Au diable l'avarice ! - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Au diable l'avarice !

Formule généralement utilisée lorsqu'on décide brutalement de faire une dépense peu raisonnable.

Origine

Si vous abordez un passant dans la rue et que vous lui demandez d'où vient cette expression, il vous répondra certainement que c'est Molière qui l'a introduite dans sa pièce l'Avare. Et les plus culturés ajouteront même que la version complète est "au diable l'avarice et les avaricieux".

Vous pourrez alors leur rétorquer d'un air faussement navré que, dans un jeu, ils auraient perdu le droit de revenir en deuxième semaine.
En effet, la phrase de Molière est "la peste soit de l'avarice et des avaricieux" et le sens n'a rien à voir avec celui de notre expression, celui qui la prononce, pestant simplement après ce défaut et ceux qui en sont malheureusement pourvus (même si le terme avaricieux pour désigner un avare n'est pas très commun).

La formule s'utilise exactement comme vous pourriez dire "au diable mes résolutions (de perdre quelques kilos) !" une fois qu'un individu pervers a déposé sous vos yeux un ballotin de chocolats Puyricard (Lien externe), par exemple.
En effet, l'avarice faisant partie des sept péchés capitaux, c'est simplement se donner bonne conscience que de l'écarter (l'envoyer au diable) avant d'assouvir un besoin soudain de craquer déraisonnablement pour un achat un peu trop cher ou de faire une petite folie dispendieuse.

Exemple

« Fatigué, en début de transpiration, je me demandais si j'allais avoir la force de continuer quand, surgi de nulle part, un taxi roulant vers le centre-ville apparut dans mon champ visuel. Apparemment il était vide. Au diable l'avarice, je le hélai spontanément. »
Marc Vion - Échappées baltes - 2005

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Au diable l'avarice ! » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Angleterreen Hang the expense!Que la dépense soit pendue ! (c-à-d : je m'en soucie peu)
Angleterreen To hell with poverty!Au diable la pauvreté !
Angleterreen The hell with it !Que cela aille aux enfers
Espagnees Tirar la casa por la ventana.Jeter la maison par la fenêtre.
Canada (Québec)fr Au diable la dépense !
Italieit Crepi l'avariziaQue l'avarice crève
Brésilpt O que é uma chaga para um Lázaro?Qu'est-ce que c'est une plaie pour un lépreu ?

Déformée

Au diable les varices !

Vos commentaires
Suis-je donc le premier en ce beau jour d’aujourd’hui?
Puisque cela est le cas, permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter une bien belle journée. Qu’elle vous soit heureuse, joyeuse et clémente.

"Aaaaahhhh! Cela va mieux". Tonton est sorti de l’hopital il y a quelques jours et il avait commencé sa journée avec cette phrase. Puis il continua: "Je peux à nouveau marcher, courir, au diable les varices. Depuis que mon chirurgien me les a enlevées, je me sens rajeuni. A nouveau vingt dents!".
Termes de marine s’il en est: l’expression originelle est "au diable les valises" qui, on le sait bien , prennent bien plus de place que le sac ...
Je l’ai , dis, la trirème, hein, Elpapy ???

Plouf-Hobbes
De mémoire, ne serait-ce pas "Le diable soit de l’avarice et des avaricieux !" (La Flèche, Acte I, scène 3 vérifié sur cette page).
réponse à . HoubaHOBBES le 17/11/2009 à 07h38 : Termes de marine s’il en est: l’expression originelle est "au diable...
Non, non, Plouf-Hobbes, c’est moi qui vais l’avoir (comme le bateau):
L’expressio.fr correcte est: "au diable, les balises". C’est pourquoi Expressio a dû se munir d’un phare. On en a même piqué un à cette fin.
Tout le monde sait bien que les balises, c’est pas solide. Surtout les balises en carton (n’est-ce pas, Linda?)
Ce n’est pas du jeu. Nous proposer du chocolat de grand matin. Même si elles sont de Puyricard, ces pralines sont bien tentantes.
Déjà que pour nous, il y a tentation du côté des chocolatiers qui nous proposent des figurines de saint Nicolas qui débarquera bientôt pour la joie de nos petits et de nos grands. Non, amis Français, je ne vous parle pas de votre petit Nicolas, mais de notre saint qui récompense les enfants sages (et les autres).
Et l’avarice me direz-vous ? Au diable l’avarice ! Mieux vaut un bon chocolat d’un artisan qu’un paquet de ceux fabriqués pour les grandes surfaces. 
Zut, je voulais la faire celle de la varice ... Tant pis, il me reste toujours celle-là :

Le diable soit de la varice et de la varicelle

(Que voulez-vous, deux enfants en bas âge, ça atteint gravement le neurone à un moment donné ! )
réponse à . tytoalba le 17/11/2009 à 08h15 : Ce n’est pas du jeu. Nous proposer du chocolat de grand matin. Même ...
Si j’ai le choix, Votre Honneur, je préfèrerais "cent bons chocolats d’un artisan qu’n de ceux fabriqués pour les grandes surfaces !"

