Après moi le déluge

Peu m'importe ce qu'il va se passer (après ce que j'ai fait / après ma mort), même si c'est une catastrophe

Origine

Alain Rey indique n'avoir trouvé une attestation de cette expression qu'en 1789. Elle est pourtant, selon les sources, associée quelques dizaines d'années auparavant soit à Louis XV, soit à sa favorite, Mme de Pompadour.
Il est donc étonnant de ne pas en trouver de trace écrite un peu avant, compte tenu de la notoriété de leurs auteurs présumés.

Bien entendu, le 'déluge' fait référence non pas à une simple pluie diluvienne ou à une inondation 'banale', mais à la catastrophe biblique qu'a été le Déluge dont seul Noé est sorti vivant avec sa famille et tous les couples d'animaux qu'il avait pu faire monter à bord de son arche, à partir du moment où Dieu lui a fait savoir qu'il allait se débarrasser de tous ces fichus hommes incorrigibles pécheurs.

On prête cette expression à Louis XV qui parlant de son dauphin, l'aurait employée pour dire qu'il se moquait complètement de ce qu'il pourrait faire après sa disparition.
Mais on évoque plus souvent la Pompadour qui, alors que le peintre Quentin de la Tour peignait son portrait, vit arriver le roi accablé d'avoir appris la défaite du maréchal de Soubise à Rossbach en 1757, et lui aurait dit "Il ne faut point s'affliger : vous tomberiez malade ; après nous le déluge !".

Mais, malgré le manque d'attestation écrite plus ancienne, Claude Duneton dit que cette expression existait encore bien avant et qu'elle aurait été remise au goût du jour par l'astronome Maupertuis qui avait annoncé le retour de la comète de Halley pour 1758, en indiquant qu'elle provoquerait un nouveau déluge et peut-être la fin du monde, ce qui aurait rendu certaines personnes très fatalistes et donc susceptibles de prononcer ce proverbe.

Exemple

« Avec assez d'intelligence pour voir le mal, il n'a pas assez de force pour y porter remède ; il prévoit que cette situation ne peut durer et se terminera prochainement par une catastrophe ; il le dit, après moi le déluge, et s'en lave les mains. »
Édouard de Pompery - Le vrai Voltaire

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Après moi le déluge » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Arabear Ana wa min baâdi at-toufaneMoi, et après moi le déluge
Allemagne / Autrichede Nach mir die SintflutAprès moi le déluge
Angleterreen When we are gone let happen what mayQuand nous serons partis advienne que pourra
Espagnees Después de nosotros el diluvioAprès nous le déluge
Espagnees El que venga detrás que apague la luzCelui qui vient derrière, à lui d'éteindre la lumière.
Espagnees El que venga detrás, que arreeCelui qui viendra après, qu'il s'y colle
Argentinees Que se venga el mundo abajo!Que le monde tombe!
Grècegr Μετά από μένα ο κατακλυσμός (Metà apomèna o kataklizmòs)Après moi, le cataclysme
Grècegr Μετά από μένα το χάος (Metà apomèna to khàos)Après moi, le chaos
Grècegr Εμού θανόντος, γαια πυρι μιχθήτω.Lorsque je mourrai que la terre et le feu se mélangent
Italieit Dopo di me il diluvioAprès moi le déluge
Pays-Basnl Na mij de zondvloedAprès moi le déluge
Belgique (Limbourg)nl Aater m'n vaase vergeet de wêrd.Le monde s'écroule derrière mes talons.
Polognepl Po mnie choćby potopAprès moi le déluge
Roumaniero După mine, potopulAprès moi, le déluge
Russieru После нас хоть потопAprès nous le déluge
Serbiesr Posle mene potopAprès moi le deluge
Turquietr Benden sonra tufanAprès moi le déluge
Belgique (Wallonie)wa Après moi, les mouches

Vos commentaires
Ah ben celle-là, elle vient de la Marine, hein God ? Hein ? Noé, le père de tous les marins... Il avait mis en chantier un sacré rafiot, le vieux barbu ! Et à une époque où tous ses contemporains naviguaient à califourchon sur un tronc d’arbre, et encore ! Un visionnaire, je te dis !
et on ne peut pas non plus l’attribuer à Mac Mahon avec son "que d’eau , que d’eau"..
réponse à . charlesattend le 18/02/2009 à 08h49 : et on ne peut pas non plus l’attribuer à Mac Mahon avec son "que d&...
Archimède ? Il n’était même pas né. Le Charles De Gaulle ? En cale sèche. D’ailleurs, ne chante-t-on pas :
Noé, Noé, matelot,
matelot navigue sue les flots...
Je m’étonne que Rey cherche des explications à cette expression antédiluvienne, donc bien avant l’apparition de l’Écriture.
"Après moi, le déluge... de contrib’ "
- Auprès de moi, le gel.
- Ruse : modèle plagié.
- PS : elle, amie gourde.
- Pare-moi de gélules.
- Mao pige selles dures*.

