Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Tailler une pipe

Pratiquer une fellation.

Origine

Cette expression est une déformation récente de "faire une pipe", par combinaison avec "tailler une plume" qui a la même signification.
Les premiers usages vérifiés de "faire une pipe" ne datent que de la première moitié du XXe siècle, chez les prostituées, l'expression "faire un pompier" étant usuelle auparavant.
Alors pourquoi cette nouvelle expression ?
Au début du XXe siècle, les fumeurs du peuple se roulaient leur cigarette, les cigarettes manufacturées apparues à la fin du siècle précédent étant réservées aux personnes de la haute société et aux femmes. Ils disaient alors qu'ils "s'en roulaient une" ou "se faisaient une pipe" (si la cigarette s'appelait aussi la 'pipe' en argot, ce serait parce que la quantité de tabac nécessaire pour fabriquer la cigarette était à peu près équivalente à celle utilisée pour une pipe).
De là, il est facile d'imaginer que les dames de petite vertu qui faisaient des pompiers à leurs clients, comparaient leurs gestes à ceux que font les fumeurs d'abord méticuleusement avec leurs doigts et puis le long de la cigarette avec leur langue avant d'aboutir à une 'pipe' prête à être fumée.
Vu qu'il est question de pipe et de fumée, on ne peut s'empêcher de lier cette expression avec "avaler la fumée" qui lui est antérieure (milieu du XIXe siècle) et qui désignait une fellation complète, avec avalement du sperme.
Les esprits très curieux se demanderont pourquoi on disait aussi "tailler une plume", expression maintenant oubliée ?
D'après Cellard et Rey dans leur Dictionnaire du français non conventionnel (), cela viendrait du fait qu'autrefois, et c'était une tâche plutôt réservée aux femmes, avant de tailler au canif les plumes d'oie qui servaient à écrire, il fallait en humecter l'extrémité avec la langue.
Et le 'pompier', alors ? me direz-vous, titillé par votre curiosité insatiable.
La même source rappelle qu'autrefois, les pompiers alimentaient leurs lances à incendie en activant à la main les pompes de leurs citernes. Ces mouvements de va-et-vient du piston dans le corps de la pompe, rappellent le fait qu'au cours d'une fellation, l'homme se fait 'pomper' par un autre type de va-et-vient, et le tout mélangé à la similitude entre 'pomper' et 'pompier' aurait fait le reste.

Compléments

Si, par hasard, le mot 'fellation' vous est inconnu, cliquez ici .
Je précise quand même tout de suite qu'il ne s'agit aucunement d'une cousine de la fée Clochette ou de la fée Romone...

Exemple

Le souteneur de madame s'appelait Pompée ! Sans vouloir me foutre de Germaine, je trouve que faire des pipes pour entretenir un gars qui s'appelle Pompée, c'est un peu de la provocation.
Martin Rolland - La Rouquine

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tailler une pipe » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Autriche Allemand Einen blasen En souffler un
Grèce Grec Παίρνω μια πίπα (Pèrno mia pìpa) Prendre une pipe
Angleterre Anglais To blow a man Souffler un homme
Angleterre Anglais To make a blow job (a fellatio) Faire une fellation
États-Unis Anglais To give a hummer Donner une "fredonneuse"
États-Unis Anglais To give head Donner de la tête
États-Unis Anglais To go down (on someone) Descendre (sur quelqu'un)
Espagne Espagnol Hacer un francés Faire un français
Espagne Espagnol Hacer una mamada Faire une tétée
Espagne Espagnol Mamarla (a alguien) La sucer (à quelqu'un) (= Tailler une pipe)
Italie Italien Fare un pompino Faire une petite pompe
Japon Japonais Kurinton wo suru Faire un Clinton (du nom de l'ancien président américain)
Pays-Bas Néerlandais Afzuigen Sucer - littéralement : évacuer par aspiration
Pays-Bas Néerlandais Pijpen Jouer de la flûte
Pologne Polonais Obciagnac druta Presque itraduisible littéralement, le plus proche : dénuder le fil à quelqu'un
Brésil Portugais Pagar um bola gato Rendre fou un chat
Portugal Portugais Fazer um broche Faire un bijou
Roumanie Roumain A o lua la cioc La prendre au bec
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Tailler une pipe » Commentaires

