Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Etre / rester en rade

Être laissé à l'abandon, à l'écart.
Par déformation, être en panne, ne plus fonctionner.

Origine

Voilà une métaphore dont on ne peut ignorer l'origine marine.
'Rade' est issu d'un mot de vieil anglais qui a donné 'road' (route) dans cette langue. Et chez nous, si dès le XIVe siècle, 'rade' a désigné "un bassin naturel ou artificiel où les bateaux peuvent s'abriter", il a aussi été utilisé au XVIe pour désigner une route.
C'est de cet endroit abrité où les navires peuvent attendre au calme que la tempête passe ou bien mouiller en attendant que l'équipage revienne de sa virée à terre après avoir bu et forniqué plus que de raison, que vient notre expression.
En effet, le bateau "en rade" est à l'écart du port[1], et entre être à l'écart et être (ou paraître) à l'abandon, il n'y a qu'un petit pas que certains se sont vite empressés de franchir (à la rame) au début du XIXe siècle.
C'est aussi parce qu'un navire qui est en rade est à l'arrêt, que le sens initial a été déformé pour désigner quelque chose qui ne marche plus, qui est en panne comme un véhicule également immobilisé (sans oublier que "en panne" vient aussi de la marine).
[1] À partir du XIXe siècle, un navire "en petite rade" était au mouillage près du port, tandis qu'un navire "en grande rade" en était éloigné.

Exemple

« Avec nos avions qui dament le pion au soleil, avec nos magnétophones qui se souviennent de "ces voix qui se sont tues", avec nos âmes en rade au milieu des rues, nous sommes au bord du vide, ficelés dans nos paquets de viande, à regarder passer les révolutions. »
Léo Ferré - Poète... vos papiers !
« D'autres Toulonnais qui font le décompte de toutes les entreprises financées sur fonds publics ici et qui n'ont jamais rempli le rôle qu'elles étaient censées remplir vous diront, désabusés, que "ce tunnel est un beau symbole pour une ville qui s'effondre sur elle-même". Toulon, dont le tunnel hélas, n'est pas resté seul en rade. »
Le nouvel observateur - Article du 20 mars 1997

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre / rester en rade » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Angleterre Anglais To be consigned to / left on the scrap heap Être expédié au / quitté sur le tas de rebut
Angleterre Anglais To be in the lurch Ëtre dans le pétrin
Angleterre Anglais To be left to rot Être laissé pourrir
États-Unis Anglais To be left high and dry Être laissé haut et sec
États-Unis Anglais To be stuck Être coincé/ bloqué
États-Unis Anglais To have seen better days Avoir vu de meilleurs jours
Espéranto Espéranto Panei / en kacxo esti Être en panne/ dans la purée
Argentine Espagnol Estar varado Être en rade
Espagne Espagnol Estar en el atolladero Être dans le bourbier
Espagne Espagnol Plantado Laissé en rade
Espagne Espagnol Quedarse a l'estacada Rester sur la palissade
Espagne Espagnol Quedarse atrancado Rester coincé / Rester bloqué
Espagne Espagnol Quedarse en la estacada Rester sur la palissade
Canada Français Être / rester en rack
Canada Français Être laissé de côté Être mis à l'écart
Italie Italien Èssiri mìsu ddi làtu Être mis de côté
Belgique Néerlandais (Iemand) in perdel laten Abandonner (quelqu'un) en bataille
Belgique Néerlandais Op stoep gezatte zien Être mis sur arrêt
Pays-Bas Néerlandais Aan zijn lot zijn overgelaten Être livré à son destin
Pays-Bas Néerlandais Gedumpt zijn Être laissé à l'abandon
Pays-Bas Néerlandais In de steek laten Être laissé à l'abandon / ne plus fonctionner
Pays-Bas Néerlandais In zak en as zitten Être dans sac et cendre
Brésil Portugais Estar / ficar zuado Être / rester en rade
Roumanie Roumain A ramane de caruta Rester de charette
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Etre / rester en rade » Commentaires

  • #1
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 00:19
    Voilà une métaphore dont on ne peut ignorer l’origine marine

