Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Un peigne-cul

Une personne grossière, méprisable, peu sociable.

Origine

Ce mot argotique composé est cité à la fin du XVIIIe siècle.
On lui a depuis trouvé des équivalents plus récents, au XXe siècle, comme peigne-derche ou peigne-zizi (chez San-Antonio).
Il semble qu'il faille le comprendre comme un abrégé de "personne qui se plaît à peigner des poils du cul". Autrement dit, quelqu'un de très peu raffiné, qui ne s'intéresserait qu'à des choses très triviales.
D'où sa signification.

Exemple

« Fleury est un pauvre type, toujours à court d'argent. Seulement, il a l'avantage d'être admis dans des milieux où un peigne-cul comme toi se voit fermer la porte au nez. Il a dû lui arriver, moyennant quelques billets, de te refiler des tuyaux sur certains de ses amis. »
Georges Simenon - Maigret chez le ministre

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un peigne-cul » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Maroc Arabe Massah al cappa Nettoyeur de cape
Angleterre Anglais A bumpkin Un plouc
Angleterre Anglais A clodhopper Un sauteur de mottes de terre (un rustaud)
États-Unis Anglais An asshole Un trou de cul
Espagne Espagnol Un aixafa-terrosos Un écraseur de mottes de terre
Espagne Espagnol Un patán Un homme rustique / grossier / ignorant
Canada Français Un mange-merde
Italie Italien 'N ùrsu Un ours
Belgique Néerlandais Een drekbeer Un cochon (verrat) de merde
Pays-Bas Néerlandais Een hufter (intraduisible) Une personne mal élévée, pas sociale, grossière, jemenfoutiste
Pays-Bas Néerlandais Een krentekakker Un merdeux des raisins
Pays-Bas Néerlandais Een onbehouwen stuk vreten Un morceau mal dégrossi de becquetance
Pays-Bas Néerlandais Een ongelikte beer Un ours non léché
Brésil Portugais Um grosseirão Un frustard
Portugal Portugais Um casca grossa Une écorce épaisse
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Un peigne-cul » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 10/03/2009 à 01:28
    "tous les Velrans sont des peigne-cul"
    et "Si j’aurais su, j’aurais pas venu" pleurniche Ti-Gibus dans la guerre des boutons .... de Louis Pergaud (Le tonton de mon papa) à qui la famille a tourné le dos ... ce tonton a été banni (au moins par ses cousins/cousines)
    pour avoir écrit autant de grossièretés ! :’-))
    Pourtant :" De Goupil à Margot" entre autres est un vrai régal !
    à cette page ... quelques jolies phrases de son recueil posthume. Ce Monsieur était bien loin d’être un "peigne-cul" !
  • #2
    • Elpepe
    • 10/03/2009 à 05:24
    Tous les peigne-cul ont la raie au milieu. C’est même à ça qu’on les reconnaît.
  • #3
    • Elpepe
    • 10/03/2009 à 05:57
    Dans les pince-fesses de la Haute, les peigne-cul sont des personnalités non grata.
  • #4
    • tytoalba
    • 10/03/2009 à 07:47
    Un peigne-cul peut-il peigner la girafe ?
    Ce serait plutôt le travail de maman Barbie à cette page.
  • #5
    • momolala
    • 10/03/2009 à 08:03
    Mon père à moi employait l’expression "peigne-zizi" sans avoir lu San A, dans un sens différent de "peigne-cul". Dans l’exemple cité par God le pauvre type admis dans des cercles particuliers serait un peigne-zizi, prêt à toutes les compromissions, l’autre restant un peigne-cul car supposé venir du fin fond de la campagne où il aurait peigné le cul des bestiaux.
    Comme, pour une fois, God ne cite pas ses sources et que moi je cite la mienne, avérée et tout...
  • #6
    • Muscat
    • 10/03/2009 à 08:33
    Bref ce n’est pas mieux qu’un lèche-cul...On ne peut pas se fier ni à l’un ni à l’autre...
  • #7
    • comte_arebours
    • 10/03/2009 à 08:40
    C’est difficile d’être à la fois presbyte et peigne-cul (poil au nez)
    De même qu’être suspect ou lèche cul ?
  • #8
    • Rikske
    • 10/03/2009 à 08:42*
    Un peigne-cul aime-t-il à faire feuille de rose ? 😉
  • #9
    • <inconnu>
    • 10/03/2009 à 09:07*
    En Belgique, pour une personne sans grande valeur, un peu bête, on dit qu’elle est "cucul la praline"...
    On a la cul-ture chocolatée par chez nous !
    Mais God nous en a fait déjà la présentation le 13/06/2006...
  • #10
    • Elpepe
    • 10/03/2009 à 09:35
    • En réponse à momolala #5 le 10/03/2009 à 08:03 :
    • « Mon père à moi employait l’expression "peigne-zizi" sans avoir lu San A, dans un sens différent de "peigne-cul". Dans l’exemple cité par God... »
    Si j’ai bien tout suivi, un lad ou un vacher sont des peigne-cul ? Je m’en doutais... 😄
  • #11
    • Elpepe
    • 10/03/2009 à 09:37
    • En réponse à Rikske #8 le 10/03/2009 à 08:42* :
    • « Un peigne-cul aime-t-il à faire feuille de rose ? 😉 »
    Bien sûr ! C’est pour gominer les poils, que sinon ils se rentortillent.
  • #12
    • cotentine
    • 10/03/2009 à 10:06
    trouvé dans CNRTL - (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)
    PEIGNE-CUL, subst. masc. inv.
    Étymol. et Hist. 1790 (Journal des Halles ds Quem. DDL t.19). Comp. de la forme verbale peigne (peigner*) et de cul*.
    ce qui donne la composition du mot, sans rien expliquer !
  • #13
    • maxo003
    • 10/03/2009 à 10:10
    Bonjour,
    Au sujet de l’expression "peigne-cul", je l’ai entendu dans le film "les enfants du marais" sortant de la bouche de Philippe Gamblin. Il répondait à Michel Serrault qui leur avait donné de l’argent qu’ils (avec Jacques Villeret) n’étaient pas des peigne-cul. J’ai alors compris que cette expression signifiait qu’ils ne voulaient pas faire la manche mais gagner leur pain quotidien en travaillant.
    Qu’en pensez-vous ?
    Cordialement.
  • #14
    • cotentine
    • 10/03/2009 à 10:11
    Une personne grossière, méprisable, peu sociable.