C’est mon coté un peu excessif !
Et au diable la vanne riche !
Trop difficile, la bouche pleine de chocolat,
c’est ballot tiens...
Au diable soit votre avarice !
Dit cet Auguste président
Ouvrez donc toutes vos cassettes !
Je sais que vous cachez dedans
Les fafiots, les pièces, les lingots,
Les livrets A, les bas de laine,
Et l’héritage de vos parents…
Vous avez bien des sous
Des écus, des euros,
Puisque au-d’ssus de 10 sous
Vous n’payez plus d’impôts.
Laissez venir à moi
Tous vos petits ruisseaux !
Vous n’payez plus d’impôts
Dont on suivait la trace
Mais vous paierez des taxes
Des taxes et des taxes
Et des taxes encore
Qui viendront à Bercy
Regarnir mes amphores.
réponse à . momolala le 17/11/2009 à 08h08 : De mémoire, ne serait-ce pas "Le diable soit de l’avarice et des av...
Et cette page, t’en dis quoi ? Mmmh ?
moi j’en dis que c’est le même texte que celui que cite Momo : ce qui , en soi, est plutôt rassurant. (mais confirme que Momo va changer de lunettes : au diable l’avarice !) 
en fait, le terme avarice ne convient pas dans le contexte de cette expression : il s’agit de faire tout d’un coup une dépense un peu folle : donc de cesser d’être raisonnable, économe, mesuré , pondéré, attentif à la saine gestion de son patrimoine etc... L’avarice ne se situe pas à ce niveau, mais à celui de l’extrême, donc du défaut, et au sens strict, "au diable l’avarice" devrait seulement conduire à cesser de rogner sur tout, en acceptant d’engager une dépense raisonnable et nécessaire.
Voilà : rhabille toi petite mouche ! 
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 09h26 : moi j’en dis que c’est le même texte que celui que cite Momo&n...
Momo se contente d’ouvrir les yeux du cerveau qu’elle avait sans doute embrumés ! Pardon my God ! Que en plus j’avais tout bien lu mais pas tout retenu si j’avais comprenu !
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 09h35 : en fait, le terme avarice ne convient pas dans le contexte de cette expression&n...
Ben oui, mais quand on est obligé de rogner sur tout, de compter, de faire attention même de respirer pas trop fort pour ne pas avoir à remplacer le bouton de la ceinture qu’on a serrée au maximum qu’on dit ce genre de chose, c’est si bon alors quand on peut une petite fois dire "au diable l’avarice !" ! Ensuite, souvent, on a du remord quand on pose les retenues en haut des unités de retenues, mais ce remord-là est bien meilleur que le regret qu’on aurait eu de ne pas l’avoir fait.
réponse à . momolala le 17/11/2009 à 09h41 : Ben oui, mais quand on est obligé de rogner sur tout, de compter, de fair...
bien d’accord : je soulevais seulement le fait que cette "obligation de rogner sur tout, de compter, de faire attention..." ce n’est pas l’avarice , précisément parce que c’est une obligation. L’avare a cette même attitude, mais pour le seul appât du gain, sans nullement y être obligé.
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 09h35 : en fait, le terme avarice ne convient pas dans le contexte de cette expression&n...
Si je peux mettre mon grain de sel ...

L’avarice fait partie des sept péchés capitaux : il y a aussi l’orgueil, la gourmandise, la luxure, la colère, l’envie et la célèbre acédie qui est la paresse morale.
Je n’ai jamais lu ou entendu : Au diable l’orgueil, je vais élever des chèvres en Ardèche, ou la même expression avec un des 6 autres péchés capitaux.
J’aurais cependant pu entendre, ou dire moi-même : Au diable la gourmandise, je commence un régime.
C’est sans doute que l’avarice, au sens original de thésaurisation, est non seulement un égoîsme, mais une privation : Harpagon est malade de dépenser de l’argent, y compris pour lui-même.
Je prends donc l’expression du jour comme "Au diable les privations, je me fais un plaisir, petit ou grand". C’est le sens de l’exemple de God (Vion).
Mais bien sûr on peut dire aussi : Au diable l’avarice, je vous invite tous à déjeuner".

Sur la gourmandise péché capital, que God a beaucoup sollicitée ce matin avec Sa pub pour Ses chocolats, voir ce sujet de 2003 qui revient dans l’actualité :

cette page
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 10h01 : bien d’accord : je soulevais seulement le fait que cette "obligation ...
Complément au 16.
Les catholiques opposent , même si ce n’est pas en un-contre-un, les péchés capitaux et les vertus.
J’ai énuméré les péchés ci-dessus. Les vertus sont :
- Les trois vertus théologales, d’origine divine : foi, espérance et charité
- Les quatre vertus cardinales, d’origine humaine : justice, prudence, tempérance et force morale
Il est courant, dans la tradition chrétienne, d’opposer l’avarice et la charité.
C’est le cas dans ce portail de la cathédrale d’Amiens, où l’on voit bien que l’avare est celui qui entasse l’argent ou l’or, et ne dépense pas.

cette page
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 10h23 : Complément au 16. Les catholiques opposent , même si ce n’est...
Complément au 17.