Anna Gelabrasse-Coulay

* c’est pour ça qu’il avait les yeux bridés
réponse à . Emeu29 le 18/02/2009 à 08h59 : Je m’étonne que Rey cherche des explications à cette express...
c’est même par définition une expression antédélugienne !
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 00h08 : Ah ben celle-là, elle vient de la Marine, hein God ? Hein ? No&...
mais à la catastrophe biblique qu’a été le Déluge dont seul Noé est sorti vivant avec tous les couples d’animaux qu’il avait pu faire monter à bord de son arche
et
Noé, le père de tous les marins
me font me souvenir que selon la Bible - confirmée par Elpépé - il n’ avait donc point de représentante de la gent féminine à bord de l’arche. Et comme forcément il n’y en avait plus à terre, hein...
Comment il a fait, Noé, pour qu’on soit toutes et tous là aujourd’hui, hmmmmhhhh?
Cela ne pouvait pas être avec la veuve poignet, spa... Alors, une guenon? Que non! ... Alors, une passagère clandestine, pour assouvir ses bas instincts perso? Et God aurait autorisé cela? Hmmmmhhhhh?
Quel révérend pourrait ici nous renseigner?
que Dieu ait envoyé des luges sur la terre prouve que la température ambiante était alors très très froide. Le déluge tel que nous l’imaginons : avec de l’eau partout, provient donc de la fonte des neiges et glaces. (sauf celles à la vanille et citron du Pays D’aragon et Castille).
Preuve que le réchauffement climatique ne date pas d’aujourd’hui.
D’ailleurs si les vaches élèvent le taux de méthane en pétant, il est facile d’imaginer l’efficacité d’un pet de mammouth, hein !
Yahvé qu’à se démerder, hein !
si l’on répond "allo" au téléphone, c’est probablement en souvenir du déluge.
réponse à . chirstian le 18/02/2009 à 09h37 : que Dieu ait envoyé des luges sur la terre prouve que la températu...
Un pet de mamouth ne vaut pas un pet de lapin. Noé avait embarqué un couple de mamouths et un de lapin, mais après quarante jours à baiser dans l’Arche, parce qu’il n’y avait strictement rien d’autre à faire, il en est redescendu deux mamouths et douze mille et douze lapins, qui, tous ensemble, pètent beaucoup plus que deux malheureux pachydermes (aux files indiennes).
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 09h46 : Un pet de mamouth ne vaut pas un pet de lapin. Noé avait embarqué ...
deux malheureux pachydermes (aux files indiennes).

T’as pas honte ?
C’est LA métaphore de l’égoïsme par excellence. Celui des politiques à court terme, de la jouissance aveugle, du gaspillage décomplexé, du profit immédiat et maximum… Je n’y vois pas d’analogie avec carpe diem, qui traduit plutôt la fugacité du bonheur, et donc la nécessité de « cueillir le jour », mais n’implique pas forcément l’individualisme forcené contenu dans ce triste « après moi le déluge ».
réponse à . mickeylange le 18/02/2009 à 09h51 : deux malheureux pachydermes (aux files indiennes). T’as pas honte ?...
Non, pourquoi ? Je devrais ?
réponse à . syanne le 18/02/2009 à 09h52 : C’est LA métaphore de l’égoïsme par excellence. C...
De l’eau ayant coulé sous les ponts, de fil de l’eau en aiguille de safran, Yahvé créa Sionisme. Mais sa promesse n’engage que ceux qui y croient : le Déluge est d’une limpidité biblique !
"...seul Noé est sorti vivant...": y’avait aussi sa femme, ses trois fils et ses trois belles-filles ! Pas de chance pour elles, la belle-doche était toujours là...
réponse à . Rikske le 18/02/2009 à 10h16 : "...seul Noé est sorti vivant...": y’avait aussi sa femme, ses troi...
De toute façon, si on en croit la Génèse : "au début, Yahvé le Verbe". Et tout le fourbi a été créé à partir d’une tchatche, la lumière, la Terre, l’eau, le feu, l’Homme, le moulin à café, la clé de 12... Alors, savoir si Noé avait embarqué femme et enfants, hein ?
Tiens, dans l’Arche d’Expressio, Bernard, le phare, Anna, Marcel Lapompe et sa fille... ex nihilo, que God il les a faits.
Kif-kif l’éditeur de partoche. Tu mords ?
réponse à . syanne le 18/02/2009 à 09h52 : C’est LA métaphore de l’égoïsme par excellence. C...
En parallèle avec "après moi les mouches".
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 09h24 : - Auprès de moi, le gel. - Ruse : modèle plagié. - PS&...
Après moi le déluge, d’accord, mais que désigne le moi ?

C’est une question importante quand on connait la véritable histoire de Noé --->cette page.

S’agit-il d’une représentante de la gente féminine ?

-- Purge à demoiselle.
-- Marge se dépouille.
-- Dépouilla mégères.
-- Remodelage use pli. (Pratique inconnue chez les dames d’Expressio).

Ou s’agit-il d’un mâle ?

--Le mâle se prodigue.
-- L’empaillé se drogue. (Pratique inconnue chez les hommes d’Expressio).
-- Mouillages de Père. (C’est un marin ? ?)
-- Serge m’a dépouillé. (Mais ça ne nous regarde pas ! !)
-- Gauler me désopile. (Gauler du riz ?)
-- Déploieras légume. (Caisse ? Je navet jamais vu ça !)
-- Eu l’égo à désemplir. (Rien à voir avec les carottes ! Mais peut-être que l’élue désemplira...Go ! Allons vite la voir. - Comme on dit sur les bateaux. -)
-- Le sperme dialogue ! (Aucun rapport là non plus ... Euh, enfin c’est une façon de parler.... )

Enfin le moi désigne-t-il une idée ou un problème de société ?

-- Délègueras emploi. (cent ""comment taire ?")
-- Allergies du poème. (Maladies graves et, hélas, très répandues chez les jeunes.)
-- Épure égo de l’Islam.
-- Loup : dégèlerai Sem. (Sem est un des trois fils d Noé. Et puisque nous sommes revenus à lui la boucle est donc bouclée  ).

Anna T’aime (bien aujourd’hui).
réponse à . syanne le 18/02/2009 à 09h52 : C’est LA métaphore de l’égoïsme par excellence. C...
Je n’y vois pas d’analogie avec carpe diem
pas d’analogie effectivement, mais un rapport évident : c’est au moment du déluge que la carpe a proliféré (comme tous les poissons , d’ailleurs : car on ne le dit pas assez : cette tentative maladroite de noyer les mammifères n’a pu que profiter aux poissons et autres espèces marines, non ?)

Mais pour revenir sur les deux expressions : la première dénote effectivement un extrême égoïsme. Je me fous de ceux qui viendront après moi, et souffriront peut être de mes décisions et comportements. Mais l’attitude est consciente et assumée pleinement. C’est l’orgueil du roi.

Le carpe diem ignore purement et simplement les autres : c’est l’affirmation tranquille -modeste- que seul compte mon propre plaisir. Les autres ? Quels autres ? Se poser la question de leur réaction est encore trop pour moi : je les ignore purement et simplement. Aucune arrogance, ils ne font tout simplement pas partie de ma vie !

