Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Se cailler les miches / les meules

Avoir (très) froid

Origine

Et pour commencer, pourquoi dit-on 'se cailler' ?
L'image serait apparue chez Céline dans les années 1930.
On sait que 'cailler' désigne une coagulation sous l'effet d'un refroidissement ou d'une fermentation. Imaginez alors qu'il fasse tellement froid que votre sang caille à l'intérieur de vos veines.
"Se cailler" voudrait alors dire "se refroidir au point que le sang ne puisse plus circuler, tellement il se fige".
Passons maintenant aux miches.
Prenez une belle miche de pain, une grosse boule fendue dans sa longueur. Est-ce que ça ne vous rappellerait pas une belle paires de fesses séparées par un beau sourire vertical ?
C'est en tous cas, l'image qui, dans l'argot de la fin du XIXe siècle, a fait appeler 'miches' les fesses.
Et pour conforter la métaphore, un peu avant, au milieu du même siècle, la miche désignait aussi la lune, à laquelle on compare souvent les fesses.
Enfin, pourquoi les meules ?
Là, les explications sont nettement moins affirmatives. Cette appellation des fesses, apparue au milieu du XXe siècle, pourrait être due à l'analogie de forme avec le sommet arrondi d'une meule de foin.
Mais, dans une réflexion un peu plus tirée par les cheveux (mais pas forcément étonnante pour l'époque), on peut aussi faire le lien avec la meule du moulin à huile, celle qui broie les olives pour produire une huile excellente. Ne dit-on pas de quelqu'un qui a peur qu'il serre les fesses ? Et, par plaisanterie, s'il a très peur et qu'on lui insère une olive au bon endroit, qu'il serait capable d'en tirer deux litres d'huile, tellement il les serre ? D'où la possible comparaison des fesses à des meules...
Tout ça pour arriver qu'au fait d'avoir très froid aux fesses, c'est finalement, d'une manière plus générale, avoir très froid à tout le corps.

Compléments

En argot, les miches peuvent aussi désigner les testicules ou les seins.
Mais ici, l'expression est strictement équivalente à "se geler les fesses" ou bien "se geler le cul".

Exemple

« Ça tombe bien : en parlant de mensonges, allez-vous vous décider à me dire ce qu'on fait là, à se cailler les miches au beau milieu d'une orgie de courants d'air ? »
Maxime Gillio - Le blues du corsaire
« En attendant, cela m'a valu l'immense privilège de me cailler les meules un matin de novembre sur les Champs-Élysées pour l'avènement du Père de Gaulle, puisqu'on défilait pour l'occasion. »
Olivier Champenois - Le vol du canard

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Se cailler les miches / les meules » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Sich den Arsch abfrieren Se peler le cul (les miches) ; se les peler ; être frigorifié
Angleterre Anglais It's brass monkey weather Il fait un temps de singe en cuivre jaune / en laiton
États-Unis Anglais Colder than a witch's tit Il fait plus froid que le nichon d'une sorcière
États-Unis Anglais To freeze one's buns / rear / butt off Se geler à décrocher ses petits pains / ses fesses / son derrière
États-Unis Anglais To freeze one's butt / ass / balls off Se peler les fesses / le cul / les couilles
États-Unis Anglais To freeze one's toes off Se geler à décrocher ses orteils
Espagne Espagnol Estar helado Être gelé
Espagne Espagnol Hace un frio que pela Il fait un froid qui pèle
Espagne Espagnol Morirse de frio Crever de froid
Canada Français Être gelé comme un creton
Canada Français Se les geler En parlant des couilles
Belgique Néerlandais Het vriest de stenen uit de grond Il gèle les pierres hors de la terre
Belgique Néerlandais Mijn oren / handen / vingers / voeten / tenen / billen / ballen / kloten vriezen eraf Il gèle à en perdre les oreilles / mains / doigts / pieds / orteils / fesses / couilles
Pays-Bas Néerlandais Blauwbekken (van de kou) Cailler, avoir très très froid
Pays-Bas Néerlandais Vernikkelen van de kou Crever de froid
Brésil Portugais Estar congelando Être en train de congeler
Turquie Turc KIçı donmak Se geler le cul
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Se cailler les miches / les meules » Commentaires

