Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Mettre son grain de sel

S'immiscer, en général mal à propos, dans une une conversation ou une affaire.

Origine

Expression récente du XXe siècle, elle viendrait d'une traduction du latin 'cum grano salis' qui signifiait "avec un grain de sel".
Ici, le 'grain de sel' doit être compris comme une 'contribuction active' mais peu souhaitée, sans que l'origine du sens négatif ou péjoratif ne soit connu.

Exemple

« Bien entendu, Vivi avait mis là son grain de sel. »
Françoise Mallet-Joris - Le jeu du souterrain

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Mettre son grain de sel » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe Wach dakhal flouktek ma byn lebouabar Que vient faire ta (petite) barque entre les (gros) bateaux/Benhorma
Maroc Arabe Zad karmoustou Il a ajouté sa figue
Tunisie Arabe Iehchi rassou Introduire sa tête
Allemagne Allemand Seinen Senf dazugeben Ajouter sa moutarde
Grèce Grec Vaso tin oura mou J'y met ma queue
Angleterre Anglais Put in your tuppence worth Y ajouter ton sou
Angleterre Anglais To stick ones oar in Y mettre son aviron
États-Unis Anglais To add one's two cents Ajouter ses deux centimes
Argentine Espagnol Meter la cuchara Mettre la cuillère
Espagne Espagnol Merterse en camisas de once varas S'introduire dans de chemises onze tailles trop grandes
Espagne Espagnol Meter baza Placer un gain
Espagne Espagnol Meter el moco Y mettre le mucus
Espagne Espagnol Meterse donde no te llaman S'introduire là où on ne t'appelle pas
Canada Français Faire entendre notre son de cloche
Hongrie Hongrois Belekontàrkodik S'immiscer en tant qu'amateur
Italie Italien Ficcare il naso Ficher le nez, mettre son nez
Italie Italien Intromettersi Se mêler / s'entremettre
Italie Italien Mi c'infilo Je m'y enfile / je m'en mêle
Belgique Néerlandais Spuit 11 geeft ook modder Tuyau numéro 11 fournit également de la boue
Pays-Bas Néerlandais Spuit elf geeft ook modder La lance numéro onze donne de la gadoue aussi (expression dérivée des travaux de dragage)
Pays-Bas Néerlandais Z'n neus in andermans zaken steken Fourrer son nez dans les affaires d'autrui
Pays-Bas Néerlandais Zijn neus ergens insteken Introduire son nez dans quelque chose (à ses propres risques et périls)
Pays-Bas Néerlandais Zijn steentje bijdragen Contribuer sa petite pierre
Pologne Polonais Wtrącić swoje trzy grosze Immiscer / ajouter ses trois grosh
Brésil Portugais Colocar o nariz onde não é chamado Mettre son nez où personne ne nous le demande
Brésil Portugais Meter a colher torta Mettre la cuillère tordue
Roumanie Roumain A se băga ca musca-n curul calului (vulg.) S'introduire comme la mouche au cul du cheval
Roumanie Roumain A se băga ca musca-n lapte S'immiscer comme la mouche dans le lait
Roumanie Roumain A se băga în vorbă ca mărarul în ciorbă S'introduire dans une discussion comme l'aneth dan le potage
Roumanie Roumain A vorbit Ion c? ?i el îi om A parlé Jean car il est aussi un homme (être humain)
Roumanie Roumain A-și băga coada Y mettre sa queue
Roumanie Roumain A-și băga nasul (unde nu-i fierbe oala) Y mettre son nez (là où son pot ne bouillit pas)
Turquie Turc Burnunu sokmak Mettre son nez
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Mettre son grain de sel » Commentaires

  • #1
    • God
    • 13/08/2006 à 08:12
    Et alors ? A 08:12, y’a encore personne qui est venu mettre son grain de sel ?
