Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux

Tenir beaucoup, énormément à quelque chose

Origine

Avant d'entrer dans le vif du sujet, comme disait Charlotte Corday, commençons d'abord par causer de ce mot relativement peu utilisé qu'est 'prunelle'.
Il s'agit d'un diminutif de 'prune'. Dès le XIIe siècle, il désigne la pupille, par analogie de couleur et d'aspect avec les baies du prunellier (Lien externe) qui, comme chacun sait, ont l'apparence de petites prunes.
Et tant qu'à être didactique, continuons sur la 'pupille'.
Dans le sens d'ici, ce mot date du début du XIVe siècle et il vient du latin 'pupilla' qui voulait dire 'petite fille', nom donné à cette partie de l'oeil à cause de la petite image qu'on voit s'y refléter[1].
Les dates nous montrent que la pupille s'est donc d'abord appelée la prunelle.

Tenez-vous à vos yeux ? J'imagine que oui, et d'autant plus que sans eux, vous ne pourriez pas lire ces lignes. Imaginez la frustration !
On comprend donc aisément qu'une telle expression ait pu naître, même si, ici, le terme 'prunelle' vaut pour l'oeil tout entier.

Cette expression date du début du XIVe siècle, mais au XIIIe, on disait déjà "aimer plus que son oeil". Autant dire que cet organe a toujours été considéré, à juste titre, comme ayant une très grande valeur pour son propriétaire.

La locution "comme à la prunelle de ses yeux" peut aussi s'employer précédée d'autres verbes que 'tenir' (voir le second exemple).

[1] Lorsqu'une personne est face à une jeune demoiselle, l'image de cette dernière se reflète en tout petit dans sa pupille.
Vous allez me dire qu'il aurait été de même d'un platane ou d'un hippopotame. Certes, mais dans une maison, on croise moins souvent ces deux derniers qu'une jeune fille. D'où, peut-être, l'explication du choix de cette image pour désigner la prunelle. Et puis je vois mal dire "tenir à quelque chose comme à l'hippopotamelle de ses yeux"...

Exemple

« Bien que l'Angleterre tout entière tînt à Winston Churchill comme à la prunelle de ses yeux »
Charles de Gaulle - Mémoires de guerre

« ... elle m'a recommandé : Ma fille, vous savez que cette lampe coûte très cher, et qu'on ne peut la réparer qu'en Angleterre. Ayez-en soin, comme de la prunelle de vos yeux... »
Octave Mirbeau - Le journal d'une femme de chambre

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Marocar Hiya dao' anniyaElle est la lumière de mes yeux
Allemagnede Etwas wie seinen Augapfel hütenGarder quelque chose comme son globe oculaire
Angleterreen To be the apple of one's eyeÊtre la pomme (la pupille) de son oeil
Espagnees Querer como a las niñas de sus ojosAimer comme les jeunes filles de ses yeux
Argentinees Amar como a la luz de sus ojosL'aimer comme à la lumière de ses yeux
Mexiquees Cuidar algo como a la niña de los ojosTenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux
Italieit È la luce dei miei occhiC'est la lumière de mes yeux
Italie (Sicile)it Tinìricci com'a vista 'e l'òcchiY tenir comme la vue des yeux
Belgique (Flandre) / Pays-Basnl Iemands oogappel zijnÊtre la prunelle des yeux de quelqu'un
Pays-Basnl Iemands oog appel zijnÊtre la pomme des yeux de quelqu'un
Brésilpt (Alguma coisa) é a menina dos seus olhos(Quelque chose) est la petite fille de ses yeux
Roumaniero A tine la cineva ca la ochii din capTenir à quelqu'un comme aux yeux de la tête
Roumaniero A ţine la ceva ca la lumina ochilorTenir à quelque chose comme à la lumière de ses yeux
Serbiesr Čuvati nesto / nekog kao malo vode na dlanuGarder quelque chose / quelqu'un comme un peu d'eau dans sa paume.
Turquietr Bir şeye gözünün içi gibi bakmakTenir à quelque chose comme à la prunelle de son oeil
Ukraineuk Хранить как зеницу ока.Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux

Vos commentaires
Avant tout s’il est chose à laquelle je tienne presqu’autant qu’à la prunelle de mes yeux, l’avouerai-je ( si si, vas-y...): c’est ma paire de lunettes. Bien que me souciant très moyennement de voyager (encore) loin, j’apporte le plus grand soin à l’entretien de ma monture comme à l’intégrité des focales qu’elle enchâsse. Un verre, ça va; deux: bonjour les dégâts.
cette page Las, de prunelle goutte, ni d’aucune spécialité spiritueuse locale notable...
Hi Bridge, j’ai l’impression que quand tu ouvre ton Expressio, tu ne consulte pas les rajouts, car je suis étonné de ton silence par rapport à ma contrib 69 d’hier qui renvoie à la 36 d’avant-hier.
As-tu décidé de m’ignorer?
réponse à . <inconnu> le 05/05/2008 à 04h11 : Hi Bridge, j’ai l’impression que quand tu ouvre ton Expressio, tu ne...
Ben non, jn’fais pas la baboune ! Pis c’est ben ça.
Je vois que tu as sorti tes lunettes de soleil, c’est pour cacher tes prunelles ?

Le bleu foncé presque noir de la prunelle, fruit du prunellier, c’est la couleur des yeux de tous les bébés avant qu’ils ne se différencient après quelques jours, semaines, ou mois selon les cas.

Quand on tient à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux, c’est souvent parce que la chose coûte les yeux de la tête (vous avez des yeux sur d’autres parties du corps, vous autres?)... ou la peau des fesses !
réponse à . AnimalDan le 05/05/2008 à 00h37 : cette page Las, de prunelle goutte, ni d’aucune spécialité s...
Une recette de prunelle pour ne plus y tenir, debout, à Meysieux: cette page

Et pour le Prunelle des vyeux, voir cette page
Chez moi on dit "j’y tiens comme à la prunelle de mon œil."
Jean-Marie Le P.
réponse à . mickeylange le 05/05/2008 à 08h21 : Chez moi on dit "j’y tiens comme à la prunelle de mon œil." J...
Quand le paon dit " j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux" ça prend quand même une autre dimension !
Argus
Connaissez-vous la prunelle de Meyzieu : excellente eau-de-vie.

Edit : désolé, déjà bu !!!
Zeus ce chaud lapin était amoureux de la fille d’Inachos Io.
Héra sa jalouse de femme, méfiante le surveillait de près.
Pour dissimuler ses turpitudes Zeus enveloppa la terre d’un nuage épais.
Héra donna l’ordre au nuage de disparaître.
Zeus malin transforma Io en vache.
Héra pas dupe demanda à Zeus de lui donner sa vache, et elle demanda à Argus qui avait cent yeux de la garder, car même quand il dormait il avait toujours des yeux ouverts.
Zeus demanda à Hermes de tuer Argus pour récupérer sa minette.
Hermes (malin comme un sac, mhmm) lui joua du pipeau (et oui déjà)
Argus pipeauté ferma tous ses yeux (ce con) et Hermes le tua.
Héra furieuse pris les yeux d’Argus et les sema sur la queue du paon
Moralité Zeus y tenait à sa minette comme à la prunelle de ses Io.

