Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Avoir l'air de revenir de Pontoise

Avoir l'air confus, troublé.
Ne pas comprendre ce qui se passe.

Origine

Pontoisiennes, Pontoisiens, est-ce que les gens que vous visitez hors de votre commune vous disent que vous avez l'air ahuri ? Parce que l'expression du jour est dans la même veine que "il vient de Pontoise" qui veut dire "il a l'air hébété (voire abruti)".
Différents auteurs ont cherché à donner une explication historique à cette expression argotique bizarre (pourquoi Pontoise au lieu de Magnac-Laval, Brie-Comte-Robert, Marly-Gomont ou le Monteil-au-Vicomte, par exemple ?).
Ainsi, on trouve pêle-mêle les origines suivantes :
  • En 1634, une grave épidémie décima la majeure partie des habitants de Pontoise. Alors forcément, les rares qui en réchappèrent eurent l'air très étonnés et troublés d'être encore en vie lorsqu'ils rencontrèrent des gens hors de la ville, ne sachant expliquer pourquoi ils n'y étaient pas morts.
  • Entre 1652 et 1753, le parlement de Paris fut, sous des règnes et pour des raisons divers, exilé trois fois à Pontoise. Alors les gens qui revenaient de là-bas étaient assaillis de questions du genre "qu'a-t-il été dit à Pontoise ?" et, décontenancés par le flux de questions venues d'interlocuteurs variés, ne savaient plus quoi y répondre.
Mais, sachant qu'il existait aussi l'expression "avoir l'air de revenir du Congo" ou bien "avoir l'air de revenir de l'autre monde" pour désigner quelqu'un qui semblait avoir perdu le contact avec le monde civilisé ou qui n'était au courant d'un fait pourtant connu (donc quelqu'un ayant l'air troublé ou ahuri), il est probable que la véritable origine vient tout simplement d'un jeu de mots basé sur l'adjectif 'pantois' ou 'pantoise'.

Compléments

A moins qu'au lieu d'un jeu de mot, cela vienne d'une mauvaise interprétation de la part d'un mal-entendant et qui ne serait pas tombée dans l'oreille d'un non-entendant.
C'est vrai, sachant que le professeur Tournesol est sourd comme un pot, Hergé aurait pu imaginer le bout de dialogue suivant :
La Castafiore, avec un air très étonné (mais pas celui des bijoux, bien sûr) : "Vous savez quoi ? J'en suis toute pantoise !"
Tryphon : "Ah vous revenez de Pontoise !"

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Avoir l'air de revenir de Pontoise » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Bulgarie Bulgare Като паднал от небето Comme tombé du ciel
Allemagne Allemand Blöd aus der Wäsche schauen Faire une drôle de tête immergeant de sa chemise (de son linge)
Allemagne Allemand Er guckt wie ein Mondkalb Il regarde comme un veau lunaire
Angleterre Anglais To have been wool-gathering Avoir été cueillir (ramasser) de la laine
Argentine Espagnol Estar en la luna Etre dans la lune
Argentine Espagnol Estar más perdido que Adán en el día de la madre Être plus confus qu'Adam lors de la fête des mères
Argentine Espagnol Estar más perdido que turco en la neblina Etre plus egaré qu'un turc dans le brouillage
Espagne Espagnol Estar en Babia Être dans la lune/absent
Espagne Espagnol Estar en el limbo Être dans les limbes
Espagne Espagnol Estar pensando en las musarañas Penser aux musaraignes (= Bayer aux corneilles)
Espagne Espagnol Je proppose aussi dans le même registre, mais avec une nuance : "Estar en Babia" "Être dans la lune" ou "Être "absent"
Espagne Espagnol Parece alelado Il a l'air ahuri
Espagne Espagnol Quedarse pasma(d)o/tener cara de pasma(d)o Rester médusé
Canada Français As-tu vu le diable ?
France Français Il est entre Gaillac et Rabastens
Belgique Néerlandais Van de stomme geslagen zijn Etre battu par le muet (et donc ne plus savoir dire qqchose)
Pays-Bas Néerlandais Als een donderslag bij heldere hemel Comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu (dégagé)
Pays-Bas Néerlandais Het in Keulen horen donderen Entendre le tonnerre en Cologne
Pays-Bas Néerlandais In de bonen zijn Etre dans les haricots
Pays-Bas Néerlandais In de mist zijn Être dans le brouillard
Pays-Bas Néerlandais Van het padje af zijn Avoir quitté le petit chemin
Pologne Polonais Wyglądać jakby się spadło z księżyca Avoir l'air de tomber de la lune
Brésil Portugais Estar mais perdido do que cego em tiroteio Etre plu perdu qu'un aveugle au milieu d'un échange de tirs
Roumanie Roumain A fi căzut din lună Être tombé de la lune
Roumanie Roumain A fi de pe altă lume Etre d'un autre monde
Roumanie Roumain Parc-ai fi c?zut din pom/copac Comme tombé de l'arbre
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Avoir l'air de revenir de Pontoise » Commentaires