Finalement, est-ce beaucoup mieux ?
réponse à . chirstian le 18/02/2009 à 11h58 : Je n’y vois pas d’analogie avec carpe diem pas d’analogie ef...
Cela ne paraît pas, en effet, beaucoup mieux...
Mais cela ne semble pas non plus peu pire... 
réponse à . SagesseFolie le 18/02/2009 à 11h45 : Après moi le déluge, d’accord, mais que désigne le mo...
L’auge modèle spire : tous les cochons la plébiscitent car ils y mettent la queue tout à leur aise. Moïse élu d’la pègre ? La Bible n’en dit rien, sinon qu’il a été sauvé des eaux. Encore un ! Gisèle, poule ? Drame... C’est une chienne de garde ! Le rôle du mas piégé, dans la revendication autonomiste ? Le lourd siège pâmé n’est pas au Vatican. Du moins, officiellement. Et la spirale du mol Egée fut exécutée lorsqu’il tomba lourdement dans la mer éponyme.

Anna Geldeau-Crawlay
Voyons ce que dit wiki du déluge à cette page. Ce qui est étonnant c’est que selon la bible, Adam et Eve ont peuplé la terre. Et qu’ensuite après le déluge, si peu de personnes ont repeuplé celle-ci.
Ce n’est pas parce que je suis catholique, que je ne me pose pas de questions. 
réponse à . chirstian le 18/02/2009 à 11h58 : Je n’y vois pas d’analogie avec carpe diem pas d’analogie ef...
Je ne vois pas du tout cette connotation d’indifférence aux autres (pas plus que l’inverse, d’ailleurs) dans l’expression carpe diem. Elle garde pour moi le sens poétique qu’elle a chez Horace : « cueille le jour présent », ce qui invite à prendre conscience du temps qui passe, à ne pas seulement vivre de projets ou de désirs, mais aussi à incarner l’instant. Il s’agit seulement, à mon sens, d’une réflexion sur l’éphémère. Selon les individus, elle inclura ou exclura l’autre, mais en soi, l’expression ne suggère ni l’un ni l’autre. Alors que « Après moi le déluge » est sans ambiguïté aucune : « il n y a que moi qui compte ».
réponse à . syanne le 18/02/2009 à 14h41 : Je ne vois pas du tout cette connotation d’indifférence aux autres ...
Ben... Carpe diem, quam minimum credula postero sous-tend également que demain est incertain, voire funeste. Alors, soit, on peut comprendre l’expression comme promouvant un hédonisme bon enfant et réaliste de sa propre finitude (au sens philosophique), soit on peut l’interpréter comme une négation de l’Autre en général, et de ses propres descendants, qui s’inscrivent naturellement dans l’"après moi". A condition toutefois d’assimiler plus ou moins la recherche hédoniste à la goinfrerie pathologique ambiante chez certains de nos temporains, ce qu’à God ne plaise. Être et avoir, ces deux auxiliaires de nos langues indo-européennes, ont toujours prêté à confusion...
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 10h11 : De l’eau ayant coulé sous les ponts, de fil de l’eau en aigui...
le Déluge est d’une limpidité biblique !

Absolument !
D’ailleurs, certains ont des preuves historiques du déluge et pas des camps de la mort, c’est dire.
réponse à . syanne le 18/02/2009 à 14h41 : Je ne vois pas du tout cette connotation d’indifférence aux autres ...
voui, voui : nous disons finalement des choses très proches !
"il n’y a que moi qui compte" ...: mais en disant cela j’ai malgré tout conscience des autres, puisque je décide sciemment de les ignorer !
Dans carpe diem : les autres sont totalement absents. Certes, rien ne m’empêche d’en associer à mon plaisir si je le veux, mais rien ne m’y oblige. Ai-je seulement la notion de l’autre ? Qu’adviendra-t-il demain ? Loin de moi l’idée de souhaiter le déluge... mais clairement, je ne me pose même pas la question ! Réflexion sur l’éphémère, soit, mais sur MON éphémérité (hum!)

En fait ,je me sens souvent plus proche de ceux qui se posent une question, et lui apportent une réponse contraire à mes opinions, que de ceux qui ne se posent tout simplement pas la question.
réponse à . chirstian le 18/02/2009 à 15h49 : voui, voui : nous disons finalement des choses très proches ! ...
Tu seras châtié de ton éphémérité !
Le loup
c’est le fils de Noé qui aurait dit : "avant moi le déluge."
Mais on s’en fout, hein ? hein ? oui, j’en étais sûr !
On prête cette expression à Louis XV qui parlant de son dauphin
moi je trouve que souhaiter un déluge, c’est plutôt sympa pour un dauphin, non ?
Comme d’autres l’ont déjà dit, Genèse chapitre 7 verset 7
Et Noé entra dans l’arche avec ses fils, sa femme et les femmes de ses fils, pour échapper aux eaux du déluge
Et dans la génèse d’Expressio, chat-pitre 12 vers ses 12 : pendant le Déluge, la truite vague abonde.
Franz
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 16h46 : Et dans la génèse d’Expressio, chat-pitre 12 vers ses 12&nbs...
La truite arc-en-ciel, alors, parce que la truite fario :

Chante et danse la bohème, faria faria oh !
Vole et campe où Dieu la mène, faria faria oh !
Sans souci au grand soleil
Coule des jours sans pareils
Faria faria faria faria faria faria oh !
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 15h33 : Ben... Carpe diem, quam minimum credula postero sous-tend également que d...
Ne pourrait-on pas faire les deux? Rester conscient de l’Autre en général et de l’après-soi tout en savourant l’instant présent. C’est comme ça que je comprends le "Carpe Diem", alors que dans "Après moi le déluge", j’entends une totale indifférence à ce qui se passera ensuite, alors que j’en aurai été le déclencheur, mais qu’importe...Cela me paraît bien plus égoïste.
Sans doute une façon d’interpréter (aussi bien l’une que l’autre) ces deux expressions.
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 00h08 : Ah ben celle-là, elle vient de la Marine, hein God ? Hein ? No&...
Et non, je ne suis pas sûr. C’est bien une expression de la montagne.
En fait c’est une déformation,de : "Après Moile, des luges".

