorneaux vivant...
Lange et les bigorneaux...

Ça va devenir un feuilleton comme "Blanquette et le légionnaire"... ou "Bouba et Coyotte vont à la chasse"... ou "De l'importance des rillettes dans la psychanalyse", de BeeBee, la plus célèbre neuneurologue de ce site.

Encore une recette qui va s'ajouter aux centaines d'autres car tout bon cuiseur de bigorneaux à la sienne qu'il considère comme la vraie, la meilleure, l'unique ; bref, la seule valable alors que la parfaite, c'est la mienne.
et v'là !

Bon... c'est pas tout ça, mais faut que j'y aille sinon vais être en retard chez les Desgrands-Lacour.

réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 17h18 : Lange et les bigorneaux... Ça va devenir un feuilleton comme "Blanq...
Ça va devenir un feuilleton comme "Blanquette et le légionnaire"..
ça pourrait. Quand elle extrait le bigorneau de la coquille à la pointe de sa corne zébrée tous les gars du village sont... là... là... là... là.
Le sabot noir et luisant de la chèvre possède deux onglons ce qui lui permet de coincer facilement le bigorneau ou l'escargot. Mais elle doit faire attention à ne pas confondre le bigorneau avec les morpions de monsieur Seguin qui sont très ressemblants mais beaucoup moins goûteux.
réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 17h02 : Bon faut dire que la civilisation est née au bord de la Méditerran...
.
réponse à . DiwanC le 27/06/2017 à 17h02 : Bon faut dire que la civilisation est née au bord de la Méditerran...
La femme avait, au sein du groupe, autant de pouvoir et de possibilités que les hommes.

Si c'est pas un signe de barbarie, qu'est-ce ? 

La découverte de l'étamage est attribuée aux Gaulois Bituriges.

Marceeel est un gaulois biturige, c'est de là que vient le terme de biture qui était à l'origine le nom breton pour désigner un excès de cervoise ou de chouchen.
réponse à . mickeylange le 27/06/2017 à 18h35 : La femme avait, au sein du groupe, autant de pouvoir et de possibilités q...
Si c'est pas un signe de barbarie, qu'est-ce ?
Tu devrais avoir honte de proférer de tels propos ? Sauvage !

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Vaincre / battre à plate(s) couture(s) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?