Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Etre tiré à quatre épingles

Être vêtu avec un soin méticuleux.

Origine

Prenez un carré de tissu.
Si vous voulez qu'il soit bien tendu (ou tiré) une fois posé sur une surface, il vous suffit de quatre épingles, une plantée à chaque coin.
Voilà qui peut suffire à expliquer d'où vient l'image d'un vêtement bien en place (ou sans plis, donc bien tendu) sur quelqu'un.
Cette expression est née à la fin du XVIIe siècle.
Au siècle précédent, on disait déjà d'une personne qui avait des vêtements bien ajustés qu'elle était "bien tirée" (pensez aux jambières ou bas-de-chausses, sortes de bas que les bourgeois ou les nobles portaient autrefois et qui devaient être bien tirés vers le haut pour faire un minimum de plis).
Le 'quatre' peut aussi être compris comme 'au maximum' (des vêtements ajustés au mieux) tel qu'il est également utilisé dans des expressions comme "monter des marches quatre à quatre" ou bien "se mettre en quatre".
Aux XVIIe et XVIIIe siècle, cette expression désignait quelqu'un "vêtu avec art, avec symétrie". Elle a pris depuis un sens un peu plus péjoratif en étant plus souvent appliquée à quelqu'un à la tenue un peu trop soignée.

Exemple

« On soigne et on vernit sa surface (…) on est tiré à quatre épingles, lavé, savonné, ratissé, rasé, peigné, ciré, lissé, frotté, brossé, nettoyé au dehors, irréprochable, poli comme un caillou (…) »
Victor Hugo - Les misérables

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre tiré à quatre épingles » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Maroc Arabe Amchayak Tiré à quatres épingles
Allemagne Allemand Geschniegelt und gebügelt sein Être attifé et repassé
Allemagne Allemand Geschniegelt und gestriegelt Endimanché et étrillé
Allemagne Allemand Wie aus dem Ei gepellt sein Être comme pelé de l'oeuf
Angleterre Anglais To be dressed up to the nines Etre vêtu jusqu'aux neufs
Angleterre Anglais To be spick-and-span Être impeccable
États-Unis Anglais To be all duded up Être tout bien habillé
États-Unis Anglais To put on the dog (short for dog collar) Mettre le chien (contraction de collier de chien)
Espagne Espagnol Anar de vint-i-un boto Se vêtir de 21 boutons
Espagne Espagnol Andar de tiros largos Etre tiré à quatre épingles
Espagne Espagnol Ir de punta en blanco Aller de pointe / bout en blanc
Espagne Espagnol Ir hecho un pincel Aller comme un pinceau
Iran Persan Adame asa ghoort dadeh C'est la personne qui a avalé un bâton
Canada Français Être sur son 36 Être sur son trente six
France Français Avoir un bâton dans le Q Avoir un bâton dans le derrière
Italie Italien Allicchittàtu Léché
Italie Italien In ghingheri En grande toilette
Italie Italien Vistire allicchittatu S'habiller avec soin
Belgique Néerlandais Op zijn paasbest Être vêtu comme à Paques
Belgique Néerlandais Op zijn trente-et-un zijn Se mettre sur son trente-et-un (déformation du mot trentain)
Pays-Bas Néerlandais Eruitzien als om door een ringetje te halen Avoir l'air comme pour enfiler un petit anneau
Pays-Bas Néerlandais Op zijn paasbest zijn Être vêtu de ses vêtements de Pâques
Pays-Bas Néerlandais Piekfijn (gekleed zijn) Être superbement habillé
Pays-Bas Néerlandais Tip-top gekleed zijn Être superbement habillé(e)
Pays-Bas Néerlandais Tot in de puntjes verzorgd zijn Être tiré à quatre épigles (peut s'appliquer aux vêtements, maquillage, apparence)
Brésil Portugais Estar na estica Être dans l'étirage
Roumanie Roumain Îmbrăcat la patru ace Habillé à quatre aiguilles
Roumanie Roumain Tras /pus la patru ace Tiré /mis à quatre épingles
Suède Suédois Ta på sig gåbortskläderna Mettre ses vêtements de sortie
Suède Suédois Ta på sig söndagskläderna Mettre ses vêtements du dimanche
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « Etre tiré à quatre épingles » Commentaires

