Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Un cheval de Troie

Un piège, un moyen secret pour s'introduire chez l'ennemi, chez l'adversaire

Origine

Aujourd'hui, les habitués de la micro-informatique ont a peu près tous entendu parler des chevaux de Troie[1], placés au même niveau que les virus.
Et si ces logiciels ont un tel nom, c'est bien dû à la légende du cheval de Troie qui permit aux Grecs de s'emparer de la ville de Troie (qui n'est pas en Champagne, comme certains pourraient le l'imaginer).
Cette histoire est racontée par Homère dans l'Odyssée et Virgile dans l'Éneide.
Nous sommes en Asie Mineure. La ville de Troie, capitale de la Troade, est assiégée depuis dix ans par les Grecs qui commencent à désespérer un peu de la prendre un jour.
Soudain, l'un d'entre eux (Ulysse, paraît-il) a une idée lumineuse qui se traduit de la manière suivante :
Les Grecs bâtissent un énorme cheval de bois suffisamment grand pour que plusieurs soldats (dont Ulysse lui-même) puissent se glisser à l'intérieur. Ils amènent ensuite ce cheval près de Troie avec un soldat qui, se faisant passer pour un traître, alors que la troupe grecque lève le camp et semble abandonner le siège, réussit à convaincre les Troyens que le cheval est une offrande à Athéna et que le fait de le faire entrer dans la ville la protègera définitivement des velléités ennemies.
Malgré l'avis de Laocoon qui, avec son fameux "timeo Danaos et dona ferentes" (je crains les Danaens, même lorsqu'ils apportent des présents) est clairement opposé à l'entrée du cheval dans les murs, les Troyens y introduisent l'animal géant.
Dans la nuit, alors que les gens dorment, les soldats cachés dans le cheval en sortent et s'emparent de la ville après en avoir ouvert les portes aux troupes grecques revenues subrepticement.
C'est de cette ruse ayant permis l'introduction de l'ennemi dans les murs à l'insu des habitants que nous vient cette expression.

[1] Et pour ceux qui entendent parler de cela pour la première fois, un cheval de Troie informatique (trojan, en anglais) est un petit programme nuisible qui a été introduit dans l'ordinateur à l'insu de son propriétaire (via l'installation d'un logiciel piraté ou l'accès à une page web contaminée, par exemple) et qui, la plupart du temps, donne un accès à l'ordinateur en ouvrant une "porte dérobée" permettant à l'auteur du logiciel malfaisant (et non pas faisan mâle, même s'il peut faire très mal) d'accéder secrètement à tout le contenu de la machine.

Exemple

« Le catholicisme s'est implanté au Japon à partir du milieu du XVIe siècle, notamment dans l'île méridionale de Kyushu, par l'entremise de jésuites espagnols et portugais. Perçue comme un cheval de Troie de l'Occident, la religion a été interdite en 1614 par le shogun Ieyasu Tokugawa, et des dizaines de milliers de catholiques japonais ont été pourchassés, torturés, emprisonnés ou exilés. »
Le Monde - Article du 24 novembre 2008