Ach !
Lorsqu’une personne est face à une jeune demoiselle, l’image de cette dernière se reflète en tout petit dans sa pupille.
il faut prévenir la jeune demoiselle que l’organe de l’homme capable de se dilater autant qu’elle le souhaite, c’est la pupille , pas celui auquel nous tenons comme à la prunelle de nos yeux !
je tiens à mes pupilles comme à la prunelle de mes yeux.
pas d’amateurs de Gaston pour évoquer Prunelle ? Si si : j’y tiens !

rajout : on me fait très justement remarquer que Bridge a mis un lien en 5, mais je n’y étais pas allé. Désolé !
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 09h42 : pas d’amateurs de Gaston pour évoquer Prunelle ? Si si :...
Si, en 7 mickeylange évoquait un paon... léon, léon...
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 09h42 : pas d’amateurs de Gaston pour évoquer Prunelle ? Si si :...
M’enfin !

Rogntudjuuuu
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 09h42 : pas d’amateurs de Gaston pour évoquer Prunelle ? Si si :...
Mais si va donc voir Bridge en 5, deuxième page.
Bonjour bonjour, les gosses. Cette expression vient de la Marine : "y tenir comme à la jumelle de ses yeux", qui fut reprise à leur compte par les Terriens, comme d’hab.
Bienvenue à tous les petit(e)s nouveaux et nouvelles des ces derniers jours. Bleuets 7351, Wannes, Dothie, Mabille, Didierm et si j’en oublie qu’on me pardonne.

Bonjour à tous les expressionautes. Notre Vivacité (la radio de la RTBF) organise une journée du bonjour. Il semblerait que nous oublions souvent de nous saluer. Voilà donc qui est fait. Et comme j’aime à le dire : "souriez, vous n’êtes pas filmé".
Si vous dites bonjour à quelqu’un, c’est peut-être pour lui ou elle, un réconfort et la seule parole qu’il aura de la journée. Notre bonjour peut illuminer la vie des autres.

Voilà c’était ma pensé du jour.
réponse à . tytoalba le 05/05/2008 à 10h43 : Bienvenue à tous les petit(e)s nouveaux et nouvelles des ces derniers jou...
Tu as raison. Donc : Bonjour à toutes et à tous, bonne journée. 
BONJOUR!!!

J’ai bon pied boneuille et j’y tiens comme la prunelle de Meizieux! C’est vrai quoi? Depuis que l’oeil était dans la tombe et regardait Caïn, on s’y est attaché à...ce machin. Et puis, oeil pour y’eux dans pour dent, tout se négocie maintenant.
Pas de bêtise, je vous ais à la prunelle de mes yeux...non mais des fois.
Ma pauvre dame, y’a bien d’la misère en c’bas monde, d’puis la vente des prunelles, y’a pus d’valeurs.
Une recette de prunelle pour ne plus y tenir, debout, à Meysieux
Et si vous voulez l’acheter toute prête ou si, comme moi, vous aimez les posters anciens...
cette page
Toutes les Expressionautes sont des femmes. Toutes les femmes (enfin, presque) ont du cul dans la prunelle. C’est pourquoi toutes les Expressionautes se pressent au distributeur de tickets du salon rose.
Euh... t’as tiré le combien, mon Eureka d’amour ? Kestufou, on t’entend plus... 
Nicolas, lui, il y tenait comme à la Pimprenelle de ses yeux!
« Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux »

Ce quelque chose, on peut l’avoir eu "à l’œil" comme "le tenir à l’œil".

Je sais, Chirstian pense que l’œil en argot est l’anus. Comme il a raison !
Par conséquent, doit-on regarder une dame bien au fion, euh bien dans le fond de l’œil pour y détecter une éventuelle envie à progresser finement dans l’art de partager l’hospitalité dite chaude ? Toute introspection mérite de l’attention, d’ailleurs excité par son air optique, je fis le branchement en moins de 30 secondes, et ce, sans sourciller sur son étroitesse après tout familiale.
"Attention à ma peau Pierre"... me dit-elle en forme de clin d’œil.
La cornée s’appelait Iris et aimait mon œil de cochon… grillé maintenant !

Chirstian a raison, entre l’œil et l’anus, il n’y a qu’une œillade complice et franchement, en mettant de côté les vessies et les lanternes, tout le monde a le droit de laisser battre ses espérances. Comme dit le dicton : "gardez l’œil ouvert !". Lequel ? Voyons… par l’oeilleton sans oeillères. 
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 09h37 : Lorsqu’une personne est face à une jeune demoiselle, l’image...
... la "pupille" qui avait répondu ce que l’on pense à son prof à la fameuse question se fit ainsi tancer: "-Mademoiselle, j’ai trois choses à vous dire: D’une, vous n’avez rien écouté du dernier cours; de deux: vous êtes une petite vicieuse... enfin et de trois, vous vous préparez de graves désillusions...".
réponse à . <inconnu> le 05/05/2008 à 12h36 : « Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux...
j’espère pour toi que tu as raison : car sinon tu risques de te fourrer le doigt dans l’oeil !
réponse à . tytoalba le 05/05/2008 à 10h43 : Bienvenue à tous les petit(e)s nouveaux et nouvelles des ces derniers jou...
Tout à fait vrai tout ça. Donc, oui: Bonjour à Toutétous, par Toutatis ..!
réponse à . Elpepe le 05/05/2008 à 10h38 : Bonjour bonjour, les gosses. Cette expression vient de la Marine : "y tenir...
Elpepe, si je puis me permettre, tu prends un risque en nous appelant -bien affectueusement- "les gosses". Si quelque expressionaute québecois(e) comprend "Salut, mes C..illes", ça risque de faire désordre ..! 
réponse à . file_au_logis le 05/05/2008 à 11h54 : Nicolas, lui, il y tenait comme à la Pimprenelle de ses yeux!...
Son Prunelles de l’Environnement rétrécit comme peau de chagrin...
réponse à . AnimalDan le 05/05/2008 à 12h44 : Elpepe, si je puis me permettre, tu prends un risque en nous appelant -bien affe...
Ouais, je sais, je sais... Bridge en a déjà pris ombrage... 
un Président se fourre le doigt dans l’oeil , quand il pense que les pupilles de la Nation n’ont d’oeil que pour lui et que les français tiennent à lui comme à la prunelle de leurs yeux.
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 12h40 : j’espère pour toi que tu as raison : car sinon tu risques de t...
Etre en orbite ou ne pas être...
Lasse est la question.
la paupérisation c’est quand les paupières se ferment.
réponse à . Elpepe le 05/05/2008 à 12h47 : Ouais, je sais, je sais... Bridge en a déjà pris ombrage... ...
Ah bon..? Chacun ses goûts... perso, je préfère "l’ombre du coeur de ma mie" à l’ombrage de tes augustes gosses, et c’est pas Tonton Georges qui me contredirait... "Drôle d’oiseau" que celui qui s’endormirait là...  
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 12h48 : un Président se fourre le doigt dans l’oeil , quand il pense que le...
Se fourrer, est-ce un coup bas ?
Méfiance !
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 12h53 : la paupérisation c’est quand les paupières se ferment....
... et la cautéropaupérisation, c’est l’art de fermer les yeux sur sa misère, comme dans "Michel Strogoff" alors ..?
réponse à . AnimalDan le 05/05/2008 à 12h57 : ... et la cautéropaupérisation, c’est l’art de fermer ...
Mais personne n’a rappelé que le nerf optique est le plus long du corps humain.
J’en ai la larme à l’œil.
réponse à . AnimalDan le 05/05/2008 à 00h29 : Avant tout s’il est chose à laquelle je tienne presqu’autant ...
Ell’m’a collé une prune elle
Que je n’arrêtais de mater
Jamais n’ai manqué m’arrêter
Pour la regarder toute belle
Arpenter les rues du pâté
De maisons ou se trouve celle
Que j’ai le bonheur d’habiter
Ell’vient de me la bayer belle
Il était l’heur’d’alimenter
Le parcmètre honteuse gabelle
Que l’état met sur nos cités
L’heure je l’ai laissée passer
Désormais pass’ra itou celle
Pour qui je me serais crevé
Les yeux -la perfide cruelle
Qui ne connait que son carnet
Prude elle de mes yeux dessillés.
le cirstallin tient à la prunelle de mes yeux et réciporquement

