Etre coutumier du fait / Une fois n'est pas coutume - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Etre coutumier du fait / Une fois n'est pas coutume

Avoir l'habitude d'agir d'une certaine manière, de faire une certaine chose / Changer une fois ses habitudes est une exception qui n'engage pas l'avenir

Origine

Il ne faut pas confondre le joyeux fêtard, coutumier de la fête, avec notre coutumier du fait.

Le 'fait' est ici "ce qui est fait" ou l'acte, l'action.

Quant à 'coutumier', adjectif qui date du XIIe siècle et qui n'est maintenant presque plus employé que dans notre locution, il est bien sûr dérivé de 'coutume', mot qu'on comprend aujourd'hui comme "une manière d'agir à laquelle une collectivité ou une majorité se conforme" (selon le Grand Robert) ou, mieux encore, comme une "habitude collective d'agir, consentie à l'origine par ceux qui l'observent, et transmise de génération en génération" (idem), mais qui a d'abord désigné une manière ordinaire d'agir, signification maintenant couverte par le mot 'habitude' et qu'on retrouve dans notre deuxième expression qui est souvent utilisée pour excuser un excès très peu fréquent.

Exemple

« D'autant plus que sa Majesté, assez coutumière du fait, avait tenu à lui faire la surprise »
Marcel Proust - À l'ombre des jeunes filles en fleurs - 1918

« Dame ! elle sort si rarement, cette enfant! Une fois n'est pas coutume ! Elle m'a témoigné ce matin un si grand désir d'aller avec nous !... »
Théodore César Muret - Mademoiselle de Montpensier: histoire du temps de la Fronde - 1836

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre coutumier du fait / Une fois n'est pas coutume » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Allemagnede Einmal ist keinmalUne fois n'est aucune fois
Angleterre / États-Unisen Be a creature of habit / One swallow does not a summer make.Être créature d'habitudes / Une hirondelle ne fait pas une été.
Angleterreen to be used toêtre accoutumé
Angleterreen It's his usual trickC'est son truc habituel
Espagnees Por un avez que maté a un gato; me pusieron matagatos.Pour une fois que j'ai tué un chat; on m'appelle tuechats.
Espagne (Catalogne)es Estar-hi abonatY être abonné
Espagnees Sin que sirva de precedente.Que cela ne constitue pas un précédent.
Grècegr Μια φορά δεν χάλασε ο κόσμοςUne fois, le monde ne s'est pas abîmé.
Pays-Basnl Een gewoontedier zijn / Eenmaal gedaan is nog geen gewoonteÊtre un animal de coutume / Une fois fait n'est pas encore une coutume
Brésilpt Uma vez não são vezes.Une fois n'est pas beaucoup de fois.
Roumaniero O dată vede nașul puța finuluiUne fois voit le parrain la queue du filleul
Russieru один раз не в счетune fois ne se compte pas

Vos commentaires
Sacré God, qui nous sert sur le même plateau deux expressions qui ont bien un air de famille mais qui signifient exactement le contraire l’une de l’autre! Il n’est pas coutumier du fait, notre cher God, et une fois n’est pas coutume.
Les lève-tôt se réveilleront-ils à temps?
réponse à . <inconnu> le 06/10/2009 à 00h55 : Sacré God, qui nous sert sur le même plateau deux expressions qui o...
A propos de se lever à temps, j’ai entendu hier un gars répondre au téléphone (portable) "je n’ai pas eu le temps de me réveiller ce matin"; curieux, non ?
Allez, je file à la clé anglaise (de douze), on m’attend au bureau ...

Stakhan-Hobbes
Un pointu : tes focs à musée. Un pou asticoté, Ness fume. Si tu es fou, as ne compte. Fou nu nie : t’es pas costume ! Un mou sent puces et a soif. PS : un toucan toisé se fume. Si une pouf te suce ton Sam, tapeuse : tu suces mon fion, c’est Simone ; saute un pouf !