Voir la définition très catholique et très détaillée de l’avarice péché capital (d’où découlent de nombreux vices) dans cette très édifiante étude "Cupidité et avarice" :

cette page

Attention, il faut un peu s’accrocher ! On peut passer rapidement sur Cupidité, ça économise du temps ...

Pour les lecteurs pressés (avares de leur temps), ce court extrait :
"L’avarice est une maladie dangereuse.
Les désirs charnels sont, dans un certain sens, moins dangereux que le désir de l’argent, car les désirs charnels s’apaisent par leur satisfaction et leur excès engendre le dégoût, tandis que le désir immodéré de l’argent, lorsqu’il ronge et domine le coeur, ne connait pas de limite et est insatiable."

Diable !
Tout me semble dit...et bien dit...
Tant pis pour mes varices...
réponse à . momolala le 17/11/2009 à 08h34 : Au diable soit votre avarice ! Dit cet Auguste président Ouvrez donc...
Les Français ont économisé 11 000 000 000 d’euros d’impôts !
En 2009 et puis cela, chaque année, ... jusqu’à ce que Dieu le veut !
Au diable donc l’avarice !
Ach ! Par "Français" , cela va de soi, qu’il s’agit des mieux lotis d’entre eux !

PS - Quand vous parlez de Bercy, momolala, j’ai là, là, un mot, un mot et un seul : aïe ! Une pensée et une seule ...

Bercy Matronne, ND de la Gare de Lyon-Bercy, priez vite- TGV oblige - pour nous,
pauvres pêcheurs empêtrés dans les mailles du filet de la CRISE !

Ach !
Je m’en vais savourer un expresso (sans "i" ni sucre, svp), ce matin, 80% d’arabica de Monterrey , Vuelta Abajo, 20% de robusta de Kino-Kotabalu. Corsé, subtile, comme un parfum de (jeune) mémé ... Bref, le pied, quoi !
Puis au boulot, avec la TP supprimée et les produits de substitution pour les Maires (grands et petits); enchaînant sur les processus d’évasion fiscale par les prix de tranfert vers les paradis fiscaux, véritables enfers pour nos limiers émérites !
Ach !
Ponne tchournée à fous tous !
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 10h43 : Complément au 17. Voir la définition très catholique et tr...
difficile pourtant de ne pas voir une racine commune à Cupidon et cupidité !
réponse à . ThanhBach le 17/11/2009 à 11h42 : Les Français ont économisé 11 000 000 000 d’euros d&r...
Bercy n’est pas Picsou, mais pique-sous. 
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 10h43 : Complément au 17. Voir la définition très catholique et tr...
Dis donc tu nous as fait un festival sur l’avarice.
A propos des relations entre l’avarice et le désir charnel, voici un (petit) festival à ma façon.

--> Les avares, ces gueux-là, ne rêvent que d’écus. "Glissons sur le Franc, sous le sombre Euro se profile l’Écu !" disent-ils, pour eux c’est commun de parler de cote. Le pire c’est que ces gueux coutent !

Comme vous l’avez compris je parlais d’un certain type d’avares hommes. Passons aux femme avares.

--> Cette banquière avare dispose de bien des tunes pour ses pires luttes. Pour elle les pertes n’avaient rien de futile. Elle sentait trop bien l’affaire, mais cette friande de pèze était battante. "Je sens que vous allez me rendre le fonds", dit-elle à son créditeur. "Quelle candeur !" siffla-t-elle en lui tendant le bon. 

