Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Parler français comme une vache espagnole

Parler très mal le français.

Origine

Avant tout, il est indispensable de se poser une question très importante : existe-t-il des cours de français spécialement destinés aux vaches espagnoles ?
Meuh non, pourraient-elles mugir dans nos campagnes ! Car, croyez-en mon expérience moult fois confirmée, si vous allez demander à une vache, quelle qu'en soit la nationalité, de vous parler de la pluie, du beau temps ou de la cueillette des olives en basse Provence, elle se contentera de vous regarder fixement de son oeil bovin brillant d'une intelligence extrême (mais de quel côté, l'extrême ?) avant de recommencer à brouter son herbe, sans piper un seul mot intelligible.
Conclusion immédiate : les vaches sont très mal élevées, quoi que puissent en penser leurs éleveurs.
Question résultante : les bovins des pâturages étant manifestement privés de la parole, les espagnols y compris, comment pourraient-ils très mal parler le français ?
Ce n'est pas écrire une vacherie que de dire qu'il existe plusieurs hypothèses sur l'origine de cette expression qui est attestée dès 1640.
La plus classique, mais pas forcément la bonne, vient d'une altération de 'Basque' ("parler français comme un Basque espagnol"), car 'vasces' ou 'vasque', au XVIIe siècle, désignait un Gascon ou un Basque. Et il va de soi qu'un Basque du côté espagnol de la frontière ne parle pas bien le français, sauf s'il a été aux écoles pour l'y apprendre.
Une autre hypothèse, pas obligatoirement la bonne non plus, bien qu'il y soit question de bonne, viendrait d'une altération du mot 'basse' qui désignait une servante. On aura donc vite fait de croire qu'à l'époque, elles étaient plutôt espagnoles que portugaises et que leur maîtrise de notre langue n'était pas parfaite.
Mais ce 'basse'-là était tellement peu employé qu'il n'a pas laissé de traces sauf dans des formes régionales comme 'bassoteuse' pour "femme de ménage"[1].
Pourtant, selon Alain Rey, la plus probable des origines viendrait d'une combinaison de choses péjoratives propres à l'époque.
"Comme une vache" était en général, et est toujours, un terme intensif à connotation fortement négative[2]. Et, à la date d'apparition de l'expression, 'espagnol' était également un qualificatif désagréable ; on disait en effet "payer à l'espagnole" pour quelqu'un qui 'payait' en donnant des coups ou on désignait une "fanfaronnade" d'"espagnolade".
Alors la combinaison de ces deux termes, qu'on trouve dans la littérature dans l'expression "il est sorcier comme une vache espagnole" (c'est un incapable), aurait été un moyen de qualifier très négativement la manière de parler un mauvais français.
[1] D'ailleurs, dorénavant, on ne dira plus "technicienne de surface", mais "bassoteuse".
[2] Si, aujourd'hui, on a encore "gros comme une vache", dont on ne peut pas dire qu'il soit un qualificatif agréable, on trouvait autrefois des "dormir comme une vache" ou bien "pleurer comme une vache" pour désigner quelqu'un qui pleure constamment pour rien.

Compléments

Petite anecdote amusante : à l'issue de la finale de Roland-Garros de juin 1993 entre Jim Courier, Américain, et Sergi Bruguera, Espagnol, ce dernier, vainqueur du match, a baragouiné quelques paroles dans un français plus qu'approximatif, alors que Courier, dans un très bon français, s'est excusé de parler notre langue comme une vache espagnole, en regardant de façon appuyée son adversaire.

