Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Un lit de Procuste

Une mutilation d'une oeuvre ou d'un projet pour les rendre conforme à un modèle
Une uniformisation au prix d'une déformation ou dégradation, ou bien d'une élimination de ce qui ne rentre pas dans le moule

Origine

Dans la mythologie grecque, Procuste était un charmant garçon au comportement plein de douceur et de gentillesse.
C'était un brigand, mais pas du genre de Robin des Bois : il avait en effet pour habitude de capturer des voyageurs, de les attacher sur un de ses deux lits, les grands sur le petit lit, et inversement.
Ensuite, parce qu'il fallait bien trouver des moyens de s'occuper alors que la télévision, le Scrabble® et le strip-poker n'existaient pas encore, il coupait les membres qui dépassaient pour les gens trop grands, ou bien il étirait ceux des trop petits, pour les ajuster à la dimension du lit.
Il y en a qui arrivent à s'amuser d'un rien, n'est-ce pas ?
Heureusement Thésée mit fin à ses exactions en capturant à son tour Procuste et en lui faisant subir le même sort peu enviable.
C'est de cette volonté d'uniformiser en découpant tout ce qui dépasse, en cherchant à faire tout rentrer dans un même moule qu'est née notre expression qui symbolise, entre autres, l'arbitraire et la rigidité d'une réglementation incapable de s'adapter aux cas particuliers.

Exemple

« Le tort de la Comédie-Francaise, c'est d'étendre ses acteurs sur un lit de Procuste, et de vouloir qu'ils aient tous même longueur, et qu'ils jouent de la même manière les mêmes pièces. On y fait ainsi des médiocrités insupportables, voilà tout »
Louis Désiré Veron - Revue de Paris - 1835
« Il ressemble à un médecin qui jugerait la santé des autres d'après la conformité de leur taille avec la sienne. La manie de mettre tous les esprits sur le lit de Procuste, et de les tailler sur le même modèle, est le propre des Méthodistes. »
Le protestant de Genève - Journal théologique et religieux - 1831