chirstian
Elle fut la prunelle de ses yeux , comme chacun de nos enfants, je pense.

Bonjour à tous !
Le sens érotique second de la prune provient de l’expression : "couverture du lit de la fiancée". Souvent dans les rêves masculins, la prune est l’annonce d’une joie sexuelle très réelle... présente ou à venir.

A noter que l’ancienne appellation grecque de prune était " Kokkymelon ", ce qui signifie : " La pomme du coucou ". (Aqueux) 
Ce qui fait donc penser par rapport à l’expression du jour que bien y tenir, c’est empêcher l’oiseau de s’envoler.

Bravo à God pour cette expression très printanière.
réponse à . <inconnu> le 05/05/2008 à 14h41 : Le sens érotique second de la prune provient de l’expression :...
Bravo à God pour cette expression très printanière.
Je suis désolé, mais il est quand même nécessaire que quelqu’un nous ouvre les yeux sur l’expression du jour, qui n’est qu’une escroquerie Godesque d’un God qui n’a pas vérifier les " bonnes sources."
C’est flagrant, j’ai vérifié sur Wiki à cette page aucune, je dis bien aucune, partie de l’œil ne s’appelle "la prunelle" tout juste une "papille "ou une "pupille" mais jamais de prunelle.
Moi je dis que de tenir tant que ça à un truc qui n’existe pas, c’est de l’aveuglement, et il y a pas de raison de fermer les yeux.
réponse à . AnimalDan le 05/05/2008 à 13h30 : Ell’m’a collé une prune elle Que je n’arrêtais de...
Non, ce n’était pas de la Prunelle,
encore moins de la Citronnelle,
Non plus de l’Aquavit,
celui qui vous donne la va-vite,
un p’tit Pequet, pour les Wallons?
Hélas, trois fois non!
Ah, mais peut-être, un p’tit Cognac,
celui du traître coup de Jarnac?
non plus qu’une Napoléon - fine!
ni même une Mandarine,
ce n’était qu’une aubergine,
oh, mon God, la coquine!
réponse à . <inconnu> le 05/05/2008 à 14h41 : Le sens érotique second de la prune provient de l’expression :...
Bravo à God pour cette expression très printanière
Surtout avec sa verve primesautière...
réponse à . mickeylange le 05/05/2008 à 14h45 : Bravo à God pour cette expression très printanière.Je suis ...
Taratata ! Tu t’es levé du pied gauche, Mickeylange ? Toutes mes infirmières en avaient, et avec du cul dedans, précisément. Sans parler de BB !
Ah, tu vois ?
Ce à quoi je tiens, c’est recevoir mon courrier tous les jours !

Les envois ont repris depuis le 30 avril, mais PureMessage les place maintenant au purgatoire en pensant à 96% que c’est du spam (aidé sans doute par l’adresse zihu56@expressio).
Pas eu le temps de le lire vendredi vu le nombre impressionnant de collègues présents (!).
Je vais donc désormais recevoir mes nouvelles d’expressio le lendemain.

Vieux motard que j’aimais.
L’huissier tient à son client comme à la paumelle de ses portes.
le dandy tient à la mode comme le Brummel à ses yeux*

*pour s’admirer ! faut tout vous dire, hein !
si, à l’aveugle qui affirme tenir plus à vous qu’à la prunelle de ses yeux, vous répondez : "je demande à voir !" , il vous répondra probablement : "moi aussi !"  
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 16h44 : le dandy tient à la mode comme le Brummel à ses yeux* *pour s&rsq...
Kif-kif BB, qui tient à son look comme au rimmel de ses yeux, quoi...
la sauce béchamel tient au brochet comme à la quenelle de ses lieux.
réponse à . mickeylange le 05/05/2008 à 14h45 : Bravo à God pour cette expression très printanière.Je suis ...
Mais l’expressio du jour c’est "y tenir comme à la prunelle de ses yeux".
Tu as confondu avec "je t’ai à l’oeil" !
Un Cyclope presbyte tient à la lentille de son monocle.
- J’y tiens comme à la chamelle de mes jeux.
Général Rommel
et vous croyez que le gourvenement y tient à la Brunel de mes deux... 

