Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

S'endormir / se reposer sur ses lauriers

Se contenter d'un premier succès.

Origine

Le laurier est un arbuste aromatique de la région méditerranéenne.
Si ses feuilles servent à parfumer des plats, ses rameaux servaient à tresser des couronnes destinées aux poètes, aux héros et aux vainqueurs.
Cela vient du fait que, dans la Grèce antique, cet arbuste était dédié à Apollon (). Il représentait l'immortalité acquise par la victoire, mais aussi les qualités nécessaires à cette victoire : la sagesse et l'héroïsme.
S'endormir ou se reposer sur ses lauriers, c'est donc, au figuré, se contenter de ses premiers succès (et de la couronne de lauriers qui va implicitement avec) et arrêter là les efforts pour essayer d'en glaner de nouveaux.
Si cette expression existe avec ce sens depuis le milieu du XIXe siècle, au XVIIe, on disait "se reposer à l'ombre de ses lauriers" pour dire "jouir d'un repos mérité avec un succès", ce qui n'avait pas la même connotation négative ou restrictive que notre locution.
On peut noter que le TLFI () fait clairement une différence entre la version avec "s'endormir" et celle avec "se reposer", la première ayant le sens d'aujourd'hui et la seconde celui d'autrefois.

Compléments

Au Moyen-Âge, dans les écoles de médecine, on entourait la tête des jeunes docteurs avec des rameaux de laurier sur lesquels se trouvaient des baies. Or, il se trouve qu'en latin, "baie de laurier" se disait "bacca laurea". Ça ne vous rappelle rien ?

Exemple

« Larminat ne s'endort pas sur ses lauriers. Il va frapper la poche de La Rochelle, qui forme, avec l'île de Ré, un vaste ensemble défensif »
Charles de Gaulle - Mémoires de guerre

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « S'endormir / se reposer sur ses lauriers » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Pays de Galles Gallois Gorffwys ar ei rwyfau Se reposer sur ses rames
Danemark Danois Hvile på sine laurbær Se reposer sur ses lauriers
Allemagne Allemand Sich auf seinen Lorbeeren ausruhen Se reposer sur ses lauriers
Grèce Grec αναπαύομαι στις δάφνες μου Je me repose sur mes lauriers
Angleterre Anglais To rest on one's laurels Se reposer sur ses lauriers
Argentine Espagnol Dormirse en los laureles S'endormir sur les lauriers
Espagne Espagnol Adormir-se sobre els llorers S'endormir sur les lauriers
Espagne Espagnol Dormirse en los laureles S'endormir sur les lauriers
Hongrie Hongrois Ül a babérjain Assis sur ses lauriers
Italie Italien Riposare sugli allori Reposer sur les lauriers
Belgique Néerlandais Op zijn lauweren rusten Se reposer sur ses lauriers
Pologne Polonais Spoczywać na laurach Se reposer sur ses lauriers
Brésil Portugais Dormir sobre os louros S'endormir sur les lauriers
Portugal Portugais Fazer fama e deitar-se na cama Se faire une renommée (faire une célébrité) et se coucher dans le lit
Roumanie Roumain A se culca pe laurii sai Se coucher sur ses lauriers
Russie Russe почивать на лаврах Se reposer sur les lauriers
Slovaquie Slovaque Zaspať/lezať na vavrínoch S'endormir / se reposer sur les lauriers
Serbie Serbe Spavati na lovorikama Dormir sur des lauriers
Suède Suédois Vila på sina lagrar Dormir sur ses lauriers
Chine Chinois 吃老本 Repos sur les lauriers
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « S'endormir / se reposer sur ses lauriers » Commentaires