Moile était un montagnard du début du siècle. Sa spécialité était de descendre très très rapidement les pentes. Et la seule manière qu’ont trouvé ses copains pour le battre, c’est la luge. D’où l’expression.
Oui, mais j’avais oublié de consulter la Genèse, Lucien!
Merci de me l’avoir rappelé, je ne m’en souvenais plus...
réponse à . SyntaxTerror le 18/02/2009 à 17h00 : La truite arc-en-ciel, alors, parce que la truite fario : Chante et danse ...
Manque quand même un truc, qui jouerait la mélodie en passant la souris sur les paroles. Mais je soupçonne God de penser, à ce sujet : "après moi l’éditeur de partoche".
réponse à . horizondelle le 18/02/2009 à 17h21 : Ne pourrait-on pas faire les deux? Rester conscient de l’Autre en gé...
"La formule latine complète est "Carpe diem quam minimum credula postero" qu’on peut traduire par "Cueille le jour [et sois] la moins curieuse [possible] de l’avenir". C’est le poète latin Horace qui l’a écrite dans un dernier ver d’un poème, où il résume ce qui précède. Il veut y persuader Leuconoé, jeune fille qui souhaite vivre longtemps, que c’est le présent qui est important et que, même s’il est très probable qu’il lui reste encore de nombreuses années à vivre, elle doit pleinement profiter du présent, mais en gardant une saine discipline de vie et en ne remettant pas au lendemain les choses à faire. "
Pour la suite cette page

Pour moi c’est 2 choses différentes.
Dans l’expression du jour, c’est un "m’enfoutisme" général sur ce qui se passera après ma mort.
Alors que dans "Carpe Diem", c’est une incitation à s’occuper sérieusement du moment présent, à le vivre pleinement. Et si on le fait pleinement, cela signifie qu’on ne se moque pas du futur. On peut très bien vivre pleinement une vie au jour le jour, pour transformer le monde et le préparer pour demain.
Je pense que des écolos engagés, vivent suivant Carpe diem, en faisant dès aujourd’hui des choix de développement durable. Ils le vivent pleinement, et se font plaisir au jour le jour néanmoins.
réponse à . horizondelle le 18/02/2009 à 17h21 : Ne pourrait-on pas faire les deux? Rester conscient de l’Autre en gé...
Je ne vois aucune négation de l’autre, des autres, dans "carpe diem". C’est peut-être prendre vos désirs pour des réalités, mes braves.
Profitons du temps présent, car nul ne sait de quoi demain sera-t-il fait...

Après moi le déluge, après nous, les mouches, par contre ...
On se fout éperdument de ce qui se passera après notre passage. Que l’on ait soi-même ou non semé le trouble, la pagaille, ou tout autre chose, d’ailleurs. Ou rien du tout, pourquoi pas... On exprime simplement que rien de ce qui se passera après notre départ ne nous importe...

Ne cherchons donc pas l’aiguille du midi à 14 heures...
réponse à . PtiPat le 18/02/2009 à 17h33 : "La formule latine complète est "Carpe diem quam minimum credula postero"...
Eh ben Ptipat ! Ouvre bien les yeux et tu verras que voldemots (au nom prédestiné) a fait une copie pure et simple de mon traitement de cette expression (mais en précisant quand même ’via expressio.fr’).
réponse à . God le 18/02/2009 à 17h37 : Eh ben Ptipat ! Ouvre bien les yeux et tu verras que voldemots (au nom pr&e...
Honte à moi, infidèle de Expressio, qui ait d’abord cherché sur goûtgueule avant de chercher sur Expressio. En effet à cette page il y a tout ce qu’il faut !
Je ferai 4 Ave Maria et 6 Pater Noster ce soir avant d’aller me coucher !
Je ne suis pas excommunié quand même ?
réponse à . PtiPat le 18/02/2009 à 17h33 : "La formule latine complète est "Carpe diem quam minimum credula postero"...
en ne remettant pas au lendemain les choses à faire
Et en plus elle ne doit pas procrastiner ! Ce qui est à l’encontre du "Après moi le déluge", non ? Si on se moque du futur, on peut décaler sans état d’âme ...
réponse à . PtiPat le 18/02/2009 à 17h46 : Honte à moi, infidèle de Expressio, qui ait d’abord cherch&e...
Juste collé samedi. :&rsquo) A copier douze fois le verset 7 des tables de la loi d’Expressio, à cette page.
Pour ceux qui veulent relire ce passage : cette page
Ils aiment bien le chiffre 7 : Genèse 7, sept couples d’oiseaux purs, avertissement pour dans sept jours, ...

Mais il ne s’est occupé que des mammifères, des oiseaux et des reptiles. Il ne parle pas des insectes ! Pourquoi ?
Pour les poissons, pas de problème. Mais alors il reste des méchants poissons dans la mer, puisqu’eux n’ont pas été en partie exterminés ! C’est pas très loyal cette histoire ! Et je ne vous parle pas des mollusques et autres animaux marins, pieuvres, cachalots et autres requins. C’est pour cela qu’il reste des méchants requins qui attaquent les pauvres nageurs ...
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 17h56 : Juste collé samedi. :&rsquo) A copier douze fois le verset 7 des tab...
Douze fois ! Pourquoi pas seulement 7 fois. Ce serait plus "logique" !
réponse à . PtiPat le 18/02/2009 à 18h06 : Douze fois ! Pourquoi pas seulement 7 fois. Ce serait plus "logique" !...
Puisque tu cherches à négocier, ce sera 84 fois, PPCM de 7 et 12, nombre fétiche d’expressio. Depuis quand parle-t-on ici de clé de 7, hein ?
réponse à . God le 18/02/2009 à 18h10 : Puisque tu cherches à négocier, ce sera 84 fois, PPCM de 7 et 12, ...
Si God s’en mèle, je m’incline et vais de ce pas copier mes lignes.
Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.
Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.Tu ne voleras pas tes sources, mais les citeras.

