Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Rouler des yeux de merlan frit

Avoir des regards énamourés et ridicules.
Avoir les yeux levés au ciel, de manière affectée, ridicule, ne laissant paraître que le blanc de l'œil.
Fixer avec étonnement, stupéfaction.

Origine

À vous qui savez parfaitement qu’en argot en appelle un coiffeur un merlan, apprenez que ce n'est pas du spécialiste de la capillosectomie dont il sera question ici, car il est rare d'en croiser un à la fois frit et amoureux.
Qui a fait déjà griller un poisson à la poêle a pu constater que cette pauvre bête, bien que n'étant plus trop capable d'être extatique, a en général la bouche ouverte et, surtout, les yeux sortis des orbites et ressemblant à des billes blanches.
Si cette expression date du XIXe siècle (l’ "œil de merlan frit" est cité par Loredan Larchey en 1865), c’est avec le cinéma muet qu’elle a pris tout son sens, alors que les mimiques des acteurs étaient exagérées et que, lorsque quelqu'un ouvrait des billes rondes, les yeux chavirés d'une ridicule extase supposée symboliser une transe amoureuse, cette personne était comparée à un merlan frit.
Mais pourquoi un merlan au lieu d'une truite ou une baudroie, me direz-vous ?
C'est une bonne question à laquelle Claude Duneton, dans son "La puce à l’oreille", s’il ne répond pas, apporte tout de même un complément intéressant en citant une oeuvre de Caylus, "Recueil de ces Messieurs", qui en 1745 écrivait déjà : "C'est de là qu'on a dit des amants qui regardent tendrement leur belle : qu'ils font des yeux de carpe frite".
Autres temps, autres poissons !
Le dernier sens proposé est une extension de l’usage initial due au fait que, souvent, celui qui est très étonné, reste là, immobile, avec des yeux grands ouverts, qu’on dit parfois exorbités, et pouvant également rappeler ce pauvre poisson frit.

Exemple

« Tu penses qu'il ne crève pas les yeux, ton béguin pour ce pâlot d'étudiant empêtré dans son sourire ? Je parie que ça est même la blague de la maison. Tu penses si Mlle Laviolette, qui est la charité même... Oh ! tu peux nier tant que tu voudras, j'ai assez l'expérience des femmes, alleï ! Toi et tes yeux de merlan frit, quand tu le regardes ! »
Robert Choquette - Les Velder - 1941
« Il m'a regardé alors avec des yeux de merlan au gratin et s'est immédiatement fait disparaître. »
Léon Bloy - Le désespéré

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Rouler des yeux de merlan frit » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Arabe Arabe Ibiadhatt aynah Ces yeux se sont blanchis
Allemagne Allemand Die Augen verdrehen Rouler les yeux
Allemagne Allemand Glotzen Faire des yeux ronds
Allemagne Allemand Stieren Regard hagard
Grèce Grec Kitao san hanos Regarder comme un...merlan
Angleterre Anglais A google-eyed stare Un regard de stupéfaction, avec les yeux exorbités
Angleterre Anglais To look at someone with goofy eyes Fixer quelqu'un avec des "yeux niais" (Goofy = le chien maladroit de Mickey Mouse)
Angleterre Anglais To oggle (ogle) at someone Regarder quelqu'un avec des yeux intéressés... gourmands. Lorgner quelqu'un
Argentine Espagnol Mirar con ojos de carnero degollado Regarder avec des yeux de bélier égorgé
Espagne Espagnol Mirar con ojos de carnero degollado Regarder avec des yeux de mouton égorgé
Espagne Espagnol Quedarse embobado Rester baba
France Français Avoir des yeux en couilles de loup
Italie Italien Fare gli occhi da pesce bollito Faire les yeux de poisson bouilli
Italie Italien Fare gli occhi di triglia Faire les yeux de rouget
Belgique Néerlandais Als een schelvis op het droge kijken Regarder comme un aiglefin sur terre
Pays-Bas Néerlandais Grote ogen opzetten Mettre des yeux grands
Pays-Bas Néerlandais Kijken als een schelvis op het droge Regarder comme un églefin hors de l'eau
Pologne Polonais Robić cielęce oczy Faire les yeux de veau
Brésil Portugais Fazer olhos de peixe morto Faire des yeux de poisson mort
Brésil Portugais Fazer pouco Faire peu
Portugal Portugais Fazer olhos de carneiro mal morto Avoir des yeux comme un mouton qui est égorgé mais s'attarde à mourir
Roumanie Roumain A face ochii cât cepele Ouvrir tout grand les yeux comme les oignons
Roumanie Roumain A face ochii cât cepele Faire des yeux comme des oignons _étonnement_
Roumanie Roumain A-și da ochii peste cap A-și roti ochii ca girofarul Tourner les yeux Tourner les yeux comme les gyrophares
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Rouler des yeux de merlan frit » Commentaires