Pour les amateurs : il y en a onze.
Comme pour ce jeu ou on joue avec les pieds, au lieu de jouer avec les mots comme tout le monde.
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 10h01 : bien d’accord : je soulevais seulement le fait que cette "obligation ...
Décidément voilà bien la preuve que lire, c’est comprendre que je ne comprends rien de plus que ce que retient mon dernier empan visuel aujourd’hui ! . J’ai bien ce jour assez d’acédie pour avoir l’orgueil d’y revenir et sans colère je le dis. Quant à la luxure, il me semble que ce n’est qu’une gourmandise particulière.
A tous, au diable l’avarice ! Cotentine vous remercie. Elle va bien mais restera sans téléphone ni internet jusqu’à lundi prochain, ce qui lui donne le temps de ranger son jardin avant de revenir ici.
réponse à . file_au_logis le 17/11/2009 à 08h12 : Non, non, Plouf-Hobbes, c’est moi qui vais l’avoir (comme le bateau)...
Ni l’un ni l’autre ! C’est Buckingham qui, le 17 novembre 1627, il y a tout juste 382 ans aujourd’hui, s’est écrié "au diable La Pallice !", après avoir pris une dernière déculottée en mer (cette page), par le marquis de Toiras, tandis que les Rhétaises, depuis Trousse-Chemise, montraient leur cul aux Perfides.
Marceeeeel ! L’apéro des grands jours !
L’Amiral-historien
c’est au cours d’un duel que son ami Pescheux d’Herbinville envoya au diable l’Evariste. ( cette page)
C’est dans les Aravis qu’on fait le meilleur reblochon. Tu mords ?
Comme disait le mari de Jacqueline Auriol au diable l’aviatrice.
réponse à . mickeylange le 17/11/2009 à 13h25 : Comme disait le mari de Jacqueline Auriol au diable l’aviatrice....
Sans le sou, j’ai fait de la nav à Riss. On se les gelait, mais c’était il y a longtemps...
Lebo_Dan_Ubbleu
réponse à . momolala le 17/11/2009 à 12h17 : Décidément voilà bien la preuve que lire, c’est compr...
Détrompe-toi : la luxure n’est pas une gourmandise particulière !
Puisque après la gourmandise on dérive vers la luxure et que je donne pour une fois dans les sites pieux, voici celui-ci :

cette page

A vous dégouter !

J’en extrais, toujours pour les gens avares de leur temps, ce dégagement de Pierre Dac (attention, je prends de l’élan) :

"Une femme mariée à un homme qui la trompe avec la femme de son amant, laquelle trompe son mari avec le sien et qui en est réduite à tromper son amant avec celui de sa femme parce que son amant est son mari et que la femme de son époux est la maîtresse d’un homme déshonoré par l’amant d’une femme dont le mari trompe sa maîtresse avec la femme de son amant ne sait plus où elle en est, ni ce qu’elle doit faire pour ne pas compliquer une situation qui l’est déjà suffisamment comme ça."

J’ai pu me tromper (!) en recopiant.
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 13h59 : Détrompe-toi : la luxure n’est pas une gourmandise particuli&e...
Soyons carrés : il s’agit d’une partie éponyme !
réponse à . mickeylange le 17/11/2009 à 13h25 : Comme disait le mari de Jacqueline Auriol au diable l’aviatrice....
En hommage au festival de SagesseFolie en 23 :

C’est ici qu’on a pendu le fuselage de l’aviatrice.
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 14h10 : En hommage au festival de SagesseFolie en 23 : C’est ici qu’o...
En franchissant, sûr, du mont ?
réponse à . <inconnu> le 17/11/2009 à 08h18 : Zut, je voulais la faire celle de la varice ... Tant pis, il me reste toujours c...
Au diable la varice, ça se soigne.
Je crois qu’on dit "éveinage", une ancienne collègue (en retraite, maintenant) avait dit :
J’ai été(e) à la clinique pour me faire tringler.
Ca n’a surpris personne connaissant le personnage.

Dans le même ordre "d’idée", une autre, en activité , celle-ci, déclare de temps à autre :
Je vais me faire mon thé.
Il y a toujours un collègue masculin pour proposer son aide.
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 09h35 : en fait, le terme avarice ne convient pas dans le contexte de cette expression&n...
Voilà : rhabille toi petite mouche !
A l’allure où tu m’honores, il y a longtemps que j’ai jeté mon bonnet ma culotte par-dessus les moulins !
Bzzzzz !
réponse à . SyntaxTerror le 17/11/2009 à 14h57 : Au diable la varice, ça se soigne. Je crois qu’on dit "évein...
Pour les varices, dont on glisse un mandrin, au bout d’une "tringle", à l’intérieur de la veine Saphène pour la retirer ensuite "en doigt de gant", on peut dire "stripping", mais "éveinage" est quand même mieux. La technique est la même que pour déboucher ton évier avec un furet. Il court, il court, le furet.
Amen !
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 13h59 : Détrompe-toi : la luxure n’est pas une gourmandise particuli&e...
Mon amionaute, je pense que les mêmes hommes qui ont inventé dieu aussitôt créés ont inventé les péchés dans la foulée. S’ils avaient été eux-mêmes réellement créés à l’image d’un dieu parfait, point de péchés il n’y aurait donc. Et si leur dieu est imparfait je n’écouterai pas qui dit : "faites ce que je dis mais pas ce que je fais". Donc peu m’importe les théologies, j’aime la luxure avec gourmandise, ni plus ni moins que quiconque ici si ce n’est qu’en ayant trouvé le goût assez tard je m’étonne encore du plaisir que j’y trouve, j’ose le dire ! Te rends-tu compte que j’aurais pu passer à côté toute ma vie et penser, dieu me pardonne, que la pratique sexuelle en dehors des obligations de la reproduction est un péché ! Ah, God, grâces te soient rendues de nous avoir ouvert gratuitement ce merrrveilleux site qui nous donne l’occasion de savourer chaque journée de notre vie terrestre en faisant ronronner nos neurones et de nous aimer bien les uns les autres !
réponse à . Elpepe le 17/11/2009 à 15h12 : Pour les varices, dont on glisse un mandrin, au bout d’une "tringle", &agr...
La technique est la même que pour déboucher ton évier avec un furet