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un cheval de Troie » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Bulgarie Bulgare Троянски кон Le cheval de Troie
République Tchèque Tchèque Trojský kůň Le cheval de Troie
Danemark Danois Den trojanske hest Le cheval de Troie
Allemagne Allemand Ein trojanisches Pferd Un cheval de Troie
Angleterre Anglais A Trojan horse Un cheval de Troie
États-Unis Anglais A Trojan horse Un cheval de Troie
Espéranto Espéranto La Troja ĉevalo Le cheval de Troie
Espagne Espagnol Cabalo de Troia Le cheval de Troie
Espagne Espagnol Cavall de Troia Le cheval de Troie
Espagne Espagnol Troiako Zaldia Le cheval de Troie
Espagne Espagnol Un caballo de Troya Un cheval de Troie
Espagne Espagnol Un caballo de Troya Un cheval de Troie
Espagne Espagnol Un troyano (informatique uniquement) Un Troyen
Estonie Estonien Trooja hobune Le cheval de Troie
Finlande Finnois Troijan puuhevonen Le cheval de Troie
Croatie Croate Trojanski konj Le cheval de Troie
Hongrie Hongrois Trójai faló Le cheval de Troie
Islande Islandais Trójuhestur Le cheval de Troie
Italie Italien Cavallo di Troia Cheval de Troie
Italie Italien Un cavallo di Troia Un cheval de Troie
Autre Latin Equus Troianus Cheval de Troie
Lettonie Letton Trojas zirgs Le cheval de Troie
Belgique Néerlandais Het paard van Troje Le cheval de Troie
Pays-Bas Néerlandais Een paard van Troje Un cheval de Troie
Norvège Norvégien Den trojanske hest Le cheval de Troie
Pologne Polonais Koń trojański Un cheval de Troie
Brésil Portugais Um cavalo de Troia Un cheval de Troie
Brésil Portugais UM CAVALO DE TROIA UN CHEVAL DE TROIE
Portugal Portugais Cavalo de Troia Cheval de Troie
Roumanie Roumain Calul troian Le cheval de Troie
Biélorussie Russe Траянскі конь Le cheval de Troie
Russie Russe Троянский конь Cheval de Troie
Slovaquie Slovaque Trójsky kôň Cheval de Troie
Slovénie Slovène Trojanski konj Cheval de Troie
Serbie Serbe Trojanski konj Un cheval de Troie
Suède Suédois Trojanska hästen Le cheval de Troie
Turquie Turc Truva Atı Le cheval de Troie
Ukraine Ukrainien Троянський кінь Cheval de Troie
Vietnam Vietnamien Con ngựa thành Troia Cheval de Troie
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « Un cheval de Troie » Commentaires

  • #1
    • DiwanC
    • 02/07/2010 à 01:47*
    Alors, si j’ai bien tout compris, l’expressio du jour c’est l’histoire d’un cheval qu’est mal parce que Virgile a introduit dans la ville un faisan plein de virus. Ce qui n’est pas bien gentil pour son copain Homère qui, lui, voudrait bien retourner en Grèce, mais il ne trouve pas la sortie de l’Odyssée, vu qu’il a trop bu de champagne et qu’il y a quelqu’un qu’a volé la porte…
    En plus, y’a des soldats japonais qui font un raffut de tous les diables ; ça réveille les braves gens et ça énerve Ulysse qui crie comme un putois parce qu’il a besoin de calme pour tester un nouveau programme informatique. Du coup, il monte sur l’Enéide* et y rentre à Troyes.
    Me demande où God va chercher des histoires pareilles…
    *Ppffffffff: c’est le nom de son bateau !!! n’allez pas imaginer n’importe quoi, non plus ! C’est déjà assez compliqué comme ça.
  • #2
    • <inconnu>
    • 02/07/2010 à 07:06*
    (qui n’est pas en Champagne, comme certains pourraient le l’imaginer).
    les deusses qui ne pensent qu’à boire ? 😛
    Heu, question: est-ce que cela ne pourrait faire allusion à la troïka ??? Ben oui, cheval de trois...🙂
  • #3
    • cornelius
    • 02/07/2010 à 08:08
    à la base de toute cette histoire cherchez la femme cette page....
    Peut être que si la belle Hélène n’avait pas eu le feu au cul , ce qui est le comble pour une glace, le tendon d’Achille Talon n’aurait pas inspiré l’auteur de films cette page en série cette page
  • #4
    • <inconnu>
    • 02/07/2010 à 08:25*
    • En réponse à cornelius #3 le 02/07/2010 à 08:08 :
    • « à la base de toute cette histoire cherchez la femme cette page....
      Peut être que si la belle Hélène n’avait pas eu le feu au cul , ce q... »
    Certains l’auraient-ils pris pour une poire, entraînant cette pomme de discorde ???
    Elle aurait aussi pu être satisfaite en étant polyandre...
  • #5
    • <inconnu>
    • 02/07/2010 à 08:46
    Boudiou!!!
    Mais qu’ils entrent donc!!!
    Y’a lulurre que je n’ai plus rien à cacher!!! 🙂
    Je les invite même à boire un petit café.
  • #6
    • tytoalba
    • 02/07/2010 à 08:53
    la ville de Troie (qui n’est pas en Champagne, comme certains pourraient le l’imaginer).
    Troyes en champagne, où comme chacun le sait, on pratique le test amant, l’ancien et le nouveau. Voir à cette page. 😉
  • #7
    • chirstian
    • 02/07/2010 à 09:00
    Malgré l’avis de Laocoon
    et ceux de Cassandre, la malheureuse condamnée à n’être jamais crue dans ses prophéties.
  • #8
    • chirstian
    • 02/07/2010 à 09:03
    il ne faut pas confondre un cheval de Troyes et trois chevals* de Huns
    (oui, je sais : certains écrivent "chevaux" mais l’effet est moins net ! )
  • #9
    • chirstian
    • 02/07/2010 à 09:13
    après en avoir ouvert les portes aux troupes grecques revenues subrepticement.
    compte tenu de la vitesse moyenne d’un bateau à cette époque (Elpepe nous aurait fait un cours sur la question), pour que l’armée revienne "subrepticement" prendre la ville, sans que nul guetteur ne se réveille à temps, il faut que la victoire ait été sacrément arrosée la veille, non ?
    Moi je crois plutôt que les soldats sont revenus par la voie des airs. Bref : qu’ils ont été héli-Troyés.
  • #10
    • mickeylange
    • 02/07/2010 à 09:25
    • En réponse à chirstian #9 le 02/07/2010 à 09:13 :
    • « après en avoir ouvert les portes aux troupes grecques revenues subrepticement.
      compte tenu de la vitesse moyenne d’un bateau à cette époque... »
    Moi je crois plutôt que les soldats sont revenus par la voie des airs. Bref : qu’ils ont été héli-Troyés.