  • #1
    • momolala
    • 11/02/2008 à 07:57
    Eh bien, tout le monde s’est tiré aux quatre points cardinaux ? Bonjour à tous de ce beau jour !
  • #2
    • tytoalba
    • 11/02/2008 à 08:42
    • En réponse à momolala #1 le 11/02/2008 à 07:57 :
    • « Eh bien, tout le monde s’est tiré aux quatre points cardinaux ? Bonjour à tous de ce beau jour ! »
    Bonjour. Encore un jour où Expressio a du mal à se tirer du lit. Point de courriel de God ce matin. Il faut donc user et abuser du truc de l’expression de la veille pour arriver jusqu’ici. Il me semble même avoir noté hier que certains ne pouvaient plus atteindre ce site. L’expression s’étant tirée ailleurs. Mais où va-t-on ? Quelqu’un veut-il la mort de ce merveilleux site ? Ne tirons pas trop vite de conclusion, God va bien vite nous régler tout cela. 🙂
  • #3
    • tytoalba
    • 11/02/2008 à 08:55
    Goog ne perd pas le nord. Il me conseille un site pour rendre parfait mes habits. Défroissage, repassage, mise sur cintre, etc... Et pour poursuivre sa logique implacable, il me propose ensuite un atelier de tapisserie.
    Bonne journée à tous ceux et celles qui parviendront à entrer sur Expressio.
  • #4
    • memphis
    • 11/02/2008 à 09:38
    Quelle corvée le repassage ! Si seulement il suffisait de 4 épingles, nous autres pauvres femmes aurions plus de temps pour venir sur Expressio. Quand il veut bien venir jusqu’à nous...
    cette page
  • #5
    • OSCARELLI
    • 11/02/2008 à 10:18
    • En réponse à tytoalba #3 le 11/02/2008 à 08:55 :
    • « Goog ne perd pas le nord. Il me conseille un site pour rendre parfait mes habits. Défroissage, repassage, mise sur cintre, etc... Et pour po... »
    Tiens, c’est marrant. Pour une fois, moi aussi: il me propose un site "Tapisserie Médiévale" et un autre "Traitement des Métaux". C’est fou, quand même, comme il peut bien s’adapter à l’Expressio.fr du jour.
    Moi, aujourd’hui, je n’ai pas été mis au pied du mur, attaché au poteau, les yeux bandés. Non, ils ne m’ont pas tiré ni à quatre épingles, ni à douze balles dans la peau...
    Tant mieux d’ailleurs...
    Bonne journéee d’un Bruxelles ensoleillé.
  • #6
    • <inconnu>
    • 11/02/2008 à 10:31
    pour les adeptes du waudou et de la magie noire, 4 épingles c’est un peu juste ! bonne journée !
  • #7
    • tytoalba
    • 11/02/2008 à 10:43*
    • En réponse à memphis #4 le 11/02/2008 à 09:38 :
    • « Quelle corvée le repassage ! Si seulement il suffisait de 4 épingles, nous autres pauvres femmes aurions plus de temps pour venir sur Expres... »
    ...nous autres pauvres femmes ...
    Ces propos sont sexistes, ils me semble. Ou alors, serais-je l’exception qui confirme la règle. Je connais autour de moi, plus d’un homme qui repasse son linge. Parfois par obligation puisque vivants seuls, mais aussi parfois pour aider leur compagne ou femme. Le partage des tâches ménagères ça existe. 🙂
    Pour tendre un napperon en dentelle de lin (et aussi de Brugges), quatre épingles, c’est nettement insuffisant.
    @ file_au_logis-5 : On devrait faire un échange de tapisserie. La tienne est médiévale, la mienne est flamande.
  • #8
    • Elpepe
    • 11/02/2008 à 10:48
    Bonjour bonjour, les gosses ! Quatre épingles pour se mettre sur son trente-et-un, en vue d’un soixante-neuf au salon rose, c’est bien de l’inflation du chiffre d’affaires, pour finalement se retrouver à poil, non ?
    Ah, zut ! Ça m’a échappé, pardon...
  • #9
    • <inconnu>
    • 11/02/2008 à 11:46
    • En réponse à Elpepe #8 le 11/02/2008 à 10:48 :
    • « Bonjour bonjour, les gosses ! Quatre épingles pour se mettre sur son trente-et-un, en vue d’un soixante-neuf au salon rose, c’est bien de l’... »
    me trompé-je ou les gosses sont les testicules au Québec ?
  • #10
    • brasil
    • 11/02/2008 à 11:54
    Pendant longtemps, les femmes portaient, le dimanche, un fichu plié en triangle sur les épaules. Pour ne pas que le vent dérange l’ajustement de leur tenue, elle épinglaient chaque pointe du fichu à leur vêtement. Comptez bien : une dans le dos, une sur chaque épaule, une devant = 4.
    C’est de là que vient l’expression.
  • #11
    • Elpepe
    • 11/02/2008 à 11:54
    • En réponse à <inconnu> #9 le 11/02/2008 à 11:46 :
    • « me trompé-je ou les gosses sont les testicules au Québec ? »
    C’est exact. Mais ce n’est pas le sens que je donne à mon expression, qui reste à cas des miques. Les mioches, les gones vers Lyon... oualà.
  • #12
    • <inconnu>
    • 11/02/2008 à 12:47
    • En réponse à brasil #10 le 11/02/2008 à 11:54 :
    • « Pendant longtemps, les femmes portaient, le dimanche, un fichu plié en triangle sur les épaules. Pour ne pas que le vent dérange l’ajustemen... »
    Bonjour les gens.
    un fichu plié en triangle... elle épinglaient chaque pointe du fichu à leur vêtement. Comptez bien : une dans le dos, une sur chaque épaule, une devant = 4