Anna Lhabitude
réponse à . HoubaHOBBES le 06/10/2009 à 05h59 : A propos de se lever à temps, j’ai entendu hier un gars répo...
Ouais, et dépêche-toi d’aller cotiser pour ma retraite, hein ! Non mais quel feignant ! T’as vu l’heure ? Tu vas encore être en retard. Une fois n’est pas coutume, mais toi, c’est tous les jours ! Ach...
une foi est coutume (Jacques Prévert)
Bonne journée à tous !
Après la lune de miel, le couperet est tombé, une fois n’est pas coutume...

Comment, c’est- un- peu- court-jeune-homme-on-pouvait-dire-bien-des-choses-en-somme ?

D’abord je ne suis pas Cyrano, ensuite je file-au-boulot alors je fais "trois en une", pour rattraper mes retards expressionnistes.

Heureusement, les ténors de ce site enchanteur vont donner de leur belle voix grave, une fois de plus !

Bonne journée.
Changer une fois ses habitudes est une exception qui n’engage pas l’avenir
Expressio typiquement belge, s’il en est, allei!
réponse à . file_au_logis le 06/10/2009 à 09h01 : Changer une fois ses habitudes est une exception qui n’engage pas l’...
Expressio typiquement belge
Euh... de la Marine belge ?
Une fois n’est pas costume.

Donald Cardwell (un copain)
Mickey
Mickey collé samedi, c’est ça être coutumier du fait. Samedi dernier il a levé ma colle, une fois n’est pas coutume.
être costumier de fesses. (Dim)
cette expression prolonge celle d’hier, et rappelle à juste titre que pour le condamné à mort, on peut être guillotiné une fois, sans que cela devienne une habitude.
Je dirais même que l’addiction au couperet est un phénomène finalement très rare -sauf chez les bourreaux.
réponse à . mickeylange le 06/10/2009 à 09h55 : Mickey collé samedi, c’est ça être coutumier du fait. ...
Bon : je lève aussi ta colle du samedi 26 décembre. Merci qui ?
Pour un fils de Premier Ministre, comme pour un fils de Président, une fois n’est pas coutume. La guillotine, non ! Le rappel à la Loi, oui !
- Et entre les deux, y’aurait quoi ?
- Casse-toi, pôv con !
Dans le Nord du Maroc, et en général dans le Levant, les hommes étaient il n’y a pas si longtemps coutumiers du fez.
Tandis que les ramasseurs de fagots étaient coutumiers du faix.
réponse à . deLassus le 06/10/2009 à 11h10 : Dans le Nord du Maroc, et en général dans le Levant, les hommes &e...
La femme de ménage de phare est coutumière du "fée du logis", ça c’est sûr.
Marcelle est coutumière du "fais ce que dois", mais là je ne suis pas sûr de l’orthographe.
la vendeuse de ce parfum qu’à vue de nez, je trouvais trop cher, et qui m’a dit : "une fois n’est pas coût : hume !" a su me convaincre.
le latin consuetudo « habitude = genre, manière d’agir d’un peuple » a donné "coutume" mais aussi "costume" :"« manière de se vêtir conforme à la condition sociale, à l’époque »(1747)
L’importance de la mode vestimentaire comme signe de reconnaissance, d’appartenance à une groupe est donc bien confirmée par l’étymologie.
Un costume en sapin ? Un bois n’est pas costume ! (Borniol)
réponse à . chirstian le 06/10/2009 à 12h11 : la vendeuse de ce parfum qu’à vue de nez, je trouvais trop cher, et...
Hune : Foix n’est Pâques où t’humes ?
L’Amiral de l’Arriège pacifique
En 1999 Francisco Rabaneda y Cuervo a prédit que la station MIR allait s’écraser sur Vincennes ce qui me plaisait qu’à moitié car j’habitais Vincennes à l’époque.
Mais heureusement il était couturier du fait le Paco Rabanne et depuis il a acquis une réputation située entre le mythomane et l’illuminé, ce qui éclaire l’image de cette ancienne putain royale (sic) sous un jour nouveau.
C’était un homme coutumier
D’habitude calme et posé
Chaque matin au bistroquet
Il buvait son noir sans lait
Et accoudé au comptoir
Il parcourait son canard
Mais ce jour-là une plume
Floue et grise comme une brume
S’est posée sur son épaule
Et il s’est senti tout drôle
Il n’osait pas regarder
Ce duvet échevelé
Que son souffle décoiffait
D’habitude il se levait
Sitôt sa tasse vidée
Sitôt son journal plié
D’habitude il attendait
Avec d’autres habitués
Le 37 à son arrêt
Mais une fois n’est pas coutume
Il décida de rester
Pour une fois sans amertume
De n’être pas coutumier
C’est parfois lourd une plume
Parfois lourd comme une enclume
Lorsque sa venue étrange
Suggère l’aile d’un ange
Et le 37 est passé
Et notre homme n’a pas bougé
Quand le 37 a heurté
Le camion du marchand de lait
La plume s’est évaporée
Une fois n’est pas coutume
Devrait être plus coutumier
Cette foi n’est pas coutume
Mais c’était un charbonnier
réponse à . chirstian le 06/10/2009 à 12h20 : le latin consuetudo « habitude = genre, manière d’agir d...
manière d’agir d’un peuple