Voilà, normalement le compte est bon !  
Je crois que le plus dur pour Noë, ce fut tout d’abord d’empêcher les ouvriers qui avaient construit l’arche avec lui, de monter à bord.
Ensuite comment fait-il pour mettre deux animaux de chaque espèce dans son arche ?
Est-il allé aux pôles pour les ours blancs ? Dans les Andes pour les lamas ? Alors que ni Christophe ni Amérigo n’avaient encore découvert l’Amérique.
On ne nous dit pas tout !
réponse à . PtiPat le 18/02/2009 à 18h15 : Si God s’en mèle, je m’incline et vais de ce pas copier mes l...
Y’en a une de trop. Collé dimanche, à copier douze fois le dixième Commandement de God à la même page...
réponse à . mickeylange le 18/02/2009 à 18h25 : Je crois que le plus dur pour Noë, ce fut tout d’abord d’emp&ec...
Et en plus, cet abruti a embarqué deux guêpes, deux frelons et deux moustiques ! Sans parler d’un couple de Hongrois...
réponse à . file_au_logis le 18/02/2009 à 17h35 : Je ne vois aucune négation de l’autre, des autres, dans "carpe diem...
Tu dis exactement comme moi, qui répondais à Elpépé en parlant de la négation de l’autre. Se serait-on mal compris? 
réponse à . PtiPat le 18/02/2009 à 18h15 : Si God s’en mèle, je m’incline et vais de ce pas copier mes l...
A la main, PtiPat, à la main. Sinon, ça pue le copier-coller 
réponse à . horizondelle le 18/02/2009 à 18h44 : Tu dis exactement comme moi, qui répondais à Elpépé ...
Tel qui nie l’un, nie l’autre, mon adjudant. 
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 18h32 : Et en plus, cet abruti a embarqué deux guêpes, deux frelons et deux...
Sans parler d’un couple de Hongrois...

Non, non, ça j’y grois pas. Pourquoi pas un couple d’...
Non j’ai rien dit, à vous de choisir !
réponse à . mickeylange le 18/02/2009 à 18h25 : Je crois que le plus dur pour Noë, ce fut tout d’abord d’emp&ec...
Serais-tu le concombre masqué, caché derrière sa colonne (la cinquième, à la une), qui écoute Radio Bistro?
réponse à . horizondelle le 18/02/2009 à 18h44 : Tu dis exactement comme moi, qui répondais à Elpépé ...
Nenni, que nenni, doppelt hält besser!
réponse à . mickeylange le 18/02/2009 à 19h00 : Sans parler d’un couple de Hongrois... Non, non, ça j’y groi...
Non, Mickey, ca, c’est pour les illusionistes: Hongrois que z’a y est, mais z’est radé!
réponse à . mickeylange le 18/02/2009 à 18h25 : Je crois que le plus dur pour Noë, ce fut tout d’abord d’emp&ec...
Je n’y crois pas ! Tu ne connais pas la véritable histoire du cas Noé ?

C’est trois marins qui l’ont aidé à construire le bateau : Desjoyeux, Le PréVac’h et Millemot. Ils voulaient se débarrasser de Noé qui les empêchait de forniquer en rond.

Ils lui ont même concocté un itinéraire super : tu te places sur un point de départ précis (nommé les chats bleus d’Automne, je crois) et tu as des vents qui te poussent automatiquement et te font faire le tour du monde : des vents de terre, des vents solaires et même des vents lunaires.

Noé l’a nommé l’itinéraire du vent des globes.

Et a chaque escale de son tour du monde, il récupérait des couples d’animaux.

Et voilà ! J’ai une coupe du bateau si tu veux. Sans les mâts et les voiles pour pas prendre trop de place. 


\_/ \\
--(_)-- < "_)
/ \ .--.-.--. / /
V /#/
______________/(/
)\ _,--,/ .-/#/\
""-._.oo ’ / \)/_\\
"-.___. ./____________________\
\__ | ( ) |__| |__| |
,-,\_|_|__|_____________|__,-,
| |________________________| |
| |________________________| |
’._.’._.’._.’| |________________________| |_.’._.’._.’
\ \______________________/ /
’.mm’._.’._.’._\ \____________________/ /’._.’._.’._.’
","-.______________.-","
"-._""--------""_.-"
""--------""
Tout ce que je peux vous dire là-dessus c’est que cette expression existe aussi en arabe(ana wa baadi toufan : ana=moi / wabaadi=et après moi / toufan= déluge ) , concernant la référence historique c’est la même quand à l’histoire de Noé , d’après ce que vous dites à propos de Louis XV j’en déduit que l’expression a traversée la méditerrané ou qu’elle a voyagée avec les troupes vers les terres saintes meme si me parais-t- il qu il n y avait pas des chrétiens qui partaient après le 18ème siècle lol
réponse à . mickeylange le 18/02/2009 à 18h25 : Je crois que le plus dur pour Noë, ce fut tout d’abord d’emp&ec...
le plus dur pour Noë, ce fut tout d’abord d’empêcher les ouvriers qui avaient construit l’arche avec lui, de monter à bord

Hé, non.
Comme Noé était saoul du matin au soir, personne n’a cru à son histoire de déluge. Il a construit son arche avec ses fils et probablement sa femme et ses brus (pas de raison qu’elles ne bossent pas, elles aussi)
réponse à . Elpepe le 18/02/2009 à 12h42 : L’auge modèle spire : tous les cochons la plébiscitent ...
bonjour,
je suis novice sur le site mais très motivée de parfaire ma connaissance de la langue française mais ne comprend rien à =

-- Purge à demoiselle.
-- Marge se dépouille.
-- Dépouilla mégères.
-- Remodelage use pli.