    A cette époque c’étaient pas Pégase-Troyés ?
  • #11
    • charlesattend
    • 02/07/2010 à 09:35
    • En réponse à mickeylange #10 le 02/07/2010 à 09:25 :
    • « Moi je crois plutôt que les soldats sont revenus par la voie des airs. Bref : qu’ils ont été héli-Troyés.
      A cette époque c’étaient pas Pég... »
    Pégase était un cheval espagnol au sang froid réputé : on le surnommait déjà à l’époque "Pégase pas chaud andalou"
  • #12
    • mickeylange
    • 02/07/2010 à 09:42
    • En réponse à charlesattend #11 le 02/07/2010 à 09:35 :
    • « Pégase était un cheval espagnol au sang froid réputé : on le surnommait déjà à l’époque "Pégase pas chaud andalou" »
    Si si c’était un chaud latin !
  • #13
    • OSCARELLI
    • 02/07/2010 à 11:12*
    COMPTE-RENDU DE LA CONVENTION PANAMÉENNE
    Mercredi 30 Juin 2010

    Les Douzes élus s’étaient rassemblés autour de la table.
    Il y avait :
    - Momolala, qui s’était éloignée de son enménagement pour nous retrouver, passant d’une canicule à l’autre,
    - Cotentine, descendue de ses brumes du Nord afin de ne pas laisser ses petits copains dans la mouise,
    - Mickeylange, qui avait réussi pour l’occasion à nettoyer les taches de couleurs éparlillées de-ci de-là sur sa peau parchemniée,
    - DiwanC qui pour se joindre à nous avait fait des pieds et des mains et avait ainsi réussi à faire tomber la tringle et les rideaux,
    - DeLassus, bien sûr, sans qui une Convention Panméene n’aurait aucun sens (il avait même amené certains de ses grimoires pour remplacer l’une ou l’autre chaise manquante,
    - KimChee, qui avait été obligée pour la bonne tenue de cette réunion de laisser ses plumes, son arc et son carquois à l’entrée,
    - BeeBee qui avait réussi par un tour de passe-passe comme elle en est coutumière à se transporter extratemporellement et à se dupliquer, pour être à la fois au Mans et avec nous,
    - Notre petit Godemichou adoré, qui lui, avait laissé volontairement tous ses attributs Godesques hors de portée pour se comporter – une fois n’est pas coutume et il faut le saluer – comme un simple mortel,
    - Jonayla qui ouvrit la marche à la délégation belgissime avec son rire cristallin sans lequel une Convention n’en est pas une (je profite de l’occasion pour lui demander à l’avenir de régler elle-même les factures de bris de glaces outranciers),
    - Mirlou, venue cette fois sans Trintrin,
    - HoubaHobbes qui nous rejoignit en pilotant sons nouvel avion avec son nouvel uniforme,
    - Et puis, quand même, votre serviteur, qui s’était coupé en quatre pour faire tourner les tables.
    La soirée commença doucement, chacun y allant de sa petite anecdote, du genre : comment vous appelez-vous ? Vous venez souvent ici ? C’est étrange, je ne vous y ai jamais vu(e). Vous habitez encore chez vos parents ? Et que faites-vous dans la vie… Enfin, les manœuvres d’aproche habituelles, quoi….
    Puis, doucement, le brouhaha environnant diminua, l’intensité lumineuse s’estompa peu à peu. Quelques voix timides se firent entendre : Mon Dieu, qu’est-ce donc cela ? Que se passe-t-il ? Un léger sifflement continu, aigu nous environna. Une nouvelle lumière venue d’ailleurs nous balaya : chaude, avenante, … Nous réalisâmes tout-à-coup qu’il s’agissait d’un sifflet de bosco et de la lumière du phare d’expressio. HoubaHobbes se rua sur ses crayons de couleurs. DiwanC nous libéra l’accès du salon rose, et toutes et tous, sans un mot, nous suivîmes BeeBee.
