Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Un mauvais coucheur

Une personne désagréable, peu sociable, de caractère difficile

Origine

Fermez les yeux et imaginez que vous vous installez dans votre machine à remonter le temps, réglez le curseur sur le XVIe siècle et appuyez sur le bouton.
Une fois arrivé, alors que la nuit tombe, vous entrez dans la première auberge venue et demandez à y passer la nuit.
Vous qui avez l'habitude de chambres individuelles confortables avec salle de bain attenante, vous aurez la surprise d'être convié à partager le même lit que d'autres voyageurs qui vous sont totalement inconnus.
Car à l'époque, foin d'intimité ! Il n'était pas question, sauf exception ou pour des personnes de haut rang, de disposer d'un lit ou d'une chambre pour soi.
Et vous voilà donc, sur votre 'couche', à devoir supporter la promiscuité et l'agitation des uns ou les ronflements des autres 'coucheurs'.
Au XVIe siècle, les coucheurs étaient donc ceux qui partageaient le même lit (en tout bien tout honneur). Le mot a quasiment disparu du vocabulaire en même temps que l'abandon de la pratique.
Et c'est vers cette époque qu'un mauvais coucheur est, au sens propre, "un homme qui fait du bruit dans la nuit, qui découvre son camarade, qui l'empêche de dormir", tel que le définit Furetière.
Il faudra attendre le début du XIXe siècle pour que cette appellation devienne notre expression, avec le sens figuré qu'on lui connaît. Car, si elle est irascible et s'emporte dès qu'on lui fait des reproches "d'empêcheur de dormir", ou bien si elle se moque du dérangement qu'elle cause à autrui, une telle personne est bien sûr considérée comme désagréable et de caractère difficile.

Exemple

« Ce terme de "mauvais coucheur" dont les hommes libres, dans la vie civile, font un usage si détourné de sa source et si léger, reprenait alors pour nous toute l'énergie de son sens originel, puisque nous nous étendions par rangées de douze pour dormir, côte à côte sur le même vaste bat-flanc. »
Francis Ambrière - Les grandes vacances : 1939-1945 - 1958
« Mais vous ne pourriez pas avoir des ennuis avec un particulier, mauvais coucheur, qui vous accuserait de lui avoir fait manquer la vente en dépréciant sa marchandise ? »
Jules Romains - Les hommes de bonne volonté - 1933

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un mauvais coucheur » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Ein alter Meckerfritze Un vieux rouspéteur
Angleterre Anglais A poor bedfellow Un mauvais compagnon de lit
États-Unis Anglais A pain in the ass Un mal au derriere
États-Unis Anglais A pain in the neck Une douleur dans le cou
Équateur Espagnol Un mal carácter Un mauvais caractére
Espagne Espagnol Un cascarrabias Un grincheux
Espagne Espagnol Una persona con malas pulgas Quelqu'un qui a de mauvaises puces
Espagne Espagnol Una persona de mala leche Une personne (qui aurait été nourrie) d'un mauvais lait
Italie Italien Un caratteraccio Un mauvais caractère
Pays-Bas Néerlandais Een driftkop Une tête coléreux
Pays-Bas Néerlandais Een heethoofd Une tête brûlante
Pays-Bas Néerlandais Een moeilijk figuur Une figure difficile
Brésil Portugais Um maú caráter Un mauvais caractère
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Un mauvais coucheur » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 04/03/2010 à 00:25
    j’avoue ! chuis un mauvais coucheur ... je bouge peu dans mon sommeil mais il parait que je ronfle, c’en est une horreur ! ... d’après les "dires" de mauvais coucheurs, de mauvaise foi, qui sous prétexte de difficultés d’endormissement, m’accusent, moi, qui dors du sommeil du juste ! 😏
  • #2
    • Elpepe
    • 04/03/2010 à 06:06
    réglez le curseur sur le XVIe siècle et appuyez sur le bouton