  • #2
    • OSCARELLI
    • 13/08/2006 à 09:21
    • En réponse à God #1 le 13/08/2006 à 08:12 :
    • « Et alors ? A 08:12, y’a encore personne qui est venu mettre son grain de sel ? »
    1 heure et 1 minute plus tard, c’est donc à moi de mettre un grain de sable dans les rouages bien huilés de ce site superhypermégagigakaliphragilistique (je sais, j’invente, mais à peine, modesteHOBBES aurait pu corriger, mais il ne nous visite pas le dimanche).
    Mettre son grain de selle dans quelque chose, c’est bien souvent aussi s’assoir sur les avis des personnes championpétantes qui préféreraient ne voir personne s’immiscer dans leurs petites affaires. Regardez ce qui se passe quand un parlementaire essaie de mettre don nez (à considérer ici comme un groin de sel ) dans les affaires de certains ministères. NON, je ne citerai pas de noms, je ne cafte pas... Quoique, comme disait God pas plus tard qu’hier, càd lors de la première reprise de cette expressio.fr (mâtin, quel Cid),si le montant du chèque est suffisamment alléchant...
    Ne pas confondre "le groin d’icelle"
    avec "le nez de Cléopâtre"
  • #3
    • OSCARELLI
    • 13/08/2006 à 09:22
    • En réponse à OSCARELLI #2 le 13/08/2006 à 09:21 :
    • « 1 heure et 1 minute plus tard, c’est donc à moi de mettre un grain de sable dans les rouages bien huilés de ce site superhypermégagigakaliph... »
    c’est pas juste, quand j’ai commencé à pianoter mon commentaire précédent, il était 9h13! à mon pendule...
  • #4
    • OSCARELLI
    • 13/08/2006 à 09:34*
    Qui est donc cette Françoise Mollet-Jaunisse qui parle ainsi d’une Vivi? Elle veut sans doute parler d’un vivier-doigt? De toutes façons, la citation présentée ici en exergue est d’une profondeur philosophique extrême, et je tiens absolument et précisément à remercier notre God bien aimé pour nous avoir permis ainsi d’approcher (mais approcher seulement, pas atteindre) les abysses insondables de la culture la plus pure! Qu’eût-on fait, nous, pauvres mortels, sans avoir été ainsi mis en présence d’une pensée si profonde? Oui, je sais, nous aurions eu la vie sauve n’étant pas tombés dedans. Mais voilà: sans cette pensée, la Vie eût-elle phallus (valu) d’être vécue? J’ai des doutes! Existencialistes, sans doute! Quoique, avoir des doutes ... sans doute, je doute que cela signifie quelque chose. Je vais de ce pas m’introspecter. Prière d’envoyer des équipes de spéléologues avertis et chevronnés dans trois semaines si je n’ai pas refait surface d’ici-là. Merci d’avance.
  • #5
    • cotentine
    • 13/08/2006 à 09:40
    c’est dimanche = grasse mat. !
    jouer les "mouches du coche" ... c’est mettre un peu trop souvent son ’grain d’sel’ et en ce jour du Seigneur, je ne voudrais pas utiliser des expressions trop salées qui choqueraient les esprits trop puritains lol
  • #6
    • chirstian
    • 13/08/2006 à 09:43
    la chose est avérée et ne souffre aucun doute : j’ai un grain !
    Bon c’est courant, surtout parmi ceux qui fréquentent ce site. Mais la question demeure : où vais-je me le mettre ? Où ? Où ?
    Je vous ai compris , merci du conseil !
    Et c’est de la nécessité de me débarasser de ce grain de sel mal placé qu’est probablement venue l’expression "aller à la selle" .
    Convenez en donc : voici une expression qui ne manque pas de sel !
  • #7
    • chirstian
    • 13/08/2006 à 09:57
    • En réponse à cotentine #5 le 13/08/2006 à 09:40 :
    • « c’est dimanche = grasse mat. !
      jouer les "mouches du coche" ... c’est mettre un peu trop souvent son ’grain d’sel’ et en ce jour du Seigneur... »
    comme vous avez raison : moi non plus je ne voudrais surtout pas choquer en ce dimanche.