    Arrivés dans ce salon, repeint pour l’occasion (par Mickeylange, sans doute – petit cachotier) nous y vîmes une table longue, dressée d’un seul côté, avec des petis cartons nous enjoignant de nous assoir à nos places, prédéterminées.
    Puis, soudainement, surgissant de nulle part, il fut là, parmi nous : le seul, l’unique, j’ai nommé ELPEPE. Mais il ne vint pas seul : il amena BORIKITO avec lui.
    Et là, ce fut dut délire : on s’empoigna, on s’embrassa, on s’étreignit, on riait, on pleurait, on n’arrivait plus à en placer une. C’est alors que Jonayla se rua sur sa guitare pour gauchère et nous entonna l’Hymne à la Joie. Que du bonheur.
    Jusqu’au moment où l’on se rendit compte que 13 chaises et quatroze personnes peuvent poser problème. Que nenni : c’est à partir de là que nous avons d’abord commencé à chanter les « 80 chasseurs », épisode pendant lequel quelques pieds de chaises se brisèrent pendant que nous prenions notre pied, puis que nous jouâmes jusque tard dans la soirée aux chaises musicales.
    Quelle ambiance, mon Dieu, quelle ambiance !
    Puis, petit à petit, le calme revint. Repus, épuisés, contents, nous nous étendîmes sur les grimoires de DeLassus. Finalement, allongés, les doigts de pied en éventail et le nez dans les étoiles, nous nous mîment à les compter, et à fredonner ce cantique.
    Et c’est les yeux pleins d’étoiles que nous nous sommes endormis, avec deux étoiles de plus qui scintillent et brillent au firmament de nos rêves.
    Quelle soirée mémorable, même si elle fut virtuelle.
    Merci à vous toutes et tous d’y avoir contribué mentalement.
    Note de la Rédaction : les photos sont tellement surexposées qu’elles en sont inutilisables. Nous le regrettons sincèrement.
  • #14
    • HoubaHOBBES
    • 02/07/2010 à 11:35
    • En réponse à DiwanC #1 le 02/07/2010 à 01:47* :
    • « Alors, si j’ai bien tout compris, l’expressio du jour c’est l’histoire d’un cheval qu’est mal parce que Virgile a introduit dans la ville un... »
    Qu’ess t’as fait avec les tringles à rideau, hein?? Allez, dis-le !
    Bon sang de bonsoir, ça c’est de l’interprétation historique nom de bleu !!!
    Connoiss-Hobbes
  • #15
    • <inconnu>
    • 02/07/2010 à 11:52
    • En réponse à chirstian #8 le 02/07/2010 à 09:03 :
    • « il ne faut pas confondre un cheval de Troyes et trois chevals* de Huns
      (oui, je sais : certains écrivent "chevaux" mais l’effet est moins n... »
    Comme à cette époque ce ne pouvait être les Huns, c’était nécessairement les autres... 🙂
  • #16
    • <inconnu>
    • 02/07/2010 à 11:52*
    • En réponse à OSCARELLI #13 le 02/07/2010 à 11:12* :
    • « COMPTE-RENDU DE LA CONVENTION PANAMÉENNE
      Mercredi 30 Juin 2010
      Les Douzes élus s’étaient rassemblés autour de la table.
      Il y avait :
      - Momol... »
    Excellent compte-rendu. Bravo ! Mais ça laisse le regret d’avoir manqué cette belle réunion.
  • #17
    • cotentine
    • 02/07/2010 à 12:35
    • En réponse à OSCARELLI #13 le 02/07/2010 à 11:12* :
    • « COMPTE-RENDU DE LA CONVENTION PANAMÉENNE
      Mercredi 30 Juin 2010
      Les Douzes élus s’étaient rassemblés autour de la table.
      Il y avait :