  • #1
    • HoubaHOBBES
    • 29/09/2007 à 18:57
    Comment ça ?
    Pas un seul commentaire ?
    Debout les gars, réveillez-vous, debout les gars, on va y mettre un coup ...
    Pan-Hobbes
  • #2
    • Chouettemania
    • 01/10/2007 à 11:43
    J’ai appris par la presse que les tailleuses de pipes de Saint-Claude ont eu une prime de 10 % - Désolé
  • #3
    • jeansebdehut
    • 22/12/2007 à 15:36
    mmm, j’avais entendu à la radio une toute autre explication. Je sais pas si c’est vrai, mais je la trouve plus drôle :
    Ca remonte au XIXème siecle, lorsque les hommes allaient voir les prostituées, leurs petites affaires se déroulaient la plupart du temps dans un coin obscur du bordel, ou alors dans une petite ruelle sombre. Pour se ménager quelque peu, ces dames tentaient de profiter de l’absence de lumière pour tromper leur client en préférant à la pénétration l’usage de leur bouche. Lorsque les clients ne s’étaient rendu compte de rien, vérifiant le dicton "une muceuse en vaut bien une autre", ces filles de peu de vertu se congratulaient en se disant qu’elles avaient bien "pipé" ces pauvres bougres. Le mot pipe est donc à comprendre ici dans le sens de "piper des dés", c’est à dire de tricher, tromper. M’expression "faire une pipe" renvoie donc à ces prostituées peu dévouées et trompeuses, et non à la pipe à tabac...
    Retenez-en ce que vous voulez, je ne sais moi même s’il s’agit de lard ou de cochon, mais je trouve ça plus drôle, non ?
  • #4
    • momolala
    • 23/12/2007 à 08:32
    • En réponse à jeansebdehut #3 le 22/12/2007 à 15:36 :
    • « mmm, j’avais entendu à la radio une toute autre explication. Je sais pas si c’est vrai, mais je la trouve plus drôle :
      Ca remonte au XIXème... »
    Bonjour et bienvenue à toi que je ne connais pas encore ! Ils étaient bien ignorants ces pauvres mâles en mal de coït, et je te trouve bien acide quand tu traites les dames en question de peu dévouées. Il me semble que les hommes appellent cette pratique "une gâterie", ce qui me paraît bien exprimer (si j’ose dire) le cadeau qu’ils estiment recevoir quand on la leur prodigue, et qui ne vaut que si le plaisir en est partagé.
  • #5
    • jaipatouvu
    • 26/12/2007 à 20:05
    • En réponse à jeansebdehut #3 le 22/12/2007 à 15:36 :
    • « mmm, j’avais entendu à la radio une toute autre explication. Je sais pas si c’est vrai, mais je la trouve plus drôle :
      Ca remonte au XIXème... »
    Hautement improbable cette explication ! Même en l’absence totale de lumière, un homme ne peut ignorer où il met ... les pieds. J’ai beau imaginer, je dirai même plus,fantasmer, on ne me fera pas prendre (l’absence d’) une vessie pour une (absence de) lanterne !
    Non, ce qui m’interpelle plutôt, c’est le fait que l’on parle de pipe et non de cigarette : une fois celle-là bien roulée il me paraît assez naturel de la lécher soigeusement pour la terminer ; mais lécher une pipe ? En sucer ou même têter l’extrémité peut-être ? En lécher le tuyau ou pire le fourneau ? Non vraiment, je ne le sens pas.
    Je sais qu’en matière de sexualité la créativité n’a pas de limites ; alors laissons tailler les plumes, polir le chinois, ou faire des pompiers, mais arrêtons les pipes car je suis allergique à la fumée.