    "Peigne-cul" ou "peigne-zizi" ...
    Explication, peut-être, un peu excessive, surtout quand on sait que ces parties de l’anatomie ne sont pas sans procurer quelque plaisir... 😕
  • #15
    • <inconnu>
    • 10/03/2009 à 10:20
    Nombre d’artistes peignent cul sans pour autant être grossier ou méprisable.
  • #16
    • chirstian
    • 10/03/2009 à 10:39*
    Duneton lui donne à l’origine un sens de "avare, grippe sou" , qui n’est pas indiquée chez A Rey, avec l’explication suivante :
    1789 : "se dit de ceux qui écorchaient les poux pour en avoir la peau" (Le bouquet des expressions imagées")
    Le glissement aurait donc été de celui qui était obligé de tirer profit de la peau des poux, pour vivre, à celui qui était toujours prêt à augmenter sa fortune, ne serait-ce que de la valeur de la peau d’un pou ... à celui qui prend plaisir à s’occuper des poux.
    Les connaisseurs noteront que la peau du morpion se travaille beaucoup mieux, surtout celle du morpion angora. 😐
  • #17
    • horizondelle
    • 10/03/2009 à 10:46
    Dans" le dico des mots" on nous dit ceci: "Un peigne-cul est un homme qui croit être à la mode vestimentaire du jour alors qu’il ne l’est pas du tout. Le peigne-cul est souvent avare."
  • #18
    • horizondelle
    • 10/03/2009 à 10:53
    J’ai toujours utilisé ou entendu ce terme dans des situations qui rendent les gens alentours énervants. Du coup, on se demande ce que font tous ces peigne-cul, à glander...(je n’avais jamais songé au côté avare, mais peut-être qu’en plus ils n’ont rien dans leur(s) bourse(s); du cul coup, tout se passe à la même hauteur, sans queue pieds ni tête.
  • #19
    • chirstian
    • 10/03/2009 à 10:58
    • En réponse à maxo003 #13 le 10/03/2009 à 10:10 :
    • « Bonjour,
      Au sujet de l’expression "peigne-cul", je l’ai entendu dans le film "les enfants du marais" sortant de la bouche de Philippe Gambli... »
    J’ai alors compris que cette expression signifiait qu’ils ne voulaient pas faire la manche mais gagner leur pain quotidien en travaillant.
    en travaillant , je ne sais pas, car dans ce film ils vivent plus souvent des produits de la nature que d’un travail au sens classique du terme, mais en tous cas, elle signifie qu’ils n’étaient pas prêts à faire n’importe quoi pour de l’argent.
    Je crois que peigner le cul, indique clairement une limite : ceux qui la dépassent sont déconsidérés, quelques soient leurs motifs, et je ne pense pas qu’il faille se limiter au cas indiqué par God , de celui qui "se plait " à le faire.
    Quant à l’explication citée par Horizondelle (celui qui croit être à la mode vestimentaire), elle fait plus que m’étronner !
  • #20
    • horizondelle
    • 10/03/2009 à 11:14
    • En réponse à chirstian #19 le 10/03/2009 à 10:58 :
    • « J’ai alors compris que cette expression signifiait qu’ils ne voulaient pas faire la manche mais gagner leur pain quotidien en travaillant.... »
    Quant à l’explication citée par Horizondelle (celui qui croit être à la mode vestimentaire), elle fait plus que m’étronner !

    Je te rassure, moi aussi, elle m’ét(r?)onne, mais je l’ai trouvée à cette page . Ce qui ne veut pas dire qu’elle est juste pour autant!