Il y a quelques années, étant vaguement investis d’une parcelle d’autorité de la République, nous devions rencontrer le chef d’un village en Nouvelle-Calédonie. Arrivés sur place, on vient nous prévenir : il faudra "faire la coutume". Vent de panique, normalement, c’est très codifié, on doit offrir un tissu "fait pour", un peu de tabac, des allumettes, un peu d’argent (pas trop, ce serait vexant), etc ...
Un peu comme en Europe, on arrive avec des fleurs ou du vin pour ne pas être pris pour un goujat.
Ca m’a coûté un "T-shirt", un paquet de clopes entamé (j’étais le seul fumeur du groupe) et un briquet en plastique (il a du penser que j’avais une vision post-moderne des allumettes). Une collègue a donné quelques Francs (ben oui, toute la République Française n’est pas passée à l’euro). Ouf, les cadeaux ont été acceptés ! Je n’ose imaginer les conséquences en cas contraire.
Tout ça pour dire : une fois n’est pas coutume, il y a des boutiques à Nouméa où on vent des "coutumes en kit".
réponse à . mickeylange le 06/10/2009 à 12h27 : En 1999 Francisco Rabaneda y Cuervo a prédit que la station MIR allait s&...
Cría cuervos y te sacarán los ojos !

En français : oignez vilain, il vous poindra. Certains disent : il vous crachera à la g... mais ne comptez pas sur moi pour dire des trucs pareils.
réponse à . syanne le 06/10/2009 à 08h47 : Après la lune de miel, le couperet est tombé, une fois n’est...
D’abord je ne suis pas Cyrano

Pas Cyrano, certes, dont tu n’as ni le nez ni les attributs, mais Roxsyanne, j’aime bien.

Si le couperet est mal tombé, elle est mal, la voix" grave" des mâles, celle des ténors, qui par définition grave ne l’est pas "souffrira le moins".
Je ne parle que de la voix.
Pour le reste ténors, barytons et même basses, si tu leur guillotines les bijoux de famille, deviendront "hautes-contres" c’est-à-dire, en gros, couvriront la tessiture des sopranos mais avec un timbre différent, terriblement troublant pour les plus doués (pour la musique et le chant) d’entre-eux, d’où leurs succès. Il n’y a pas si longtemps, on les appelait "castrats".
Il y a une trentaine d’années, en qualité de représentant en France de son producteur, j’ai organisé la tournée hexagono-belgo-luxemburo-suisse d’un des plus célèbres "hautes-contres" de l’époque.
Personnage extra-ordinaire au sens propre, cumulant sur tous les plans, artistique d’abord et s’y accrochant, toutes les fragilités des deux sexes sans, je crois, appartenir à l’un ni à l’autre.
réponse à . <inconnu> le 06/10/2009 à 23h10 : D’abord je ne suis pas Cyrano Pas Cyrano, certes, dont tu n’as ni le...
si tu leur guillotines les bijoux de famille, deviendront "hautes-contres"