  • #1
    • God
    • 19/10/2007 à 00:00
    Et, pour ceux qui craignaient de s’ennuyer ce week-end, voici un peu de lecture sous la forme du compte-rendu de la convention Expressio qui s’est tenue à Bruxelles le 10 octobre 2007.
    Bien entendu, quelques photos (floutées, selon la tradition) y sont présentes.
    Le compte-rendu (12 Mo).
  • #2
    • sylphide
    • 19/10/2007 à 00:27
    • En réponse à God #1 le 19/10/2007 à 00:00 :
    • « Et, pour ceux qui craignaient de s’ennuyer ce week-end, voici un peu de lecture sous la forme du compte-rendu de la convention Expressio qui... »
    God, ça ne veut pas venir, je bug, ou bien y’a un truc qui flutche????
    bon, bien le bonsoir et le bonjour à vous...
    et comme je suis la première, et que j’ai la parole...gniarf, gniarf...ils sont tous dans le salon rose à dormir, oui, oui!!!
    Donc, se reposer sur ses lauriers, Laurus nobilis, noms populaires: Laurier noble, laurier d’Apollon, laurier des poètes, laurier sauce.
    Le laurier a la réputation d’éviter la foudre, dans certaines régions de montagne, on agitait une branche de laurier au dessus de la tête quand il tonnait, pour éviter l’éclair.
  • #3
    • Elpepe
    • 19/10/2007 à 04:13
    • En réponse à sylphide #2 le 19/10/2007 à 00:27 :
    • « God, ça ne veut pas venir, je bug, ou bien y’a un truc qui flutche????
      bon, bien le bonsoir et le bonjour à vous...
      et comme je suis la prem... »
    et Georges, lui, chantait (cette page) :
    Je vivais à l’écart de la place publique,
    Serein, contemplatif, ténébreux, bucolique...
    Refusant d’acquitter la rançon de la gloir’,
    Sur mon brin de laurier je dormais comme un loir.

    ... ce qui constitue la meilleure des meilleures explications, Geordges ! Quel dommage de ne l’avoir point cité en commentaire, hein ?
    Ah, faut vraiment que Pépé veille à tout, dans ce phare ! Bon, sur ce, je vais me rendormir sur mes lauriers, moi. Z’avez vu l’heure ? J’y ai droit ! J’y ai droit !
  • #4
    • Elpepe
    • 19/10/2007 à 04:34
    Le bandeau Google, il est tellement endormi sur ses lauriers que God frise le redressement judiciaire... Aussi, dès que, par le plus grand des hasards, une nouvelle pub apparaît, sautez dessus sans vous endormir sur vos lauriers, que sinon Expressio va délocaliser en Chine, en nous laissant tous sur le carreau... 😢
  • #5
    • Elpepe
    • 19/10/2007 à 05:33
    Avec Laure, j’ai tenté d’effeuiller le laurier, mais elle m’a rétorqué : « ne me confonds pas avec Marguerite ! ».
    Alors, je me suis retourné, gros-jean comme devant. Vous l’auriez endormie, vous ?
  • #6
    • Elpepe
    • 19/10/2007 à 05:50
    En ce moment, les Bébelges s’endorment sur leurs lauriers-Tintin. 😄
  • #7
    • Elpepe
    • 19/10/2007 à 06:16
    Bon, allez, ma nuit est finie...
    Naufragé tel un Robinson
    Au Grand Rouveau, dans les Embiez,
    Quand de survie il est question,
    M’endormir sur mélo ? Riez !
    L’Amiral
  • #8
    • momolala
    • 19/10/2007 à 07:26
    • En réponse à Elpepe #7 le 19/10/2007 à 06:16 :
    • « Bon, allez, ma nuit est finie...
      Naufragé tel un Robinson
      Au Grand Rouveau, dans les Embiez,
      Quand de survie il est question,
      M’endormir sur... »
    Dans mon jardin j’avais planté
    De mes deux mains un beau laurier
    Vieux à ce jour de quinze années.
    Sa tête celle des chênes touchait.
    Ah ! qu’il était beau mon laurier !
    La biche venait s’y reposer
    Lorsque son ombre s’allongeait
    Sur la houppe des cerisiers.
    Elle s’endormait sous le laurier
    Dans la douceur des nuits d’été
    Sous le ciel d’étoiles clouté.
    Mais un jour ils sont arrivés,
    Motorisés, bottés, casqués.
    Et mon laurier, ils l’ont coupé.
    Nous n’irons plus au bois
    Les lauriers sont coupés.
    Tant pis, Momolala,
    Elle va s’en aller...
    😢
  • #9
    • chirstian
    • 19/10/2007 à 09:01
    La nuit du péché.