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un lit de Procuste » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Prokrustesbett Lit de Procuste
Angleterre Anglais Procrustean bed Lit do Procuste
États-Unis Anglais Procrustean bed Lit de Procuste
Espagne Espagnol Cama de Procusto Lit de Prucuste
Espagne Espagnol El lecho de Procusto Le lit de Procuste
Espagne Espagnol El mito de Procusto Le mythe de Procuste
Israël Hébreu מיטת סדום Lit de Sodome
Italie Italien Un letto di Procuste Un lit de Procuste
Pays-Bas Néerlandais Een procrustusbed Un lit de Procuste
Brésil Portugais O leito de Procusto Le lit de Procuste
Roumanie Roumain Patul lui Procust Le lit de Procuste
Russie Russe прокрустово ложе lit procustien
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Un lit de Procuste » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 21/05/2009 à 00:58
    Le charmant Procuste, fils de Poséidon, on voit où mène la marine, est le symbole du formatage. Tout doit être conforme et uniforme, il faut rallonger ce qui est trop court et raccourcir ce qui est trop long. Rien de bien nouveau vingt-cinq siècles plus tard…
    Dans le même ordre d’idée, qui a dit : « Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans » ?
    Socrate lui-même, propos rapporté par Platon, vingt- cinq siècles encore…
    La semaine dernière, un disciple de Procuste, instituteur, vient de se faire condamner pour avoir menacé un gamin exhibitionniste de couper tout ce qui dépasse en brandissant un cutter !
  • #2
    • tytoalba
    • 21/05/2009 à 07:47
    Ce qu’on ne nous dit pas c’est que Procuste s’appelait en réalité Polypemon. Confirmation à cette page.
    Chaque année, on nous propose des régimes amaigrissants, histoire de nous faire rentrer dans le moule. Qui n’a pas vu cette pub de droite, nous vantant les mérites d’une crème qui ferait fondre nos rondeurs. C’est moins cruel que ce que faisait subir Procuste, mais rien n’a changé sur le fond.
  • #3
    • momolala
    • 21/05/2009 à 08:08
    Je ne connaissais pas cette expression, ou bien je l’avais oubliée comme la légende de l’intéressé. La page ouverte par Tyto sur Wiki trace d’autres pistes qui seront explorées sans nul doute du haut de l’échelle de l’ascension, mais je ne peux m’empêcher : on est en train de faire le petit lit de Procuste de notre belle Ecole en voulant faire entrer toute la richesse, la diversité, l’autonomie, la liberté à venir de nos enfants dans le moule étriqué d’une instruction rudimentaire qui les renvoie au rang d’animaux dressés. Vivent nos jeunes roseaux pensants, capables de s’adapter aux vents de la vie et de redresser chaque fois leur jeunes têtes solides et bien faites !
  • #4
    • Bouba
    • 21/05/2009 à 08:20
    Encore une expression qui m’était inconnue !.......Merci Expressio.
    Toujours est il qu’elle colle parfaitement à notre société au conformisme bien pensant hypocrite, au politiquement correct de bon aloi.......bref, comme disait mon cher Brassens :" Non, les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux..".......car si tel est le cas on a droit au lit de Procuste......
  • #5
    • chirstian
    • 21/05/2009 à 08:24
    • En réponse à momolala #3 le 21/05/2009 à 08:08 :
    • « Je ne connaissais pas cette expression, ou bien je l’avais oubliée comme la légende de l’intéressé. La page ouverte par Tyto sur Wiki trace... »
    on est en train de faire le petit lit de Procuste de notre belle Ecole
    en a-t-il jamais été autrement ? L’Ecole a toujours défini des normes adaptées aux moyennes et les extrêmes -cancres ou surdoués , parfois les deux en même temps- ont toujours été priés de rentrer dans le moule, ou de partir dans le privé.
    Mais le phénomène qui se comprenait compte tenu des moyens limités de l’époque, se poursuit effectivement, alors que les outils techniques et les connaissances pédagogiques permettraient une approche différente.
    Le problème ne se pose-t-il qu’à l’Ecole ? Il me semble que l’anormal a toujours constitué un danger pour la majorité d’un groupe, et que les buchers ont toujours été prompts à s’allumer au propre ou au figuré. Procuste était un monstre au sens où il appliquait à sa normalisation des moyens... radicaux. Le fonctionnaire Européen qui décide que tous les fromages doivent utiliser la même recette fait-il autre chose que de la procustation moderne ?
  • #6
    • chirstian
    • 21/05/2009 à 08:33
    une élimination de ce qui ne rentre pas dans le moule