Puisque nous sommes dans la leçon de musique, et si je n’ai pas tout perdu de mon éducation musicale, il me semble bien qu’à l’époque baroque (dont je raffole), la haute-contre désignait une tessiture masculine aiguë sans que pour autant elle soit systématiquement associée à celle des castrats, et que le terme était même parfois employé pour des timbres féminins. Aujourd’hui, le terme est encore utilisé , mais dans un sens approchant de « contre-ténor » qui – fort heureusement – n’engage pas la perte des « choses de la vie ».
Je n’aime pas beaucoup les voix de ténors, mais suis férue de celles des haute contre : écouter Alfred Deller chanter O solitude de Purcell, ou Gérard Lesne dans la magnifique version de l’Office des Ténèbres de Couperin (je te recommande «  La leçon du Mercredy ») est une expérience troublante et magnifique…

Roxsyanne… j’aime aussi. La dame est trop précieuse, mais fort courageuse !
réponse à . syanne le 07/10/2009 à 06h34 : si tu leur guillotines les bijoux de famille, deviendront "hautes-contres" Puisq...
Je n’ai aucune éducation musicale, mais j’ai pleuré lorsque j’ai entendu pour la première fois "O solitude" de Purcell par Alfred Deller il y a une vingtaine d’années, j’ai acheté le disque, et depuis je suis moi aussi férue de haute-contres et de contre-ténors, Philippe Jarrousky en particulier m’enchante. J’ai récemment découvert l’opéra italien du 19ème et Barroque, que du bonheur !
réponse à . Paulhac le 07/10/2009 à 11h44 : Je n’ai aucune éducation musicale, mais j’ai pleuré lo...
L’éducation musicale sert surtout à mettre des mots sur des notions... ce qui n’est pas l’essentiel. Comme tu le suggères si bien, c’est l’émotion qui nous amène à l’art, et à sa connaissance, forcément sélective, ou élective.
Si tu aimes O solitude, écoute Music for a while de Purcell. Magnifique d’un bout à l’autre ! cette page
Jarrousky, j’aime moins sa voix et sa manière, que je trouve trop féminines. Affaire de goût.

L’opéra italien, ah, oui!!!

P.S. Paulhac : Haute-Garonne ou Margeride ?

A bientôt, j’espère sur ce site éclectique !
réponse à . SyntaxTerror le 06/10/2009 à 15h53 : manière d’agir d’un peuple Il y a quelques années, &ea...
"La coutume est à l’évolution ce que le frein est à l’automobile"....
Bouba-forisme
Un couvreur est un costumier / un couturier du faîte.
Le ’fait’ est ici "ce qui est fait" ou l’acte
L’acteur de théâtre est un coutumier de l’acte.
Une fois n’est pas coutume -------> version française
C’est pas coutume une fois -------> version belge
Il travaillait dans le cinéma, dans les effets spéciaux; c’était un coutumier d’effets.
Donc, être coutumier d’un fait, en fait une habitude ? Une "coutume", si j’ai bien tout compris ?
Que l’on me corrige, si faute de compréhension il y a.
Si je devais utiliser le mot "coutume" aujourd’hui, j’y verrais plutôt une connotation d’usage collectif, donc commun à un groupe ou à un peuple, par rapport à "habitude" qui me paraît définir un comportement individuel.
réponse à . BOUBA le 11/10/2012 à 05h01 : "La coutume est à l’évolution ce que le frein est à l...
Difficile de convaincre les Bretons, les Basques, les Corses et j’en passe, bref tous ceux qui invoquent haut et fort leur identité et leur singularité faites de coutumes.
Extrait du film
- À quoi est-il dû que tu t’y prennes aussi bien avec les femmes, et qu’en plus tu aies autant de succés?
- C’est la bite cette page.
La divinité qui n’aimait pas les habitudes:
L’Ésus hait les coutumes.
un excès très peu fréquent.