  • #1
    • OSCARELLI
    • 29/06/2006 à 21:24
    Non, je ne le demanderai pas. C’est simple: pour la truite, demandez à Schubert, pour le bar, demandez à Raymond...
  • #2
    • cotentine
    • 19/11/2006 à 00:49
    chez nous, en Normandie, ondisait bien "des yeux de merlan frit" ... mais on ajoutait : "mort d’amour" ... quelqu’un avait dû lui "poser un lapin" ! 😉
  • #3
    • <inconnu>
    • 19/11/2006 à 01:43
    chez nous, en Normandie, mais dans la haute (Normandie, pas société, là, je sais pas ce qui s’y dit et je préfére même pas le savoir), cheu nous, donc, on dit "des yeux de crapaud mort d’amour", mais je me répéte un peu, ayant ajouté un petit commentaire à ton (superbe) bestiaire de tout à l’heure, sur l’expresion qui est déja celle d’hier 🙂
  • #4
    • <inconnu>
    • 19/11/2006 à 02:06
    Encore moi, après, promis j’ "arête" :
    "mais pourquoi un merlan au lieu d’une truite ou un bar, me direz-vous ?"
    Peut-être parce que le merlan est un des poissons que l’on fait généralement frire !
    On peut le faire avec la truite, même s’il est tout de même préférable de la cuisiner en papillotte ou au court-bouillon, ça c’est mon avis, et même frite, elle n’a pas ces mêmes yeux exorbités et blanchâtres propres au merlan. Quant au bar, il faut trouver la poêle qui pourra le contenir de la queue à la tête !
    Maïté-Perrot vous souhaite une douce nuit et un joyeux réveil
  • #5
    • momolala
    • 19/11/2006 à 07:50*
    Chez l’Internaute, on écrit "Apparue au XIXe siècle, cette expression a remplacé "faire des yeux de carpe frite" (XVIIIe siècle). On l’employait alors pour parler des jeunes gens qui se lançaient des regards tendres et amoureux. L’expression a peu à peu changé, mais elle signifie toujours que l’on a un regard niais." Mais on n’énonce pas les sources.
    Dans la situation citée en exemple je rejoindrais plutôt Petula-Maïté au (4) et je ne vois rien de niais dans le fait d’échanger des regards tendres et amoureux (en réponse au "toujours" de la dernière phrase).
    Conclusion : restez sur Expressio !

