Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Se saigner aux quatre veines

Se priver (généralement pour quelqu'un).
Se donner beaucoup de mal.

Origine

Quand, par exemple, des parents peu fortunés préfèrent sacrifier leur confort et leurs loisirs, et utiliser leur peu d'argent pour que leurs enfants puissent faire de bonnes études, on dit qu'ils se saignent aux quatre veines.
L'image est facile à comprendre : si quelqu'un se coupe les veines qui passent au niveau du poignet (une veine et une artère radiale à chacun d'entre eux, ce qui nous fait un total approximatif de quatre), il va se vider de tout son sang et se priver d'un bien relativement précieux, la vie.
C'est donc un sens de privation extrême (jusqu'à tout y perdre) que véhicule l'expression.
Sous sa forme actuelle, elle semble relativement récente (XXe siècle) et on ne sait pas réellement de quelles veines il s'agit.
Mais elles peuvent être celles de n'importe quel membre puisqu'on disait autrefois "se saigner aux quatre membres", expression utilisée par Guy de Maupassant dans "Bel ami" en 1885.
Cela dit, peu importe, le résultat est le même : il ne reste jamais grand chose à celui qui s'est saigné aux quatre veines.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Se saigner aux quatre veines » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe Chka ya chaki lel baki / اشقا يا الشاقي للباقي Souffre-toi pour que l' héréditaire vive
Algérie Arabe Ynahi men lahmo Enlève de sa chair
Maroc Arabe N'qataa lahmi Je me déchire la chair
Tunisie Arabe Lqataa fi rouhou / T'qataa fi rouh'a Il se déchire / elle se déchire
Angleterre Anglais To bleed oneself dry Se saigner à sec
Angleterre Anglais To make big sacrifices Faire de gros sacrifices
Argentine Espagnol Romperse el culo (por alguien o por uno mismo) Se casser le cul (pour qqn. ou pour soi-même)
Espagne Espagnol Dejarse la piel Se laisser la peau
Espagne Espagnol Hacer muchos sacrificios Faire beaucoup de sacrifices
Espagne Espagnol Matarse (haciendo algo por alguien) Se tuer (en faisant quelque chose pour quelqu'un)
Espagne Espagnol Romperse / partirse los cuernos Se casser les cornes
Espagne Espagnol Sacrificarse (por alguien) Se sacrifier (pour quelqu'un)
Canada Français Se fendre le cul en quatre
Canada Français Se saigner à blanc Se saigner à blanc
Italie Italien Svenarsi S'ouvrir les veines
Belgique Néerlandais Zich opofferen voor iemand Se sacrifier pour quelqu'un
Pays-Bas Néerlandais Krom liggen Être couché courbé
Pays-Bas Néerlandais Uit de / mijn mond gespaard (nourriture) Se priver de manger, pour un but spécifique, p.ex. pour nourrir ses enfants ; donc : un sacrifice
Pays-Bas Néerlandais Uit de mond sparen Epargner de sa bouche
Pays-Bas Néerlandais Zichzelf wegcijferen (voor iemand) Se déchiffrer (pour quelqu'un)
Pologne Polonais Wypruwać sobie żyły Se découdre les veines
Brésil Portugais Fazer das tripas coração Faire des tripes cœur
Brésil Portugais Se matar Se tuer
Roumanie Roumain A-?i rupe de la gur? Se rompre (la nourriture) de la bouche
Ajouter une traduction