dont on n’est pas
coutumier du fait
de fait! comme faire la fête de temps en temps,
une fois n’est pas coutume
Les habitudes ça us(e) et les coutumes aussi!
réponse à . charmagnac le 11/10/2012 à 09h40 : Difficile de convaincre les Bretons, les Basques, les Corses et j’en passe...
La coutume est à l’évolution ce que le frein est à l’automobile, dit Boubacar.
…mais le frein n’est-il pas l’élément indispensable évitant d’aller droit dans le mur ?
Quant aux coutumes des provinces, elles racontent souvent de jolies histoires du passé…
Tu veux un résumé ? 
réponse à . DiwanC le 11/10/2012 à 10h45 : La coutume est à l’évolution ce que le frein est à l&...
Je crois que c’est ce que veut dire cet aphorisme : comment savoir où on va si on ne sait pas d’où on vient ?

Il me semble que c’est Enzo Ferrari qui répondait à ceux qui lui reprochaient le peu d’efficacité des freins de ses productions : mes voitures n’ont pas besoin de freiner, elles ont besoin d’aller vite.
réponse à . charmagnac le 11/10/2012 à 09h40 : Difficile de convaincre les Bretons, les Basques, les Corses et j’en passe...
Les convaincre de quoi ?
De remplacer le cidre par du Coca et la pelote basque par le base-ball ?
réponse à . joseta le 11/10/2012 à 09h49 : Extrait du film - À quoi est-il dû que tu t’y prennes aussi...
"Blue eyes" !

La légende dit qu’après avoir lu le scénario de "Dirty Harry", l’inspecteur Harry, il aurait déclaré : C’est pas un peu réac ? Vous devriez demander à Clint Eastwood !
réponse à . charmagnac le 11/10/2012 à 09h33 : Si je devais utiliser le mot "coutume" aujourd’hui, j’y verrais plut...
Le droit coutumier n’est pas habituel ? Quand on a l’habitude de boire, il est coutumier de ne pas aller droit.
dans la société Tunisienne en dit: "la coutume souvent surmonte le culte".
dans la société Tunisienne on dit: "la coutume souvent surmonte le culte".
L’assistante avait les meilleures coutumes:
La ’bonne eut moeurs’ qui régnaient dans la maison; et comme elle disait:
- Je meurs pour que ces moeurs demeurent dans cette demeure.

Ah! Ah! je moeurs de rire...
Allez ! une petite visite chez Alain Rey*qui raconte que :

Coutume : d’abord custume (1080) et costume (1135), puis coustume (vers 1600) est issu du latin consuetudo : habitude, manière d’agir propre à un peuple. On retrouve – ‘videmment ! – la définition que Not’ Divinité emprunte au grand Robert.
Rey signale une racine indoeuropéenne et décortique longuement… vais pas tout recopier !

Quelques mots encore pour signaler le verbe costumer : payer la redevance appelée costume et costumerie : lieu où l’on payait l’impôt.

Ça fait plaisir de savoir que l’impôt est une coutume dont nous sommes aujourd’hui coutumiers !

*D.H.L.F.
réponse à . DiwanC le 11/10/2012 à 13h11 : Allez ! une petite visite chez Alain Rey*qui raconte que : Coutume&nb...
Hé oui, les anglophones ont conservé le mot "customs" alors que nous avons emprunté le nôtre à l’arabe (ça va faire plaisir à Habib) : douanes vient de ... euh .... Diwan.
réponse à . habib100 le 11/10/2012 à 12h00 : dans la société Tunisienne on dit: "la coutume souvent surmonte le...
Ce doit être une vérité universelle.
Ca me rappelle le livre que j’avais lu en son temps et dont on trouve une bonne présentation à cette page.
L’auteur est considéré comme étranger (horsain, en Picard on dit "horzin", qui vient du dehors), il vient du Havre ... à 30 kilomètres.
Ses paroissiens viennent à l’église le dimanche parce que "ça se fait".
Depuis, on a inventé Darty et Ikéa et les lieux de pélerinage ont changé.
le joyeux fêtard

celui qui prenait le car de Stains en 1975 cette page
Et on dit premier gaou n’est pas gaou oh
C’est deuxième gaou qui est niata oh ah