    Non. J’appuierai sur le bouton que je veux, avec les réglages que je veux. D"ailleurs, l’expression vient de la Marine, et Mickey le montrera tout à l’heure.
  • #3
    • psychoreve
    • 04/03/2010 à 06:58
    Il arriva qu’à cette époque un montreur d’ours s’enquit d’une chambre à l’auberge. Il n’en restait qu’une, qu’il dût paratager avec la bonne.
    Partageant la couche ils paratagèrent aussi un moment d’intimité frénétique.
    Le lendemain la fille répondait par un "M’ouais" lassé plus que lascif à notre montreur d’ours qui s’inquiétait de savoir comment elle l’avait trouvé.
    Par contre elle ajouta : "Votre copain à la canadienne, qu’est-ce qu’il m’a mis!"
  • #4
    • OSCARELLI
    • 04/03/2010 à 07:00
    Un mauvais coucheur est dès le départ une personne à éviter (et pas seulement sur le perron). Mais alors, me direz-vous, lorsqu’un mauvais coucheur se lève du pied gauche?
  • #5
    • OSCARELLI
    • 04/03/2010 à 07:01
    • En réponse à psychoreve #3 le 04/03/2010 à 06:58 :
    • « Il arriva qu’à cette époque un montreur d’ours s’enquit d’une chambre à l’auberge. Il n’en restait qu’une, qu’il dût paratager avec la bonne... »
    Ben, c’est normal, puisqu’il plantait sa tante!
  • #6
    • Purdey
    • 04/03/2010 à 07:33
    • En réponse à Elpepe #2 le 04/03/2010 à 06:06 :
    • « réglez le curseur sur le XVIe siècle et appuyez sur le bouton
      Non. J’appuierai sur le bouton que je veux, avec les réglages que je veux. D"... »
    mais tout vient de la Marine, non?
  • #7
    • Purdey
    • 04/03/2010 à 07:34
    • En réponse à psychoreve #3 le 04/03/2010 à 06:58 :
    • « Il arriva qu’à cette époque un montreur d’ours s’enquit d’une chambre à l’auberge. Il n’en restait qu’une, qu’il dût paratager avec la bonne... »
    Magnifique!
  • #8
    • Purdey
    • 04/03/2010 à 07:35
    Mieux vaut être un mauvais coucheur qu’un mauvais baiseur! Ceci dit, le mauvais coucheur, du fait de son mauvais caractère, perd tout attrait sexuel, if you ask me.
  • #9
    • Elpepe
    • 04/03/2010 à 07:51
    • En réponse à Purdey #6 le 04/03/2010 à 07:33 :
    • « mais tout vient de la Marine, non? »
    Oui. Sauf Mickey, évidemment... Lui, il barbouille de la toile à voile pour décorer les promène-couillons de Saint-Raphaël. C’est un mauvais coucheur sur toile. Sur radiateur aussi, si tu remarques bien cette page.
  • #10
    • chirstian
    • 04/03/2010 à 08:37
    Le mot a quasiment disparu du vocabulaire en même temps que l’abandon de la pratique.
    on partage encore le même lit dans certains refuges de haute montagne... et on est tellement content de le trouver, et tellement fatigué qu’on n’a pas l’idée de se montrer mauvais coucheur !
  • #11
    • chirstian
    • 04/03/2010 à 08:49
    mauvais coucheur ? non mais coucheur difficile au point que j’emporte toujours mon oreiller quand je vais à l’hôtel, ne supportant ni les traversins, ni les oreillers trop mous. Quant au lit, j’en ai subi tellement de défoncés, que j’évite maintenant ces petits hôtels anciens pleins de charme -tant qu’on ne s’y couche pas pour dormir - pour ne choisir que les chaînes hôtelières au confort impersonnel mais parfaitement calibré.
  • #12
    • chirstian
    • 04/03/2010 à 08:53
    il vaut mieux tirer un bon coup gratuit, qu’un mauvais coup, cher !
  • #13
    • charlesattend
    • 04/03/2010 à 08:56
    • En réponse à Purdey #6 le 04/03/2010 à 07:33 :
    • « mais tout vient de la Marine, non? »
    Même le commandant Couche-tôt !
  • #14
    • chirstian
    • 04/03/2010 à 08:58
    je préfère le restaurant qui sert un bon taref à celui qui n’a qu’un mauvais kascher .
  • #15
    • <inconnu>
    • 04/03/2010 à 09:43
    Mauvais coucheur aussi:
    je bouge, ronfle et pète (à répétition parfumée...). 😄
  • #16
    • Elpepe
    • 04/03/2010 à 09:52
    A vendre : mauvais Kärcher.
    Brice
  • #17
    • <inconnu>
    • 04/03/2010 à 10:35*
    • En réponse à Elpepe #16 le 04/03/2010 à 09:52 :
    • « A vendre : mauvais Kärcher.
      Brice »
    Il faut le proposer à Nick-bas-des-miches... 🙂
    dit aussi: Nick le karchériseur !
  • #18
    • <inconnu>
    • 04/03/2010 à 10:42*
    • En réponse à chirstian #12 le 04/03/2010 à 08:53 :
    • « il vaut mieux tirer un bon coup gratuit, qu’un mauvais coup, cher ! »
    Devinette: Quelle différence y a-t-il entre un homme et un révolver ?
  • #19
    • mickeylange
    • 04/03/2010 à 10:52*
    • En réponse à Elpepe #2 le 04/03/2010 à 06:06 :
    • « réglez le curseur sur le XVIe siècle et appuyez sur le bouton
      Non. J’appuierai sur le bouton que je veux, avec les réglages que je veux. D"... »
    D"ailleurs, l’expression vient de la Marine, et Mickey le montrera tout à l’heure.