Exemple

« Jacques Collin parlait le français comme une vache espagnole. »
Honoré de Balzac -Splendeurs et misères des courtisanes

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Parler français comme une vache espagnole » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Pays de Galles Gallois Siarad Wenglish Parler angl-ois (Welsh + English)
Allemagne Allemand Ein schauerliches Französisch sprechen Parler un francais effroyable
Grèce Grec αλά Μπουρνέζικα Parler comme les burnous du Soudan
Angleterre Anglais To murder French language Assassiner la langue française
États-Unis Anglais To butcher French Abattre le français
États-Unis Anglais To murder French Assassiner le français
Espagne Espagnol Hablar (español) como un vizcaino Parler (l'espagnol) comme un biscaïen
Espagne Espagnol Hablar un francés macarrónico Parler un français macaronique
Canada Français Parler l'anglais comme une vache espagnole!
France Français Donner des coups de pied à la France
Belgique Néerlandais Koeterwaals spreken Parler une langue incomprehensible (étym. : langue rhéto-romane de Chur)
Pays-Bas Néerlandais Het frans radbraken Soumettre le français au supplice de la roue
Pays-Bas Néerlandais Krom Nederlands spreken Parler néerlandais courbé
Turquie Turc Fransizcayi katletmek Assassiner le français
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Parler français comme une vache espagnole » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 28/09/2006 à 03:52
    A ma connaissance, l’expression classique n’est pas "parler français comme un basque espagnol", mais "parler français comme un Basque l’espagnol
    La nuance est de taille puisque elle assimile le basque aux autres dialectes français comme le breton ou l’alsacien dont les locuteurs parlaient mal le français.
  • #2
    • mjkw
    • 28/09/2006 à 05:50
    Bassoteuse !! Bachoteuse !! Rien à voir avec le baccaulréat et le bachotage ????????????
  • #3
    • God
    • 28/09/2006 à 08:20
    • En réponse à <inconnu> #1 le 28/09/2006 à 03:52 :
    • « A ma connaissance, l’expression classique n’est pas "parler français comme un basque espagnol", mais "parler français comme un Basque l’esp... »
    La nuance est importante, effectivement, mais cette forme de l’expression n’est citée par aucun des lexicographes auteurs des sources dont je dispose.
  • #4
    • HoubaHOBBES
    • 28/09/2006 à 08:39
    • En réponse à <inconnu> #1 le 28/09/2006 à 03:52 :
    • « A ma connaissance, l’expression classique n’est pas "parler français comme un basque espagnol", mais "parler français comme un Basque l’esp... »
    Je connaissais cette explication-là aussi, mais il me semble que tu l’interprètes mal : si on dit "comme un Basque l’espagnol" , ne faut-il pas comprendre que le verbe sous-entendu est "parle", ce qui donne "comme un Basque (parle) l’espagnol".
    Ce qui veut dire que les Basques parlent mal l’espagnol, et pas le français.
    CQFD-Hobbes
  • #5
    • <inconnu>
    • 28/09/2006 à 08:58
    Toujours aussi intéressant et amusant; cependant, puis-je faire remarquer que "moult" étant adverbe, est invariable
  • #6
    • God
    • 28/09/2006 à 08:59
    • En réponse à HoubaHOBBES #4 le 28/09/2006 à 08:39 :
    • « Je connaissais cette explication-là aussi, mais il me semble que tu l’interprètes mal : si on dit "comme un Basque l’espagnol" , ne faut-il... »
    Non, pas forcément ! Les Basques ont leur propre langue (dont l’origine reste assez floue, d’ailleurs - voir cette page) et comme elle reste vivace, certains Basques côté espagnol peuvent aussi mal parler l’espagnol que certains Basques français parlent notre langue.