    Il n’y a pas d’Anglais sur la ligne ? Je me demande si les yeux en question, à l’époque où est née l’expression qui n’était pas encore celle de l’Entente cordiale n’est pas plutôt liée au fait que le merlan frit l’était (et l’est toujours en cuisine) "à l’anglaise" : rouler des yeux de merlan frit à l’anglaise pourrait marquer une certaine dérision vis à vis des "frères" ennemis.
  • #6
    • momolala
    • 19/11/2006 à 07:53
    • En réponse à <inconnu> #3 le 19/11/2006 à 01:43 :
    • « chez nous, en Normandie, mais dans la haute (Normandie, pas société, là, je sais pas ce qui s’y dit et je préfére même pas le savoir), cheu... »
    J’aurais bien voulu y retourner, mais, n’ayant pas reçu la lettre d’hier je me retrouve en juin 2005 quand je lance une recherche ; le samedi 18 novembre semble donc m’avoir définitivement posé un lapin. Dommage !
  • #7
    • momolala
    • 19/11/2006 à 08:18
    En cherchant d’autres pistes, je découvre que "traditionnellement, le merlan est frit “ en colère ” ou “ enragé ”. Pour faciliter sa manipulation, on lui fait mordre la queue. Il tient ainsi dans la friteuse ou dans la poêle sans se défaire." *
    Quelle qu’en soit la justification, le merlan a de quoi être pour le moins surpris, étranglé et d’en avoir les yeux exorbités !
    • Eh non, je ne cuisine pas le merlan, sauf en filets. Histoire que l’oeil, dans la poêle, ne me donne pas de remords.
  • #8
    • God
    • 19/11/2006 à 08:20*
    • En réponse à momolala #6 le 19/11/2006 à 07:53 :
    • « J’aurais bien voulu y retourner, mais, n’ayant pas reçu la lettre d’hier je me retrouve en juin 2005 quand je lance une recherche ; le same... »
    Ah, Momo !
    Les rediffusions du week-end ne changent pas de date : elles gardent la date de leur première publication. Si tu fais une recherche avec ’lapin’, tu devrais la retrouver...
    Tu peux aussi essayer d’appeler très fort "laaapiiiin !", mais il n’est pas sûr que ça le fasse.
  • #9
    • God
    • 19/11/2006 à 08:21
    • En réponse à momolala #7 le 19/11/2006 à 08:18 :
    • « En cherchant d’autres pistes, je découvre que "traditionnellement, le merlan est frit “ en colère ” ou “ enragé ”. Pour faciliter sa manipul... »
    « L’oeil était dans la poêle et regardait Momo »
  • #10
    • borikito
    • 19/11/2006 à 08:22*
    • En réponse à momolala #6 le 19/11/2006 à 07:53 :
    • « J’aurais bien voulu y retourner, mais, n’ayant pas reçu la lettre d’hier je me retrouve en juin 2005 quand je lance une recherche ; le same... »
    Qu’est-ce que tu nous fais, là, Momo ? As-tu pris ta température ce matin ? (sinon yaurait sans doûte des volontaires 😛.
    Hier, samedi 18.11 c’était bien une reprise du 08.06.05 : "poser un lapin" dans laquelle tu es intervenue avec ton brio habituel, particulièrement en 68.
    Tu as fumé de la lavande ? Allez, reprends-toi ma grande, c’est dimanche, cool, cool.
  • #11
    • borikito
    • 19/11/2006 à 08:28
    • En réponse à God #9 le 19/11/2006 à 08:21 :
    • « « L’oeil était dans la poêle et regardait Momo » »
    "« L’oeil était dans la poêle et regardait Momo »"
    Mais Momo lui roulait des yeux de merlan frit, à st’heure.
  • #12
    • OSCARELLI
    • 19/11/2006 à 08:40
    A la mère, l’an neuf,
    et à la grenouille, le boeuf.
    Clin d’oeil préparatoire à la Convention des Frères (et Soeurs) de la Côte, qui se tiendra très exactement dans une semaine, à Antibes. Venez-y nombreux et amnésie vous ami(e)s.
    Prévenez-nous quand même. Cotentiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine etClaudiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine, on vous y attend!
    Mon Godemichou préféré, comme déjà dit hier, tu peux donner mon adresse courriel à ceux et celles que la convention intéresse...
  • #13
    • momolala
    • 19/11/2006 à 08:54
    • En réponse à God #8 le 19/11/2006 à 08:20* :
    • « Ah, Momo !
      Les rediffusions du week-end ne changent pas de date : elles gardent la date de leur première publication. Si tu fais une recherc... »
    Cher God, j’ai commencé par là :
    1 - poser un lapin : retour au 8 juin 2005
    2 - lapin : idem + chaud lapin
    mais pas de retour au 18 novembre, ce qui est normal puisque, tu me l’as expliqué gentiment déjà, c’est une reprise. Mais, n’ayant pas reçu hier ta lettre, j’y suis arrivée sans problème en direct HIER Borikito, mais je ne trouve pas de moyen aujourd’hui d’y retourner. Ce n’est pas bien grave ! Il y a sûrement des choses plus importantes.