  • #1
    • God
    • 03/12/2006 à 18:25
    Hors sujet, certes, mais pour les nombreux qui n’y participèrent point et que cela intéresse, voici le compte-rendu des récentes agapes (the blues) expressionautiques de La Gaude (06).
    Avec, d’abord, les documents compromettants puis le compte-rendu.
    L’arrivée en char à boeufs à hélices
    [img]/documents/gaude0611_arrivee.jpg[/img]
    Toute la tablée (sauf le photographe !)

    [img]/documents/gaude0611_table.jpg[/img]
    Filo et Momo prennent leur pied
    [img]/documents/gaude0611_pied.jpg[/img]
    La troupe et la guinguette à l’extérieur
    [img]/documents/gaude0611_troupe.jpg[/img]
    Le compte-rendu au format PDF.
  • #2
    • cotentine
    • 04/12/2006 à 00:18
    • En réponse à God #1 le 03/12/2006 à 18:25 :
    • « Hors sujet, certes, mais pour les nombreux qui n’y participèrent point et que cela intéresse, voici le compte-rendu des récentes agapes (the... »
    revenir de Pontoise, c’est "être carrément à l’Ouest" !!!
    oui, mais à l’ouest de quoi ? ou d’où ? probablement, "à côté de ses pompes" ... 😄
    je souhaite que les photos de la prochaine convention soient aussi nettes ! lol
  • #3
    • momolala
    • 04/12/2006 à 05:54*
    • En réponse à cotentine #2 le 04/12/2006 à 00:18 :
    • « revenir de Pontoise, c’est "être carrément à l’Ouest" !!!
      oui, mais à l’ouest de quoi ? ou d’où ? probablement, "à côté de ses pompes" ... 😄... »
    God devait trouver qu’on avait tous l’air de revenir de Pontoise ! Pourtant on était beaux dans nos habits du dimanche et on avait même trouvé un brave type pour nous mettre tous sur la dernière photo.
    Je me souviens que dans ma vie parisienne tout ce qui évoquait l’Oise, rivière, département, "région", avait une connotation un peu méprisante qui rejoint de l’expression du jour : c’était l’idée de la campagne avec la boue et les cerveaux épais, frustres, par opposition au parisianisme de bon ton. Les copines qui venaient de Pontoise, de Beaumont, ... prenaient souvent l’accent épais des Picards par jeu dans notre Ecole Normale où tous les accents se côtoyaient mais où il était de règle de parler "pointu" et de distinguer l’[é] de l’[è] (pas les bons graphèmes mais je ne sais pas où les trouver). Peut-être Pontoise a-t-elle était choisie parce que cette ville évoquait l’Ouaise à elle toute seule.
  • #4
    • <inconnu>
    • 04/12/2006 à 06:08
    ........Tiens ! je ne connaissais pas cette expression........c’est comme "tomber de la lune" ou "faire des yeux de merlant frit alors ?"..........
  • #5
    • <inconnu>
    • 04/12/2006 à 07:26
    Cette expression est bien connue mais plutôt que l’air hébété ou ahuri nous lui donnions le sens de déconfit, décontenancé, comme les membres du Parlement en revenant à Paris après leur exil à Pontoise (http://www.trucsdemame.com/pages_express/page_express03.html).
    Revenir de Pontoise... ou de Canossa !
  • #6
    • OSCARELLI
    • 04/12/2006 à 07:39
    L’an dernier, au resto, nous fêtions Expressio,
    Notre régime, à l’eau, nous en bûmes des seaux!
    S’acheva en framboises, mais, quand on vit l’ardoise,
    Mesurée à la toise,nous revînmes de Pontoise!
  • #7
    • <inconnu>
    • 04/12/2006 à 07:53
    Juste une remarque concernant l’adjectif pantois: il me semblait que dans le temps, cet adjectif n’existait qu’au masculin. Pas de pantoise, donc. Me trompe-je?
  • #8
    • God
    • 04/12/2006 à 08:37*
    • En réponse à <inconnu> #5 le 04/12/2006 à 07:26 :
    • « Cette expression est bien connue mais plutôt que l’air hébété ou ahuri nous lui donnions le sens de déconfit, décontenancé, comme les membre... »
    Bonjour voisin (13540) ! Toutes les sources (supposées) dignes de foi en ma possession citant cette expression évoquent le sens d’hébété, ahuri, ne comprenant pas ce qui se passe ou disant des sottises.
    Et je rajoute que le Grand Larousse du XIXe indique : "que l’on applique à ceux dont les réponses sont troublées et confuses".
  • #9
    • God
    • 04/12/2006 à 08:42*
    • En réponse à <inconnu> #7 le 04/12/2006 à 07:53 :
    • « Juste une remarque concernant l’adjectif pantois: il me semblait que dans le temps, cet adjectif n’existait qu’au masculin. Pas de pantoise... »
    Le Grand Robert et le Littré citent ’pantoise’. Le Robert indique qu’il est d’un usage rare. Le TLFI précise "Les dictionnaires de l’Académie et le Petit Robert ne signalent pas le féminin qui est rare. Il est cependant attesté par les autres dictionnaires".
    Mais quand on veut faire un jeu de Meaux, est-ce qu’on s’embarrasse vraiment de telles choses ?
  • #10
    • <inconnu>
    • 04/12/2006 à 09:07
    Apparemment, la formation argotique : verbe+préposition+nom de lieu présentant une similitude avec le référent n’est pas rare en argot. On a par exemple "aller à Niort", pour "nier" (et d’autres qui m’échappent si tôt matin).
    Pontoisiennes, Pontoisiens, revenantes, revenants, bonjour !
    Pourquoi qu’vous les avez floutées, les photos ?
  • #11
    • chirstian
    • 04/12/2006 à 09:36*
    voici une expression que je n’ai jamais entendue, et dont je lis le commentaire suivant :
    "Les uns le disent d’un homme surpris, effaré ; les autres d’un niais ; ceux-ci d’un personnage qui ignore ce que tout le monde sait ; ceux-là d’un individu qui se contredit, qui bredouille, qui fait des mystères ou des quiproquos. Il y en a même qui disent, non pas : Comme en revenant, mais : Comme un revenant de Pontoise. Autant de gens, autant de sentiments." (cette page
    Donc, à en croire cette source très complète : une expression pas très claire !...Je vous en conseille la lecture : elle présente de façon très détaillée les 3 explications citées ici.
    Pour ma part, je relèverai seulement que l’expression "revenir de" pour marquer la surprise, l’hébétude , est avérée depuis longtemps : "je n’en reviens pas !"
    Et penserais plutôt que "ne pas revenir de " a été complèté par Pontoise , sans explication plus sérieuse que l’emploi de certains mots dans certaines comptines ou jeux de mots...
    @10 : on dit aussi aller à Thouars , ou aller à Jacta-est (beaucoup plus agréable que Jacta-nord)
  • #12
    • chirstian
    • 04/12/2006 à 09:53*
    • En réponse à <inconnu> #10 le 04/12/2006 à 09:07 :
    • « Apparemment, la formation argotique : verbe+préposition+nom de lieu présentant une similitude avec le référent n’est pas rare en argot. On a... »
    Pourquoi qu’vous les avez floutées, les photos ?