Déformée

  • Se saigner à quatre épingles

Commentaires sur l'expression « Se saigner aux quatre veines » Commentaires

  • #1
    • DiwanC
    • 13/05/2010 à 00:17
    Horizondelle l’a noté : le 13 mai, on dit
    Bonaniversaire Bonobo !
  • #2
    • deLassus
    • 13/05/2010 à 05:30*
    Bonobo-nanniversaire !
    Que la journée te soit douce !
  • #3
    • deLassus
    • 13/05/2010 à 05:56
    Pour tous ceux qui veulent briller sur notre meeeeeeeeeeerrrrrrvvvvvvvveeeeeeiiiiiiiilllllllllllleeeeeeeeeeeuuuuuuuuuuxxxxxxxx site en employant des mots incongrus, tout un petit recueil, très enrichissant, dont un forgé sur l’expression du jour :
    cette page
    A propos, Filo, la convention panaméenne du 18/05, ça tient toujours ?
  • #4
    • OSCARELLI
    • 13/05/2010 à 07:02
    Bonobo, arrête de faire le singe et viens nous rejoindre au Phare d’Expressio. Marcel et Bernard y sont déjà à pied d’oeuvre et nous nous sommes saignés aux quatre veines pour te souhaiter un bononiversaire!
  • #5
    • OSCARELLI
    • 13/05/2010 à 07:05*
    • En réponse à deLassus #3 le 13/05/2010 à 05:56 :
    • « Pour tous ceux qui veulent briller sur notre meeeeeeeeeeerrrrrrvvvvvvvveeeeeeiiiiiiiilllllllllllleeeeeeeeeeeuuuuuuuuuuxxxxxxxx site en emplo... »
    A propos, Filo, la convention panaméenne du 18/05, ça tient toujours ?

    Ben non, malheureusement. J’y serai, mais avec environ 15 personnes de la grande industrie nanoelectronique européenne et 10 représentants (comme moi) des organismes de financement nationaux. (un collègue à notre ThanBatch y sera également - Bercy, saigneur). Nous aurons d’autres thèmes à discuter...
  • #6
    • OSCARELLI
    • 13/05/2010 à 07:12
    L’expressio du jour, n’en déplaise à notre petit Godemichou adoré, a une origine tout-à-fait antérieure au XXème siècle, puisqu’elle date du XIXème, et qu’elle nous vient de l’ouest des Etats-Unis et de l’Alaska, lors des différentes ruées vers l’or. Ce sont les chercheurs d’or de l’époque qui se saignèrent aux quatre veines aurifères pour s’acheter le matériel de base pour satisfaire leur envie irrésistible de se faire assassiner par d’autres qui préféraient les saigner eux, plutôt que de se saigner soi-même...
  • #7
    • OSCARELLI
    • 13/05/2010 à 07:15*
    • En réponse à OSCARELLI #6 le 13/05/2010 à 07:12 :
    • « L’expressio du jour, n’en déplaise à notre petit Godemichou adoré, a une origine tout-à-fait antérieure au XXème siècle, puisqu’elle date du... »
    L’expressio du jour, n’en déplaise à notre petit Godemichou adoré, a une origine tout-à-fait antérieure au XXème siècle. En effet, c’est quand les médecins d’il y a quelques (petits) siècles décidaient une certaine thérapie qu’ils saignaient leurs patients aux quatre veines. On peut donc aussi dire qu’ils soignaient leurs patients aux quatre veines....
  • #8
    • BeeBee
    • 13/05/2010 à 07:52*
    Bon anniversaire Bonobo. Avec un petit sourire en plus, car le soleil brille, enfin, sur la capitale mondiale des rillettes et de la marine réunies et sans que personne ne se soit saigné aux quatre veines pour cela, quelle veine !!!😄
  • #9
    • OSCARELLI
    • 13/05/2010 à 08:14
    • En réponse à BeeBee #8 le 13/05/2010 à 07:52* :
    • « Bon anniversaire Bonobo. Avec un petit sourire en plus, car le soleil brille, enfin, sur la capitale mondiale des rillettes et de la marine... »
    Salut, BeeBee, tu en as de la chance de vivre dans la capitale mondiale des rillettes et de la marine réunies, quand vous pouvez en même temps profiter d’une spécialité hispano-normande: le Sol ey Brie. Profites-en bien!
  • #10
    • OSCARELLI
    • 13/05/2010 à 08:17*
    L’expressio du jour, n’en déplaise à notre petit Godemichou adoré, a une origine tout-à-fait antérieure au XXème siècle. En effet, il faut remonter à la Renaissance italienne, quand Mickeylange se blessa en taillant le marbre pour son David. Son burin glissa sur quelque veine du marbre, et - après avoir examiné la pierre, il s’exclama: "regardez, c’est parce qu’il y a là un sac de noeud: quatre veines qui se rejoignent. C’est un cas rare!"
    Et il eut quelques problèmes avec sa saignée: le sang coula, coula, et coula encore. Ce qui fit dire à son entourage que: "le sang du Mickey, à cause de son David, coule tard!"
  • #11
    • tytoalba
    • 13/05/2010 à 08:30*
    Bon anniversaire à Bonobo.
    Si quelqu’un se demandait où était notre Bonobo, ne vous inquiétez pas, il veille à cette page. Et il s’interroge sans doute sur ce que nous allons lui offrir en cette journée de fête pour lui. Voir à cette page.
  • #12
    • horizondelle
    • 13/05/2010 à 08:41
    Bon anniversaire Bonobo et surtout reste zen. Ce médium bonobo est-il ton maître ? cette page 😄
  • #13
    • <inconnu>
    • 13/05/2010 à 09:03
    Joyeux anniversaire Bonobo. Je t’envoie un petit souvenir de ta tendre enfance.
    cette page
  • #14
    • pfloche
    • 13/05/2010 à 09:51
    au resto, à la carte hier soir : saucisses et câpres de Vienne, saucées aux quatre miels
  • #15
    • BeeBee
    • 13/05/2010 à 10:08
    • En réponse à pfloche #14 le 13/05/2010 à 09:51 :
    • « au resto, à la carte hier soir : saucisses et câpres de Vienne, saucées aux quatre miels »
    Eh, bin, dis-donc, tout un programme !!!🙂
  • #16
    • LeboDan_Ubbleu
    • 13/05/2010 à 10:09
    • En réponse à OSCARELLI #10 le 13/05/2010 à 08:17* :
    • « L’expressio du jour, n’en déplaise à notre petit Godemichou adoré, a une origine tout-à-fait antérieure au XXème siècle. En effet, il faut r... »
    Que nenni, que nenni, rien de tout ça. L’expression remonte au moyen âge, à l’époque où les glises imposaient des pénitences aux pêcheurs (d’où l’origine maritime avérée de l’expression, spa !!!). Dès qu’il était prouvé que quelqu’un avait commis quatre actes répréhensibles, il lui était imposé une repentance, et il fallait donc qu’il fasse le signe de croix. D’où l’espressio : Se signer aux quatre peines :’-))
  • #17
    • mickeylange
    • 13/05/2010 à 10:12*
    • En réponse à LeboDan_Ubbleu #16 le 13/05/2010 à 10:09 :
    • « Que nenni, que nenni, rien de tout ça. L’expression remonte au moyen âge, à l’époque où les glises imposaient des pénitences aux pêcheurs (d... »
    il lui était imposé une repentance, et il fallait donc qu’il fasse le signe de croix.