Au début, peut-être, mais je n’ai jamais essayé de retourner le tuyau sur lui-même.
Ma technique conssiste à "pousser le bouchon" jusqu’à un endroit plus large d’où il pourra être évacué.
réponse à . Elpepe le 17/11/2009 à 14h06 : Soyons carrés : il s’agit d’une partie éponyme&nb...
Soyons carrés : il s’agit d’une partie éponyme

Je voudrais faire remarquer respectueusement à l’Amiral qu’il aurait dû, sans effet de mode, employer plutôt le mot homonyme. Il pourra à cette page, constater que ce n’est pas vraiment sa faute : les Perfides sont (encore) passés par là.

Bien entendu nous comprenons que les parties carrées aient pu le troubler. Peut-être BB est-elle partie quelques jours chez sa Maman ?
Et quand BB n’est pas là, Le Mans sanglote...
Impression confirmée par :
Il court, il court, le furet. . . Amen !
A moins que ce ne soit à cause de la mouche de Chirstian ? :&rsquo)
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 13h59 : Détrompe-toi : la luxure n’est pas une gourmandise particuli&e...
Ca ressemble plus à du catholique intégriste qu’à du protestant.
Je ne vois même pas bien ce qui a pu faire te faire penser un truc pareil !
réponse à . SagesseFolie le 17/11/2009 à 12h07 : Dis donc tu nous as fait un festival sur l’avarice. A propos des relation...
Sniff  je ne les trouve pas...
J’ai très peu de temps, là, mais vous m’avez tellement fait de bien hier que je me suis dit...au diable l’avarice, je prends le temps de vous lire et je vous envoie à chacune et à chacun mille pensées. Bonne fin de journée 
réponse à . SagesseFolie le 17/11/2009 à 15h35 : Soyons carrés : il s’agit d’une partie éponyme Je...
Yes Sir, il s’agit effectivement d’un glissement de sens. Mais qui me plaît bien, pourtant ! Et que donc je ne retire pas, puisque tu l’as parfaitement capté, le glissement, là... 
dans la rubrique :" faits divers d’été ":
Accro à expressio, il reçoit une facture de 45 923 euros pour le mois d’août. cette page Au diable l’avarice : Expressio vaut bien ça ! affirme-t-il avant de se reconnecter de plus belle ...
La formule s’utilise exactement comme vous pourriez dire "au diable mes résolutions (de perdre quelques kilos) !"

C’est exactement ce que déclare Hrundi V. Bakshi en récupérant sa chaussure qui s’était retrouvée sur le plat de hors d’oeuvre dans "The Party" de Blake Edwards.
Je ne manque pas une occasion de citer ce chef d’oeuvre !
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 16h17 : dans la rubrique :" faits divers d’été ": Accro &agrav...
J’ai entendu ça à la radio l’autre matin.
Il est trop près de la Belgique !
Ca c’est un péché capital. La frontière se serait-elle déplacée entre la signature du contrat et la facture ?
réponse à . SyntaxTerror le 17/11/2009 à 15h41 : Ca ressemble plus à du catholique intégriste qu’à du ...
Je viens de relire le tout.
D’accord avec toi, et pardon aux protestants.
Mais ça m’étonne que des intégristes catho aient Pierre Dac dans leurs lectures...
réponse à . SyntaxTerror le 17/11/2009 à 16h41 : La formule s’utilise exactement comme vous pourriez dire "au diable mes r&...
Je vois que nous avons des goûts en commun.
Donc, 10 minutes de bonheur plus tard (et surtout les 2 dernières), je te réponds :

cette page

Au diable l’avarice : c’est cadeau !
Une contrepèterie ne devrait jamais être traduite en public car cela transforme un jeu de l’esprit en vulgarité ordinaire. Une exception peut être l’apprentissage individuel de la technique.

Ça ne vaut pas la peine de pleurer pour si peu ma belle. Je t’envoie les solutions (qui ne sont pas celles de la peur) via le canal 12.  
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 11h42 : difficile pourtant de ne pas voir une racine commune à Cupidon et cupidit...
Avec retard, et au cas où ton intervention était une interrogation.
Voir dans Quicherat (1866)
- Cupiditas, atis. f.
- Cupido, inis.f.
- Cupido, inis. m
- Cupio, ere

cette page
Mon bateau coule, disait le marin, mais au diable l’avarie, n’est-ce pas le fin de la fin de couler avec Expressio ?
réponse à . Elpepe le 17/11/2009 à 13h42 : Sans le sou, j’ai fait de la nav à Riss. On se les gelait, mais c&r...
??? Etait-ce à Tananarive ???
Que diable fais-je la-dedans ?  
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 17/11/2009 à 18h04 : ??? Etait-ce à Tananarive ??? Que diable fais-je la-dedans ? ...
Bah, c’est tout simple : la Riss est un affluent dudit ! Merci qui ? :&rsquo)
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 10h14 : Si je peux mettre mon grain de sel ... L’avarice fait partie des sept p&e...
Mais bien sûr on peut dire aussi : Au diable l’avarice, je vous invite tous à déjeuner".