    Dans mon lit, quand Laure y est ,
    pas question de perdre du temps.
    Tous les deux, sur l’oreiller,
    nous savons prendre du bon temps.
    Comme des truites* dans l’eau rayée
    nous nageons dans le courant,
    puis vient l’aube et les lauriers
    qui couronnent les amants.
    *oui, la présence de truites peut surprendre, mais quand on pêche on a parfois des surprises ! 🙂
  • #10
    • Elpepe
    • 19/10/2007 à 09:14
    • En réponse à chirstian #9 le 19/10/2007 à 09:01 :
    • « La nuit du péché.
      Dans mon lit, quand Laure y est ,
      pas question de perdre du temps.
      Tous les deux, sur l’oreiller,
      nous savons prendre du... »
    Courrier des lecteurs
    Jean-Alphonse nous écrit :
    « pendant ma nuit de noces, je me suis endormi, sûr, mais Laure riait. »
    Vos réactions :
    - Goujat !
    - Veule, oh…
    - Tu parles de l’amant ?
    - Table sur ce coup-là.
  • #11
    • <inconnu>
    • 19/10/2007 à 10:13
    Merci d’éveiler à nouveau mes souvenirs de ma chère Grèce antique !
    On parle maintenant maintenant de lauriers comme la récompense type du vainqueur aux jeux et à la guerre, mais chez nous c’était plus compliqué - la couronne de lauriers avait été inventée pour les vainqueurs des jeux pythiques, où l’inspiration poétique et prophétique régnait. (La Pythie en portait tout le temps, d’aileurs elle en mâchait pas mal, ce qui finissait par la faire délirer.) Et il fallait bien distinguer entre les jeux : aux olympiques, c’étaient des couronnes d’olivier, aux néméens des couronnes de persil, aux isthmiqes des couronnes de pin. Lauriers aux pythiques parce que le laurier communiquait l’inspiration poétique et que les jeux pythiques étaient les plus culturelles de toutes ces manifestations.
    Zeus (source de toute inspiration, bien entendu) laissait faire, d’aileurs il se prêtait au jeu au point de m’envoyer de temps en temps inspirer des gens qui croyaient que s’ils plaçaient des feuilles de laurier sous leur oreiller les poèmes leur viendraient dans le sommeil. Voilà une autre façon de s’endormir sur ses lauriers, que même votre valeureux TLF a oubliée...
  • #12
    • Elpepe
    • 19/10/2007 à 10:23
    • En réponse à <inconnu> #11 le 19/10/2007 à 10:13 :
    • « Merci d’éveiler à nouveau mes souvenirs de ma chère Grèce antique !
      On parle maintenant maintenant de lauriers comme la récompense type du v... »
    Dans le Plaisir des dieux (cette page), il paraît qu’on s’encule en couronne.
    Mais de quoi, ça, ça n’est pas dit dans la chanson...
  • #13
    • OSCARELLI
    • 19/10/2007 à 10:31*
    Tu dis, ô mon Godemichou adoré, "se contenter d’un premier succès".
    Mais dans le premier paragraphe de ton est-ce pli qu’a sillon, tu n’en souffles mais, de la notion de premier succès.
    Puis, dans ton second paragraphe, tu annonces "c’est DONC". J’avoue que je suis Père Plex. A quoi donc fait ton DONC référence?
    Pour moi, et ma petite compréhension, il n’y a de limitation qu’entre "se reposer", ce qui veut dire que l’on continuera par la suite, et "s’endormir" qui indiquerait qu’il n’y aurait pas de suite, enfin, pas tout de suite...
    C’est ce que tu nous esses plique ensuite...
    Quoi, je suis occupé à couper les cheveux en quatre? Oui, et alors?
    Allez, bonne journée, je retourne en réunion...
  • #14
    • God
    • 19/10/2007 à 10:52
    • En réponse à OSCARELLI #13 le 19/10/2007 à 10:31* :
    • « Tu dis, ô mon Godemichou adoré, "se contenter d’un premier succès".
      Mais dans le premier paragraphe de ton est-ce pli qu’a sillon, tu n’en s... »