et autres tournures du genre , pouvez vous éclairer ma lenterne ou est ce un code pour initiés?
merci
un petit scarabé
réponse à . magira le 20/02/2009 à 19h24 : bonjour, je suis novice sur le site mais très motivée de parfaire...
Bienvenue. Ce sont des anagrammes de l’expression du jour. La spécialité de certains sur ce site. Parfois cela a du sens , parfois non.
réponse à . PtiPat le 18/02/2009 à 17h22 : Et non, je ne suis pas sûr. C’est bien une expression de la montagne...
Cette expression vient de la marine et de la montagne. L’arche a flotté sur l’eau du déluge, et elle a atteri sur une montagne !
réponse à . Steven le 25/02/2009 à 00h08 : Cette expression vient de la marine et de la montagne. L’arche a flott&eac...
Comme cela tout le monde est content. N’est-ce pas Elpépé ?  
Alain Rey indique n’avoir trouvé une attestation de cette expression qu’en 1789
Curieux : elle figure pourtant dans le Dictionnaire des proverbes françois de Panckoucke (1758), que Rey ne peut pas ne pas connaitre. Voir cette page. Et si c’était un proverbe répertorié en 1758, c’est que l’expression était déjà bien installée dans le langage.
Ah ! les voisins du dessus nous ont servi du bel Expressio comme on l’aime : souriant et savant tout à la fois !
(et pourtant, « Après moi, le déluge » est une détestable expression, sinon la plus détestable par l’égoïsme et l’irresponsabilité qu’elle sous–entend).

Dans le Dico. Historique, Alain Rey indique que déluge (vers 1120) est l’adaptation du latin diluvium (inondation, débordement).
Ne reste plus qu’à libérer la carpe du diem dans les eaux du déluge... et tant mieux s’il pleut cela nous donnera l’occasion de retrouver Brassens et de cheminer avec lui sous un coin de parapluie.
Chemin faisant, que ce fut tendre
D’ouïr à deux le chant joli
Que l’eau du ciel faisait entendre
Sur le toit de mon parapluie
J’aurais voulu, comme au déluge
Voir sans arrêt tomber la pluie
Pour la garder, sous mon refuge
Quarante jours, quarante nuits
réponse à . DiwanC le 08/04/2012 à 05h25 : Ah ! les voisins du dessus nous ont servi du bel Expressio comme on l&rsquo...
Ne reste plus qu’à libérer la carpe
Peut-être libérer la carpe et le lapin ?
Les deux sont, ce matin, cachés dans le jardin !
réponse à . deLassus le 08/04/2012 à 05h01 : Alain Rey indique n’avoir trouvé une attestation de cette expressio...
Qu’est-fe qui fe paffe dans ton dicfionnaire, ils fe font caffé la figure ? (noreply)
Noé: - Sem, Japhet, ramassez tous les arbustes que vous pourrez! Je dois
construire une arche!
Sem: - On va faire l’arche de nos haies?
C’est sûrement en pensant à notre lunatique sélénite que Noé a mis un couple de mouches dans l’Arche (de la Défense?), non?
Dieu lui a fait savoir qu’il allait se débarrasser de tous ces fichus hommes incorrigibles pécheurs
Et pourtant, il y en a encore beaucoup de nos jours, des pêcheurs...
Tiens, justement, comment il a fait avec les poissons, le Noé? Il en a mis un couple dans une assiette pour en faire de la farine et nourir tous les autres animaux de l’Arche? Il a même pas fallu les désosser d’abord. Comment? Que j’arête?
Louis XV qui parlant de son dauphin
Ben non, je n’arrete pas encore: on sait maintenant pourquoi l’Homme appela son fils le Dauphin, même si c’est un mamie-faire. Pas vrai, Claude?
– Épellerais God ému
– Empilera seule God
– God, âme périlleuse
– God re-usé, empaillé

Ose, Ana !

P.S. : Pour Chirstian : je t’ai laissé une réponse à "Point barre !", #85.
L’arche de Noé
Le zoo et les os sur les eaux.

Poil au zozo.
réponse à . joseta le 08/04/2012 à 09h31 : L’arche de Noé Le zoo et les os sur les eaux. Poil au zozo....
Zozoseta ? 
Noé dixit
Pour sauver les patries, arche.
À l’armée aussi : "En avant, ’arche !"
Donc Zoé Noé était dans la Marine de guerre...
Xactement et il voguait au larche...
Dans la Marine, Noé était un type à part, c’était le cas Noé.

Noé, ’l’est arrivé ?
Non, c’est Pâques !
En voici un qui ne craignait pas de se mouiller :

L’Intimé :
Avant la naissance de monde...
Dandin, bâillant :
Avocat, ah ! Passons au déluge !