    "les bras m’en tombent !" s’exclama la Vénus de Milo en voyant le moule dans lequel elle devait rentrer.
    "Le mien aussi" s’exclama Rocco Siffredi en mesurant la poche du nouveau slip kangourou.
  • #7
    • mickeylange
    • 21/05/2009 à 08:38
    • En réponse à momolala #3 le 21/05/2009 à 08:08 :
    • « Je ne connaissais pas cette expression, ou bien je l’avais oubliée comme la légende de l’intéressé. La page ouverte par Tyto sur Wiki trace... »
    L’instit qui vient d’être condamné par la justice pour avoir dit à un élève qui montrait ses attributs en classe "je coupe tout ce qui dépasse" est-il un Procuste de l’école publique ?
  • #8
    • mickeylange
    • 21/05/2009 à 08:48
    Mlle Lapompe bien connue sur expressio, elle aussi pour son lit fameux, est, elle, plutôt procul.
    Ho ! les puritains...Thésé vous.
  • #9
    • SagesseFolie
    • 21/05/2009 à 08:50
    Je ne connaissais pas non plus un lit de Procuste.
    L’éloge de l’uniformité, ce n’est pas sur ce site qu’on la trouvera. C’est plutôt sur le site du corpulent de la comprenette que le dupe le consruit.
    Ceux qui pratiquent cette expression s’imaginent qu’ils sculpteront Dieu ! Alors ils découpent sur lit et parfois même estropient du cul !
    Ce ne sont pas des potes ou, a la rigueur, des potes d’inculture. La seule leçon qu’ils savent est la leçon : turpitudes.
    Anna s’amuse.
    PS : Je pars pour ce long W.E. À bientôt !
  • #10
    • OSCARELLI
    • 21/05/2009 à 08:53*
    Quand la Commission de l’Union Europénne - arrêtons s’il vous plaît de l’appeler la Commission Européenne: la Suisse, Andorre, le Lichtenstein et bien d’autres pays Européens n’en font pas partie! - décide de la dimension des boîtes aux lettres, de l’usage du mot confiture au lieu du mot marmelade - ou inversément, de la dimension minimum des fraises, des tomates, etc. ainsi que de leur couleur, on ne parle plus du lit de Procuste, mais bien d’un dortoir où des milliers de Procuste sont au travail...
    Vous avez dit "travail"?
  • #11
    • chirstian
    • 21/05/2009 à 09:31
    • En réponse à mickeylange #7 le 21/05/2009 à 08:38 :
    • « L’instit qui vient d’être condamné par la justice pour avoir dit à un élève qui montrait ses attributs en classe "je coupe tout ce qui dépas... »
    un élève qui montrait ses attributs en classe
    épithète que c’était pas un attribut ? 🙂
  • #12
    • momolala
    • 21/05/2009 à 09:35
    • En réponse à chirstian #5 le 21/05/2009 à 08:24 :
    • « on est en train de faire le petit lit de Procuste de notre belle Ecole
      en a-t-il jamais été autrement ? L’Ecole a toujours défini des norme... »
    Tu te trompes Chirstian : des programmes oui, des instructions oui, et heureusement, ce sont des normes de connaissances. Mais la pédagogie commande le respect de l’individu et le devoir pour l’enseignant des plus jeunes en particulier de trouver le meilleur moyen de lui apprendre, à lui, dans son unicité et sa diversité. De lui donner des connaissances mais aussi des éléments de comparaison et d’analyse qui forgeront sa capacité à exprimer sa propre opinion. C’est et ça a toujours été ma conception de l’école, comme celle de la plupart des collègues nombreux avec lesquels j’ai travaillé. Mon plus mauvais souvenir est justement ce directeur d’"école des neiges" qui se plaignait que les enfants à peine descendus du car, dont certains n’avaient jamais vu la neige auparavant, ne se rangent pas aussitôt en silence, refusant "d’entrer dans le moule". Non, l’école de la République n’est pas un lieu de formatage. Elle veut être un lieu d’épanouissement individuel, et elle y parvient, pourvu qu’on la respecte aussi. Le secondaire l’est davantage avec ses orientations obligatoires.
  • #13
    • momolala
    • 21/05/2009 à 09:37
    • En réponse à OSCARELLI #10 le 21/05/2009 à 08:53* :
    • « Quand la Commission de l’Union Europénne - arrêtons s’il vous plaît de l’appeler la Commission Européenne: la Suisse, Andorre, le Lichtenste... »
    Tu as oublié San Marin et Monaco dans ta liste non formatée mon Filo !
  • #14
    • mickeylange
    • 21/05/2009 à 09:40
    • En réponse à OSCARELLI #10 le 21/05/2009 à 08:53* :
    • « Quand la Commission de l’Union Europénne - arrêtons s’il vous plaît de l’appeler la Commission Européenne: la Suisse, Andorre, le Lichtenste... »
    on ne parle plus du lit de Procuste, mais bien d’un dortoir où des milliers de Procuste