Attention n’y voir aucun parti pris, hein 
réponse à . Elpepe le 05/05/2008 à 15h58 : Taratata ! Tu t’es levé du pied gauche, Mickeylange ? Tou...
Toutes mes infirmières en avaient, et avec du cul dedans

au cul liste ?
réponse à . Elpepe le 05/05/2008 à 17h23 : - J’y tiens comme à la chamelle de mes jeux. Général ...
j’y tiens comme à l’hydromel de mes cieux.
la Wachekyrie
j’y tiens comme à la rondelle de mes pneus.
L.Bobet
réponse à . file_au_logis le 05/05/2008 à 15h01 : Non, ce n’était pas de la Prunelle, encore moins de la Citronnelle,...
J’avoue quoiqu’il m’en coûte un pneu
Je n’ai jamais connu son nom
Rien que son "Non"
Sans concession
A ma demande de rémission
Elle restera la chamelle
L’âpre Unetelle
de mes deux...
J’ai vérifié, ma copine aussi, c’est sûr que j’y tiens, mais pourquoi dire comme à la prunelle de mes deux. Sans vouloir me vanter c’est tout petit des prunelles.
Je suis surpris que personne n’ai pensé à dire qu’il tient à expressio comme à la Planelles de ses yeux.
alors vous foutez quoi ?
et toc !
réponse à . chirstian le 05/05/2008 à 17h47 : j’y tiens comme à l’hydromel de mes cieux. la Wachekyrie...
J’y tiens comme à l’hydrocèle de mes deux.
Père Dupanloup
réponse à . Elpepe le 05/05/2008 à 18h11 : J’y tiens comme à l’hydrocèle de mes deux. Père...
A l’entrée de Meyzieux
Une plaque de métal bleu
Aux lettres de plomb noir
Affirme péremptoire
"Attention: ici, pas d’histoire!"
C’est l’abrupte nielle de Meyzieux
A laquelle
Tient fort un maire sourcilleux.
réponse à . AnimalDan le 05/05/2008 à 18h29 : A l’entrée de Meyzieux Une plaque de métal bleu Aux lettres ...
C’est l’abrupte nielle de Meyzieux
C’est la brute nielle de mes voiles !
L’Amiral
Un agent double, qui a un don de double-vue et des lunettes à double foyers, si en plus il boit et qu’il voit double, il y en a plus qu’un autre !
Forcément.
réponse à . memphis le 05/05/2008 à 11h43 : Une recette de prunelle pour ne plus y tenir, debout, à MeysieuxEt si vo...
Eh oui, on l’achète, sa liqueur, quand on est trop petit pour aveindre les fruits.

Au pays d’Arthur, pourquoi les personnes de grande taille étaient considérés comme des niais maladroits ? mystère !
La prune s’y appelle baloce.
L’ avant-baloce, mutation d’aveind-baloce, désigne toujours un niais maladroit.
Mais on n’y tient quand même à nos grands amateurs de prunelles
réponse à . <inconnu> le 05/05/2008 à 21h38 : Eh oui, on l’achète, sa liqueur, quand on est trop petit pour avein...
Aveindre ? Mais c’est quasiment du vieux françois, ça... Vous utilisez toujours ce verbe ?
réponse à . Elpepe le 05/05/2008 à 21h58 : Aveindre ? Mais c’est quasiment du vieux françois, ça.....
La base du français québécois est le français populaire de Paris des XVIIe et XVIIIe siècles.

cette page 
réponse à . <inconnu> le 05/05/2008 à 23h18 : La base du français québécois est le français popula...
Merci, Machin ! je savais aussi que, Louis XV ayant abandonné ces "quelques arpents de neige" à l’Anglois, les Français du cru ont conservé bien des mots remontant à cette époque, et je trouve ça succulent !
réponse à . Elpepe le 06/05/2008 à 00h04 : Merci, Machin ! je savais aussi que, Louis XV ayant abandonné ces "q...
L’Arthur dont je parlais ici est Rimbe (Rimbaud), le poète aux semelles de vent.
Il s’agissait donc là de patois ardennais, tel que le parlait ma grand-mère (et non de joual - québécois - que j’emploie aussi fréquemment à plaisir)
On utilise encore certaines expressions comme "avant-baloce", sutout à la campagne, mais peu de jeunes en connaissent encore les origines.
Je gage qu’on en partage pas mal avec les wallons.
En découvrant ses captures de la nuit, l’épeire – qui en a quatre paires – s’écria : J’y tiens autant qu’à la prunelle, prunelle, prunelle, prunelle, prunelle, prunelle, prunelle, prunelle, de mes yeux !
Je ne vous raconterai pas ce qu’a dit la mouche en s’approchant d’un pot de miel !
Le jeune apprenti d’une lignée de maçons garde précieusement les outils de ses aïeux. C’est qu’il y tient à la truelle de ses vieux.......
réponse à . BOUBA le 30/08/2011 à 06h16 : Le jeune apprenti d’une lignée de maçons garde précie...
Tu aurais même pu dire : ...les outils de ses anciens... C’est qu’il y tient à la truelle de ses aïeux.
C’est juste une variante, bonne journée !
réponse à . deLassus le 30/08/2011 à 07h02 : Tu aurais même pu dire : ...les outils de ses anciens... C’est ...
C’est bien vu.......Il y a aussi le patron d’un hôtel qui entretient sa rue car il tient à la ruelle de ses pieux.....
Ah oui, j’en ai un autre : Les guides touristiques Hongrois qui font visiter son chateau parlent de la Comtesse Elisabeth Bathory car ils tiennent à la cruelle de ces lieux.......
En Egypte, avant la construction du barrage Gamal Abd-el-Nasser, il y avait du Nil la crue, elle de ses dieuzédéesses: Isis, Apis, Thôt, Horus, Ose Iris (autre partie de l’oeil).
Et la crue, les Egyptiens l’avaient à l’oeil. Comme ils ne pouvaient cultiver leurs champs pendant ce temps, les Egyptiens profitaient de la crue pour faire des poteries en terre cuite. Parfois, ils s’en prenaient une aussi, avec du vin de palme. De toute facon, il valait mieux avoir les pieds palmés pendant cette période...
réponse à . file_au_logis le 30/08/2011 à 07h56 : En Egypte, avant la construction du barrage Gamal Abd-el-Nasser, il y avait du N...
"... avec du vin de palme": forcément, bien qu’ayant inventé le brassage de la bière, ils ne connaissaient pas encore la triple Westmalle ! (à laquelle je tiens etc...)  
Jacques Amyot, grand traducteur du Grec ancien traduit Plutarque ainsi :
"Demosthenes disoit que l’effronté n’a pas de prunelles, mais des putains aux yeulx, se jouant en l’equivoque de ce nom Cora, qui signifie une pucelle et la prunelle de l’oeil."
De la mauvaise honte, 1

La petite fille évoquée par God serait donc une dévergondée qui coûterait les yeux de la tête.
réponse à . file_au_logis le 30/08/2011 à 07h56 : En Egypte, avant la construction du barrage Gamal Abd-el-Nasser, il y avait du N...
Ces crues nettoyaient le sol et c’était très bien car comme chacun le sait c’est dans ce pays qu’il y a les pires amibes.......
Rien à voir avec le sujet du jour :
Y a-t-il des lecteurs du Monde dans la salle ?
Cause qu’il paraît qu’hier, il y a eu un articulet sur Expressio. Alors un scan ou une photo dudit article me ferait grand plaisir.