    C’est pas de veine !
    John Wayne
  • #18
    • LeboDan_Ubbleu
    • 13/05/2010 à 10:15
    Un très bon anniversaire à Bonobo.
    A cette page, tu pourras t’habiller pour l’hiver l’été ! 😉
  • #19
    • DiwanC
    • 13/05/2010 à 10:23*
    Il s’était réveillé l’esprit guilleret… l’air était doux… Il descendit au jardin cueillir quelques fleurs… Lorsqu’il marcha sur le râteau oublié dans l’herbe haute, la bordée d’injures qu’il vociféra ne peut être rapportée ici. Il rentra soigner son front égratigné.
    Lorsqu’il descendit au jardin pour la deuxième fois, il ne vit pas le jouet à roulettes oublié par son cadet, s’affala lourdement jurant comme les charretiers du temps passé. Il rentra soigner son fessier endolori.
    Lorsqu’il descendit au jardin pour la troisième fois, le chien lui déboula joyeusement dans les jambes… Il rentra soigner son coude sanguinolent en se promettant de se faire radier à tout jamais de la liste des donateurs à la S.P.A.
    Lorsqu’il descendit au jardin pour la quatrième fois… Non, là il était tellement énervé qu’il a trébuché tout seul heurtant le banc de pierre, les dents en avant …
    Lorsqu’il tendit le bouquet printanier à sa femme, celle-ci mutine s’exclama : « Ben, dis donc, tu ne t’es pas saigné aux quatre veines pour m’offrir ça ! ». Elle ne comprit pas pourquoi il sortit en claquant violemment la porte* du salon.
  • #20
    • mickeylange
    • 13/05/2010 à 10:30
    • En réponse à DiwanC #19 le 13/05/2010 à 10:23* :
    • « Il s’était réveillé l’esprit guilleret… l’air était doux… Il descendit au jardin cueillir quelques fleurs… Lorsqu’il marcha sur le râteau ou... »
    Joli, la comtesse de Ségur va être jalouse !