Ex Les Plaideurs de Racine, Acte III Scène 3
réponse à . <inconnu> le 08/04/2012 à 09h15 : – Épellerais God ému – Empilera seule God – God, â...
Pour Chirstian : je t’ai laissé une réponse à "Point barre !", #85.
et je viens de te répondre. Nous nous sommes ainsi tout dit sur ce point, et après nous le déluge ! 
Dans la Marine, Noé était un type à part, c’était le cas Noé.
Et comme il voyageait avec un couple de yaks, c’était le cas Noé qu’a yaks!
J’ aimerais bien savoir à quoi ressemblerait le rejeton de Noé et de Mme de Pompadour, née Jeanne Poisson... Ce nom était, ma fois, quelque peu prédestiné.
réponse à . deLassus le 08/04/2012 à 05h01 : Alain Rey indique n’avoir trouvé une attestation de cette expressio...
l’expression était déjà bien installée dans le langage.
en fait, dans tous les dictionnaires édités sous la haute autorité d’Alain Rey, il est seulement indiqué :" la phrase est attribuée en général à Mm Du Barry pour les uns et Mm De Pompadour pour les autres" etc...
C’est dans le " Robert ,dictionnaire des expressions et locutions" que Rey, après avoir rapporté cette origine historique plus ancienne ajoute : "De fait, le premier recueil où nous avons pu repérer l’expression (celui de Tuet) a paru en 1789."
J’aurais tendance à penser que le texte que tu as trouvé a effectivement échappé à Rey, lorsqu’il a rédigé cet article. Mais reconnaissons que la numérisation des textes facilite sacrément la tâche, hein !
Le lion était atteint d’une sévère colique...voyant ça, Noé se dit:
Tiens, le roi de mon arche chie...
J’aurais tendance à penser que le texte que tu as trouvé a effectivement échappé à Rey
Ce qui est étonnant, c’est que ce recueil de proverbes du XVIIIème ne figure pas dans la bibliographie du dictionnaire des expressions et locutions de Rey et Chantreau.
Quant à la numérisation des textes, rien n’empêchait Rey et consoeur de l’utiliser pour leur édition la plus récente.
je relève d’ailleurs que Rey ne parle que de ces dames, tandis que l’Académie ne cite que Après moi le déluge ! (mot prêté généralement à Louis XV)
Mais l’Académie fait-elle autorité en matière d’origine des mots ou des expressions ? Et même sur le sens ou l’orthographe des mots : comment respecter leur avis, quand on pense que la 8° édition remonte à 1935 et que depuis elle n’a publié que des parties de la 9° (jusqu’à "raidisseur") ! On peut quand même s’interroger sur la valeur d’un ouvrage qui, s’il est terminé vers 1915 n’aura pas été actualisé entre-temps, même en sachant qu’il s’agit des plus grands esprits de notre époque !
Au fait : message à Mintaka ! Pour "espace" il suffisait d’aller voir la position de nos académiciens sur cette page  ! Mais où serait le plaisir si nous avions la réponse trop vite !
rectification grâce à Delassus en#92 : il faut lire 2015 et non 1915. Oui, bon, on va pas chicaner pour un siècle, hein !
réponse à . deLassus le 08/04/2012 à 12h26 : J’aurais tendance à penser que le texte que tu as trouvé a e...
rien n’empêchait Rey et consoeur de l’utiliser pour leur édition la plus récente.
je suis d’accord avec toi : ils sont nuls ! C’est pour cela que "les 1001 expressions préférées des français" a détrôné tous ces ouvrages ringards, et que God est pressenti pour entrer à l’Académie. Je suggère que nous lancions tout de suite une souscription pour l’achat de son épée. 
réponse à . chirstian le 08/04/2012 à 12h32 : je relève d’ailleurs que Rey ne parle que de ces dames, tandis que ...
Ton lien ne marche pas.
cette page
oui, le lien ne marche qu’avec le menu, je ne sais pas pourquoi. Il faut donc aller sur cette page pour accéder au dictionnaire de l’Académie , 9° édition en cours de réalisation, et choisir "espace" dans le champ vedette. Mais ta page est très explicite.
En fait je ne voulais pas revenir sur cette question que nous avons (trop ?) largement débattue, mais seulement illustrer le fait ... qu’on ne se réfère pas souvent à l’Académie Française !
Ouh là là ! En écrivant à chirstian « Ton lien ne marche pas », tu mets en danger quelques générations de mouches...
Car un lien peut–il marcher sachant que « marcher » c’est « faire des pas », « se déplacer à deux ou quatre pattes »... Faut–il employer « ouvrir » de manière que l’intérieur de l’espace (lien) communique avec l’extérieur, ce qui favoriserait l’apparition ou la diffusion de quelque chose ?
Allez ! sois vaillant et bon dimanche ! Courageusement, je fuis avant qu’un déluge de diptères (l’image est osée, je sais !) ne s’abatte sur ma tête !
mais suis bien d’accord avec toi : son lien marche pas ! 
réponse à . chirstian le 08/04/2012 à 12h32 : je relève d’ailleurs que Rey ne parle que de ces dames, tandis que ...
la valeur d’un ouvrage qui, s’il est terminé vers 1915 n’aura pas été actualisé entre-temps
Euh... tu es sûr de toi, là ?
DEVINETTE et solution.
Pourquoi Noé, sur les flots. nous fait penser à un apéro anisé?

- parce que: le père Noé à l’eau.
réponse à . joseta le 08/04/2012 à 16h20 : DEVINETTE et solution. Pourquoi Noé, sur les flots. nous fait penser &agr...
Tu veux dire que l’arche du père No, Hé vient de Puyricard ? quel pastis !
mais suis bien d’accord avec toi : son lien marche pas ! 

Un lien qui marche pas, peut-il grimper aux rideaux sans prendre la mouche ?
réponse à . chirstian le 08/04/2012 à 12h37 : rien n’empêchait Rey et consoeur de l’utiliser pour leur &eac...
rien n’empêchait Rey et consoeur de l’utiliser

A condition que la consœur sorte sa main de la culotte du zouave !
réponse à . mickeylange le 08/04/2012 à 17h40 : mais suis bien d’accord avec toi : son lien marche pas !  Un lien qui m...
Un lien qui ne marche pas, peut-il grimper aux rideaux sans prendre la mouche ?

Intéressante question à laquelle a répondu en partie le Professeur Georges Soylek, responsable du Laboratoire de recherches de Venelles Sainte–Croix.

Par ses nombreuses expérimentations (en situation réelle, il est important de le souligner), il a démontré qu’une mouche alienée - c’est-à-dire privée de tout lien affectif ou non - ne peut gravir sans danger la surface glissante et ordinaire d’un rideau domestique (dometicus rideum vulgarus vulgarus). Et c’est là qu’intervient le second élément de réflexion : à condition que la consœur sorte sa main de la culotte du zouave.

Il est apparu, en effet, que débarrassé de sa culotte, le zouave libère ainsi la main de l’assistante du Professeur Soylek [ses coûteuses recherches n’étant pas subventionnées, le célèbre savant utilise fréquemment les cobayes locaux pour les besoins de ses études]. Dans ces conditions, plus rien n’empêche la main - longtemps emprisonnée et qu’il était préférable de rendre inerte pour la bonne renommée du Laboratoire - de s’abattre violemment et cruellement sur le diptère sauvage (ou non) dont la résistance est amoindrie par l’énergie dépensée lors de l’ascension vers les sommets soyeux de l’étoffe.