    C’est pourquoi je ne dirai pas -même sous la torture- qu’en anglais :
    cum : signifie sperme
    grano : vient de Granny ,qui signifie grand mère
    dans salis on retrouve la racine "sal" de sal-ope, mais aussi de sal-ive
    et que cette expression latine me semble donc plus qu’équi-vioque.
    Mais je n’en dirai rien : il faut rester politiquement correct le dimanche !
    PS : vivement lundi !
  • #8
    • OSCARELLI
    • 13/08/2006 à 10:33*
    je souhaiterais - je sais que j’ai déjà dépassé mon quota, pardon m’dam! - mettre encore une fois mon grain de sel dans une affaire qui a défrayé la chronique il y a quelques semaines. votre Zizou à Doré (Gustave de son prénom) a promis il y a peu de tout expliquer dans un livre qu’il publiera bientôt: "J’ai perdu la boule pour un bel italien" aurait-il avoué. "C’est sur un coup de tête que j’ai agi". Vous en saurez plus en lisant bientôt: "Les Inédits de Zidane", que vous pourrez trouver dans toutes les bonnes librairies.
  • #9
    • <inconnu>
    • 13/08/2006 à 10:35
    Sauf erreur de ma part, l’expression latine " cum grano salis " signifie " avec une certaine distance " ou " avec des réserves de bon sens " . Fort éloigné de " mettre son grain de sel " , que Mallet-Joris utilise à bon escient dans le sens indiqué par God : apporter une modeste et souvent peu pertinente contribution .
    " cum grano salis " peut se comprendre : votre argumentation me paraît bien insipide, je la prends " avec un grain de sel " ...
  • #10
    • borikito
    • 13/08/2006 à 10:45*
    Bon, à mon tour je vais l’y mettre (mon grain de sel).
    Facile puisque, dit-on, j’ai un grain.
    Vaste sujet, le sel. Omniprésent sur terre. Evitez cependant d’en parler à madame Loth si vous la croisez, c’est chez elle un sujet qui fâche.
    Le sel j’aime ! s’exclamait le mineur de Salzburg (et autres mines).
    Le quinquagénaire le trimballe sur son crâne poivre et sel, ce qui lui donnerait un certain charme selon la gent féminine.
    Il a le pouvoir de faire changer certaines identités : prenez un cabillaud, salez-le, il ressortira de chez vous en morue, cha ch’est shoure.
    Combien de chrétiens ne se sont-ils pas fait photographier, le jour de leur communion, le mi-sel à la main .
    Il a même le pouvoir d’affoler certains principes d’Archimède : Allez donc faire trempette dans la Mer Morte, votre quintal ne fera plus le poids....
    Le renverser sur la table vous attirera les foudres des supersticieux jusqu’à ce que vous en jetiez une pincée par dessus votre épaule.
    Offrez un dessert à votre bétail : mettez-lui un bloc de sel gemme à lécher près de la mangeoire...
    Bon, je fatigue, je descends de ma selle.
  • #11
    • God
    • 13/08/2006 à 11:14
    • En réponse à <inconnu> #9 le 13/08/2006 à 10:35 :
    • « Sauf erreur de ma part, l’expression latine " cum grano salis " signifie " avec une certaine distance " ou " avec des réserves de bon sens "... »
    Effectivement, "cum grano salis" n’a pas le même sens, et s’emploie toujours, d’ailleurs.
    Mais l’évolution du sens et le côté péjoratif ne sont pas expliqués par les lexicographes, pour l’instant.