Une chose est sûre, tout au long de la journée, les visiteurs ont été nombreux et cela s’est traduit par 200 nouveaux abonnés nets (pas forcément bien lavés, mais en tenant compte des désabonnements) là où, en semaine, ça tourne habituellement à une moyenne de 15.
réponse à . God le 30/08/2011 à 08h41 : Rien à voir avec le sujet du jour : Y a-t-il des lecteurs du Monde d...
cela s’est traduit par 200 nouveaux abonnés nets
tu les préviens de ce qui les attend s’ils lisent le forum ? Autrement attends-toi à perdre les prudes nets de tes lieux.
L’ange avait une maladie à l’aile: - Je tiens comme âpre une aile de mes cieux! dit-il.
réponse à . chirstian le 30/08/2011 à 09h15 : cela s’est traduit par 200 nouveaux abonnés nets tu les pr&eacut...
Dans le mail de confirmation d’abonnement, il est écrit :

Si les explications contenues dans ce site essayent d’être les plus justes possible compte tenu des connaissances actuelles (c’est la partie sérieuse du contenu), le style d’écriture est volontairement décontracté et peu académique, les explications ne sont pas toujours purement factuelles, l’humour parfois employé n’est pas toujours de haute volée et les allusions grivoises sont régulières, en raison même de la nature et l’origine de beaucoup des expressions de notre langue.
Alors si vous pensez être un peu trop cul-serré (et la seule lecture de ce mot vous aura déjà fait bondir) ou envisagez de faire acte de candidature à l’Académie Française, il vaut mieux vous désabonner sans tarder car vous allez être rapidement et cruellement déçu.
Par contre, si vous aimez vous cultiver en souriant ou parfois même en riant, alors bienvenue sur expressio.

Ceux qui lisent le mail sont donc prévenus.
Tant pis pour les autres.
Mais je ne me fais pas d’illusions, je sais bien que ce net d’hier sera moins net demain...
réponse à . God le 30/08/2011 à 09h35 : Dans le mail de confirmation d’abonnement, il est écrit : Si ...
Et les lève tard ne peuvent adhérer à Expressio car ils sont trop au lit pour être au Net........Aucun rapport avec l’expression du jour mais çà m’amuse !
réponse à . joseta le 30/08/2011 à 09h31 : L’ange avait une maladie à l’aile: - Je tiens comme âp...
En mélengeant avec la contribution n° 80 de Christian on peut dire que l’ange tient à la prude aile de ces cieux.......
réponse à . God le 30/08/2011 à 08h41 : Rien à voir avec le sujet du jour : Y a-t-il des lecteurs du Monde d...
Bon, je m’auto-réponds.

Voici le texte paru hier :
Connaître en ligne l’origine des expressions françaises
Les amateurs de bons mots de la langue française seront comblés sur le site Expressio.fr, un dictionnaire en ligne qui décortique les expressions d’hier et d’aujourd’hui. Lancé en août 2005 par Georges Planelles, un amoureux des mots et de la langue française, le site cumule aujourd’hui le sens et l’étymologie de plus de 1 500 locutions. Profitons de la consultation de l’expression "cerise sur le gâteau" pour mentionner qu’une newsletter gratuite permet également de recevoir les dernières actualisations.

Merci à la nouvelle expressionaute qui m’a fait parvenir la chose.
réponse à . God le 30/08/2011 à 09h35 : Dans le mail de confirmation d’abonnement, il est écrit : Si ...
Je viens d’écouter l’emission sur www.franceinter.fr. Il est vrai que Brigitte Patient a cité (au moins) deux fois "le site Expressio", et je pense pouvoir dire qu’elle l’articule correctement. Il est bien sûr difficile de faire la distinction auditive entre "Expressio" et "expression". Il pourrait être intéressant qu’elle continue en disant "les expressions françaises décortiquées"...
Mais quand même, 200 nouveaux et nouvelles, si ces personnes veulent rester dans les clous et participer à nos échanges - et parfois à nos délires - nous ne pourrons que nous en réjouir! Allons, soyons patients et voyons comment les choses vont évoluer...
Notre deLassus national m’a fait réaliser qu’en fait j’ai écouté aujourd’hui ... l’émission d’hier. Patience et longueur de temps...
réponse à . God le 30/08/2011 à 10h40 : Bon, je m’auto-réponds. Voici le texte paru hier : Conna&icir...
Vive l’auto-cuiseur auto-répondeur et merci aussi de ma part à la nouvelle expressionaute qui, je l’espère, décidera un jour d’expressionner avec nous. Je commenterai quand même en disant qu’il est dommage que le rédacteur ait utilisé le mot "newsletter", même si celle-ci est gratuite. Il eût pu - par exemple - écrire "pour mentionner l’envoi gratuit d’un couriel quotidien..." qui eût mieux respecté la langue française...
réponse à . God le 30/08/2011 à 08h41 : Rien à voir avec le sujet du jour : Y a-t-il des lecteurs du Monde d...
Tu oublies l’effet possible du "partenariat" avec l’émission de France Inter de 5 à 6 h du matin. Un partenariat au petit matin, un article l’après-midi, c’était la journée d’expressio hier !
réponse à . God le 30/08/2011 à 08h41 : Rien à voir avec le sujet du jour : Y a-t-il des lecteurs du Monde d...
...cela s’est traduit par 200 nouveaux abonnés...
Oups.. faudrait peut-être un peu de sérieux alors... Par exemple en citant Louis qui tenait à la prunelle si bleue des yeux d’Elsa :
Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
J’ai vu tous les soleils y venir se mirer
S’y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire


C’est quand même aut’ chose que certaines connbêtises, non ? 
réponse à . DiwanC le 30/08/2011 à 12h10 : ...cela s’est traduit par 200 nouveaux abonnés...Oups.. faudrait pe...
Ah, ça c’est du lourd, du beau, du poétique, du bô français....... :&rsquo)
réponse à . DiwanC le 30/08/2011 à 12h10 : ...cela s’est traduit par 200 nouveaux abonnés...Oups.. faudrait pe...
]Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
T’es sûre qu’il ne parlait pas plutôt à son assiette de bouillon, avec des yeux pareils?
- Quand un maquereau regarde sa morue avec des yeux de merlan frit, cela compte aussi?
- Oui, mais seulement s’il fait le loup, puis qu’il se bar, souple come une anguille et muet comme une carpe, avant de se faire em-brochet
« Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux  »

L’important dans cette expression ce n’est pas la "prunelle des yeux" c’est le fait de tenir à quelque chose fortement, comme;

Marceeel tient à son bar,
Houbba à ses crayons,
Chirstian à ses mouches,
Germaine à ses plombiers, à ses lagons bleus, à ses rideaux,
Boub à car,
Tyto à lba,
Del à ssus,
Rikske à sa triple Westmalle.