    A: un mauvais règlage de flou_au_logis
    B: l’un(e) d’eux est candidat(e) à la Présidence et ne veut pas être reconnu(e)
    C: Gaude est un quartier de Pontoise , et ils voulaient cacher l’air hébété qu’ils avaient en revenant
    D: certain(e)s d’entre eux étaient partis le matin en disant à leur conjoint(e) :" je t’assure, chéri(e) , si je suis obligé d’aller au bureau, c’est vraiment que je ne peux pas faire autrement."
    Votre réponse ? C’est votre dernier mot ? Avant de vérifier : une page de publicité ...
  • #13
    • chirstian
    • 04/12/2006 à 10:11*
    • En réponse à <inconnu> #7 le 04/12/2006 à 07:53 :
    • « Juste une remarque concernant l’adjectif pantois: il me semblait que dans le temps, cet adjectif n’existait qu’au masculin. Pas de pantoise... »
    pantoise
    comme le répond God en 9, les sources semblent divisées. L’explication est sans doute donnée par Littré:
    " Dans l’ancienne langue, pantois était substantif et voulait dire essoufflement : le Romman des oiseax et de leur chasse, composé par Gaces de la Vigne (XIVe s.)"
    c’est sans doute parce qu’il s’agissait d’un substantif masculin, qu’il a été ensuite utilisé comme adjectif seulement au masculin, avant de prendre les deux genres, comme tout bon adjectif...
  • #14
    • eureka
    • 04/12/2006 à 10:24
    • En réponse à <inconnu> #10 le 04/12/2006 à 09:07 :
    • « Apparemment, la formation argotique : verbe+préposition+nom de lieu présentant une similitude avec le référent n’est pas rare en argot. On a... »
    tout est flouté en effet ,
    à bon escient bien "troublé"
    c’est joindre les mots au cliché
    ce que revenir de pontoise est....
  • #15
    • <inconnu>
    • 04/12/2006 à 10:38*
    • En réponse à <inconnu> #4 le 04/12/2006 à 06:08 :
    • « ........Tiens ! je ne connaissais pas cette expression........c’est comme "tomber de la lune" ou "faire des yeux de merlant frit alors ?"...... »
    Tu ne comprends pas parce que tu reviens de Pontoise. Moi je connaissais, comme de nombreuses expressions. Mon grand-père en employait beaucoup et moi aussi; mais souvent je n’en connais ni la signification exacte ni, et surtout, l’origine. D’où mon intérêt pour expressio. Et je ne suis pas déçue. Merci God. Claudine
  • #16
    • Jonayla
    • 04/12/2006 à 11:26
    • En réponse à God #1 le 03/12/2006 à 18:25 :
    • « Hors sujet, certes, mais pour les nombreux qui n’y participèrent point et que cela intéresse, voici le compte-rendu des récentes agapes (the... »
    Joliii!
    Félicitations admiratives et enthousiasmées à tous les auteurs, compositeurs et interprètes !
  • #17
    • Elpepe
    • 04/12/2006 à 11:28
    pourquoi Pontoise au lieu de Magnac-Laval, Brie-Comte-Robert, Marly-Gomont ou le Monteil-au-Vicomte, par exemple ?