  • #1
    • jotape
    • 04/02/2009 à 00:28
    voici une expression qui ,sans doute, va faire aujourd’hui un record de contributions,directes ou non.
    bien content de savoir que le docteur Destouche (et peut-être son copain Le Vigan) imagina l’image.
    un beau sourire vertical

    en Ibérie,jusqu’à voici fort peu ,se decernait un prix,celui de "la sonrisa vertical" à une oeuvre littéraire érotique.(editions Tusquet).
    et pour clore ,petite anecdote: dans le quartier de Saint Marc,à Brest,un boulanger vantait sa marchandise en explicant que sa fille,qui délivrait sa production ,avait "de belles miches"
    michetoner aurait-il la même étymologie?
  • #2
    • cotentine
    • 04/02/2009 à 01:03
    naïvement, quand j’étais plus jeune, je croyais que "les miches" en argot, signifiait les "air bags", et qu’il avait "du monde au balcon" ... sans doute avais-je fait un amalgame de miches et nichons ! 😄 et quand il fait très froid, ces "engins-là" nous font très mal ...
    Heureusement, un ami , bien intentionné, pour me les réchauffer, m’a démontré, mains à l’appui la différence ! :’-)) depuis, je ne me les suis plus jamais caillées !
  • #3
    • OSCARELLI
    • 04/02/2009 à 07:11
    mon petit Gode-michou adoré, ne te les gèles pas, aujourd’hui, hein, toi qui vis dans un pays o’u il y a des grèves et du verglas!
  • #4
    • OSCARELLI
    • 04/02/2009 à 07:15*
    pour les iceux et les icelles qui ne sont plus venu(e)s sur le site ces dernières heures, voici un rappel important:
    DERNIERE MINUTE
    Convention parisienne, le mardi 17 février 2009.

    Présents:
    GOD, lui-même
    l’AUSTRO GOD, moi-même,
    PtiPat, celui qui m’a corrigé la date, mais gentiment!
    et les autres qui voudraient nous rejoindre.
    Adresse du jour:
    Alesia jacta est!
    > j’ai déjà repéré le Métro le plus proche : Alésia ...
    >
    >> 10 rue de la Sablière
    >> 75014 Paris
    >> restaurant " Le petit baigneur".
    >>
    >> Amnésie vos amis! Ambiance assurée à partir de 20:00 - 20:30
    Mon avion atterit à CdG à 18:10, si tout va bien. Ensuite, si pas trop de retard à l’allumage, pas trop de grèves SNCF, RATP, fonctionnaires, enseignants, chercheurs, et autres, je devrais pouvoir le faire...
    Si vous allez voir l’expressio.fr du 18 septembre 2007 "se monter le bourrichon", vous verrez en premier commentaire le compte-rendu et les photos de la Convention que nous avons déjà tenue le 12 sept. de cette année-là. Le pied, que ce fut...
    OBLIGATION DE S’INSCRIRE: je réserverai une table pour nous le lundi précédent, donc, réservation via le canal 12 à mon adresse email (si pas connue, demander à God qui transmettra)
  • #5
    • momolala
    • 04/02/2009 à 08:04
    Et bien moi, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre ! Les miches, bon, je savais, mais les meules, je croyais que ça ne pouvait être que masculin, par deux, mais masculin. 😮 ! Des trucs un peu pendants, jumeaux, certes un peu tristes aussi dans ce cas de figure (si l’on peut dire 😄 ) mais accrochées ensemble par le haut : pour moi la métaphore était claire. Quant à cailler, là aussi, ça le faisait, non ? Donc, dorénavant je ne plaindrai plus secrètement les petits tozoïdes gelés de mon interlo-cul-teur !
  • #6
    • God
    • 04/02/2009 à 08:37
    • En réponse à momolala #5 le 04/02/2009 à 08:04 :
    • « Et bien moi, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre ! Les miches, bon, je savais, mais les meules, je croyais que ça ne pouvait être que... »
    Ne met pas tes connaissances au rencart, Momo : les meules, c’est aussi les coucougnettes. Mais pas ici. Quoique...
  • #7
    • SagesseFolie
    • 04/02/2009 à 08:44*
    fesses séparées par un beau sourire vertical