Mais le principal c’est surtout de tenir le bon bout.
réponse à . mickeylange le 30/08/2011 à 16h54 : « Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux  &...
Et Fil au logis !
Et les disciples de Saint Maron à Rome.
Mais qui est l’âpre unième uniate de ces lieux ?
Ouf! Tu n’as pas dit: "Et Fil aux Sophies" Quelle réputation m’aurais-tu faite!
réponse à . file_au_logis le 30/08/2011 à 17h16 : Ouf! Tu n’as pas dit: "Et Fil aux Sophies" Quelle réputation m&rsqu...
A propos de ton logis, j’ai entendu ce matin que Vienne (Autriche) est la deuxième ville la plus agréable à vivre du monde, juste derrière Melbourne.
Viennard !
réponse à . deLassus le 30/08/2011 à 17h23 : A propos de ton logis, j’ai entendu ce matin que Vienne (Autriche) est la ...
Là aurait du don vivre la prude (?) Annette de Cézieux
réponse à . deLassus le 30/08/2011 à 17h23 : A propos de ton logis, j’ai entendu ce matin que Vienne (Autriche) est la ...
Et comme tout le monde sait qu’il vaut mieux met l’ Bourne que met l’Gibson...
réponse à . mickeylange le 30/08/2011 à 16h54 : « Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux  &...
Ah Lange ! Quelle belle envolée !
Généreusement, tu nous en a laissé quelques-uns :
Momo tient à lala
Anim à ldan
BeeBee à son traité ayant pour titre : Pour une bonne hygiène mentale et pour sous titre : l’importance des rillettes.
Sy à nne
… et toi à tes pinceaux !
Quant à God, il se tient encore très bien pour son âge* !

*c’est pour sourire Ta Divinité ! 
réponse à . deLassus le 30/08/2011 à 17h23 : A propos de ton logis, j’ai entendu ce matin que Vienne (Autriche) est la ...
Euh... Elle était la dix-huitième il y a quelque temps, mais depuis que j’y suis... 
La fille de Mende
J’aime tes beaux yeux en amande,
Sans doute cadeau des Dieux.
Ces yeux qui épatent, d’amande,
Je les contemple et vois les cieux,
Qui font de mariage les demandes
Des plus audacieux,
Les plus jolis de Mende,
La cible des prunelles de messieurs!
La fille de Mende
Joliii M'sieur le Directeur !
Des comme ça, on en voudrait tous les jours...

La prunelle est rare chez le tendre Georges mais des paires d'yeux, on en compte une ou deux dizaines... des soyeux comme velours, des ennuyeux ou des joyeux, des chastes comme ceux de Jeannette.

Pour son bel amour auquel elle tient comme à la prunelle de ses yeux,* elle s'est faite mariée, robe blanche et voile de dentelle.

À sa noce, elle a invité la famille, les amis, les copains, les voisins, et bien sûr Tonton Nestor, un farceur, un coquin !

Quand la fiancée,
Les yeux baissés,
Des larmes pleins les cils,
S'apprêtait à
Dire "Oui da !"
À l'officier civil,
Qu'est-c' qui vous prit,
Vieux malappris,
D'aller, sans retenue,
Faire un pinçon
Cruel en son
Éminence charnue ?
Se retournant
Incontinent,
Ell' souffleta, flic-flac !
L' garçon d'honneur
Qui, par bonheur,
Avait un' tête à claqu',
Mais au lieu du
"Oui" attendu,
Ell' s'écria : "Maman"
Et l' mair' lui dit :
"Non, mon petit,
Ce n'est pas le moment."


Écoutez !...

* Du premier coup ! 

réponse à . mickeylange le 05/05/2008 à 18h06 : Je suis surpris que personne n’ai pensé à dire qu’il t...
Aujourd'hui Planelles se tient dans le Venelles de ses vœux !

S'cuse-moi Ta Divinité...
Tenez-vous à vos yeux ?

Bah c'est sur qu'on y tient à ses mirettes !

Être muet ça évite de dire des conneries, être sourd ça évite d'entendre celle des autres (puisque les siennes par définition n'en sont pas), mais ne pas voir ce doit être l'horreur.
Un coucher de soleil sur la mer, un amandier en fleur qui annonce le printemps, un sourire d'enfant devant son sapin de Noël, un passereau qui donne la becquée à sa nichée, les cuisses d'une jolie fille subrepticement dévoilées par un souffle de vent coquin, un pendu se balançant au bout de sa corde....

Tout l' mond' viendra me voir pendu,
Sauf les aveugl's, bien entendu


Je fais un peu plus de café, des fois que Syanne, Comte-arebour et God revenaient....Bee Bee aussi elle revient parfois....

réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 05h01 : Aujourd'hui Planelles se tient dans le Venelles de ses vœux ! S'cuse...
Bravooooooooo..........
Ses yeux nous ont quittés dernièrement...
Une très grande dame qui a forgé sa légende grâce à son talent, loin, très loin de la presse de caniveau....
Je pensais à P... de toi de votre Georges. Non seulement il y chante des yeux (Les yeux fendus et couleur de pistache) mais aussi des prunes (je chantais pour des prunes) - c'est presque des prunelles, non?
Répose au # 109 ci dessus:

c'est presque des prunelles, non?

C'est bien qu'est ce que dit God....

par analogie de couleur et d'aspect avec les baies du prunellier (Lien externe) qui, comme chacun sait, ont l'apparence de petites prunes

Bon, les aminches je re soulève le lièvre. Y a un défaut dans le cablage en ce qui concerne les réponses.

Tu cliques sur la petite flèche, t'as ta lucarne qui apparaît, tu ponds ton oeuvre et tu envoies.......et là, HOP !...a disparu, plus rien...
Enfin, ça fait çà chez moi du moins, alors avant d'envoyer faites "copier" ça vous évitera de recommencer si vous voulez vraiment laisser vos babillages à la postérité...

Enfin, moi ce que j'en dis....
réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 04h09 : La fille de MendeJoliii M'sieur le Directeur ! Des comme ça, on en ...
Merci. (Je ne l'aurai pas écrit pour des prunes...)
Je dois t'avouer qu'étant jeunot, j'adorais écrire en vers...puis soudain, j'ai cessé de le faire. Plus tard, je me suis demandé:
je reprends 'mes rimes et prospère' ? Là, j'ai pensé à 'Mérimée Prosper'...et j'ai penché pour les calembours !
Je sais ça rime à rien...
- Tu sais d'où elle est cette jolie brune ?
- si tu y tiens, la brune, elle, de Meyzieu...
Le pluriel de "œil" est "yeux" quand il s'agit de l'organe de la vision. Dans les autres cas, le pluriel est "œils" comme dans "œils-de-bœuf". Faut-il dès lors dire "les œils d'un aveugle" ? Et comme grâce aux "œils-de-bœuf", on voit à travers les murs, ne pourrait-on dire les "yeux-de-bœuf" ?
- Qu'est-ce que tu manges, toi, quand tu te lèves ?
- pruneaux...
- pruneaux, à jeun ?
- Quelle est ton île préférée ?
- oh...c'est l'Yeu...
- quoi ces lieux ?
- J'ai connu un aveugle à l'île d'Yeu qui m'a vendu du vin...
- Vingt Dieux !
- Oui, oui, du vin d'Yeu !
réponse à . BOUBA le 27/02/2017 à 05h13 : Ses yeux nous ont quittés dernièrement... Une très grande d...
Tu imagines Gabin lui disant t'as de belles prunelles tu sais, et elle de répondre embrasse moi. Le contraire aurait été beaucoup plus chaud.
Elle, t'as de belles prunelles tu sais. Lui embrase moi.