    La proposition n’est donc pas forcément absurde, mais il ne sert à rien d’en discuter, puisqu’on ne saura probablement jamais ce qu’il en est réellement.
  • #7
    • God
    • 28/09/2006 à 09:01*
    • En réponse à <inconnu> #5 le 28/09/2006 à 08:58 :
    • « Toujours aussi intéressant et amusant; cependant, puis-je faire remarquer que "moult" étant adverbe, est invariable »
    Oh oui, il faut faire remarquer ! Mais si c’est vrai, avec 278 000 occurrences de ’moultes’ sur Internet, je me sens moins seul.
    Cela dit, après vérification chez mon pote Robert (celui qui est grand), je me vois contraint de corriger...
  • #8
    • chirstian
    • 28/09/2006 à 09:11
    • En réponse à God #6 le 28/09/2006 à 08:59 :
    • « Non, pas forcément ! Les Basques ont leur propre langue (dont l’origine reste assez floue, d’ailleurs - voir cette page) et comme elle reste... »
    l’expression est d’après mes sources*, " parler français comme une vache, les Pagnol" : elle rappelle cette anecdote tirée de "la Gloire de Mon Frère" où le petit Marcel Pagnol et son frère essayent de communiquer avec des vaches.
    • qui sont aussi les sources de Manon
  • #9
    • chirstian
    • 28/09/2006 à 09:14
    je trouve que les vaches espagnoles parlent de pis en pis
  • #10
    • chirstian
    • 28/09/2006 à 09:18
    avant de recommencer à brouter son herbe, sans piper un seul mot
    moi j’en connais une qui broute et pipe en même temps. La vache !
  • #11
    • God
    • 28/09/2006 à 09:23
    • En réponse à chirstian #8 le 28/09/2006 à 09:11 :
    • « l’expression est d’après mes sources*, " parler français comme une vache, les Pagnol" : elle rappelle cette anecdote tirée de "la Gloire de... »
    Même que quand la source a été bouchée ou l’eau tarie, Manon a été obligée de dire : "Je vais au chateau d’eau de ma mère".
  • #12
    • chirstian
    • 28/09/2006 à 09:29
    • En réponse à God #7 le 28/09/2006 à 09:01* :
    • « Oh oui, il faut faire remarquer ! Mais si c’est vrai, avec 278 000 occurrences de ’moultes’ sur Internet, je me sens moins seul.
      Cela dit, a... »
    avec 278 000 occurrences de ’moultes’ sur Internet, je me sens moins seul.
    pour 1 570 000 "moult" = 17% . Aux dernières nouvelles , l’Académie a décidé de confier à Google le soin d’élaborer les règles : dès qu’une faute obtient la majorité absolue (50% +1) elle devient la nouvelle règle.
    Pour "chirstian" j’ai encore du travail : "christian" l’emporte par 515.000.000 contre 220.000
  • #13
    • God
    • 28/09/2006 à 09:33
    • En réponse à chirstian #12 le 28/09/2006 à 09:29 :
    • « avec 278 000 occurrences de ’moultes’ sur Internet, je me sens moins seul.
      pour 1 570 000 "moult" = 17% . Aux dernières nouvelles , l’Acadé... »
    Tu chies pote ! Il n’y avait aucune volonté de dire : y’en a plein sur Google, donc c’est LA vérité. J’ai bien et seulement écrit : je me sens moins seul.
    Comme il n’est pas seul le mouton qui agonise avec (pourtant la majorité de) ses camarades en bas de la falaise.
  • #14
    • chirstian
    • 28/09/2006 à 09:37
    • En réponse à God #11 le 28/09/2006 à 09:23 :
    • « Même que quand la source a été bouchée ou l’eau tarie, Manon a été obligée de dire : "Je vais au chateau d’eau de ma mère". »
    si l’eau tarit les vaches peuvent boire n’importe quoi d’autre, à condition que ce ne soit pas trop alcoolisé* (les vins, les bières ... les pas gnôles ).
    *autrement elles se mettent à parler français
  • #15
    • cotentine
    • 28/09/2006 à 09:48
    altération de ’Basque’ ("parler français comme un Basque espagnol")