Se faire avoir une fois, passe encore, se faire avoir deux fois, c’est une vraie c*nnerie !
Proverbe ivoirien cette page
réponse à . SyntaxTerror le 11/10/2012 à 16h46 : le joyeux fêtard celui qui prenait le car de Stains en 1975 cette page...
C’car de Stains
premier gaou n’est pas gaou oh
Je suis totalement impressionné par ta culture musicale !
réponse à . DiwanC le 11/10/2012 à 10h45 : La coutume est à l’évolution ce que le frein est à l&...
Tu as raison, mais cité comme le fait Boubacar j’ai plutôt compris le frein comme ralentisseur ou empêcheur d’avancer (tout droit). Coutume et évolution sont-elles vraiment inconciliables ?

Pour ton résumé, bizarre, une accumulation effarante de caractères nécessite l’intervention d’un émule de Champollion. Comment se fait-ce ?
réponse à . SyntaxTerror le 11/10/2012 à 11h39 : Les convaincre de quoi ? De remplacer le cidre par du Coca et la pelote bas...
Je pense qu’il faut demander à Boubacar où la suppression du frein de la coutume pourrait conduire les Bretons, les Basques et les Corses que j’ai pris en exemple, car je pense que chez eux on trouve des coutumes anciennes et solidement installées.
réponse à . charmagnac le 11/10/2012 à 17h34 : Tu as raison, mais cité comme le fait Boubacar j’ai plutôt co...
Pour ton résumé, bizarre, une accumulation effarante de caractères nécessite l’intervention d’un émule de Champollion. Comment se fait-ce ?
Faut demander à LaBruyère... :&rsquo)
réponse à . charmagnac le 11/10/2012 à 17h44 : Je pense qu’il faut demander à Boubacar où la suppression du...
où la suppression du frein de la coutume pourrait conduire les Bretons, les Basques et les Corses
S’ils ont du fric, en Suisse, bien sûr...
réponse à . charmagnac le 11/10/2012 à 17h34 : Tu as raison, mais cité comme le fait Boubacar j’ai plutôt co...
Résumé : curieux… je viens de vérifier à nouveau : le lien fonctionne… Désolée…

Coutume et évolution sont-elles vraiment inconciliables ?
Non. Aujourd’hui, nous avançons tous d’un même pas. L’évolution ne s’arrête pas aux frontières de nos belles provinces !

Dans les «coutumes anciennes et solidement installées » que tu évoques, j’y vois plus le folklore si vif en Bretagne - région que je connais bien- et qui revit lors des festivals d’été (Festival inter celtique de Lorient, par exemple).

Plutôt que « coutume », je dirais « culture » : là, c’est vrai, les Bretons – comme les Alsaciens sans doute, les Basques, les Corses, etc., on ne va pas tous les faire ! – sont très attachés aux légendes, aux danses, aux musiques, fiers de leurs poètes, de leurs héros…
Pour autant, ils ne rejettent pas l’évolution… au contraire.
réponse à . file_au_logis le 11/10/2012 à 18h56 : où la suppression du frein de la coutume pourrait conduire les Bretons, l...
Bonsoir mon Joli !
C’est le jour où jamais de respecter la coutume de ce mêêêrveilleux site quand arrive la dix-neuvième heure du jour : tous chez Marcel !
réponse à . deLassus le 11/10/2012 à 17h30 : C’car de Stainspremier gaou n’est pas gaou ohJe suis totalement impr...
Au cas où ce serait de l’ironie, ce que je n’ose imaginer un seul instant (!), je dois reconnaitre que je m’y connais plus en variété du 20ème siècle qu’en musiciens de la Renaissance.
Comme on dit à la fin de "Certains l’aiment chaud" : Personne n’est parfait.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre coutumier du fait / Une fois n'est pas coutume » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?