L’article récemment publié dans la revue scientifique « Hémoij’tenposedeskestions », éditée en Basse Saxe, a valu au Professeur Georges Soylek, un déluge de commentaires élogieux.
L’arche de Noé: la croisière s’amuse.
- Bonjour, Monsieur Loir.
- Bonjour, Madame Fouine.
- Vous n’étiez pas à la fête hier soir, et vous savez combien la compagnie du loir est chère...
- Ben, ça ne m’arrive jamais, mais je me suis endormi...je lisais l’épaulard... Y’avait du monde?
- Oh oui! Même les escargots, les lents avaient pris l’élan pour arriver à l’heure, et la mer était représentée par ses sardines, ses raies...Et puis on a fait monter la poule à une tribune: c’est la chaire de poule, lui a-t-on dit. Après, comme elle était muette, on voulut faire parler la carpe, mais comme Cambronne, la carpe dit M. Ensuite, la guêpe à eu l’idée de jouer à chat perché: détail de guêpe.
Enfin, comme vous voyez, Monsieur Loir, on s’est bien amusé, mais ça caille un peu à présent, je vous laisse. Au revoir.
- Au revoir Madame Fouine!

Voilà comment, grosso-modo, on passait la vie à l’arche de Noé.
La Fontaine.
Peu m’importe ce qu’il va se passer
En relisant nos échanges de 2009 je relève que l’on a vu surtout dans cette expression un sens égoïste du "puisque je ne serai plus concerné, je me fiche de ce qui peut arriver aux autres".
Mais il peut y avoir pire dans cette expression : le souhait de voir effectivement le déluge arriver.
J’imagine que certains candidats à la présidence doivent espérer de tous leurs voeux que, s’ils sont battus, le lendemain la note de la France soit immédiatement baissée, et que nous traversions alors une crise épouvantable, juste punition pour ne pas avoir reconnu leur talent. Ce qui ne manquera pas d’arriver si X* n’est pas élu.
*à remplacer selon vos aspirations.
Certains se demandent comment Noé et sa petite famille ont repeuplé la terre. Facile, ls avaient emporté avec eux la fameuse étole que porte aujourd’hui le pape à cette page, un dessin vaut mieux qu’un long discours.
réponse à . chirstian le 08/04/2012 à 20h43 : Peu m’importe ce qu’il va se passer En relisant nos échang...
si X* n’est pas élu.
*à remplacer selon vos aspirations.

Pourquoi remplacer X ? Si c’est celui que j’aimerais ne pas élire. C’est selon vos expirations.
Y’en a dés qui disent que dieu est bon. J’en doute, après le décès d’une personne qui m’était chère mais décédée hier dans la nuit ?
Facile de faire l’autruche et de clamer : après moi le déluge ! .
Moraliste, ma vie reste sur terre, et droit dans mes bottes je vous hurle " faut s’occuper à la vitesse grand V des vivants " !
réponse à . tytoalba le 08/04/2012 à 20h51 : Certains se demandent comment Noé et sa petite famille ont repeuplé...
Ouaffffff........ Le pape qui porte maintenant une étole glorifiant ce qu’ habituellement il réprouve ! A moins que son discours concernant la Syrie l’ ait inspiré... Faites l’ amour, pas la guerre !
réponse à . <inconnu> le 08/04/2012 à 21h28 : Y’en a dés qui disent que dieu est bon. J’en doute, apr&egrav...
On partage ici tant de sourires... Lorsqu’arrivent les heures sombres et difficiles – comme celles dont tu parles – on ne peut tourner la tête... Puisse notre sympathie apaiser quelque peu ton chagrin et ta révolte.
réponse à . <inconnu> le 08/04/2012 à 21h28 : Y’en a dés qui disent que dieu est bon. J’en doute, apr&egrav...
Si nos messages peuvent t’apporter un peu de réconfort, je te livre mon soutien en toute amitié. Que l’on croit en Dieu ou pas n’est pas ce qui importe. Pour autant est-il responsable ? J’en doute. Tous, nous subissons un jour la mort d’un être cher. Après la douleur, il est souhaitable de se souvenir des moments heureux que nous avons passé avec cette personne. J’espère que tu trouveras en toi et autour de toi la force qui te manque en ce moment.
réponse à . <inconnu> le 08/04/2012 à 21h28 : Y’en a dés qui disent que dieu est bon. J’en doute, apr&egrav...
Au-delà des lieux communs qu’on entend lorsqu’une personne perd un être cher, trouve plutôt le réconfort dans la sympathie (étymologiquement) qui s’exprime ici. Dieu (puisque tu le nommes ainsi) n’est pas responsable. La vie terrestre à un commencement et une fin inévitable. On le sait depuis toujours. A cela deux attitudes possibles : Carpe diem
- égoïstement d’une part en profitant du moment présent qui n’est pas éternel
- humainement ou humanitairement d’autre part, en étant conscients que nous profitons de ce que nous ont laissé les générations qui nous ont précédés et en employant utilement notre temps pour laisser quelque chose d’utile à ceux qui nous suivent.

C’est une manière de ne pas disparaître totalement et la personne que tu as perdue t’a sûrement laissé quelque chose qui lui permet d’exister encore.

J’ai développé cela sur le Canal 12 avec Jacques1949 : je trouve cette idée plus encourageante que de croire au vide et au néant absolus après la mort.
réponse à . chirstian le 08/04/2012 à 20h43 : Peu m’importe ce qu’il va se passer En relisant nos échang...
une crise épouvantable, juste punition pour ne pas avoir reconnu leur talent

Ou simplement satisfaction égoïste de voir celui qui a été reconnu meilleur affronter les difficultés, essuyer les revers, bref en chier baver, tout en étant bien content de n’avoir pas gagné et d’avoir ainsi évité de devoir aller au charbon. Puisqu’on sait que critiquer celui qui bosse est bien plus confortable que d’être obligé de bosser.

Cela vaut bien sûr pour tous ceux qui critiquent, de quelque bord qu’ils soient. On disait quand j’étais gosse : "La critique est aisée, mais l’art est difficile".

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Après moi le déluge » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?