  • #14
    • momolala
    • 19/11/2006 à 09:02
    • En réponse à momolala #13 le 19/11/2006 à 08:54 :
    • « Cher God, j’ai commencé par là :
      1 - poser un lapin : retour au 8 juin 2005
      2 - lapin : idem + chaud lapin
      mais pas de retour au 18 novembre... »
    Attends, je t’ai relu ; je vérifie un truc et je reviens !
    Bon, j’ai compris CCCCCCHer God (et cher Borikito) !
    Faites-z-excuses : mamie est un peu fatiguée et elle n’a pas essayé tous les boutons ! ça arrivera sans doute encore. Je suis un peu comme le lapin (encore lui) d’Alice au pays des merveilles : toujours à courir après le temps. Ce qui me vaut de faire des yeux de merlan frit aujourd’hui devant ma découverte du jour !
  • #15
    • OSCARELLI
    • 19/11/2006 à 09:48
    Au sujet de la convention:
    dis-moi, ô Framboise, serais-tu l’icelle qui a signé ce chef-d’oeuvre:
    Le Boeuf qui se voulait faire aussi mince que la Grenouille
    Un Boeuf vit une Grenouille
    Qui lui sembla de petite taille.
    Lui, qui était gros en tout comme vingt citrouilles,
    Envieux, se rétrécie, se renfle et se travaille,
    Pour égaler l’animal en minceur,
    Disant : "Regardez bien, ma soeur ;
    Est-ce moins ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
    - Nenni. - M’y voici donc ? Vous êtes fou ! M’y voilà ?
    - Ne m’approchez point." La massive pécore
    Se renfla si bien qu’elle s’étouffa.
    Le monde est plein de gens qui ne sont plus sages :
    Tout charnu se met à haïr son charmant postérieur,
    Tout petit mince en a plus que peur,
    Tous sont conquis : il faut être à la page.
    Il se trouve sur www.lafontaine.net et est signé "Framboise". Etonnant, non? Y aurait-il plus d’une Framboise à avoir du talent?
    C’est bien tourné, en tout cas. Voilà ce que nous attendons des expressionautes qui nous rejoindront...
  • #16
    • chirstian
    • 19/11/2006 à 10:03*
    Avoir un regard effrayé ou étonné , les yeux grands ouverts.
    est-ce bien le sens ?
    Le TLFI, pour sa part, avance une nuance un peu différente : "(Faire des) yeux de merlan frit = (Avoir les) yeux levés au ciel, de manière affectée, ridicule, ne laissant paraître que le blanc de l’œil". C’est également le sens indiqué par Alain Rey, dans son dico Culturel et celui indiqué par le Robert (le pote à God).
    Le D Historique de la LF , quant à lui, indique qu’un "merlan frit" serait au figuré (1640) une personne désagréable...(mais rien n’empêche une personne désgréable d’être affectée et ridicule, non ?)
    Le sens "d’affectation" pourrait être consolidé par un jeu de mot sur "merlan" : en effet on a longtemps appelé ainsi les perruquiers (parce qu’ils étaient blanc de poudre, comme merlan en farine), or ces personnages étaient souvent ridiculisés pour leurs manières effeminées.
    Et la raie , je vous la fait comment ? Auburn , noire ?
  • #17
    • chirstian
    • 19/11/2006 à 10:21
    il y avait à Paris un perruquier tellement doué, qu’on l’appelait "merlan l’enchanteur"
  • #18
    • borikito
    • 19/11/2006 à 10:23*
    • En réponse à chirstian #16 le 19/11/2006 à 10:03* :
    • « Avoir un regard effrayé ou étonné , les yeux grands ouverts.
      est-ce bien le sens ?
      Le TLFI, pour sa part, avance une nuance un peu différen... »
    "Et la raie , je vous la fait comment ? Auburn , noire ?"
    Certains préfèrent la raie aux mûres, surtout à Sébastopol.
  • #19
    • chirstian
    • 19/11/2006 à 10:28*
    • En réponse à momolala #7 le 19/11/2006 à 08:18 :
    • « En cherchant d’autres pistes, je découvre que "traditionnellement, le merlan est frit “ en colère ” ou “ enragé ”. Pour faciliter sa manipul... »
    * Eh non, je ne cuisine pas le merlan, sauf en filets. Histoire que l’oeil, dans la poêle, ne me donne pas de remords.
    . Voyons, que vais-je faire, se demanda Momolala, pour ne pas avoir ainsi deux yeux dans mon assiette ? J’ai trouvé : un bon bouillon bien gras !...
  • #20
    • <inconnu>
    • 19/11/2006 à 10:31
    • En réponse à chirstian #16 le 19/11/2006 à 10:03* :
    • « Avoir un regard effrayé ou étonné , les yeux grands ouverts.
      est-ce bien le sens ?
      Le TLFI, pour sa part, avance une nuance un peu différen... »
    Encore un histoire de coiffeur, finalement ce merlan.
    "un shampooing aux œufs ?
    -Non,non, à la tête seulement !" 😉
    Bon dimanche à tous !