    Te plains pas c’est quand ils dorment qu’ils sont les moins dangereux. 😉
  • #15
    • mickeylange
    • 21/05/2009 à 09:54
    CETTE EXPRESSION VIENT DE LA MARINE
    En effet Procuste était le fils de Poséïdon dieu de la mer et des marins.
    Il était le saint patron de la corporation des amiraux et des vicieux ce qui a donné par la suite, le vice-amiral à cause du coté vicieux qui venait de Procuste (faut être vicieux pour faire ce qu’il faisait)
  • #16
    • chirstian
    • 21/05/2009 à 11:21
    • En réponse à momolala #12 le 21/05/2009 à 09:35 :
    • « Tu te trompes Chirstian : des programmes oui, des instructions oui, et heureusement, ce sont des normes de connaissances. Mais la pédagogie... »
    sujet trop vaste pour ce site ! Définir la nature et le niveau des connaissances nécessaires chaque année pour une classe conduit à la norme scolaire, et toute norme définit "l’anormal". L’école publique en se voulant égalitaire a refusé sous le terme de "politique élitiste" tout ce qui aurait permis d’offrir aux enfants des enseignements adaptés à leur niveau réel. Ceci ne met naturellement pas en doute la conscience professionnelle des profs. Ni même la volonté de l’Education Nationale de trouver des voies nouvelles : après tout, si Freinet a été obligé de démissionner et de créer sa propre école, celle-ci a été récupérée dans les années 90 pour devenir école expérimentale... Le problème est sans doute simplement trop complexe et trop sensible. Mais fondamentalement : donner aux plus doués les moyens de progresser plus vite que les autres, c’est creuser une inégalité. L’acceptons nous ? Tant que nous n’aurons pas pris position sur ce point, la norme sera support pour les uns, carcan pour les autres.
  • #17
    • momolala
    • 21/05/2009 à 12:19
    • En réponse à chirstian #16 le 21/05/2009 à 11:21 :
    • « sujet trop vaste pour ce site ! Définir la nature et le niveau des connaissances nécessaires chaque année pour une classe conduit à la norme... »
    Tu as raison, j’ai connu cette situation mais tu la situes bien au niveau des connaissances. En fait, lorsque j’ai eu cet élève qui avait déjà deux ans d’avance au CM2, je ne savais plus quoi lui donner à moudre utilement : il réussissait tout en un temps record. Il était talonné de près par trois autres élèves d’âge "normal" et cette classe m’a posé de gros problèmes du fait de la différence extrême de niveaux entre ceux-ci et les autres que je ne voulais pas voir se décourager non plus. Aujourd’hui, ou plutôt durant mes dix dernières années d’enseignement, j’aurais eu des réponses plus adaptées à donner à chacun et l’informatique est en cela un outil extrêmement précieux. Quant à l’égalité, elle s’entend dans les chances, non dans les niveaux : elle consiste selon moi à être au plus près des besoins de chacun pour l’aider à parvenir à son meilleur niveau.
  • #18
    • chirstian
    • 21/05/2009 à 12:21
    le fabricant CAUVAL (Dunlopillo, Simmons, Treca...) licencie. Explication : les lits Procuste ne se vendent plus depuis que Thésée les a critiqués.
    Moralité : la critique est Thésée mais la reprise difficile ! 🙁
  • #19
    • <inconnu>
    • 21/05/2009 à 12:54
    Bin moi j’avais un ami ...géant!
    Un jour qu’on le recevait à la maison, il s’est trouvé mal...au moment de manger le canard à l’orange.
    Alors je l’ai allongé sur le lit et...ses pieds dépassaient! et qu’est-ce que j’ai fait en hôtesse attentive et gentille?
    je n’ai pas pris le couteau de cuisine, moi! Ni la scie à métaux!
    Je lui ai gentiment mis une chaise au bout du lit,pour reposer ses mignons petons de 48 et plus!😄
  • #20
    • eureka
    • 21/05/2009 à 13:02
    Pfffff ! Avec un nom à dormir debout commak, quelle est l’utilité du lit ?