  • #12
    • chirstian
    • 13/08/2006 à 11:14*
    est ce que tout simplement l’expression "mettre son grain de sel" ne nous renverrait pas à ce grand classique de la cuisine familliale : tour à tour chaque membre de la famille , sachant que maman a coutume de ne pas saler assez, passe soulever le couvercle et mettre son grain de sel. A l’arrivée la soupe est immangeable !
    Diplodo remettant très justement l’expression latine "cum grano salis" à sa place, il convient de rappeler cette autre: "mens sala in corpore salo" , elle aussi trop souvent déformée ou utlisée à mauvais escient :
    "in corpore salo" : incorporer du sel = saler
    "mens sala" : une salaison mince = pas trop de sel
    = "saler , mais à petite dose"
    le sel, non, l’eau férrugineuse, oui !
  • #13
    • <inconnu>
    • 13/08/2006 à 11:16
    On met du sel dans les alments pour en relver le goût. Autrefois le sel servait à conserver la viande, en particulier le porc. Le sel était donc une denrée si précicieuse que les soldats romains étaient payés en ration de sel; d’où vient le mot " salaire " si essentiel pour motiver le travailleur. Et l’impôt sur le sel ( la gabelle ) à alimenter pendant des siècles le Trésor public des seigneuries et des Etats. A partir de ces considérations on peut comprendre comment " un grain de sel " a pu devenir péjoratif ( augmentation de l’impôt ). Mais vous dites que c’est au 20ème siècle que cette connotation apparaît. Cela me paraît tardif. Ce serait une affaire de cuisine, alors ? Dans la dosage subtile des ingrédients entrant dans la préparation d’un mets raffiné, il suffit d’un grain de sel en trop pour rendre celui-ci immangeable pour un fin palais. Non ?
  • #14
    • <inconnu>
    • 13/08/2006 à 11:23
    • En réponse à borikito #10 le 13/08/2006 à 10:45* :
    • « Bon, à mon tour je vais l’y mettre (mon grain de sel).
      Facile puisque, dit-on, j’ai un grain.
      Vaste sujet, le sel. Omniprésent sur terre. Ev... »
    Vite fait sur le gaz !
    Pour revenir sur le livre qu’arborait fièrement les catholique à la sortie de la messe, on avait pris l’habitude (peut-être à fins de conservation) d’y mettre du beurre.
    C’était le beurre de missel !
    Bon ! Je sais ! J’aurais dû rester couché !
    Bom dia a tots
  • #15
    • <inconnu>
    • 13/08/2006 à 11:32
    • En réponse à <inconnu> #13 le 13/08/2006 à 11:16 :
    • « On met du sel dans les alments pour en relver le goût. Autrefois le sel servait à conserver la viande, en particulier le porc. Le sel était... »
    Comme Anaxagore, je trouve que l’explication est tardive…
    Pour l’Eglise, pour tout croyant (présence du sel au baptême), le sel est synonyme de pureté.
    Ne peut-on penser qu’apporter son grain de sel dans une conversation, ou une négociation d’affaire, c’était y inclure de fait, une bonne dose de morale Chrétienne ? Ce qui devenait gênant car développant des scrupules… Surtout qu’en affaires, la morale… n’est pas toujours la base de l’échange sain.
    Le grain de sel, le grain de morale, de vertu pouvait être de nature à troubler les échanges. Au fait, ne dit-on pas une note salée… ?
  • #16
    • <inconnu>
    • 13/08/2006 à 11:52
    • En réponse à borikito #10 le 13/08/2006 à 10:45* :
    • « Bon, à mon tour je vais l’y mettre (mon grain de sel).
      Facile puisque, dit-on, j’ai un grain.
      Vaste sujet, le sel. Omniprésent sur terre. Ev... »
    Réclame :
    Un grain beau riz qui tôt… ou tard plait au palais !
    Un grain Borikito, c’est tout ce qu’il vous faut !