    Ben tu vois, quand tu veux, God !
  • #2
    • cotentine
    • 19/12/2008 à 00:43
    • En réponse à Elpepe #1 le 19/12/2008 à 00:19 :
    • « Voilà une métaphore dont on ne peut ignorer l’origine marine
      Ben tu vois, quand tu veux, God ! »
    avant d’avoir lu plus avant les explications de God (qui sont quand même notre "petite dose de culture quotidienne") ... il était évident que c’était un clin d’oeil à l’Amiral !!! Elpepe, cela va de soi ... 🙂 but my Sailor man, you know this word : "road" = rade ? really, you speak old english ???
    Ah, je m’y retrouve enfin au bout du tunnel ! Toulon, je connais un peu ... n’est-ce pas là que God fit son apparition en gare, (GARDE A VOUS) devant nous autres, z’égarés et en rade depuis de longues minutes en attendant l’heure du rendez-vous ... hein Mickey, Momo ... et Syanne qu’on cherchait ! ... Le pied de grue qu’on a fait !!! (avec la trouille au ventre de rester en rade dans la gare, sans God et Godesse, et sans Elpepe et sa BB) Le "OUF" de soulagement quand on les a aperçus a dû s’entendre dans tout la RADE et de Marseille à Monaco ! 😄
  • #3
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 00:44
    Bon, à Toulon, il y a la petite rade, qui s’ouvre devant la darse vieille, et que la grande jetée sépare de la grande rade, qui s’étend entre le Cap Cépet à l’ouest et le Cap de Carqueirane à l’est. Et il faut aussi noter qu’un radier d’écluse ou de cale sèche, comme un bassin de radoub, composé d’un radier et de deux bajoyers, ont la même étymologie.
    De même, les navires transportant des péniches de débarquement possèdent un radier immergeable, pour les mettre en flottaison au départ, et hors d’eau au retour (il est prévu qu’elles reviennent).
  • #4
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 00:51
    • En réponse à cotentine #2 le 19/12/2008 à 00:43 :
    • « avant d’avoir lu plus avant les explications de God (qui sont quand même notre "petite dose de culture quotidienne") ... il était évident qu... »
    Bon, par extension et dans le bâtiment, tout édifice, maison, immeuble, pont ou écluse, construit dans les règles de l’art, repose sur un radier. Il en est de même du soubassement d’une route, mais je n’avais jamais fait le rapprochement entre nos rade/radier/radoub/route et les perfides roads d’Outre-Manche.
  • #5
    • momolala
    • 19/12/2008 à 07:29
    • En réponse à cotentine #2 le 19/12/2008 à 00:43 :
    • « avant d’avoir lu plus avant les explications de God (qui sont quand même notre "petite dose de culture quotidienne") ... il était évident qu... »
    Nous y avons vu le Charles de Gaulle en rade aussi...
    Certes l’expression vient de la marine mais je suppose que pour les grands marins tels l’AMIRAL, l’Amiral, Yann Eliès, Loïc Peyron et quelques autres dont nous suivons les tribulations autour du monde en ce moment, ce n’est pas la situation de prédilection.
  • #6
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 08:14
    • En réponse à momolala #5 le 19/12/2008 à 07:29 :
    • « Nous y avons vu le Charles de Gaulle en rade aussi...
      Certes l’expression vient de la marine mais je suppose que pour les grands marins tels... »
    Eliès est, de loin, celui à qui arrive la plus grosse tuile, et il déguste en grand, avec sa patte en rade et son impossibilité d’atteindre sa pharmacie pour se soulager de la douleur de sa fracture. Pour les autres, un mât qui tombe est certes très ennuyeux et frustrant, mais ils sont saufs, peuvent bricoler et faire route vers la terre. L’autre marin en position scabreuse, c’est Wavre, avec sa quille menaçant de riper ses galoches, car il risque de passer par le fond, et il n’a plus grand monde derrière lui pour le récupérer rapidement à la mer, en rade dans son radeau de survie.
  • #7
    • SagesseFolie
    • 19/12/2008 à 08:19*
    Métaphore ou tu veux d’origine marine, mais anagrammes plutôt péjoratifs :
    1) Être en rade :
    -- rare édenté.
    -- Rende ratée.
    -- Rende tarée.
    -- Âne de terre.
    -- Rate de René.
    2) Rester en rade :
    -- Rende arrêtés.
    -- Rare en désert.
    -- Serre, ardente . . .
    -- Rendes à terre.
    -- Rendre tarées.
    -- Ères en retard.
    -- Rare : se tendre.
    Anna MaréeBasse.
  • #8
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 08:32
    • En réponse à SagesseFolie #7 le 19/12/2008 à 08:19* :
    • « Métaphore ou tu veux d’origine marine, mais anagrammes plutôt péjoratifs :
      1) Être en rade :
      -- rare édenté.
      -- Rende ratée.
      -- Rende tarée.... »
    Il faut aussi dater Nérée.
    Anna - Chroniques
  • #9
    • charlesattend
    • 19/12/2008 à 08:54
    Y a t il un rapport avec une "radasse" ?
  • #10
    • chirstian
    • 19/12/2008 à 09:05
    après avoir (...) forniqué plus que de raison,
    là, God, il faudrait que tu te mouilles un peu (dans la rade) et que tu nous indiques quelle est la raison dans ce domaine !
  • #11
    • chirstian
    • 19/12/2008 à 09:10
    un chat abandonné, à la mi-août, c’est une chat-rade. Quand il retrouve ses maîtres, il vient fièrement se frotter à eux : c’est la pas-rade : il est donc au pas-radis. (autrement dit : fini les radis , bonjour les croquettes Ronron ).
  • #12
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 09:31
    • En réponse à charlesattend #9 le 19/12/2008 à 08:54 :
    • « Y a t il un rapport avec une "radasse" ? »
    Ça dépend. Si tu es prêt à payer, oui.
  • #13
    • Elhouu
    • 19/12/2008 à 09:33
    • En réponse à charlesattend #9 le 19/12/2008 à 08:54 :
    • « Y a t il un rapport avec une "radasse" ? »
    Le bateau en rade,les marins partent forniquer avec les radasses,ce mot étant issu du verbe rader,radere en latin (effleurer,raser)..dont le participe passé à donné ras (rien à signaler et rez (rez de chaussée de jardin etc...)
    Le marin allait effleurer la radasse,la complimentant sur son rez-de-chaussée, et le recevait dans son rez-de-jardin..(honi soit qui mal y pense :)))
  • #14
    • chirstian
    • 19/12/2008 à 09:34
    Par déformation, être en panne, ne plus fonctionner.
    ne plus être en rade c’est être déradé, d’où l’expression : courir comme un déradé.
    Plus sérieux : En 1160 on utilise (Larousse de l’ancien français) le terme "rados = abri contre le vent" , et le radossement c’était l’action de se mettre à l’abri. (tiré de "ados" qui ne désignait pas les adolescents, mais l’appui, l’abri). L’origine anglaise du XIV mentionnée dans certains dictionnaires (de "rad = chevauchée, passage"), que tu reprends ici, God, me laisse donc très dubitatif. 😐
  • #15
    • <inconnu>
    • 19/12/2008 à 09:36
    Je voulais tailler une bavette
    avec ma copinette
    sur l’herbette,
    mais ce radin de soleil
    s’est caché
    et je suis restée
    comme deux rond de flan...
  • #16
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 09:37
    • En réponse à chirstian #10 le 19/12/2008 à 09:05 :
    • « après avoir (...) forniqué plus que de raison,
      là, God, il faudrait que tu te mouilles un peu (dans la rade) et que tu nous indiques quelle... »
    Là, God est simplement jaloux de la Marine et des marins, mais la bave du ponton n’atteint pas le franc-bord...
  • #17
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 09:41
    • En réponse à Elhouu #13 le 19/12/2008 à 09:33 :
    • « Le bateau en rade,les marins partent forniquer avec les radasses,ce mot étant issu du verbe rader,radere en latin (effleurer,raser)..dont... »
    Parfois même, il lui effeuillait l’entresol. Mais ce sont des histoires de marins en rade qu’on m’a racontées, je n’en ai aucune expérience personnelle.
  • #18
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 09:50
    • En réponse à chirstian #14 le 19/12/2008 à 09:34 :
    • « Par déformation, être en panne, ne plus fonctionner.
      ne plus être en rade c’est être déradé, d’où l’expression : courir comme un déradé.
      Pl... »
    Plus sérieux