    Quant à savoir si l’explication "c’est du lard ou du cochon", mon opinion est faite : ce n’est pas de l’Art c’est du Cochon.
  • #6
    • logogriff
    • 07/05/2008 à 22:17
    • En réponse à jaipatouvu #5 le 26/12/2007 à 20:05 :
    • « Hautement improbable cette explication ! Même en l’absence totale de lumière, un homme ne peut ignorer où il met ... les pieds. J’ai beau im... »
    Amusant "jaipatouvu" la première chute "je suis allergique à la fumée" si elle est involontaire, puisque "avaler la fumée" signifie tout ingurgiter pour la "pipeuse" ou le "pipeur" selon les goûts.
    Tout nouveau touriste sur ce site très cul-turel et pas mal torché... j’ai proposé de combler une lacune sur le sujet: Angleterre: "To blow a man". Là-bas, elles ou ils ne se contentent pas de rouler à gauche ou de marcher à contrario des non-insulaires, ILS SOUFFLENT! Pierre Perret aurait pu mettre ça dans ses chansons: les "Rosbeefs ils l’ont en ballon plus ou moins dirigeable, comme en 40!
    Sans vouloir faire du chauvinisme, on appelle aussi cette gâterie, une "trompette de Toulouse" (j’ai oublié le nom de l’auteur, mais je suis de là-bas) Quant aux cochons, ne pas ignorer que leur zizi, comme leur queue, est en spirale... J’ai vu ça un jour dans une revue "leste" où une dame en taillait une à une usine à jambons pour les besoins des cochons qui lisent ça, et des éditeurs sans scrupules.
  • #7
    • <inconnu>
    • 31/05/2008 à 09:59
    On ne dit plus un aveugle, mais un non-voyant
    On ne dit plus un sourd, mais un mal-entendant.
    Comment appelle-t-on une femme qui refuse de pratiquer un fellation ?
    Une non-d’une-pipe !!!!!!!!!!!!!!!!!
  • #8
    • AnimalDan
    • 01/06/2008 à 05:11
    • En réponse à momolala #4 le 23/12/2007 à 08:32 :
    • « Bonjour et bienvenue à toi que je ne connais pas encore ! Ils étaient bien ignorants ces pauvres mâles en mal de coït, et je te trouve bien... »
    Certes certes... pour autant, la notion de plaisir ne devient-elle pas quelque peu secondaire, pour lors que le "cadeau" est tarifé..? Zorro aussi, oui oui...
  • #9
    • DanielP
    • 02/06/2008 à 08:56
    • En réponse à momolala #4 le 23/12/2007 à 08:32 :
    • « Bonjour et bienvenue à toi que je ne connais pas encore ! Ils étaient bien ignorants ces pauvres mâles en mal de coït, et je te trouve bien... »
    Bien d’accord avec Momolala, d’où l’intérêt (avec un être aimé) d’un vibrant 69 !
  • #10
    • <inconnu>
    • 02/06/2008 à 17:05*
    • En réponse à jeansebdehut #3 le 22/12/2007 à 15:36 :
    • « mmm, j’avais entendu à la radio une toute autre explication. Je sais pas si c’est vrai, mais je la trouve plus drôle :
      Ca remonte au XIXème... »
    bien vu l’ami!voici une version que donne "claude Duneton"dans la puce a l’oreille.je cite de mémoire,fin 19em début xx siecle quand un bourgeois(nouveau riche)allait dans les tripots pour jouer,souvent aux dés ,ceux ci perdaient presque tout leur blés,a cause des dés pipés(truquer)a la sortie ils ne restaient presque rien.ont disait alors qu’il c’etaient fait piperQu’a ce faire sucer,pomper etc,car ils n’avaient plus de blé pour monter avec une dame,a défaut une gaterie faisait l’affaire.salut a tous
  • #11
    • God
    • 02/06/2008 à 17:46