Je savais que l’on pouvait compter sur toi. C’est très aimable de ta part, et je t’en remercie. Dis-nous simplement quand et où tu souhaites nous retrouver . Nous y serons pour te célébrer...
réponse à . Elpepe le 17/11/2009 à 20h23 : Bah, c’est tout simple : la Riss est un affluent dudit ! Merci q...
Alors là,.... trop fort ...
Je t’offre une coupe du meilleur, cuvée réservée !!!
Et au diable l’avarice, tournée générale !!!
réponse à . file_au_logis le 17/11/2009 à 20h42 : Mais bien sûr on peut dire aussi : Au diable l’avarice, je vous...
"If I where a rich man, da de di de di de da de di de di de di de da ..."
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 22h46 : "If I where a rich man, da de di de di de da de di de di de di de da ..."...
Bonsoir DeLassus, prendrais-tu des cours d’anglais préconisés sur le bandeau publicitaire là, juste à droite ?
Faut en profiter, t’as 5 cours gratuits !!!
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 17/11/2009 à 22h51 : Bonsoir DeLassus, prendrais-tu des cours d’anglais préconisé...
Tu as raison, j’ai la même pub.
Mais je ne clique jamais, je suis si influençable !

Et puis, je sais dire aussi : Good night !
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 23h07 : Tu as raison, j’ai la même pub. Mais je ne clique jamais, je suis si...
Yes, thank you, you too, and have nice dreams !!!

C’est marrant, ils n’arrêtent pas de parler de nous sur le bandeau de droite: Expressio. par ci, Expressio. par là !!!  :&rsquo)
la version complète est "au diable l’avarice et les avaricieux".
au diable l’avarice
et les avares ... aux cieux !
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 10h14 : Si je peux mettre mon grain de sel ... L’avarice fait partie des sept p&e...
la célèbre acédie qui est la paresse morale
Et si on chôme trop, on est bon pour les acédiques ?
À quoi tient une réputation, quand même! 
Jeune et bien roulée, on emplit son bas de laine ( Dim et jours fériés). En prenant âge et aisance, on penche plutôt pour le modèle Avarice. Doit-on dire pour autant qu’on ne manque pas de veine ? Je ne voudrais pas passer pour quelqu’un d’artère artère.
Et les généreux devinrent avaricieux...

Ils étaient présents presque chaque jour, partageaient leur savoir, donnaient leur temps sans compter, certains tôt le matin, d’autres tard dans la nuit... Peu à peu, ils ont espacé leurs passages sur Expressio... sont devenus regardants, pingres, épargnant leurs mots, limitant leurs venues, jusqu’à ne plus rien donner, grippe-sous jusqu’à l’absence.
Trop de généreux voisins du dessus sont aujourd’hui avaricieux. Nostalgie... 
réponse à . DiwanC le 03/01/2013 à 02h51 : Et les généreux devinrent avaricieux... Ils étaient pr&ea...
Impossible d’arriver avant ! Mais c’est pô vrai, elle est insomniaque !....
Bonjour Didi, çà boume ce matin ?
Dis donc, tu sais que je me posais la même question, avec moins d’emphase certes.
Mais que sont ils devenus les Houbba, momolala et consorts ?
Bon, enfin, ils ont leurs raisons.......
Revenons à nos moutons. Il est pas allé chercher la haquenée des cordeliers notre God, mais c’est pas mieux.
Je n’ai aucun souvenir de l’emploi de cette expression dans l’oeuvre qui nous intéresse......
Van-Dame dirait :"Au Diable, l’awarice !"
C’est quand Aris, le poissonnier grec, lavait le poisson qu’on entendit dire:
- Oh! dix ables lave Aris!
Dans certains cas, comme dans certain film (magnfique, dans ce cas-ci), il faut dire:
"au diable, lave, Harris!"
Ce joueur diabolique aidait son équipe à être aux postes d’honneur, car son équipe, ce diable de LaVar, hisse!
Remarque totalement incongrue:
«Au diable l’avarice disait ma tante qui en avait beaucoup»
faire une dépense peu raisonnable.
J’ai fait une grosse dépense pour acheter une cloche, mais c’était une dépense ’résonnable’.
C’est Molière qui a inventé aussi bien la quadrature du cercle que le mouvement perpétuel en s’écriant à l’intention de son acteur principal, lors de la première de sa pièce: Au diable, l’Avare, hisse [le ton]"
Vapona avait les jambes qui grouillaient de varices semblables à des vers cyanosés ou à un itinéraire tortueux de Google Maps, c’est selon.