    Faut pas exagérer non plus, hein ! Tout de suite, les menaces ! C’est le radeau de la démuse, ou quoi ?
    Si j’avais un éditeur de partoche, avec une gratte électrique, je te jouerais une fugue en Farad de Brest.
  • #19
    • chirstian
    • 19/12/2008 à 09:53
    • En réponse à chirstian #14 le 19/12/2008 à 09:34 :
    • « Par déformation, être en panne, ne plus fonctionner.
      ne plus être en rade c’est être déradé, d’où l’expression : courir comme un déradé.
      Pl... »
    Après recherche, le "rad" anglais, qui a donné "road" serait à rapprocher, non du "rados: abri", mais de "rade" qui signifiait en vieux français : rapide, impétueux . Dans la même famille on trouve alors (fin XII) : radement = rapidement , radece = rapidité et même : radoi = courant de l’eau.
    De sorte que le bateau qui se mettait à l’abri pour échapper au courant de l’eau, se mettait en rados pour échapper au radoi !
    Ces termes, comme les termes anglais sont seulement des déformations du latin "rapidum".
    Bon, j’ai gagné quoi ? Hein ? Hein ? 🙂
  • #20
    • Elpepe
    • 19/12/2008 à 09:57
    • En réponse à chirstian #19 le 19/12/2008 à 09:53 :
    • « Après recherche, le "rad" anglais, qui a donné "road" serait à rapprocher, non du "rados: abri", mais de "rade" qui signifiait en vieux fra... »
    Le droit de ne pas rester en rade : tu reviens jouer la semaine prochaine. Et j’en profite pour te préciser qu’un radome, sur un navire de guerre, est un équipement permettant l’inflammation de la rade.
    Si !