  • #17
    • God
    • 13/08/2006 à 12:21
    • En réponse à <inconnu> #15 le 13/08/2006 à 11:32 :
    • « Comme Anaxagore, je trouve que l’explication est tardive…
      Pour l’Eglise, pour tout croyant (présence du sel au baptême), le sel est synonyme... »
    Chacun peut tenter de reécrire l’histoire à sa manière.
    Mais si les lexicographes, avec la documentation à leur disposition, n’ont pas trouvé l’origine de cette expression qui, sous sa forme et son sens actuel, date bien du XXe, c’est qu’elle n’est peut-être pas aussi évidente que ça à trouver...
    Mais à force de mettre votre grain de sel dans cette conversation, vous en relevez le goût. N’est-ce pas là, justement, le rôle du sel ?
  • #18
    • <inconnu>
    • 13/08/2006 à 12:53*
    • En réponse à God #17 le 13/08/2006 à 12:21 :
    • « Chacun peut tenter de reécrire l’histoire à sa manière.
      Mais si les lexicographes, avec la documentation à leur disposition, n’ont pas trouv... »
    Ben si ! Et pour tout dire je voulais rendre aussi hommage à Anne de Bretagne.. 🙂
    N’oublions pas qu’Anne de Bretagne (la princesse en sabots) a toujours négocié dans ses contrats de mariage avec les rois de France qu’elle a épousés (Charles VIII et Louis XII) que les bretons ne paient jamais de gabelle (impôts sur le sel), ce qui explique que les routes étaient libres de droits de passage et ce qui en découle au final aujourd’hui, est qu’en Bretagne, vous pourrez en faire le tour en voiture sans jamais payer de taxes de péages. Il n’y en a pas, grâce à Anne de Bretagne qui a bien négocié l’apport de son grain de sel dans ses contrats de mariage.
    Petite revanche de l’état ??? Vous ne pourrez dépasser les 110 Km/h en Bretagne.
  • #19
    • cotentine
    • 13/08/2006 à 13:46*
    • En réponse à <inconnu> #18 le 13/08/2006 à 12:53* :
    • « Ben si ! Et pour tout dire je voulais rendre aussi hommage à Anne de Bretagne.. 🙂
      N’oublions pas qu’Anne de Bretagne (la princesse en sabots... »
    Petite précision en forme de ’grain de sel’ ... Il me semblait pourtant que Rennes était le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine*, de la région Bretagne et l’une des capitales historiques du duché de Bretagne. (*je sais, on devrait dire :"il est vilain" ! mais avec les Bretons, faut s’étonner de rien)
    L’A 84 qui est l’Autoroute des Estuaires qui va de Caen à Rennes offre la possibilité de rouler à 130 km/h (sur route sèche, évidemment) et quand on passe la ’frontière’ entre la Normandie et la Bretagne, ... disons entre St James (Normandie) et Brice-en-Coglès (Bretagne) il n’y a pas de panneau restrictif expliquant : Attention, en Bretagne, on ne dépasse pas 110 Km/h ... depuis Anne du même nom ...
    ou alors, le panneau a été enlevé la semaine dernière (?), pour que je puisse filer à toute allure et assister au festival interceltique de Lorient !
    Je sais, j’ergote ! et j’aime ça ! pointer du doigt la p’tit’ erreur ...
    désolée, Yannou, si je "ramène ma fraise" pour y "ajouter mon grain de sel" mais c’est très ’tendance’ ... le sucré/salé !
  • #20
    • chirstian
    • 13/08/2006 à 14:37*
    • En réponse à cotentine #19 le 13/08/2006 à 13:46* :
    • « Petite précision en forme de ’grain de sel’ ... Il me semblait pourtant que Rennes était le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine*, de... »
    Si vous avez tous les deux raison, cela signifie probablement que les routes de Bretagne ne sont jamais sèches !
    ( les bretons du site vont apprécier ma conclusion !)
    Ceci dit , la Bretagne était effectivement exemptée de gabelle... laquelle n’avait toutefois rien à voir avec les péages ou droits d’octroi.