    Les marins depuis la nuit des temps couchaient leurs bateaux sur les plages avec des palans qu’ils accrochaient dans les mats d’un coté et aux arbres de la plage de l’autre pour pouvoir caréner. (enlever les arapèdes et les amiraux accrochés à la coque et qui ralentissent le bateau). Que nensuite on mettait le bateau dans l’autre sens et on recommençaient sur l’autre demie coque.
    Certaines coques couchaient plus facilement que d’autre sans que ça ternisse leur réputation, le marin a l’esprit (du) large.
    Vous allez me dire à ce stade de mon exposé maritime qu’il est admissible que le bateau soit un coucheur, mais rien ne prouve qu’il soit "mauvais" coucheur.
    Tout juste Auguste le terme de "mauvais" date du 15 avril 1912 où dans la nuit.
    Le Titanic au lieu de se coucher sur le côté a piqué du nez en avant négligeant toutes les traditions.
    Il fut le premier mauvais coucheur de la marine. S’appeler Tita nique et piquer du nez à la première occasion, c’était aussi un mauvais coup !
    PS: le bateau de notre amiral, s’appelle Titanique IV. Pourquoi IV parce qu’il en a déjà coulé trois dans le port de Trébeurden (il fait mal les nœuds)
    Hier il est allé voir si le "IV" n’avait pas coulé lui aussi. Ne vous inquiétez pas il ne risque pas de couler au large, il ne sort jamais. Il attend avec impatience le XII ! :’-))
  • #20
    • <inconnu>
    • 04/03/2010 à 10:54*
    • En réponse à mickeylange #19 le 04/03/2010 à 10:52* :
    • « D"ailleurs, l’expression vient de la Marine, et Mickey le montrera tout à l’heure.
      Les marins depuis la nuit des temps couchaient leurs bat... »
    le marin a l’esprit (du) large.
    et une femme dans chaque port ! :’-))
    Mais aussi, ce qu’ils devraient savoir (sans doute d’ailleurs, le savent-ils) quand il ne sont pas là, ils ont sûrement des “remplaçants”, disons des maris intérimaires, mais personne ne précise s’ils sont en CDD ou en CDI...