L’oursin qu’elle avait dans la poche l’avait amenée à choisir des bas nylon mi-longs à la place de bas de contention, les mauvaises langues diront de contentieux. Cependant le bon goût qui la caractérisait l’avait quand même incitée à choisir des bas assortis à la couleur de ses varices, ce qui lui imprimait une certaine classe.

Un peu de veine quand même, ses varices empêchaient ses bas de lui tomber sur les chevilles, par contre, elles lui donnaient des fourmis dans les jambes qu’elle combattait à grandes pulvérisations d’insecticide, d’où son sobriquet de Vapona-la-varice.
- On va l’appeler Tell el-Daba, et au diable l’cette page!
réponse à . file_au_logis le 03/01/2013 à 09h37 : C’est Molière qui a inventé aussi bien la quadrature du cerc...
yo ho, et une bouteille de rhum... 
NOUVEAUTÉ : Jeu de mots visuel (et, par conséquent, non phonétique)
À Ava Gardner
- What’s your favourite dish, Ava?
Ava:- rice! *

* La langue de Shakespeare n’étant pas mon fort, j’espère que c’est écrit correctement.
Nous donner à commenter cette expression après les fêtes... Serait-ce (un peu...) de la provocation ? Une de mes seules qualités est peut-être d’ être assez généreuse (certains, un peu moins élégamment, disent "bonne poire")... Résultat : mon compte bancaire, alors que j’ attends le versement de ma retraite, n’ est plus d’ accord du tout !
Quand Kames, puis son fils Ahmose mirent en déroute les Hyksos et les expulsèrent d’Egypte, ils s’écrièrent, soulagés, au diable l’Avaris

Explication cette page
réponse à . charmagnac le 03/01/2013 à 11h08 : Quand Kames, puis son fils Ahmose mirent en déroute les Hyksos et les exp...
La même explication est déjà au 74.
Alors Charmagnac, tu ne me lis plus?
À un italien, pas trop généreux:
- L’avarice est un des sept péchés, capito?
réponse à . BOUBA le 03/01/2013 à 04h56 : Impossible d’arriver avant ! Mais c’est pô vrai, elle est...
...avec moins d’emphase certes...
Sais comment je dois le prendre... Et dans le doute, vais garder le sourire !

Comme toi, je n’ai pas trouvé d’avarice dans les textes de Georges (l’autre !). Quoique… avec notre manie d’accrocher des étiquettes partout : les Bretons sont têtus, les Parisiens « gros becs », les Normands hésitants, les Auvergnats radins…
Et de la radinerie à l’avarice, il n’y a qu’un pas. Me vois-tu venir avec mes gros sabots (même si l’Auvergnat de Georges avait le cœur sur la main) ?

Elle est à toi cette chanson
Toi l’Auvergnat qui sans façon
M’as donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid

Toi l’Auvergnat quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Et celle-là, généreusement, je te l’avais laissée ! 
Il était avare au-delà du raisonnable : il coupait les cheveux en quatre, ne jetait jamais œil sur quoi que ce soit et jamais ne respirait à pleins poumons. Il marchait à petits pas pour retenir son souffle. Il observait à la dérobée, ne prêtait ni l’oreille, ni le flanc, ni main-forte, ni à sourire.

Il épousa une fille au cœur sec comme un jour sans pain, comme un coup de trique, comme les vents du nord.

Ils eurent deux enfants : un fils prodigue et une fille panier-percé.
réponse à . deLassus le 17/11/2009 à 10h14 : Si je peux mettre mon grain de sel ... L’avarice fait partie des sept p&e...
la célèbre acédie qui est la paresse morale.
Des sept péchés capitaux, je ne citerai que l’avarice, par paresse: j’ai ’assez dit’!
réponse à . DiwanC le 03/01/2013 à 11h51 : ...avec moins d’emphase certes... Sais comment je dois le prendre... Et da...
Les Normands sont hésitants ?
Ils ont la réputation d’avoir les doigts crochus et d’être procéduriers !