Sans oublier la chanson :
J'aimeuuu tes grands yeux
derrière tes lunetteees
on dirait les phares
de ma camionnetteeeu...

Malheureusement, God tenait à son éditeur de partoches comme à la prunelle de ses yeux, et il ne l'a jamais mis en ligne.
réponse à . BOUBA le 27/02/2017 à 06h50 : Répose au # 109 ci dessus: c'est presque des prunelles, non? C'est bien ...
Bon, les aminches je re soulève le lièvre. Y a un défaut dans le câblage...
Ici aussi, comme ton vieux lièvre varois, nos mignons lapereaux franciliens s'amusent avec les connections de M'sieur IznoG0d... "Deux coups tu l'as, un coup tu n' l'as pas !"...

Et ça c'est irritant, agaçant, énervant... Et le plus calme des végétariens, le plus actif des membres de la SPA, est saisi de pulsions meurtrières : attraper les mignons lapereaux par les oreilles et leur faire passer le goût de l'herbe tendre !

réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 05h01 : Aujourd'hui Planelles se tient dans le Venelles de ses vœux ! S'cuse...
Ah ! Germaine, qu'elle était jolie la petite chèvre de monsieur Seguin ! qu'elle était jolie avec ses prunelles douces, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisait une houppelande...
Les Alsaciens disent-ils "tenir à quelque chose comme à la quetsche de ses yeux" ?
réponse à . joseta le 27/02/2017 à 08h52 : Merci. (Je ne l'aurai pas écrit pour des prunes...) Je dois t'avouer qu'&...
Je dois t'avouer qu'étant jeunot, j'adorais écrire en vers...
Et si tu te laissais à nouveau taquiner par ta muse d'antan d'avant ?

réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 10h40 : Bon, les aminches je re soulève le lièvre. Y a un défaut da...
C'est vrai que la version de God était bien plus fiable que celle d'Iznog0d. Elle avait aussi d'autres fonctionnalités qui n'ont pas été reprises dans la version revers(i)o. C'est la différence entre l'artiste et l'industriel.

troisième validation !!!
réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 10h40 : Bon, les aminches je re soulève le lièvre. Y a un défaut da...
Ça me rappelle l'époque des incontournables "pentium" et autres trucs qui étaient le must des ordis... aujourd'hui, un peu de vent et c'est la merde !
réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 10h47 : Je dois t'avouer qu'étant jeunot, j'adorais écrire ...
Et si tu te laissais à nouveau taquiner par ta muse d'antan d'avant ?

En plus ou à la place de ses calembours ? 
réponse à . mickeylange le 27/02/2017 à 10h54 : C'est vrai que la version de God était bien plus fiable que celle d&...
Maintenant vu qu'on ne sait jamais c'est copier coller à chaque fois !
réponse à . le gone le 27/02/2017 à 10h47 : Les Alsaciens disent-ils "tenir à quelque chose comme à la qu...
Non, la prunelle n'est pas une petite prune. Elle ne pousse pas sur un arbre mais sur un arbuste. La petite prune, c'est l'amende (avec un "e") forfaitaire à 11 euros.
Reponse à # 118:

Huuuuuuuuuuu...t'es colère ?

Allez une anecdote pour te calmer:

Moi j'aimais pas quand ma mémé choppait le pauvre petit lapin par les oreilles tandis qu'il roulait des yeux effarés.
Elle lui donnait un grand coup derrière la tête et lui sortait l'oeil pour récupérer le sang du civet...
J'avais toujours peur qu'il ne soit pas mort au moment de l'énucléation...
Et ce que je détestait le plus c'était quand elle le pendait par les pattes antérieures et qu'elle le déshahillait....

-"Je lui enlève son pyjama" qu'elle disait chaque fois....

Pourtant qu'est ce qu'il était bon après avoir longuement mijoté sur la cuisinière à bois...
Mais j'évitais de regarder la tête dans le plat.
C'était la part de pépé qui allait chercher le moindre petit bout de viande avec la pointe de son Opinel "la main couronnée"

Moi je ne mangeais que le rable*

*de lapin...
réponse à . SyntaxTerror le 27/02/2017 à 11h05 : Non, la prunelle n'est pas une petite prune. Elle ne pousse pas sur un arbr...
Mon Coyote il aime pas les prunes....

Tiens ! réponse, ça a marché....
réponse à . mickeylange le 27/02/2017 à 10h27 : Tu imagines Gabin lui disant t'as de belles prunelles tu sais, et elle de r&eacu...
"Et ma mirabelle, tu la veux ma mirabelle, dis ?"

Tiens ! réponse, ça a re-marché....
réponse à . mickeylange le 27/02/2017 à 10h56 : Et si tu te laissais à nouveau taquiner par ta muse d'antan d'avant ...
- Et si tu te laissais à nouveau taquiner
Par ta muse d'avant ?
- En plus ou à la place de ses calembours ?

En tout cas, Germaine et toi...
Vous êtes bien partis pour les alexandrins !
Quand on est gamin un adulte va te faire les gros yeux en guise d'avertissement. La prunelle devient-elle prune ?
Je tiens aux BD Fantasio comme............. vu que :
Léon Prunelle3 est rédacteur chez Spirou4. D'abord journaliste et subordonné de Fantasio, il devient responsable du « gaffeur » après le départ de Fantasio 5 (voir ci-dessus). Ce personnage a été créé par André Franquin et Yvan Delporte6. Il fume la pipe et porte un collier de barbe, inspiré d'un membre de la rédaction flamande de Spirou. Le nom Prunelle a été trouvé par Yvan Delporte7.