    Là, j’élève une protestation solennelle, God : qu’est-ce qui peut bien justifier une telle ségrégagtion ? Un tel parti-pris épris de mépris à tout prix ?
    ET ROUPERROUX-LE-COQUET, ALORS ???
    Ça compte pour du beurre, les charmantes bourgades sarthoises ? Hmmm ? Et si vous voyiez la tronche de ses habitants, qui n’ont même pas de gentilé à ma connaissance, vous apprécieriez et savoureriez avec délice "avoir l’air de revenir de Rouperroux-le-Coquet", beaucoup plus explicite que "...de Pontoise" !
    Bonjour à tous, mais là, je fais la gueule.
    😄
  • #18
    • chirstian
    • 04/12/2006 à 11:36
    est-ce que les habitants de Pontoise utilisent cette expression ? Ou disent-ils " avoir l’air de revenir de chez nous ? "
    Il est important de souligner,que pour "revenir de" il faut d’abord y être allé. Or, l’étude approfondie des statistiques fournies par la comptabilité de l’octroi de Pontoise montre que globalement, sur 2 siècles, le nombre de personnes sorties de Pontoise est égal au nombre de personnes qui y sont entrées, diminué du nombre de personnes qui y sont restées (compte non tenu des naissances et des décès intra muros).
    En cela on peut dire que Pontoise n’est pas un cas particulier, et serait même dans la situation générale de toutes les villes, sauf de Naples dont il est établi qu’on ne revient pas vivant, à cause de la mauvaise qualité de ses pizzas, ou de l’Etna (qui comme chacun sait, n’est pas du tout à Naples : donc je m’oppose à cette explication !) CQFD
  • #19
    • HoubaHOBBES
    • 04/12/2006 à 11:51
    • En réponse à <inconnu> #5 le 04/12/2006 à 07:26 :
    • « Cette expression est bien connue mais plutôt que l’air hébété ou ahuri nous lui donnions le sens de déconfit, décontenancé, comme les membre... »
    Sans vouloir ergoter, et God sait si c’est vrai, je crois que l’on "va à Canossa" ou "on va comme le pape à Canossa" (on n’en revient pas), ce qui signifie qu’on se plie aux ordres d’un autre.
    Ce serait un peu la même chose que de passer sous les fourches C(l)audiiiiiiiiiiines.
    Ce fut mon intervention (presque) sérieuse du jour.
    Memory-Hobbes
  • #20
    • Elpepe
    • 04/12/2006 à 12:10
    • En réponse à HoubaHOBBES #19 le 04/12/2006 à 11:51 :
    • « Sans vouloir ergoter, et God sait si c’est vrai, je crois que l’on "va à Canossa" ou "on va comme le pape à Canossa" (on n’en revient pas),... »
    Sans vouloir ergoter

    Il est étonnant de voir avec quelle retenue, en ce jour d’hui, on enfile les mouches par derrière, God. Que se passe-t-il ? L’approche des fêtes ? Le petit Jésus et les angelots partout ? Les agneaux bêlants...
    Mais que sont les ânes et les bœufs devenus ?