    • En réponse à <inconnu> #10 le 02/06/2008 à 17:05* :
    • « bien vu l’ami!voici une version que donne "claude Duneton"dans la puce a l’oreille.je cite de mémoire,fin 19em début xx siecle quand un bou... »
    Sauf que, dans la version de 2002 de son ouvrage, Duneton, dont beaucoup disent qu’il y a du bon et du nettement plus douteux dans ses explications, passe complètement cette version sous silence.
    Peut-être parce qu’elle est un tantinet capillotractée et attestée par rien du tout ?
  • #12
    • <inconnu>
    • 09/12/2009 à 15:16
    • En réponse à <inconnu> #7 le 31/05/2008 à 09:59 :
    • « On ne dit plus un aveugle, mais un non-voyant
      On ne dit plus un sourd, mais un mal-entendant.
      Comment appelle-t-on une femme qui refuse de p... »
    Je crois surtout qu’on ne l’appelle pas!
  • #13
    • Beldoux
    • 10/12/2009 à 12:11
    Je voudrais qu’on m’aide à comprendre pourquoi les japonais ont associé le nom de Clinton à cette expression.
  • #14
    • LeboDan_Ubbleu
    • 10/12/2009 à 15:46*
    • En réponse à Beldoux #13 le 10/12/2009 à 12:11 :
    • « Je voudrais qu’on m’aide à comprendre pourquoi les japonais ont associé le nom de Clinton à cette expression. »
    Ne serait-ce pas lui qui s’est fait prendre la main dans le sac avec sa secrétaire sous son beau bureau ovale (avec Monika qui avale :’-)) ) ?
  • #15
    • <inconnu>
    • 10/12/2009 à 21:39
    • En réponse à <inconnu> #10 le 02/06/2008 à 17:05* :
    • « bien vu l’ami!voici une version que donne "claude Duneton"dans la puce a l’oreille.je cite de mémoire,fin 19em début xx siecle quand un bou... »
    tout a fait d’accord,votre mémoire est tres bonne,car c’est la version la plus vraisemblabe et logique.....un viel amateur de notre belle langue(sans jeu de mot)@+ et tres fidèle lecteur de claude duneton,alain rey etc etc
  • #16
    • <inconnu>
    • 09/05/2010 à 00:21
    • En réponse à momolala #4 le 23/12/2007 à 08:32 :
    • « Bonjour et bienvenue à toi que je ne connais pas encore ! Ils étaient bien ignorants ces pauvres mâles en mal de coït, et je te trouve bien... »
    Si elles taillaient le pauvre homme, c’était de la bien mauvaise ouvrage. Et s’il en tombait du coup dans les pommes, comment aurait-t-il pu se rendre compte ?
  • #17
    • DiwanC
    • 09/05/2010 à 01:02*
    Avant les années 60, les fumeurs devaient se rouler leur cigarette

    1860 ? 1960 ?... les premières cigarettes sont fabriquées - semble-t-il - dès 1830...
  • #18
    • DiwanC
    • 09/05/2010 à 01:12
    Sans vouloir me foutre de Germaine

    My God !
  • #19
    • BeeBee
    • 09/05/2010 à 01:21*
    • En réponse à DiwanC #18 le 09/05/2010 à 01:12 :
    • « Sans vouloir me foutre de Germaine
      My God ! »
    Ma pauvre Germaine, v’la que notre Godemichou adoré parle de toi, que t’es même pas au courant. Que c’est pas une vie, que d’être comtesse sur ce meeeerveilleux site. 😄
  • #20
    • BeeBee
    • 09/05/2010 à 01:30
    • En réponse à LeboDan_Ubbleu #14 le 10/12/2009 à 15:46* :
    • « Ne serait-ce pas lui qui s’est fait prendre la main dans le sac avec sa secrétaire sous son beau bureau ovale (avec Monika qui avale :’-))... »
    Comme toujours, Môssieur Ubbleu semble bien au courant de l’histoire con-temporaine !!!😉