    Il s’agit du célèbre sourire de Mona Luna.
    A ne pas confondre avec celui des mâles heureux qui croient encore aux fentes hommes et qui ont des états dame.
    Les deux premières lunes que j’aie connues appartenaient à Monique. J’avais les cheveux longs et elle aimait faire mes tresses. Moi, déjà maths et magicien, je voulais voir le monde conique.
    - "Comme t’aima mes tresses, je t’appellerais natte à chat !" lui dis-je.
    Comme je la déshabillais, je vis que sa petite culotte était en peau de morue non écaillée et très serrée.
    Alors j’ai dû d’abord m’écailler les miches, et après ce fut très chaud. 😐
  • #8
    • chirstian
    • 04/02/2009 à 09:10
    "Se cailler" voudrait alors dire "se refroidir au point que le sang ne puisse plus circuler, tellement il se fige".
    pas seulement au froid : René caillait à Tombouctou (cette page)
  • #9
    • chirstian
    • 04/02/2009 à 09:15
    la miche désignait aussi la lune, à laquelle on compare souvent les fesses.
    tu sais ce qu’elle te répond la lune ? Non, mais quoi ... Laissez les nites tranquilles ! 🙁
  • #10
    • Elpepe
    • 04/02/2009 à 09:50
    • En réponse à God #6 le 04/02/2009 à 08:37 :
    • « Ne met pas tes connaissances au rencart, Momo : les meules, c’est aussi les coucougnettes. Mais pas ici. Quoique... »
    Nan nan nan... "On se les gèle", prononcé par un homme, fait clairement référence à ce que nous avons que les dames n’ont pas (en propre à tout le moins). Mais les miches désignent la face sud, réputée la plus facile chez les grimpeurs. Mais pas forcément chez les dames.
  • #11
    • PtiPat
    • 04/02/2009 à 10:28
    • En réponse à Elpepe #10 le 04/02/2009 à 09:50 :
    • « Nan nan nan... "On se les gèle", prononcé par un homme, fait clairement référence à ce que nous avons que les dames n’ont pas (en propre à t... »
    Bien Elpépé (El PPDA = Elpépé Déclaré Amiral d’Expressio)
    Je vois que tu commences à t’intéresser à la montagne ! Tout arrive, tu progresses bien ! 😉
    Sinon pour les miches je pensais aussi à des "choses" qui se trouvent devant, plutôt au dessus de la ceinture pour les dames, et plutôt en dessous pour les hommes. Heureusement qu’il y a Expressio et God pour nous remettre dans le droit chemin ! 🙂
    En attendant, ici l’expression du jour est franchement de circonstance. On se les caille !
  • #12
    • mickeylange
    • 04/02/2009 à 10:40
    La meule du Pape c’est caillée 7 ans ?
  • #13
    • Elpepe
    • 04/02/2009 à 10:41
    • En réponse à PtiPat #11 le 04/02/2009 à 10:28 :
    • « Bien Elpépé (El PPDA = Elpépé Déclaré Amiral d’Expressio)
      Je vois que tu commences à t’intéresser à la montagne ! Tout arrive, tu progresses... »
    Bon, écoute : je veux bien qu’on fasse une cordée. Mais à condition d’être le premier ! Quand je grimpe au mât, je suis toujours premier de cordée... Et d’ailleurs, je suis seul. Plus je grimpe, plus le vent souffle, et plus je me caille les miches, tandis que BB, aux fourneaux, se maille les quiches pour me réconforter ensuite.
  • #14
    • Elpepe
    • 04/02/2009 à 11:03
    • En réponse à SagesseFolie #7 le 04/02/2009 à 08:44* :
    • « fesses séparées par un beau sourire vertical
      Il s’agit du célèbre sourire de Mona Luna.
      A ne pas confondre avec celui des mâles heureux qui... »
    Quand tu vois le monde conique, tu frises le monde Vénus ?
  • #15
    • horizondelle
    • 04/02/2009 à 11:10
    Merci pour ces éclaircissements. Je croyais moi aussi que les miches et les meules n’appartenaient qu’aux femmes "au-dessus de la ceinture", mais en revanche, "se les cailler" (tout court) ne pouvait être crédible dit par une femme, ne possédant pas ce fameux les.
    Bon, j’avais tout faux alors!!!
    Sourire horizontal d’Horizondelle 😄
  • #16
    • horizondelle
    • 04/02/2009 à 11:14
    Les miches étant parfois du pain (farine provenant de la meule), Cailler, du chocolat (Suisse), cette expression fait un peu petit encas pour les quatre heures.
  • #17
    • horizondelle
    • 04/02/2009 à 11:16
    Et les oiseaux, qui caillent sur le bord des fenêtres, ce ne sont pas des miches ou des meules, juste des fientes et même en été. Rien à voir donc 😉
  • #18
    • Elpepe
    • 04/02/2009 à 11:18
    • En réponse à horizondelle #15 le 04/02/2009 à 11:10 :
    • « Merci pour ces éclaircissements. Je croyais moi aussi que les miches et les meules n’appartenaient qu’aux femmes "au-dessus de la ceinture",... »
    Après vous être approprié le pantalon, vous avez aussi fait main basse sur l’expression "on se les gèle", mesdames. Perso, je trouve ça plutôt charmant...
    Bon, et maintenant, le bulletin météo de la capitale mondiale d’Expressio : averses neigeuses intermittentes, température extérieure sous zéro. En clair : on se pèle le jonc.
  • #19
    • horizondelle
    • 04/02/2009 à 11:39
    • En réponse à Elpepe #18 le 04/02/2009 à 11:18 :
    • « Après vous être approprié le pantalon, vous avez aussi fait main basse sur l’expression "on se les gèle", mesdames. Perso, je trouve ça plut... »
    Et le jonc, c’est quoi ??? :’-))
    (J’aime mieux demander, des fois que j’interprète mal...)
  • #20
    • chirstian
    • 04/02/2009 à 12:05
    il faisait un froid à se cailler les miches, le dargeot, le dargif, le dargiflard, le derche, le joufflu, les meules, les noix, le pétard, le pétrusquin, le prose, le train, le valseur.
    Bref, une température plutôt fraiche pour la saison.