    Dis donc, mon bon filo, pourquoi mets-tu ta pine ailleurs ?
    Une victoire, obligatoirement accompagnée de lauriers, c’est-y pas un succès ? Or, de quoi je cause, dans le paragraphe qui précède ?
    Si tu n’es pas capable de lire entre les lignes, ce n’est pas moi qui vais t’apprendre, surtout que, à ton grand âge, ce serait peine perdue...
  • #15
    • Elpepe
    • 19/10/2007 à 10:56
    • En réponse à God #14 le 19/10/2007 à 10:52 :
    • « Dis donc, mon bon filo, pourquoi mets-tu ta pine ailleurs ?
      Une victoire, obligatoirement accompagnée de lauriers, c’est-y pas un succès ? O... »
    Qu’on les lui coupe !
    Les tresses... 😄
  • #16
    • God
    • 19/10/2007 à 10:59*
    • En réponse à <inconnu> #11 le 19/10/2007 à 10:13 :
    • « Merci d’éveiler à nouveau mes souvenirs de ma chère Grèce antique !
      On parle maintenant maintenant de lauriers comme la récompense type du v... »
    Souvent, quand Hermès intervient, c’est pour apporter des éléments complémentaires intéressants.
    Et v’là-t-y pas que, maintenant, il faut chercher à en savoir plus sur les isthmiques, les pythiques et les néméens (à cette page, par exemple). Et c’est là qu’on voit que le persil de la couronne des derniers, flétri, il était. What a Pythie !
  • #17
    • tytoalba
    • 19/10/2007 à 11:57*
    Ouf j’ai enfin réussi à venir mettre mon commentaire. Suis venue ce matin, mais faute d’avoir traîné, pas pu mettre mon mot. Ensuite, revenue pour m’entendre signifier que j’avais mangé les cookies en dansant la java. Et me revoilà sans avoir rien changé sur mon PC et contente d’y être. Internet a parfois de ces caprices.
    L’expression ne pourrait-elle venir du fait que le laurier-rose est toxique. A ne pas confondre avec d’autres lauriers comme le laurier-sauce. J’explique : " le laurier-rose est toxique dans toutes ses parties. Il provoque une sévère gastro-entérite, somnolence, accélération du rythme cardiaque, douleurs abdominales suivies de difficultés respiratoires et d’affaiblissement des battements du coeur, coma et mort dans les vingt-quatre heures" Trouvé dans un petit fascicule sur les plantes toxiques. Mais aussi sur cette page sans que ce site soit aussi précis. Voilà donc de quoi dormir définitivement sur ses lauriers si on se trompe de plante.
  • #18
    • tytoalba
    • 19/10/2007 à 11:58
    • En réponse à God #16 le 19/10/2007 à 10:59* :
    • « Souvent, quand Hermès intervient, c’est pour apporter des éléments complémentaires intéressants.
      Et v’là-t-y pas que, maintenant, il faut ch... »
    Souvent, quand Hermès intervient, c’est pour apporter des éléments complémentaires intéressants.
    Merci ça fait plaisir de savoir que d’autres pensent et que j’essuie. 😄
  • #19
    • chirstian
    • 19/10/2007 à 12:17
    • En réponse à <inconnu> #11 le 19/10/2007 à 10:13 :
    • « Merci d’éveiler à nouveau mes souvenirs de ma chère Grèce antique !
      On parle maintenant maintenant de lauriers comme la récompense type du v... »
    La Pythie en portait tout le temps, d’aileurs elle en mâchait pas mal
    La Pythie vient en mangeant.
  • #20
    • chirstian
    • 19/10/2007 à 12:21
    on disait "se reposer à l’ombre de ses lauriers" pour dire "jouir d’un repos mérité avec un succès", ce qui n’avait pas la même connotation négative ou restrictive que notre locution.
    je ne sais pas ce qui est plus négatif : se coucher sur une couronne de lauriers, ou se coucher à l’ombre des lauriers, mais je sais ce qui est le plus confortable !