Parfois amusé par les gaffes au début, il devient vite extrêmement irascible lors de ses échanges avec Gaston, qu'il échoue à faire travailler. Franquin décrit Prunelle comme ayant repris le rôle de Fantasio - entre autres, il échouera comme son prédécesseur à signer les contrats avec M. De Mesmaeker - mais de façon plus nerveuse et plus torturée. C'est le type de personnage qui finira par faire une dépression nerveuse à force de prendre tout trop au sérieux8. Il s'est juré d'être « l'homme qui a fait travailler Gaston »9. À ce titre, il le pourchasse continuellement pour l'empêcher de faire toute sieste ou toute pause, et pour lui rappeler qu'il doit s'occuper du courrier en retard. Il tente également de l'empêcher de cuisiner, de bricoler, d'inventer et, bien évidemment, de gaffer10.

Prunelle est le premier personnage de bande dessinée à jurer ouvertement, usant notamment du Rogntudjuu11, une déformation inventée par Franquin de l'authentique « Nom de Dieu ! »12. En effet, la censure de l'époque n'aurait pas accepté un vrai juron dans une publication destinée à la jeunesse13.

En dépit de ses rapports conflictuels avec le héros dans le cadre du bureau, il lui arrive d'entretenir des contacts plus amicaux avec Gaston en dehors du travail. Dans ces moments, il est plus calme et s'intéresse alors aux déboires et conflits moraux de Gaston (sur l'armée, la pollution, la maltraitance animale, etc.). Il essaye également de faire grandir le personnage, en faisant appel à son sens des responsabilités ou en voulant lui faire faire du sport, mais en général sans succès.
réponse à . mickeylange le 27/02/2017 à 10h41 : Ah ! Germaine, qu'elle était jolie la petite chèvre de monsie...

Jolie et douce comme le miel des Alpilles ! Malheureusement, elle était atteinte d'un strabisme qui lui faisait prendre des vessies pour des lanternes et les loups pour des légionnaires des sables chauds.

- Crois-moi, ma belle, quand je te dis que là-haut est la plus cruelle des bêtes féroces ! Même la vieille Renaude qui était plus cornue qu'un crâne de chef de gare, n'a pu éviter ses crocs... Il est plus vorace qu'un inspecteur des impôts ! susurrait-il à l'oreille de la chevrette à laquelle il tenait comme à la prunelle de ses yeux*.

- L'est complètement givré, l' vieux ! pensa Blanquette qui se contenta de répliquer : Je ne comprends pas tout ce que vous me dites M'sieur Seguin, mais quand je regarde là-haut vers les montagnes, je ne vois que le soleil qui soloie, le sentier qui poudroie, l'herbe qui verdoie, les sapins qui...

- Stop ! intervint un contrôleur de la Sacem qui passait par là...
Je veux bien vous laisser le "soloie" mais le "poudroie" et le "verdoie" ne vous appartiennent pas M'sieur Daudet ! [/i]

C'est pour ça qu'on ne retrouve pas ces dialogues dans les "Lettres"... Et pis c'est tout !

* Et de deux !

Tenir à sa voiture comme à la Prunel 1903
réponse à . mickeylange le 27/02/2017 à 10h56 : Et si tu te laissais à nouveau taquiner par ta muse d'antan d'avant ...
Ah ! bah, on ne va pas lui demander du "en plus" !
Je ne sais pas versifier mais je suppose que ça demande un peu plus de temps et peut-être de recherche que la prose...

Si vous voulez savoir comment
Nous nous aimâmes pour des prunes,
Je vous le dirai doucement,
Si vous voulez savoir comment.
L'amour vient toujours en dormant,
Chez les bruns comme chez les brunes ;
En quelques mots voici comment
Nous nous aimâmes pour des prunes.

Le tout est ici !

réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 11h35 : Jolie et douce comme le miel des Alpilles ! Malheureusement, elle é...
- Stop ! intervint un contrôleur de la Sacem qui passait par là... Je veux bien vous laisser le "soloie" mais le "poudroie" et le "verdoie" ne vous appartiennent pas M'sieur Daudet !

On peut dire que l'Alphonse y merdoie avec ses déclarations à la SACEM !
Et quand ça merdoie c'est que ça vient de la mer.
Et quand ça merdoie c'est que ça vient de la mer.
C'est exactement ce que disait l'Amiral, lorsqu'il ramait avec nous dans les étages supérieurs : Cette expression vient de la Marine : "y tenir comme à la jumelle de ses yeux"...
Il est parti vérifier là-bas, trop loin, si la mer avait des prunes... des "prunes de plage", "des prunes de grève"...

réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 11h45 : Ah ! bah, on ne va pas lui demander du "en plus" ! Je ne sa...
À Longwy, ville d'émaux
J'étais un malade des jeux de mots
Malade ? Et quels étaient ces maux ?
C'est quand je devais tirer mes mots par les tifs
Quand, apparemment, sans aucun motif,
D'un jeu de mots mal fait j'étais le fautif...
Vous me demandez de faire les deux ?
Si je le pouvais, Dieu !
Vous m'en verriez plus radieux !
Hélas ! Je n'excelle ni dans l'un ni l'autre de ces thèmes,
Car je n'en ai jamais bien compris le système...
Alors, pardonnez-moi, parce que...je vous aime !
réponse à . joseta le 27/02/2017 à 13h00 : À Longwy, ville d'émaux J'étais un malade des...
Écoute !

Vous me demandez de faire les deux ?
Si je le pouvais, Dieu !


M'est avis qu'ici
Tu as réussi !
Et ça vaut "Merci !"

Pupilla : petite fille
Pupillus : mineur
Et pourtant ils sont tous deux racines de pupille, l'un de l'oeil, l'autre de la Nation
"Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour.
D'amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux.
Vos yeux beaux d'amour me font, belle Marquise, mourir.
Mourir vos beaux yeux, belle Marquise, d'amour me font.
Me font vos yeux beaux mourir belle Marquise, d'amour. "

Molière
réponse à . ipels le 27/02/2017 à 14h39 : "Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour. D'amour m...
- Belle marquise, vous avez lu l'Avare,hier ?
- non, j'ai pas lu Molière
- pourquoi ?
- pour la lecture, je me sentais un peu molle hier...
- et qu'avez-vous donc fait ?
- je me suis occupé de mes plantes grimpantes, en un mot: lierre...
réponse à . DiwanC le 27/02/2017 à 13h14 : Écoute ! Vous me demandez de faire les deux ? Si je le pouva...
Tout le monde sait que c'est une exagération !
Mais tellement agréable à lire... 
réponse à . joseta le 27/02/2017 à 16h07 : Tout le monde sait que c'est une exagération ! Mais tellement a...
En japonais jardin,
un sumo l'y érige
une jambe artiste
et pas qu'en lin.  
réponse à . ipels le 27/02/2017 à 17h03 : En japonais jardin, un sumo l'y érige une jambe artiste et pas qu'en lin....
Pfffff...J'ai eu beaucoup de mal à y lire Jean-Baptiste Poquelin !
Enfin...changeons d'écrivain:

- Hier, Dante m'a montré les pruniers de sa propriété...
- les pruniers d'ente ?
- ben oui, les siens !

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?