    altération sans doute populaire ou volontaire puisqu’à l’oreille ça sonne ’presque’ pareil ... et c’est souvent le cas ... où pour s’amuser on remplace un mot par un autre de même résonnance comme dans "il est fier comme un p’tit banc" (en place de Artaban) ou bien "c’est vieux comme mes robes" (en place de Hérode) ... mais ça, ce sont seulement nous, les Nanas qui voulont seulement acheter une robe neuve !!!
    et il y a bien d’autres déformations d’expressions ... humoristiques ou non ... volontaires ou non ...
    Cherchez bien, vous en trouverez à foison dans le ’parler’ populaire ...
  • #16
    • chirstian
    • 28/09/2006 à 09:48
    • En réponse à God #13 le 28/09/2006 à 09:33 :
    • « Tu chies pote ! Il n’y avait aucune volonté de dire : y’en a plein sur Google, donc c’est LA vérité. J’ai bien et seulement écrit : je me se... »
    je me sens moins seul.
    t’inquiète, Jef , Yannou ! ... dès qu’on l’aura libéré. Toujours pas de demande de rançon ? Une supposition qu’il soit l’otage de vaches espagnoles , même pas foutues de parler français, hein ? Dans tous ces débats sur la francophonie , me semble que cette ignorance bovine est traitée avec beaucoup de légèreté, non ?
    Et qu’on ne me dise pas qu’un animal ne peut pas parler : on entend tous les jours des éléphants du PS qui me semblent bien vaches !
  • #17
    • bleumartine
    • 28/09/2006 à 11:06
    • En réponse à HoubaHOBBES #4 le 28/09/2006 à 08:39 :
    • « Je connaissais cette explication-là aussi, mais il me semble que tu l’interprètes mal : si on dit "comme un Basque l’espagnol" , ne faut-il... »
    moi aussi j’ai toujours entendu dire "comme un Basque l’Espagnol". L’explication ce srait qu’un Basque parle Basuqe et pas Espagnol (ni français). Et on sait bien que le Basque n’a rien à voir avec l’Espagnol, le Gascon, le Français. Je me demande si en Espagne il n’y aurait pas une expression du style "il parle Espagnol comme un Basque le Français".
    Martine.
  • #18
    • Jonayla
    • 28/09/2006 à 11:48
    • En réponse à bleumartine #17 le 28/09/2006 à 11:06 :
    • « moi aussi j’ai toujours entendu dire "comme un Basque l’Espagnol". L’explication ce srait qu’un Basque parle Basuqe et pas Espagnol (ni fra... »
    C’est également ce que nous disait notre prof de linguistique ...
  • #19
    • God
    • 28/09/2006 à 11:53
    • En réponse à bleumartine #17 le 28/09/2006 à 11:06 :
    • « moi aussi j’ai toujours entendu dire "comme un Basque l’Espagnol". L’explication ce srait qu’un Basque parle Basuqe et pas Espagnol (ni fra... »
    @Jonayla : il existent malheureusement des profs qui véhiculent des imbécilités, j’en ai eu.
    Mais dans ce cas, si on considère que le Basque ne parle correctement ni le français ni l’espagnol (selon le côté de la frontière où il se trouve), pourquoi l’expression n’aurait-elle pas été tout simplement : "parler français comme un Basque" ?
  • #20
    • chirstian
    • 28/09/2006 à 12:26*
    • En réponse à God #19 le 28/09/2006 à 11:53 :
    • « @Jonayla : il existent malheureusement des profs qui véhiculent des imbécilités, j’en ai eu.
      Mais dans ce cas, si on considère que le Basque... »
    L’expression aurait effectivement pu être "parler français comme un Basque". Mais si elle remonte à 1640, je doute qu’à cette époque les Basques parlaient tellement moins bien le français que les Bretons, les Auvergnats ou tout autre provincial, au point de devenir une référence en matière de mauvais français...
    Si l’expression s’affine en "comme un Basque Espagnol" , il me semble que la nuance est encore moins vraisemblable : encore une fois, on parle d’une expression attestée en 1640 ! Quelques années plus tard on pourra dire qu’il n’y a plus de Pyrénées, mais de là à faire la nuance entre Basques d’ici ou là !
    L’imaginer "comme un Basque, l’espagnol" est une hypothèse séduisante, souvent citée effectivement , mais elle supposerait que les basques aient eu la réputation d’écorcher l’espagnol (le Castillan ?), et que cette réputation soient venue à l’oreille des Français. De quoi j’me mêle ? Ca ne me semble pas non plus coller avec l’époque...
    Je crois que l’explication d’Alain Rey reste la seule sérieuse : une expression archie connue : "comme une vache" mélangée à " comme un Espagnol" par les petits marrants de l’époque.
    Et les basques ? Lâchez les moi !...