    Si je comprends bien, c’était un triange à 4 côtés ???
  • #13
    • <inconnu>
    • 11/02/2008 à 12:48
    Certains hommes pas très regardants et près de leurs sous se mettent parfois à plusieurs pour s’offrir les services d’une prostituée.
    Ce ne doit pas être très agréable d’être tirée à quatre pingres.
  • #14
    • OSCARELLI
    • 11/02/2008 à 13:06
    • En réponse à <inconnu> #9 le 11/02/2008 à 11:46 :
    • « me trompé-je ou les gosses sont les testicules au Québec ? »
    C’est bien de poser la question à un expert en la matière 😛
  • #15
    • Elpepe
    • 11/02/2008 à 13:07
    • En réponse à <inconnu> #12 le 11/02/2008 à 12:47 :
    • « Bonjour les gens.
      un fichu plié en triangle... elle épinglaient chaque pointe du fichu à leur vêtement. Comptez bien : une dans le dos, une... »
    Même qu’on l’appelle un tétriangle.
    Si !
  • #16
    • Elpepe
    • 11/02/2008 à 13:10
    • En réponse à OSCARELLI #14 le 11/02/2008 à 13:06 :
    • « C’est bien de poser la question à un expert en la matière 😛 »
    Orfèvre, s’il te plaît ! Les experts, y’en a partout, et on en crève !
  • #17
    • <inconnu>
    • 11/02/2008 à 13:39
    • En réponse à OSCARELLI #14 le 11/02/2008 à 13:06 :
    • « C’est bien de poser la question à un expert en la matière 😛 »
    fécale ?
  • #18
    • ThanhBach
    • 11/02/2008 à 13:50*
    Être tiré à quatre ... C’est ahurissant comme image subliminale !
    Être tirée ... Le subliminal devient animal maximal, car dès que le féminin nous parle, à nous cochons qui sommeillent, cochons-dindes, cochons-laquais, cochons-nés !
    Être tirée à quatre ... Aaaaaaaah que c’est affreux, mais quand on nem on ne compte pas, on se cantonne dans le ri - fifi !
    Mais l’être en plus en épingle, c’est proprement fakirien, avaleur de pointes et d’entre-chats, piqueur piqué surpiqué, mangeur de sots piqués, adepte du Kama sous tra-versin, contortionniste, magicien du cache-sexe enturbanné autour du zoizeau transformé, à plat, repassé et redressé enfin à quatre épingles ! Sado-macho à la noix de cajou et sapajou va ! Rala, rala !
    Être tiré(e) à quatre épingles !
    Bingo, jack-pot et lang de Blois, c’est tout cousu, du sans fil mais quand même piqué, par la nourrice (à quatre épingles, tirée de nos fantasmes)
    Ach ! Que c’est môffais !
    Mais ponne chournée pelle et radieussse pour fous touss !
    °
  • #19
    • Elpepe
    • 11/02/2008 à 14:12
    Chirstian, qui est au ski ce que la sardine est à l’huile, s’est pris la piste noire, et s’est tiré à quatre épingles à cheveux, dans sa belle combinaison rose fluo, juste avant de s’écrier "ça sent le sapin à plein nez".
    Et paf, le Chirstian... Maintenant, il est tiré à quatre épingles et plâtre, sur un lit de la clinique du coin. A son âge, c’est malin, hein ?
  • #20
    • momolala
    • 11/02/2008 à 14:21
    • En réponse à brasil #10 le 11/02/2008 à 11:54 :
    • « Pendant longtemps, les femmes portaient, le dimanche, un fichu plié en triangle sur les épaules. Pour ne pas que le vent dérange l’ajustemen... »
    Comptez bien : une dans le dos, une sur chaque épaule, une devant = 4.

    Où devant ? C’était une manière de chador ? Tu aurais dit des épingles à cheveux, oui, mais aux vêtements, c’est autre chose... 😕) Je vois mal la chose, mais peut-être est-ce parce que je viens de changer de lunettes.