      - Momol... »
    navrée de l’absence de Moogli, qui travaillait tard ce mercredi et reprenait tôt le lendemain matin. Elle regrette de n’avoir pu se joindre à cette Cène, même en apportant sa chaise !
    Superbe compte-rendu d’une soirée unique 😉
  • #18
    • chirstian
    • 02/07/2010 à 14:08
    • En réponse à OSCARELLI #13 le 02/07/2010 à 11:12* :
    • « COMPTE-RENDU DE LA CONVENTION PANAMÉENNE
      Mercredi 30 Juin 2010
      Les Douzes élus s’étaient rassemblés autour de la table.
      Il y avait :
      - Momol... »
    COMPTE-RENDU DE LA CONVENTION PANAMÉENNE
    tu sais que j’ai toujours exprimé ici quelques réticences et me suis jusqu’à lors abstenu de participer à ces conventions.
    Pour être tout à fait franc, et le Trésor tardant un peu à me rembourser les millions qu’il me doit dans le cadre du bouclier fiscal, en dépit des interventions de mon ami E.W. (par ailleurs trésorier d’Expressio), je dois confesser aussi que mes moyens ne me permettent pas d’aller à Panama, ou dans tout autre pays d’Amérique latine, aussi souvent que vous.
    Mais aujourd’hui, à la lecture de ton compte rendu, je réalise ce que je perd. Tu m’as convaincu et je ferai mon possible pour participer à la prochaine, si elle a lieu en France. Ou en Belgique (dont, de toutes façons, le rattachement à la France n’est plus qu’une question de jours).
  • #19
    • chirstian
    • 02/07/2010 à 14:28
    on ne nous dit pas tout ! Homère et Virgile nous racontent la fin d’un certain nombre des héros de cette sombre aventure. Cassandre devient la concubine d’Agamemnon et sera assassinée par Clytemnestre. Hélène retourne avec son mari. Ulysse rentre chez lui après bien des aventures...
    Mais le cheval ? Hein ? Qu’est-ce qu’il devient le cheval ?
    Et d’abord, était-ce bien un canasson ? Il existe une autre interprétation, selon laquelle il ne s’agirait pas d’un cheval, mais "d’un bateau porteur d’une ambassade de paix".
    À l’appui de cette interprétation, nous rappelle Wikipedia, on remarquera que :
    • la civilisation marine grecque assimile le cheval et le bateau. Ainsi, le cheval est-il l’animal de Poséidon et Homère décrit les navires comme les chevaux de la mer;
    * c’est Ulysse, l’expert en paroles et ruses, un des hommes souvent envoyés en ambassade, qui mène la danse;
    • le sacrifice d’une construction de bois par simple abandon sur une plage est une procédure assez originale pour un rite censé apporter la protection de Poséidon. L’équivalent n’apparaît nulle part dans la mythologie ;
    • les termes utilisés pour placer les hommes dans le cheval sont ceux utilisés lorsque l’on décrit l’embarquement des hommes sur un navire.

    Je vous livre sans prendre parti : je n’y étais pas, étant ce jour là à la Convention de Bruxelles. 😐
  • #20
    • SyntaxTerror
    • 02/07/2010 à 14:46
    • En réponse à charlesattend #11 le 02/07/2010 à 09:35 :
    • « Pégase était un cheval espagnol au sang froid réputé : on le surnommait déjà à l’époque "Pégase pas chaud andalou" »
    C’était aussi une marque de camions et d’autobus espagnols cette page dont on disait : la bielle de Cadix a l’essieu de velours.
    Il a été rapporté que certains Troyens méfiants à l’égard du cheval grec auraient dit : Tchica tchica tchic aïe aïe aïe, mais aucune source fiable ne l’atteste.