En ce qui concerne Georges, il est question de comptes d’apothicaire (vaguement liés à l’avarice) dans "Le temps passé" et d’un grigou dans "L’assassinat".
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 17/11/2009 à 22h51 : Bonsoir DeLassus, prendrais-tu des cours d’anglais préconisé...
prendrais-tu des cours d’anglais ?
Il devrait !
C’est "If I were a rich man" ...
Dans le film de 1971, c’est le premier rôle au grand écran de Michael Glaser (futur Starsky)
réponse à . joseta le 03/01/2013 à 10h28 : NOUVEAUTÉ : Jeu de mots visuel (et, par conséquent, non phon&...
Et pourquoi pas : have a rice ?
réponse à . chirstian le 17/11/2009 à 12h46 : c’est au cours d’un duel que son ami Pescheux d’Herbinville en...
Pescheux d’Herbinville
J’avais surtout entendu parler de sa femme Patti cette page
Parce que, comme j’ai précisé, il s’agit d’un jeu de mots visuel, et dans ce cas, la ressemblance doit être la plus parfaite possible, d’où:
AVARICE et AVA RICE.
réponse à . SyntaxTerror le 03/01/2013 à 15h15 : Les Normands sont hésitants ? Ils ont la réputation d’a...
Les Normands sont hésitants ?
Ne leur reproche-t-on pas d’hésiter entre le "P’ête ben qu’oui… P’ête ben qu’non" ?
Une réponse de Normand que Sa Divinité décortique à cette page.
réponse à . DiwanC le 03/01/2013 à 16h03 : Les Normands sont hésitants ?Ne leur reproche-t-on pas d’h&eac...
Ambigus ou évasifs, probablement, mais ça ne signifie pas que leur décision n’est pas prise.
réponse à . DiwanC le 03/01/2013 à 11h51 : ...avec moins d’emphase certes... Sais comment je dois le prendre... Et da...
Mouais bien sur, on peut voir çà comme çà......Si tu veux de l’a peu près je sais faire aussi......
Notre Jojo a écrit "la ballade des gens qui sont nés quelque part" qui contient les vers suivants:

Qu’ils sortent de Paris ou de Rome ou de Sète
Ou du diable vauvert ou bien de Zanzibar

Il y a donc concordance entre l’expression du jour puisqu’il y est aussi question de diable.....

CQFD !

ps: Avec emphase, je voulais dire "de façon grandiose".....tu peux sourire garder....
réponse à . joseta le 03/01/2013 à 16h01 : Parce que, comme j’ai précisé, il s’agit d’un je...
Ne te laisse pas faire !
Ca marche moins bien avec Condoleezza, la nièce de l’Oncle Ben.
réponse à . BOUBA le 03/01/2013 à 16h47 : Mouais bien sur, on peut voir çà comme çà......Si tu...
Eh ben, tu vois quand tu veux !

Et pis sois beau joueur : l’Auvergnat (réputé radin), les comptes d’apothicaire et le grigou cités par Syntax (qui me terrorise avec les Normands, mais ça c’est aut’ chose), sont plus près de l’avarice que ton bon petit diable fut-il de Zanzibar.
Allez, on efface tout et demain, à nouveau, c’est toi qui commences ! 
réponse à . joseta le 03/01/2013 à 11h23 : La même explication est déjà au 74. Alors Charmagnac, tu ne ...
Pardonne-moi. Ayant peu de temps ce matin, je n’ai pas lu le lien que tu as indiqué. Et comme je pensais être parmi les rares expressionautes à avoir connu personnellement les Hyksos 

Mais je devais bien me douter que ces gens-là ne devaient pas être des inconnus pour toi !
réponse à . DiwanC le 03/01/2013 à 13h08 : Il était avare au-delà du raisonnable : il coupait les cheveu...
une fille panier-percé.

Parce qu’on lui avait mis la main au panier ?
réponse à . charmagnac le 03/01/2013 à 17h41 : une fille panier-percé. Parce qu’on lui avait mis la main au panier...
Peut-être…

A l’époque, un berger de passage – beau comme un pâtre grec, fier comme un descendant Hyksos – lui tournait autour.
Les voisins laissèrent entendre que la belle n’étant pas farouche… et la rumeur s’enfla, grandit, se répandit…
Les parents, avares de paroles, se tinrent cois.
God seul sait ce qu’il en fut ! 
réponse à . SyntaxTerror le 03/01/2013 à 15h21 : prendrais-tu des cours d’anglais ? Il devrait ! C’est "If ...
T’es-tu rendu compte qu’en ton # 85 tu répondais à un # 58 ?
Je trouve ça pour le moins audacieux !
réponse à . joseta le 03/01/2013 à 16h01 : Parce que, comme j’ai précisé, il s’agit d’un je...
Je dénonce : au lit de Procuste !
réponse à . DiwanC le 03/01/2013 à 17h21 : Eh ben, tu vois quand tu veux ! Et pis sois beau joueur : l’Au...
Je commence à aimer cette joute amicale qui nous oppose.......peut être parceque ce sport est très pratiqué à Sète !!
réponse à . BOUBA le 03/01/2013 à 20h57 : Je commence à aimer cette joute amicale qui nous oppose.......peut ê...
Aah non ! Ah non ! Anon ! De 5 à Sète, il ne peut ici être question !
je suis jaloux, mais alors, jalouxxxx !
Bon, rendez-vous au bar du phare. Et foin de mon portefeuille, au diable l’avarice: triples Westmalle et Lagons bleus ! Marceeeeeeel !
Zut ! J’ai oublié le rosé de Provence de Mickey et le benzina pour son Isetta ! 
réponse à . DiwanC le 03/01/2013 à 18h28 : Peut-être… A l’époque, un berger de passage – beau comme...
et la rumeur s’enfla

Y a peut-être pas eu que la rumeur...

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Au diable l'avarice ! » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?